Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

À propos de Léon Bloy et des véhémences d’écriture de Valdombre1

Testo integrale

  • 1 L’Avenir du Nord, 27 mai 1938, p. 1 ; Le Jour, 4 juin 1938, p. 2.

Une note de la rédaction précédait le texte de Dantin : « Nous recevons de Louis Dantin la lettre qu’on va lire. Nos lecteurs y trouveront l’opinion de cet écrivain délicat qui est, en même temps, un critique judicieux, sur Léon Bloy et Valdombre son dithyrambique admirateur. »

Le lendemain, Le Jour publiait, sous la rubrique « Avec le sourire », un texte intitulé « Louis Dantin et Léon Bloy » et signé « Louis Dantin » : « La campagne commencée par Berthelot Brunet contre le “culte” de Léon Bloy me paraît si opportune et si nécessaire que je viens d’envoyer à L’Avenir du Nord une lettre d’adhésion à ce démolissage. Je trouve que les Canadiens sont bien assez crédules et fanatiques sans qu’on leur monte la tête de nouvelles hallucinations. Léon Bloy est un phénomène certainement très curieux, et pour qui j’ai moi-même une admiration esthétique très vive ; mais ce n’est pas ici une question d’art : ce sont des idées impossibles qu’on glorifie : c’est un caractère veule qu’on exalte et pose en modèle ; cela avec un luxe d’affirmations en l’air, d’insultes pour contradicteurs, qui vraiment appellent des protestations résolues. Je résiste à Léon Bloy, prophète et guide des temps nouveaux, comme je résisterai au grand chrétien Verlaine, et à tout autre clan de bohèmes pour qui la “conversion” n’est qu’un prétexte à lyrisme, même s’ils l’imaginent bien sincère. J’aime leur lyrisme pour lui-même, non pour ce qu’il nous veut :il ne sait pas lui-même ce qu’il veut...

Si Berthelot Brunet voulait m’en croire, il s’en tiendrait surtout à ce point de vue et ne s’attaquerait pas trop fort à l’écrivain, au polémiste, au poète, à tous les côtés littéraires du personnage et de son œuvre. On peut trouver, n’est-ce pas, que Louis Veuillot écrit comme pas un, et lui trouver une tête très étroite ? Que Léon Daudet sait le français, bien que ce soit un pitre ? Et de même Léon Bloy, ivrogne visionnaire, peut avoir écrit des pages rares et peut-être uniques. Pourvu qu’on ne le mette pas sur l’autel, on peut lui laisser au musée une assez bonne place » (Le Jour, 28 mai 1938, p. 1).

Le 2 juin, Dantin écrit à Germain Beaulieu : « Berthelot Brunet, dans Le Jour, a commencé une campagne de démolition contre “le culte” de Léon Bloy prêché à Ste-Adèle avec tant de furie ; — et cette campagne, sans être menée, il me semble, fon habilement, m’a paru si urgente que j’ai adressé à L’Avenir du Nord toute une lettre pour l’appuyer. Et je profite pour exhorter Valdombre, dans sa polémique générale, au sens commun étala politesse. »

Dans une ébauche d’article, resté inédit, intitulé « Notes pour un article sur Dantin. Dernières saletés d’un Dantin », Grignon reprochera à Dantin ses « paroles d’injustice et insanités pour le seul plaisir déplaire à quelques puants qui ne [l’]aiment pas » et il affirmera : « sous prétexte de dire franchement ce que vous pensez d’un ouvrage vous êtes infiniment injuste et l’homme de la plus mauvaise foi au monde. Certes je ne viens pas défendre mon petit roman [Un homme et son péché] ; il porte seul sa réputation, surtout quand on a vu des écrivains de renom tels que Constantin-Weyer, Pérochon et Henry de Montherlant en dire le plus grand bien, je peux facilement me passer des “appréciations” d’un envieux et d’un malheureux tel que Dantin » (2f., fonds privé). Déjà en 1930, à propos du Secret de Lindbergh, Grignon s’était plaint à Alfred DesRochers des jugements de Dantin : « Ce critique qui passe pour sérieux ne l’est pas du tout. Je vous le prouverai un jour » (lettre du 26 décembre 1930, ANQ, Centre régional de l’Estrie, fonds Alfred DesRochers).

***

1Monsieur le Directeur,

  • 2 Berthelot Brunet, « La paille de Léon Bloy », 21 mai et 4 juin 1938, p. 2.

2Il était grandement temps qu’une révolte surgît quelque part contre les apothéoses de Léon Bloy qu’on nous allume périodiquement sur les hauteurs de Sainte-Adèle. Il s’échappait de ce Thabor trop de bulles sans substance et méritant d’être crevées. Je sais gré à M. Berthelot Brunet, du Jour, d’en avoir entrepris la tâche2. Le silence ferait croire que les thèses les plus absurdes peuvent s’énoncer chez nous sans susciter une protestation : et ce serait dommage pour notre esprit critique et notre bon sens.

3Si l’on se contentait de vouloir nous pâmer d’extase devant l’écrivain, le poète, que fut l’auteur de La Femme pauvre, 1’entre-prise serait admissible... et discutable, comme tous les goûts. Il y a certaine qualité d’hallucination, d’hystérie, d’anormal égoïsme et de fanatisme intégral qui a sa saveur littéraire et qu’on peut admirer esthétiquement. Mais quand on nous propose un détraqué, fut-il sublime, comme guide d’idées et de conduite ; qu’on vénère dans ses cauchemars, alcooliques ou autres, l’Apocalypse des temps nouveaux ; qu’on en fait le prophète, et quasi le Christ, du seul authentique christianisme ; qu’on exalte jusqu’aux tares d’un caractère foncièrement vil, et qu’aucune « conversion » n’est parvenue à ennoblir : — voilà plus qu’il n’en faut pour soulever un holà ! très ferme chez tous ceux qui se piquent de raisonner et de juger.

4Voyons, pour qui Valdombre nous prend-il ? Je l’entends qui répond : pour des imbéciles ; n’est-ce pas ce qu’il paraît penser de tout le monde ? Il sait même en tout temps corser l’épithète d’une profusion d’invectives brutales renouvelées du « grand chrétien ». Mais tout cela ensemble ne forme pas un argument. Les pauvres « gens moyens » continueront de voir en Bloy un phénomène psychologique, un cas psychopathique, intéressant et curieux. — Ils admettront tout ce qu’on voudra de la verdeur, de la puissance même de son verbe (en dépit, non à cause de ses sales crudités). Ils mettront à part dans son œuvre, pour les admirer franchement, les pages trop rares où l’esprit chrétien se libère d’outrances insensées et de contorsions frénétiques. Mais ils n’auront jamais pour précepteur et pour modèle le Pauvre qui n’a pas su être pauvre ; dont l’humiliation n’a jamais été humble ; — qui, au lieu de souffrir avec silence et dignité, a braillé sa souffrance à tous les carrefours : bohème moins fort et moins courageux que Villon ; — masochiste confessant qu’il se torture lui-même et qu’il se plaît à être malheureux. Ils ne prendront jamais pour une fleur de noblesse la maxime qu’il proclame et déclare « transcendante » : « Je reconnais un ami à ce signe, qu’il me donne de l’argent. » Ils verront poindre en ses plus hautes indignations des éléments de bassesse et de rancune. Et quant à son christianisme, ne lui manquât-il que la « douceur » prêchée dans les Béatitudes, cela suffirait à le rendre suspect et douteux ; — mais que d’autres choses il lui manque !

5Qu’on en finisse, de grâce, avec cette mauvaise plaisanterie. Que Valdombre, s’il ambitionne un autre rôle que celui d’ironiste trop ou trop peu subtil, nous épargne le Léon Bloy qu’il imagine et qu’il se forge. Qu’il nous laisse être pauvres, souffrants et chrétiens sans esbroufe, sans désespoir, sans haine et sans absinthe, à l’ancienne mode et à la bonne franquette.

  • 3 Léon Daudet et Léon Bloy.
  • 4 Paul-Louis Courier a écrit de nombreux pamphlets contre l’ordre politique et religieux établi par l (...)

6Et, au sujet de ses Pamphlets en général, puis-je insinuer que tout croisement d’idées n’est pas nécessairement une lutte à mort ? qu’une discussion quelconque n’exige pas de plein droit le gant de fer et la matraque ? Rien ne Justine, par exemple, qu’une œuvre de critique saine, mesurée, sérieuse, comme est l’étude de Louvigny de Montigny sur Maria Chapdelaine, devienne l’objet de propos outrageants, d’insultes personnelles sans aucune relation avec la question enjeu. Chose étrange : Léon Bloy a condamné chez Louis Veuillot, et avec violence, des procédés semblables à ceux-ci. Il faudrait réserver ces ruées furieuses pour des crimes de haute trahison : c’est les rendre futiles que de les prodiguer à tout venant et à tout propos. Cela restreint beaucoup, sans doute, la matière du « pamphlet » : mais avons-nous besoin d’un pamphlet par mois ? On trouverait, en cherchant bien, la raison d’être d’un par année : et encore, celui-là, on le voudrait plus délié, perçant plutôt que contondant, moins pastiche des deux « Léon3 », et plus proche de Paul-Louis Courier4.

***

La lettre ouverte de Dantin suscitera la virulente diatribe des Pamplets de Valdombre, « Louis Dantin dit le vieillard Cacochyme » : « [...] ce Louis Dantin se croit la fine fleur des pois pour avoir préfacé un Nelligan imitateur et un peu fol. » Grignon y traite Dantin de « rimailleur au style de mélasse », nourri des « blasphèmes du Chanoine Docre », de « Guido Cacochyme » qui « écrit à peu près comme il marche (et quand on sait qu’il se traîne !) » et qui ose « aujourd’hui s’attaquer à Léon Bloy, écrivain catholique » et « traîner dans la boue un défenseur du Christ » (Les Pamphlets de Valdombre, mars 1938, n° 4, p. 273 et 278).

Dantin en fut blessé, ainsi qu’il l’avouait à Rosaire Dion-Lévesque : « Avez-vous lu le dernier Pamphlet de Valdombre ? J’ai l’honneur, que j’attendais pleinement, d’y figurer en bonne vedette, en punition de ma lettre à ce sujet (reproduite dans le Jour.) Oh, ma mère ! quel déversement d’injures ! Mais simplement amusantes, pas plus, par leur folichonnerie même : aussi personne ne les a-t-il prises au sérieux. La plus insultante, à mon goût, c’est d’oser m’appeler un “vieillard cacochyme”, moi qui me sens encore aussi alerte qu’un jouvenceau !... Ça, ce sont de ces traits qui s’enfoncent et restent dans la plaie !... Il m’appelle aussi Guido-Dantin, parce que, dans mon Coffret, je fais parler le héros de l’« Hostie du maléfice » en termes impies et blasphématoires. Et il cite ces termes, et conclut : “Guido, c’est Dantin.” Alors, si j’avais fait parler le diable (comme Milton) je serais le diable lui-même !... Mais cela me pique bien moins que le “vieillard cacochyme” ! ou que cette autre phrase : “Il écrit comme il marche, et Dieu sait s’il se traîne !”... Cela, je ne pourrai jamais le lui pardonner... Si vous n’avez pas cette merveille polémique, je vous l’enverrai volontiers, quitte à me la retourner pour ma collection de souvenirs » (lettre du 7 juillet 1938).

Note di fine

1 L’Avenir du Nord, 27 mai 1938, p. 1 ; Le Jour, 4 juin 1938, p. 2.

2 Berthelot Brunet, « La paille de Léon Bloy », 21 mai et 4 juin 1938, p. 2.

3 Léon Daudet et Léon Bloy.

4 Paul-Louis Courier a écrit de nombreux pamphlets contre l’ordre politique et religieux établi par la Restauration. On lui doit une apologie du genre qu’il a illustré : Le Pamphlet des pamphlets. Dantin possédait ses œuvres, dans l’édition en trois volumes avec une préface de Francisque Sarcey (Paris, Librairie des bibliophiles, s. d.).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540