Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les temps du paysage

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Sylvain Paquette
, 
Gérald Domon

La construction sociale de la ruralité

Bruno Jean

Texto completo

1La ruralité, comme d’autres réalités sociales, n’est pas une donnée objective, facilement saisissable. Il s’agit plutôt d’une production ou d’une construction sociale. La définition de la ruralité, à un moment donné, résulte des rapports de force entre les groupes sociaux qui tentent d’imposer leur vision du monde ou leurs représentations de certaines réalités. Les ruraux ont eu historiquement peu à dire sur leur propre monde, raconté, décrit, construit en somme par d’autres couches sociales détenant le pouvoir de parler.

2Mais dans la modernité avancée, on assiste à la réhabilitation des acteurs sociaux, même des plus faibles, avec le processus politique de la subsidiarité qui leur accorde une protection. Les ruraux retrouvent une capacité de parole qui n’enlève pas celle des urbains. Et le nouveau discours sur la ruralité, basé sur les traits distinctifs de la ruralité, tel le paysage ou l’environnement, parfois repris par les ruraux eux-mêmes, s’impose comme une nouvelle référence pour définir la ruralité dans la modernité avancée.

  • 1 Jean, B., « Vers une première politique rurale : aménager l’avenir des campagnes au XXIe siècle »,(...)

3À partir d’une recherche sur les systèmes ruraux au stade de la modernité avancée et d’une analyse des débats entourant la préparation d’une première politique rurale au Québec1, nous tenterons ici de mettre à jour les principaux enjeux de développement de la ruralité québécoise découlant de l’émergence du paysage dans les discours contemporains sur le monde rural. Pour ce faire, notre exposé sera structuré en trois parties. Premièrement, nous rappellerons comment l’évolution de la ruralité québécoise ne peut se lire à partir des grilles classiques de la sociologie rurale européenne. Deuxièmement, nous montrerons comment la ruralité fut l’objet d’une sociologie qui nous semble devoir évoluer avec les acquis de la perspective constructiviste et les apports de la théorie de la structuration sociale de Giddens. Il s’agira notamment d’évaluer comment cette ruralité a connu une évolution de ses représentations dominantes dans le discours sociologique, social et politique. Troisièmement, nous décrirons une recherche en cours qui tente de comprendre la recomposition actuelle des systèmes ruraux en portant une attention particulière à la question du paysage telle qu’elle s’exprime dans les discours. En conclusion, nous identifierons quelques enjeux que pose cette nouvelle représentation dominante de la ruralité comme un paysage.

LA RURALITÉ DANS LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE

  • 2 Jean, B., « Territoires d’avenir : comprendre la ruralité dans la modernité avancée », Actes du Sy (...)

4Le dernier quart de siècle aura vu, au Québec comme ailleurs dans le monde, s’approfondir une restructuration rurale sans précédent dont l’ampleur et la direction échappent encore à notre entendement. Les milieux de la recherche scientifique sont encore divisés sur le sens de ces transformations de la ruralité. Dès 1971, Gérald Fortin annonçait la « fin d’un règne », autrement dit, le déclin irréversible des campagnes. D’autres parlent toujours d’une « renaissance rurale » qui semble se manifester sur certains territoires. Ce qui nous apparaît évident, c’est que la vieille distinction rurale et urbaine n’est guère utile aujourd’hui. Pendant que les urbains rêvent de la campagne et la reproduisent dans leurs vastes banlieues, les ruraux se donnent des modes de vie largement urbanisés2.

5Dans le même mouvement, c’est la différenciation entre les milieux ruraux eux-mêmes qui s’est approfondie. Dans le Québec rural de jadis, comme Louis Hémon le remarquait dans Maria Chapdelaine, deux ruralités caractérisaient l’espace rural québécois : celle des vieilles terres de la vallée laurentienne et de leurs habitants, et celle des terres neuves des zones de colonisation et de leurs colons. Aujourd’hui, la ruralité est devenue plurielle. Elle se décline selon plusieurs typologies. Sur le plan géographique, on peut distinguer les zones rurales périurbaines, les zones intermédiaires et les zones périphériques. Sur le plan économique, on remarque un Québec rural intégré dans une économie mondialisée, un Québec rural tourné vers le marché intérieur et un Québec rural marginalisé ne jouissant pas des avantages comparatifs susceptibles de le favoriser dans le processus actuel de mondialisation, laquelle risque plutôt de marginaliser plus encore ces espaces. Par ailleurs, il apparaît nécessaire de construire des typologies plus fines des « systèmes ruraux » typiques de la ruralité dans la modernité avancée ; on pourra alors mieux comprendre ce qui est commun à des ruralités aussi différentes que la ruralité forestière, la ruralité agricole, la ruralité récréotouristique ou encore la ruralité industrielle.

6Si les problèmes des régions rurales sont si criants, comment se fait-il que l’on ait attendu si longtemps pour s’y intéresser ? La voix des ruraux aurait-elle tellement perdu de force qu’on ne l’entend plus ? L’urgence des autres problèmes aurait-elle davantage occupé les politiques ? Pas vraiment, la raison en est plus simple. On pensait s’occuper de la question rurale par la mise en œuvre de politiques sectorielles, essentiellement les politiques agricoles, et plus récemment avec les politiques volontaristes de développement régional. Il faudra attendre les années cinquante pour que les gouvernements prennent conscience des problèmes de pauvreté qui affectaient plusieurs régions rurales, généralement éloignées, alors que le reste de notre économie connaissait une période de prospérité sans précédent, période qu’on appelle maintenant les « Trentes glorieuses ». Les jeunes « sciences régionales », appelées au secours, proposèrent la mise en application de la récente théorie des pôles de croissance ; dans ce modèle, des « pôles urbains » régionaux devaient innerver tout le territoire rural sous leur influence et ainsi les revitaliser. On connaît la suite… Aux effets de diffusion du développement, on a plutôt assisté à des effets de concentration de la croissance économique en certains lieux laissant les milieux ruraux plus mal en point. Malgré ses évidentes limites, cette approche a encore la faveur de nombreux théoriciens de la planification régionale.

7Selon nos manuels d’histoire, le Québec aurait été une société fortement rurale qui s’est urbanisée rapidement au cours du présent siècle. Nous voudrions défendre ici une thèse différente à la lumière d’une relecture des rapports que la société québécoise a entretenus avec la ruralité, rapports beaucoup plus complexes que ceux enseignés à l’école. Pour comprendre les enjeux actuels du développement des régions rurales québécoises, et donc les enjeux à la base de la prochaine politique rurale du Québec, un rappel du rôle et de la place de la ruralité dans la construction de l’identité québécoise semble nécessaire.

8La question centrale est la suivante : le Québec a-t-il déjà été une société rurale ? La société coloniale qui s’installe dans la vallée du Saint-Laurent est une société largement urbaine contrairement à ce qu’on pourrait penser en raison de l’environnement naturel. L’expérience rurale se limite à quelques établissements agricoles autour des villes, à la traite des fourrures avec les coureurs des bois partant de la ville pour y revenir après de longs et dangereux périples. Il est vrai que l’intendant Talon a voulu mettre en place en Nouvelle-France une société rurale basée sur le modèle de la société rurale agraire du vieux continent. Nous avons aussi hérité des institutions « rurales » fondamentales comme le rang, la paroisse et la seigneurie.

9C’est la conquête britannique qui va mettre fin à cette société urbaine typique du Régime français, et qui va accélérer la mise en place d’une société rurale au Québec. Le Régime anglais suscite une ruralisation de cette société coloniale qui est davantage subie que choisie. Décapitée de sa classe politique et marchande qui retourne dans la métropole, la survivance ne sera possible que par le repliement sur la terre sous la conduite d’un clergé ayant, entre le peuple francophone et le nouveau conquérant anglophone, un espace d’action bien mince.

10C’est pendant la période allant de la conquête jusqu’au milieu du XIXe siècle que les traits d’une société rurale québécoise vont se forger, au sens où on va définir la ruralité à ce moment-là, soit une société agraire. Toutefois, même si certains anthropologues ont parlé de paysannerie québécoise, ce concept européen, comme bien d’autres, ajoute plus de confusion que d’éclairage sur la compréhension des réalités québécoises. Soyons clair, il n’y a jamais eu au Québec une paysannerie au cœur d’une société rurale. Au moment où ces colons auraient pu former une véritable classe paysanne, l’intégration économique continentale et les perspectives d’emplois dans la Nouvelle-Angleterre alors en pleine révolution industrielle, ont fait passer notre agriculture autarcique en une agriculture commerciale, engendrant un vaste mouvement d’exode rural. Ce qui confirmait la faible profondeur de cette culture rurale québécoise, contrastant si fortement avec l’attachement au sol, au territoire caractéristique des cultures rurales européennes. Les plus récents travaux des historiens attestent bien que cette prétendue société rurale aura été, en fait, une société fortement mobile constamment à la recherche de meilleures terres ou d’autres ressources rurales (comme la forêt) pour s’assurer une subsistance plus aisée.

11Par ailleurs, les mouvements de colonisation des nouvelles régions, en dehors du foyer original de peuplement qu’est le corridor laurentien, ne sont probablement pas le fruit d’une société rurale consciente d’elle-même, mais d’une stratégie par défaut, d’une stratégie pour se sortir d’une crise, évidemment celle du surpeuplement de la vallée laurentienne. On retient de cette histoire l’impression que la ruralité, dans l’expérience historique québécoise, s’est lentement construite selon des valeurs et des représentations négatives. Le rural, c’est la difficile survie dans un environnement non maîtrisé, inhospitalier ; on peut y vivre, mais le maintien de la vie exige un travail soutenu et pénible.

12Pourtant, en cette fin du XXe siècle, à partir d’un discours largement urbain, une nouvelle représentation fortement positive de la ruralité, représentation également socialement construite, est en train de prendre forme, soit celle la ruralité pensée comme un milieu sain, vivifiant, et propice au développement personnel et social. La société urbaine et industrielle produit des images survalorisantes des campagnes (un environnement, des paysages) dans lesquels les ruraux ne se retrouvent pas toujours ; mais le discours des urbains sur le rural est bien celui qui risque d’être entendu par les politiciens, eux-mêmes généralement issus des milieux urbains.

LA RURALITÉ ET SA SOCIOLOGIE : UNE CONSTRUCTION SOCIALE

13Ce rappel historique a montré que la ruralité est probablement davantage une sorte de construction sociale qu’une réalité empirique facilement identifiable. On ne sait pas trop où elle commence ni où elle finit. La définition opérationnelle des officines statistiques classe dans le rural ce qui n’est pas urbain, une réalité plus facilement observable. Tout cela pour dire que la définition de la ruralité est une sorte de production sociale, que le contenu de cette définition peut être différent selon divers groupes sociaux et différent dans le temps. Nous venons de le voir plus haut, en illustrant comment l’histoire québécoise a forgé une image plutôt négative de la ruralité qui contraste avec sa survalorisation actuelle et récente. D’ailleurs, les sciences sociales québécoises ont, soit ignoré la ruralité, soit qu’elles l’ont pensée dans le cadre du paradigme évolutionniste dominant dans la sociologie américaine de l’après-guerre. Dans ce modèle, toute société passe du stade traditionnel au moderne et dans celui-ci, la ruralité étant associée au traditionnel n’a pas sa place. L’enjeu actuel est bien celui de penser correctement ce qu’est devenue la ruralité dans la modernité et dans la postmodernité.

14La ruralité n’est pas disparue avec la modernité ; elle perdure, mais sous des formes sans doute nouvelles ou renouvelées. Au Québec, selon le recensement de 1996, 1249 des 1554 municipalités sont classées comme rurales ; avec la vague des fusions municipales, on sait qu’il en reste moins de 1200 mais la proportion rurale-urbaine reste inchangée. Selon nous, pas moins du quart de la population du Québec continue de faire l’expérience quotidienne des trois plus robustes critères définissant la ruralité : un type particulier de rapport à l’espace redevable à la faible densité de population (la mobilité, critère géographique), un type particulier de sociabilité redevable à la faiblesse des effectifs démographiques (l’interconnaissance, critère sociologique), finalement, un type particulier de cadre de vie, celui des petites collectivités. À l’encontre d’une certaine gouvernance locale marchande et utilitariste fort à la mode actuellement, il faut réaffirmer avec force que ce cadre de vie manifeste à la fois une viabilité économique, une vitalité sociale et une validité politique.

15L’organisme Solidarité rurale, dans son Avis pour une politique gouvernementale de développement rural, reprend à son compte la définition du Français Bernard Kayser, présenté comme un sociologue alors qu’il est reconnu comme géographe. Son énoncé se lit comme suit :

  • 3 Solidarité rurale du Québec, Avis pour une politique gouvernementale de développement rural, Forma (...)

L’espace rural se définit comme un mode particulier d’utilisation de l’espace et de vie sociale. Il est ainsi caractérisé par une densité relativement faible des habitants et des constructions, faisant apparaître des paysages à couverture végétale ; un usage économique à dominante agro-sylvo-pastorale ; un mode de vie de ses habitants caractérisé par leur appartenance à des collectivités de taille limitée et par leur rapport particulier à l’espace ; une identité et une représentation spécifiques, fortement connotées par la culture paysanne3.

16Pour notre part, nous pensons que la ruralité est une forme territoriale de vie sociale qui possède un certain nombre d’attributs. Dans la littérature scientifique, les traits suivants sont souvent mentionnés comme des attributs définissant la ruralité : des relations interpersonnelles étroites, une tradition de solidarité, d’accueil et d’entraide, une grande sensibilité au patrimoine, une étroite relation avec l’environnement naturel, un fort sentiment identitaire et une diversité des cultures rurales. Mais nous nous sommes rendu compte que la recherche des attributs définissant la ruralité contemporaine est une mission impossible. Les ruraux n’étant pas en dehors du monde, on pourrait émettre l’hypothèse que la ruralité est la combinaison spécifique d’éléments non spécifiques. Cependant, il peut y avoir quelques combinaisons spécifiques différentes en fonction du type de ruralité et de système rural devant lequel nous nous trouvons.

17Dans cette optique, la définition d’un seuil au-delà duquel une communauté n’est plus rurale, est aussi une mission impossible. Certaines petites communautés sont très urbaines tandis que d’autres communautés bien plus grandes sont très rurales. Le seuil de 5 000 habitants, évoqué par Solidarité rurale, ne semble pas être une bonne base pour la future politique rurale québécoise. Si l’on travaille sur la base des municipalités, pourquoi ne pas prendre le seuil de 2 500 habitants et moins, proposé par Clermont Dugas. En se donnant une autre échelle, on pourrait travailler avec les municipalités régionales de comté (mrc). Il n’existe guère de critères solides pour différencier les mrc rurales des mrc urbaines, opération qui est un non-sens, car l’urbanité et la ruralité s’y retrouvent dans des proportions variables. Bref, il n’y a pas de solution idéale. Il vaudrait mieux prendre en compte cette géométrie variable de la ruralité tout en identifiant, pour chaque type d’intervention, le type de territoire rural, de mrc ou de municipalité le mieux adapté aux aides publiques en question.

18Avec le passage non pas à une prétendue postmodernité mais à ce que Antony Giddens appelle la « modernité avancée », les représentations antérieures de la ruralité deviennent plus claires, plus saisissables. Au risque de la simplification abusive, nous avons tenté de faire une cartographie conceptuelle de ces grandes représentations dans trois types de discours : le discours sociologique, le discours social et finalement le discours politique (Figure 1).

  • 4 La place nous manque ici pour décrire plus largement ses fondements, mais on peut consulter notre (...)

19Cette cartographie4 permet de voir que le discours sociologique est différent selon la tradition européenne et américaine, allant dans le sens de la valorisation environnementale, et avec une plus grande sensibilité au paysage en Europe, dans le sens d’une vision spatiale négative, en Amérique, le rural étant réduit aux régions non métropolitaines. Par ailleurs le discours social, passant de la vision du rural comme le traditionnel au rural comme environnement, nous semble ouvrir ici une perspective large sur la reconnaissance de ce que certains appellent les « nouvelles fonctions » ou la multifonctionalité des espaces ruraux et même de l’agriculture. Finalement, le discours étatique nous montre aussi que la puissance publique, passant d’un discours aménagiste alarmiste à un discours plus environnementaliste, ouvre une nouvelle perspective qui offre à la ruralité une nouvelle mission sociale, soit celle de conserver et d’offrir à tous des aménités rurales paysagères, si on peut dire. Mais il faut aussi voir que la ruralité n’est pas un tout homogène mais une réalité plurielle.

LA NOTION DE SYSTÈME RURAL ET LES MODES DE REPRÉSENTATIONS DE LA RURALITÉ

  • 5 Cette étude intitulée « Ruralité, développement et modernité avancée : la recomposition des systèm (...)

20Dans une étude en cours5, nous voulons nous attaquer de front à une question difficile, soit celle de l’existence même de la ruralité à notre époque. Pour les uns, à l’ère de la postmodernité ou plus exactement de la modernité avancée, la ruralité est une sorte de survivance qui va se dissoudre complètement avec la généralisation des modes de vie postmodernes. Cette thèse de la fin du rural prétend donc qu’on assistera à une urbanisation des campagnes au point de parler maintenant d’urbanité rurale. Pour d’autres dont nous sommes, la période contemporaine ne signifie pas la fin du rural, mais la fin d’un certain rural et il faut nous doter de nouveaux outils théoriques et méthodologiques pour saisir et comprendre ce qu’est la ruralité dans la modernité avancée.

Figure 1 : L’évolution du discours sociologique, social et politique dominant avec le passage de la modernité naissante à la modernité avancée.

21Une première hypothèse voudrait que la ruralité contemporaine se manifeste par une pluralité de modes d’expression, contrairement à la ruralité d’autrefois qui se caractérisait par son homogénéité. D’où l’idée de capturer cette pluralité à partir d’un concept comme celui de « système rural ». Une seconde hypothèse serait que cette pluralité nous donne des ruralités plus différentes entre elles que la ruralité dans son ensemble avec l’urbanité.

22Finalement, en s’inspirant des perspectives théoriques offertes par la théorie de la structuration sociale de Giddens, si la ruralité existe dans la modernité avancée, elle doit pouvoir apparaître comme un fait social structurant, c’est-à-dire que nous pourrons, dans un territoire postulé « rural » a priori, tenter de découvrir par un long travail de décryptage les règles (et notamment les règles implicites) et les ressources dont se servent les acteurs pour structurer leur monde. Et comme la ruralité est plurielle, un type de ruralité donné devrait produire un système de règles spécifiques et différentes d’un autre type de ruralité.

23Actuellement, nous tentons de cerner les variations discursives des acteurs de développement de trois territoires ruraux québécois sous trois dimensions : le diagnostic du territoire, l’identité rurale et les stratégies de développement selon trois types d’acteurs, à savoir les élus locaux, les agents de développement et les porteurs de projet de développement, le plus souvent des entrepreneurs. Sous la dimension diagnostique, nous tentons de voir si ces acteurs ont une représentation en phase avec celles qui circulent, soit celles qui émergent des statistiques officielles ou celles produites par des institutions régionales comme les MRC dans le cadre des schémas d’aménagement. Par exemple, la MRC des Basques, un des trois territoires à l’étude, présente une ruralité qui peut être considérée comme une ruralité agricole. Cela se confirme dans les profils statistiques, dans le discours des MRC, et cela s’est confirmé dans notre série d’entretiens. Le second territoire typique d’une ruralité forestière, est celui de la MRC de Maria-Chapdelaine où les acteurs de développement se retrouvent volontiers dans cette image forestière. Notre troisième territoire, celui de la MRC de Charlevoix-Est, a été retenu comme un cas exemplaire de la ruralité touristique ou récréotouristique (Figure 2).

RURALITÉ AGRICOLE : un discours rural axé sur la dimension sociale de la ruralité, sur la qualité de la vie, sur la vitalité des communautés rurales et sur l’efficience des stratégies de développement local. Un discours agriruraliste mettant l’accent sur la dimension sociale de la ruralité.
RURALITÉ FORESTIÈRE : un discours rural axé sur une vision de la ruralité comme un réservoir de ressources primaires à exploiter pour créer de la richesse, des emplois avec l’émergence d’une faible sensibilité écologique. Un discours utilitariste mettant l’emphase sur la dimension économique.
RURALITÉ RÉCRÉOTOURISTIQUE : un discours rural axé sur la dimension paysagère de la ruralité. Le paysage est vu comme une « aménité » rurale qui peut constituer la base de son développement. Éléments d'une vision urbaine esthétique de la campagne. Un discours hédoniste valorisant la dimension culturelle de la ruralité.

Figure 2 : Types de systèmes ruraux et représentation de la ruralité.

24Le second thème de l’identité rurale du territoire n’est pas facile à faire aborder par les personnes interrogées, soit les élus impliqués dans des instances représentatives, soit les professionnels du développement occupant différents postes à ces MEC ou les promoteurs. Par exemple, l’actuelle mairesse de la petite ville de Trois-Pistoles, seule ville d’importance de la MRC des Basques, admet sans ambages qu’à tout bien penser, la ville de Trois-Pistoles est « une ville rurale » à l’instar de tout son milieu. Pendant ce temps, le maire de Clermont et préfet de la MRC de Charlevoix-Est nous déclare sans hésiter qu’à son avis, ce territoire est plutôt urbain, puisque près de 70 % de la population vit dans la vallée de rivière Malbaie dans une zone urbanisée allant justement de Clermont à la ville de La Malbaie.

25C’est sans doute par l'étude des stratégies de développement territorial que les éléments de structuration (règles tacites et ressources) de ces différentes réalités vont commencer à se manifester. Nous sommes encore loin d’une quête systématique des règles de structuration de la ruralité dont il faut postuler qu’elles ne sont pas celles des systèmes urbains. Mais une première série d’entretiens aura permis de constater combien les stratégies de développement pensées pour ces territoires ruraux sont différentes par rapport à ces trois systèmes ruraux et comment, et c’est là tout l’intérêt de cette approche pour nous : ces stratégies nous informent en quelque sorte des représentations sous-jacentes de la ruralité et qui lui donnent tout son sens. Par exemple, dans la mrc des Basques qui a connu de grandes difficultés avec la perte soudaine de centaines d’emplois avec la fermeture d’une grande usine laitière régionale, on mise sur le développement local et les pme soutenues par leurs communautés. En dix ans, on pense, par ces nouvelles petites entreprises, avoir recouvré les emplois perdus. Mais on sait que ces petites entreprises ne vont jamais, quant à elles, fermer tout d’un coup. La représentation sous-jacente de la ruralité met ici l’accent sur la vitalité des communautés comme milieux d’une grande qualité de vie, sur la qualité de la main-d'œuvre rurale sans négliger la dimension environnementale et les entreprises culturelles qui émergent actuellement à Trois-Pistoles.

26À l’opposé, dans le modèle typique de la ruralité forestière dans la mrc de Maria-Chapdelaine, si l’on croit aux vertus du développement local et des pme, on se demande si ce ne sont pas des solutions de pauvres pour des régions pauvres. Dolbeau et sa région est le lieu typique des hauts salaires versés par les grandes sociétés qui transforment le bois des forêts. Il en découle une ruralité qui intègre une grande part de la mentalité ouvrière, mais la mentalité de la couche ouvrière la mieux payée. La représentation rurale sous-jacente à cette stratégie qui mise toujours sur la grande entreprise exploitant les ressources naturelles est un exemple qui voit encore le rural comme un réservoir de ressources naturelles ayant pour souci la pérennité et la gestion rationnelle.

27La mrc de Charlevoix-Est, typique de la ruralité récréotouristique, nous a surpris à plus d’un titre. D’abord, c’est le seul de nos trois territoires où des différences se manifestent entre l’identité territoriale telle qu’elle apparaît dans les statistiques socioéconomiques et celles affichées dans la littérature des mrc et dans les entretiens auprès des acteurs de développement. En fait, tout tient à l’interrogation de plusieurs acteurs autour de la stratégie de développement touristique en regard du bilan économique que l’on peut se donner de ce territoire. Au moment de nos entretiens, à l’automne 1998, les points de vue sur la situation réelle étaient fort disparates. D’un côté, tout allait bien avec le tourisme, le casino et ses investissements, quelques nouvelles pme. De l’autre, on parlait des centaines d’emplois perdus à la grosse usine papetière de la Donohue de Clermont, de la précarité et des mauvaises conditions de travail et de la rémunération dans l’industrie touristique, tout cela engendrant une paupérisation grandissante, une misère qu’on s’évertuait à cacher derrière la belle carte postale. Donc, en termes de stratégies, il n’y pas de consensus, certains acteurs étant toujours convaincus de la pertinence de la stratégie récréotouristique, d’autres la remettant en cause. L’image sous-jacente de la ruralité est donc peu consensuelle : d’un côté, c’est la ruralité perçue comme un espace de récréation à consommer par les clientèles urbaines, de l’autre, on s’accroche à l’idée d’une possible régénération du tissu socioéconomique des milieux en redéveloppant les diverses capacités de tels milieux, et l’on va donc en appeler implicitement aux ressorts de vitalité sociale que recèlent les petites collectivités, la base même de la ruralité.

28Nos premières investigations, dans le cadre de cette étude sur la recomposition des systèmes ruraux dans la modernité avancée, trop rapidement relatées ici, semblent confirmer certaines intuitions initiales sur le processus de différenciation des territoires ruraux, lequel serait d’ailleurs un des traits majeurs de l’évolution récente de notre ruralité. Selon le type de territoire, il semble bien que le mode de structuration sociale de la ruralité soit fort différent et distinct. À bien y penser, cela est cohérent avec une certaine sociologie qui accorde un poids important à l’environnement et aux structures économiques sur les modes d’être et d’agir et donc sur les représentations sociales.

29Les analyses récentes de notre matériel, essentiellement des entretiens et la documentation institutionnelle des organismes de développement œuvrant dans ces trois territoires ruraux, nous ont permis de formuler une nouvelle interprétation de la dynamique de structuration sociale de ces trois types de ruralité. Ces trois systèmes ruraux se différencient fortement dans la troisième dimension de notre questionnaire initial, soit celle portant sur les visions du développement du territoire par ces acteurs. Dans le système rural forestier représenté par la mrc de Maria-Chapdelaine, le développement passe par le dynamisme de la grande entreprise et on ne voit pas tellement d’autres alternatives. Dans la mrc des Basques, on a une grande confiance dans les approches de « développement local » pour refaire le tissu socioéconomique rural mis à mal par le départ des grandes entreprises. Finalement, dans Charlevoix-Est, ce n’est que récemment que nous avons bien perçu une logique de développement qui passe par l’intervention de l’État (parcs publics des Hautes-Gorges et des Grands-Jardins, le casino et la réfection du Manoir Richelieu, etc.). Ces trois stratégies de développement territorial ne sont pas le fruit du hasard, car elles peuvent se comprendre en étudiant les rapports spécifiques à la propriété qui caractérisent historiquement ces territoires.

30Par ailleurs, le travail sociologique consiste à étudier de quelle manière les différents groupes sociaux définissent les diverses réalités sociales. Une réalité sociale comme la ruralité n’existe pas en dehors des processus discursifs de construction sociale de cet objet en réalité signifiante. La ruralité est donc une construction sociale et il s’agit de comprendre comment cette réalité est produite socialement. On peut alors montrer que les populations rurales ont peu de contrôle sur l’opinion publique ; elles ne s’expriment guère, elles n’exercent guère leur droit de parole. Participant faiblement au processus de construction sociale de la ruralité, elles se trouvent à vivre quotidiennement une réalité globalement définie par d’autres. Ce qui entraîne souvent une dissonance ; par exemple, au moment où on valorise la dimension paysagère du rural, comment les ruraux peuvent-ils apprécier cette dimension d’un environnement qui n’arrive plus, pour plusieurs d’entre eux, à les faire vivre. Ou encore, au moment où l’on découvre la valeur environnementale de la ruralité, pour les ruraux, voilà un trait de la civilisation rurale intrinsèque à leur culture, car c’est le respect de cet environnement qui assure leur survie depuis des siècles. Nous sommes ainsi conduits à prendre en compte les systèmes de représentation qui s’ajustent aux changements structurels ou qui semblent souvent les devancer au point qu’on peut se demander si la dimension symbolique n’est pas aussi puissante pour engendrer le changement social que les révolutions économiques et technologiques.

31Nous devrons mettre au jour ces mutations silencieuses qui affectent nos représentations de la ruralité, représentations qui font partie de la réalité rurale elle-même.

CONCLUSION

32Le développement rural suppose une difficile mais nécessaire harmonisation entre la dimension économique, écologique et sociale de toute stratégie de développement. Autrement dit, il nous faut harmoniser les opportunités économiques de ces milieux avec leurs propres contraintes environnementales et aussi avec les attentes sociales des ruraux, soit le mode de vie souhaité par ces populations.

33Après un XXe siècle dominé par une formidable poussée de l’urbanisation, le Japon parle de la nécessaire revitalisation rurale que ce pays entend soutenir au XXIe siècle. Après le siècle des villes, le siècle des campagnes ? Au Québec comme dans plusieurs pays occidentaux, on se donne des politiques qui visent cette renaissance rurale. Celle-ci peut d’ailleurs s’appuyer sur trois traits positifs de la ruralité : d’abord, la présence de ressources naturelles et humaines de qualité, en terme d’éducation, de savoir-faire, d’entrepreneuriat, etc., ensuite, une cohésion sociale des petites communautés rurales permettant d’éviter les coûts sociaux de l’urbanisation massive, et enfin, dernier attribut positif de la ruralité, mais non le moindre, son patrimoine écologique et historique de grande qualité.

34Si la ruralité n’est plus agricole, et si le milieu rural est le milieu de vie d’une population fort diversifiée, les agriculteurs perdent le monopole de définir ce qui est valable ou utile pour les campagnes. Une bonne partie des débats contemporains sur le développement rural vient de cette évolution sociale où les populations rurales non agricoles ainsi que la population urbaine se sentent concernées et veulent avoir leur mot à dire quant aux choix techniques et aux pratiques agricoles, car elles ont une forte incidence sur l’environnement, surtout dans sa dimension paysagère.

35Il reste à savoir si les ruraux occuperont la place qui leur revient dans ces débats sociaux qui vont construire la ruralité de demain. La ruralité est-elle devenue une chose trop importante pour la laisser aux seuls ruraux ? D’un côté, il est vrai que les questions rurales, surtout celles concernant l’aménagement rural, deviennent des questions qui intéressent toute la société. De l’autre, il faut reconnaître aux ruraux une capacité de prendre soin d’un « patrimoine naturel et historique » qu’ils ont eux-mêmes contribué à nous léguer.

36En matière de développement rural comme en d’autres domaines relevant de l’action publique, le rôle des gouvernements est-il de « surveiller et punir » au Heu de « responsabiliser et faire confiance » ? Les ruraux peuvent être définis comme les fiduciaires d’un précieux réservoir de ressources naturelles intéressant toute la société ; la gestion durable de ces ressources peut s’appuyer sur une approche normative, réglementaire, judiciaire ou, au contraire, sur la capacité reconnue aux populations locales d’identifier les normes environnementales souhaitables et de les faire respecter. Mais le développement rural durable requiert des ressources qui dépassent la seule capacité (financière, technique et sociale) des ruraux. De manière paradoxale, on pourrait soutenir que l’avenir des campagnes appartient à la ville, aux populations urbaines, car l’aménagement de cet avenir passe par la mise en œuvre d’une véritable solidarité nationale, par un nouveau projet de société qui suppose une nécessaire redéfinition des rapports villes-campagnes.

Notas

1 Jean, B., « Vers une première politique rurale : aménager l’avenir des campagnes au XXIe siècle », Québec 2000, Toute l'année politique, économique, sociale, culturelle, Montréal, Fides, 1999, p. 451-458 ; Jean, B., « La reconnaissance politique de la ruralité québécoise », L’Annuaire du Québec 2005, Côté, R. et M. Venne (dir.), en collaboration avec Le Devoir, Montréal, Fides, 2002, p. 231-241.

2 Jean, B., « Territoires d’avenir : comprendre la ruralité dans la modernité avancée », Actes du Symposium sur la ruralité et le développement des petites collectivités (tenu à l’UQÀT les 9 et 10 août 1997), Rouyn, uqàt—Chaire Desjardins en développement des petites collectivités, 1999, p. 25-34 ; Jean, B., Territoire d’avenir. Pour une sociologie de la ruralité, Québec, Presses de l’Université du Québec, 1997.

3 Solidarité rurale du Québec, Avis pour une politique gouvernementale de développement rural, Format pdf, janvier 1999, p. 7, <www.solidarite-rurale.qc.ca/srpdf/avis.pdf> (13/11/2002) ; faisant référence à Kayser, B. (dir.), Naissance de nouvelles campagnes, coll. « Aube recherche », Paris, Editions de l’Aube, 1993.

4 La place nous manque ici pour décrire plus largement ses fondements, mais on peut consulter notre article « Territoires ruraux, territoires d’avenir. Ruralité, modernité avancée et recomposition des systèmes ruraux », Des campagnes vivantes. Un modèle pour l’Europ ? Mélanges offert au Professeur Jean Renard, Croix, N. (dir.), Nantes, Igarun et Cestan, 2000, p. 149-164.

5 Cette étude intitulée « Ruralité, développement et modernité avancée : la recomposition des systèmes ruraux » et ayant bénéficiée d’une subvention de recherche du crsh, est menée avec mon collègue Mario Carrier, professeur à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (uqàt) au moment de ces travaux et maintenant professeur à l’Université Laval.

Índice de ilustraciones

Leyenda Figure 1 : L’évolution du discours sociologique, social et politique dominant avec le passage de la modernité naissante à la modernité avancée.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13891/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 148k

Autor

Professeur au Département des sciences humaines de l’Université du Québec à Rimouski, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en développement rural, directeur scientifique du Centre de recherche sur le développement territorial (crdt) et président de la Fondation canadienne pour la revitalisation rurale. Ses principaux sujets de recherche sont le développement des espaces ruraux marginalisés, les nouvelles formes sociales de la production agricole ainsi que les stratégies de développement rural et territorial. Ses expertises lui ont valu, entre autres, le prestigieux Prix d’Excellence en recherche de l’Université du Québec en 1991. Il a été professeur invité à l’Université de Nantes (1988) et au Département systèmes agraires et développement de l’Institut national de la recherche agronomique (1995) et au Laboratoire dynamiques sociales et recomposition des espaces (ladyss) à Paris (2002). Nommé récemment au sein du Comité national des partenaires de la ruralité par le gouvernement du Québec, il est aussi membre du Comité consultatif canadien sur les questions rurales et de l’Académie d’agriculture de France.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540