Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les dictionnaires Le Robert

 | 
Monique C. Cormier
, 
Aline Francœur
, 
Jean-Claude Boulanger

Introduction

Monique C. Cormier

Texte intégral

1C’est l’œuvre de Paul Robert qui réunit les auteurs du présent ouvrage ; tous ne sont pas linguistes ou spécialistes des dictionnaires, mais tous sont amoureux de la langue française, des dictionnaires, en particulier de celui que nous appelons familièrement le Robert. Ensemble, ils traitent de la fabuleuse réalisation qu’ont été les dictionnaires Le Robert, à partir des premiers tâtonnements du fondateur jusqu’à la magistrale prise en charge de l’héritage robertien par Josette Rey-Debove et Alain Rey, sans oublier l’usager, ici représenté par une écrivaine et un scientifique. Bien sûr, en Europe comme en Amérique, il existe des experts des dictionnaires Le Robert, mais, à notre connaissance, c’est la première fois qu’un ouvrage collectif réunit plusieurs d’entre eux, qui ont accepté de se partager le travail d’analyse suivant des angles différents et complémentaires. Si cet ouvrage explore le continent robertien, il faut en savoir gré aux auteurs qui ont accepté de fouiller le territoire qui leur avait été assigné. Le lecteur peut y entrer librement.

2Avant tout, cet ouvrage collectif rend compte d’un intérêt général pour les dictionnaires. Son lancement a été fait à Montréal, en octobre 2003, à l’occasion de la ire Journée québécoise des dictionnaires, ouverte à tous. Cette journée québécoise s’inspire de la Journée des dictionnaires, qui a lieu annuellement en France avec un succès croissant, depuis une dizaine d’années, à l’Université de Cergy-Pontoise, sous l’impulsion de Jean Pruvost qui, le premier, a eu l’intuition de donner au dictionnaire—objet si familier qu’on néglige de le voir comme objet important d’étude—une tribune continue, stimulante pour les chercheurs. J’ai eu l’occasion d’y participer plusieurs fois et j’y ai acquis la certitude que l’initiative de Jean Pruvost, qui vise la connaissance tout autant que la (re)connaissance du dictionnaire, pouvait être adaptée au Québec et s’y développer de façon originale, vu l’appétit des Québécois pour ces ouvrages, leurs liens avec la France dans cette matière, l’histoire du français en usage au Québec et sa situation en Amérique du Nord et dans la francophonie. La ire Journée québécoise des dictionnaires, tenue avec les encouragements et la participation de Jean Pruvost, ainsi que l’ouvrage auquel elle a donné lieu, qui regroupe les communications présentées lors de cette journée et les collaborations d’autres linguistes réputés, sont la preuve que la graine semée près de Paris, peut aussi pousser en terre québécoise. En plus du directeur du Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal, Richard Patry, qui m’a prodigué ses plus vifs encouragements, j’ai fait part de l’idée de cette journée à quatre personnes, engagées à divers titres dans le monde des dictionnaires. Toutes ont trouvé l’idée excellente et ont accepté de me prêter main-forte dans l’organisation. Ce sont Aline Francoeur et Marie-Éva de Villers, Jean-Claude Boulanger et Jean-Claude Corbeil. Ils rassemblent à eux quatre la jeunesse, l’expérience et surtout l’enthousiasme. Je les remercie de tout cœur.

3Une fois décidée à organiser la ire Journée québécoise des dictionnaires, il me restait à en trouver le thème. Celui des dictionnaires Le Robert s’est rapidement imposé pour une foule de raisons. La principale, s’il en faut une, c’est sans doute la place considérable que ces dictionnaires ont prise dans la vie des Québécois — d’une force sans doute équivalente à celle des Larousse pour les générations qui m’ont précédée—, et qui ne me semblait pas avoir donné lieu jusqu’à maintenant à un corps d’études qui lui rende justice. En outre, l’âme actuelle des dictionnaires Le Robert, le couple Josette Rey-Debove et Alain Rey, voue depuis longtemps une grande affection au Québec. Ce sont, pour nous qui nous sommes nourris de leurs textes, deux géants contemporains de la lexicographie et de la terminologie. L’éloge que leur consacre Jean-Claude Corbeil rappelle justement leur immense contribution à l’aménagement du français québécois, en particulier à l’époque cruciale qui a entouré l’adoption de la Loi sur la langue officielle (1974) et celle de la Charte de la langue française (1977), lorsque s’effectuait « la mutation linguistique et terminologique provoquée par la généralisation de l’emploi du français comme langue de travail et langue du commerce et des affaires en remplacement de l’anglais alors très dominant dans ces fonctions ». Josette Rey-Debove et Alain Rey ont fortement contribué à élaborer les principes qui continuent de guider le Québec en matière de langue. Enfin, qui sait, peut-être était-ce aussi la façon la plus simple de faire revenir au Québec Alain Rey, que j’ai eu l’honneur de compter parmi les membres de mon jury de thèse de doctorat, à la Sorbonne, en 1986, de le revoir et de le relire, lui qui s’est fait si rare parmi nous ces dernières années.

4C’était, en tout cas, un excellent moyen de l’inviter à s’adresser à nous... Ce qu’il fait dans sa conférence au titre en forme de clin d’œil complice, « La renaissance du dictionnaire de langue française au milieu du XXe siècle : une révolution tranquille ». Alain Rey rappelle comment, au moment où se terminait la rédaction du Oxford English Dictionary, la lexicographie de langue française « abandonnait le dictionnaire général de la langue, de manière scanscandaleuse ». C’est à Paul Robert, ajoute-t-il, à partir d’« une initiative personnelle, hors de l’université et hors de l’édition existante », que l’on doit la renaissance du dictionnaire de langue et au Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française d’avoir intégré la diachronie et la synchronie. Mais, attention, nous dit Alain Rey, les utilisateurs n’aimant pas être bousculés, pour « faire réussir des évolutions et des transgressions nécessaires », la véritable révolution, surtout en matière lexicographique, doit se faire tranquille « dans la démarche et dans le traitement des difficultés ». Josette Rey-Debove, dans « La philosophie des dictionnaires Le Robert ou les chemins de l’intelligible », illustre au moyen de sept thèmes clés le traitement d’autant de difficultés. Ce faisant, elle nous livre, ainsi qu’à l’historien, une information incisive de premier ordre, car à travers les raisonnements qui ont conduit aux choix de Josette ReyDebove et d’Alain Rey, on voit émerger la personnalité des dictionnaires Le Robert.

5Mais à tout seigneur tout honneur. Un ouvrage sur les dictionnaires Le Robert, surtout un des tout premiers, sinon le premier, doit nous informer sur celui qui en a été le fondateur. Peu de femmes ou d’hommes peuvent revendiquer avoir constitué un point de rupture chronologique dans leur domaine : or, il y a bien eu un avant et un après-Paul Robert. Heureusement pour nous, celui-ci s’est confié dans des écrits à caractère autobiographique, aujourd’hui épuisés, ou dans des entrevues bien cachées au fond d’archives connues de quelques initiés. Ironiquement, il revient à Jean Pruvost, un universitaire — Paul Robert avait ses réserves à l’endroit des universitaires—, expert de Larousse par surcroît, émule de l’ancien directeur du Trésor de la langue française, Bernard Quemada, de nous faire redécouvrir Paul Robert, du fils de son père au patron chef d’équipe. Le témoignage admiratif qui ressort de son article « Paul Robert : de la passion des mots au grand architecte de la lexicographie » n’en acquiert que plus de crédibilité. En recoupant et en passant à la loupe nombre de témoignages, Jean Pruvost met au jour la genèse de la vocation et la démarche de Paul Robert, en faisant bien sûr ressortir ses motifs personnels, mais surtout les talents nombreux, variés—orateur, bâtisseur, pédagogue, récolteur de fonds, éditeur, etc.—que l’on trouve rarement réunis chez une même personne, et qui ont permis à Paul Robert de terminer une impossible course à obstacles qui aura duré pour l’essentiel une vingtaine d’années. Féru d’histoire des dictionnaires, Jean Pruvost illustre fortement son propos en signalant les résultats catastrophiques que l’absence de certaines qualités que possédait Paul Robert a entraînés chez des concurrents de l’époque. Par l’analyse approfondie et par l’appareil de références qu’il nous livre, Jean Pruvost stoppe l’hémorragie mémorielle qui commençait à menacer le célèbre fondateur. Le mot n’est pas trop fort. Danielle Candel signale que des données sur le Petit Robert, notamment des chiffres de vente, sont déjà perdues.

6L’article de Danielle Candel, « Une vision de la langue en 1967 : le premier Petit Robert et ses lecteurs », illustre concrètement et avec minutie la réception de ce dictionnaire, par la presse écrite surtout, avec une brève incursion dans la presse spécialisée, qui, on le verra, ne contredit pas la grande presse. Comme Danielle Candel rapporte un grand nombre de jugements pour et contre, nous pouvons prendre la mesure de l’accueil réservé au nouveau venu. Pour notre part, nous restons saisie par la gamme de caractéristiques sur lesquelles portent les éloges : la consultation aisée, la richesse de la nomenclature, la supériorité de l’orientation analogique, l’importance des marques d’usage, les définitions soignées, etc. Les termes utilisés sont tels— modernité, précision, maniabilité, etc.—et certaines exclamations si surprenantes—« C’est une révolution. C’est une libération »—, qu’on ne peut s’empêcher d’être convaincu de l’intuition géniale de Paul Robert. L’usager, spontanément, la reconnaissait. Danielle Candel montre que, dès 1967, les critiques de la presse écrite paraissaient peu vigoureuses devant les grandes qualités du Petit Robert qui se déclinaient dans les modes originalité et innovation.

7Pour vérifier si le Petit Robert possède toujours les qualités remarquables qu’on lui attribuait il y a 35 ans, nous avons fait appel à une littéraire et à un scientifique. Dans « L’écrivain et le dictionnaire », aux tournants d’une réflexion coulante sur l’écriture et la langue, Monique LaRue fait apparaître les dimensions nobles et universelles du dictionnaire ainsi que les nombreux services qu’il rend à l’écrivain. C’est sans surprise, mais avec ravissement, que nous lisons en conclusion que le Petit Robert serait le seul livre qu’elle apporterait sur une île déserte. Pour leur part, endossant successivement les habits de l’honnête homme du XXIe siècle, que le dictionnaire culturel doit aider à comprendre la science de son temps, puis ceux du scientifique spécialisé en astronomie, François Wesemael et Roland Wesemaël, désireux d’évaluer « L’expression de la science dans un dictionnaire culturel », font passer un certain nombre de tests au Nouveau Petit Robert (2002). Si l’expert en astronomie propose d’améliorer « la structure fine de certaines définitions », l’honnête homme semble rassuré et heureusement surpris de constater que le Nouveau Petit Robert s’en tire avec les honneurs.

8Il en est ainsi, comme le rappellent Jean-Claude Boulanger, Aline Francoeur et Monique C. Cormier dans leur article « Le Petit Robert par lui-même : de l’ombre à la lumière », parce que les auteurs des Petit Robert, en particulier Josette Rey-Debove et Alain Rey, constatant la pénétration des vocabulaires scientifiques et techniques dans nos sociétés sous l’impulsion de la mondialisation, ont pris le parti d’en rendre compte. À travers une réflexion sur la lexicographie et de nombreux exemples, ces auteurs examinent donc les éléments sur lesquels s’est fondée la transformation—car cela en est une—des deux éditions formant la première génération du Petit Robert (1967 et 1977), et de l’édition de 1993, cette dernière commençant la deuxième génération. Cette transformation sans cesse renouvelée permettra au Petit Robert de sortir de l’ombre jusqu’à devenir « le meilleur dictionnaire monolingue du français », notamment dans la francophonie envers laquelle il a manifesté une réelle ouverture dès les années 1970.

9Justement, la « Variation du français en francophonie et cohérence de la description lexicographique », de Claude Poirier, fait une synthèse exhaustive de l’histoire et de la problématique de l’intégration du français hors de France, notamment celui du Québec, dans les dictionnaires, en particulier Le Robert, avant de nous proposer une réflexion sur la façon de permettre à tous les locuteurs du français dans le monde de « s’appuyer sur un dictionnaire de référence commun ». Ce faisant, il complète l’hommage que rend Jean-Claude Corbeil à Alain Rey et à Josette ReyDebove en faisant ressortir leur rôle commun de précurseurs, mais aussi la pensée propre de chacun de ces lexicographes et linguistes à l’égard des mots québécois, le premier, Alain Rey, « davantage associé à la discussion des enjeux sociolinguistiques », la seconde, Josette Rey-Debove, « à l’analyse systématique du lexique ».

10Pour sa part, dans « Les locutions figurées dans le Nouveau Petit Robert : évolution de quelques traitements entre 1993 et 2003 », Michaela Heinz nous invite à plonger au cœur même du dictionnaire en esquissant une description critique d’un certain nombre de locutions apparues dans le Nouveau Petit Robert sur une décennie, esquisse qu’elle souhaite voir poursuivie.

11Ce collectif aurait été incomplet sans un regard global sur l’ensemble de la production des dictionnaires Le Robert. « Beaucoup de splendeurs, peu de misères : bilan sur les dictionnaires Le Robert » nous offre le regard scrutateur de Franz Josef Hausmann non seulement sur le Grand Robert de la langue française et le Nouveau Petit Robert, mais aussi sur l’éventail des autres ouvrages que sont les « usuels », le Micro Robert et sa série, les dictionnaires pédagogiques et bilingues, sans oublier de mentionner en conclusion le Petit Robert sur cédérom.

12Si la ire Journée québécoise des dictionnaires, qui portait le titre de « Paul Robert et les dictionnaires Le Robert : du rêve à la réalisation », comme l’ouvrage qui en rend compte, Les dictionnaires Le Robert : genèse et évolution, ont fait progresser la réflexion, nous le devons à la qualité des conférenciers et des auteurs. Tout n’a bien sûr pas été dit sur l’héritage de Paul Robert, notamment sur le Grand Robert de la langue française et sur le dictionnaire électronique— peut-on tout dire sur une entreprise aussi vivante et diversifiée qui n’en finit pas de vouloir dire le monde actuel ? —, mais les grandes lignes des études à venir et même des améliorations à apporter à l’œuvre robertienne ont été à tout le moins esquissées ou évoquées. Une chose est certaine, Paul Robert, le fondateur, ainsi que deux des apôtres de la première heure, Josette Rey-Debove et Alain Rey, y ont reçu la reconnaissance que nombre de langagiers désiraient leur rendre depuis longtemps.

13En introduction de son texte, Franz Josef Hausmann écrit qu’« une époque se termine, celle du dictionnaire papier, et qu’une autre commence, celle du dictionnaire électronique aux performances décuplées ». Son bilan, dit-il, une soixantaine d’années après l’idée initiale de Paul Robert et un demi-siècle après le premier volume du Robert, est celui du « Robert papier ». En 2053, lorsque nos successeurs célébreront les 100 ans des dictionnaires Le Robert, on fera sans doute le bilan du Robert électronique. Le bilan du Robert papier sonne-t-il le glas des lexicologues et lexicographes humanistes consacrant leur vie entière aux dictionnaires ? Qui sait si l’ère du Robert électronique ne verra pas naître une autre forme de pensée et de collaborateurs qui, portant parfois leur regard sur la deuxième moitié du XXe siècle, s’en inspireront et y reconnaîtront l’un des âges d’or des dictionnaires. Réjouissons-nous d’en avoir été témoins.

Auteur

Monique C. Cormier détient un doctorat de l’Université de la Sorbonne Nouvelle — Paris III. Elle est professeure titulaire au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal où elle enseigne la terminologie depuis 1988. Elle a reçu en 1998 le prix d’excellence en enseignement de la Faculté des arts et des sciences (secteur lettres et sciences humaines) de cette même université. Ses intérêts de recherche portent sur la (méta)lexicographie. Au cours des dernières années, elle s’est intéressée plus particulièrement au Dictionnaire de l’Académie française et à la lexicographie bilingue (français-anglais) des XVIIe et XVIIIe siècles, notamment au Royal Dictionary, French-English and English-French du huguenot Abel Boyer, publié à Londres en 1699. Elle est membre du conseil d’administration de l’Office québécois de la langue française (oqlf) et, à ce titre, elle préside son Comité d’officialisation linguistique. Enfin, elle est présidente de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (ottiaq).

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540