Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les temps du paysage

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Sylvain Paquette
, 
Gérald Domon

Campagne urbaine-métropole rurale

Moura Quayle

Texte intégral

1Campagne urbaine-métropole rurale. Cette notion tente de répondre à une des questions les plus urgentes auxquelles sont aujourd’hui confrontées plusieurs bio-régions. Les tensions entre les habitants des villes et des campagnes, ainsi que leurs utilisations de la terre, s’intensifient chaque jour ; le paysage agricole en tant que lieu de production se trouve menacé par des valeurs extérieures à son propre contexte.

  • 1 Quayle, M., Stakes in the Ground : Provincial Interest in the Agricultural Land Commission Act, Co (...)

2La Colombie-Britannique se caractérise par une rareté du territoire agricole. Moins de 3 % de celui-ci est voué à l’agriculture. Les terres agricoles de premier ordre constituent à peine plus de 1 % du territoire alors que moins de 0,01 % de celui-ci permet la culture d’arbres dont les fruits portent le label Grown in BC, synonyme de fierté. Les terres agricoles sont fragiles et précieuses. Un sol fertile et des conditions physiques et environnementales nécessaires à l’agriculture constituent des ressources uniques et irremplaçables. Ce système naturel complexe supporte néanmoins une industrie qui compte parmi les secteurs économiques les plus importants de la province, profitant aux familles et aux collectivités, autant au plan culturel qu’économique. Avant la création des réserves des terres agricoles en 1973, le gouvernement évaluait à 6 000 hectares (15 000 acres) l’étendue des terres de premier ordre qui chaque année perdait sa fonction agricole au profit du développement urbain. La population croît rapidement et, historiquement, les terres agricoles ont été récupérées parce qu’elles sont recherchées pour le développement résidentiel. Rien n’indique que les pressions pour un tel développement vont diminuer1. Près de 80 % de la population en Colombie-Britannique vit actuellement sur 2,7 % du territoire !

  • 2 Schon, D., Educating the Reflective Practioner: Towards a New Design for Teaching and Learning in (...)

3Par conséquent, l’interdépendance positive de « l’urbain » et du « rural » mérite d’être explorée en partant de l’idée maîtresse que notre modèle cornant d’opération, le modèle technorationnel devrait tenir compte du processus essentiel de la rétroaction2. Le modèle lui-même est tellement fort et attrayant que nous l’adoptons sans avoir pris le temps de réfléchir à nos valeurs fondamentales et à la façon dont ces dernières devraient guider nos décisions, particulièrement en ce qui concerne le paysage. Dans une telle situation, il est important de comprendre les systèmes désintégrés de gestion du territoire et certaines causes de cette désintégration pour formuler un modèle alternatif. Il est intéressant de spéculer sur la forme qu’aurait la campagne urbaine-métropole rurale selon ce modèle et la panoplie de stratégies permettant la prise de conscience et le changement.

L’OBJET ET LES RAISONS DE LA DÉSINTÉGRATION

  • 3 Berry, W., The Gift of Good Land, San Francisco, North Point Press, 1981.

4Nombreux sont les systèmes qui se désintègrent. Les journaux nous renvoient une image inquiétante de notre société en se concentrant sur les scandales politiques, les désastres économiques ou les relations humaines qui s’effritent. Notre usage actuel du territoire reflète simplement ces stress sociaux. Nos terres se sont morcelées et nos systèmes d’aménagement du territoire se sont désintégrés3. À titre d’exemple, nous avons séparé, dans le paysage urbain, nos lieux de travail de ceux où nous vivons, et nous avons séparé ces derniers des lieux récréatifs, tant et si bien que nos déplacements de l’un à l’autre exacerbent les failles de notre système de transport jusqu’à ses limites. Le paysage rural est soumis aux mêmes types d’éclatement alors que s’accroît une population dont les exigences envers son territoire s’accentuent.

5Deux questions surgissent de ces observations : quelles sont les causes profondes de cette rupture et comment les citoyens devraient-ils réagir pour aider à changer, réparer et guérir les systèmes ? Après réflexion, trois des causes possibles de notre rupture avec la terre soulèvent des hypothèses intéressantes : l’objectivation, la simplification excessive et l’abstraction.

TROIS CAUSES PROFONDES

  • 4 Franklin, U., The Real World of Technology, Concord, Ontario, House of Anansi Press, 1990.

6Ursula Franklin, physicienne de Toronto et critique en matière de technologie, a écrit de façon convaincante sur la culture de conformité créée par la technologie4. Elle souligne que, depuis la révolution industrielle, la technologie a séparé plusieurs de nos activités quotidiennes. On participait autrefois à toutes les étapes du processus de fabrication : identification du besoin, idéation, conception, fabrication et utilisation. Ce processus a été remplacé, dans une large mesure, par une production à la chaîne où la participation d’un individu à la création du produit est si limitée qu’il est difficile pour lui de ressentir une quelconque appartenance ou de la satisfaction face à l’objet.

7On a observé ce phénomène dans le processus de production alimentaire auquel les gens participaient autrefois du début à la fin en commençant par la récolte du grain. Aujourd’hui, nous sommes peu nombreux à pouvoir identifier l’endroit et la façon dont on produit la nourriture. L’attitude commune se résume à percevoir le sol comme produit et les individus comme consommateurs ou main-d’œuvre. Inconsciemment, notre sens des responsabilités envers le territoire tend à disparaître.

  • 5 Shiva,V., Biopiracy: the Plunder of Nature and Knowledge, Boston, South end Press, 1997.
  • 6 Capra, F., The Web of Life, New York, Anchor Books, 1996.

8Au-delà de l’objectivation, nous croyons souvent qu’il existe des réponses simples et que celles-ci peuvent être fournies par la science. Le modèle technorationnel a développé des idées et des applications extraordinaires qui ont amélioré nos vies. Toutefois, certains entretiennent passivement l’impression que la science et la technologie à elles seules peuvent régler un problème en fournissant les systèmes stables que nous exigeons et dont nous avons besoin. Les choses ne sont pas toujours aussi simples et les ressources inépuisables. L’information nous manque lorsque vient le temps de prendre des décisions importantes. Nos modèles éprouvés donnent souvent des résultats inattendus et non souhaités5. Frijof Capra, un défenseur de la nouvelle science, écrit dans son livre Web of Life6 que nos systèmes stables résultent en fait de systèmes complexes. Le temps lui-même est simplifié à l’extrême ; nous avons tendance à vivre davantage dans le futur que dans le présent.

  • 7 The Kettering Review, numéro spécial « Professionalism », hiver 1994.

9Aux problèmes d’objectivation et de simplification excessive s’ajoute notre transformation du sol en produit abstrait. Ce faisant, nous nous éloignons de son essence et nous nous détachons de nos valeurs. L’inventaire des terres du Canada, les titres fonciers, les droits d’usage et les intérêts, les propriétaires corporatifs et le financement implicite ainsi qu’une multitude de lois et de décrets sont autant d’éléments qui contribuent à fragmenter et à brouiller notre véritable rapport au territoire. L’élite professionnelle, notamment les ingénieurs, les architectes, les architectes de paysage, les avocats et les scientifiques, concourt à renforcer ce concept abstrait, privilégiant souvent un professionnalisme corporatif (privé et étroit) plutôt que civique (public et large)7.

LA DÉSINTÉGRATION

10Comment l’objectivation, la simplification excessive et l’abstraction ont-elles affecté la relation qui s’est établie entre l’urbain et le rural ? Il existe des signes évidents d’un conflit à l’interface urbain-rural : (1) les terres agricoles sont constamment menacées par des pressions pour qu’on y loge les populations croissantes ; (2) des conflits profonds concernant l’utilisation du territoire existent entre agriculteurs, « préservationnistes », environnementalistes, industriels, défenseurs de la banlieue et amateurs de plein air ; (3) les systèmes paysagers et hydrographiques subissent une pollution émanant de plusieurs sources ; (4) certains cultivateurs ont du mal à gagner leur vie ; (5) le prix de la nourriture est souvent inférieur à ses coûts de production ; (6) le rural n’est plus seulement agricole ; (7) les palaces d’amusement, allant des terrains de golf aux parcs thématiques, déménagent sur des territoires jusque-là réservés à la production agricole ; (8) nous sommes déconcertés par les avantages et les inconvénients de la biotechnologie appliquée aux plantes et aux animaux ; et (9) nous sommes préoccupés par la salubrité et la sécurité alimentaires. La dichotomie évidente a disparu : urbain et rural ne reflètent plus les identités qu’ils reflétaient il y a 30 ou 40 ans.

11Ces situations semblent être des indicateurs d’un modèle disfonctionnel. La vie dans la collectivité s’exprime à travers les valeurs, les expériences et les savoirs. Notre vie est parsemée de difficultés, d’aspirations et de rêves. Ceux-ci nous ont amenés à développer des idées, des concepts et des paradigmes qui nous aident à fonctionner. Nous avons alors commencé à utiliser une technologie rationnelle pour appliquer les idées et pour profiter de nos ressources. De là vient toutefois le problème. Le modèle rationnel tend à exclure toute prise en compte de nos valeurs. Il rompt le lien qui devrait permettre à ces dernières de jouer un rôle dans nos prises de décision. Au contraire, nous perdons notre contact avec la réalité humaine et cette aliénation nous empêche de faire appel à nos valeurs fondamentales.

12Nous devons remplacer le modèle technorationnel, qui présente des lacunes importantes, par une alternative, une approche plus globale enracinée dans les valeurs fondamentales et dont la préoccupation première est le territoire et ses systèmes. Il s’agit d’aborder l’économie de façon nouvelle et d’accorder davantage de valeur à la collectivité et au lieu.

  • 8 Orr, D., Ecological Literacy: Education and the Transition to a Postmodern World, Albany, State Un (...)

13Où les modèles alternatifs prennent-ils naissance ? Certains ont suggéré d’élaborer un modèle intégré basé sur l’écologie8. Toutefois, les écologistes, qui insistent pourtant sur la pensée synthétique, se doivent de reconnaître la riche diversité des autres forces à l’œuvre dans le monde vivant, telles les forces humaines, économiques et culturelles ; l’humain et le naturel étant inséparable.

14Contrairement aux solutions linéaires et ordonnées du modèle technorationnel, tout modèle qui intègre les systèmes humain et naturel peut devenir plus complexe à certains moments. Dans Web of Life, Capra parle d’un modèle intégré qui inclut désordre et chaos. Suivant ce modèle, la turbulence imprévisible est une composante essentielle d’un système vivant sain puisqu’un équilibre stationnaire génère une boucle de rétroaction positive menant à la stagnation et à l’éventuelle destruction du système. Un tel modèle intégré exige donc que l’on perçoive le monde autrement.

CAMPAGNE URBAINE-MÉTROPOLE RURALE

15Comment peut-on appliquer un tel modèle intégrateur aux questions liées à la terre et aux collectivités tant en milieu urbain que rural ? Nous avons longtemps perçu l’urbain et le rural comme des entités séparées. De nos jours, les termes « rural » et « agricole » n’ont plus la même signification. On ne peut plus définir l’urbain par rapport au rural et inversement, notamment lorsque notre idéal « urbain » est d’offrir à tous et chacun une parcelle de ferme… en banlieue.

16Tout en reconnaissant l’importance des terres agricoles, nous tardons à comprendre que le développement résidentiel des banlieues entraîne une diminution du nombre de fermes productrices. L’architecte paysagiste Robert Riley écrit :

  • 9 Lewis, P., « The Urban Invasion of Rural America », The Changing American Countryside: Rural Peopl (...)

Tout au long de l’histoire de l’humanité, le paysage humanisé, non urbain, a été presque entièrement façonné par ceux qui travaillaient et habitaient le lieu. Le nouveau paysage non urbain est cependant en grande partie façonné par des individus pour qui le paysage rural n’est ni plus ni moins qu’un emplacement résidentiel alternatif. Qu’il s’agisse de banlieusards, de retraités ou de spécialistes-infographes gagnant leur vie à partir de leur tanière, le paysage rural ne constitue pas pour eux un système productif ou un mode de vie mais bien une aménité de localisation résidentielle9. [Traduction]

17Il s’agit là d’un problème important qui ne peut être résolu uniquement par les solutions technorationnelles actuelles de zonage de l’affectation du sol, de décrets et de règlements.

18Le modèle campagne urbaine-métropole rurale fait place à une approche différente aux problèmes urbains et ruraux. Les mots d’ordre sont intégration et coopération. Il réunit délibérément la campagne et la métropole et tente de renforcer les collectivités distinctes en encourageant leur sens de responsabilité l’une envers l’autre.

19Quelles devraient être les caractéristiques du processus de réalisation de la campagne urbaine-métropole rurale et son résultat physique ? Il s’agit, entre autres, de comprendre la structure du paysage et de la renforcer ; d’intégrer le concept de richesse commune ; de reconnaître le particularisme du heu et sa prospérité ; et de concevoir la campagne urbaine et la métropole rurale comme des paysages hybrides (Figure 1).

  • 10 Greater Vancouver Regional District, Strategie Planning Department, The Green Zone Priorities for (...)
  • 11 Rees, W. et M. Wackernagel, Our Ecological Footprint : Reducing Human Impact on the Earth, Cabriol (...)

20Les paysages urbains et ruraux ont désespérément besoin d’une structure solide basée sur les systèmes écologiques qui les soutiennent. Traditionnellement, dans un contexte urbain, le domaine public constitue l’essentiel de la structure du paysage alors que dans le contexte rural, les terres privées en forment une partie importante. En ville, les couloirs de verdure, les rues et les espaces ouverts peuvent représenter une infrastructure publique verte nous assurant de plusieurs façons un réseautage et un déplacement facile. Les zones vertes10, les terres agricoles et les terres forestières composent, en théorie, la structure du paysage en région. La nécessité de réduire notre impact au plan écologique constitue un argument majeur pour tenter de mieux intégrer nos visions de l’urbain et du rural11. Dans le modèle campagne urbaine-métropole rurale, chaque geste doit renforcer la structure du paysage.

  • 12 Berry, W., Another Turn of the Crank, Washington, D.C, Counterpoint, 1995.

21En règle générale, la notion de propriété privée est davantage valorisée par rapport aux notions de propriété publique et de richesse commune. Wendell Berry, écrivain, poète et cultivateur, soutient que nous avons mal ou insuffisamment réfléchi à chacune de ces notions12. Le concept de richesse commune implique que nous avons tous un intérêt et une part collective dans le territoire, un intérêt qui précède et étaye nos notions de propriété privée et publique. Notre droit de vivre comme nous l’entendons doit être tempéré par un respect envers les autres, envers notre culture et notre territoire. En tant que propriétaires privés, nous avons par conséquent l’obligation d’utiliser la terre de façon à ne pas porter atteinte au bien commun. Cette obligation s’étend également à tous les utilisateurs, comme parties de la société dans son ensemble. Si nos législateurs représentent nos valeurs sociales à l’intérieur des systèmes de propriété foncière, dans les faits, nous devrions nous attendre à ce que le propriétaire ait non seulement les moyens d’utiliser le territoire mais aussi ceux de s’en occuper correctement. Cette question devient cruciale au moment où on assiste à l’épuisement des sols, à l’étalement urbain et à l’abandon des fermes. L’application des principes de richesse commune est essentielle à la réalisation d’un modèle intégrateur.

Figure 1 : Exemple de campagne urbaine-métropole rurale, Berlin (Source : M. Quayle).

22La campagne urbaine et la métropole rurale devraient-elles se ressembler ? Sûrement pas. Le paysage et ses caractéristiques devraient orienter les schèmes de développement et les détails qui s’en dégagent. Nous devons nous assurer que nos collectivités, contrairement au flou de la banlieue, soient concentrées—qu’il s’agisse des quartiers urbains bien définis ou des villages, ces « carrefours » plus ruraux. Tous deux possèdent leurs rythmes, leurs odeurs et une beauté particulière. Tout comme les voisinages urbains ont leurs identités distinctes, les collectivités que nous contribuons à développer dans la métropole rurale ont aussi des qualités uniques qu’il faut mettre en valeur. Cette conception est en parfaite harmonie avec l’idée que l’écologie est un principe essentiel et avec l’importance accordée à un système adaptatif.

23Nous ayons beaucoup à gagner d’un retour aux économies locales rattachées aux ressources naturelles propres à un lieu, ce qui nous rapprocherait de l’idéal écologique et culturel d’une adaptation locale. Nous devrions orienter nos efforts vers la création d’une prospérité locale permettant de revigorer les collectivités dans les campagnes-métropoles.

24Il est logique de construire sur des bases locales. Le caractère même du paysage, qu’il s’agisse d’espaces récréotouristiques, de terres agricoles ou d’espaces résidentiels, peut être un levier de développement économique centré sur le lieu.

25Alors, qui va s’occuper de cette richesse commune ? Si nous voulons que l’on s’occupe non seulement de la campagne urbaine mais aussi du rural, nous devons faire en sorte que des gens vivent à la fois sur la terre et de la terre, tant dans le paysage urbain que dans le paysage agricole, et que ceux-ci aient la volonté et la capacité d’en prendre soin. Nous devons repenser notre système d’économie et de droit fonciers. Tant que nous n’aurons pas revitalisé la métropole rurale au moyen de différentes stratégies de développement des collectivités et que nous n’aurons pas admis son importance, nous ne pourrons trouver une solution complète à la protection et à la gestion du territoire. Ces stratégies doivent comprendre des récompenses — « nouveaux » emplois, nouveaux bénéfices reliés à un bon travail d’intendance, et reconnaissance renouvelée des valeurs globales à long terme, et non du gain à court terme. Il s’agit de saisir les opportunités pour inventer de nouvelles façons de travailler et de vivre ; les cultivateurs travaillent habituellement à la maison—voilà peut-être un modèle que nous pourrons suivre.

26La campagne urbaine et la métropole rurale sont des paysages hybrides. Tout comme un croisement produit de meilleures variétés, nos concepts d’« urbain » et de « rural » peuvent être considérés comme deux parents forts. Les collectivités qui permettent un mélange approprié de brut (prés sauvages ou cultures agricoles rustiques) et de raffiné (pelouse tondue ou serre reluisante) sont dynamiques et accordent une large place au paysage comme lieu de production et d’apprentissage. Les jardins d’enfants et les cours écologiques que les écoles négligent de construire trouvent leur place dans la campagne urbaine-métropole rurale.

LES STRATÉGIES DE CHANGEMENT

  • 13 Rojas, A., « Spaces of Hope: Reassessing Democracy and Development », Priorities, vol. 1, no 1, 19 (...)

27Comment pouvons-nous apporter de tels changements, apparemment majeurs, dans notre façon de penser ? Des idées et des stratégies sont nécessaires pour opérer ces changements. Il existe des exemples d’actions pouvant créer des « espaces d’espoir »13 ou pouvant nous servir de phares.

  • 14 May, R., The Courage to Create, New York, Norton, 1975.

28Le changement exige notamment le courage de créer. Dans son livre du même nom, Le courage de créer, Rollo May écrit : « Alors que le courage moral consiste à réparer des injustices, le courage créatif, par opposition, consiste à découvrir de nouvelles formes, de nouveaux symboles, de nouveaux modèles sur lesquels on peut bâtir une nouvelle société14 ». [Traduction] Il s’agit d’être ouvert aux expériences et aux nouvelles façons de penser. Il s’agit aussi d’apprendre à définir tous les aspects des problèmes et d’acquérir des connaissances qui dépassent les qualités d’un auteur, connaissances aujourd’hui exigées et récompensées par la société. Des savoirs visuels, spatiaux, écologiques et culturels sont devenus essentiels pour nos citoyens. Comment savons-nous que nous nous attaquons au bon problème ? L’écoute et le questionnement constituent des habiletés sociales fondamentales dont nous avons un urgent besoin en tant que citoyens.

  • 15 Le Minnesota Institute for Sustainable Agriculture (misa) est un projet conjoint du College of Agr (...)

29On vit à une époque où il faut travailler ensemble. Pour pouvoir passer à un modèle alternatif, les diverses pièces du casse-tête doivent être réunies. La création d’un institut communautaire pour l’agriculture durable (Community Institute for Sustainable Agriculture, cisa) est une stratégie envisageable qui permettrait de tenir compte de l’urbain et du rural en fonction de l’agriculture et de la croissance. L’agriculture durable, une méthode de gestion des agroécosystèmes, permet de garantir un approvisionnement sûr et suffisant en nourriture et en fibres. Le cisa a pour but de réunir les divers groupes d’intérêts pour encourager une agriculture durable aux niveaux local, régional, national et international. Parmi ces partenaires, on retrouve la communauté agricole, l’industrie, des établissements d’enseignement, des organismes non gouvernementaux, et les gouvernements municipaux, régionaux, provinciaux et fédéral. En bref, les objectifs d’un tel projet sont d’étendre et de renforcer les relations entre les groupes d’intérêts agricoles des secteurs privé, public et universitaire, et de travailler avec les collectivités rurales et urbaines afin de découvrir et d’appliquer les valeurs de durabilité qui sont directement liées à l’intégration de l’urbain et du rural15.

  • 16 La Commission sur les ressources et l’environnement (core) est un bon exemple de l’engagement loca (...)
  • 17 Quayle, M., « Urban Greenways and Public Ways : Realizing Public Ideas in a Fragmented World », La (...)

30La stratégie consistant à prendre des décisions sur une plus petite échelle en ce qui concerne la « richesse commune » s’est avérée fructueuse. De plus en plus, une gestion efficace de l’utilisation du territoire illustre la pertinence des efforts visant à s’éloigner de ce qui est purement objectif et universel et à faire participer les collectivités locales16. À titre d’exemple, plusieurs projets de corridors verts—voies publiques dans la ville de Vancouver—sont des tentatives de développer les collectivités en se basant sur l’idée que des problèmes particuliers demandent des solutions taillées sur mesure17. Les procédures standards (prenons l’exemple du muret de béton) représentent souvent les solutions les moins appropriées et les plus coûteuses. De nombreux obstacles entravent la route menant au spécifique et au particulier. Le défi consiste à utiliser le paysage comme un laboratoire et, progressivement, à mettre à l’essai des idées nouvelles et anciennes qui répondent au particularisme du lieu. En ce qui concerne la vision d’une « construction » réelle de la campagne urbaine-métropole rurale, le local et le spécifique devraient nous servir de préceptes puisque l’universel ne nous conduit qu’à une uniformité qui ne tient pas compte de la structure de notre paysage et de la nature unique de ses habitants.

  • 18 Greig, B., « URB FARM : Agriculture on the Edge », mémoire de maîtrise en architecture de paysage, (...)

31Les designers se questionnent continuellement sur la manière de développer des lieux où nous voulons vivre et travailler. Nous cherchons constamment à rapprocher nos politiques de la réalité telle que vécue sur le terrain. Il n’y a rien comme des preuves concrètes, ou au moins un « modèle de démonstration », pour rallier des gens à des idées. Les valeurs implicites du modèle de campagne urbaine-métropole rurale sont à la base de l’élaboration des projets de démonstration dans le paysage. Plusieurs étudiants inscrits au programme d’architecture de paysage de l’Université de Colombie-Britannique ont exploré la relation entre les terres agricoles et les quartiers urbains situés à proximité les uns des autres. Le « URB FARM : Agriculture on the Edge » et le « UBC Research Farm and Oyster River Community : Towards an Agri-Culture » (Figure 2) en sont deux exemples18. Le premier développe une variété de stratégies pour faire en sorte que l’expérience des terres agricoles fasse partie de la vie de tous les jours (Figure 3), alors que le second étudie les possibilités programmatiques d’ancrer la ferme dans la collectivité et ses besoins fondamentaux : la nourriture et le logement. L’éducation et la formation sont des éléments clés du programme qui sera complété par divers projets de recherche entrepris par la collectivité.

***

32La campagne urbaine et la métropole rurale, de même que leurs collectivités et leurs voisinages, prospèreront dans la mesure où les individus qui y participent ressentiront personnellement le besoin de s’en occuper et de rester. La transformation de nos modèles et nos façons de faire doit désormais être au cœur de nos préoccupations. Comme l’écrit David Orr :

  • 19 Orr, D., Ecological Literacy : Education and the Transition to a Postmodern World, Albany, State U (...)

ce qui passe pour du savoir est, en grande partie, à peine plus qu’une somme d’abstractions détachées de la réalité tangible, des vrais problèmes et des lieux où nous vivons et où nous travaillons. En ce sens, c’est une perspective utopique qui nous mène littéralement « nulle part19 ». [Traduction]

Figure 2 : Intégrer la terre, le bien alimentaire et la communauté : l’exemple du projet de la Oyster River Research Farm, île de Vancouver, Colombie-Britannique (Source : Muir, S., « UBC Research Farm and Oyster River Community : Towards an Agri-Culture », mémoire de maîtrise en architecture de paysage, Université de Colombie-Britannique, 1999).

Figure 3 : Installation-hommage à la faucheuse manuelle, 8th Avenue et Sasamat Street, Vancouver, Colombie-Britannique (Source : M. Quayle).

33Ce travail de transformation ainsi que toutes les idées qui nous orientent vers une campagne urbaine-métropole rurale constituent une tentative pour nous amener… quelque part.

Notes

1 Quayle, M., Stakes in the Ground : Provincial Interest in the Agricultural Land Commission Act, Colombie-Britannique, ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, 1998.

2 Schon, D., Educating the Reflective Practioner: Towards a New Design for Teaching and Learning in the Professions, San Francisco, Jossey Bass, 1987.

3 Berry, W., The Gift of Good Land, San Francisco, North Point Press, 1981.

4 Franklin, U., The Real World of Technology, Concord, Ontario, House of Anansi Press, 1990.

5 Shiva,V., Biopiracy: the Plunder of Nature and Knowledge, Boston, South end Press, 1997.

6 Capra, F., The Web of Life, New York, Anchor Books, 1996.

7 The Kettering Review, numéro spécial « Professionalism », hiver 1994.

8 Orr, D., Ecological Literacy: Education and the Transition to a Postmodern World, Albany, State University of New York Press, 1992.

9 Lewis, P., « The Urban Invasion of Rural America », The Changing American Countryside: Rural People and Places, Castle, E. N. (dir.), Lawrence, University of Kansas Press, 1995, p. 59.

10 Greater Vancouver Regional District, Strategie Planning Department, The Green Zone Priorities for Tomorrow, Conference, Burnaby, C.-B., GVRD, 1997.

11 Rees, W. et M. Wackernagel, Our Ecological Footprint : Reducing Human Impact on the Earth, Cabriola Island, New Society Publishers, 1995.

12 Berry, W., Another Turn of the Crank, Washington, D.C, Counterpoint, 1995.

13 Rojas, A., « Spaces of Hope: Reassessing Democracy and Development », Priorities, vol. 1, no 1, 1984, p. 11-21.

14 May, R., The Courage to Create, New York, Norton, 1975.

15 Le Minnesota Institute for Sustainable Agriculture (misa) est un projet conjoint du College of Agricultural, Food and Environmental Sciences à l’Université du Minnesota et du Sustainers’ Coalition, un groupe d’individus et d’organisations communautaires à but non lucratif, misa a pour but de réunir la collectivité agricole et le monde universitaire dans un effort coopératif visant à développer et promouvoir l’agriculture durable au Minnesota et ailleurs.

16 La Commission sur les ressources et l’environnement (core) est un bon exemple de l’engagement local. Cette commission indépendante a été créée en 1992 pour développer une stratégie provinciale d’utilisation de la terre, en mettant l’accent sur la durabilité économique, environnementale et sociale, sur la participation publique et l’élaboration de consensus et sur le respect des droits autochtones. Selon la stratégie recommandée par core au gouvernement, la planification de l’utilisation de la terre doit se faire à trois niveaux : une planification provinciale, régionale et locale ou communautaire.

17 Quayle, M., « Urban Greenways and Public Ways : Realizing Public Ideas in a Fragmented World », Landscape and Urban Planning, vol. 33, no 1/3,1995, p. 461-475.

18 Greig, B., « URB FARM : Agriculture on the Edge », mémoire de maîtrise en architecture de paysage, Université de Colombie-Britannique, 1998 ; Muir, S., « UBC Research Farm and Oyster River Community : Towards an Agri-Culture », mémoire de maîtrise en architecture de paysage, Université de Colombie-Britannique, 1999. Ces travaux explorent les possibilités de créer des communautés différentes qui entretiennent un rapport avec le paysage agricole.

19 Orr, D., Ecological Literacy : Education and the Transition to a Postmodern World, Albany, State University of New York Press, 1992, p. 126.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Exemple de campagne urbaine-métropole rurale, Berlin (Source : M. Quayle).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13893/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Figure 2 : Intégrer la terre, le bien alimentaire et la communauté : l’exemple du projet de la Oyster River Research Farm, île de Vancouver, Colombie-Britannique (Source : Muir, S., « UBC Research Farm and Oyster River Community : Towards an Agri-Culture », mémoire de maîtrise en architecture de paysage, Université de Colombie-Britannique, 1999).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13893/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Figure 3 : Installation-hommage à la faucheuse manuelle, 8th Avenue et Sasamat Street, Vancouver, Colombie-Britannique (Source : M. Quayle).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13893/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k

Auteur

Doyenne de la Faculty of Agricultural Sciences de la University of British Columbia (ubc) depuis 1997. Elle a été directrice du ubc Landscape Architecture Program et Fellow de la Canadian Society of Landscape Architects. Ses champs d’enseignement, de recherche et d’activités professionnelles concernent le paysage urbain, notamment l’écologie urbaine, l’aménagement des corridors verts ainsi que la restauration des voies de transport publiques. Elle s’est s’intéressée à l'agriculture soutenable, en particulier à ses implications en matière d’aménagement des territoires à l’interface de l’urbain et du rural. Elle a mené des consultations pour le compte du Minister of Agriculture and Food de la Colombie-Britannique et a dirigé la City of Vancouver’s Urban Landscape Task Force. Elle a été nommée ymca Woman of Distinction dans la catégorie « Communication et affaires publiques ». Elle participe par ailleurs activement aux questions entourant la planification et le design pour la région métropolitaine de Vancouver ainsi qu’au rapprochement des intérêts des milieux universitaires et communautaires.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540