Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

De Pascal à Péguy. Études de critique et de morale par Gaillard de Champris1

Texte intégral

  • 1 Gloses critiques, t. II, p. 117-123.
  • 2 Henry Gaillard de Champris, De Pascal à Péguy. Nouveaux essais de critique et de morale, Québec, Éd (...)

1C’est une œuvre sérieuse, aérée, et large tout en étant très orthodoxe, que la série d’études : De Pascal à Péguy, qui s’ajoute à la somme déjà remarquable des travaux littéraires de M. Gaillard de Champris2. En des essais aux thèmes épars, et que ne relie aucun fil sauf l’unité d’esprit et de but, Pascal, Bossuet, saint Vincent de Paul, Morny, Balzac, Sainte-Beuve, Barbey d’Aurevilly, Péguy, Bourget, Barrés et d’autres, se campent en des portraits d’où leur caractère et leur âme ressortent en même temps que leur œuvre. L’auteur s’attache en chaque sujet à dégager les questions morales des données historiques et des éléments d’art, et il n’ignore jamais les rapports des écrits ou des personnages avec les normes de la foi, de la conduite intime. C’est ce qu’annonçait le sous-titre : Études de critique et de morale. On n’est donc pas surpris de voir Pascal ou Bossuet soumis non seulement à des observations mentales, mais à des examens de conscience. Pascal, qui fut un génie, fut-il en même temps un saint ? Jusqu’à quel point a-t-il connu ces délices mondaines dont il dénonce le néant ? Dans quel degré ses polémiques acerbes, son attache à l’idée janséniste, accusent-elles son humilité ? N’y eut-il pas de la dureté, jointe à des convoitises terrestres, dans ce procès avec sa sœur ? Bossuet fut-il ambitieux d’honneurs, même de prébendes, pour lui et pour les siens ? Manqua-t-il envers Fénelon à la douceur évangélique ? Le romantisme en France a-t-il sapé la majesté des mœurs ? Péguy, Barrès furent-ils chrétiens ? On peut trouver que certaines de ces questions manifestent envers l’âme des gens, leur conscience et leur vertu, une curiosité excessive, et qu’elles sont d’ailleurs insolubles. Comment définir, par exemple, le « catholicisme » de Péguy, qui récite des Ave sur les omnibus, mais qui s’obstine dans un mariage purement civil, s’exile des sacrements, et voit ses livres constamment menacés des condamnations de Rome ? celui de Barrés, de Bourget, de Barbey d’Aurevilly, grands prôneurs de l’idée chrétienne, mais qui jamais ne renoncent pour l’amour de Dieu à une thèse hérétique ou à une peinture scabreuse ? Les âmes humaines sont elles-mêmes : leurs racines peuvent s’étendre à des sols opposés, leurs actes fleurir hors de toute logique, et leur espèce se refuser à toute classification rigoureuse. — En tout cas ces problèmes donnent lieu à des exposés érudits, à des analyses pénétrantes et minutieuses, et nous donnent le plaisir qu’on éprouve toujours à risquer l’œil par-dessus le mur du voisin.

2Mais à côté de ces préoccupations éthiques, et parfois apologétiques, l’étude littéraire se déroule avec une belle indépendance. La beauté est appréciée, l’art reconnu partout où il se trouve, et sans rien de cette étroitesse qu’évitent rarement les moralistes. L’auteur sait démêler dans l’œuvre les apports de l’idée, peut-être douteuse, et de l’expression admirable, comme dans la vie les erreurs pratiques et la sincérité qui les atténue. C’est ainsi que Péguy le touche par son honnêteté rugueuse, même dans son schisme impénitent, et que Le Jardin sur l’Oronte, ce dernier rêve de Barrés, le surprend en même temps qu’il le captive. Il ne donne pas dans ces exécutions en bloc que des outranciers comme Daudet voudraient nous faire prendre pour de la justice. Il sait voir dans le romantisme, à travers ses divagations, la force et la sève idéalistes qu’il a rénovées dans les lettres. Il ne cède guère au sophisme facile qui fausse l’idée adverse pour en triompher plus sûrement ; à cet autre qui étend à des théories la responsabilité de fautes tout individuelles. Il a tort cependant, je crois, de relier d’une façon quelconque le nihilisme moral de Gide à son protestantisme : comme si la littérature vicieuse ne se recrutait pas dans tous les camps, moins peut-être chez les protestants puritains que chez d’autres ! Et puis, quel degré de foi protestante peut bien conserver André Gide ? Je m’étonne encore qu’il emboîte le pas aux âmes scandalisées qui voient dans les Cahiers de Sainte-Beuve un factum d’une méchanceté extrême. Pourquoi ne pas reconnaître en ces notes ce que Sainte-Beuve lui-même entendait y mettre : des opinions pleinement franches, absolument intimes, dégagées de tout souci de publicité, de toute contrainte conventionnelle, sur les événements et les hommes ? Tout critique ne voudrait-il pas s’épancher ainsi quelquefois sans gêne ; répudier à part soi les réserves, les compromis, les complaisances forcées dont il use devant le public ; libérer sa conscience en disant sa pensée totale, ne fut-ce qu’en face de son miroir ? C’est ce besoin d’honnêteté qui dicta à Armand de Pontmartin, après vingt-cinq volumes d’urbanités et de demi-teintes, les Jeudis de Mme Charbonneau, où éclatent en rudesse brutale les insincérités de toute une vie. « Ce vague malaise, dit-il, qui m’obsédait depuis si longtemps, c’était cette vérité vive, gauloise, épigrammatique, que je sentais en moi, tandis qu’au dehors s’épanchaient les banalités bienveillantes... Cette lutte de mon vrai genre contre le factice et le convenu. » Jules Lemaître, par le même remords, mais par une pénitence moins franche, nous a fourni la clef secrète qui distingue dans son œuvre les jugements sentis, authentiques, de ceux que teinte l’amitié ou l’opportunisme. Nous savons qu’il y a certaines épithètes qui, chez lui, doivent se prendre cum grano salis, tandis que d’autres, toujours il les réserve pour ce qu’il juge excellent, pour ce qu’il admire ; — qu’envers les œuvres d’amis intimes, il jette sans scrupule l’impartialité par-dessus bord et loue carrément, par principe. Sainte-Beuve, lui, s’est contenté de se chuchoter à lui-même ses opinions foncières ; et même alors il a observé des mesures qui étaient celles de son esprit naturellement si pondéré. Qu’il s’agisse de Victor Hugo, devenu, comme l’on sait, son ennemi, s’il laisse percer parfois la rancune envers l’homme, il maintient envers le talent une justice exacte, blâmant seulement des excès que tout le monde doit reconnaître. Aucun de ses portraits n’égale en malveillance celui que de Pontmartin, dans ces piquants Jeudis, a tracé de Sainte-Beuve lui-même : « Caritidès a reçu du ciel, auquel il ne croit plus, etc. » Et c’est de Pontmartin qui a créé, en fait, cette légende de Sainte-Beuve sournois et méchant, qui le premier, à son sujet, a parlé de stylets, de fioles vénéneuses. La « noirceur » de Sainte-Beuve, cela se résume, à mon sens, à des manières nuancées, discrètes, tant soit peu stratégiques, d’exprimer sa pensée, à des façons un peu entortillées d’envelopper le blâme. Mais ce carnet du moins est simple, ouvert, sans réticences, et par suite vénéneux moins que tout le reste. C’est ce franc-dire pourtant qu’on lui reproche comme on lui reprochait ses pointes émoussées. « Malignité perfide et douloureuse », dit M. de Champris, de trouver qu’avec l’âge Lamartine s’affadit ; de signaler chez Victor Hugo des grossissements absurdes. Voyons, cela dépasse-t-il le droit nécessaire du critique ? « Oui, admet-on pourtant, les défauts du poète sont souvent criants, insupportables ; son orgueil, son égoïsme odieux, son insouciance parfois monstrueuse. » Eh bien, Sainte-Beuve n’a pas dit autre chose ; il l’a même dit moins violemment : pourquoi est-ce du fiel chez lui seul ? Il a comparé l’œuvre de Balzac à « un immense tas de fumier ». Mon dieu, que d’expressions moins nobles se cueilleraient chez Barbey, chez Léon Daudet, chez le P. Delaporte et d’autres, envers des écrivains qui le méritent moins que Balzac ! N’est-il pas tout à fait injuste, Balzac s’étant vengé d’un article de Sainte-Beuve en refaisant à sa manière le roman Volupté, de mettre au seul compte de la « jalousie » les blâmes subséquents du critique ? Son opinion sur Balzac était toute faite auparavant, puisque déjà, sans provocation, il avait écrit cet article ! L’auteur, vraiment, pousse ici au comble sa tendance moraliste à scruter les cœurs et les reins, et ses interprétations assurées d’intentions, de motifs secrets, ressemblent beaucoup à des « jugements téméraires ».

3C’est là, heureusement, le seul chapitre immodéré que contiennent ces études. Le reste est raisonné, solide, persuasif, et dénote un esprit aussi élevé qu’étendu, sensible à la beauté et sympathique à toute pensée sincère. De Pascal à Péguy nous fait suivre une route variée, aux tournants un peu raides et entrecoupée d’espaces vides, mais qui nous montre en son parcours des génies, de grandes âmes, d’autres âmes simplement humaines, en une lumière historique et psychologique qui les fait transparaître et vivre. L’histoire littéraire de deux siècles s’en trouve, sur autant de points, complétée et élucidée. Si lés problèmes intimes que suscitent ces pages ne sont pas toujours résolus, c’est déjà un jeu captivant, un effort qui en vaut la peine, de les poser et de les creuser.

Notes de fin

1 Gloses critiques, t. II, p. 117-123.

2 Henry Gaillard de Champris, De Pascal à Péguy. Nouveaux essais de critique et de morale, Québec, Éditions du Soleil, 1929, 293 p. Gaillard de Champris (1877-1956), auteur de trois ouvrages couronnés par l’Académie française, arriva au Canada en 1920 pour enseigner à l’École normale supérieure de l’Université Laval. À son retour en France, il publiera Images du Canada français (1947).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter