Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les dictionnaires Le Robert

 | 
Monique C. Cormier
, 
Aline Francœur
, 
Jean-Claude Boulanger

Le Petit Robert par lui-même : de l’ombre à la lumière

Jean-Claude Boulanger, Aline Francœur et Monique C. Cormier

Texte intégral

1Les mots naissent, mûrissent, vieillissent et meurent Dans leur vie certains mènent des parfois. active, carrières plus prestigieuses que d’autres et plusieurs deviennent des vedettes instantanées du lexique parce qu’ils sont rapidement entérinés par les utilisateurs. Tel fut le cas de motoneige et de courriel au Québec, au début des années 1960 et 1990, respectivement. On pourrait dire la même chose des mots euro et tournante en France autour de 1995. La seconde étape importante après la naissance d’un mot est sa reconnaissance sociale, c’est-à-dire sa lexicalisation et son installation dans l’usage réel. Une fois ce seuil atteint, une éventuelle carrière lexicographique attend ce vocable. Et le dictionnaire demeure le lieu le plus pertinent pour suivre la circulation des mots dans la langue. Un petit fascicule publié en 1999 par les Dictionnaires Le Robert et intitulé Les années Petit Robert rend compte de 40 années de mouvement du lexique entre 1960 et 1999, aussi bien pour les formes que pour les sens d’ailleurs. Plusieurs centaines de néologismes consignés dans le dictionnaire y sont réunis et rangés par décennie : 1960, 1970, 1980, 1990. Le tableau 1 donne des exemples de mots datés de chacune des années de ces décennies, des mots si familiers pour la plupart qu’on les croirait membres de la grande famille lexicale du français depuis longtemps. L’annexe fournit les listes complètes des mots datés de 1967, 1977 et 1993 dans le Petit Robert [pr], dates qui correspondent aux trois éditions du dictionnaire. Les datations indiquées sont celles qui figurent dans l’édition de 2001 du pr électronique.

TABLEAU 1. Exemples de mots datés de 1960 à 1999 dans le Petit Robert

1960 agrochimie

1980 heptathlon

1961 concepteur

1981 radio-réveil

1962 assistanat

1982 bioéthique

1963 dangerosité

1983 cogniticien

1964 aéroglisseur

1984 eurodéputé

1965 antigang

1985 antisida

1966 biodégradable

1986 télépaiement

1967 psychédélique

1987 faxer

1968 écologiste

1988 oups

1969 informatisation

1989 lambada

1970 essuie-tout

1990 génothèque

1971 agroalimentaire

1991 refondation

1972 biorythme

1992 eurosceptique

1973 carpaccio

1993 hypertextuel

1974 croisiériste

1994 traçabilité

1975 fractal

1995 cyberespace

1976 bureautique

1996 alicament

1977 multiculturel

1997 haptique

1978 joggeur

1998 profilage

1979 homophobie

1999 malbouffe

2Les exemples cités dans le tableau et les listes annexées parcourent les grands champs de l’expérience humaine et beaucoup sont d’un usage général. La majorité de ces créations sont d’origine française, mais quelques emprunts y figurent, illustrant l’ouverture du français sur le monde. « Le dictionnaire, en accueillant des mots et des sens nouveaux chaque année, nous renseigne sur les centres d’intérêt d’une communauté, les évolutions du vocabulaire reflétant celles de la société » (Drivaud 1999, p. 3). Grâce à son arsenal microstructurel bien éprouvé, c’est le dictionnaire en un volume qui raconte le mieux le parcours linguistique des mots et leur arrimage à l’histoire sociale.

3Sur le plan morpholexical, chacune des quatre dernières décennies du XXe siècle est caractérisée par des thèmes sociaux qui ont naturellement des répercussions dans la langue. Ainsi, le petit fascicule du Robert place la décennie 1960 sous le thème, notamment, de la mode angloaméricaine, ce qui a pour effet le passage en français de nombreux anglicismes empruntés à ce moment, comme bermuda, blush, jean ou lurex. Les années 1970 sont dites cool et sportives tandis que sur le plan culturel, le disco, le fluo et le funky prennent les commandes. C’est aussi la période où le préfixe mini- et le suffixe -erie déferlent dans le lexique et servent à créer des centaines de mots tandis que des dizaines d’autres s’abrègent (bio, chimio, écolo) ou se siglent (f.i.v. :, i.g.v., p.v.c.). La décennie 1980 est celle du développement foudroyant et de la démocratisation de l’informatique, et bientôt, au milieu de cette période, de la micro-informatique. On verra ainsi l’élément -tique se détacher du mot souche informatique et servir à créer une foule de néologismes affiliés à ce domaine. On assiste alors en direct à la naissance d’un nouveau suffixe français productif : bureautique, domotique, procréatique. Le suffixe -tique est reconnu par le pr qui, s’il ne le retient pas dans la nomenclature, le fait figurer dans la liste de son Petit dictionnaire des suffixes du français placé dans les annexes à partir de 1993. Le suffixe -ciel, issu du mot logiciel, suivra le même chemin et il servira à produire de nombreux mots, comme didacticiel (1979, d’abord au Québec) et ludiciel (vers 1980). Cette décennie est aussi celle de l’identification de cette terrible maladie qu’est le sida. La maladie doit être nommée. Le nom complexe syndrome d’immunodéficience acquise sera rapidement réduit à l’acronyme sida (1982, d’abord sous la forme sida), qui deviendra la base à partir de laquelle on forgera plusieurs termes, dont antisida (1985), sidéen (1987) et sidologue (1985). Un champ onomasiologique important s’épanouira également autour de ce thème et des néologismes viendront nommer ces concepts, comme azt (1985), hiv (vers 1985), lav (1983), séroconversion (vers 1986). La décennie 1990 est celle d’Internet, de la musique techno et de l’euro. Après le -ciel de l’informatique logicielle, c’est au tour d’un nouveau suffixe -iel de faire des petits. Cet élément se retrouve d’abord dans le québécisme courriel, mot-valise formé au début des années 1990 à partir de courri[er] électronique]. La ressemblance avec les deux morphèmes liés déjà existants -ciel et -(i)el assure son franc succès, et bientôt apparaissent d’autres mots construits sur ce modèle, comme pourriel et pollutiel. Toutefois, le mot courriel devra attendre l’année 2002 pour accéder à la nomenclature du pr. Il a cependant fait l’objet d’une remarque dans l’article e-mail qui a été ajouté à ce dictionnaire dans le tirage de l’année 2000. Une façon discrète d’exister ! Curieusement, le pr date l’arrivée de l’emprunt e-mail en français de 1994. Cet emprunt est certainement antérieur à la formation de courriel puisque ce québécisme a été proposé pour remplacer le mot anglais au début des années 1990. La forme abrégée mail, datée de 1998, rejoindra les colonnes du pr en 2002.

4Le pr constitue sans conteste le cœur de l’édifice lexicographique robertien. Il naît dans le dernier tiers du XXe siècle. Plus qu’une réduction du Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française [daalf] — mieux connu sous le titre de Grand Robert de la langue française, étiquette d’ailleurs acquise postérieurement, donc anachroniquement, à la parution du pr — il en est la continuation, tout en se réclamant d’une philosophie nouvelle sous l’impulsion d’Alain Rey et de Josette Rey-Debove qui y perfectionneront quelques principes linguistiques, notamment le traitement sémantique et les aspects morphologiques. Au cours du XXe siècle, le pr aura trois éditions, soit en 1967 pour la première, en 1977 pour la deuxième et en 1993 pour la troisième. C’est dans cette dernière édition que le mot nouveau s’ajoute au titre et que le dictionnaire devient le Nouveau Petit Robert. Entre les deux refontes, chaque nouveau tirage aura ses ajouts, ses retraits et ses ajustements. À ce chapitre, le tirage de 1983 du pr est l’occasion d’une révision et d’un enrichissement des québécismes, notamment à la suite d’une analyse critique d’un premier contingent de ces formes et sens québécois introduits dans le dictionnaire en 1977 (Dugas 1979). Voici quelques mots de la lettre M qui font l’objet d’une intervention : magasinage, magasiner, marier, maringouin, maskinongé, merisier, mitaine, moustiquaire. En 1984, on ajoute près de 200 entrées nouvelles, dont 36 helvétismes (arolle, catelle, hydrant, pive, poutser), et près de 100 significations inédites parmi lesquelles 24 sont propres à la Suisse (brique, chambre, glisse, lavette, relaver).

5Le pr est un dictionnaire qui bouge et, dans cette optique, il convient d’analyser chacune des trois éditions, car elles s’inscrivent dans des écologies linguistiques et sociales fort différentes. Il est aussi opportun de voir comment l’esprit de l’entreprise Le Robert a évolué entre l’époque de son fondateur Paul Robert et celle où Alain Rey et Josette Rey-Debove ont assumé la plus grande part des responsabilités éditoriales. Pour ce faire, nous nous arrêterons aux textes d’introduction de chacune des éditions afin d’en dégager les principales orientations et les grandes articulations.

le petit robert de 1967

6Le premier PJJ était « destiné d’abord aux élèves de l’enseignement secondaire et aux étudiants » (Rey 1967, p. ix). Puis les différents destinataires sont énumérés : les étrangers et le grand public, ce dernier étant présenté comme le public de l’avenir, une fois que l’ouvrage aura fait ses preuves. Ce qui se fera rapidement. L’ouvrage est vite salué non seulement comme un nouveau dictionnaire, mais il est aussi reconnu comme un événement culturel. Le pr continue le programme du daalf, car il utilise « l’immense somme de travail accumulée pendant son élaboration, sans rien perdre des principes qui ont guidé son auteur, mais en changeant à la fois de dimension et de point de vue. C’est moins l’abrégé d’un grand dictionnaire que le prolongement de l’œuvre d’un grand lexicographe » (ibid.). À travers le daalf, le pr est greffé à l’héritage d’Émile Littré et à celui du Dictionnaire général [dg] d’Adolphe Hatzfeld, Arsène Darmesteter et Antoine Thomas. Dans cette livraison, l’influence de Paul Robert est toujours très perceptible. Le dictionnaire demeure prudent dans ses choix lexicaux et il est marqué au coin d’une norme française centralisatrice, car même si on est à l’aube de la francophonie, ses échos ne se répercutent pas encore dans les dictionnaires, du moins d’une manière tangible. À ce moment, l’étude des régionalismes a plus à faire avec la géolinguistique qu’avec la variation lexicale synchronique trans-étatique, et les mots langue française se déclinent toujours au singulier.

7Le pr est perçu comme un nouveau Littré, un Littré qui ne doit cependant pas tout chambarder en matière de langue. L’emprunt, le néologisme et l’anglicisme provoquent encore, et également, la méfiance de certains groupes de locuteurs, parmi lesquels figurent d’influents puristes. C’est dans ce contexte qu’Alain Rey rappelle que, selon les lecteurs, la désignation d’anglicisme « pourra apparaître comme l’indication objective d’une source d’emprunt récent ou comme une marque d’infamie » (ibid., p. x).

8Ce premier-né de la génération des pr joue de prudence sur d’autres plans également. Il écarte les mots très vulgaires tandis que les créations très fantaisistes ou argotiques sont laissées de côté ; il en va de même pour les marques déposées, trop volatiles, et dont le statut linguistique est encore peu étudié à l’époque. Les néologismes sont pris en compte, mais de manière nuancée ; pas question de leur laisser la bride sur le cou. Le dictionnaire doit d’abord prendre sa place comme instrument de référence, c’est-à-dire établir sa base lexicale et en assurer les assises. À partir du daalf, les responsables font une mise à jour du vocabulaire qui comble les lacunes entre les grands dictionnaires du XIXe siècle (Littré et le dg) et la période ciblée ici, soit 1967 (en réalité 1965-1966, date qui correspond à l’achèvement de la rédaction de ce premier pr).

le petit robert de 1977

9L’aîné des pr aura eu une durée de vie de 10 ans avant de renaître dans une nouvelle édition en 1977. La mise à jour générale se traduit par une augmentation de 200 pages. Le public destinataire prend une dimension plus culturelle et si le dictionnaire s’adresse toujours « à ceux à qui la langue française importe : à ceux qui désirent la connaître mieux, qu’elle soit ou non leur langue maternelle ; à ceux qui doivent s’exprimer en l’utilisant » (Rey 1977, p. ix), le grand public passe ici devant celui des élèves et étudiants ciblé prioritairement en 1967. De plus, l’ouverture au lectorat francophone est plus manifeste (nous y reviendrons en parlant du contenu du dictionnaire). D’ailleurs, le mot francophone apparaît dès la huitième ligne de la présentation de l’ouvrage par Alain Rey, ce qui doit être pris comme le signal d’un intérêt qui va au-delà de l’opportunisme éditorial. Ce rétablissement ou renversement des priorités destinatrices permet de parler d’un dictionnaire dont la vocation est désormais didactique et culturelle.

10Avec cette édition, le Robert colle de plus près à la réalité du langage et il établit que la langue usuelle est faite de nombreux registres entrecroisés. Il élargit aussi sa palette sociale et son amplitude technolectale en répertoriant des vocabulaires sociaux plus marqués, plus sensibles et plus près des réalités quotidiennes, et en consignant les termes spécialisés « indispensables à l’expression de la pensée moderne » (ibid., p. x), et cela en raison de la plus grande diffusion sociale des savoirs d’experts. Mais la grande nouveauté par rapport à 1967, c’est l’ouverture remarquable pour l’époque aux mots qu’on appelle alors les régionalismes, aussi bien les formes hexagonales que les formes périphériques (canadianismes, belgicismes, helvétismes, etc.) [Boulanger 1985a]. Les régionalismes entrent alors dans le grand champ de la francophonie. Cette édition du pr se démarque aussi par son intérêt pour les décisions issues des commissions ministérielles françaises de terminologie et, dans une moindre mesure, pour celles de l’Office de la langue française du Québec. Les officialismes, dont beaucoup sont des néologismes, font leur entrée dans les dictionnaires du français parce qu’ils sont issus de travaux d’aménagement linguistique chapeautés par des instances gouvernementales qui ont donné des mandats d’aménagement terminologique à des institutions. Depuis, il est devenu d’usage de consigner les recommandations terminologiques françaises et québécoises dans les dictionnaires (Boulanger 1989).

11Outre les néologismes issus des aménagistes, comme listage et matériel, les néologismes spontanés sont aussi répertoriés : déprime, écologie, écologiste, macho, stérilet. Il s’agit cette fois de véritables mots nouveaux, c’est-à-dire des mots nés ou empruntés depuis le début des années 1960, car dans la première édition du pr, il fallait donner une extension sémantique au terme néologisme. En effet, en lexicographie, en plus du sens de nouveauté formelle ou sémantique dans le lexique, le néologisme peut être un mot existant depuis longtemps, mais jamais consigné dans les nomenclatures. Ce sens correspond à une sorte de mise à jour des nomenclatures réalisée en fonction du programme macrostructurel. Il peut s’agir, par exemple, d’intégrer des régionalismes, des argotismes, des mots vulgaires. Ainsi, le québécisme traversier, daté de 1880, qui accède au pr (1977) est-il un néologisme lexicographique et non pas un néologisme lexical.

12L’édition nouvelle prend aussi un visage plus technolectal. « Ce sont les vocabulaires scientifiques et techniques qui se taillent la part du lion » (Rey 1977, p. xviii). Ces apports nouveaux ont entraîné la nécessité de revoir les terminologies déjà existantes, notamment l’informatique, l’automatique, la physique, la chimie, la biologie, la médecine, afin d’effectuer les mises à niveau et de moderniser les définitions. Ces réfections se sont faites dans le prolongement des travaux de terminologie en France et au Québec. La répercussion de ces travaux, particulièrement la recherche en néologie, stimulée par Alain Rey, a été aussi l’occasion de constater lexicographiquement « la renaissance d’une créativité propre au français, pour répondre aux besoins de désignation des choses nouvelles » (ibid.). Le pr fut donc parmi les premiers dictionnaires à signaler les officialismes, dont plusieurs sont des néologismes qui illustrent à point nommé combien le français est une langue imaginative lorsqu’on ne le brime pas.

13Le caractère le plus marquant, osé même pour l’époque, la réelle nouveauté demeure l’ouverture à la francophonie extérieure, en particulier à la Belgique (entièreté, parastatal), à la Suisse (écolage, aula) et au Canada (cacaoui, érablière). Pour les dictionnaires Le Robert, il était temps de mettre fin au paradoxe « que les dictionnaires consacrés au français moderne négligent totalement la réalité langagière de communautés francophones importantes et influentes » (ibid., p. xix). Ce processus d’intégration des régionalismes hors de France n’est pas en soi une nouveauté, la maison Larousse consignant de telles unités, surtout des canadianismes, depuis une dizaine d’années. C’est l’affinement des descriptions et la quantité de mots qu’il faut ici retenir. La description du français devient la description des français, même si la part des régionalismes demeure relativement mineure, du moins aux yeux des locuteurs de ces variétés de français. Par ailleurs, la forme expliquée, l’entrée, est régionale, mais le discours microstructurel, la langue expliquante, est le gallofrançais, ce qui est tout à fait normal puisqu’il s’agit « d’expliquer au lecteur non québécois la valeur des termes qui pourraient être mal compris » (ibid), comme bleuet et habitant. La description complète des français régionaux « relève à l’évidence des instances souveraines des divers États » (ibid). Ce double avertissement n’a pas toujours été assimilé par les francophones hors de France, particulièrement au Canada. Ainsi, bien des critiques furent-elles faites dans de fausses perspectives.

14Le pr innove aussi sur un autre plan. En effet, jusque-là, les dictionnaires étaient très réservés à l’égard des mots tabous, argotiques ou malsonnants. Pour les dictionnaires Le Robert, il était temps « de combler les lacunes les plus criantes de l’éducation officielle » (ibid., p. xviii). Cette liberté à l’égard des registres sociaux survient à un moment propice de l’évolution des mœurs dans la société et elle ramène le dictionnaire plus près de la réalité langagière (Boulanger 1986). Ce sera l’un des mérites du pr que de réduire l’écart entre le contenu des dictionnaires et le langage vivant.

15L’édition nouvelle du pr reste véritablement liée à la première : même contenu général de la présentation, même langage sur les éléments du programme éditorial. Il est évident que le dictionnaire perfectionne sa méthode et son contenu, mais c’est dans la nette continuité avec son aîné. Dans la présentation, l’accent est mis sur la sémantique et sur la structure arborescente des articles (sens et emplois), sur l’originalité du réseau analogique, marque de commerce des dictionnaires Le Robert, enfin sur la valeur des définitions. L’ancêtre littréen et l’inspiration du dg sont toujours présents en toile de fond. Mais ce conservatisme apparent est suppléé par de nombreuses innovations. La deuxième édition du pr est une sorte de transition entre la lexicographie traditionnelle dont le modèle de référence est Littré et une lexicographie renouvelée qui adhère mieux aux courants de la modernité. Le premier pr annonçait le progrès, mais, en raison du vide lexicographique entre le Littré et le daalf, il ne faisait qu’amorcer un programme lexicographique nouveau. Par exemple, la dichotomie entre la langue générale et les langues de spécialité y demeure apparente, comme si les terminologies n’étaient que tolérées tandis que les zones lexicales décrites restent conservatrices, tant sur l’axe social que sur l’axe géographique — attitudes qui évoquent les méthodes de l’Académie française. L’édition de 1977 stabilise et homogénéise la description du lexique. Il n’y a plus qu’un seul lexique, celui-ci prenant tantôt une coloration usuelle, tantôt une coloration spécialisée, etc. L’opposition historique et très tranchée entre la langue commune et les terminologies est dépassée et le modèle de confection et d’utilisation du dictionnaire général s’élargit. Mais cette opération de rapprochement entre la langue générale et les langues de spécialité s’effectue parce que la diffusion des connaissances spécialisées se répand dans l’usage quotidien de la langue. Il n’y a plus de frontières, il y a osmose. Ce caractère fusionnel démarque ce pr de son prédécesseur.

le nouveau petit robert de 1993

16Après l’harmonisation et l’homogénéisation des contenus du pr s’ouvre l’ère d’une sorte de maintenance des valeurs et d’une meilleure conformité au réel. Ce qui signifie qu’il faut procéder de plus en plus souvent à de nouvelles synthèses qui touchent autant au texte dictionnairique qu’aux nouveautés lexicales ou sémantiques. « Le lexique est la mesure de toute chose, et le lexicographe doit faire le point chaque fois qu’un écart devient sensible entre le dictionnaire en tant que texte achevé et l’univers culturel présent » (Rey-Debove et Rey 1993, p. ix). La proximité de la langue et du lexique avec la société est encore plus évidente et plus exigeante. Elle se fait particulièrement sentir au début de la décennie 1990.

17La troisième édition du pr bouscule quelque peu la tradition. En adjoignant le qualificatif nouveau au titre de l’ouvrage, les auteurs ancrent le dictionnaire dans un présent qui envisage déjà l’avenir. Le terme nouveau est le signe d’une rupture. Il indique la fin d’une époque et le début d’une autre. Deux ans plus tard, un second événement marque aussi le passage à une autre façon de faire. Dans la mise à jour de 1995, le Petit Robert par Paul Robert devient, sur la page titre intérieure, le Petit Robert de Paul Robert, concrétisant l’engagement de ses principaux maîtres d’œuvre que sont Alain Rey et Josette Rey-Debove. Ce sont là des indices externes, mais néanmoins probants, de la distance que prend la troisième édition par rapport à son ancêtre vieux de 26 ans et par rapport à son prédécesseur de 1977. C’est aussi qu’en une génération la langue et ses représentations changent. Et si le pr (1977) ne peut pas être déclaré comme appartenant à la deuxième génération des pr, le npr peut certes être regardé lui comme le premier enfant de la deuxième génération.

  • 1 Le tirage de 2002 du PR totalise 2 952 pages. Depuis 1967, le dictionnaire s’est donc enrichi de 9 (...)

18Plus de 220 pages supplémentaires par rapport à l’édition précédente seront nécessaires pour capter l’état de langue décrit. De 1967 à 1993, le dictionnaire passe de 1972 à 2 492 pages, une augmentation de 520 pages, soit un peu plus de 26 % de contenu nouveau, ce calcul étant fait sans tenir compte du texte supprimé1. La nomenclature passe de 55 000 mots à près de 60 000. Par ailleurs, en raison de l’enrichissement sémantique, les articles s’allongent. On peut donc dire que le npr (1993) présente un nouvel état synchronique du français. Entre 1977 et 1992, quelques centaines de mots rejoignent les colonnes du dictionnaire à l’occasion des mises à jour régulières. La refonte complète amène plus de 4 000 nouveaux articles, véritable kaléidoscope de la société en évolution. On y trouve des mots didactiques (subsidiarité, technopole), des mots culturels (allophone, sociétal), des termes scientifiques (agrobiologie, fibroscopie), des mots de la langue générale (faxer, lève-tôt), etc. Les mots nouveaux témoignent bien de la vitalité de la langue et du fait que celle-ci bouge constamment. Les lexicographes ont bien su repérer les signaux de la modernité. Parmi les entrées nouvelles, il y a des emprunts aux langues étrangères. Le npr (1993) accueille assez largement les emprunts aux autres langues. Les mots anglais demeurent dominants, mais on observe un éclatement des langues prêteuses. Jamais peut-être depuis la Renaissance les mots ont-ils autant voyagé. L’internationalisation et la mondialisation des phénomènes, les forts mouvements de populations (émigration, tourisme, guerres) de même que la diversité des cultures rétrécissent le monde et contribuent à l’arrivée massive de mots allogènes dont une bonne partie s’intègrent bien, surtout ceux qui désignent des choses et des concepts étrangers à la culture d’accueil au départ, comme omerta et taco. Sauf pour les mots anglais, la plupart de ces entrées nouvelles ne sont pas critiquées. Le tableau 2 donne un aperçu du mélange des cultures en répertoriant quelques emprunts faits à diverses langues et associés aux domaines de l’alimentation et de la cuisine. Ils entrent dans la catégorie des emprunts de nécessité.

19Les milliers d’ajouts montrent que les nouvelles tendances sociales intègrent de plus en plus les vocabulaires spécialisés dans l’usage courant. Des domaines comme l’informatique, Internet, la médecine, l’écologie, l’environnement ont des répercussions dans les intérêts de chacun, et le dictionnaire doit en rendre compte. Ces zones du savoir ne sont plus la chasse gardée des spécialistes. Au dire d’un journaliste dans Le Monde du vendredi 3 septembre 1993, la nouvelle œuvre robertienne est un « dictionnaire qui n’a plus peur des mots » et « le français est une langue bien vivante, que nulle crise ne menace » (p. 27).

20Les impératifs sociaux appellent aussi des ajustements de méthode. On ne peut plus se contenter de simplement ajouter des mots et des sens. Aussi les auteurs ont-ils revu la description dans son ensemble. Du point de vue des méthodes, il faut un soin plus linguistique, et à l’intérêt pour la sémantique, très visible dans la structure des deux premières éditions, s’ajoute l’intérêt pour la morphologie. D’abord, les éléments de formation sont plus nombreux à figurer à la nomenclature, permettant ainsi aux utilisateurs de se faire plus volontiers néologues, la néologie étant maintenant vue comme un phénomène positif. De plus, les auteurs ajoutent hors nomenclature un précieux petit dictionnaire des suffixes qui est l’héritier direct du Robert méthodique, devenu en 1982 le fondement de la pensée linguistique des dictionnaires Le Robert en matière de morphologie. Cette attention portée à la formation des mots permet une présomption de sens lexical — expression due à Josette Rey-Debove — par la connaissance d’éléments morphosémantiques. Ainsi la jonction est-elle faite entre la forme et le sens. C’est une façon de démocratiser et d’autoriser la création de mots et d’augmenter le volume lexical maîtrisé par l’usager. Ce dernier n’est plus seulement un spectateur (décodage), il devient un acteur (encodage). De manière subliminale, le npr devient un véritable traité de la formation des mots dont la vocation première vise « à expliquer la formation de termes récents [...] et non à répertorier les éléments — ou morphèmes — du français » (ReyDebove et Rey 1993, p. xi). L’ajout à la nomenclature de nouveaux morphèmes liés créés dans les sciences et les techniques, comme atto-, hypo-,-valent et -yle, répond à ces objectifs (Boulanger 1995). Les incidences de la mise en valeur de la morphologie ne s’arrêtent pas là.

TABLEAU 2. Quelques exemples d’emprunts (alimentation et cuisine)

MOTS

LANGUES

MOTS

LANGUES

anchoïade

provençal

rougail

tamoul

bourride

provençal

sashimi

japonais

cappuccino

italien

scone

anglais

corossol

créole antillais

surimi

japonais

escabèche

espagnol

tandouri

hindi

fêta

grec

tangerine

anglais

maracuja

indien du Brésil

tapas

espagnol

mescal

aztèque

tempura

espagnol

nem

vietnamien

toffee

anglais

ouzo

grec

tofu

japonais

pastilla

espagnol

tortellini

italien

pecorino

italien

tortilla

espagnol

provolone

italien

mexicain

ramboutan

malais

yakitori

japonais

21Le npr est un dictionnaire à macrostructure simple et non à macrostructure double. Théoriquement, il ne pratique pas le regroupement. Cependant, sur la base de certaines régularités morphologiques dans le lexique, les auteurs modifient le programme éditorial qui veut que chaque mot ait son article, et ils introduisent la méthode de l’entrée cachée qui emprunte son protocole au regroupement. L’entrée cachée est un mot de la même famille que l’entrée principale et dont le sens est compositionnel, c’est-à-dire qu’il découle directement du mot-base (l’entrée) et du morphème suffixal, lui-même sans ambiguïté sémantique. Pour cette raison, les entrées cachées sont presque toujours monosémiques. Ces mots sont insérés à la fin des articles, devenant ainsi des sous-entrées qu’il ne faut pas définir. Par exemple, le mot glaciologie a pour dérivés suffixaux glaciologique et glaciologue. Situés à leur place alphabétique et objets d’articles complets en 1967 et en 1977, ces unités accèdent au statut d’entrées cachées en 1993. Cette démarche repose sur des « besoins d’économie de place [...] et aussi la préférence donnée aux mots dont le sens mérite une explication » (Rey-Debove et Rey 1993, p. xii). Au dire des auteurs, ces regroupements ne visent « aucune intention théorique » (ibid.) et ils ne sont pratiqués que dans le cas des suffixés, ce qui ne perturbe pas l’ordre alphabétique. Toutefois, si d’une part, il y a des gains nets sur le plan de la nomenclature, d’autre part, sur le plan de la microstructure, des articles complets sont réduits à quelques renseignements (datations, catégories lexico-grammaticales). Il y a donc des pertes d’informations fonctionnelles (définitions formelles, réseau synonymique, exemples et citations, etc.) et une diminution du nombre d’entrées principales, c’est-à-dire celles qui donnent accès aux articles ; nous y reviendrons plus loin. En outre, s’il n’y a pas de visée théorique au premier degré, il y a quand même, à l’étape éditoriale, une application des principes morphologiques pour effectuer les regroupements. Au résultat, la mécanique de l’entrée cachée est au service de la nomenclature qui s’accroît (plan quantitatif), puisque ces mots sont aussi comptabilisés dans la nomenclature, tandis que sur le plan qualitatif de précieuses données fonctionnelles sont évacuées. S’il n’y a pas d’objectif théorique, il n’en reste pas moins qu’on suppose que le lecteur sait ce qu’est une entrée cachée, qu’il sait où la trouver et qu’il est en mesure d’effectuer la démarche d’analyse morphosémantique. Ce protocole renforce à son tour, et à l’évidence, le volet théorique du dictionnaire qui est désormais un ouvrage tridimensionnel (lexical, sémantique et morphologique), la dernière dimension n’étant pas aussi apparente dans les deux premières éditions.

22Le npr porte également son attention sur les mouvements sociaux qui ont des incidences sur la langue. Trois directions spécifiques sont ici ciblées : la lutte contre les anglicismes, surtout dans leurs résonances technolectales ; les rectifications de l’orthographe, demeurées à l’ordre du jour malgré l’échec plus ou moins complet des propositions de 1990, et dont les répercussions sur l’éducation et l’école ne sont plus à démontrer ; la féminisation des noms de métiers et de professions, nécessité émergeant des rôles et des responsabilités accrus des femmes dans la société, opération démarrée sur les chapeaux de roues dans la francophonie extérieure (Québec, Belgique, Suisse) et demeurée plus prudente ou plus lente — c’est selon ! — en France. Le dictionnaire n’est plus un lieu où rien n’évolue, un réceptacle de formes autorisées, il se transforme en espace d’expériences morpholexicales. Les mots décrits fonctionnellement sur le plan linguistique s’enrichissent ici, particulièrement dans le cas de la féminisation, d’une épaisseur sociale. Attester qu’on peut dire et écrire la députée ou la mairesse (« fonction de maire ») confirme bien que la société évolue et que la langue adhère aux nouveaux paradigmes sociaux.

23L’intérêt pour l’orthographe ne diminue pas non plus. Dans la tourmente du début des années 1990, le npr prend quand même un virage intéressant et il propose des ajustements graphiques non attestés dans les textes. Les suggestions sont fondées, entre autres, sur la nécessité d’aligner les familles lexicales (chariot → « on écrirait mieux » charriot), d’ajuster les prononciations (prunellier → « on écrirait mieux » prunelier), de franciser les emprunts (pogrome et pouding rejoignent pogrom et pudding en variantes d’entrées ; bull-dog disparaît au profit du seul bouledogue) et de simplifier la graphie des mots avec un trait d’union en soudant les parties (hydro-électrique hydroélectrique). Dans le prolongement de l’orthographe pure et simple, on peut aussi faire référence au pluriel des mots étrangers qui devrait s’adapter à la grammaire du français (un adagio : des adagios ; un sandwich : des sandwichs). Au-delà des rectifications, l’opération vise « un certain desserrement d’une norme exigeante et parfois arbitraire » (ibid.). Ce point de vue ouvre des perspectives sur l’évolution de la langue et procède d’un interventionnisme de bon aloi tourné vers le futur plutôt qu’il ne se cantonne dans un conservatisme étroit qui étrangle la langue. C’est l’un des rôles du dictionnaire que de statuer sur l’évolution de la langue ; même l’Académie française a assumé ce rôle à travers son histoire, et plus d’une fois, en intervenant dans le système orthographique. On peut regretter qu’elle n’ait pas maintenu son ouverture. Aujourd’hui, ce sont les dictionnaires Le Robert qui sont le chef de file en matière de nouvelles tendances et qui cherchent à les concrétiser. L’usage fait le dictionnaire, mais le dictionnaire fait aussi l’usage, y compris en matière d’orthographe. De ce point de vue, des études ont démontré « que 60 % des utilisateurs de dictionnaires de langue ne les consultaient que pour l’orthographe » (Rey-Debove et Le Beau-Bensa 1991, p. 5).

24L’actualisation du npr témoigne bien entendu de l’évolution du lexique, ce dont rendent compte les néologismes consignés. La refonte illustre aussi les changements survenus dans la langue en matière de modes de création de mots. La poussée expansionniste du français appelle de nouveaux mécanismes de construction de mots. En évaluant positivement les néologismes, non seulement le npr conforte les anciens modèles de formation de mots, mais il en accrédite de nouveaux. Ainsi les hybrides gréco-latins « autrefois critiqués par les puristes » (Rey-Debove et Rey 1993, p. xiv) sont de plus en plus nombreux, avec comme conséquence un enrichissement des procédés de formation qui démontrent la dynamique de la langue. Poussant au-delà de l’hybridité savante, on recourt de plus en plus à des formations gréco-françaises ou latino-françaises, mêlant ainsi le grec ou le latin au français comme dans écomusée, hydrocarbure, voyoucratie, plombémie. Le modèle favorise une productivité accrue et il sert la langue puisqu’il permet de faire face aux déficits lexicaux ou de remplacer des emprunts indésirables.

25Par ailleurs, on sait que l’ordre normal de composition des mots en français est l’ordre déterminé + déterminant (culture du riz, guidé par un fit). L’inversion plus fréquente de cet ordre qui devient déterminant + déterminé, recours usuel dans les langues germaniques, généralise ce mode de formation en français (riziculture, filoguidé). Cette mécanique n’est pas nouvelle (voir bibliobus, sud-américain), elle se répand plus largement. Corollairement, le procédé donne naissance à de nouveaux éléments de formation comme rizi- et filo-. « On voit comment, partie de règles très contraignantes, la composition des mots s’est libérée au profit de la néologie. Il n’est plus possible aujourd’hui de dire que la morphologie lexicale du français est une entrave à la créativité. Ce point de vue puriste est dépassé par les faits, et il faut accepter qu’une langue vivante change de normes » (ibid., p. xiv). Le refus de créer n’est pas d’ordre systémique, il est d’ordre extralinguistique. Il relève du comportement idéologique et non de l’incapacité interne du système morphologique à créer de nouveaux mots.

26D’autres mécaniques néologiques augmentent aussi leur productivité. C’est le cas de l’abrègement ou de la troncation (professeur prof écologiste écolo), certaines de ses réductions se transformant à leur tour en nouvel élément de formation (narcotique narco narcotrafiquant, narcodollar). La siglaison et l’acronymie élargissent également leur productivité (i.g.v., o.p.a.) ; de plus, des sigles et des acronymes deviennent de nouvelles bases pour la dérivation ou la composition (o.p.a. → opéable ; sida sidéen, sidologue). Les mots-valises croissent également (progiciel, tapuscrit). L’activité morphologique est la preuve de mouvements profonds dans la langue. Elle rend compte de la forte vitalité du français, et lorsqu’on libère les règles de construction de mots, on constate que le français possède « un puissant système de création lexicale » (ibid., p. xv) qui n’a rien à envier aux autres langues.

27Ce parcours dans les différentes régions du lexique explorées dans l’introduction du npr illustre bien l’état de perfectionnement atteint dans la troisième édition du pr. Elle montre aussi que ce premier état de la deuxième génération est doublement nouveau. D’abord, il est nécessairement nouveau « parce que le français évolue en lui-même et dans ses usages » (ibid., p. xviii) ; ensuite, il est délibérément nouveau, car le point de vue qui a été pris sur la langue s’est enrichi de nouvelles considérations : accroissement des connaissances, enjeux et combats pour sauvegarder le français, sensibilité linguistique dans le sillage des sensibilités sociales (la féminisation, la néobienséance langagière, l’évolution du sentiment et du jugement à l’égard des normes du français, etc.).

les sorties de mots

28Le Petit Robert suit la vie des mots de leur naissance à leur maturité, et lorsqu’il élimine un mot ou un sens de ses pages, c’est que celui-ci est sorti de l’usage ou en voie de l’être. Il n’y a pas de mises à jour ou de refontes de dictionnaire qui se fasse sans suppression. Cette démarche fait partie de la vie des dictionnaires. Aussi vaut-il la peine que l’on s’arrête sur les sorties de mots, sorties qui se justifient aussi bien sur le plan lexical (mots vieux, vieillis, rares, etc.) que sur le plan social (désuétude des choses, des concepts, des techniques, des sciences, etc.).

29Afin de donner un aperçu de la situation et en vue de dénombrer les éléments retranchés de la nomenclature du pr au fil des éditions, nous avons constitué un échantillon d’articles représentatif du contenu du dictionnaire. Le corpus de départ, élaboré à partir de l’édition de 1967 du pr, comptait 1 803 entrées réparties sur l’ensemble du dictionnaire. Une page toutes les 25 pages a ainsi été retenue, et la page de départ, choisie de façon aléatoire, était la page 14. Aux fins de la comparaison des nomenclatures, le même échantillon d’articles a été repris dans les éditions de 1977 et de 1993.

30Le nombre d’entrées retranchées de la nomenclature du pr lors du passage de la première à la deuxième édition est peu significatif d’après le corpus à l’étude. En effet, seules 7 des 1 803 entrées constituant le corpus de l’édition 1967 sont absentes de la nomenclature officielle de l’édition de 1977. Il s’agit des entrées discord (n. m.), discord (adj.), polarisabilité (n. f.), sayette (n. f.), trombodiose (n. f.), U.R.S.S. et U.S.A. À l’exception des entrées U.R.S.S. et U.SA., toutes renvoient à des mots qui ne sont pas d’usage courant si l’on considère les marques de registre qui leur sont accolées. Ainsi, le nom discord porte la marque Vx, l’adjectif discord porte la marque Rare, le nom polarisabilité porte la marque Phys., le nom sayette porte la marque Ancienn., et le nom trombidiose porte la marque Méd. Le cas de ce dernier terme est intéressant. En fait, trombidiose ne fait plus partie de la nomenclature du pr dans l’édition de 1977, mais il figure cependant dans l’article consacré au mot apparenté trombidion, plus précisément dans la définition, qui se ht comme suit : « Acarien dont les larves (aoûtats ou rougets) piquent l’homme et provoquent une éruption très prurigineuse (appelée trombidiose [1923] ou trombiculose). » Cette façon de « récupérer » les mots rejetés de la nomenclature principale, peu courante en 1977, semble mise de l’avant de façon plus systématique à partir de 1993, comme les exemples donnés au paragraphe suivant le montreront.

31Le nombre de mots retranchés de la nomenclature du pr à l’occasion du passage de la deuxième à la troisième édition est nettement plus considérable que celui observé lors du passage de la première à la deuxième édition de l’ouvrage. En effet, des 1 943 entrées de l’édition de 1977 à partir desquelles l’analyse a été effectuée, 118 ne figurent pas dans la nomenclature de l’édition de 1993. Bien que l’ensemble des catégories grammaticales soient représentées dans l’échantillon de mots supprimés, les noms constituent la catégorie grammaticale la plus touchée ; 70 des mots retirés de la nomenclature sont en effet des noms, par rapport à 18 adjectifs, 11 adverbes, 8 verbes, 5 symboles d’éléments chimiques, 4 mots qui sont à la fois noms et adjectifs, un symbole d’unité de mesure et une interjection.

32Par ailleurs, les mots retranchés de la nomenclature de la troisième édition du pr semblent peu courants ; la plupart, soit 70 sur 118, sont en effet accompagnés d’une marque d’usage qui vient caractériser le contexte dans lequel ils s’utilisent. Certains sont vieux (marque Vx : accourcissement, doyenneté, expurgation, mimographe, morguer), vieillis (galantin, sportsman) ou désignent des choses du passé désormais disparues (marque anciennt : boute-selle, tabor). D’autres, tels attisement, contemplativement, décochement, entrebattre, onéreusement, vivification, ne s’utilisent qu’exceptionnellement dans le langage courant (marque rare) ou sont essentiellement employés dans la langue écrite soignée (marque littér.), comme c’est le cas pour attiédissement et réédification.

33Enfin, nombre de mots éliminés relèvent de sphères d’activités spécialisées, ce dont témoignent les marques de domaine qui les caractérisent : calculeux (Méd.), catissage (Techn), complanter (Agric.), cryogénie (Phys.), dragée (Agric.), écroûteuse (Agric.), flanconade (Escr.), inconversible (Log), manométrique (Pbys), oxyurose (Méd), polarimètre (Phys), sérançage (Techn) et urobilinogène (Biochim.).

  • 2 Il faut cependant noter que, dans la version électronique du pr, ces éléments figurent dans la lis (...)

34Il est cependant intéressant de constater que près de la moitié des mots retranchés de la nomenclature en 1993, soit 57 mots, figurent encore dans l’ouvrage. Ils ne constituent plus une entrée en tant que telle, mais ont plutôt été relocalisés dans la microstructure, sans doute pour répondre à des nécessités d’économiser de la place (Rey-Debove et Rey 1993, p. XII). Les mots ainsi déplacés sont mentionnés à la fin de l’article consacré au mot-base dont ils dérivent. Ce sont les fameuses entrées cachées. Par exemple, plusieurs noms rejetés de la nomenclature officielle figurent à la fin de l’article consacré au verbe de la même famille, devenant ainsi des sous-entrées. C’est le cas de attiédissement, traité sous attiédir, de attisement, traité sous attiser, et de catissage, désormais traité sous catir. Le même principe s’applique aux adjectifs dérivés de noms : calculeux est traité sous calcul, cryptographique est traité sous cryptographie, iconographique figure sous iconographie et isthmique, sous isthme. Certains adverbes disparus de la nomenclature se retrouvent pour leur part mentionnés dans l’article consacré à l’adjectif correspondant. Ainsi en est-il de disciplinairement (traité sous disciplinaire), de fautivement (classé sous fautif), de inséparablement (relégué sous inséparable), de minablement (déplacé sous minable) et de morphologiquement (consigné sous morphologique). Dans d’autres situations, le mot retranché de la nomenclature est présenté comme une variante possible d’un autre mot qui, lui, figure dans la nomenclature. Ainsi, le mot bovines est absent de la nomenclature de la troisième édition du pr, mais il est présenté à la fin de l’article bovin, où l’on peut lire : « On dit aussi bovinés, 1898. » C’est également le cas de clapotage, désormais traité sous clapotement, et ainsi présenté comme une variante possible de l’entrée2. Un mot retiré de la nomenclature peut aussi être intégré à la définition d’un mot de la même famille morphologique. Il en est ainsi de écroûteuse, inclus dans la définition du verbe écroûter, formulée comme suit : « Labourer superficiellement (une terre) à l’aide d’une écroûteuse (1907). » On observe le même phénomène pour le nom rifloir, traité dans la définition de rifler : « Dresser (le bois), lamer (le métal), etc., avec un riflard ou une lime appelée rifloir (n. m.). » Suivant le même principe, c’est parfois dans la zone des exemples que l’on glisse le mot éliminé de la nomenclature. Par exemple, couleuvreau ne se trouve plus dans la nomenclature, mais on peut lire, sous couleuvre : « Petit de la couleuvre (ou couleuvreau n. m., 1572). » Même chose pour décoiffement, auquel il est fait mention dans l’article décoiffer : « Action de décoiffer qqn (décoiffage [1891] ou décoiffement [1671]). » Les symboles correspondant à des éléments chimiques sont pour leur part traités dans l’article consacré à l’élément en question. Les symboles Cs, Cu, Sb, Sc et Sr ont ainsi été écartés de la nomenclature de l’édition de 1993, mais ils sont respectivement traités sous les entrées césium, cuivre, antimoine, scandium et strontium. Enfin, les noms ou adjectifs de nationalité (gentilés) tels que cubain, ivoirien et togolais, intégrés dans la nomenclature en 1967 et en 1977, ont été retranchés dans l’édition de 1993 et sont désormais traités à la fin de l’ouvrage, dans une annexe intitulée « Liste des noms communs et des adjectifs correspondant aux noms propres de personnes et de lieux ». Des 118 mots retranchés de la nomenclature du npr, près de la moitié ont été relocalisés dans la rubrique des entrées cachées qu’on trouve dans la microstructure des articles. C’est donc dire que bon nombre de mots conservent une place au sein du dictionnaire tout en perdant leur statut de chef d’article. D’autres ont connu un sort moins enviable et ont été complètement rejetés de l’ouvrage. Ainsi en est-il des mots armeline, bouteillon, bouteselle, calbombe, chasublerie, complanter, empoisser, galantin, sérançage, sportsman et superforteresse.

une double continuité

35Le pr d’aujourd’hui s’inscrit dans une double continuité, celle de ses deux premières éditions et celle de ses grands devanciers qui ont fait l’histoire de la lexicographie en France et qui en ont tracé les règles modernes, Antoine Furetière, Émile Littré, Pierre Larousse, l’équipe formée d’Adolphe Hatzfeld, d’Arsène Darmesteter et d’Antoine Thomas, pour mentionner les influences les plus évidentes, sans oublier l’attachement de Paul Robert pour l’Académie française. Il est une sorte d’aboutissement de ce double continuum historique et il en est un fleuron prestigieux.

36Par ailleurs, l’une des qualités fondamentales des dictionnaires Le Robert est leur programme éditorial relatif à la norme. Le Petit Robert entre en effet dans la lignée des dictionnaires descriptifs, c’est-à-dire des ouvrages qui refusent l’autorité d’une norme préalable rigoureuse. Il n’a pas pour vocation de légiférer, « mais d’observer la langue en attirant l’attention sur ce qui fait problème » (ibid., p. xv). Il « reste fidèle à son rôle d’observateur objectif » (ibid., p. ix) de l’usage qu’il pondère grâce à un réseau bien tissé de valeurs sociales d’emploi. Ces étiquettes circonscrivent des valeurs normatives, car il existe bel et bien une norme dans le dictionnaire, mais cette norme émerge de la description, elle n’est pas préalable comme dans les dictionnaires de difficultés ou dans le Dictionnaire de l’Académie française.

37Le pr défend l’idée que le français recourt à des normes plurielles tout en étant conscient qu’il ne peut pas rendre compte de tous les standards francophones, sa préoccupation première étant de satisfaire les locuteurs de France. Il revient aux instances communautaires des autres parties de la francophonie de procéder à des descriptions spécifiques et plus exhaustives de leur variété de français.

Le Nouveau Petit Robert, bien qu’il décrive fondamentalement une norme du français de France, inclut certains régionalismes de France et d’ailleurs pour souligner qu’il existe plusieurs « bons usages », définis non par un décret venu de Paris, mais par autant de réglages spontanés ou de décisions collectives qu’il existe de communautés vivant leur identité en français (ibid., p. xiv).

38La rétrospective axée sur les trois éditions du pr au XXe siècle a bien montré comment ce dictionnaire est sorti de l’ombre et s’est construit peu à peu pour devenir le meilleur dictionnaire général monolingue du français. Jouant sur la prudence et l’innovation, mettant en correspondance la langue et la société d’une manière très étroite, il a su acquérir sa réputation.

39Au XXIe siècle, le pr continue son exploration des mystères de la langue en remontant dans le temps. En effet, en 2002, dans une mise à jour importante, on voit apparaître des encadrés sur l’histoire des mots, ce qui donne une dimension plus diachronique au dictionnaire et illustre un autre principe fondamental qui consiste à dire que le lexique se fait dans l’histoire et par l’histoire. Ces développements historiques sont hérités d’un autre succès lexicographique de l’entreprise, le Dictionnaire historique de la langue française. Et ce n’est sans doute pas là la dernière innovation du Petit Robert.

Annexes

annexe

1. liste des mots ou des sens nés en 1967, vers 1967 ou avant 1967, d’après le petit robert

TOTAL : 100

anallergique

anamorphose

ancrage

anorexigène

antipsychiatrie

aquanaute

3. battant

black-out

blaff

blister

cactus

cariant

cinéphage

cisaillement

contre-transfert

coopérant

coordonné

craignos

craquer

cryptobiose

cunnilingus

débureaucratiser

dépersonnaliser

déplafonnement

déprise

désoxyribonucléase

détournement

directivisme

dynamisant

élitisme

énarchie

énarque

fictionnel

foret

frustrant

géotechnique

gimmick

habituation

hippie

immunocompétent

immunodépresseur

immunosuppresseur

incontournable

infeutrable

jet-set

jingle

lève-tôt

linguette

2. manucure

mazouter

mensualisation

militaro-industriel

minimaliste

minivague

multifonctionnel

musclé

nocturne

optionnel

permissivité

pin-pon

1. poche

1. pompier

popov

3. poster

prétraité

profil

promotionner

psychédélique

quark

rationalisation

retombée

robotisation

siliconer

sit-in

soliflore

somatiser

sono

starisation

stariser

strapontin

surinvestir

suspicieux

teintant

télécommander

téléphone

téléthèque

timbre

toboggan

transcodeur

transplanté

tréphocyte

turbostatoréacteur

turco-mongol

underground

vintage

vocation

z.a.c.

I. zinzin

zombie

zoosémiotique

2. liste des mots ou des sens nés en 1977, vers 1977 ou avant 1977, d’après le petit robert

TOTAL : 54

agrotourisme

auditer

autofiction

ayatollah

bicouche

biocarburant

cagoulé

chicano

compactable

cytosquelette

decca

déqualifier

2. déramer

déresponsabilisation

e.c.b.u.

ethnométhodologie

f.a.b.

gaguesque

handisport

hasardisation

homophobie

imbitable

infraliminal

intello

isbn

look

macrobiote

manuscriptologie

micromoteur

mitage

multiculturel

multiethnique

parasismique

perso

piazza

placo

planche

p.q.

promoteur

quadri

radiohéliographe

sahraoui

sievert

skate-board

sociobiologie

speed-sail

string

télématique

télétexte

2. top

transfrontalier

vidéotransmission

viennoiserie

wargame

3. liste des mots ou des sens nés en 1993, vers 1993 ou avant 1993, d’après le petit robert

brownie

douma

gsm

hypertextuel

magnet

multiplexe

photocopillage

refonder

Notes

1 Le tirage de 2002 du PR totalise 2 952 pages. Depuis 1967, le dictionnaire s’est donc enrichi de 980 pages, ce qui représente tout près de 50 % de contenu inédit, sans compter le texte supprimé qui a été remplacé par de nouvelles données.

2 Il faut cependant noter que, dans la version électronique du pr, ces éléments figurent dans la liste des entrées. L’usager qui lance une recherche sur le mot bovinés, par exemple, verra le mot dans la liste des entrées, mais sera automatiquement conduit à l’article consacré au mot bovin, article dans lequel figure la mention de bovinés comme étant une variante possible de l’entrée. Cela est également valable pour les dérivés éliminés de la nomenclature et traités dans la microstructure. Ils figurent aussi dans la liste des entrées de la version électronique du dictionnaire.

Auteurs

Professeur titulaire au Département de langues, linguistique et traduction de l’Université Laval. Il enseigne la linguistique (lexicologie, lexicographie et histoire de la langue française). Ses recherches récentes portent sur l’origine et l’histoire des dictionnaires, sur la question de la norme du français et sur la formation des mots, particulièrement sur les noms propres qui ont servi à créer des noms communs. D a dirigé la rédaction de plusieurs dictionnaires, notamment le Dictionnaire CEC jeunesse (trois éditions) et le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui (Le Robert). De 1992 à 1997, il a été associé à la préparation d’un dictionnaire bilingue canadien. Il est membre d’une équipe qui élabore en ce moment à l’Université de Sherbrooke un dictionnaire du français standard en usage au Québec. Il a publié de nombreux articles et des ouvrages sur la lexicographie et les dictionnaires. Il a été professeur invité dans plusieurs universités québécoises et étrangères.

Professeure adjointe à l’École de traduction et d’interprétation de l’Université d’Ottawa, après avoir commencé sa carrière en 2000 à l’Université du Québec en Outaouais. Elle collabore à des projets de recherche en lexicographie depuis 1994. De 1994 à 1997, elle a été auxiliaire de recherche dans un projet visant la réalisation d’un dictionnaire bilingue canadien. En 1996, elle a entrepris ses études de doctorat à l’Université de Montréal, où elle a soutenu en mai 2001 une thèse intitulée Les discours de présentation des dictionnaires monolingues français (1680-2000) : des dictionnaires non institutionnels au Dictionnaire de l’Académie française. Depuis, elle a orienté ses recherches sur la lexicographie bilingue historique, plus particulièrement sur les dictionnaires bilingues (français-anglais/anglais-français) publiés aux XVIe et XVIIe siècles. Ses travaux actuels portent sur le New Dictionary French and English, with another English and French de Guy Miège, ouvrage publié à Londres en 1677.

Monique C. Cormier détient un doctorat de l’Université de la Sorbonne Nouvelle — Paris III. Elle est professeure titulaire au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal où elle enseigne la terminologie depuis 1988. Elle a reçu en 1998 le prix d’excellence en enseignement de la Faculté des arts et des sciences (secteur lettres et sciences humaines) de cette même université. Ses intérêts de recherche portent sur la (méta)lexicographie. Au cours des dernières années, elle s’est intéressée plus particulièrement au Dictionnaire de l’Académie française et à la lexicographie bilingue (français-anglais) des XVIIe et XVIIIe siècles, notamment au Royal Dictionary, French-English and English-French du huguenot Abel Boyer, publié à Londres en 1699. Elle est membre du conseil d’administration de l’Office québécois de la langue française (oqlf) et, à ce titre, elle préside son Comité d’officialisation linguistique. Enfin, elle est présidente de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (ottiaq).

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540