Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les dictionnaires Le Robert

 | 
Monique C. Cormier
, 
Aline Francœur
, 
Jean-Claude Boulanger

La philosophie des dictionnaires Le Robert ou les chemins de l'intelligible

Josette Rey-Debove

Texte intégral

de l’analogie au dictionnaire général

1Lorsque alain rey et moi-même avons accepté de collaborer au premier Grand Robert (1952-1953), nous avons trouvé une petite entreprise familiale dirigée par un homme très déterminé. Son projet était de faire un dictionnaire analogique, afin de découvrir le mot dont on a besoin ou qu’on a oublié. Ceci existait déjà, mais Paul Robert, en homme pratique, tenait à ce que cet ouvrage soit également alphabétique et contienne des définitions, à l’exemple du Littré ; il concevait un tel dictionnaire comme un outil à son usage propre.

2Mais la formule était ambiguë et un dictionnaire général commençait à poindre derrière le dictionnaire onomasiologique. J’étais moi-même grande admiratrice du Dictionnaire général (dg) de Hatzfeld, Darmesteter et Thomas (1890), beaucoup plus que du Littré auquel tout le monde faisait référence faute d’ouvrage connu plus récent. Sa polysémie linéaire, mal maîtrisée, ne pouvait rivaliser avec la rigueur de la polysémie en arbre révélée par le dg qui instituait une véritable sémantique lexicale.

3Paul Robert était ouvert à toutes les idées qui lui semblaient améliorer son projet, et accepta progressivement l’idée d’un dictionnaire général du français, puisqu’il n’existait rien de semblable à l’époque ; par ailleurs, n’étant pas linguiste, il recherchait des cautions sociolinguistiques— d’inégale valeur—et citait, pour se protéger, l’Académie française et les puristes de l’époque, qui étaient fort nombreux. Moyennant quoi il nous a été possible de donner une véritable description objective du lexique français. Il suffisait d’écrire « Ce mot n’est pas dans acad. 1935 » pour introduire à la nomenclature un mot proscrit ou un néologisme, en montrant que l’Académie était notre constante référence. Néanmoins, il refusa le mot con, réapparu plus tard, car c’était encore le temps où les francophones s’offusquaient des « gros mots ».

4Les fichiers (manuels, à l’époque) de Paul Robert et de ses amis étaient établis à partir du Larousse du XXe siècle (années 1930), très prolixe pour tous les domaines de la connaissance. Chaque mot de ses définitions servait de chaînon dans les relations analogiques interlexicales. C’était malheureusement un corpus déjà vieilli au milieu du XXe siècle.

5Je n’étais guère passionnée par le « système analogique », l’analogie étant mal définie et aboutissant souvent à des situations ridicules ; parmi ces renvois analogiques figuraient toutes les unités d’un ensemble et toutes les parties de l’unité. Je faisais remarquer qu’à mot on serait obligé de donner l’ensemble des mots, et que toutes les parties du corps humain nous entraînaient vers l’encyclopédie. Heureusement, les synonymes relevaient du système, et ils furent conservés. Quant aux autres relations analogiques, je décidai Paul Robert à ne pas les présenter en bloc, mais à les introduire par une périphrase synonymique : siège avec bras → fauteuil. Cette périphrase devenait l’amorce discursive de l'onomasiologie de façon moins abrupte et plus explicative. Ainsi, le langage était constamment présent au détriment du concept, comme dans tout vrai dictionnaire de langue. L’analogie s’intégrait dans un programme d’information plus large, et se faisait plus discrète.

6Quand je m’avisai qu’on élaborait, en fait, un dictionnaire de langue, mes faibles connaissances d’étudiante en linguistique me firent abandonner l’amateurisme plein de fantaisie et le charme des débuts de l’entreprise. Je demandai une transcription phonétique, des dates pour l’apparition des mots et de leurs sens, des étymologies puisées dans le Französisches etymologisches Worterbuch de Walther von Wartburg, de véritables articles de grammaire. Par ailleurs, je réfléchissais à une théorie fiable du dictionnaire, à mi-chemin entre la linguistique abstraite et l’artisanat lexicographique. Le domaine était quasiment vierge ; Alain Rey et moi, récemment mariés, allions mettre au jour les axes de la description du lexique et en révéler les procédures dès 1965, après 13 ans de questions posées, situées, retournées dans l’expérience accumulée. C’était à l’aube du Petit Robert, que Paul Robert nous demanda de rédiger « comme un abrégé du Grand Robert ». Et grâce à ce programme peu engageant, nous avons pu trouver notre indépendance et atteindre une maturité lexicographique que personne, semble-t-il, ne remettait en cause.

reconnaissance du français parlé

7Traditionnellement, mais surtout avec le conservatisme du XVIIIe et du XIXe siècle, le français parlé était considéré comme secondaire, sinon comme le lieu de ce qui était trivial et fautif. Même les grands orateurs comme Mirabeau n’étaient pas donnés comme des modèles. On peut fournir quelques raisons à cette attitude ; d’abord verba volant, scripta manent, ces paroles qui s’envolent n’ayant aucune pérennité ; ensuite, les nombreux citoyens qui ne savaient pas écrire s’exprimaient assez mal, et sur des sujets quotidiens plus que sur des sujets nobles ; enfin la technique d’enregistrement des discours notoires n’existait pas, et c’était l’écrit qui rapportait les paroles dignes d’intérêt. Victor Hugo fit même parler Gavroche, dans Les misérables, simplement pour le plaisir de noter une expression orale peu académique qui était aussi du français. On s’aperçut que s’il ne s’agissait pas d’une langue étrangère déterminable, il fallait bien admettre que c’était du français dans toutes ses variétés diastratiques et diatopiques.

8Le Petit Robert fut le premier dictionnaire de langue à reconnaître l’oral. Nous ne partions pas sur les routes avec des magnétophones, entreprise trop coûteuse, mais nous avions une oreille attentive qui notait même les liaisons ou les absences obligées de liaison dans certains syntagmes.

9Le corpus littéraire fut élargi vers la communication réelle que les écrivains rapportaient dans leurs romans (notamment par Sartre dans Les chemins de la liberté). Tout l’oral passe aujourd’hui dans l’écrit, parfois avec des difficultés d’adaptation ; mais dans les grandes lignes, aucun auteur ne « corrige » le discours de ses personnages, et « ya pas qu’moi qu’est au courant » est très bien décodé ; yaka figure avec un renvoi à la nomenclature du Petit Robert. Il faut penser aux étrangers qui ne reconnaissent pas l’écrit dans l’oral, sans toutefois décrire graphiquement tout l’oral dans un dictionnaire général. Néanmoins, nous avons publié un dictionnaire oral-écrit du français où les entrées sont en alphabet phonétique (Dominique Taulelle 1989), et qui correspond à tout ce qu’on peut attendre de cette entreprise nécessaire que personne n’avait osé tenter. Et pourtant la linguistique donne la priorité à l’oral !

l’usage et le bon usage

10L’usage d’une langue, c’est l’utilisation qu’en font les locuteurs et les scripteurs. Mais le bon usage, c’est celui des gens qui ont été scolarisés, qui ont lu. Souvent on l’identifie à celui de la bourgeoisie cultivée mais c’est un peu plus complexe, car les instituteurs sont généralement d’origine populaire, et la bourgeoisie produit parfois des cancres qui se savent assistés sans fournir d’efforts. La politique des dictionnaires Le Robert est de tenir compte de l’usage, mais aussi du bon usage enseigné par l’école. Et comme l’école recommande l’utilisation des dictionnaires, nous avons aménagé un système de marques de niveau de langue : familier, populaire, vulgaire, littéraire, recherché. Ainsi, le lecteur arrive à se situer, ce qu’il ne peut pas faire seul, et changer de discours s’il le souhaite.

11Les dictionnaires Le Robert, par ce procédé, évitent le purisme, c’est-à-dire la mutilation du français par référence à la génération précédente ou à la classe sociale. Le secrétaire perpétuel de l’Académie, Maurice Druon, m’a accusée de « ramasser les mots dans le ruisseau », ce qui le discrédite totalement et témoigne d’une insensibilité incroyable au vrai français.

12Dans le bon usage, il faut compter avec les anglicismes. Une observation objective de la langue ne saurait les ignorer et nous n’avons jamais adopté le ton prescriptif. Le danger de babélisation est d’ailleurs moindre que ce que les alarmistes proclament. À toutes les époques il y a eu une poussée d’emprunts à une langue étrangère (par exemple, les italianismes au XVIe siècle). Ce n’est pas le vocabulaire emprunté qui met la langue maternelle en péril, mais bien plutôt la contrainte de s’exprimer dans une langue étrangère imposée par certains milieux.

13Le vocabulaire régional est généralement pris en compte, mais plutôt lorsque les référents sont également régionaux ; dans ce cas, le régionalisme se répand dans toute la France (par exemple, les termes de cuisine) et un dictionnaire doit les traiter.

l’analyse sémantique

14L’analyse sémantique des mots est difficile, parce que le dictionnaire travaille en langue en s’appuyant sur le discours. Il faut d’abord écarter ce qui est individuel, et établir des significations d’après la fréquence-répartition.

15Les rédacteurs du Robert ont toujours disposé d’un double corpus : 1. Un corpus où ce qui est intéressant est extrait par des rédacteurs (soulignage, puis informatisation de ce qui est choisi). 2. Un corpus à l’état brut destiné à juger de la fréquence-répartition. Ce dernier corpus est généralement le seul dont disposent les autres dictionnaires ; mais pour nous, le premier est irremplaçable parce qu’il est choisi et ciblé par ses propres utilisateurs, qui sont des professionnels de bonne foi.

16Une des qualités de Paul Robert qui était juriste, c’est qu’il savait définir rigoureusement. Il professait l’adage : Tout le défini, et rien que le défini. On sait que la plupart des dictionnaires donnent des définitions trop générales, et que « rien que le défini » exige des investigations profondes. Comme on le voit, les dictionnaires Le Robert ont constamment joué sur la désignation pour fonder la signification, prédicat métalinguistique auquel on ne peut apporter aucune preuve. J’ai moi-même beaucoup travaillé sur la définition (100 pages dans Étude linguistique et sémiotique des dictionnaires français contemporains, 1971), que je traite comme une périphrase synonymique du mot, après avoir longuement fréquenté les philosophes du langage. Cette approche s’est révélée efficace pour les dictionnaires.

17Mais, on le sait, un mot peut avoir plusieurs définitions, c’est la polysémie. Cette polysémie a été organisée à la fois par l’histoire et par l’arborescence logique, comme dans le Dictionnaire général. Il y a des règles sémantiques qui permettent de prévoir l’arbre d’une polysémie : on ne passe pas n’importe comment d’un sens à un autre, sauf accident social. Ces règles sont issues des figures de rhétorique, et nous les avons respectées. La finesse de l’analyse sémantique en langue est une des qualités majeures des Robert, reconnues par les utilisateurs. Ces polysémies sont renforcées par la mention des synonymes et des contraires.

18Par ailleurs, les locutions contenant le mot traité sont toujours données sous le sens qui convient, c’est-à-dire réparties dans l’article polysémique ; cette procédure n’est pas celle des lexicographes anglophones, qui classent en fin d’article toutes les locutions par ordre alphabétique. La consultation y gagne, mais au sacrifice du sens : que peut-on comprendre à une liste de locutions comme Avoir le feu sacré, faire la part du feu, faire feu de tout bois, n’avoir ni feu ni Heu, péter le feu, pousser le feu, etc. ? Même si elles sont correctement glosées, on ne sait de quel feu il s’agit.

l’exemplification

19Aucun bon dictionnaire de langue ne peut se passer d’exemples, c’est-à-dire de la mise en discours d’une description en langue. Nous avons toujours pratiqué deux types d’exemplification : 1. Des exemples tirés du corpus, de préférence littéraire, parce que les écrivains sont spécialistes de l’emploi judicieux des mots (la surperformance). Ces exemples sont des citations signées qui ont une valeur à la fois linguistique et littéraire. 2. Des exemples forgés par le rédacteur qui montrent l’emploi situationnel, syntaxique et sémantique le plus attendu en français. Ces exemples ne sont pas toujours présents dans le corpus, et l’intervention du lexicographe est absolument nécessaire. L’exemplification est très difficile et constitue un test professionnel de compétence du lexicographe. Il ne s’agit pas (ce qui est linguistiquement légitime) de produire une phrase correcte qui contient le mot, mais de produire deux types de phrases également nécessaires : 1. Les phrases ou les syntagmes attendus de tous, c’est-à-dire déjà fréquents et situés entre le mot et la locution (cooccurrents) ou entre le mot et le proverbe (lieux communs) bien que non codés en langue. 2. Les phrases qui justifient les prédicats métalinguistiques du lexicographe (syntaxe, morphosyntaxe, accords, désinences verbales, etc.). Finalement, deux types d’exemples sont indispensables pour décrire l’usage, et un seul type, la citation, pour montrer qu’on peut faire encore mieux avec une langue.

le métalangage

20C’est par la pratique des dictionnaires de langue que j’ai été amenée à théoriser le métalangage linguistique. Le métalangage (et l’autonymie) était bien connu des logiciens, mais son analyse et sa portée ne pouvaient servir au linguiste. J’ai donc tenté de traiter le métalangage comme un discours sur le langage et de situer précisément les prédicats sur le mot, dans un article de dictionnaire. Tous ces prédicats sont métalinguistiques, sauf la définition qui a un double statut selon qu’on l’interprète avec être (un x est quelque chose) ou signifier (le mot x signifie quelque chose). Nous avons toujours préféré la première solution, où il y a des preuves pragmatiques (est-ce un x ou n’est-ce pas un x ?) à la seconde solution, pour laquelle il n’y en a pas. L’équivalence avec être rend la définition synonyme de l’entrée.

21Ce point de vue trouve son application immédiate dans les dictionnaires d’enfants, où il faut contourner le métalangage, trop difficile à comprendre (Dictionnaire des jeunes 1988) ; il a été étendu à d’autres prédicats remis en situation pragmatique.

22Les dictionnaires encyclopédiques n’emploient pas de métalangage, sauf pour désigner la fonction du mot, par ailleurs non nécessaire. Aussi bien, le premier Dictionnaire de l’Académie (1694), voulant montrer qu’il parlait des mots et non des choses, a été rendu presque illisible par un abus de métalangage inutile.

position sociolinguistique

23Contrairement à ce que disent certains universitaires envieux, les dictionnaires Le Robert ne sont pas « commerciaux », et ni Paul Robert, ni Alain Rey, ni moi-même, ni notre actuel directeur Pierre Varrod n’avons eu pour priorité de vendre une marchandise. Lorsqu’elle s’est bien vendue, c’était grâce à la reconnaissance de sa qualité. La philosophie de notre maison d’édition est de publier des dictionnaires utiles, innovants et « fréquentables », même dans un marché très restreint, afin que rien ne soit perdu du français contemporain. Tous nos dictionnaires sont originaux et reconnus comme tels.

24Parmi les plus récents, le dictionnaire du français oral-écrit qui se vend peu à cause du nécessaire apprentissage de l’alphabet phonétique (une journée de travail !) ; le Robert méthodique (Rey-Debove 1982), dictionnaire général morphologique (seconde édition en 2004), dont les pédagogues suisses ont peut-être été les seuls à apprécier la portée ; le Dictionnaire historique de la langue française (Alain Rey 1992) qui remporte un grand succès, un dictionnaire de langue dit provisoirement « culturel », encore sans titre (Alain Rey 2004) ; un projet de Dictionnaire du patrimoine, qui va étonner par sa nomenclature, etc.

25Tous ces dictionnaires originaux ont un ton très spécifique : faciles à lire (nombreux renvois), ne craignant pas les tabous, affrontant les réalités sociales sans misérabilisme, affectionnant le ton enjoué et même ironique qui témoigne que le métier de lexicographe n’est pas triste. C’est peut-être ce qui décourage les plagiaires. C’est évidemment le Petit Robert qui est le plus connu, ne serait-ce que par l’existence d’un pseudo-concurrent, le Petit Larousse, lequel ne rend pas les mêmes services et ne s’adresse pas aux personnes cultivées.

26Les institutions d’État, dans leurs interventions sur le langage, font toujours appel à nos conseils et à ceux de nos rédacteurs. J’ai moi-même participé à la Féminisation des titres et noms de métiers (Y. Roudy), aux Rectifications de l'orthographe (N. Catach), à la Simplification du langage administratif (M. Sapin). Alain Rey a travaillé au Comité de terminologie (G. de Broglie). Certes, l’État est, pour la langue française, moins omniprésent qu’il ne l’est au Canada ou en Belgique. Mais comme l’Académie française est défaillante, et son dictionnaire plutôt mythique, il nous incombe de prendre nos responsabilités afin de servir la langue française dans son évolution constante.

Auteur

Josette Rey-Debove, engagée comme jeune linguiste par Paul Robert en 1953, travaille depuis cette date à des dictionnaires généraux de la langue française (Grand Robert, Petit Robert, Le Robert des jeunes, Dictionnaire méthodique morphologique, Le Robert du français langue étrangère, etc.). Intéressée par une théorie générale des signes, elle va rejoindre Thomas A. Sebeok (1969) au Research Center for Language Sciences aux États-Unis, devient son assistante pour la revue Semiotica et soutient deux thèses, l’une sur les Dictionnaires français contemporains (1971), l’autre sur le Métalangage (1978, réédition 1997). Entièrement occupée par la lexicographie et la recherche linguistique, elle a peu enseigné (Université de Paris III et Paris VII, avec habilitation). Divers ministères ont sollicité sa collaboration pour la Féminisation (1984), la Réforme de l’orthographe (1989) et la Simplification du langage administratif (2001). Elle a publié une centaine d’articles de recherche et de presse, et donné de nombreuses conférences en Europe.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540