Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les temps du paysage

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Sylvain Paquette
, 
Gérald Domon

L’intégration du temps à la gestion et à la mise en valeur des paysages

Gérald Domon et Philippe Poullaouec-Gonidec

Texte intégral

  • 1 L’expression est an centre de plusieurs textes et travaux de Georges Perec ; pour une analyse de l (...)

1Derrière leur apparente stabilité, les paysages évoluent, se transforment et ce, selon des rythmes et des directions variables. Quel serait l’intérêt d’une connaissance plus systématique et plus rigoureuse de l’évolution des paysages dans le temps ? Pourquoi chercher à assurer une telle connaissance ? Pourquoi travailler à développer des systèmes de suivi des paysages, soit des systèmes visant explicitement à assurer cette connaissance ? Autrement dit, au-delà du plaisir bien réel de retourner en arrière et, pour reprendre une expression consacrée, de « constater le vieillissement des lieux1 », quelle serait l’utilité d’une procédure de suivi en regard de l’aménagement et de la mise en valeur des paysages ?

  • 2 Holling, C. S. (dir.), Adaptive Environmental Assessment and Management, coll. « International ser (...)

2Ces questions valent d’autant plus d’être traitées que, si dans le domaine des sciences écologiques et environnementales, la notion de suivi est depuis plus de vingt ans reconnue comme une dimension indissociable des pratiques d’aménagement et de gestion2, elle semble, en matière de paysages, avoir suscité une attention nettement moindre.

  • 3 Grison, 1998, op. cit., note 1.

3D’une part, aucune démarche de suivi des paysages n’a encore été amorcée au Québec. D’autre part, si l’idée d’un suivi des lieux n’est pas nouvelle3, les exemples demeurent peu nombreux à l’échelle mondiale. Plus important encore, au-delà de la simple documentation de l’évolution des paysages, les liens entre le suivi et les pratiques d’aménagement et de gestion restent entièrement à préciser.

  • 4 Poullaouec-Gonidec, P., J. A. Epstein et G. Domon (dir.), « Le projet de paysage au Québec », Tram (...)
  • 5 Courville, S., J. C. Robert et N. Séguin, Atlas historique du Québec. Le pays laurentien au XIXe s (...)
  • 6 Jean, B., Territoires d’avenir. Pour une sociologie de la ruralité, Sainte-Foy, Presses de l’Unive (...)
  • 7 Domon, G. et J. Falardeau (dir.), Méthodes et réalisation de l’écologie du paysage pour l’aménagem (...)

4Pourquoi donc, dans le contexte québécois actuel, chercher à développer des systèmes de monitoring des paysages ? La réponse tient largement à la nouvelle compréhension de la spécificité du contexte paysager québécois. Ainsi, un premier colloque sur le thème du « Projet de paysage au Québec »4, avait été l’occasion de constater l’ampleur des retards par rapport à la connaissance des paysages québécois : retard quant à la connaissance des particularités des contextes culturels et biophysiques ; retard quant à la connaissance des contextes historiques ; retard quant à la connaissance et à la conception de modèles d’intervention spécifiques. Or, des études récentes en géographie historique5, en sociologie rurale6 ou en écologie du paysage7 ont permis de mieux situer les particularités de ce contexte.

5Ce qu’ont mis en évidence ces travaux, c’est la transformation constante, rapide et profonde du cadre physique et du contexte social d’intervention. Du coup, ils révélaient l’importance d’une information rigoureuse et systématique apte à rendre compte de l’évolution des territoires et de la qualité des lieux. Une information qui, à un premier niveau, permettrait par exemple de révéler la mémoire des lieux, de faire valoir les attributs d’une création paysagère ou de mesurer l’incidence réelle d’une intervention, d’un programme, d’une politique. Une information qui, à un second niveau permettrait d’éclairer les débats, de favoriser l’émergence de projets et de faciliter les choix d’aménagement.

  • 8 Poullaouec-Gonidec, P., G. Domon, F. Charbonneau, F. Tremblay, P. Munoz, S. Larue, P. Montagne et (...)

6Quels sont donc ces facteurs qui amènent à travailler à la conception d’un système de monitoring visuel ? Quelle pourrait être la configuration d’un tel système ? Quelle en serait, par-delà les attentes initiales, sa contribution réelle en fonction de la gestion et de la mise en valeur des paysages ? Telles sont les questions à la base du projet de conception d’un système d’observation du paysage adapté au contexte québécois. En prenant appui sur le prototype multimédia élaboré dans le cadre de ce projet8 le présent texte vise à fournir des éléments de réponse à ces questions.

LA CONDITION DU PAYSAGE AU QUÉBEC : QUELQUES CONSTATS À LA BASE DU SUIVI

  • 9 Voir le texte de G. Beaudet et G. Domon dans le présent recueil ainsi que Domon, G., G. Beaudet et (...)
  • 10 Domon, G., A. Bouchard et M. Gariépy, « The Dynamics of the Forest Landscape of Haut-Saint-Laurent (...)
  • 11 Renard, J., « Réflexions, méthodes d’approche et perspectives de recherche relatives à l’avenir de (...)

7D’abord, le territoire québécois est en transformation constante, rapide, parfois même fulgurante. Les travaux récents menés sur les Laurentides9 en auront évidemment fourni plusieurs illustrations éloquentes. Mais ces changements, soulignons-le, ne sont pas spécifiques à une région particulière. En fait, partout où des études rétrospectives ont été menées10 un même constat s’impose : le territoire est en constante transformation, mais selon des rythmes et des directions variables qu’il nous reste à mieux documenter et à comprendre. De fait, le Québec constitue en cette matière un territoire-pilote d’un intérêt considérable puisqu’il offre en quelque sorte « un accéléré des évolutions en cours en Europe »11.

  • 12 Courville, Robert et Séguin, 1995, op. cit., note 5.
  • 13 Villeneuve, L., Paysage, mythe et territorialité : Charlevoix au XIXe siècle, Québec, Les Presses (...)
  • 14 Paquette, S. et G. Domon, « The Transformation of the Agroforestry Landscape in Nineteenth Century (...)

8Par ailleurs, tout aussi spectaculaires qu’ils soient, ces changements ne sont pas nouveaux puisque, en définitive, ils s’inscrivent dans une sorte de continuité historique. Ainsi, les travaux de reconstitution de la dynamique historique de l’occupation des sols menés sur l’axe laurentien12, sur le Charlevoix13 ou sur le Haut-Saint-Laurent14 révèlent une même constante : à quelques exceptions près, l’occupation du territoire québécois ne s’est jamais véritablement stabilisée. Depuis le XIXe siècle, des phases de repli, d’ajustement spatial et d’expansion parfois spectaculaires se sont succédé de façon différente selon le temps et les régions.

  • 15 À titre d’exemple, voir Domon, Bouchard et Gariépy, 1993, op. cit., note 10, pour une analyse de l (...)
  • 16 Comme son intitulé l’indique, la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme est en principe la principal (...)
  • 17 À une exception près, à savoir le village de Verchères. Voir à ce sujet Poullaouec-Gonidec, P., «  (...)

9Deuxième constat important : les caractéristiques actuelles des paysages sont, au Québec, la résultante non délibérée du cumul de politiques, de programmes et d’actions sectorielles. Tout au cours du XIXe et du XXe siècles, ce sont donc essentiellement les lois, les programmes et les politiques de colonisation et d’occupation de l’espace, d’exploitation de la ressource forestière de mise en valeur du territoire agricole et de développement des infrastructures qui ont façonné les paysages15. Contrairement par exemple à la France, le Québec ne s’est jamais véritablement doté de plan de paysage et, en dépit des pouvoirs et opportunités considérables offerts par la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme16, les plans d’aménagement des villes, des villages et des espaces ruraux du Québec n’ont malheureusement pas pris corps sur des intentions de paysage17.

  • 18 Montpetit, C., « Freiner le saccage du paysage architectural », Le Devoir, 16 juillet 1999, p. 1.

10Troisièment, bien que la connaissance effective de la portée, du sens et du rythme des changements demeure largement fragmentaire, d’aucuns croient percevoir que ces programmes, ces politiques, ces actions sectorielles sont en voie de conduire à une accélération sensible de la dégradation des paysages. Cette perception est en filigrane de nombreux ouvrages qui, tout au cours des années 1990 ont cherché à révéler à un public élargi les qualités des paysages pittoresques, bucoliques, demeurés relativement peu touchés par le temps. Plus significatif encore, elle se trouve aujourd’hui de plus en plus fréquemment projetée à l’avant-scène18.

  • 19 Pour une revue de ces initiatives, Domon, Beaudet et Joly, 2000, op. cit., note 9.

11Enfin, quatrième et dernier élément indissociable du contexte actuel, si le politique tarde ou demeure même absent, la demande sociale pour le paysage est réelle et considérable. Cette demande se traduit par cette quête des grands paysages clairement lisible sur le terrain ; quête qui fait en sorte que les pressions se font de plus en plus fortes sur les sites offrant des vues panoramiques ou pittoresques. Elle est également perceptible à travers la multiplication des initiatives de mise en valeur par des individus, des associations, des partenariats qui sont en train d’inventer des modèles nouveaux : « parc éclaté » comme dans la région de Sutton, « fermes forestières » comme à Bolton en Montérégie, « contrats de gestion intégrée » comme à Baie-du-Febvre, en bordure du lac Saint-Pierre19. Quelles qu’en soient la forme et les modalités, ces démarches visent toutes un même objectif : assurer la prise en charge de l’évolution des milieux par les collectivités.

  • 20 Paquette, S. et G. Domon, « Agricultural Trajectories (1961-1991), Resulting Agricultural Profiles (...)

12À un niveau plus fondamental encore, cette demande sociale paraît telle que, sur d’importantes portions du territoire québécois, le paysage semble aujourd’hui constituer un des éléments structurants des dynamiques sociodémographiques. Ainsi, lorsqu’on analyse les trajectoires démographiques des communautés rurales depuis les années 1960, on perçoit clairement que ces trajectoires ne peuvent être entièrement expliquées par la distance aux noyaux urbains ou par les simples dynamiques de l’agriculture. Des municipalités fortement touchées par la déprise agricole ont effectivement connu une forte croissance démographique au cours de cette période20. À l’évidence, dans un contexte marqué par la recomposition sociodémographique des milieux ruraux, les dimensions qualitatives du territoire semblent de plus en plus déterminantes quant à l’évolution des milieux.

13Le caractère dynamique du territoire au Québec exige le développement de systèmes de lectures pouvant rendre compte de manière rigoureuse et systématique de l’évolution des lieux. Dans le contexte québécois où les structures d’occupation ne se sont jamais stabilisées et où on ne peut simplement chercher à figer des paysages perçus comme traditionnels, ces outils prennent une importance toute particulière. La demande sociale pour le paysage suscite ensuite des enjeux pluriels, notamment au plan touristique, identitaire et patrimonial. Ce bref tour d’horizon soulève enfin l’insuffisance des outils d’analyse actuels. Ceux-ci demeurent, aujourd’hui encore, largement centrés sur l’analyse et l’atténuation des impacts visuels dans un contexte d’implantation d’infrastructure majeure. Somme toute, ces outils s’avèrent mal adaptés à la prise en compte de la pluralité des enjeux actuels.

14C’est précisément ce contexte qui a conduit au développement d’un système de monitoring des paysages, soit un système qui vise à fournir un outil de mesure et d’évaluation des phénomènes d’évolution des paysages apte à contribuer à leur gestion qualitative. Avant d’en présenter les spécificités et la configuration, situons brièvement le cadre général dans lequel il se trouve.

LE SUIVI DES PAYSAGES : CADRE GÉNÉRAL ET INSTRUMENTATION

  • 21 Cabanel, J., Paysages, paysages. Paris, Éditions J. P. de Monza, 1995.

15Le paysage est à la fois réalité physique et « immatérielle »21, c’est-à-dire, une projection de valeurs individuelles et collectives qui font en sorte que des lieux donnés peuvent être valorisés de manière plus significative en des temps donnés ; le suivi du paysage devrait donc s’exercer à une double échelle. Celle d’abord de l’observation d’un paysage à l’échelle de sites particuliers et celle de l’observation, à l’échelle du territoire, du mouvement des valorisations, du mouvement donc des paysages considérés comme étant d’intérêt particulier.

16À l’échelle du site, la mise en place d’une procédure de suivi vise à rendre compte de l’évolution, dans le temps, d’un objet spécifique (ex. : bâtiment, arbre, etc.), d’un groupe d’objets (ex. : entrée de village, belvédère, etc.) ou d’une portion de territoire qui s’offre à la vue (ex. : colline boisée soumise à l’exploitation). Ce type de suivi vise donc la caractérisation des phénomènes de permanence ou de transformation de certaines réalités.

17La seconde échelle de suivi se réfère, quant à elle, à l’observation des phénomènes de persistance ou de fluctuation des valorisations paysagères dans un territoire donné. Prenant appui sur l’observatoire précédent, ce suivi vise à caractériser la mouvance des valorisations dans l’espace et le temps. En effet, étant intimement liés aux valeurs et aux perceptions locales et régionales, certains paysages peuvent être valorisés pour un certain temps avant de tomber dans l’oubli s’ils ne correspondent plus aux aspirations culturelles et sociales d’une collectivité ou d’un individu. Ce second type de suivi devrait donc permettre de saisir à la fois la fixité temporelle et les « déplacements » du paysage dans un territoire.

  • 22 Voir le texte de G. Beaudet, et G. Domon dans le présent recueil ainsi que Domon, Beaudet et Joly, (...)

18La réalisation d’un suivi à deux échelles vise donc, à un premier niveau, à apporter un éclairage factuel, rigoureux et systématique sur l’évolution des caractéristiques physiques de sites ou de portions de territoires. Ce faisant, il autorise des mises en relation avec certains phénomènes (aménagements, politiques, programmes) et une mesure effective de l’incidence réelle de ceux-ci. À un second niveau, il devient en quelque sorte un miroir des valeurs qui animent les collectivités et des contextes au sein desquels il évolue. Ainsi, et tel que révélé dans une étude exploratoire22, menée à partir d’une analyse systématique des cartes postales historiques, l’intérêt suscité par les différents types de milieux et d’espaces (espaces industriels, milieux agricoles, milieux sauvages, etc.) a, au cours du XXe siècle varié considérablement. Enfin, et plus intéressant encore, le croisement des informations issues de cette double échelle peut être fort révélateur en fonction des tendances (pressions de développement, ralentissements des activités, déclin ou essor de sites touristiques, etc.) susceptibles d’affecter le territoire dans un proche avenir. Du coup, il fournit l’occasion d’amorcer un débat éclairé sur la pertinence de laisser se manifester pleinement ces tendances, de chercher à les accélérer ou, au contraire, à les infléchir.

  • 23 Lapointe, G. et R. Montpetit, Paul-Émile Borduas photographe : un regard sur Percé, été 1938, Mont (...)
  • 24 Genest, B., Le macroinventaire, guide explicatif. Le macroinventaire des biens culturels du Québec (...)

19La photographie demeure l’élément privilégié de l’observation des phénomènes in situ qui s’offrent à la vue. Plusieurs collections photographiques (privées et publiques) offrent effectivement la possibilité de saisir l’évolution de certains sites ou de certains paysages d’intérêt. Bien qu’elles n’aient pas été développées en fonction d’une finalité liée à l’observation évolutive des lieux, ces collections constituent un substrat significatif pour le suivi des paysages. Ainsi, à titre d’exemple au Québec, les photographies de paysages urbains et ruraux de Notman de la fin du XIXe siècle, la collection résultant de la mission photographique menée par Paul-Émile Borduas en Gaspésie à l’été 193823, le relevé de photographies aériennes obliques du paysage architectural du Québec méridional du ministère des Affaires culturelles24, mené à la fin des années 1970 et les fonds d’archives iconographiques (cartes postales anciennes de la Bibliothèque nationale du Québec), constituent des exemples particulièrement significatifs de sources photographiques pertinentes à la caractérisation des lieux.

  • 25 Ibid.

20Parmi ces sources, le macroinventaire du patrimoine québécois demeure la seule initiative réalisée dans une optique explicite de documentation des lieux. Comportant six volets (histoire, archéologie, ethnologie, architecture et art religieux, paysage architectural, patrimoine architectural urbain), il a effectivement été conçu et réalisé pour colliger un ensemble d’informations, notamment sur le paysage architectural, et pour constituer un instrument d’orientation et de planification25. Bien que les suites accordées à cette démarche demeurent tout à fait fragmentaires, voire inexistantes en matière de suivi, cet inventaire, en raison de sa nature très exhaustive, offre, quelque vingt ans plus tard, une base potentielle intéressante.

  • 26 Westmacott, R. et T. Worthington, Agricultural Landscape — A Second Look, Cheltenham, Countryside (...)

21Si donc, le suivi véritable des paysages demeure à amorcer au Québec, quelques expériences à l’étranger servent de référence en la matière. Ainsi, dès le début des années 1970, la Countryside Commission entreprenait une analyse portant sur l’évolution des paysages agricoles du « Lowland England and Wales ». Il s’agissait de voir comment l’amélioration des sols à des fins agricoles pourrait être utilisée de manière efficace et de façon telle qu’elle puisse créer de nouveaux paysages aussi intéressants que ceux détruits par le processus d’intensification. L’étude, qui quantifiait les changements intervenus depuis 1945, devait montrer que les tendances à la maximisation de la production agricole continueraient d’entraîner une perte significative par rapport aux autres fonctions du paysage26. Pour parvenir à de telles conclusions, les auteurs avaient utilisé un ensemble de sources variées (photographies aériennes, cartes topographiques, etc.) et procédé à la réalisation d’inventaires et de croquis sur le terrain. Ainsi, sur un territoire de quelque 1 200 ha et pour sept fermes considérées représentatives, les auteurs avaient procédé : 1) à l’évaluation de la portion d’horizon présentant certaines caractéristiques types ; 2) à la cartographie précise des arbres présents ; 3) à la cartographie des haies ; 4) au relevé des changements dans les bâtiments, dans les marais et dans les gravières. Complétés par un ensemble de données issues principalement des recensements, les relevés conduisent pour chacun des sept sites étudiés, à la production d’un ensemble de cartes, de croquis et de tableaux sur les caractéristiques des paysages agricoles et leur évolution de 1945 à 1972. Reconduite quelque 11 ans plus tard, soit après l’adoption de la première Politique agricole commune (pac) et ce, selon les mêmes procédures et sur les mêmes sites, l’étude devait révéler à un niveau plus global que le taux de changement des paysages avait significativement diminué. À un niveau plus spécifique, elle devait fournir, pour chacun des sept territoires cibles, une documentation précise de la nature, de la localisation et de la portée des changements. Centrées sur les paysages agricoles et orientées prioritairement sur le suivi des éléments les plus significatifs au plan écologique (haies, boisés, habitats fauniques), les études commandées par la Countryside Commission sont d’un intérêt considérable puisqu’elles fournissent une première base de caractérisation des changements et d’évaluation de l’incidence de certains programmes (par exemple : programme de reboisement) ou politiques (par exemple : pac) sur le paysage.

  • 27 Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale.
  • 28 Mollie-Stefulesco, C., Séquences paysages. Revue de l’Observatoire des paysages, ministère de l’En (...)
  • 29 Quesney, D., V. Ristelhueber-Guilloteau et C. Stefulesco, L’observatoire photographique du paysage (...)

22La seconde référence importante en matière de suivi des paysages vient de France. Ainsi, l’État photographique du paysage français des années 1980 réalisé par la mission photographique de la datar27 et, plus récemment, l’Observatoire des paysages mis en place par le ministère français de l’Environnement en 198928 font office de référence en la matière. Comme le soulignent Quesney, Ristelhueber-Guilloteau et Stefulesco, l’Observatoire photographique des paysages a été mis en place dans le but de détecter les changements qualitatifs que connaissent les paysages au fil des ans, d’alerter les pouvoirs publics et de leur permettre de prendre les mesures correctives en se basant sur une observation la plus fine possible29.

  • 30 Mollie-Stefulesco, 1997, op. cit., note 28.
  • 31 Quesney, Ristelhueber-Guilloteau et Stefulesco, 1994, op. cit., note 29.

23Mettant cette fois à profit la grande richesse des fonds iconographiques disponibles en France (photos d’époques, peintures, cartes postales, etc.), l’observatoire français révèle la grande diversité des objets, des outils et des intervalles de temps pouvant être pris en compte. La démarche a presque toujours pour point de départ une représentation ancienne d’un paysage donné et, pour point d’arrivée, la reprise photographique du paysage représenté et ce, sous des conditions (cadrage, luminosité, etc.) identiques. S’ensuit une vaste documentation de l’évolution, souvent saisissante, d’un nombre considérable de paysages, sur des intervalles de temps allant fréquemment au-delà du siècle30. Néanmoins, l’un des volets significatifs (mais moins spectaculaire) de cet observatoire national concerne la série de photographies contemporaines. Limitée à certains sites, confiée à des artistes-photographes de renom et en collaboration avec des partenaires locaux (Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement, caue), cette série caractérise l’évolution d’un environnement quotidien et donc d’un cadre de vie ordinaire sur une période de quelques aimées. Ce faisant, comme le soulignent avec raison Quesney, Ristelhueber-Guilloteau et Stefulesco, les artistes-photographes se trouvent en quelque sorte à sacraliser ce qu’on regarde souvent sans voir et qui, lorsqu’on s’y attarde, nous parle de la réalité d’aujourd’hui. Ils questionnent ainsi le lien que la majorité des Français font entre l’idée de paysage et un idéal de beauté. La reconduction des premières prises de vue accroît l’étonnement puisque les évolutions sont de plus en plus rapides et prennent souvent la forme de dégradations insidieuses31.

  • 32 Cette façon de faire s’inscrit dans l’esprit des inventions de paysages développées au Siècle des (...)
  • 33 Franceschi, C., « Séquences/paysages 1997. Revue de l’Observatoire des paysages, ministère de l’En (...)

24Ainsi, par le biais de ces missions photographiques contemporaines, l’observatoire français des paysages contribue par ses « regards artistiques » à qualifier le territoire et participe du même coup à l’émergence de valorisations particulières de certains sites, soit ce que d’aucuns qualifient « d’invention de paysages »32. Cette visée est l’une des critiques du projet. Certains y voient, et avec raison, une opération « de réduction du pays à ses images, de l’impossible assimilation des images au pays […] l’expérience de l’observatoire met en évidence l’irréductible singularité des regards »33.

NATURE ET SINGULARITÉS DU « SYSTÈME DE MONITORING VISUEL DES PAYSAGES » (SMVP)

25La configuration du système de monitoring visuel est indissociable de la question à la base de la démarche, à savoir : quelle serait la contribution réelle d’un système de monitoring des paysages en fonction de la gestion et de la mise en valeur des paysages ? En ce sens, il vise d’abord à explorer la pertinence d’un suivi en tant qu’outil de gestion et d’aide à la décision.

26Dans un premier temps, la démarche amorcée a permis de préciser, sous forme d’objectifs, les besoins spécifiques de chacun des partenaires en matière de gestion des paysages. Sur la base de ces objectifs non limitatifs, la démarche a, dans un deuxième temps, conduit à l’identification de sites pilotes où pourraient être précisées les stratégies et modalités de suivi des paysages et approfondies les capacités du système envers ces objectifs. La démarche a finalement conduit à la création d’un démonstrateur sur support CD-Rom. Constitué de six sous-modules d’application, ce dernier vient illustrer la contribution du smvp à l’atteinte d’objectifs identifiés, objectifs qui se situent au cœur de la problématique actuelle de la gestion des paysages québécois :

  1. évaluer les performances des simulations visuelles ;
  2. analyser le suivi des paysages dans les secteurs périurbains ;
  3. caractériser l’évolution des paysages dans une perspective de mise en valeur régionale ;
  4. mesurer l’évolution de la perceptibilité des paysages emblématiques ;
  5. caractériser l’interface des interventions dans les territoires multiressources ;
  6. caractériser et mesurer les transformations du patrimoine architectural et paysager.

27Telle que développée à travers ces six modules, l’approche présente quatre orientations d’ensemble. Elle prend pour point de départ les préoccupations des partenaires qu’ils s’agissent de ministères (comme dans le présent cas), de collectivités locales ou d’organismes sans but lucratif. Dans la perspective du système développé, ce sont ces préoccupations qui vont être à la base de l’identification des sites suivis et des objectifs qui orientent le suivi. Elle vise ensuite à colliger une connaissance systématique de l’évolution du paysage en fonction de ces préoccupations. Elle porte subséquemment son attention sur la caractérisation des situations et sur l’analyse des phénomènes d’évolution, afin tantôt d’alimenter les démarches des collectivités, tantôt de cerner les incidences de programmes ou de politiques, tantôt encore de saisir la pertinence d’infléchir des tendances, des pratiques ou d’induire l’invention paysagère. Enfin, elle s’attarde à mettre en évidence la valeur potentielle des résultats en regard des pratiques des partenaires.

28Au plan de l’instrumentation, l’approche tente de mettre à profit les expériences étrangères en matière de suivi. Ainsi, comme dans l’expérience britannique, elle cherche à mettre l’accent sur l’analyse afin d’évaluer les incidences des actions, des programmes, des politiques et à alimenter les discussions. Comme dans l’expérience française, elle privilégie la photographie et la mise en relation de clichés pris selon des conditions identiques à des temps différents. Enfin, inspirée des travaux américains d’indexation iconographique (University of California, Berkeley, Digital Library Project), elle met largement à profit les possibilités offertes par les systèmes informatiques pour procéder au traitement et à la mise en relation d’images.

29Cela dit, en prenant appui sur les éléments de problématique présentés dans les sections précédentes, le smvp se démarque des expériences antérieures sur au moins trois plans distincts. Il demeure d’abord entièrement ouvert sur la nature des regards portés sur les sites soumis à l’observation, autorisant du même coup une lecture plurielle de la réalité. Compte tenu des bases sur lesquelles les sites sont sélectionnés, il offre ensuite une plate-forme d’expressions aux valeurs sociales et culturelles. Exploitant largement les possibilités des systèmes informatiques, il insiste enfin de façon particulière sur la dimension didactique ; c’est-à-dire sur la facilitation à l’accès à la connaissance et à la compréhension des phénomènes évolutifs en cours.

30Dans sa première phase, ce système de monitoring visuel demeure centré sur l’échelle du site. Toutefois, rappelons que sa structure demeure souple de manière à être ouverte à la sélection des sites à soumettre à l’observation. Ce faisant, il peut, à moyen et long termes, devenir un des intrants au suivi à l’échelle du territoire, étant entendu que, au fil de l’évolution des valorisations et des sensibilités sociales, de nouveaux sites pourront être soumis à l’observation.

LES PERSPECTIVES D’APPLICATION ET DE DÉVELOPPEMENT DU SMVP

31En guise d’illustration de la nature, de la portée et de la contribution potentielle du smvp, deux exemples, extraits des modules qui composent le prototype seront présentés ici. Le premier porte sur l’évaluation des simulations visuelles et s’inscrit donc dans une perspective d’évaluation environnementale. Le second, qui s’inscrit dans une démarche de projets vise à mieux comprendre en quoi une caractérisation de l’évolution des paysages peut contribuer à une démarche de mise en valeur régionale.

32L’application de l’instrumentation du suivi peut évidemment trouver son sens dans les études environnementales, sous forme d’audits de paysage. Ici, nous référons particulièrement à l’évaluation et à la validation de la performance des simulations visuelles des paysages (projets d’aménagement hydroélectrique, de distribution aérienne d’électricité, d’infrastructures autoroutières), de certaines politiques d’aménagement (protection des biens culturels, Plan d’implantation et d’intégration architecturale, pila, etc.) et des mesures de gestion (gestion de la végétation) sur une période de temps donnée.

33C’est dans cette perspective que, dans le cadre de l’élaboration du système de monitoring visuel, le prototype illustre l’utilité d’une procédure de suivi dans l’évaluation et la validation des simulations visuelles des paysages et de certaines mesures de mitigation. L’illustration prend pour base l’étude menée dans le cadre de la reconstruction de l’évacuateur de crue de la centrale Rivière-des-Prairies, réalisée au début des années 1980, étude où deux scénarios de remplacement de l’évacuateur avaient été analysés à partir de cinq critères distincts.

34La comparaison de la simulation retenue (portion du haut de la figure 1) et d’une photo prise dans des conditions identiques quelque quinze années plus tard, vient illustrer la performance des simulations et du projet en fonction des critères initiaux.

35Ainsi, ce suivi révèle une évaluation très juste de la superficie totale construite, de la lisibilité de l’ouvrage et de la lisibilité du paysage. En contrepartie, elle met en évidence une nette sous-évaluation du contraste entre la partie supérieure de la structure et le talus de la rive arrière et, donc, une sous-évaluation du contraste entre l’ouvrage et la ligne d’horizon. Cette reprise vient par ailleurs révéler la pertinence de la prise en compte de critères additionnels lors de futures évaluations. Ainsi, l’approche multimédia permet de faire en sorte que le module simule l’importance d’une évaluation chromatique en fonction de l’heure du jour. La variabilité de la perceptibilité de l’ouvrage en fonction des conditions d’éclairage est ainsi illustrée—conditions rarement prises en compte en simulation visuelle.

36La reprise vient par ailleurs mettre en évidence la pertinence de prolonger les aménagements par des pratiques de gestion. Ainsi, l’absence de gestion de la végétation vient aujourd’hui occulter un belvédère donnant un accès visuel direct à l’ouvrage ; belvédère qui constituait une des mesures de mitigation implantée dans la foulée de la réalisation du projet.

  • 34 Williams Notman, artiste-photographe canadien.
  • 35 M. Reford, propriétaire du domaine de Métis (Grand-Métis).

37Le deuxième exemple vise, quant à lui, à illustrer la contribution potentielle d’un travail de caractérisation de l’évolution des paysages dans une perspective de mise en valeur régionale. Cette démonstration prend appui sur une étude de faisabilité menée en vue de la création d’un parc régional à l’embouchure de la rivière Métis (région du bas-Saint-Laurent) et démontre le rôle du suivi dans la mise en œuvre d’un projet de paysage. Ici, l’observation des caractéristiques du territoire est menée à partir de l’analyse de certaines photographies anciennes (Fonds d’archives Notman34 et Reford35), analyse qui a permis d’identifier certains points de vue significatifs du fieu. Trois points de vue ont été retenus, soit l’estuaire, le lieu-dit de Grand-Métis et le chemin Kempt. Ces lieux ont fait l’objet de reprises photographiques (printemps 1998), suivant les mêmes points et angles de vue prises au tout début du siècle (1900 et 1930). Soumise à l’évaluation comparative, cette confrontation entre l’histoire et le présent a permis de singulariser les transformations des lieux et d’identifier trois phénomènes d’évolution, soit la disparition (visuelle et matérielle de certains éléments du milieu), la persistance (des éléments du milieu) et la mutation (des formes, des fonctions du milieu). Chacune des études rétrospectives des vues « typiques » caractérise chacune des évolutions en fonction de ces trois variables d’analyse.

Figure 1 : Évacuateur de crues, centrale Rivière-des-Prairies : évaluation d’une simulation.

38Les résultats, souvent saisissants, permettent d’abord de réaliser la diversité des trajectoires évolutives et des rythmes des changements. Alors que le caractère global de certaines vues est marqué par la persistance (Figure 2), d’autres éléments sont marqués par des transformations majeures, voire des mutations. D’autres encore ont entièrement disparu. C’est ainsi que le village de Grand-Métis, à la suite du déplacement des activités économiques couplé à un glissement de terrain, a aujourd’hui entièrement disparu au point de ne laisser trace que dans la toponymie. Quant à la vue sur l’estuaire (Figure 3), la comparaison systématique des images révèle là encore de nombreux changements : disparition de l’espace agricole au profit de la friche, diminution sensible de l’accessibilité visuelle à la rivière, réaménagement du pont, etc.

39Comme le montrent ces quelques exemples, le smvp cherche à révéler de manière dynamique un ensemble de faits en regard de l’évolution des sites. Du coup, il ouvre la voie aux analyses des valeurs temporelles des lieux, soit d’une part, saisir la valeur des situations présentes à travers une perspective historique et d’autre part, confronter ces situations aux regards des populations concernées. Ce type d’analyse trouve notamment sa pertinence dans le champ des études visuelles développées dans le cadre des études d’impacts environnementales. En effet, le développement d’études visuelles diachroniques apte à saisir la portée historique des éléments visibles dans un paysage ou un territoire permet de relativiser leur pérennité et de caractériser la temporalité des lieux. De la sorte, l’étude visuelle transcende la simple évaluation d’un « présent » et d’un « devenir simulé ».

40L’exemple de Grand-Métis, démontre par ailleurs, qu’en ramenant à la mémoire des éléments aujourd’hui occultés et en favorisant la compréhension de l’état actuel des lieux, le système contribue à caractériser le patrimoine et à mesurer la valeur de celui-ci à travers une temporalité. Or, caractéristique essentielle, l’outil ne conditionne pas l’interprétation des faits, n’impose pas une lecture unique de la réalité et, conséquemment, ne cherche pas à dicter la nature des interventions (ou des « non-interventions »). Certes, les analyses générées par le smvp sont qualitatives et reposent sur le travail de l’expert qui, inévitablement pose son propre regard (regard sur les faits, sur les situations, sur le poids relatif des données historiques, etc.). Les regards posés sur un territoire demeurent relatifs et ne sont pas exempts de valeurs. Mais, les analyses sont objectivées tout comme dans le cas des évaluations visuelles. Plus encore, le système autorise des lectures variées, des interprétations différentes, voire divergentes. Ainsi, et à titre d’exemple, alors que d’aucuns verront dans la disparition de l’espace agricole et la montée de la friche à proximité de l’estuaire, la perte d’un certain patrimoine paysager, d’autres y verront plutôt une « renaturalisation » souhaitable. Le smvp se présente comme un outil favorisant la mise en relation des lectures, la confrontation des points de vue et l’émergence de projets collectifs.

Figure 2 : Point de vue sur le chemin Kempt : persistance paysagère.

Figure 3 : Point de vue sur l’estuaire de la rivière Mitis : mutation paysagère.

41Par-delà sa contribution à la connaissance des situations passées et des dynamiques en cours, le suivi des paysages, tel que mis en forme à travers le système de monitoring développé, offre des possibilités considérables en fonction du développement d’une prospective paysagère.

42Ces possibilités tiennent largement à la mise à profit de la plate-forme multimédia ; plate-forme qui autorise le couplage et la mixité des données cartographiques, des données visuelles fixes et animées, des données textuelles et audio. Ainsi, cette plate-forme livre un ensemble de possibilités, soit :

  • le maillage entre les données iconographiques (photographie au sol rendant compte de l’évolution de ce qui s’offre à la vue) et cartographiques (caractéristiques biophysiques du milieu support) ;
  • la mise en relation statistique entre les taux de changement révélés par l’observation visuelle et cartographique et la mise en place des programmes et des politiques d’exploitation des ressources ;
  • l’arrimage entre divers modes de représentations iconographiques par cadrages (assemblages photographique, vidéographique et infographique), par animation et par simulation en temps réel ;
  • le développement de systèmes d’indexation et de caractérisation semi-automatique des images (principes de reconnaissance).

43C’est-à-dire qu’un tel système autorise des mises en relation systématique des observations avec des phénomènes potentiellement explicatifs (programme d’exploitation, indicateurs sociaux ou économiques, etc.). Ce faisant, il peut en quelque sorte livrer les tendances lourdes de l’évolution des paysages dans un territoire et permettre d’anticiper des évolutions paysagères. Dans une telle perspective, les développements futurs de l’outil sont notamment appelés à s’orienter vers l’élaboration de scénarios prospectifs prenant appui sur des observations réelles, systématiques et rigoureuses qui auraient « valeur simulative » quant à l’évolution des paysages.

CONCLUSION

44L’intégration du temps dans la gestion et la mise en valeur des paysages pose un défi considérable particulièrement dans le contexte québécois où, comme l’ont révélé un ensemble de travaux récents, les changements sont à la fois rapides et constants. Dans un tel contexte, il ne s’agit évidemment pas de chercher à « arrêter » le temps ou à reconduire des paysages, des modèles d’occupation perçus comme traditionnels. Il ne s’agit pas, non plus, de continuer à subir passivement les effets d’interventions, de programmes ponctuels. Il s’agit plutôt de tenter d’orienter l’évolution vers un état souhaité et partagé.

  • 36 Poullaouec-Gonidec, P., G. Domon, S. Paquette et C. Montpetit, Monitoring visuel du paysage de cor (...)

45Dans ces circonstances, comme l’ont montré les exemples de cas qui ont servi à l’élaboration du système de monitoring visuel des paysages, la contribution d’un suivi peut être multiple : révéler les dynamiques en cours contribuer à l’invention paysagère alimenter les démarches des collectivités cerner les incidences de programmes, de politiques, etc. Ainsi, dans le cadre d’une première opérationnalisation amorcée au printemps 2000 pour le compte du ministère des Transports du Québec36, il s’agit tout à la fois d’évaluer la performance paysagère de la nouvelle politique de gestion écologique des emprises autoroutières, de mesurer, auprès des usagers, la perception des qualités, générées par cette politique, et, éventuellement, de suggérer des ajustements à ces nouveaux modes de gestion.

46Deux voies de développement s’imposent d’ores et déjà. D’une part, la connaissance et l’interprétation des dynamiques en cours nécessitent une lecture congruente entre les réalités matérielles et immatérielles dans toute leur complexité historique. Le développement de multiples interfaces de données cartographiques, textuelles et iconographiques appliqués au système, fournit rapidement une imposante masse de données (banques d’images). Dans ces conditions, le développement de nouveaux instruments de lecture en fonction de l’analyse systématique des images s’impose. Ainsi, l’analyse semi-automatique d’images, possibilités issues du domaine de la vision artificielle, s’avère fort prometteuse dans le cadre des recherches menées actuellement sur le smvp. Une telle avenue permettrait l’analyse comparative des images et la gestion d’un ensemble considérable de contenus (composition scénique, couleurs, ambiances, textures, etc.) de manière à établir des analyses corrélatives entre des territoires et des paysages et à identifier des singularités et des similitudes entre eux.

47D’autre part, le cumul des connaissances résultant des mises en application du système pourrait servir de base d’une véritable « prospective paysagère ». Si, comme on a pu le réaliser, le smvp n’est pas, en soi, un instrument de simulation paysagère, il fournit une connaissance des phénomènes de transformation et une partie incontournable de l’information nécessaire à la compréhension des phénomènes sur laquelle doivent inévitablement prendre appui de véritables modèles « simulatifs ». Force est de reconnaître que, dans le domaine de l’aménagement, les efforts de développement ont souvent privilégié l’instrumentation de simulation au détriment d’une indispensable compréhension des phénomènes de transformations.

48Loin d’être une finalité, de tels développements doivent évidemment être considérés comme de simples leviers pour atteindre de l’objectif central qui anime le smvp à savoir, doter les individus, les collectivités et les décideurs publics d’instruments de prise en charge du devenir des paysages.

Bibliographie

SOURCES DES FIGURES

1-3. Poullaouec-Gonidec, P., G. Domon, F. Charbonneau, F. Tremblay, P. Munoz, S. Larue, P. Montagne et P. Pellerin, Démonstrateur du système de monitoring visuel des paysagessmvp, CD-Rom (multimédia), Étape B, déposé à Hydro-Québec, au ministère de la Culture et des Communications, au ministère de l’Environnement et de la Faune, au ministère des Ressources naturelles, au ministère des Affaires municipales et à Tourisme Québec, Chaire en paysage et environnement, Université de Montréal, mars 1999.

Notes

1 L’expression est an centre de plusieurs textes et travaux de Georges Perec ; pour une analyse de la perspective ainsi mise de l’avant par l’écrivain ; voir Grison, L., « Le “vieillissement des lieux” : photographier, décrire-écrire », L’Espace géographique, no 3, 1998, p. 276-279.

2 Holling, C. S. (dir.), Adaptive Environmental Assessment and Management, coll. « International series on applied Systems analysis », no 3, Chichester, John Wiley & Sons, 1978.

3 Grison, 1998, op. cit., note 1.

4 Poullaouec-Gonidec, P., J. A. Epstein et G. Domon (dir.), « Le projet de paysage au Québec », Trames, no 9, numéro spécial, 1994.

5 Courville, S., J. C. Robert et N. Séguin, Atlas historique du Québec. Le pays laurentien au XIXe siècle, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1995.

6 Jean, B., Territoires d’avenir. Pour une sociologie de la ruralité, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 1997.

7 Domon, G. et J. Falardeau (dir.), Méthodes et réalisation de l’écologie du paysage pour l’aménagement du territoire, Montréal, Polyscience, 1995.

8 Poullaouec-Gonidec, P., G. Domon, F. Charbonneau, F. Tremblay, P. Munoz, S. Larue, P. Montagne et P. Pellerin, Démonstrateur du système de monitoring visuel des paysages—smvp, cédérom (multimédia), Étape B, déposé à Hydro-Québec, au ministère de la Culture et des Communications, au ministère de l’Environnement et de la Faune, au ministère des Ressources naturelles, au ministère des Affaires municipales et à Tourisme Québec, Chaire en paysage et environnement, Université de Montréal, mars 1999.

9 Voir le texte de G. Beaudet et G. Domon dans le présent recueil ainsi que Domon, G., G. Beaudet et M. Joly, Evolution du territoire laurentidien : caractérisation et gestion des paysages, Montréal et Paris, Isabelle Quentin éditeur, 2000.

10 Domon, G., A. Bouchard et M. Gariépy, « The Dynamics of the Forest Landscape of Haut-Saint-Laurent (Québec, Canada) : Interactions Between Biophysical Factors, Perceptions and Policy », Landscape and Urban Planning, vol. 23, nos 1/2, 1993, p. 53-74 ; Lacasse, O., « L’amorce du projet de paysage local. Étude de cas : Saint-Étienne-de-Bolton », mémoire de maîtrise, Université de Montréal, Faculté de l’aménagement, 1995 ; Falardeau, J. et V. Gerardin, Vers la gestion intégrée d’une municipalité agroforestière : Saint André-Avellin, Québec, Direction de la conservation et du patrimoine écologique, ministère de l’Environnement et de la Faune, 1995 ; Bouchard, A. et G. Domon, « The Transformation of the Natural Landscapes of the Haut-Saint-Laurent (Québec) and its Implication on Future Resources Management », Landscape and Urban Planning, vol. 37, nos 1/2, 1997, p. 99-107.

11 Renard, J., « Réflexions, méthodes d’approche et perspectives de recherche relatives à l’avenir des espaces agricoles dans l’ouest de la France », De la Loire au St-Laurent, Chevalier, J. et R. Beaudry (dir.), Rimouski, grideq, 1991, p. 199-215.

12 Courville, Robert et Séguin, 1995, op. cit., note 5.

13 Villeneuve, L., Paysage, mythe et territorialité : Charlevoix au XIXe siècle, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1999.

14 Paquette, S. et G. Domon, « The Transformation of the Agroforestry Landscape in Nineteenth Century : a Case Study », Landscape and Urban Planning, vol. 37, no 3/4, 1997, p. 197-209 ; Domon, G. et S. Paquette, « Les zones rurales du sud du Québec : territoires de mouvance, territoires à reconstruire », Le paysage, territoire d’intentions, Poullaouec-Gonidec, P., M. Gariépy et B. Lassus (dir.), Montréal et Paris, L’Harmattan, 1999, p. 55-78.

15 À titre d’exemple, voir Domon, Bouchard et Gariépy, 1993, op. cit., note 10, pour une analyse de la manière par laquelle les caractéristiques comparatives des politiques de mise en valeur de la forêt privée et des terres cultivées ont, au cours des années 1980 conduit à des transformations profondes des caractéristiques des paysages agroforestiers du sud du Québec.

16 Comme son intitulé l’indique, la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme est en principe la principale loi sur l’aménagement du territoire québécois. Elle encadre les règles d’élaboration et le contenu des schémas d’aménagements (échelle régionale) et les plans d’urbanisme (échelle locale). Pour une analyse des possibilités qu’elle offre en matière de paysage, voir Trépanier, M. O., « Paysage et cadre juridique », Trames, no 9,1993, p. 59-65 ; Domon, Beaudet et Joly, 2000, op. cit., note 9.

17 À une exception près, à savoir le village de Verchères. Voir à ce sujet Poullaouec-Gonidec, P., « Le projet de paysage de Verchères », arq-Architecture Québec, no 90, « Projets et territoire », 1996.

18 Montpetit, C., « Freiner le saccage du paysage architectural », Le Devoir, 16 juillet 1999, p. 1.

19 Pour une revue de ces initiatives, Domon, Beaudet et Joly, 2000, op. cit., note 9.

20 Paquette, S. et G. Domon, « Agricultural Trajectories (1961-1991), Resulting Agricultural Profiles and Current Sociodemographic Profiles of Rural Communities in Southern Québec (Canada): a typological outline », Journal of Rural Studies, vol. 15, no 3, 1999, p. 279-295.

21 Cabanel, J., Paysages, paysages. Paris, Éditions J. P. de Monza, 1995.

22 Voir le texte de G. Beaudet, et G. Domon dans le présent recueil ainsi que Domon, Beaudet et Joly, 2000, op. cit., note 9.

23 Lapointe, G. et R. Montpetit, Paul-Émile Borduas photographe : un regard sur Percé, été 1938, Montréal, Fides, 1998.

24 Genest, B., Le macroinventaire, guide explicatif. Le macroinventaire des biens culturels du Québec, Québec, ministère des Affaires culturelles, Services des inventaires, 1983.

25 Ibid.

26 Westmacott, R. et T. Worthington, Agricultural Landscape — A Second Look, Cheltenham, Countryside Commission, 1984.

27 Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale.

28 Mollie-Stefulesco, C., Séquences paysages. Revue de l’Observatoire des paysages, ministère de l’Environnement (France), Paris, Editions Hazan, 1997.

29 Quesney, D., V. Ristelhueber-Guilloteau et C. Stefulesco, L’observatoire photographique du paysage, France, ministère de l’Environnement, Cité des sciences et de l’industrie, 1994.

30 Mollie-Stefulesco, 1997, op. cit., note 28.

31 Quesney, Ristelhueber-Guilloteau et Stefulesco, 1994, op. cit., note 29.

32 Cette façon de faire s’inscrit dans l’esprit des inventions de paysages développées au Siècle des lumières ; époque à laquelle, les peintres anglais ont contribué de manière significative à l’invention des paysages de montagne et de mer ; voir Roger, A. (dir.), La théorie du paysage en France (1974-1994), coll. « Pays/Paysage », Seyssel, Champ Vallon, 1995.

33 Franceschi, C., « Séquences/paysages 1997. Revue de l’Observatoire des paysages, ministère de l’Environnement » [compte-rendu], Les carnets du paysage, no 1, printemps 1998, p. 175.

34 Williams Notman, artiste-photographe canadien.

35 M. Reford, propriétaire du domaine de Métis (Grand-Métis).

36 Poullaouec-Gonidec, P., G. Domon, S. Paquette et C. Montpetit, Monitoring visuel du paysage de corridors autoroutiers soumis à une gestion écologique, rapport déposé au ministère des Transports du Québec, Chaire en paysage et environnement, Université de Montréal, mai 2000.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Évacuateur de crues, centrale Rivière-des-Prairies : évaluation d’une simulation.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13895/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 2 : Point de vue sur le chemin Kempt : persistance paysagère.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13895/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Figure 3 : Point de vue sur l’estuaire de la rivière Mitis : mutation paysagère.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13895/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

Auteurs

Professeur agrégé à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal où il enseigne dans les domaines de l’écologie du paysage et de l’aménagement des paysages ruraux. Directeur du module Ruralité et paysage de la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal, il est membre du Groupe de recherche en écologie forestière interuniversitaire (grefi), du réseau Ligniculture-Québec ; il codirige un vaste projet multidisciplinaire « Haut-Saint-Laurent : écologie et aménagement ». Auteur de plus d’une centaine de textes, ses recherches actuelles portent principalement sur la dynamique spatiotemporelle des paysages ruraux du sud du Québec, la reconstitution de la dynamique des territoires agroforestiers anciens, l’élaboration d’outils de caractérisation des paysages et la gestion écologique des espaces protégés.

Titulaire et cofondateur de la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Architecte paysagiste et plasticien de l’environnement, il est professeur titulaire à l’École d’architecture de paysage de l’Université de Montréal dont il a par ailleurs été le directeur de 1991 à 1996. Il a été également professeur invité à l’École d’architecture de Paris-La Villette, et plus récemment à l’Université de Rome La Sapienza. Il a récemment donné des formations et des conférences aux cycles supérieurs à l’Université d’architecture de Hanoi (Vietnam) et à la Faculté d’architecture de l’Université de Reggio de Calabria (Italie). Il est membre de l’Institut de recherche en histoire de l’architecture (irha) du Centre canadien d’architecture. Il est également confondateur du Festival international de jardins contemporains de Métis. Initiateur dans la même région de l’Université d’été des jardins et des paysages, il poursuit, depuis 1998, dans le cadre d’activités pédagogiques universitaires, des expérimentations in situ sur le design des jardins et des paysages.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter