Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les dictionnaires Le Robert

 | 
Monique C. Cormier
, 
Aline Francœur
, 
Jean-Claude Boulanger

Une vision de la langue en 1967 : le premier Petit Robert et ses lecteurs

Danielle Candel

Texte intégral

1La tradition lexicographique, particulièrement en France, s’inscrit dans deux axes : celui de la production de dictionnaires et celui du discours sur les dictionnaires (Quemada 1990a). C’est dans ce double cadre que se situe la présente étude, puisqu’il s’agit de la parution du Petit Robert en 1967 et des commentaires que ce dictionnaire a suscités alors. Le discours sur le premier Petit Robert concerne une époque révolue mais tout de même contemporaine— 36 ans seulement nous séparant aujourd’hui de la sortie de l’ouvrage en 1967. Après avoir rappelé les conditions initiales de cette étude, puis exposé une partie du programme du Petit Robert par ses auteurs, nous proposerons notre méthode d’enquête. Les témoignages qui ont accompagné la naissance du dictionnaire sont ensuite réunis et analysés ; les constats et conclusions seront enfin donnés de manière à dégager à la fois ce qui fait la spécificité du Petit Robert et de la vision de la langue qui l’accompagne, le situe, le précède et l’éclaire tout à la fois.

enquêter sur le passé, chez des auteurs... tournés vers l’avenir

  • 1 Émanant de ses dossiers personnels. Qu’il en soit ici très vivement remercié. La quête s’est large (...)

2Tout devrait apparemment être simple pour cette recherche qui porte sur une période récente et met en lumière le discours produit à un moment relativement précis. Le corpus s’annonçait clos, bien délimité, puisqu’il s’agit, en somme, de savoir comment les contemporains du premier Petit Robert accueillirent sa parution. Une démarche séduisante était celle d’aller à la source, en interrogeant directement Alain Rey et Josette Rey-Debove, une autre aurait été de relire leurs écrits sur cet ouvrage, chemins que, dans un souci évident d’objectivité, il fallait éviter. L’alternative imparable était d’aller recueillir tout naturellement, à la maison Robert, le press-book, le dossier d’articles et de témoignages sur cet événement : les premiers contacts téléphoniques à ce sujet ayant été positifs, les conditions étaient remplies pour un engagement définitif dans la présente étude. Or, il fallut se rendre à l’évidence, la maison Robert est résolument tournée vers l’avenir : de témoignages sur le passé, on n’en trouve plus, et les données chiffrées concernant les ventes du dictionnaire ne sont plus disponibles (il est connu que les maisons d’édition ont parfois du mal à communiquer sur ce sujet). Heureusement, pour ce qui est des annonces ou des textes critiques sur l’ouvrage, Alain Rey nous en a remis certains1.

quelques particularités du petit robert (1967) annoncées par ses auteurs

3Avant d’aller plus loin, un retour sur quelques particularités du Petit Robert, exprimées par ses auteurs, permet de le resituer dans un cadre préexistant.

  1. C’est un dictionnaire pour tous : « Ce dictionnaire s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la langue française, à tous ceux qui désirent l’apprendre si elle n’est pas leur langue maternelle, aussi bien qu’à ceux qui veulent la bien connaître » (Présentation du dictionnaire par Alain Rey, p. ix).
  2. C’est un dictionnaire de langue dynamique, d’un type nouveau : « [U]n dictionnaire de langue comme celui-ci ne reprend aucunement ce qu’on peut trouver ailleurs : grâce à un choix d’exemples, il essaie de décrire le phénomène complexe qu’est la vie du langage, condition même de la vie intellectuelle d’une société » (ibid.).
  3. C’est vraiment un dictionnaire de langue : il s’oppose aux dictionnaires « du type encyclopédique qui utilisent le contenu d’autres ouvrages et où l’on cherche des renseignements sur les choses » (ibid.).
  4. C’est un dictionnaire contextuel : il est remarquable par l’« abondance des exemples et des constructions, le classement systématique des niveaux d’usage, l’étude des rapports synonymiques et antonymiques » (ibid.).
  5. C’est aussi un dictionnaire des sciences et des techniques : « Enfin, nous avons choisi plus de 15 000 termes techniques ou scientifiques, d’après leur intérêt conceptuel ou linguistique » (ibid., p. x, note 1).
  6. Finalement, ce n’est pas un simple abrégé du Grand Robert : « C’est moins l’abrégé d’un grand dictionnaire que le prolongement de l’œuvre d’un grand lexicographe » avec des enrichissements (ibid., p. ix-x).

MÉTHODOLOGIE D’ENQUÊTE

  • 2 Voir Quemada (1972, p. 66).

4Quel est le public qui s’exprime sur le Petit Robert (1967) ? Le public dont les écrits font l’objet de notre réflexion est, pour une part, constitué de journalistes, ou de rubricistes de journaux et revues, et de chroniqueurs2. Les expériences rapportées sont essentiellement celles des personnes familières du Grand Robert-, celles des habitués de son prédécesseur, le Littré-, celles des lecteurs, sans doute plus nombreux, du Petit Larousse ; celles, enfin, des professionnels du domaine, des lexicographes, enseignants, linguistes, connaisseurs de tous ces ouvrages préexistants. Nous avons choisi de favoriser dans la présente étude les témoignages de presse et les chroniques par rapport aux écrits de linguistes dans des revues de linguistique.

  • 3 Tout comme l’est le Trésor de la langue française pour le Robert.
  • 4 Le 7 avril 1969, Maurice Rat, chroniqueur, parle dans le journal Nice-Matin (rubrique « Parlons fr (...)

5À qui parle-t-on du Petit Robert (1967) ? Les écrits sur la langue glanés dans les années 1967 à 1970 dans les journaux d’époque sont loin d’évoquer tous le Petit Robert. Ce fait peut s’expliquer de diverses manières. D’abord, une chose est de consulter un dictionnaire, une autre est de dire qu’on le fait. À des étudiants en lettres en 1968,1969,1970, par exemple, il était instamment recommandé de se référer directement au Grand Robert dans les travaux écrits de grammaire et de stylistique, et de ne pas citer le trop commode Petit Robert, où l’on était pourtant allé chercher l’information initialement. Les auteurs du Trésor de la langue française (tlf) avaient bien, quant à eux, le Petit Robert à leur disposition sur leur bureau, et il est bien cité dans la bibliographie du tlf ; mais dans le cœur de l’ouvrage lui-même, c’est le Grand Robert qui sert de référence3. De la même manière, les auteurs de chroniques de langue française, dans les journaux, fondent certainement leurs recherches sur des consultations de dictionnaires ; pourtant, ils en citent fort peu4. D’une façon générale, il est sûr que l’on parle moins d’un dictionnaire qu’on ne l’utilise.

LA TENEUR DES TÉMOIGNAGES EXPRIMÉS

6Nous prendrons en compte essentiellement les textes des journalistes et chroniqueurs. Les autres textes, ceux des linguistes, ne seront pris en compte qu’accessoirement.

Commentaires généraux

7Ils sont souvent positifs. Tout comme certains de leurs titres, ils tiennent parfois du genre publicitaire, du slogan. Pour Le Figaro du 17 avril 1967, « l’apparition du “Petit Robert” est un événement, car elle a quelque importance pour la langue française, c’est-à-dire pour les cent cinquante millions d’êtres humains qui la parlent peu ou prou ». Pour Ethnie française du 7 avril 1967 : « Et à celui qui ne peut en choisir qu’un seul, je conseille sans hésiter le Petit Robert. » Pour Défense de la langue française de juin 1967, « le Petit Robert est d’une richesse inouïe ». Selon Le Nouvel Observateur du 5 avril 1967, « [i]l y a intérêt à l’avoir tout de suite. C’est prendre trop de risques que de vivre sans lui » ; « il y aurait mille éloges à faire du mini-Bob, livre vigoureux, gai, intelligent, exaltant ». Pour La Libre Belgique du 7 avril 1967, c’est « [u]n excellent outil parmi d’autres », avec des « [q]ualités remarquables et plus que remarquables » ; « le petit Robert est un dictionnaire [...] sûr, moderne, précis, riche, informé de tout ce qui touche à la linguistique et à ses progrès, à la science contemporaine, à l’incessante évolution et à la vie du langage, à son passé, à ses remous, à ses audaces mêmes,—distinguant judicieusement les divers compartiments de l’usage ». Pour Défense de la langue française de juin 1967, « [i]l faudrait beaucoup de place pour détailler tous les mérites de cet excellent ouvrage ». Selon L’Aurore du 16 mai 1967, il rend des services pour le « grand public » de langue française, de France ou des pays francophones. « Il permet à ceux qui le consultent de comprendre pleinement ce qu’ils entendent et ce qu’ils lisent tout en les aidant à s’exprimer avec exactitude et précision. » Enfin, pour Carrefour du 7 mai 1967, « à tous égards, il est louable ».

Un ouvrage à la consultation commode

8Un grand nombre de journaux font remarquer l’aisance avec laquelle on consulte ce dictionnaire, comme Le Monde du 1er avril 1967 ou La Libre Belgique du 7 avril 1967, journal pour lequel c’est un « outil [...] pratique, maniable ». Ethnie française de 1967-1969 note les « très petits caractères, bien lisibles cependant ». Dans La Croix du 2 avril 1967, il est dit que la définition et la datation confèrent toutes deux de la clarté de présentation à l’ouvrage. Le « faire-part » du Nouvel Observateur du 5 avril 1967 est éloquent : « Il pèse 2 kilos 60 grammes, il est âgé de quelques jours. Sa tranche par temps sec est de 7 centimètres, soit l’épaisseur d’un paquet family size de Buitoni deux minutes au blé tendre. »

Commentaires thématiques

Caractère d’actualité du dictionnaire et excellence de la définition

9On lit dans Le Nouvel Observateur du 5 avril 1967 : « Pour la première fois, un dictionnaire de la langue française n’a pas soixante ou cent ans de retard sur la vraie langue française vivante. C’est prodigieux. C’est une révolution. C’est une libération. » Et, dans Le Monde du 10 mai 1967, il est précisé que ce dictionnaire « rejoint [...] par ses ouvertures sur tous les domaines de la pensée, y compris technique et scientifique, cet appétit moderne d’une culture étendue ».

10Les commentaires sont en général positifs (Le Nouvel Observateur du 5 avril 1967 : « le mini-Bob est le seul dictionnaire, le seul, il n’y en a pas d’autre, qui dorme la définition vraie des mots en 1967 »). Mais les auteurs peuvent se montrer plus difficiles (Le Monde du 1er avril 1967, où est critiquée la définition trop étroite du terme relativement récent audiovisuel).

11Richesse globalement satisfaisante de la nomenclature Pour Le Monde du 1er avril 1967, le dictionnaire prend en compte « tous les mots courants », dont l’argot et les anglicismes, et « près de trente mille termes scientifiques et techniques indispensables à l’expression de la pensée contemporaine » ; La Libre Belgique du 7 avril 1967 trouve que « [r]iche, le Petit Robert l’est encore par l’inventaire étonnamment large qu’il fait du vocabulaire : vous y trouverez par exemple : alunir, barbouze, gadget, H.L.M., laser, maser, mondovision, motel, régresser, suspense..., tout ce qu’il y a de plus frais, les mots nouveau-nés, les termes scientifiques, populaires, argotiques, régionaux... » ; La Croix du 2 avril 1967 souligne que le Petit Robert est le premier dictionnaire à présenter démythifier et démystifier, deux verbes entrés depuis peu dans l’usage, en deux articles distincts.

12Défense de la langue française de juin 1967 constate avec satisfaction la présence de mots anciens dans le dictionnaire, mais surtout l’élimination de mots « très vulgaires ». La revue relève la présence de termes techniques (dictaphone, mobylette, ronéo). Et voici comment les anglicismes y sont commentés : « [O]n est bien forcé d’en héberger quelques-uns. »

13Les avis ne sont donc pas seulement positifs. Ainsi Le Monde du 1er avril 1967 regrette qu’il manque les termes de philosophie, tels que fiabilité, finitude, ipséité, mythification. La Libre Belgique du 7 avril 1967 note occasionnellement une « vaste complaisance » chez le Petit Robert, qui accueille sans remarque restrictive déodorant, risquer (« avoir une chance de »).

14Le journal d’extrême droite Carrefour du 7 mai 1967 se distingue, quant à lui, en relevant ceci : « Gaullisme est là, mais non pétainisme. Raton, dont l’emploi pour les Arabes est ignoble, aurait pu être admis, puis Khâgne », très spécial, l’est « avec audace », y pense-t-on.

Richesse des données d’ordre diachronique

15Dès avant sa parution, le Petit Robert fait parler de ses spécificités dans le domaine de l’analyse diachronique. Ainsi dans Le Figaro du 19 décembre 1966 : il « bénéficiera également des dernières découvertes dans le domaine de l’étymologie et des datations » ; Le Monde du 1er avril 1967 souligne le rôle des étymologies, traitées « d’après les dernières découvertes de la science étymologique ». D’autres journaux relèvent cette importante caractéristique, comme Le Nouvel Observateur du 5 avril 1967 : « le mini-Bob est le premier dictionnaire courant qui donne la date des mots » ; La Libre Belgique du 7 avril 1967 note les principes d’étymologie et de datation, tout comme Défense de la langue française de juin 1967 apprécie l’étymologie de chaque mot, avec sa date d’entrée dans la langue.

Le recours nuancé et inégal aux marques d'usage et à une attitude prescriptive

16De telles marques sont appréciées, comme dans Le Monde du 1er avril 1967, qui trouve les écarts « généralement bien précisés ». La Libre Belgique du 7 avril 1967 juge le Petit Robert suffisamment libéral ; reproduisant un bon français, il « se tient à distance d’un certain purisme qui ligote la langue » ; au sujet de partir à Paris, surtout que, après que + subjonctif, il « prend soin de nous avertir que ces façons de dire sont “critiquées” » : partir à « est critiqué par quelques puristes ». « Quelques-uns estimeront que d’aventure il ligote un peu l’usage, lui aussi, ou qu’il pêche par omission. » Ainsi il tient pour incorrecte je m'excuse, ignore se divorcer, blasé de tout.

17Le Figaro du 17 avril 1967 trouve le dictionnaire suffisamment prescriptif, qui parvient à « défroncer nos sourcils » avec une remarque telle que « conséquent pour considérable est un barbarisme ». D’autres impropriétés sont données comme étant des « emplois critiqués », « ce qui les déconseille à tous ceux qui ne veulent pas braver les critiques ». En revanche, ce même journal trouve que le dictionnaire « veut être libéral. L’est jusqu’à l’excès lorsqu’il donne comme “familière” pour l’adjectif Conséquent l’acception : important ». Prescriptif, Défense de la langue française de juin 1967 trouve le dictionnaire « un peu libéral sur les bords », lui qui condamne un espèce de et causer à enregistre pourtant achalander, avatar, malgré que, solutionner (mais avec une prudente marque d’usage). Cette revue applaudit à la présence des marques « fam. » ou « pop. » à propos de s’en balancer, attraper la crève ou trouille, ainsi qu’à l’élimination de mots « très vulgaires ». Carrefour du 7 mai 1967 note que les « gros mots » sont exclus et glose « tant pis et tant mieux ».

18Le Monde du 1er avril 1967 trouve le dictionnaire trop puriste dans la condamnation excessive de je m'excuse, et en revanche trop laxiste en attestant rue passagère et risquer (« sans idée d’inconvénient »). Dans le même ordre d’idées, La Libre Belgique du 7 avril 1967, qui marque des réserves envers déodorant ou risquer (« avoir une chance de »), n’apprécie pas l’attestation de ces cravates coûtent cent francs chaque pour « chacune ».

19Et Le Nouvel Observateur du 5 avril 1967 de conclure son long panégyrique sur une unique touche négative : « Je ne vois qu’un reproche à faire au mini-Bob, celui de ne pas avoir lexicalisé le mot “con” », ce que d’autres n’ont pas manqué de relever également : la revue Défense de la langue française de juin 1967 regrette quant à elle que le mot connerie soit, de la sorte, orphelin.

Des citations en grand nombre et tournées vers l'avenir

20Plusieurs chroniqueurs relèvent le grand nombre de citations du dictionnaire (La Croix du 2 avril 1967 note que chaque page du Petit Robert comporte 16 à 50 exemples référencés). L’élargissement des citations vers l’époque contemporaine est approuvé. La Libre Belgique du 7 avril 1967 précise : « [O]n a la joie de trouver des phrases signées, empruntées à nos meilleurs écrivains du siècle classique et de l’époque contemporaine. » L’Aurore du 16 mai 1967 observe que le Petit Robert est le premier depuis Littré qui appuie la description sur des centaines de milliers d’exemples d’auteurs, comblant ainsi une lacune de près de deux siècles, Littré ne dépassant pas le XIXe siècle.

21Le Figaro du 17 avril 1967 remarque que le Petit Robert « justifie les définitions par des citations d’auteurs mais Littré citait surtout les classiques et Robert butine dans les modernes, qu’ils soient ou non politiquement engagés ». Il relève des citations d’Aragon, Eluard, Jaurès, Blum, Sartre, Beauvoir, précisant que certains confrères le présentent comme un « dictionnaire de gauche » mais que beaucoup d’autres auteurs sont cités, qui rétablissent l’équilibre. Nombre de critiques goûtent particulièrement les citations récentes. Le Figaro du 9 mars 1970 fait cas des citations de Butor, Jean Dutour, Jean Genet, Ionesco, Henri Michaux, Queneau, Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute, Henri Troyat, et Le Nouvel Observateur du 5 avril 1967 se délecte de « la gâterie number me du mini-Bob : la jeunesse des citations [...] Breton, Artaud, Sartre, Apollinaire, Proust, Aragon, Jarry, Léon-Paul Fargue, Jean Paulhan ».

22La « bascule » de la couleur politique, discrètement abordée dans Le Figaro du 9 mars 1970, est clairement énoncée dans Carrefour du 7 mai 1967, par le biais d’une critique ironique des citations (critique sans doute à l’aune de la couleur de ses lecteurs). Critique sans doute peu objective du « recyclage » des citations chez le Petit Robert, est-il dit, par une réutilisation de « ses anciens »—Bloch, Wartburg, Esnault, même le Petit Simonin Illustré : « Vous pensez si on a pédalé » [Proust] ; la citation suivante, de Hugo, « Un maigre filet d’eau coula du robinet » est jugée « parodique autant que surérogatoire ». La critique touche aussi des auteurs contemporains cités : Sagan, Sarraute, Robbe-Grillet, Daninos, Cau, Michaux, « voire Henri Mondor et Louis Jouvet qui, au paradis, sont bien étonnés d’être hissés à cet Olympe linguistique ». Le tout est couronné par une conclusion acerbe quant à la qualité du public de ce dictionnaire : « Tout cela est plus amusant que scientifique, donc très utile à la foule. »

23Plus scientifiques, des commentaires sur la richesse des attestations contextuelles sont exprimés, notamment par Défense de la langue française de juin 1967.

Le rôle important et apprécié de l’analogie

24De nombreuses sources du corpus analysé reconnaissent au Petit Robert l’avantage de son orientation analogique (La Libre Belgique du 7 avril 1967, Défense de la langue française de juin 1967, L’Aurore du 16 mai 1967, La Croix du 1er octobre 1967). En effet, comme le résume Le Nouvel Observateur du 5 avril 1967, « les dictionnaires traditionnels avaient l’habitude déplorable de nous cloîtrer avec chaque mot », limite dont l’analogie libère largement. La Croix du 2 avril 1967 oppose à l’ordre alphabétique statique l’organisation analogique qui fait passer de l’idée au mot et du mot à l’idée, dynamique et vivante, et qui « correspond à l’activité de la pensée ». Le Figaro du 17 avril 1967 est sensible à ce choix consistant à « grouper dans chaque article relatif à un mot tous ceux qui expriment une idée voisine ou contraire ». Et, pour Le Figaro du 19 décembre 1966, ces analogies « font du Robert un dictionnaire de la langue, et non un ouvrage encyclopédique ».

Une utile description phonétique et grammaticale

25Plusieurs chroniqueurs applaudissent aux informations concernant la prononciation en transcription phonétique (Le Monde du 1er avril 1967, La Croix du 2 avril 1967, La Libre Belgique du 7 avril 1967, Défense de la langue française de juin 1967). Ils apprécient expressément, pour la plupart, le recours à l’alphabet phonétique international (api). Mais ici encore, comme dans de nombreux secteurs de la présente analyse, certains—les plus « puristes »—émettent des réserves sur des descriptions, des usages ou des recommandations précis : Défense de la langue française de juin 1967 n’accepte pas la rime arguer—narguer. Carrefour du 7 mai 1967 désapprouve l’élision du deuxième e de enregistrer. Dans un autre ordre d’idées, c’est le purisme du professeur qui l’emporte chez Arveiller (1968).

  • 5 La correction a été faite, voir notamment l’édition 1991 du Petit Robert. Les listes et tableaux p (...)

26L’avantage des présentations contextuelles permet aussi une meilleure exploitation des données grammaticales. À ce sujet, Le Monde du 1er avril 1967 regrette quelques oublis ou incorrections, telle l’omission de la précision de l’accord d’égal dans d'égal à égal-, les faits que le pluriel aucuns ne s’emploie pas qu’avec un nom qui n’a pas de singulier, et que s. v. ne, la tournure « sans qu’elle ne s’inquiète » n’est pas satisfaisante5.

Le Petit Robert (1967) comparé à ses congénères et contemporains

Le Petit Robert par rapport au Grand Robert

  1. C’est une version abrégée de son aîné. Il est plus « maniable ». L’annonce du Figaro du 19 décembre 1966, « Bientôt le Petit Robert », indique bien un ouvrage « Abrégé » des deux tiers, un Robert « miniaturisé » en 2 000 pages, mais à la typographie plus petite. Citations et nomenclature subissent des suppressions et des coupes. Ce fait lui confère une caractéristique immédiate : de façon explicite ou implicite, le dictionnaire est fréquemment reconnu particulièrement « maniable » (Le Figaro du 19 décembre 1966) ; finalement, le Petit Robert n’est pas très petit, il compte 2 000 pages, mais il est d’un maniement très facile (L’Aurore du 16 mai 1967). Il est plus « concentré ». « Version abrégée d’un ouvrage imposant, les informations y sont sans doute diffusées de manière plus concentrée. Il y a donc fort à parier que la bonne qualité y est encore plus apparente : de son prédécesseur, le Petit Robert a “la sève” et “toutes les qualités” » (La Libre Belgique du 7 avril 1967).
  2. Il a les mêmes qualités que le Grand Robert. Beaucoup de critiques s’accordent à reconnaître au nouveau-né les mêmes qualités qu’à son « père », comme le classement et la présentation des sens, des acceptions (Le Monde du 1er avril 1967). Mais surtout, c’est un dictionnaire analogique.
  3. Il est différent du Grand Robert. Des changements par rapport au Grand Robert sont signalés dans Défense de la langue française de juin 1967 : certains mots du Petit Robert ne figuraient pas dans le Grand Robert, et des suppressions sont intervenues par ailleurs. Ces changements ne conviennent pas à tous : rappelons par exemple que Le Monde du 1er avril 1967 n’agrée pas l’attestation de risquer « sans idée d’inconvénient », là où le Grand Robert était plus « orthodoxe » en le marquant comme « néologisme abusif ».
  4. Il est meilleur que le Grand Robert. Ethnie française de 1967-1969 note que le Grand Robert « laissait beaucoup à désirer au départ », le Petit Robert étant « plus précis, plus complet, plus exact que le Robert en six volumes » ; que les exemples sont meilleurs dans le Petit Robert que dans son aîné, qui a trop souvent recours à des exemples du XVIIe et du XVIIIe siècle, qui ne sont plus vivants ; que l’évolution sémantique du mot est meilleure dans le Petit Robert. L’Express du 1er-7 mai 1967 est on ne peut plus clair : « [L]a véritable réussite me paraît être le Petit Robert et non le grand. »

Le Petit Robert par rapport au Littré

27L’Express du 1er-7 mai 1967 est net : « [L]e Petit Robert est meilleur que l’abrégé du Littré. »

  1. Le classement des sens est amélioré par rapport au « désordre » enregistré chez Littré, et même par rapport au rangement déjà effectué dans le Grand Robert (Le Monde du 1er avril 1967).
  2. Les définitions spécialisées sont utiles. Le Nouvel Observateur du 5 avril 1967 apprécie l’attestation des sens spécialisés dans le Petit Robert : « Ni le vertueux petit Larousse, ni les restes du Littré ne disent, par exemple, ce que signifient le mot “vignette” chez un pharmacien ou un garagiste [...] le mot “crème” (avec des croissants) sur le zinc. »
  3. Un choix de citations judicieux. Le Figaro du 17 avril 1967 souligne que, comme Littré, le Petit Robert « justifie les définitions par des citations d’auteurs mais Littré citait surtout les classiques et Robert butine dans les modernes ». Pour L’Aurore du 16 mai 1967, ce nouveau dictionnaire est le premier, depuis le Littré, qui appuie sa description sur des centaines de milliers d’exemples d’auteurs, comblant ainsi une lacune de près de deux siècles, Littré effleurant à peine le XXe siècle.
  4. Le contre-pied, ici en faveur de Littré, vient souvent des mêmes : « il est louable, bien qu’il ne puisse se comparer au Littré ». « Pour lui donner une suite de qualité équivalente et le corriger sur bien des points, il eût fallu une équipe et des travaux que la société moderne ne peut plus fournir. » (Carrefour du 7 mai 1967).

Le Petit Robert malgré le Petit Larousse — dictionnaire de référence

28Dans La Revue des Deux Mondes de juillet-septembre 1968, l’auteur analyse d’une part le Petit Larousse et d’autre part le Petit Robert, sans les comparer, et il est très élogieux pour les deux ouvrages. Mais, alors que l’on note de rares réserves pour le Petit Larousse, aucune remarque négative n’est exprimée à l’encontre du Petit Robert et au sujet de ce dictionnaire, l’excellence est évoquée par deux fois (pour le recours à l’analogie et aux marques d’usage). Pour La Croix du 1er octobre 1967, le Petit Larousse (dictionnaire encyclopédique) et le Petit Robert (dictionnaire de langue) sont tous deux de bons instruments de travail, qui se complètent ; mais, bien que le Petit Larousse soit jugé irremplaçable, en tant que « premier compagnon de tous les petits Français », le Petit Robert doit lui tenir compagnie, en raison de ses qualités analogiques. Là où le Petit Larousse définit les choses, le Petit Robert définit le mot tout en renvoyant aux autres mots que ce dernier peut évoquer. Dans Le Nouvel Observateur du 5 avril 1967, l’auteur relève la supériorité du Petit Robert par rapport au Petit Larousse dans la définition de certains emplois spécialisés. De telles comparaisons, en faveur du Petit Robert, sont d’autant plus valorisantes pour lui que l’on sait que le dictionnaire de référence reste celui de Larousse.

Le Petit Robert malgré un nouveau contemporain, le Dictionnaire du français contemporain (dfc)

29Les annonces des deux dictionnaires paraissant conjointement (Le Magazine littéraire de mai 1967), on est amené à les considérer en opposition l’une par rapport à l’autre : « dfc, Larousse, 1252 pages : “Sélection de plus de vingt-cinq mille termes du français tel qu’on le parle réellement de nos jours. Familles de mots, synonymes, antonymes.”

30“Le Petit Robert, Société du nouveau Littré, 1 970 pages, 79,30 F : La vraie définition des mots employés dans leurs sens de 1967 avec des exemples le plus souvent possible modernes.” »

31Pour le Petit Robert, on se réfère à la définition, à l’actualité des sens, à l’actualité des exemples. Le caractère analogique de ce dictionnaire est passé sous silence, alors qu’il est curieusement évoqué, dans cette annonce, au sujet du dfc. Du côté Larousse, on valorise davantage l’actualité des parlers. Les distinctions mises en avant n’ont pas l’air bien conformes à la réalité et il est difficile de savoir l’impact qu’a pu avoir sur le public une telle annonce...

  • 6 Curieusement, cependant, c’est le Petit Robert que Robert-Léon Wagner citera plus tard : pour une (...)

32Quant aux linguistes, Wagner (1968) ne cache pas une certaine préférence pour l’innovation structurelle du dictionnaire sélectif qu’est le dfc par rapport au Petit Robert, dont l’extension lui paraît mener à la surabondance6 ; et Mitterand (1968) propose d’utiliser et de recommander les deux ouvrages, qui sont complémentaires, « qui partagent les mêmes présupposés scientifiques », l’un sélectif, l’autre extensif et historique.

33Wagner (1968, p. 98) fait remarquer à juste titre que « le terme de langue n’est manifestement pas compris de la même manière dans les deux ouvrages », il semble être pris dans un sens beaucoup plus large dans le Petit Robert, où l’étymologie et l’histoire tiennent une si grande place, le dfc étant davantage centré sur la réflexion de ce qu’est l’imité lexicale et sur son fonctionnement.

Le Petit Robert préféré au Dictionnaire de l’Académie

34Le Figaro du 17 avril 1967 montre très clairement sa préférence pour le Petit Robert : « L’Académie fait un dictionnaire de langue donnant l’orthographe, la définition et le bon emploi des mots. Les développements encyclopédiques ne sont pas son affaire. Cela lui joue même des tours. » Par exemple, pour définir, elle reprend Littré ; le Petit Robert est bien meilleur, la définition qu’il a choisie est « plus répandue, mais aussi brève ». Le dictionnaire de langue qu’est le Petit Robert donne les dates de couscous et couscous-sou dans des textes français : « C’est tout ce que nous demandons à un dictionnaire de langue. » Les critères de l’auteur de l’article sont apparemment les suivants : le Petit Robert est construit à partir de ses propres outils, de son parc de contextes, auxquels il peut recourir afin d’y puiser la manne encyclopédique qui lui est nécessaire pour construire ses définitions. Simplement, dans la concurrence entre les deux ouvrages, si concurrence il y a, c’est le Petit Robert qui est le modèle du dictionnaire de langue. La remarque est intéressante d’un point de vue lexicographique puisque l’on touche du doigt ici l’interaction entre les deux pôles que représentent d’une part « la langue et les mots » et d’autre part « l’encyclopédie et les choses ».

Quelques caractères d’exclusivité du Petit Robert

  • 7 Extrait d’un courrier personnel adressé par le professeur Alexandre Lorian (Université de Jérusale (...)

35Le Petit Robert a son autonomie par rapport à ses « pères » ou à ses « frères ». Pour plus d’un critique, on l’a vu, ce dictionnaire est le meilleur, le seul recommandable, le seul à acquérir. Rappelons deux de ses caractères d’« exclusivité », d’après les extraits étudiés. C’est d’abord et surtout l’exclusivité du genre « dictionnaire de langue ». Ainsi, pour Le Monde du 1er avril 1967, « le Petit Robert est le meilleur abrégé de langue dont nous disposions à l’heure actuelle7 ». Pour d’autres, il détient aussi l’exclusivité de la coloration politique : pour Le Nouvel Observateur du 5 avril 1967, « le mini-Bob est le seul dictionnaire de gauche [...]. Être à jour, être dans le coup, comme le mini-Bob, c’est déjà être progressiste. Et par ses définitions de tous les termes politiques, “communisme”, “colonies”, “pacifier”, “stalinien”, etc., le mini-Bob s’inscrit nettement plus à gauche que les dictionnaires précédents ».

conclusion

36Les raisons du succès du Petit Robert semblent liées à une nouvelle vision de la langue en 1967. Il ressort d’abord que le dictionnaire est un « abrégé » commode. Dans une grande typologie des dictionnaires, le Petit Robert entre dans la « filière des dictionnaires de langue » où se développent, dans une « lexicographie à dominante normative et didactique (dite aussi “grammaticale”) » des remaniements et des réductions de dictionnaires, comme le Petit Larousse ou le Petit Littré (Quemada 1990a, p. 876). La caractéristique du Petit Robert serait donc d’être un représentant de la catégorie des dictionnaires abrégés. C’est là une de ses caractéristiques, en effet. Mais l’analyse de la manière dont cet abrègement s’est fait permet au contraire d’en vanter les spécificités et toute la nouveauté. Cependant, il ne s’agit pas d’une simple version courte du Grand Robert. « C’est un dictionnaire indépendant qui mérite d’être jugé en lui-même, pour lui-même » (Wagner 1968, p. 96).

37En tant que dictionnaire de langue, il est innovant. « Il est admirable que, parmi les dictionnaires qui ont déjà paru et qui paraissent encore, le “Petit Robert” soit parvenu à garder une figure originale. C’est qu’il est, à la différence des autres, un dictionnaire de langue. Il est de plus un dictionnaire descriptif, historique et analogique » (Bourguignon 1967, p. 236). Mais ce dictionnaire de langue est aussi éminemment culturel et l’auteur a précisément tout dit en ajoutant les qualificatifs de « descriptif », « historique » et « analogique » : la langue est vue de manière très large.

38C’est typiquement un dictionnaire extensif et essentiellement descriptif, où la néologie générale et spécialisée (terminologique), stabilisée ou en voie de stabilisation, a été mise à jour ; c’est un dictionnaire où les définitions sont soignées, qui comporte beaucoup d’exemples, de la littérature classique et moderne (une innovation consiste dans l’introduction dans un dictionnaire en un volume des citations littéraires réservées en général aux dictionnaires extensifs [Lehmann 1995]), dont les axes syntagmatiques et paradigmatiques sont bien développés, où la synchronie et l’époque contemporaines sont favorisées mais où les traces historiques sont autant que possible attestées ; enfin, c’est un dictionnaire où le consultant est minutieusement guidé par des marques d’usage variées (l’importance accordée aux marques dans le dictionnaire monolingue est ici une véritable innovation, le Petit Robert ouvrant la voie en distribuant les marques d’usage en cinq classes [Corbin 1989]). Bref, il s’agit d’une vision polyvalente de la langue et de sa description. C’est bien ce qui caractérise le Petit Robert par rapport à ses concurrents et face à son public tels qu’ils ont été présentés plus haut.

Annexes

annexe

sources concernant essentiellement le petit robert (1967)

Quotidiens

19 décembre 1966, Le Figaro, « Bientôt le Petit Robert », anonyme, p. 20.

1er avril 1967, Le Monde, Rubrique « Défense de la langue française » : « Présentation du Petit Robert », Robert Le Bidois, p. 11.

2 avril 1967, La Croix, Rubrique « Langue française », Félicien Mars, p. 6.

7 avril 1967, La Libre Belgique, « Un excellent outil parmi d’autres », Maurice Grevisse, p. 7.

17 avril 1967, Le Figaro, Rubrique « Questions de langage » : « Un nouveau serviteur de la langue française : le Petit Robert », Paul Camus, p. 15.

10 mai 1967, Le Monde, « Entretien », « Comment Paul Robert a imaginé et réalisé son dictionnaire », propos recueillis par Paul Morelle, p. viii.

16 mai 1967, L’Aurore, Rubrique « Parlons peu, parlons bien » : « Un nouveau dictionnaire Le Petit Robert », Aristarque, p. 12.

1er octobre 1967, La Croix, Rubrique « Langue française », Félicien Mars, p. 8.

9 mars 1970, Le Figaro, « Du grand Littré au Petit Robert », Claude Mauriac, p. 12.

Hebdomadaires et bimensuels

5 avril 1967, Le Nouvel Observateur, « Le mini-Bob », Michel Cournot, p. 36-37.

1er-7 mai 1967, L’Express, « Vive le Petit Robert », Jean-François Revel, p. 93.

7 juin 1967, Carrefour, Rubrique « Clinique du langage » : « Le Petit Robert », André Thérive, p. 19.

Revue spécialisée

juin 1967, Défense de la langue française, « Un nouveau dictionnaire : le Petit Robert », René Georgin, p. 5-7.

Articles ou comptes rendus de linguistes dans des revues de linguistique

Raymond Arveiller, Compte rendu, 1968, « Paul Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Société du nouveau Littré, Paris 1967. Un vol. in-8°, xxxii +1971 p. », Le français moderne, 1968, p. 340-344.

Jean Bourguignon, Compte rendu, 1967, « Paul Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française—Le Petit Robert », Société du nouveau Littré, Paris, 1967, Revue de linguistique romane, t. 31, p. 235-236.

sources concernant le petit robert (1967) parmi d’autres ouvrages

Certains écrits évoquent tout à la fois le Petit Robert (1967) et le Dictionnaire du français contemporain

a) Magazine mensuel :

mai 1967, Magazine littéraire, no 7, « La librairie du mois » : « Dictionnaires », anonyme, p. 24.

b) Articles ou comptes rendus de linguistes dans des revues de linguistique :

septembre 1968, Henri Mitterand, « Deux dictionnaires français : le Petit Robert et le Dictionnaire du français contemporain », Le Français dans le monde, no 59, p. 24-29.

Robert-Léon Wagner, Compte rendu, « Le Petit Robert. —Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française » p. p. Paul Robert. Société du Nouveau Littré, 53, rue Sainte-Anne Paris 2e, 1967, 1 vol. 32-1979 p.— Dictionnaire du français contemporain, MM. Jean Dubois, René Lagane, Georges Niobey, Didier Casalis, Henri Meschonnic et Mad. J. Casalis, Paris, Librairie Larousse [1966], 1 vol. 22-1 224 p., Bulletin de la Société de linguistique de Paris, no 63, 1968, p. 95-104.

D’autres ouvrages traitent entre autres du Petit Robert

Joseph Hanse, Ethnie française, Bulletin d’information et de presse de la Fondation Charles Plisnier, Section de l’Association européenne de l’ethnie française, 1967-1969, « Livres » : v. p. 30.

juillet-septembre 1968, Maurice Rat, La Revue des Deux Mondes, Rubrique « La chronique du langage », « De quelques dictionnaires », p. 278-285.

Notes

1 Émanant de ses dossiers personnels. Qu’il en soit ici très vivement remercié. La quête s’est largement poursuivie à la Bibliothèque nationale de France. Un tour d’horizon a pu être fait in extremis dans les anciens « fichiers tlf-inalf » à Nancy, grâce à Nelly Vilhem et Annie Bernardoff, ce qui permit d’ajouter une dernière référence au corpus.

2 Voir Quemada (1972, p. 66).

3 Tout comme l’est le Trésor de la langue française pour le Robert.

4 Le 7 avril 1969, Maurice Rat, chroniqueur, parle dans le journal Nice-Matin (rubrique « Parlons français ») des termes démystifier et démythifier, sans citer de dictionnaire, pour expliquer le bien-fondé d’une analyse séparée de chacun de ces paronymes.

5 La correction a été faite, voir notamment l’édition 1991 du Petit Robert. Les listes et tableaux proposés en annexe du dictionnaire sont, eux aussi, mais plus rarement, commentés (Défense de la langue française de juin 1967). Extrait d’une lettre de Alexandre Lorian, professeur à l’Université de Jérusalem, à Alain Rey et Josette Rey-Debove (10 mai 1967) : « Ç’a été une excellente idée de donner à la fin les adjectifs tirés des noms propres. »

6 Curieusement, cependant, c’est le Petit Robert que Robert-Léon Wagner citera plus tard : pour une datation (Wagner 1970, p. 26, note 21), et pour une attestation, vérifiée, celle-là, à la fois dans le Petit Robert et dans le Grand Larousse de la langue française (Wagner 1974, p. 194).

7 Extrait d’un courrier personnel adressé par le professeur Alexandre Lorian (Université de Jérusalem) à Alain Rey et Josette Rey-Debove, le 10 mai 1967 : « [L]e parfait dictionnaire moderne tant attendu et si bien venu ».

Auteur

Chercheuse en linguistique au cnrs. Elle est entrée au laboratoire htl (Histoire des théories linguistiques) — Université Paris 7 en 2002, pour y développer des recherches sur les théories et les pratiques de la terminologie en général et de la néologie en particulier. Elle a, dès 1975, collaboré à la rédaction du dictionnaire du cnrs (Trésor de la langue française, tomes 5 à 16), puis à son « Supplément », pour lequel elle a par ailleurs été responsable du traitement des domaines spécialisés. Elle participe depuis 1997 au « processus d’enrichissement de la langue française », où elle est « personnalité qualifiée » des Commissions de terminologie de la santé, de l’informatique et des affaires étrangères ; elle conduit aussi des recherches linguistiques pour l’ensemble des commissions de terminologie. Ses écrits ont trait à la lexicologie, aux problèmes de la définition spécialisée, aux variantes lexicales et discursives dans les domaines des sciences et des techniques.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540