Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les dictionnaires Le Robert

 | 
Monique C. Cormier
, 
Aline Francœur
, 
Jean-Claude Boulanger

Beaucoup de splendeurs, peu de misères : bilan sur les dictionnaires Le Robert

Franz Josef Hausmann

Texte intégral

1Depuis la fulgurance d’une idée jaillie en 1945, l’eurêka de Paul Robert (1979, p. 10), jusqu’à l’extraordinaire épanouissement des dictionnaires Le Robert près de 60 ans plus tard, il y a une aventure qu’on dirait américaine, tellement elle témoigne de possibilités illimitées en lexicographie. Si je me permets un bilan, forcément subjectif et personnel, c’est que l’heure s’y prête, non seulement à cause du cinquantenaire du premier volume réalisé, mais surtout parce qu’une époque se termine, celle du dictionnaire papier, et qu’une autre commence, celle du dictionnaire électronique aux performances décuplées. De ce dernier il sera très peu question. Ce modeste bilan se veut celui du Robert papier, objet de vénération, de dilection et de nostalgie. J’ajoute que je ne me pencherai pas sur la lexicographie des noms propres, volet non négligeable des activités Robert, mais qui concerne peu le linguiste.

le grand robert

2Le Grand Robert de la langue française (6 volumes, 1953-1964, Supplément 1970 ; 2e édition, 9 volumes, 1985 ; nouvelle édition augmentée sous le titre Dictionnaire analogique et alphabétique de la langue française ; 6 volumes, 2001 ; LXXVIII+13 106 + cxcv p.), cette merveille lexicographique qui n’a sa contrepartie dans aucune langue, pur produit de l’amour que portent les Français à leur idiome, résultat de l’alliance dans une personne, Paul Robert, du savoir-faire de l’économiste et de la passion pour le vocabulaire, ce dictionnaire riche en mots, en collocations et en locutions, illustré d’innombrables citations, le dictionnaire qui non seulement définit, mais aussi renvoie de la définition aux mots, créant un réseau paradigmatique d’une incomparable richesse, ce Grand Robert (gr) ne sera pas au centre de cette contribution. Il l’est suffisamment ailleurs. Je me contenterai à son égard d’un compliment et d’une critique.

3Le gr, alors qu’il a été fait manuellement, a eu l’intelligence de recourir largement à l’exploitation multiple des citations. C’est ainsi qu’on trouve dans l’article pluie, à côté de 17 citations originaires, 57 renvois à des citations d’autres articles, ce qui porte le nombre total de citations à 74. Ce procédé témoigne d’un engagement personnel des rédacteurs. Pour la critique, seulement ceci : il est indigne d’un dictionnnaire aussi littéraire que le GR d’attester la citation sans donner immédiatement la date de parution du texte dont est tiré le passage cité. Que Littré ne fasse pas mieux ne saurait être reçu comme excuse.

le petit robert

4J’ai sous les yeux le Nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française (nouvelle édition du Petit Robert de Paul Robert, texte remanié et amplifié sous la direction de Josette Rey-Debove et Alain Rey, dépôt légal : mai 2002 ; XXXVIII + 2 952 p.). Je l’ouvre à l’article colle, pour retrouver « loc. fam. Faites chauffer la colle ! Se dit quand on entend un bruit de casse » (À l’article chauffer, on trouve « Faites chauffer la colle* ! ».) Cet article fait sur moi l’effet de la madeleine de Proust (PR S.V. madeleine). Il me restitue le temps perdu : je me vois au printemps 1967 dans un Resto-U de Lille, le tout nouveau Petit Robert sous le bras pour le confronter à mon vécu (s.v. vécu), le mesurer à la réalité langagière qui m’entoure. Et voilà qu’un verre se casse et qu’une locution familière se dit qu’on ne trouvait ni dans le Petit Larousse (référence de l’époque ; elle y manque toujours) ni dans le Dictionnaire du français contemporain de Jean Dubois et al. (dépôt légal : janvier 1967), autre merveille de cette fastueuse année lexicographique, mais dont les mérites étaient ailleurs que dans l’exhaustivité. Premier triomphe du Petit Robert et de ma part l’étrange sentiment que ce qu’on ne trouve pas dans le dictionnaire n’existe pas pleinement. Et c’est là qu’il faut voir le plus grand mérite de cet immense « petit » dictionnaire : il accueille à bras ouverts la réalité de la langue, sa vraie vie, celle qui entoure le locuteur moyen. Et il fait face à toute velléité de purisme castrateur, qui voudrait nier ce qui ne plaît pas, selon une tradition bien établie, toujours prompte à déclarer que « ceci n’est pas français ». (Ne m’a-t-on pas dit un jour que le mot plastoche n’était pas français ? S.v. -oche, p. 2864.)

5Le Petit Robert (pr) est-il parfait ? Sûrement pas. Le côtoyant, que dis-je, l’aimant depuis 35 ans, je peux me permettre trois critiques.

6Le pr n’est pas un modèle de clarté et ceci est en grande partie dû à sa charpente historique, diachronique. L’organisation des acceptions du mot n’obéit pas à la fréquence actuelle (on commencerait par le sémème le plus établi), mais à la filiation historique, à la chronologie des premières attestations. C’est ainsi qu’un mot comme méchant n’est pas exposé à partir de la définition « qui fait délibérément du mal... » (définition assortie de huit renvois analogiques et de 19 façons de dire une personne méchante), mais, après une notice étymologique avec renvoi à l’encadré choir (les encadrés sont une innovation de 2002 qui profite du Dictionnaire historique de la langue française d’Alain Rey), à partir de « vx ou littér. Qui ne vaut rien ». Sans doute est présenté d’abord comme « loc. adv. vieilli [sic] » avec le sens de « certainement » et seulement après « par ext. mod. » comme synonyme de probablement. Le principe historique du plan des articles nécessite une lecture extrêmement attentive et un utilisateur averti. Ce plan ne reflète pas la conscience linguistique du locuteur natif, il est fait pour lui faire découvrir la dimension historique qu’il ignore. Autrement dit : l’incomparable richesse en items (s.v.2. item) est en contradiction avec sa hiérarchisation. Ce dictionnaire ne progresse pas du connu à l’inconnu, mais de l’inconnu au connu. Est-ce bien cartésien ?

7À côté du manque de clarté, il y a dans beaucoup d’articles un manque de visibilité attribuable en grande partie à l’exploitation microstructurelle (s.v. microstructure) du gras. Celui-ci est réservé aux renvois analogiques et on le comprend : il s’agissait de mettre à profit ce souligneur suprême pour l’information suprême, celle qui, en 1945, avait été à l’origine de l’entreprise Robert tout entière. Mais du coup on s’en prive pour structurer l’article et pour faciliter un repérage global. Les laissés-pour-compte de ce choix sont les locutions, souvent cachées à des endroits improbables dans un long article du type cœur, dos, pied ou tête. Que l’on compare en la matière les Learners’ Dictionaries britanniques pour mesurer l’écart de visibilité.

8Qui oserait reprocher au pr un déficit d’actualité ? Ne fait-il pas son possible pour coller à la réalité toujours changeante ? Il le fait sûrement pour les mots, mais il le fait encore insuffisamment pour les locutions qui sont — rappelons-le — des signes authentiques au même titre que les mots.

9Prenons l’exemple auberge espagnole (s.v. auberge, voir aussi s.v. espagnol). Pourquoi n’y a-t-il pas ici de renvoi analogique, menant par exemple à disparate (« dont la diversité est choquante ») ou à hétéroclite (« qui est constitué d’éléments variés peu homogènes ») ? À la place, on trouve une définition énigmatique : « lieu, situation où l’on ne trouve que ce qu’on a soi-même apporté ». Pour interpréter cette définition dans le sens des renvois analogiques suggérés, il faut non seulement savoir que dans les auberges espagnoles on était censé apporter son repas, mais que c’est à une époque où, ailleurs, on recevait un plat unique, d’où par contraste l’idée de disparité dans l’auberge espagnole. Le sens est donc à peu près celui de « fourre-tout ». Rien de tel dans le pr. De même c’est l’arbre qui cache la forêt est toujours absent du pr qui en est resté à les arbres cachent la forêt (s.v. forêt) qui signifie tout autre chose. Autres absents : se sentir pousser des ailes, ouvrir un boulevard à qqn, jouer la montre, le roi est nu, casser le thermomètre. Donc, Petit Robert, encore un effort !

les usuels

10Encore un effort ! ne se trouve pas dans le pr. Mais il figure (s.v. Français) dans un des Usuels, en l’occurrence François Dournon, Dictionnaire des mots et formules célèbres (1994, XVIII+ 413 p.), indispensable pour qui veut déchiffrer les allusions dont regorge la presse actuelle. D’autres Usuels complètent l’information phraséologique du pr, en premier lieu le Dictionnaire des expressions et locutions par Alain Rey et Sophie Chantreau (1979, 2e édition mise à jour, 1993, XVII + 888 p.). Mais ce dictionnaire, admirable pour sa richesse, manque de rigueur. Oscillant entre synchronie et diachronie, il penche trop souvent du côté de l’information historique, au détriment de la description exhaustive et documentée de l’emploi actuel. Un Dictionnaire de proverbes et dictons. La sagesse du monde entier par Florence Montreynaud et al. (1989, nouvelle édition 1993) est trop éloigné du français standard actuel pour intéresser l’observateur de la langue contemporaine. Et les trois dictionnaires de citations {Dictionnaire de citations françaises par Pierre Oster 1978, Dictionnaire de citations du monde entier par Florence Montreynaud et Jeanne Matignon 1979 et Dictionnaire de citations sur les personnages célèbres par Agnès Pierron 1991) sont trop anthologiques et trop peu phraséologiques pour intéresser le lexicologue.

11Il manque toujours à la maison Robert, de même qu’un dictionnaire valenciel (ou de constructions), un dictionnaire de collocations à la façon du Oxford Collocations Dictionary for Students of English (2002).

12Du côté des dictionnaires paradigmatiques, il y a depuis longtemps l’excellent Dictionnaire de synonymes et contraires de Henri Bertaud du Chazaud, synonymie cumulative, née en 1971 chez Hachette/Tchou et constamment enrichie depuis cette date (édition revue et corrigée 2001, xv+768 p.). Ce dictionnaire s’est trouvé aux prises avec le politiquement correct, lorsque Robert a dû retirer de la vente 3 000 exemplaires dans lesquels le mot juif était donné comme simple synonyme argotique d’avare. En 1996, la faute était réparée par l’ajout du commentaire suivant : « juif (emploi signalé comme fam. par Littré, aujourd’hui injurieux et raciste) ».

13Si Robert n’a produit aucune synonymie distinctive, cela est dû sans doute à la difficulté d’un tel projet, réalisable seulement après une longue recherche dans les corpus. C’est également de Hachette/Tchou 1971 que Robert a récupéré le dictionnaire analogique cumulatif (Dictionnaire des idées par les mots) de Daniel Delas et Danielle Delas-Demon (1979, XXIV+609 p.) qui s’inscrit dans une tradition, celle de Prudence Boissière (1862), qui devait également inspirer Paul Robert en 1945. La trouvaille de Robert n’a pas été le principe analogique proprement dit, mais l’intégration de ce principe dans un dictionnaire général du type Littré.

14Au niveau de la paradigmatique des signifiants, Armel Louis a publié en 1997 un admirable Dictionnaire des rimes et assonances illustré par 3 000 citations de poèmes et chansons d’une extrême richesse (XX + 698 p.). En 1989, Dominique Taulelle avait rédigé en dehors des Usuels un très original Le Robert oral-écrit. L’orthographe par la phonétique (XVIII + 1299 + 55 p.), dictionnaire à la microstructure complète qui a comme macrostructure un alphabet phonétique (un peu déroutant pour le non-spécialiste qui doit trouver doute [s.v. dut] avant doigt [s.v. dwA]), réunissant du coup les articles des formes homophones (doigt à côté de je dois). Son rôle principal comme dictionnaire d’aide à l’orthographe devait souffrir de la difficulté pour l’utilisateur de devoir apprendre la graphie phonétique pour pouvoir accéder à l’orthographe française.

15Il faut ranger parmi les dictionnaires paradigmatiques le Dictionnaire des mots croisés conçu par Laurent Catach (1998, x + 1 524 p.), qui réunit tous les mots d’un nombre de lettres donné ayant une certaine lettre à une position donnée. Combien y a-t-il de mots et de noms propres de 14 lettres ayant comme onzième lettre un G ? Réponse de ce dictionnaire : 6 (de cione.arcangelo à vorochilovgrad en passant par extraconjugale ou thermoplongeur).

16Il y a chez Robert peu de dictionnaires de langues spécialisées si ce n’est un Dictionnaire de la langue du théâtre par Agnès Pierron (2002 ; XXI + 622 p.) et, resté en dehors des Usuels, Le Robert des sports. Dictionnaire de la langue des sports par Georges Petiot (1982 ; XXIV + 553 p.) à la documentation plutôt historique que contemporaine.

17Les dictionnaires consacrés au vocabulaire marqué sont inégalement représentés dans les Usuels. Il n’y a ni dictionnaire d’argot (Alain Rey a publié le sien ailleurs avec Jacques Cellard) ni dictionnaire d’archaïsmes. En revanche, Robert a repris en 1980 le magnifique Dictionnaire des mots contemporains de Pierre Gilbert, ancien lecteur de français à Sarrebruck (xxv + 739 p.), dont le Dictionnaire des mots nouveaux avait également débuté chez Tchou (1971). Ce dictionnaire était le premier en France à puiser abondamment ses citations dans la presse. L’absence d’un dictionnaire actuel de néologismes se fait d’autant plus cruellement sentir.

18Josette Rey-Debove (avec Gilberte Gagnon comme coauteure) a fourni dès 1980 (dépôt légal 1981, remanié en 1984, nouvelle édition 1986, xx+1 150 p.) un Dictionnaire des anglicismes à la fois synchronique et diachronique, d’une grande richesse de documentation. Tout au plus pourrait-on le trouver un peu puriste sur les bords, mais il faut reconnaître qu’il y avait dans la France des années 1960 et 1970 un certain zèle dans ce domaine, passagèrement réanimé au début des années 1990.

19Qui dit purisme, dit dictionnaire de difficultés, type de dictionnaire indispensable depuis le début du XIXe siècle pour parer à l’insécurité linguistique qui caractérise beaucoup de Français. Robert en a deux, celui de Jean-Paul Colin (Dictionnaire des difficultés du français, 1978, XVI+857 p., récupéré de Tchou, 1970) et le Dictionnaire d’orthographe et d’expression écrite d’André Jouette (1993,6e édition, XXI + 775 p., d’un dictionnaire paru en 1980 sous le titre de t.o.p. [Toute l’orthographe pratique] et plus tard comme Dictionnaire d’orthographe et de grammaire dans la collection Pluriguides de Nathan, édition révisée et augmentée, 1986). Ce dictionnaire donne sur 70 000 mots un nombre incalculable de renseignements utiles, la richesse de la macrostructure étant l’élément original, absent des autres dictionnaires de difficultés.

20Henri Cottez, « dont la contribution au Petit Robert (1967) a été déterminante » (pr 2002, p. v), a publié pour les Usuels un très original Dictionnaire des structures du vocabulaire savant. Éléments et modèles de formation (1980, XXXIII + 515 p.) qui explique et documente 2 700 morphèmes (préfixes et suffixes) savants avec, en plus, l’accès par les notions.

la lexicographie pédagogique

21De façon parallèle au dictionnaire de Cottez, Josette Rey-Debove a exploité le concept d’élément de formation dans Le Robert méthodique. Dictionnaire méthodique du français actuel (1982, 2e édition 1989, réimpression 1994, XXIII +1 617 p.), dictionnaire qui, grâce aux 1 730 éléments et aux regroupements des mots par familles synchroniques — sous forme de renvois partout où l’alphabet ne le permet pas autrement — rend pour 34290 mots parfaitement compte de la transparence morphosémantique du vocabulaire tout en intégrant un traitement complet des mots avec une hiérarchisation pédagogique (et non historique) des acceptions (description impeccable de méchant et de sans doute). Ce dictionnaire qui est à peine connu, alors qu’il est supérieur au Micro Robert, mériterait une plus large clientèle.

22C’est le relatif échec du Robert méthodique (comparable à celui du Dictionnaire du français contemporain) qui explique sans doute l’absence totale de structuration morphosémantique (aucun regroupement !) dans le dernier en date des dictionnaires novateurs que nous fournit Josette ReyDebove, le Dictionnaire du français. Référence — Apprentissage (DDUF, 1999, XIV + 1 233 p.). Mise à part, donc, la dimension de la transparence du vocabulaire (absence regrettable dans un dictionnaire pédagogique pour étrangers) et mise à part une tentative ratée d’inclure les faux amis pour 15 langues (quelle naïveté !), le Dictionnaire du français qui recense 20 000 mots plus un bon millier de noms propres, lemmes renvois et autres formes conjuguées est un très bel outil aux mains d’un apprenant avancé, bourré de belles phrases-exemples, aux définitions lisibles, convivial et surtout présentant le degré de sélectivité qui convient. À quelques bavures près on peut dire : tout ce qu’on y trouve et rien de ce qu’on n’y trouve pas mérite l’apprentissage.

23La maison Robert possède un autre dictionnaire de 20000 mots, pour élèves français et francophones cette fois-ci, le Robert Junior poche (2001, XIII + 753 p., 21 planches, sous le titre de Robert Junior illustré depuis 1993), à la microstructure moins riche que celle du dduf, mais avec une composante morphosémantique (regroupements/renvois) qui rappelle celle du Micro Robert. Ce Robert Junior partageait plus ou moins la macrostructure, mais très peu la microstructure, avec un beau dictionnaire, d’une grande originalité et qui a disparu depuis, Le Petit Robert des enfants. Dictionnaire de la langue française, rédaction dirigée par Josette Rey-Debove (1988 ; XXV + 1 187 p. + 80 p. de planches, à partir de 1991 sous le titre de Le Robert des jeunes). C’était le premier Robert à ne donner comme exemples que des phrases complètes. En plus, il y a derrière ces phrases une vraie distribution de personnages, présentée en fin de volume, avec une véritable histoire que le dictionnaire propose aux enfants de reconstruire à partir des phrases-exemples. Deux colonnes marginales sont utilisées pour toutes sortes de commentaires et de renvois qui prennent en compte l’univers des enfants. Il est probable que ce dictionnaire ait été mal ciblé dans la mesure où la microstructure, trop ambitieuse, sans images, aux définitions trop difficiles malgré un effort de simplification, ne correspondait pas à l’âge des contes. Et quant aux « jeunes » visés depuis 1991, qui auraient pu profiter de la description linguistique, ils n’étaient plus passionnés par le conte lexicographique. Mais Robert a produit un véritable dictionnaire pour enfants, Le Robert Benjamin (1997, 573 p.), dictionnaire de 6 000 mots qui est auto-explicatif : aucun mot de la microstructure qui ne fasse pas partie de la macrostructure. Les définitions, très compréhensibles, sont du reste placées judicieusement, devant l’exemple lorsque le sémème est autosémantique (s.v. eau), derrière l’exemple lorsque le sémème est synsémantique (s.v. éblouir). C’est un des rares Robert faisant largement appel aux images (très réussies d’ailleurs).

24Récemment, la lexicographie pédagogique Robert s’est emparée du domaine bilingue en produisant sous la direction de Martyn Back Le Robert & Collins Junior bilingue. Dictionnaire français-anglais, anglais-jrançais (2002, I 202 p.) qui est un dictionnaire monodirectionnel, à savoir d’apprentissage de l’anglais pour les francophones. Dans cette logique, la partie français-anglais est faite pour la production de textes anglais (traduction de phrases, prononciation du côté de la langue cible, remarques contrastives, sélection de plus de 5 000 entrées françaises), alors que la partie anglais-français est axée sur la compréhension et l’apprentissage passif (on détaille la polysémie des mots fréquents, on renonce aux exemples pour les mots moins fréquents ou transparents, on fait de nombreuses remarques sur l’anglais). Ce dictionnaire, très bien conçu, mériterait un franc succès. Mentionnons aussi un dictionnaire thématique en 392 sections, Le Robert & Collins Vocabulaire anglais et américain par Peter Atkins et al. (1994, 394 p.).

le robert micro et sa série

25Quatre ans après le premier Petit Robert paraissait en 1971 le Micro Robert, premier Robert à visée pédagogique et à la méthode synchronique, un grand succès international qui, après sa deuxième édition en 1988, se vend maintenant dans sa troisième édition sous le titre de Le Robert Micro. Dictionnaire d’apprentissage de la langue française, rédaction dirigée par Alain Rey (1998 ; XXIV + 1 507 p., 35 000 entrées). Ce dictionnaire — et non le PR, trop historique — a inspiré tout un éventail de rejetons lexicographiques. Il y a d’abord une version enrichie d’une nomenclature de noms propres : Micro Robert Plus en 1988, Le Robert d’aujourd’hui depuis 1992, version canadienne sous le titre de Dictionnaire québécois d’aujourd’hui, rédaction dirigée par Jean-Claude Boulanger, 1992.

26En 1994, Le Robert pour tous (VIII + 1 297 p.) portait la nomenclature du Micro Robert à 40 000 entrées, clarifiait la microstructure et ajoutait comme éléments culturels l’étymologie ainsi que surtout un grand nombre de citations célèbres et de titres d’ouvrages connus, par exemple Ce toit tranquille où marchent des colombes (s.v. toit) ou L’éducation sentimentale (s.v. sentimental). (Toutefois Français, encore un effort ! n’y est pas.) En 1995, Danièle Morvan, déjà responsable du Robert pour tous, ramenait sous le titre de Le Robert de poche la formule du Robert d’aujourd’hui à 39 000 mots et 6 000 noms propres (XVI + 905 p., en dehors de la France sous le titre de Le Robert Mini). En 1997, Marie-Hélène Drivaud modifiait Le Robert pour tous pour en faire — entre autres, en supprimant les citations — Le Robert Collège (VIII-I 479 p.).

les robert et l’histoire de la langue

27Nous avons insisté sur la composante diachronique dans le Petit Robert (et au-delà dans le gr). L’histoire de la langue et notamment l’étymologie des mots passionne beaucoup de Français et de francophones. Il y a pour satisfaire leur curiosité un Dictionnaire étymologique du français par Jacqueline Picoche (Les Usuels 1979), très ambitieux parce qu’il est organisé par familles historiques complètes « rassemblant un grand nombre de mots extrêmement divers » (p. VI), et dans une certaine mesure un Dictionnaire de noms de lieux par Louis Deroy et Marianne Mulon (Les Usuels 1992). Toutefois, la pièce maîtresse du jeu Robert est depuis 1992 le Dictionnaire historique de la langue française sous la direction d’Alain Rey, qui réalise sur 2 387 pages grand format (depuis 1998 sur 4 304 pages petit format) un vieux rêve des étymologistes, raconter la biographie des mots. En profitant évidemment du Französisches etymologisches Worterbuch de Walther von Wartburg et du Trésor de la langue française, Alain Rey a néanmoins réussi un exploit : faire un dictionnaire étymologique accessible au profane et qui se lit agréablement, que le père de famille, selon une célèbre vision de Jacob Grimm, peut lire à la maisonnée le soir au coin du feu. Et effectivement Alain Rey le lit à la France, non pas le soir, certes, mais tous les matins en « réveilleur-mots » sur France-Inter (Rey 1996, depuis septembre 1993 il est passé de six heures du matin à maintenant [mai 2003] neuf heures moins trois).

28On peut ranger parmi les Robert à visée historique un « dictionnaire pratique de la langue française » (couverture), dérivé du Petit Robert, c’est en 1996 Le Robert quotidien (XXII + 2 183 p.), conçu par Josette Rey-Debove et qui ramène la macrostructure à 50 000 mots, pour lesquels il « conserve l’ordre historique permettant de comprendre l’évolution du mot » (p. VII) en ajoutant pour la première fois 6 000 explications encadrées à la façon des usage notes britanniques, élément qui améliore la lisibilité du dictionnaire et qui, depuis 2002, a été utilisé pour recueillir dans le Petit Robert les mini-biographies étymologiques. Dans une perspective historique, on n’oubliera pas, pour finir, l’édition en 1978 du Diction[n]aire universel d’Antoine Furetière (1690), précédé de la biographie de son auteur et d’une analyse de l’ouvrage par Alain Rey (3 volumes).

les bilingues robert

29Depuis 1978, la maison Robert a construit une impressionnante flotte de dictionnaires bilingues, notamment avec l’anglais, dont le vaisseau amiral est Le Robert & Collins Senior Dictionnaire français-anglais, anglais-français (6e édition 2002, XXXVI + 2 365 + 76 p. ; éditions antérieures : 1978, 1987, 1993, 1995, 1998). Ce dictionnaire, dont le rythme de mise à jour est témoin du succès de vente, a réussi, bien qu’il soit de type intégratif, à conférer à son texte une visibilité qui dépasse celle des concurrents. Peut-on faire mieux ? La réponse est oui, si l’on ouvre Le Robert & Collins Super Senior Grand Dictionnaire français-anglais, anglais-français dont j’ai sous les yeux la partie français-anglais (2e édition 2000, XXXI + 1 326 p., grand format, assorti p. 1039-1260 d’un dictionnaire de synonymes ; 1re édition 1995). L’article cœur — pour ne prendre que cet exemple — est un modèle de clarté microstructurelle. Si la macrostructure du Super Senior est plus riche que celle du Senior, la microstructure du Senior est toutefois plus actuelle, de sorte qu’on peut lui donner la priorité. Nous n’avons pas la place pour rendre compte des catégories inférieures de la gamme de dictionnaires français-anglais, anglais-français, à savoir Compact Plus, Pratique, Poche et GEM. On fera seulement une mention spéciale au Robert & Collins du management. Dictionnaire français-anglais, anglais-français (1992, 1 025 p., assorti d’un Pratique du même nom) dont l’article MARCHÉ, très bien organisé, fournit un grand nombre de collocations traduites.

30Les catégories Le Robert & Collins Pratique, Poche et gem desservent non seulement l’anglais, mais aussi l’allemand, l’espagnol et l’italien. Si nous pouvons les laisser de côté, il n’en va pas de même pour les trois grands dictionnaires bilingues avec l’italien, le néerlandais et le japonais. Le Sbogakukan/Robert Grand Dictionnaire français-japonais (1988, 2 597 p.), avec sa microstructure, ses tables et ses illustrations, profite de la culture lexicographique japonaise, très développée, et vaut le coup d’œil, même pour le nonjaponisant. Le Robert & Signorelli Dictionnaire français-italien, italien-français (1981, 3 002 p.) a la particularité, connue du XVIIIe siècle, de soigner les gloses au point d’en faire de véritables définitions et ainsi de définir ce qui est à traduire. Ce souci du tertium comparationis peut d’ailleurs passer pour une qualité première des bilingues Robert. Quant au Robert if Van Dale Dictionnaire français-néerlandais, néerlandaisfrançais (1988, XVI+ 569 + 818 p., également en catégorie Pratique), sa facture, très originale parce que développant une microstructure catégorielle-sémantique-alphabétique, est entièrement celle de Van Dale.

de la lexicographie à la métalexicographie et inversement

  • 1 Hausmann (1977) en profite largement. L’année 1971 est décidément l’année faste de la métalexicogr (...)

31Année pivot de la lexicographie française d’après-guerre, l’année 1967 avait également connu, avec Bernard Quemada (1967) et Robert-Léon Wagner (1967), les premiers traités de métalexicographie en France, suivis de près de Histoire des dictionnaires français par Georges Matoré (1968). La recherche portant sur les dictionnaires ne devait pas en rester là, puisque les deux grandes réalisations lexicographiques de 1967 eurent chacune leur retombée métalexicographique, à savoir Jean Dubois et Claude Dubois (1971) du côté Larousse et, du côté Robert, la lumineuse Etude linguistique et sémiotique des dictionnaires français contemporains de Josette Rey-Debove (1971) dont je me déclare le premier tributaire1. Elle avait, à vrai dire, été précédée depuis 1965 par nombre d’études partielles tant de la même Josette Rey-Debove que d’Alain Rey. Après avoir rejoint Paul Robert à Casablanca sur simple annonce dans le journal et sans aucune expérience dictionnairique concrète, ces deux lexicographes formés sur le tas ont bâti tous les deux leur théorie à partir des expériences ô combien enrichissantes acquises sur le chantier Robert, les pieds dans la glaise, les mains dans le cambouis — et la tête dans les étoiles. On ne pourra faire ici le bilan de l’œuvre métalexicographique de ces deux lexicographes-phares non seulement de la maison Robert mais aussi de la lexicographie française. On se contentera de relever l’impact de la réflexion métalexicographique sur la programmation de nouveaux projets éditoriaux, celle d’Alain Rey, auteur d’éminents travaux en histoire de la lexicographie et de la littérature, allant davantage vers les dictionnaires historiques et généraux, alors que celle de Josette Rey-Debove, devenue linguiste universitaire, menait plutôt à des dictionnaires spécialisés d’un type inédit et novateur. Dans les deux cas on ne peut qu’admirer l’interfécondation entre théorie et pratique et, d’une manière générale, l’immense culture accumulée au cours de plus de 50 ans de lexicographie et de métalexicographie de pointe.

32Comme aucun autre, le texte lexicographique a vocation à profiter des nouvelles possibilités médiales. Le Petit Robert sur cd-rom, qui jouit auprès des spécialistes d’une très bonne réputation, est là pour le prouver. Or, l’avenir n’est pas le dictionnaire papier informatisé après coup, mais le dictionnaire électronique conçu comme tel et exploitant à fond ses potentialités hypertextuelles. C’est là le défi à relever pour les dictionnaires Le Robert.

Notes

1 Hausmann (1977) en profite largement. L’année 1971 est décidément l’année faste de la métalexicographie si l’on pense que — jamais deux sans trois — elle voit aussi la parution de Zgusta (1971).

Auteur

Franz Josef Hausmann, de langue maternelle allemande, a découvert la langue française et sa littérature à l’âge de 11 ans et en a fait la passion de sa vie. Il a fait ses études à Sarrebruck et à Lille. Il a soutenu sa thèse de doctorat en 1972 sur les jeux de mots du Canard enchaîné, puis une thèse d’habilitation en 1978 à Tübingen sur le grammairien Maigret. Il occupe depuis 1981 la chaire de linguistique appliquée de la Universitat Erlangen-Nümberg, en Allemagne, où il enseigne la linguistique française et la lexicographie. Franz Josef Hausmann considère comme sa réalisation majeure l’encyclopédie multilingue en trois volumes Dictionnaires. Encyclopédie internationale de lexicographie, Berlin/New York, Walter de Gruyter, 1989-1991, codirigée avec Oskar Reichmann, Herbert Ernst Wiegand et Ladislav Zgusta. Il se penche actuellement sur la phraséologie (collocations et locutions) ainsi que sur le style de certains grands écrivains (Balzac, Zola, Proust). Il a récemment inventé la chrestolexicographie (lexicographie du vocabulaire utile à la compréhension).

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540