Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les dictionnaires Le Robert

 | 
Monique C. Cormier
, 
Aline Francœur
, 
Jean-Claude Boulanger

Les locutions figurées dans le Nouveau Petit Robert : évolution de quelques traitements entre 1993 et 2003

Michaela Heinz

Texte intégral

  • 1 Rappelons que la première édition date de 1967 et la deuxième de 1977. Le Petit Robert a, en fait, (...)

1Le Nouveau Petit Robert (pri pour les intimes) fête ses 10 ans. Parue en juin 1993, la troisième édition du Petit Robert peut désormais être consultée dans sa version 2003. Pour fêter l’anniversaire de ce dictionnaire toujours recommencé et presque tous les ans renouvelé, nous proposons une radioscopie de quelques traitements locutionnels entre 1993 et 2003 (et parfois même entre 1967 et aujourd’hui1). Cette analyse rapide est l’esquisse de ce que pourrait être une étude approfondie de l’évolution de ces traitements, et qui serait en même temps une étude de l’évolution du français au plan locutionnel ainsi qu’une étude dictionnairique et sémiotique de l’évolution du Petit Robert.

la locution numéro un (1967-2003)

2Dès 1967, le Petit Robert était le « numéro un » incontesté des dictionnaires français de référence en un volume. La locution numéro un s’y trouve depuis le début, bien qu’elle ne soit pas encore employée à propos d’un objet :

Adj. Fig. et fam. Numéro un, principal. L’ennemi public numéro un. [1967, s.v. numéro 2.]

3En 1988, la locution et son traitement ont pris une certaine ampleur :

Adj. Numéro un, principal. L’ennemi public numéro un. (Subst.)
Le premier (dans une hiérarchie). Le numéro un du parti. —
Par ext. Le numéro trois de la politique étrangère américaine.
[1988, s.v. numéro 2.]

  • 2 La « neutralisation » (terme de Josette Rey-Debove) est une procédure de réduction d’exemples authe (...)

4Les marques d’usages « fïg. » et « fam. » ont disparu, mais à côté de l’emploi adjectival de numéro un le dictionnaire note désormais un emploi substantif, avec un sens ordinal (« le premier ») et relationnel (« dans une hiérarchie ») remotivé. L’exemple « Le numéro un du parti » est construit ; celui qui illustre l’emploi par extension « Le numéro trois de la politique étrangère américaine » est une variante partiellement neutralisée2 de « Andrew Young, le n° 3 de la politique étrangère américaine (L’Express 24 juin 1978) », exemple authentique fourni par Gilbert (s.v. numéro un). Comparées à la troisième édition, les deux éditions précédentes étaient encore assez rudimentaires en ce qui concerne la présentation typographique, et notamment la distinction entre différents types d’informations langagières et métalinguistiques. Comme il n’y avait qu’une seule police, il fallait jouer, assez artisanalement, sur l’alternance entre caractères romains et italiques ; les différentes catégories d’informations n’étaient donc pas codées typographiquement (voir « Adj. Fig. et fam. » vs « Adj. »).

5Ce problème sera résolu avec la parution de la troisième édition en 1993 où l’emploi de deux polices (Times et Helvetica, qui avaient déjà fait leurs preuves dans le Grand Robert de 1985) permette une présentation typographique plus nuancée et plus claire :

loc. adj. numéro un : principal. L’ennemi public numéro un.subst. Personne, entreprise qui occupe la première place (dans une hiérarchie). Elle est le numéro un du parti. — par ext. Le numéro deux de la politique étrangère américaine. [1993, s.v. numéro 3.]

6Non seulement le traitement formel, mais aussi l’emploi de la locution a évolué : désormais une entreprise peut être le « numéro un ». Et une femme aussi... (On notera en passant une autre neutralisation de l’exemple originairement authentique, le numéro trois vs le numéro deux.)

  • 3 On trouve le même traitement dans le tirage de l’année 2000, mais pas encore en 1995.

7En 2003, enfin, notre locution se présente ainsi3 :

loc. adj. numéro un : principal. L’ennemi public numéro un. C’est leur problème numéro un.subst. Personne, entreprise qui occupe la première place (dans une hiérarchie, un classement). Cette militante est le numéro un (ou la numéro un) du parti. Le numéro un mondial du logiciel. => leader. — par ext. Le numéro deux de la politique étrangère américaine. [2003, s.v. numéro 3.]

8À côté des personnes (physiques ou morales), un problème peut également être « numéro un » ; une femme est maintenant « le » ou « la » numéro un de quelque chose ; le sens de classement apparaît pour la première fois, accompagné d’un nouvel exemple, qui génère un renvoi analogique (« leader »).

9Dans des textes récents, on rencontre la locution nominale aussi sans déterminant, en apposition : « [...] François Stasse, numéro 2 de la Bibliothèque nationale de France » (Le Monde 17 janvier 2003, p. VI) et même en emploi absolu : « Il est quoi, Michaud, comme numéro, déjà ?... / — 5. / — C’est au-dessous de Philippe, ça... / — Ah oui, c’est au-dessous, il est numéro 4, Philippe... [...] [Benito] c’est le numéro 3, lui... » (A. Jaoui / J.-P. Bacri, Un air de famille, Paris, L’Avant-Scène Théâtre, 1994, p. 19). Numéro un continue son évolution, sa description dans le Petit Robert suivra.

les traitements locutionnels modifiés dans l’article pied (1993-2003)

10Ici, nous examinons toutes les locutions avec pied dont le traitement, pour une raison ou une autre, se trouve modifié en 2003 (ou avant) par rapport à celui de 1993. Dans l’article PIED, il n’y a aucun ajout concernant les locutions. Les modifications concernent exclusivement des locutions déjà présentes en 1993. Les différents cas seront commentés un par un, par ordre d’apparition dans l’article :

J’ai joué comme un pied, très mal. [1993, s.v. pied I.A.1.]
Faire qqch. comme un pied, très mal. [2003, s.v. pied I.A.1.]

11L’exemple construit « J’ai joué comme un pied » se présente en 2003 sous la forme neutralisée « .Faire qqch. comme un pied ».

Marcher sur les pieds de qqn, lui manquer d’égards, chercher à l’évincer. [1993, I.A.1.]
Marcher sur les pieds de qqn-, fig. lui manquer d’égards, chercher à l’évincer. [2003, I.A.1.]

12En 2003, la séparation assez forte (par « ; fig. ») entre la locution en sous-adresse et sa définition lexicographique change à la fois la fonction de la sous-adresse « Marcher sur les pieds de qqn » et le caractère linguistique du syntagme polylexical concerné. En 1993, il fallait l’interpréter comme une simple locution ; en 2003, en revanche, la sous-adresse représente à la fois une collocation (signifiant mot à mot) et la locution homonyme (ayant un sens figuré plus ou moins global).

Ne pas se moucher* du pied, du coude. [1993, I.A.1.]
Ne pas se moucher* du pied. [2003, I.A.1.]

13En 2003, le renvoi « Ne pas se moucher* du pied » fait l’économie de la variante locutionnelle (Ne pas se moucher) du coude, variante que l’on retrouvera, de toute façon, sous l’élément commun moucher, où sont traitées les deux variantes.

Se jeter, tomber aux pieds de qqn, pour le supplier. [1993, I.A.1.]
Se jeter aux pieds de qqn, pour le supplier. [2003, I.A.1.]

14Dans cet exemple, la variante moins usuelle tomber aux pieds de qqn a bel et bien été supprimée pour gagner de la place.

Perdre pied : ne plus avoir pied (dans l’eau) ; FIG. être perdu, ne plus avoir de repère, de ligne de conduite. [1993, I.A.2.] Perdre pied-, fig. être perdu, ne plus avoir de repère, de ligne de conduite. « il se baigna, s’aventura jusqu’à perdre pied, avala des gorgées d’eau salée (H. Thomas). [2003, I.A.2. ; sic pour l’absence de guillemets fermants.]

15L’exemple de perdre pied peut être rapproché de celui de marcher sur les pieds de qqn. En supprimant l’indication du sens propre, les deux traitements, de la collocation et de la locution (homonymes), ont été en quelque sorte télescopés. Le gain de place a été réinvesti pour ajouter une citation qui illustre le sens premier (celui de la collocation).

Lâcher pied : ne plus tenir de pied ferme contre l’adversaire ; céder, reculer ; fig. flancher. [1993, I.A.2.]
Lâcher pied : ne plus tenir contre l’adversaire ; céder, reculer ; FIG. flancher. [2003, I.A.2.]

16La définition donnée en 1993, partiellement locutionnelle (« de pied ferme ») et pléonastique (« tenir de pied ferme contre »), donc doublement fautive, est corrigée dans la version de 2003 (en fait, depuis 1995).

Pieds (et) paquets. => tripoux. [1993, s.v. pied I.B.1.]
Pieds (et) paquets.
=> tripous. [1995, s.v. pied I.B.1.]

17En 1993 et 1995, la locution nominale pieds (et) paquets n’est pas traitée à proprement parler, mais seulement renvoyée, par un renvoi analogique à tripoux (seconde variante graphique de l’entrée concernée) ; puis à tripous (première variante) :

tripous ou tripoux [...] ♦ région. Tripes accompagnées de pieds de mouton et de fraise de veau, cuisinés à la mode auvergnate. [1993-2003.]

18Depuis la version de 2000, le renvoi analogique a été remplacé par un renvoi sec et la locution est désormais traitée, s.v. paquet :

Pieds (et) paquets*. [2000-2003, s.v. pied I.B.1.]
(1868) Paquets, pieds (et) paquets : tripes de mouton ficelées en petits paquets, cuites avec des pieds de mouton. [2000-2003, s.v. paquet 2.]

  • 4 Voir aussi l’article pieds-paquets du drf.

19Si les tripous sont une spécialité auvergnate — le lecteur qui n’aurait jamais eu l’occasion d’y goûter sur place l’apprend par la marque d’usage « région. » et l’ajout définitionnel « cuisinés à la mode auvergnate » —, les pieds et paquets (qui semblent correspondre plus ou moins au même plat) ne relèvent, dans le Petit Robert, d’aucune région précise. Dans le Larousse gastronomique, en revanche, on apprend que les pieds et paquets sont une « [s]pécialité provençale, et surtout marseillaise, qu’il était de tradition de déguster au restaurant de La Pomme, dans la banlieue de la ville, où la recette aurait été créée » (s.v. pieds et paquets)4.

20Dans le pr 1993, la locution être à pied d’œuvre était encore traitée à deux endroits, s.vv. pied et œuvre :

Amener les matériaux à pied d’œuvre, au pied de la construction. fig. Être à pied d’œuvre, prêt à agir. [1993, s.v. pied II. 1.]
loc. cour.
Être à pied d’œuvre, sur le lieu du travail, prêt à agir. [1993-2003, s.v. œuvre II.2.]

21Depuis 1995, le traitement s.v. pied est remplacé par un renvoi sec :

À pied d’œuvre*. [1995-2003, s.v. pied II. 1.]

22Le dernier changement concernant le traitement d’une locution dans l’article pied est celui de francs en euros :

Vivre sur le pied de vingt mille francs par an, sur la base de, avec un train de vie de vingt mille. [1993-2000, s.v. pied III.2.]
Vivre sur le pied de vingt mille euros par an, sur la base de, avec un train de vie de vingt mille. [2002-2003, s.v. pied III.2.]

les ajouts de locutions dans l’article tête (1993-2003)

23Contrairement à l’article PIED, l’article TÊTE ne connaît aucune modification formelle de traitement locutionnel, mais trois ajouts plus ou moins importants. Le premier ajout concerne la locution réclamer la tête de qqn :

Réclamer la tête de qqn, l’échafaud, la peine de mort. [1993-1995, s.v. tête I.4.]
Réclamer la tête de qqn, l’échafaud, la peine de mort ; fig. sa destitution. [2000-2003, s.v. tête I.4.]

  • 5 Syntaxiquement, cette définition « absolue » ne correspond pas à la forme relationnelle (de qqn) de (...)

24Depuis l’année 2000, réclamer la tête de qqn est paraphrasé par « [réclamer] sa destitution », sens figuré qui confère à ce syntagme le statut d’une véritable locution. Avant, le même syntagme, plutôt collocationnel alors, était uniquement défini avec son sens premier « [réclamer] l’échafaud, la peine de mort »5.

25La locution suivante figure dans le Petit Robert depuis l’année 2002 :

Avoir, faire sa (la) tête des mauvais jours : sembler préoccupé, contrarié. [1993-2000 Ø /2002-2003, s.v. tête I.5.]

  • 6 Dans le pr 2003, on découvre la locution synonyme et très actuelle prendre le chou « excéder, énerv (...)

26Le dernier des trois ajouts concerne l’emploi nominal de prendre la tête (à qqn)6, signalé sous forme d’exemple construit (Quelle prise de tête !) :

fam. [...]. — Ça (me) prend la tête : cela me tracasse, cela devient une obsession. => excéder. Il me prend la tête avec ses histoires. [1993-1995, s.v. tête III.3.]
fam. [...]. — Ça (me) prend la tête : cela me tracasse, cela devient une obsession. => excéder. Il me prend la tête avec ses histoires. Quelle prise de tête ! [2000-2003, s.v. tête III.3.]

modifications et ajouts ponctuels (1993-2003)

27Dans ce paragraphe, nous rassemblons quelques modifications et ajouts épars, relevés dans des articles nettement plus courts que les précédents, avec une « phraséologie » moins développée. En ce qui concerne les modifications, il s’agit essentiellement d’erreurs et d’oublis apparus dans la troisième édition en 1993 et corrigés pour la plupart en 1995.

28Ainsi, la définition impropre de tailler un short à qqn et la datation erronée de arriver dans un fauteuil (qui était manifestement due à une coquille) ont été rectifiées dès 1995 :

loc. fam. Tailler un short à qqn, le renverser (en voiture). [1993, s.v. short]
loc. fam. Tailler un short à qqn, le frôler (en voiture). [1995-2003, s.v. short]

(v. 1189 turf) loc. fam. Arriver dans un fauteuil : arriver premier, sans peine, dans une compétition. [1993, s.v. fauteuil 3.]
(v. 1889 turf) loc. fam. Arriver dans un fauteuil : arriver premier, sans peine, dans une compétition. [1995-2003, s.v. fauteuil 3.]

29Cas de figure plutôt rare parce que coûteux en place, le traitement de la locution suivante a été complété d’un exemple authentique (après 1995) :

Louer une maison clés en main, jouir immédiatement de la location. Clés en main : prêt à l’usage. Acheter des usines clés en main. [1993-1995, s.v. clé I.1.]
Louer une maison clés en main,
jouir immédiatement de la location. Clés en main : prêt à l’usage. Acheter des usines clés en main. Des « projets en cours que Stocastic remettra sur mesure, clefs en main, aux chaînes de télévision » (Echenoz). [2000-2003, s.v. clé I.1.]

  • 7 Faire le ménage. [...]. — Faire des ménages, faire le ménage chez d’autres moyennant rétribution. [ (...)

30En 1993, la collocation et la locution faire le ménage sont définies pour la première fois. La collocation faire des ménages l’était déjà en 19677. C’est à partir de 1995 que le Petit Robert enregistre et définit la locution faire des ménages :

Faire le ménage : nettoyer* et ranger un local. fig. Réorganiser une entreprise. [...]. — Faire des ménages : faire le ménage chez d’autres moyennant rétribution. [1993, s.v. ménage I.3.]
Faire le ménage : nettoyer* et ranger un local, fig. Réorganiser une entreprise. [...]. — Faire des ménages : foire le ménage chez d’autres moyennant rétribution, FIG. Journaliste qui fait des ménages, des séances de promotion pour améliorer ses revenus. [1995-2003, s.v. ménage I.3.]

31Dans l’exemple suivant, la modification du traitement locutionnel (après 1995) consiste en un renouvellement complet, jusqu’à la locution traitée. Les locutions comparatives vieillies léger comme une abeille et actif comme une abeille ont été remplacées par la locution familière avoir les abeilles, illustrée par une citation de Coluche (qui remplace, elle, une des citations de Martin du Gard, toujours assez nombreuses dans le Petit Robert) :

— Léger, ; actif comme une abeille. « Je ne suis pas comme l’abeille butineuse qui s’en va sucer le miel d’une fleur, puis dune autre fleur » (Mart. du G.). [1967-1995, s.v. abeille I.]
loc. fam. Avoir les abeilles : être agité, énervé (comme si on était tourmenté par un essaim). « J’ai les abeilles là hein ! Là ça va être ta fête ! » (Coluche). [2000-2003, s.v. abeille I.]

32Après ces quelques exemples de modifications, parfois sous forme d’ajout, voici un court échantillon de véritables ajouts de locutions avec leur traitement (à partir de 1995 ou plus tard) :

fig. [...]. — Aller dans le mur, vers un échec certain. Cette politique nous conduirait dans le mur [1993 Ø /1995-2003, s.v. mur 1.]
loc. fig. et fam.
Être beau comme un camion, très beau, superbe. [1993-1995 Ø /2000-2003, s.v. 1. camion 2.]
fam. [...]. — loc.
Yoyoter de la touffe : être fou, dérangé. [1993-1995 Ø /2000-2003, s.v. yoyoter]
loc. fam.
(de au poil) Pile-poil : exactement, précisément. Votre coup de téléphone « calculé pile-poil ! Minuté comme à la guerre ! » (Pennac). [1993-1995 Ø / 2000-2003, s.v. 3. pile 2.]
loc. fig.
(de la photo servant à déterminer le gagnant à l’arrivée d’une course très serrée). Il n’y a pas photo : aucun doute, aucune hésitation n’est possible. « Entre Sarajevo à 50 dollars et lady Di à 250 000, il n’y a pas photo » (Libération, 1997). [1993-1995 0/2000-2003, s.v. photo I.1.]
fig.
Fracture (sociale) : séparation sociale et économique profonde entre les nantis et les exclus. « Tous à droite comme à gauche ont dénoncé la “’fracture sociale”, stigmatisé l’inégalité » (Le Nouvel Observateur, 1995). [1993-1995 Ø /2000-2003, s.v. fracture 3.]
loc.
[...]. Avoir le moral dans les chaussettes, au plus bas. [1993-2000 0/2002-2003, s.v. chaussette 2.]
loc. fig. fam.
Fumer la moquette : ne pas être dans son état normal, planer, délirer. Le scénariste a dû fumer la moquette pour faire un film pareil ! [1993-2000 Ø / 2002-2003, s.v. moquette 2.]
fam.
Ça me gave, ça m’ennuie*, m’énerve, j’en ai assez ! => gonfler, soûler. Les ordinateurs ça me gave. Ça me gave d’en parler. [1993-2000 Ø /2002-2003, s.v. gaver 3.]
loc.
Être, se mettre aux abonnés absents ; fig. refuser de répondre, de se manifester. [1993-2002 Ø /2003, s.v. abonné, ée 1.]
La France d’en bas
 : les personnes de condition modeste, les classes populaires. [1993-2002 Ø /2003, s.v. 1. bas IV.4.]
La France d’en haut
 : les classes dirigeantes, les nantis. [1993-2002 Ø /2003, s.v. 1. haut III.C.4.]

33On remarquera que certaines locutions, qui se trouvent pourtant depuis 1993 dans la deuxième édition du Dictionnaire des expressions et locutions d’Alain Rey et de Sophie Chantreau, tardaient à faire leur apparition dans le Petit Robert, comme avoir les abeilles (pr 2000), être beau comme un camion (2000), yoyoter de la touffe (2000), avoir le moral dans les chaussettes (2002) ou être aux abonnés absents (seulement en 2003). On pourrait interpréter ces retards comme des oublis, mais aussi bien comme étant dus à la prudence des lexicographes qui décrivent patiemment l’évolution de la langue, sans forcer celle-ci par un « encagement » hâtif. Cela dit, avec Internet, la lexicographie dispose désormais d’un instrument précieux pour tester la fréquence de tel ou tel fait de langue (et cela non seulement pour la France mais pour la francophonie entière). Ainsi, la France d’en bas (et, complémentairement, celle d’en haut) est l’exemple d’une locution qui aura connu très rapidement (un an après son lancement et sa propagation massive) la consécration sous la forme d’un enregistrement dans le dictionnaire.

quelques propositions de modifications et d’ajouts

34Le Petit Robert est un dictionnaire qui correspond depuis toujours aux meilleurs standards de la lexicographie monolingue. Il a traditionnellement « tout bon » ou presque. Le traitement exemplaire et exhaustif de la locution avoir tout bon peut d’ailleurs servir d’exemple :

lang. en fanti n Avoir tout bon ; avoir bon (à un problème) : avoir trouvé la bonne solution. — fam. (adultes) Avoir tout bon : avoir raison, réussir (opposé à avoir tout faux). [1993-2003, s.v. 1. bon, bonne I.A.I.]

35Mais même le meilleur dictionnaire du monde peut toujours être amélioré. Dans ce qui suit, nous proposons quelques modifications peu coûteuses qui pourraient rendre certains traitements locutionnels encore plus clairs.

loc. fam. [...] — Un éléphant rose : une vision due à l’ivresse.
[1993-2003, s.v. éléphant 3.]

  • 8 Voir Mollard-Desfour (2002, p. 85).
  • 9 Le Dictionnaire des expressions et locutions (1993) opte pour le pluriel, mais toujours pour la for (...)

36Les éléphants roses se trouvent le plus souvent au pluriel — Jacques Brel les chantait en 1965 dans la saoulographie de Jackie —, et surtout dans la locution verbale voir des éléphants roses, qui veut dire « avoir des hallucinations sous l’effet de l’alcool ou des drogues8 ». Le traitement proposé dans le pr ne correspond pas à cet emploi courant9.

loc. L’heure du laitier : très tôt le matin, au lever du jour.
[1993-2003, s.v. 1. laitier 1.]

  • 10 L’exemple suivant (tiré d’Internet, que nous ne considérons pas comme citable mais néanmoins comme (...)

37La locution à l’heure du laitier, présentée dans le pr également comme nominale, est employée le plus souvent sous forme de complément circonstanciel (ce qui correspond à la forme de la paraphrase définitionnelle). On pourrait nuancer le sens de cette locution en précisant, dans un exemple, qu’elle a souvent la connotation « à l’heure des arrestations illégales10. »

fil d’Ariane [...] ; fil conducteur ; fil rouge : ce qu’on peut suivre pour se diriger. [...]. Suivre le fil rouge. [1993-2003, s.v. fil I.3.]

  • 11 Les exemples authentiques se ramassent d’ailleurs à la pelle. Nous donnons ici deux citations récen (...)

38Suivre le fil rouge n’est pas un emploi idiomatique de la locution le fil rouge. Cet exemple construit a dû être faussé par la définition « ce qu’on peut suivre pour se diriger », qui vaut pour les deux autres locutions, plus anciennes en français, mais non pour le fil rouge. D’après ce que nous avons vu dans les textes, le fil rouge est toujours le fil rouge de qqch (souvent d’un spectacle, d’une émission, etc.). Le dictionnaire des Richesses lexicales du français contemporain en fournit un traitement adéquat, avec une définition nuancée (le « fil rouge » peut être une personne), plusieurs attestations11 et l’origine de l’image en question. Le Petit Robert ne dispose pas de la place nécessaire pour imiter ce traitement, mais il pourrait toujours remplacer l’exemple « Suivre le fil rouge » par des syntagmes nominaux comme le fil rouge d’une émission, d’un film, d’une œuvre.

loc. Avoir pignon sur rue : vx être propriétaire d’une maison de ville dont la façade à pignon donnait sur la rue ; mod. avoir un magasin, un domicile connu et être solvable. [1993-2003, s.v. 1.pignon]

  • 12 Pour d’autres exemples, authentiques, voir Heinz (1993, p. 336-337).

39On pourrait supprimer le sens marqué « vx » (ou garder son contenu sous forme d’une courte indication historique) et remplacer ce sens par la description de l’emploi actuel, le plus souvent à propos d’idées, de faits de société répréhensibles qui s’étalent au grand jour (par exemple, Le proxénétisme, l’antisémitisme a de nouveau pignon sur rue12).

loc. fig. Redorer son blason : se dit d’un noble pauvre qui épouse une roturière riche. par ext. Rétablir son prestige par une réussite. [1993-2003, s.v. blason I.1.]

  • 13 Ibid., p. 334.

40De nos jours, on rencontre la locution en question fréquemment sous la forme de redorer le blason de qqn (ou de qqch.). La lexicographie devrait en tenir compte (éventuellement en supprimant le sens de départ pour le moins vieilli)13.

loc. fig. donner le feu vert (à qqch., à qqn) : autoriser (une action ; qqn à agir). Demander, avoir, obtenir le feu vert, toute liberté (de faire, d’agir) (cf. Carte* blanche). [1993-2003, s.v. 1. feu III.2.]

  • 14 Par exemple : « Barbara Cartland a donné son feu vert à la publication de sa biographie » (L’Est ré (...)

41À côté de donner le feu vert, il existe la variante morphologique donner son feu vert, qui est fréquente dans les textes14, mais absente des dictionnaires.

loc. fig. et fam. Être beau comme un camion, très beau, superbe. [1993-1995 0/2000-2003, s.v. I. camion 2.]

42Il serait utile de savoir si l’emploi de la locution comparative beau comme un camion est sujet à des restrictions de sélection (à propos d’une femme ? d’un homme ? d’un objet ? connotation ironique ou non ?, etc.).

loc. fig. et fam. Qui n’est pas dans une musette : doté de qualités certaines ; remarquable, digne d’intérêt. « ils vouaient à nos grands chefs une de ces admirations qui n’était pas dans une musette » (Céline). [1993-2003, s.v. 1. musette II.]

43Cette locution ne semble plus très courante (est-ce qu’elle l’a jamais été ?). On pourrait la remplacer avantageusement par la locution assez actuelle avoir n points dans la musette (dans le contexte d’une épreuve sportive).

fig. [...]. — Aller dans le mur, vers un échec certain. Cette politique nous conduirait dans le mur. [1993 Ø / 1995-2003, s.v. mur 1.]

  • 15 Voir le titre de film Droit dans le mur (Pierre Richard 1997).
  • 16 Citons quelques exemples : « M. Christian Estrosi, député rpr, est entré dans le mur » (Le Monde 12 (...)

44Nombreux sont les exemples authentiques illustrant la locution récente (en français) aller dans le mur et ses variantes aller (tout) droit dans le mur15, entrer dans le mur, envoyer qqn dans le mur. De nouveau, l’exemple construit « Cette politique nous conduirait dans le mur » n’est pas très idiomatique et devrait être remplacé par un autre, mieux « senti » ou par une citation neutralisée16.

45Le gr (2001) donne comme origine de cette locution une « métaphore de l’automobile », ce qui correspond évidemment au sens premier de (la collocation) aller dans le mur, entrer dans le mur. Curieusement, au Québec, l’emploi figuré, locutionnel, ne semble pas être connu, à en juger par le commentaire suivant, qui parle à la fois des dictionnaires et de notre collocation (mais non de la locution homonyme) :

[C]e que les dictionnaires évitent par-dessus tout, ce sont les jeux de mots, le double sens et les bonnes blagues. Pour reprendre un vieil exemple, si je vous raconte que : « Mon ami voulait entrer dans la police, mais la police s’’est tassée et il est entré dans le mur », on voit facilement que l’effet comique de cette phrase banale repose sur la conjonction de deux des nombreux sens du verbe « entrer » : dans le décor et dans les services. Lorsque les deux sens distincts du même mot sont confondus, il se crée une ambiguïté amusante, une sorte de court-circuit risible des sens, une confusion drôle. Ainsi, l’effet comique de la blague et du court-circuit qui crée le non-sens représente très exactement le contraire de la démarche de mise en ordre rigoureuse du sens que recherche tout dictionnaire (B. Arcand, « Le dictionnaire », 1995, p. 82).

  • 17 Voir les deux traitements suivants de la locution anglaise: « 4 a: an extreme or desperate position (...)

46Bernard Arcand ne semble donc pas connaître l’emploi locutionnel de entrer dans le mur. Cela est d’autant plus étonnant que la locution en question est sans doute un calque de l’anglais to go to the watt17. Les lexicographes français et francophones sont loin d’avoir fait le tour de cette locution intéressante. Le Petit Robert est bien placé pour mener à bien cet examen.

  • 18 Voir Heinz (2003b).

47Après avoir proposé quelques modifications facilement réalisables, nous terminons cet article par la simple énumération de quelques locutions que l’on rencontre assez fréquemment, mais qui sont, pour l’instant, absentes du Petit Robert18 :

emmener qqn dans ses bagages, souffler ses n bougies, c’est la prime à la casserole, regarder/contempler (le bout/la pointe de) ses chaussures, une coquille vide, ne pas sucer (que) des glaçons/de la glace, ça va comme un lundi, tu veux ma photo ?, il vaut mieux l’avoir en photo qu’en pension/à table, t’es de la police ?, (mais) que fait la police ?, Bon sang, mais c’est bien sûr !

48Le Petit Robert, ce sont trois éditions (à ce jour) et d’innombrables éditions-tirages remaniées et augmentées. Les modifications apportées de tirage en tirage sont moins médiatisées que celles d’autres dictionnaires d’autres maisons d’édition. Mais elles existent bel et bien et confèrent à l’ensemble une épaisseur historique insoupçonnée, peutêtre, mais bien réelle. Les éditions du Petit Robert mériteraient un examen et une description critiques beaucoup plus approfondis que ce qui était possible ici. De nombreuses découvertes, témoignant de l’évolution de la langue et de celle de la dictionnairique, en seraient la récompense.

Notes

1 Rappelons que la première édition date de 1967 et la deuxième de 1977. Le Petit Robert a, en fait, 36 ans aujourd’hui. Pour cet article, nous utilisons essentiellement le premier tirage de la troisième édition, de 1993, et celui de 2003. Pour des comparaisons plus nuancées, nous y ajoutons parfois des données tirées des millésimes 1995, 2000 et 2002, ainsi que, pour une diachronie plus « épaisse », les tirages de 1967 (le premier tirage de la première édition) et de 1988 (le dernier tirage modifié de la deuxième édition).

2 La « neutralisation » (terme de Josette Rey-Debove) est une procédure de réduction d’exemples authentiques. Voir Martin (1989, p. 600) : « Souvent l’exemple construit prend son départ à des énoncés authentiques et s’obtient par des simplifications successives qui en font un type abstrait, libéré de toute incidence situationnelle. »

3 On trouve le même traitement dans le tirage de l’année 2000, mais pas encore en 1995.

4 Voir aussi l’article pieds-paquets du drf.

5 Syntaxiquement, cette définition « absolue » ne correspond pas à la forme relationnelle (de qqn) de l’unité à définir. Il vaudrait mieux remplacer « l’échafaud, la peine de mort » par « l’exécution (capitale) de qqn » ou, mieux encore, par « son exécution » (le possessif est un moyen économique et efficace qui sert souvent, dans le discours dictionnairique, à souder la définition à l’adresse ; voir « sa destitution »).

6 Dans le pr 2003, on découvre la locution synonyme et très actuelle prendre le chou « excéder, énerver », avec le renvoi analogique supplémentaire « (Cf. Prendre la tête) » (s.v. chou 8.). Maintenant, il ne reste qu’à ajouter le renvoi complémentaire « (Cf. Prendre le chou) » pour compléter encore le traitement de prendre la tête.

7 Faire le ménage. [...]. — Faire des ménages, faire le ménage chez d’autres moyennant rétribution. [1967 et 1988, s.v. ménage I.3.]

8 Voir Mollard-Desfour (2002, p. 85).

9 Le Dictionnaire des expressions et locutions (1993) opte pour le pluriel, mais toujours pour la forme nominale : « Des éléphants roses : les visions de l’ivresse » (s.v. éléphant).

10 L’exemple suivant (tiré d’Internet, que nous ne considérons pas comme citable mais néanmoins comme instructif), confirme cet emploi : « C’est à l’heure du laitier qu’on vient chercher les personnes soupçonnées, qu’on leur passe les menottes, qu’on leur enlève leur ceinture, leur bretelle, leurs lacets, [...] et cela quels que soient les faits et la personnalité de l’intéressé, sans avoir aucune certitude qu’il s’agisse d’un coupable » (<http://www.senat.fr/senateurs/dreyfus_schmidt_michel/justice/180-bis_etat-justice.html>, 16 mars 2003).

11 Les exemples authentiques se ramassent d’ailleurs à la pelle. Nous donnons ici deux citations récentes : « Autre fil rouge de l’œuvre [La Fleur du mal, film de Claude Chabrol, 2003], la maison tient une place capitale dans ce film, à la fois prison (dorée) et serre » (Télérama 19 février 2003, p. 34). « Cette intervention [la greffe d’une main] [...] suscita moult controverses. Elle constitue le fil rouge de ce film, qui rappelle les questions éthiques et scientifiques soulevées par la greffe tout au long de son histoire » (Télérama 25 juin 2003, p. 136).

12 Pour d’autres exemples, authentiques, voir Heinz (1993, p. 336-337).

13 Ibid., p. 334.

14 Par exemple : « Barbara Cartland a donné son feu vert à la publication de sa biographie » (L’Est républicain, Suppl. L’Est Magazine 16 janvier 2000, p. 6). « Fort des résultats de cette consultation, Lionel Jospin donnerait son feu vert au lancement officiel du numérique hertzien fin 1999 » (Télérama 25 août 1999, p. 41). « En octobre 1999, la Fédération internationale de natation a donné son feu vert aux équipementiers » (Le Monde 13 février 2000, p. 18). Pour l’emploi du déterminant possessif, dans les locutions et ailleurs, voir Heinz (2003a).

15 Voir le titre de film Droit dans le mur (Pierre Richard 1997).

16 Citons quelques exemples : « M. Christian Estrosi, député rpr, est entré dans le mur » (Le Monde 12 octobre 1990). « “Rocard a décidé de les envoyer dans le mur”, affirmait hier un proche du Premier ministre en commentant l’arrêt des négociations avec les syndicats corses » (Libération 13 avril 1989, p. 3). « Les éditeurs réalisent soudain qu’en poursuivant sur cette voie, ils vont droit dans le mur » (Le Nouvel Observateur 17-23 octobre 1991, p. 15). « La France va dans le mur mais son exception culturelle fait qu’elle y fonce drapeau au vent » (Libération 14 octobre 1993, p. 3). « On ne sait si ce gouvernement ira dans le mur, klaxon au clair » (Pierre Georges, Le Monde 19 octobre 1995, p. 34). « Les conseils de Burnier et Rambaud sont aussi simples que la langue journalistique est enflée. [...]. Utilisez tous les clichés possibles, les détours, les périphrases, pillez votre stock d’images, [...]. Préférez “aller dans le mur” à “échouer”, donnez du “grain à moudre” [...] » (Télérama 26 février 1997, p. 49). « À rester obstinément unidirectionnels [...], les médias n’auraient d’autre perspective, à terme, que d’entrer dans le mur » (Tribune de Genève 23 février 1998, p. 6).

17 Voir les deux traitements suivants de la locution anglaise: « 4 a: an extreme or desperate position — usu. used in the phrase to the wall <schools whose teachers... were driven to the - financially — Dixon Wecter> <pushing them to the ~ in the competitive struggle — T. W Amold> b: a state of defeat, failure or ruin - usu. used in the phrase to the wall <let the weakest go to the — Art & Industry> <since the war, several... magazines have gone to the ~ — P. W. Crowcroft> » (Webster’s Third 1993, s.v. I. wall). « ♦ to go to the ~ (fig) [person] perdre la partie; (= go bankrupt) faire faillite; [plan, activity] être sacrifié ♦ it’s always the weakest who go to the ~ ce sont toujours les plus faibles qui écopent* » (Le Robert & Collins Senior 2002, s.v. wall).

18 Voir Heinz (2003b).

Auteur

Michaela Heinz détient un doctorat en linguistique appliquée (Universitat Erlangen-Nürnberg, Allemagne). Ses principaux champs de recherche sont la (méta)lexicographie et la phraséologie françaises. De 1988 à 1993, elle a collaboré à l’édition du Nouveau Petit Robert. Depuis 1992, elle travaille pour la maison d’édition de dictionnaires bilingues Klett, à Stuttgart, en Allemagne. À partir de 1993, elle a œuvré en tant que boursière de l’Agence universitaire de la Francophonie au sein de différentes équipes lexicographiques. Depuis 1993, elle est membre associée du silex (Lille III). Elle a publié, entre autres, Les locutions figurées dans le « Petit Robert » : description critique de leur traitement et propositions de normalisation (Tübingen, Niemeyer, 1993). Sa thèse d’habilitation sur Le possessifen français : aspects sémantiques et pragmatiques est sous presse (Bruxelles/Louvain-la-Neuve, De Bœck/Duculot, à paraître). Elle enseigne actuellement la linguistique française à la Universitat Erlangen-Nürnberg.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540