Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les temps du paysage

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Sylvain Paquette
, 
Gérald Domon

Les territoires de l’émergence paysagère

Gérard Beaudet et Gérald Domon

Texte intégral

  • 1 Beauchard, J., La bataille du territoire : mutation spatiale et aménagement du territoire, Paris, (...)
  • 2 Beaudet, G. avec la collaboration de P. Lewis et des contributions de D. Gill et J. Décarie, Le pa (...)

1Le paysage a la cote. Le Québec n’échappe pas à la vague de revendications d’une réinscription du sensible dans les pratiques aménagistes qui balaie l’ensemble des pays développés. Comme l’écrit Jacques Beauchard, « une nouvelle symbolisation du territoire est à l’œuvre, dont l’intérêt général pour le paysage est le grand témoin1 ». Multiplication d’ouvrages grand public sur les milieux habités et naturels, création d’une association des beaux villages, requêtes de protection de paysages emblématiques, tenue des états généraux du paysage, sont quelques-unes des expressions de cette quête. La prise en compte de la dimension paysagère ne va cependant pas de soi. Elle s’alimente plus souvent qu’autrement à un réflexe « préservationiste », l’évocation de la qualité des paysages ou de la rapidité de leur érosion cautionnant la proposition de création d’enclaves à soustraire aux interventions perturbatrices qui échapperaient aux mécanismes de régulation dont s’étaient dotées nos sociétés2.

  • 3 La région de Charlevoix est située sur la rive nord du Saint-Laurent. Elle s’étire entre le cap To (...)
  • 4 Bureau, L., « Des paysages, des idées, des hommes : le projet collectif de Charlevoix », Cahiers d (...)
  • 5 On trouve certes des références au paysage dans des écrits plus anciens, par exemple dans les ouvr (...)

2Avant d’être pris en charge par la réflexion sur les pratiques aménagistes, le paysage a d’ailleurs été inscrit à l’ordre du jour de la préoccupation patrimoniale. C’est ainsi qu’au milieu des années 1970, la région de Charlevoix3, en amont de Québec, a été choisie en vue de déterminer dans quelle mesure la protection patrimoniale par classement pouvait être mise en œuvre dans le domaine du paysage4. L’étude a conduit ses auteurs à conclure à l’inadéquation d’une telle mesure. Elle a néanmoins permis de poser le problème du paysage en des termes originaux5. L’exercice, prophétique en quelque sorte, n’a pas eu de suites immédiates. Il faudra attendre les années 1990 pour que la préoccupation soit relayée par la demande sociale et soit portée par un nombre grandissant de recherches.

  • 6 Le toponyme Laurentides a plusieurs acceptions. Voir Lamothe, C., « Les Laurentides du nord de Mon (...)

3Les travaux menés à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal (cpeum) en 1998 et 1999, pour le compte d’un regroupement d’organismes de la région des Laurentides du nord de Montréal6, se sont inscrits dans ce contexte effervescent. Le projet visait au départ essentiellement à repérer et à inventorier les paysages d’intérêt patrimonial. L’absence de définition claire et opérationnelle de ce qu’est un tel paysage, de même que la difficulté de préciser en quoi ce dernier se distinguerait d’un territoire d’intérêt patrimonial, nous ont incité à proposer une redéfinition des termes de la recherche.

  • 7 Roger, A., Court traité du paysage, Paris, Gallimard, 1997.
  • 8 Domon, G., G. Beaudet et M. Joly, Évolution du territoire laurentidien : Caractérisation et gestio (...)

4En effet, si le territoire constitue un des matériaux du paysage, le second ne peut être réduit au premier. Le paysage n’est pas simplement le territoire tel qu’il est vu, si ce n’est, pour reprendre l’expression d’Alain Roger7, à son degré zéro. Le regard révèle moins le paysage qu’il ne le crée. Or, les modalités et les temporalités de cette création varient au cours de l’histoire et ne concordent pas avec celles de la production du territoire. Ce fut là une prémisse de l’étude réalisée dans la région des Laurentides en vue d’élaborer un guide de repérage, d’évaluation et de gestion des paysages d’intérêt patrimonial8.

5Le présent article propose, en marge de l’étude sur les Laurentides, une réflexion sur cette création définie comme émergence paysagère.

PAYSAGE ET TERRITOIRE

  • 9 Ce chantier a été entrepris au début des années 1980. À ce jour, on a notamment publié les ouvrage (...)

6Le chantier des histoires régionales mené sous les auspices de l’inrs-Culture et société9 apporte un éclairage éloquent sur les expansions et les contractions qui ont marqué le façonnement de l’établissement humain du Québec méridional. Le phénomène est cependant rarement saisi de manière explicite dans sa dimension spatiale. On se contente habituellement de le décrire statistiquement et de localiser approximativement les aires qui se distinguent par l’amplitude des mouvements. Cette schématisation unidimensionnelle interdit à toutes fins utiles une appréciation fine de l’évolution du territoire. Mais elle interdit aussi et d’emblée de penser l’espace géographique autrement que comme le résultat de l’expression de rapports de forces.

  • 10 Ritchot, G., Le Québec, forme d’établissement : étude de géographie régionale structurale, Montréa (...)
  • 11 Ritchot, G. et G. Mercier (dir.), Cahiers de géographie du Québec, vol. 36, no 98, numéro spécial (...)
  • 12 Beaudet, G., « Du jardin au paysage : le façonnement des lieux de la villégiature et du tourisme a (...)

7Pourtant, le pays est une forme d’établissement dont les caractères ne sont pas réductibles aux seules valorisations économiques10. Le devenir de cette forme auto-organisée n’est pas infléchi unilatéralement par les décisions et les interventions des acteurs. Le pays laurentien est une morphologie complexe engendrée par une dynamique interne. Conséquemment, il nous façonne autant sinon plus que nous en façonnons le devenir. Les formes sensibles de cet établissement, investies de valeurs anthropologiques, mobilisent les acteurs. Les valorisations différentielles conséquentes constituent l’espace en une structure de positions qui sous-tend et contraint les appropriations, les aménagements et les activités qui les rentabilisent11. La production de paysages, tout comme la valorisation patrimoniale et touristique, traduit et révèle de tels investissements axiologiques12.

  • 13 Le paysage dont il est question ici se distingue en conséquence du paysage des géographes qui dési (...)

8Mais, le paysage ne se laisse pas facilement cerner ; il échappe pour une bonne part aux aménagistes qui tentent de le saisir. Il se dérobe. C’est que le paysage n’est pas réductible au territoire, dont il n’est jamais que la part visible. Certes le paysage est ce qui est vu, mais il n’est pas que ce qui est vu et tout ce qui est vu n’est pas nécessairement et automatiquement paysage d’intérêt, significatif13.

  • 14 Gariépy, M., « L’analyse de paysage au sein de l’évaluation environnementale ou l’aménagement à l’ (...)
  • 15 Le Groupe Viau inc., en collaboration avec le Groupe conseil Entraco inc., Méthode d’étude du pays (...)

9La confusion en ce domaine tient pour beaucoup à l’approche empirique qui a prévalu au cours des dernières années. Le paysage a été en quelque sorte ajouté à l’ordre du jour de démarches sectorielles dont les intentions interventionnistes sont manifestes14. Il est devenu une préoccupation pour l’agronome, le forestier, l’ingénieur civil, l’environnementaliste, l’architecte ou l’urbaniste. Cependant, faute d’un cadre théorique satisfaisant, le paysage a rarement été défini autrement que comme la part visible des territoires étudiés. Non seulement il en découle une certaine confusion entre les concepts de champ visuel et de paysage, mais on confine ainsi habituellement la recherche des attributs du paysage dans la saisie des caractères directement observables de l’espace géographique15.

10Il convient d’insister. Le paysage, pas plus que le patrimoine ou l’environnement, n’est donné une fois pour toutes. Il est un construit. Le paysage est tout à la fois le principe et le résultat de la perception visuelle subjective et sélective d’un agencement donné de composantes géographiques d’origine naturelle et anthropique.

  • 16 Beaudet, 1999a et b, op. cit., note 12.

11L’hypothèse à la base de notre recherche aura été la suivante : le territoire constitue un des matériaux du paysage, mais ce dernier ne peut être réduit au premier, pas plus que le paysage n’est assimilable aux champs visuels en fonction desquels le territoire est d’abord appréhendé. De ce « point de vue » nous avons repris à notre compte la proposition établissant que le regard révèle moins le paysage qu’il le créé. Or, les modalités et les temporalités de cette création varient au cours de l’histoire à des rythmes et d’une manière qui diffèrent de ceux de l’évolution du territoire16.

  • 17 Le cadre écologique de référence propose un découpage de l’espace fondé sur les caractéristiques p (...)
  • 18 Cette cartographie a autorisé une lecture diachronique de l’occupation de deux espaces de référenc (...)

12La recherche devait permettre de faire ressortir cette dissociation. En conséquence, il nous fallait montrer un écart significatif entre une représentation objective de l’espace et des représentations « paysagères » subjectives. Pour ce faire, nous avons d’abord produit la cartographie écologique17 de deux territoires de référence et une cartographie diachronique de l’occupation du sol18. On a ainsi été en mesure de schématiser l’évolution de la géographie humaine et d’esquisser les relations entre le milieu biophysique et les formes d’occupation qui se sont succédées sur une période de quelque 70 ans. Une cartographie partielle des bassins et des champs visuels complétait cette caractérisation. En confrontant cette géographie aux représentations qui en ont été développées, proposées et diffusées par différents acteurs (peintres, écrivains, rédacteurs de guides touristiques, photographes), la recherche aura permis de montrer les distorsions créées par un regard au demeurant très sélectif. Illustrons cette distorsion par deux exemples.

13Les massifs des collines laurentidiennes, envahis à la fin du XIXe siècle par le mouvement de colonisation agroforestière, n’ont guère suscité de représentations paysagères, à l’exception de quelques villages, même si les superficies livrées à la culture ont été passablement plus étendues qu’elles ne le sont aujourd’hui et même si ce mouvement apparaît rétrospectivement pittoresque. L’extrême rareté de représentations pourrait incidemment expliquer que la déprise agricole, achevée pour l’essentiel dès les années 1960, ait été enfouie dans les tréfonds de la mémoire régionale. Le paysage laurentidien typique semble avoir été davantage incarné par un lac anonyme bordé par un couvert forestier que n’entame qu’accessoirement l’occupation humaine et, en mode mineur, par une architecture de villégiature qui sert de décor à des attroupements de sportifs. Le pays de lacs et de forêts et le terrain de jeu ont occulté la géographie de la colonisation et, plus récemment, le développement des grands ensembles résidentiels et récréatifs des basses Laurentides, ainsi que les avancées de la quatrième couronne métropolitaine.

14Dans les basses terres, l’occupation agricole a maintenu intacte son assise territoriale. Or, malgré un patrimoine bâti parfois de grande qualité, cette proche campagne n’a guère été l’objet de représentations champêtres. En revanche, certaines parties du territoire, épargnées par l’industrialisation des pratiques culturales, sont présentement l’objet de valorisations auxquelles la sensibilité paysagère actuelle n’est pas étrangère. Il s’agit presque exclusivement de petites enclaves qui proposent une version réductrice des terroirs traditionnels. Les collines d’Oka, site d’un des plus anciens calvaires du Québec et lieu d’expérimentation agraire des Trappistes, ont davantage retenu l’attention des observateurs. Elles jouissent à cet égard d’un statut particulier.

15Cette attirance pour les collines d’Oka et l’indifférence passablement grande à l’égard des campagnes agricoles et agroforestières ne sont pas exclusives aux Laurentides. L’une et l’autre s’inscrivent dans une mouvance à la faveur de laquelle ont émergé deux grands types de paysages d’intérêt patrimonial.

PAYSAGES EMBLÉMATIQUES ET PAYSAGES IDENTITAIRES

16Un premier type de paysage d’intérêt patrimonial est constitué de formes saillantes de l’espace géographique qui sont investies de valeurs de plus ou moins longue date, sans que des composantes d’intérêt patrimonial soient nécessairement présentes. La construction de ces paysages a précédé l’expression de préoccupations patrimoniales. On peut citer, entre autres exemples de telles formes, le site du rocher Percé et de l’île Bonaventure, le mont Owl’s Head et le lac Memphrémagog (Figure 1), le mont Tremblant, le fjord du Saguenay, le cap Tourmente, le mont Royal, l’amphithéâtre de la baie Saint-Paul, le promontoire de Québec, les terrasses de la Malbaie, les collines d’Oka et de Rigaud, les monts Saint-Hilaire et Saint-Bruno.

Figure 1 : L’abbaye Saint-Benoît-du-Lac, mrc de Memphrémagog, Québec. Un paysage emblématique (Source : G. Beaudet).

17Ces reliefs ont frappé l’imaginaire des premiers explorateurs ; ils ont rapidement constitué des repères territoriaux, ont fasciné les touristes et les villégiateurs, ont inspiré les peintres, les photographes, les écrivains et les poètes, et ont souvent abrité des aménagements prestigieux.

18Les descriptions de voyages, la toponymie, les références des guides touristiques, les tableaux des paysagistes, les cartes postales et les publicités touristiques, les romans et les récits, de même que les études réalisées par des géographes, des historiens, des aménagistes ou des environnementalistes, constituent autant d’indicateurs de l’intérêt de ces formes. Leur étude permet parfois d’en dater la naissance en tant que paysage d’intérêt, de suivre l’évolution des sensibilités, de saisir les modifications du regard et de situer le moment de leur consécration sur le mode patrimonial ou environnemental.

19Ces « constructions » paysagères ont survécu aux modes et aux transformations des sensibilités et ont consacré des formes géographiques emblématiques. Qu’ils aient été aménagés de manière intense, puis protégés en raison de leur intérêt patrimonial—le promontoire de Québec, le mont Royal—, ou qu’ils aient été mis en réserve en raison de leur potentiel écologique—le cap Tourmente, le rocher Percé, le parc du mont Saint-Bruno, le parc marin du Saguenay—n’enlève rien au fait que ces lieux ont d’abord été reconnus comme des « monuments » de la géographie physique. Mais, ce faisant, ils sont en quelque sorte devenus des objets de culture. La reconnaissance ultérieure de leur intérêt patrimonial ou écologique ne fait qu’ajouter à cette valorisation première, au demeurant souvent ancienne. En d’autres termes, ces valorisations successives enrichissent le « socle primitif » qui les absorbe. L’aménagement ne crée donc pas d’emblée le paysage ; il révèle plutôt une valorisation préalable mobilisatrice. C’est parce que la forme géographique mobilise les sensibilités qu’elle est convoitée, appropriée, parfois réservée et, le cas échéant, aménagée. Une fois qu’il a été réalisé, cet aménagement agit en quelque sorte comme une valeur ajoutée virtuelle qu’un investissement axiologique subséquent peut actualiser.

***

20Ce premier type de paysage n’incarne pas l’ensemble des paysages d’intérêt patrimonial. Un autre type de paysage, plus récent, est précisément construit à partir d’un patrimoine. On serait progressivement passé d’un territoire d’intérêt patrimonial à un paysage d’intérêt patrimonial.

21Ces paysages sont le résultat de la perception, par champs visuels interposés, de territoires dont les structures de base—le parcellaire, le réseau viaire, la disposition, l’organisation et l’orientation générale du cadre bâti —, de même que les bâtiments, les constructions, les ouvrages et les aménagements qui s’y déploient, présentent un intérêt patrimonial.

22En d’autres termes, les champs visuels constitutifs d’un territoire seraient considérés comme un paysage d’intérêt patrimonial dans la mesure où ils comporteraient un certain nombre de composantes anciennes, représentatives de pratiques territoriales révolues ou menacées et suffisamment bien conservées pour témoigner plus ou moins explicitement de cette réalité. Le paysage d’intérêt patrimonial serait le produit de la perception, par un observateur, de la forme d’un établissement humain plus ou moins ancien. À toutes fins utiles, le paysage serait le territoire.

  • 19 Lessard, M., L’île d’Orléans, aux sources du peuple québécois et de l’Amérique française, Montréal (...)

23L’île d’Orléans constitue probablement l’exemple le plus ancien de cette émergence19. On s’est en effet préoccupé de ce paysage exemplaire, véritable incarnation du terroir laurentien, dès les années 1920. Une loi a même été adoptée dans les années 1930 pour préserver ce site des effets les plus néfastes de son accessibilité par automobile, rendue possible par la construction d’un pont. Cette protection témoignait d’une sensibilité qui ne s’est exprimée ailleurs que trois ou quatre décennies plus tard.

24Le paysage ainsi compris serait une réalité objective—donc saisissable par des méthodes scientifiques éprouvées—et seule sa dimension patrimoniale serait de l’ordre de la valeur ajoutée, dans la mesure où la valorisation patrimoniale, nécessairement contemporaine, qualifierait un bassin ou un champ visuel qui existerait indépendamment de cette valorisation. Mais tout territoire d’intérêt patrimonial serait-il, par essence, un paysage d’intérêt patrimonial ?

25La connaissance empirique des valorisations et des appropriations territoriales suggère que les investissements de valeurs ne procèdent pas simplement de la production d’une image. Certains territoires d’intérêt patrimonial évident en regard des attributs « objectifs » de la structure territoriale et du cadre bâti sont présentement délaissés, abandonnés et condamnés à un déclin que rien ne semble pouvoir freiner alors que d’autres, dotés d’attributs similaires, voire parfois même moins significatifs, sont fortement valorisés.

  • 20 Domon, G. et S. Paquette, « Les zones rurales du sud du Québec : territoires de mouvance, territoi (...)

26Il est à cet égard notoire que les territoires ruraux des basses terres et des marges de l’œkoumène sont actuellement peu valorisés et sont soumis, pour les premiers, à une industrialisation des pratiques culturales et, pour les seconds, à un abandon, qui laissent l’un et l’autre présager le pire pour le patrimoine. Il en est tout autrement des territoires des sites de contact, dont les attributs semblent en résonance forte avec nos sensibilités20. L’invention de la campagne par des urbains ou des néo-ruraux y est florissante, particulièrement du côté des cantons de l’Est, mais aussi dans Charlevoix, dans les Bois-Francs, dans Argenteuil et sur la Côte-du-Sud.

  • 21 Les paysages identitaires relèvent d’un inconscient collectif caractéristique de grands groupes. L (...)

27Des formes d’occupation humaine plus modestes ou plus circonscrites21 se sont également vues reconnaître un intérêt paysager. Les centres-villes traditionnels, les grands ensembles industriels, certains sites d’ouvrages d’ingénierie (ponts couverts, centrales hydroélectriques), ainsi que les lieux du tourisme et de la villégiature, ont en effet connu, au tournant du XIXe au XXe siècle et jusqu’à la fin des années 1920, une renommée qui tenait autant à leur incarnation de valeurs dominantes, dont celles du progrès et de la réussite bourgeoise, qu’à leurs attributs pittoresques (Figure 2). Les très nombreuses cartes postales d’époque et les descriptions des guides touristiques constituent les témoignages les plus significatifs de ces valorisations. Cette renommée s’est toutefois estompée rapidement, comme si l’effondrement des valeurs anthropologiques dominantes, désormais discréditées par la Crise et les horreurs de la Seconde Guerre mondiale, avait entraîné une dévalorisation des paysages engendrés à la faveur de leur diffusion. De nos jours, le regain d’intérêt pour ces lieux passe dorénavant par leur « patrimonialisation ». Un tel cycle de valorisation-éclipse-valorisation paysagère a incidemment été observé dans le cas des deux territoires de référence de notre recherche.

DU PAYS AU PAYSAGE : L’ÉMERGENCE PAYSAGÈRE

28On ne peut à l’évidence réduire le paysage au territoire et les paysages d’intérêt patrimonial aux territoires d’intérêt patrimonial. Les premiers sont des constructions sélectives dont les seconds constituent, en certains lieux et à certaines conditions, les matériaux. Les exemples précités témoignent de cette double valorisation : patrimoniale et paysagère.

Figure 2 : Ensemble industriel en bordure de la rivière du Nord à Lachute. Ces formes architecturales qui incarnaient au tournant du XIXe au XXe siècle les valeurs dominantes de la bourgeoisie ont été ressaisies au cours des dernières décennies par la sensibilité patrimoniale et paysagère (Source : G. Beaudet).

29Cet investissement serait le résultat d’une confrontation d’un paysage idéalisé, abstrait, construit dans et par l’imaginaire et de l’image induite par le regard porté sur un territoire, un lieu, un site. L’écart entre l’un et l’autre rendrait compte de la nature et de l’intensité de la relation incidente au territoire, qui prendrait la forme de la répulsion, de l’indifférence ou de l’appréciation.

30L’émergence paysagère—c’est-à-dire la transformation d’un paysage de degré zéro (ce qui est vu) en un paysage significatif (ce qui est valorisé)—relèverait donc d’un tel investissement de valeur dans des formes saillantes de l’espace géographique. Elle constituerait en quelque sorte une mise en valeur différenciée parce que préférentielle. Tous les sites ne pourraient être l’objet d’un investissement de même intensité. Non seulement le filtre culturel prédispose-t-il le regard mais il impose en quelque sorte des idéalisations fortes, dominantes, exclusives, qui agiraient à notre insu et à l’emprise desquelles nous échapperions difficilement.

  • 22 Beaudet, 1999b, op. cit., note 12.
  • 23 Viard, J., Le tiers espace : essai sur la nature, Paris, Méridiens Klinsieck, 1990, p. 29 et 65.
  • 24 Beaudet, 1999a ; Beaudet et Gagnon, 1999, op. cit., note 12.

31Ce filtre n’opérerait toutefois pas en mode continu ni avec une intensité constante. Dans le long terme, la sensibilité paysagère occidentale s’est exprimée avec une intensité forte à la Renaissance et à la période romantique. Elle a connu un regain manifeste depuis une vingtaine d’années. Cet éveil de la sensibilité aura été contemporain d’investissements axiologiques dans les champs du patrimoine et du tourisme. Il coïnciderait avec une critique récurrente des formes d’autorité traditionnelles auxquelles on aurait retiré pour un temps leur emprise sur les valeurs anthropologiques en vue d’investir ces dernières dans les formes du monde sensible22. Jean Viard, reprenant les propos de Léon Brunschvicg, associe cet éveil à la substitution de l’horizon à l’en haut23. Au Québec, cet investissement dans les formes sensibles a connu deux temps forts à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, puis, à compter des années 1980. Ces émergences paysagères se sont traduites par des pratiques aménagistes spécifiques, notamment dans les domaines des jardins, de la villégiature et du tourisme24.

LA RECONNAISSANCE D’UN PAYSAGE D’INTÉRÊT PATRIMONIAL

32L’expérience de terrain montre que la valorisation et l’appropriation paysagères, là où les conditions de leur expression sont réunies, se traduisent par certaines pratiques spécifiques. À la campagne, la restauration du cadre bâti compte parmi les pratiques les plus usuelles. Non seulement y restaure-t-on, en règle générale, le bâtiment principal avec passablement de soin, mais on pousse souvent la recherche d’« authenticité » jusqu’à la restauration-reconstruction de dépendances ou d’ouvrages désormais inutiles — par exemple une remise, un puits, une clôture ancienne (et jusqu’à la reconstitution d’aménagements paysagers disparus) un potager, un jardin floral, un verger.

33Cette appropriation paysagère se traduit également par des gestes qui créent des conditions inédites. C’est le cas, entre autres, de la plantation de haies de conifères qui contribuent à accroître le caractère privé d’une habitation, tout en maintenant ouvertes les vues les plus spectaculaires. C’est aussi le cas de l’entretien de pâturages qui ont perdu toute utilité économique, de l’aménagement de petits plans d’eau qui ajoutent au pittoresque de la composition, de même que de la construction de terrasses, de balcons, de pergolas et d’autres structures qui expriment un « point de vue » et réalisent cet investissement paysager.

  • 25 Jean-Didier Urbain décrit en ces termes la construction de la nouvelle campagne française : « dans (...)

34L’expression de préoccupations paysagères excède par ailleurs souvent le site propre d’appropriation25. Elle se traduit alors par une requête de conservation qui peut prendre la forme d’ententes plus ou moins formelles entre proches voisins, de demandes d’adoption de réglementations plus ou moins strictes, de contestation de projets dont on perçoit qu’ils pourraient compromettre l’intégrité et l’équilibre des lieux, voire de la mise sur pied de groupements qui agissent directement sur le territoire, dont les fiducies foncières et les projets d’intendance privée.

CONCLUSION

  • 26 Roger, 1997, op. cit., note 7.

35Suffirait-il en la circonstance, à l’aménagiste soucieux d’inscrire la préoccupation paysagère dans sa démarche, de repérer les territoires d’intérêt patrimonial puis d’identifier les indices d’une émergence paysagère associée ? Le procédé, s’il peut donner des résultats tangibles, ne permet pas de comprendre la distribution hétérogène des émergences, ni d’en prévoir l’évolution. Il est à cet effet indispensable de rappeler que les sensibilités à l’œuvre sur le territoire sont confrontées à des milieux en devenir tout en étant portées par une idéalisation changeante—une « artialisation » in visu26—qui donne la mesure de l’« authenticité » de ceux-ci. En d’autres termes, il ne suffit pas d’identifier, ici et maintenant, des émergences paysagères. Il importe davantage de cerner l’état relatif de l’ensemble de ce que nous désignerions comme un « capital-paysage d’intérêt patrimonial », puisque les investissements de valeur dont il peut être l’objet ne sont pas donnés une fois pour toutes.

36Compte tenu de la difficulté de départager de manière définitive et satisfaisante quels sont les champs visuels qui constituent, ici et maintenant, des paysages significatifs, nous proposons en effet de privilégier le concept de capital-paysage. Il s’agirait, à toutes fins utiles, de traiter les champs visuels comme autant de paysages potentiels, en devenir ou accomplis et reconnus comme tels.

37L’intervention aménagiste consisterait à ne pas compromettre ou dilapider ce capital (Figure 3) et à le faire fructifier de manière à préserver les valorisations paysagères passées et présentes et à faciliter l’émergence de valorisations futures. En d’autres termes, l’intervention viserait davantage les conditions de possibilité de la valorisation paysagère, plutôt que les paysages en tant que tels, qui ne peuvent jamais être directement visés par l’intervention, puisque le paysage tel que nous l’avons défini est une abstraction.

38On parviendrait ainsi plus facilement à maintenir la distinction entre les concepts de champ visuel et de paysage et à illustrer la pertinence de la saisie des caractéristiques synchroniques et diachroniques de l’occupation de l’espace tout autant que des champs visuels, puisqu’il ne serait pas nécessaire qu’ait été préalablement déterminée, à la difficile satisfaction de tous les intervenants, l’intensité de la valorisation paysagère des différentes parties du territoire abordé.

Figure 3 : Rive-Sud de Montréal. Si certaines pratiques aménagistes peuvent compromettre lourdement les émergences paysagères, se pourrait-il qu’elles soient favorisées en raison même de l’absence de toute sensibilité paysagère (Source : G. Beaudet) ?

  • 27 Caron, C., J. Décarie et D. Lachance (dir.), La montagne en question, Groupe d’intervention urbain (...)
  • 28 Larochelle, P. et C. Dubé, Le génie du lieu à l’île d’Orléans : étude des caractères formels essen (...)
  • 29 De tels travaux sont poursuivis à l’école d’architecture du paysage depuis quelques années. On cit (...)

39À cet égard, les études en patrimoine—dont celles réalisées dans le cadre du macro-inventaire—ont progressivement permis de documenter les formes anciennes d’établissement, y compris celles qui ne constituent pas des formes exceptionnelles susceptibles d’être assujetties à des statuts visant leur protection. Les travaux menés en deuxième moitié des années 1980 dans le cadre de la préparation du plan de mise en valeur du mont Royal ont constitué un exemple particulièrement achevé de telles études27. Il en est de même de la recherche réalisée au début des années 1990 à l’île d’Orléans en vue d’une meilleure intégration de la préoccupation patrimoniale au schéma d’aménagement et aux plans d’urbanisme28. Cependant, rares sont les milieux urbains ou ruraux qui ont bénéficié d’une telle expertise. Elles pourraient toutefois se multiplier au cours des prochaines années en raison de la montée des préoccupations pour le paysage29.

40La transformation du territoire d’intérêt patrimonial en capital-paysage d’intérêt patrimonial suppose évidemment qu’intervienne le regard. Le décodage de cette transformation repose en conséquence sur la prise en compte de la dimension visuelle. La cartographie des champs visuels montre la très grande diversité des configurations et des superficies des aires ouvertes objectivement perceptibles à partir d’un parcours donné. Cette cartographie confirme que le territoire ne peut être visuellement saisi qu’à la pièce, au gré des points de vue privilégiés, des topographies et de la disposition de la végétation, des bâtiments et des ouvrages qui en texturent les surfaces.

41Le capital-paysage se présente donc comme une succession de tableaux plus ou moins discontinus et indépendants. Ces tableaux peuvent être l’objet de caractérisations diverses selon que l’on insiste sur les dimensions des aires ouvertes, la nature des frontières, la déformation des surfaces, la succession des plans, le grain des constituants, l’intensité des perturbations des caractères naturels, la distribution, la nature et la stabilité relative des occupations.

42Mais, en définitive, c’est le regard « subjectif » qui transforme le capital-paysage en un paysage de degré zéro, dont certains pans acquièrent, par le biais de ce que nous avons nommé l’émergence paysagère, le statut de paysage significatif ou d’intérêt. La mécanique de la vision est donc irrémédiablement subordonnée à l’investissement axiologique porté par le regard. Il s’ensuit que le paysage ne peut jamais être déterminé par les caractères objectifs des champs visuels.

Notes

1 Beauchard, J., La bataille du territoire : mutation spatiale et aménagement du territoire, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 12.

2 Beaudet, G. avec la collaboration de P. Lewis et des contributions de D. Gill et J. Décarie, Le pays réel sacrifié. La mise en tutelle de l’urbanisme au Québec, Québec, Nota Bene, 2000.

3 La région de Charlevoix est située sur la rive nord du Saint-Laurent. Elle s’étire entre le cap Tourmente et le Saguenay et elle est caractérisée par l’ampleur des reliefs du massif des Laurentides qui s’y affaisse dans le Saint-Laurent. Ouverte à la colonisation dès le XVIIe siècle, la région ne sera longtemps accessible que par voie d’eau. Le front de mer hébergera de nombreuses villégiatures cossues en deuxième moitié du XIXe siècle (Saint-Irénée, Pointe-au-Pic, La Malbaie, Tadoussac). La région demeure une des destinations touristiques les plus courues du Québec, tant pour ses paysages que pour ses produits culturels. Voir Des Gagniers, J., Charlevoix, pays enchanté, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval, 1994.

4 Bureau, L., « Des paysages, des idées, des hommes : le projet collectif de Charlevoix », Cahiers de géographie du Québec, vol. 21, nos 53/54, 1977, p. 187-220 ; Raffestin, C., « Paysage et territorialité », Cahiers de géographie du Québec, vol. 21, nos 53/54, 1977, p. 123-134 ; Raveneau, J., « Analyse morphologique, classification et protection des paysages : le cas de Charlevoix », Cahiers de géographie du Québec, vol. 21, nos 53/54, 1977, p. 135-186.

5 On trouve certes des références au paysage dans des écrits plus anciens, par exemple dans les ouvrages de géographie régionale de Raoul Blanchard, ou encore dans les écrits des propagandistes de la colonisation ou du tourisme. Il s’agissait toutefois moins d’analyses que d’allusions évocatrices.

6 Le toponyme Laurentides a plusieurs acceptions. Voir Lamothe, C., « Les Laurentides du nord de Montréal et d’Ottawa : un aperçu de l’organisation spatiale », Téoros, vol. 15, no 1, 1996, p. 4-7. À une échelle macro, il désigne la partie du bouclier canadien comprise entre l’Outaouais et le Saguenay. Pour les Montréalais, il identifie le relief de collines s’étendant au nord-ouest de l’agglomération métropolitaine ; il s’agit à la fois d’un vaste territoire de villégiature, d’un terrain de jeu et d’une destination touristique reconnue dans l’ensemble du Nord-Est américain. Voir Beaudet, G., « L’aménagement touristique des Laurentides », Téoros, vol. 15, no 1, 1996, p. 8-13. Le toponyme désigne également une région administrative chevauchant les reliefs du nord-ouest de Montréal et les basses terres de la rive nord de la rivière des Mille Iles. C’est ce dernier territoire qui a constitué l’aire d’étude de la recherche dont il est question dans le présent texte. Mettant à profit les possibilités offertes par les systèmes informatiques (ex. : sig) et les outils développés par certains intervenants (ex. : cadre écologique de référence du ministère de l’Environnement et de la Faune), le projet Laurentides comporte les principaux volets suivants : élaboration d’un cadre conceptuel sur les notions de paysage d’intérêt patrimonial et d’un cadre méthodologique de caractérisation et d’évaluation des paysages ; validation du caractère opérationnel des cadres conceptuel et méthodologique à partir de territoires de référence ; définition des mécanismes réglementaires, fonciers et autres pouvant être mis à contribution en vue de la mise en valeur et de la gestion des paysages ; production d’un guide méthodologique.

7 Roger, A., Court traité du paysage, Paris, Gallimard, 1997.

8 Domon, G., G. Beaudet et M. Joly, Évolution du territoire laurentidien : Caractérisation et gestion des paysages, Montréal et Paris, Isabelle Quentin éditeur, 2000.

9 Ce chantier a été entrepris au début des années 1980. À ce jour, on a notamment publié les ouvrages portant sur la Gaspésie, les Cantons-de-l’Est, la Côte-du-Sud, l’Abitibi-Témiscamingue et la Montérégie. L’ouvrage sur les Laurentides a compté parmi les premières productions de ce chantier. Voir Laurin, S., Histoire des Laurentides, coll. « Les régions du Québec », Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1989.

10 Ritchot, G., Le Québec, forme d’établissement : étude de géographie régionale structurale, Montréal et Paris, L’Harmattan, 1999.

11 Ritchot, G. et G. Mercier (dir.), Cahiers de géographie du Québec, vol. 36, no 98, numéro spécial « La géographie humaine structurale », 1992.

12 Beaudet, G., « Du jardin au paysage : le façonnement des lieux de la villégiature et du tourisme au Québec », Téoros, vol. 18, no 1, 1999a, p. 14-25 ; Beaudet, G., « Paysages et investissement de valeurs », Le paysage, territoires d’intentions, Poullaouec-Gonidec, P.,M. Gariépy et B. Lassus (dir.), Paris et Montréal, L’Harmattan, 1999b, p. 35-54. Beaudet, G., L. Ampleman et R.guertin, « Le patrimoine est-il soluble dans la postmodernité ? », Trames, no 12, 1998, p. 10-25 ; Beaudet, G. et S. Gagnon, « Esquisse d’une géographie structurale du tourisme et de la villégiature : l’exemple du Québec », L’espace touristique, Cazelais, N., R. Nadeau et G. Beaudet (dir.), Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 1999c, p. 133-195.

13 Le paysage dont il est question ici se distingue en conséquence du paysage des géographes qui désigne l’ensemble de ce qui est vu à partir d’une position donnée. Mais il se distingue également du paysage des écologistes pour qui le paysage est le plus souvent assimilable à une échelle de saisie des phénomènes, soit celle de l’assemblage d’écosystèmes en interaction. Voir Forman, R. T. T., Land Mosaics. The Ecology of Landscapes and Regions, Cambridge, Cambridge University Press, 1995; de Blois, S., G. Domon et A. Bouchard, « Landscape Issues in Plant Ecology », Ecography, vol. 25, no 2, 2002, p. 244-236. En fait, la définition retenue se démarque de toutes les acceptions qui postulent une adéquation entre ce qui est vu et le paysage.

14 Gariépy, M., « L’analyse de paysage au sein de l’évaluation environnementale ou l’aménagement à l’ère de la rectitude politique », Le paysage, territoires d’intentions, Poullaouec-Gonidec, P., M. Gariépy et B. Lassus (dir.), Paris et Montréal, L’Harmattan, 1999, p. 97-113.

15 Le Groupe Viau inc., en collaboration avec le Groupe conseil Entraco inc., Méthode d’étude du paysage pour les projets de lignes et de postes de transport et de répartition, Document synthèse, Hydro-Québec, Vice-présidence Environnement, 1993 ; Ministère des Transports du Québec, Méthode d’analyse visuelle pour l’intégration des infrastructures de transport, Service de l’environnement, 1986.

16 Beaudet, 1999a et b, op. cit., note 12.

17 Le cadre écologique de référence propose un découpage de l’espace fondé sur les caractéristiques permanentes du milieu naturel. La cartographie révèle en quelque sorte la dimension invariante de l’habitat en regard des temps de l’occupation humaine. Les principaux paramètres de production de ce cadre de référence sont la topographie, la géologie, la pédologie, le régime hydrique ainsi que la végétation potentielle. Voir Ducruc, J. P., « Le cadre écologique de référence : les concepts et les variables de la classification et de la cartographie écologique au ministère de l’Environnement », Planification écologique, contribution de la cartographie écologique, no 42, ministère de l’Environnement, Direction de la conservation et du patrimoine écologique, 1991 ; Veillette, D. et J. P. Ducruc, Cadre écologique de référence adapté pour l’élaboration des schémas d’aménagement, ministère de l’Environnement du Québec, Service des inventaires écologiques, 1984. Dans l’étude sur les Laurentides, les contraintes budgétaires ne nous ont pas permis de prendre en compte la végétation.

18 Cette cartographie a autorisé une lecture diachronique de l’occupation de deux espaces de référence en recourant à des photographies aériennes de la fin des années 1920, du début des années 1960 et du milieu des années 1990. Afin de mieux cerner les caractéristiques des périmètres agricoles contemporains, nous avons par ailleurs extrait certaines données des images satellitaires du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.

19 Lessard, M., L’île d’Orléans, aux sources du peuple québécois et de l’Amérique française, Montréal, Les Editions de l’Homme, 1998.

20 Domon, G. et S. Paquette, « Les zones rurales du sud du Québec : territoires de mouvance, territoires à reconstruire », Le paysage, territoires d’intentions, Poullaouec-Gonidec, P., M. Gariépy et B. Lassus (dir.), Paris et Montréal, L’Harmattan, 1999, p. 55-78 ; Paquette, S. et G. Domon, « Agricultural Trajectories (1961-91), Resulting Agricultural Profiles and Current Sociodemographics Profiles of Rural Communities in Southern Quebec (Canada) : a Typological Outline », Journal of Rural Studies, vol. 15, no 3, 1999, p. 279-295 ; Bouchard, A. et G. Domon, « The Transformation of the Natural Landscapes of the Haut-Saint-Laurent (Québec) and its Implication on Future Resources Management », Landscape and Urban Planning, vol. 37, nos 1/2, 1997, p. 99-107.

21 Les paysages identitaires relèvent d’un inconscient collectif caractéristique de grands groupes. Les individus ou les petits groupes sont également susceptibles de créer des paysages que l’on qualifiera, faute de mieux, de paysages de proximité. Il s’agit essentiellement de micropaysages associés aux espaces de la quotidienneté ou de repères reconnus par quelques initiés.

22 Beaudet, 1999b, op. cit., note 12.

23 Viard, J., Le tiers espace : essai sur la nature, Paris, Méridiens Klinsieck, 1990, p. 29 et 65.

24 Beaudet, 1999a ; Beaudet et Gagnon, 1999, op. cit., note 12.

25 Jean-Didier Urbain décrit en ces termes la construction de la nouvelle campagne française : « dans l’univers résidentiel secondaire en milieu rural, le premier des jardins, c’est la campagne elle-même, au regard de laquelle le jardin de la maison n’est donc qu’un jardin dans un jardin, ce dernier se devant désormais de faire écho dehors aux principes esthétiques du premier. Ici, avec ses rêves et ses exigences, naît la campagne-paysage ». Cette modalité de création d’un nouvel espace résidentiel à la campagne correspond assez bien à la situation observée au Québec. Urbain, J. D., Paradis verts. Désirs de campagne et passions résidentielles, Paris, Payot, 2002, p. 132.

26 Roger, 1997, op. cit., note 7.

27 Caron, C., J. Décarie et D. Lachance (dir.), La montagne en question, Groupe d’intervention urbaine de Montréal, 1988, 2 vol.

28 Larochelle, P. et C. Dubé, Le génie du lieu à l’île d’Orléans : étude des caractères formels essentiels du milieu bâti comme structure héritée, rapport de recherche, Université Laval, Faculté d’architecture et d’aménagement, 1992 ; Larochelle, P., « Le paysage comme enregistrement du processus d’humanisation du territoire : le cas de l’île d’Orléans », Trames, no 9,1993, p. 41-46.

29 De tels travaux sont poursuivis à l’école d’architecture du paysage depuis quelques années. On citera pour exemple : Baril, D. et C. Delisle, « Le territoire de la vallée de la Châteauguay : un paysage de savoir faire », travail de session, Atelier espace régional, Ecole d’architecture de paysage, Université de Montréal, 2000 ; Joly, M., « Elaboration d’une base d’information pour la gestion des paysages adaptée au contexte des MRC », travail dirigé, École d’architecture de paysage, Université de Montréal, 2000 ; Paquette, S. et G. Domon, « Trends in Rural Landscape Development and Sociodemographic Recomposition in Southern Québec (Canada) », Landscape and Urban Planning, vol. 55, no 4,2001, p. 215-238 ; Paquette, S. et G. Domon, « Le paysage comme agent de recomposition des communautés rurales du sud du Québec : nouvelles possibilités, nouvelles exigences », Gouvernance et territoires ruraux : éléments d’un débat sur la responsabilité du développement, Carrier, M. et S. Côté (dir.), Québec, Presses de l’Université du Québec, 2000, p. 189-222 ; Paquette, S. et G. Domon, « The Transformation of the Agroforestry Landscape in Nineteenth Century : a Case Study », Landscape and Urban Planning, vol. 37, nos 3/4,1997, p. 197-209 ; Pan, D., G. Domon, S. de Blois et A. Bouchard, « Temporal (1958-1993) and Spatial Patterns of Land Use Changes in Haut-Saint-Laurent (Québec, Canada) and their Relation to Landscape Physical Attributes », Landscape Ecology, vol. 14, no 1, 1999, p. 35-52.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : L’abbaye Saint-Benoît-du-Lac, mrc de Memphrémagog, Québec. Un paysage emblématique (Source : G. Beaudet).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13888/img-1.jpg
Fichier image/, 95k
Légende Figure 2 : Ensemble industriel en bordure de la rivière du Nord à Lachute. Ces formes architecturales qui incarnaient au tournant du XIXe au XXe siècle les valeurs dominantes de la bourgeoisie ont été ressaisies au cours des dernières décennies par la sensibilité patrimoniale et paysagère (Source : G. Beaudet).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13888/img-2.jpg
Fichier image/, 72k
Légende Figure 3 : Rive-Sud de Montréal. Si certaines pratiques aménagistes peuvent compromettre lourdement les émergences paysagères, se pourrait-il qu’elles soient favorisées en raison même de l’absence de toute sensibilité paysagère (Source : G. Beaudet) ?
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13888/img-3.jpg
Fichier image/, 92k

Auteurs

Urbaniste, est directeur de l’Institut d’urbanisme et chercheur associé à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Entré à l’emploi de la Société technique d’aménagement régional en 1980, il y a travaillé à titre de consultant dans les domaines de l’urbanisme, de l’aménagement régional, du patrimoine et du récréotourisme. À la fin des années 1980, il a amorcé une carrière de professeur, abandonnant progressivement la consultation au profit de la recherche et de la diffusion. Depuis lors, la morphologie urbaine et la conservation du patrimoine ont constitué ses principaux champs d’enseignement et de recherche. Au cours des dernières années, il s’est plus particulièrement intéressé aux valorisations spatiales d’ordre patrimonial, environnemental, paysager ou touristique qui sous-tendent les morphogenèses. Il a été membre du conseil d’administration de la fondation Héritage Montréal de 1990 à 2002 et il a assumé la présidence de l’organisme de 1997 à 2000.

Université de Montréal
Professeur agrégé à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal où il enseigne dans les domaines de l’écologie du paysage et de l’aménagement des paysages ruraux. Directeur du module Ruralité et paysage de la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal, il est membre du Groupe de recherche en écologie forestière interuniversitaire (grefi), du réseau Ligniculture-Québec ; il codirige un vaste projet multidisciplinaire « Haut-Saint-Laurent : écologie et aménagement ». Auteur de plus d’une centaine de textes, ses recherches actuelles portent principalement sur la dynamique spatiotemporelle des paysages ruraux du sud du Québec, la reconstitution de la dynamique des territoires agroforestiers anciens, l’élaboration d’outils de caractérisation des paysages et la gestion écologique des espaces protégés.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540