Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

Préface. Jean Charbonneau, L’École littéraire de Montréal1

Texte intégral

  • 1 « Préface », dans Jean Charbonneau, L’École littéraire de Montréal, ses origines, ses animateurs, s (...)
  • 2 Voir supra, p. 383-398, et ENSO, p. 103-105.

1Il serait facile d’amoindrir le rôle de l’École littéraire de Montréal2 dans l’histoire de la poésie canadienne autant que de l’exagérer. On ne saurait y voir, sans doute, un de ces larges mouvements qui impriment à l’art ou à la pensée d’un peuple une direction d’ensemble marquée de traits nets et nouveaux.

2Ces mouvements ont toujours un chef qui inaugure un courant, une sève esthétique, et qui s’impose par le génie. Ils groupent des partisans qu’unissent des conceptions et des tendances communes. Ils laissent un sillon défini dans le champ qu’ils traversent.

3Rien de pareil ne se constate dans l’origine et dans l’action du cercle d’écrivains dont le présent volume retrace les souvenirs. Ce fut une réunion d’esprits juvéniles auxquels l’attrait du beau, la curiosité, l’enthousiasme, tenaient lieu de formation et d’expérience. L’École qui se fondait, ils voulaient s’y instruire eux-mêmes ; — ce qu’ils mettaient au fonds commun, c’était des talents variés et même disparates s’exerçant chacun dans leur sphère, sans unité de sens et de formules ; — les œuvres qu’ils créaient étaient des tentatives où s’achevait leur apprentissage de l’art et qui valaient surtout par leur effort sincère.

4Mais s’en tenir à cette mesure directe, ce serait méjuger l’importance de l’École comme excitatrice d’énergie et son influence sur notre plus récent progrès.

5Elle vint à une période d’inertie où le goût des poursuites intellectuelles s’atrophiait chez notre jeunesse. Depuis vingt ans nul poète n’avait repris la lyre de nos anciens, sans parler des lyres plus modernes dont les sons étouffés nous parvenaient à travers l’Atlantique.

6Nous étions en danger de laisser périr, dessécher le mince filet de sève qui avait tenu jusque-là notre littérature vivante. Nous étions en retard de tous les courants qui emportaient, dans l’intervalle, la pensée, l’écriture françaises.

7C’est dans cette stagnation que surgit un groupe résolu qui entreprit de raviver chez nous l’intérêt aux choses de l’esprit et d’apprendre à notre langage des formules plus neuves.

8Pour la première fois un effort collectif se vouait à ce but, invitait un échange d’idées, des théories, et soumettait ses résultats à l’examen d’une critique commune.

9C’est par cette poussée que l’École fut d’un vrai secours à nos lettres débiles : c’est par elle surtout qu’il faut la juger. On glorifie Colomb d’avoir découvert l’Amérique non pour ce qu’il y a fait, mais pour ce qu’il y a initié. L’École littéraire, à son heure, a secoué notre indifférence, réveillé nos instincts engourdis, et elle a sa part de mérite dans l’essor plus actif qui depuis lors s’est fait sentir chez nous.

10M. Jean Charbonneau, qui nous raconte ses débuts et esquisse les portraits de ses premiers membres, est dans un tel sujet plus qu’un historien : c’est son aventure personnelle qu’il revit et rappelle, c’est son œuvre même qu’il retrace ; car il en revendique le premier projet et la mise au jour effective, tout en accordant plein crédit aux camarades qui, avec lui, travaillèrent à sa création.

11Il s’en est fait, à travers maintes vacillations, le constant apôtre, et il reste, après quarante ans, l’un des rares fidèles qui lui gardent le souffle de vie.

12Il eût donc eu sa place marquée parmi les portraits dont se compose ce volume ; nous eussions souhaité trouver à son sujet les notes biographiques et bibliographiques qu’il nous fournit sur ses confrères. Sa modestie l’a empêché de parler de lui-même. Nous savons cependant que M. Charbonneau s’est préoccupé de tout temps de la poursuite du Beau et qu’il en a fait son but idéal et choisi. La poésie a été pour lui plus qu’un délassement fugitif : il l’a cultivée longuement et sérieusement ; et le seul nombre de ses rimes lui vaudrait le titre, peu commun chez nous, de « poète de profession ».

  • 3 L’Âge de sang, Paris, Alphonse Lemerre, 1921, 246 p. (voir supra, p. 233-243) ; Les Prédestinés, Mo (...)
  • 4 Sur la borne pensive. L’Écrin de Pandore ne paraîtra qu’en 1952 : à Paris, chez Alphonse Lemerre.

13Débutant en 1912 par Les Blessures, que publia Lemerre, il a produit successivement quatre autres recueils : L’Âge de sang, Les Prédestinés, L’Ombre dans le miroir et La Flamme ardente3. Deux autres entièrement achevés : Sur la borne pensive et Les Enracinés4, verront prochainement jour.

14C’est assez dire l’attrait profond de Jean Charbonneau pour la muse et la somme de veilles qu’il lui a vouée.

15Son inspiration est avant tout lyrique, quoi qu’elle se puise au fonds d’une pensée réfléchie et grave. Soit qu’il interroge la nature en ses modes changeants, soit qu’il dégage les symboles de l’histoire et de la légende, soit qu’il creuse les domaines de l’idée pure, c’est à travers le sentiment, l’image, que se projettent ses conceptions.

16Elles émanent une lueur irisée, flottante, qui est celle de son rêve et de sa mélancolie. Il ne vise pas à l’ordre serré, à la concision absolue, à ce qui est dans l’expression fixé et inflexible : — son charme est celui de visions errantes et de rythmes berceurs, accordés aux aspects fluides et fugaces de l’univers. Les sentiers de l’âme et ceux des objets s’y rejoignent et s’y croisent : l’esprit se laisse guider à leurs méandres sans songer au but incertain.

17Il circule dans ces strophes, par jets et par éclairs, des idées élevées, des tableaux gracieux ou émouvants, des impressions vives, des maximes d’une sagesse souvent désenchantée. Par ces qualités de substance, Jean Charbonneau se démontre vraiment poète et honore l’École studieuse dont il fut l’initiateur.

18Il ajoute à nos thèmes d’inspiration un mode personnel, une manière.

19Comme il cite, au cours de ces pages, les confrères auxquels il fut associé, il semble juste d’inscrire ici deux extraits de ses œuvres qui en révèlent les traits saillants : l’un disant les effluves ardents des renouveaux ; l’autre, l’assoupissement que verse à l’âme l’ombre narcotique des soirs :

RÉSURRECTION
Un matin lumineux que dore le soleil
Se lève fièrement sur les plaines du monde,
Prodigue sa clarté réconfortante et blonde,
Sa force inépuisable et son éclat vermeil.
Saison nouvelle ! Ah ! comme mai, dans son ivresse,
Est avide de vivre et reprend sa verdeur !
Combien à se vêtir de mousse il met d’ardeur
Avant que le bourgeon des arbres apparaisse,
Présage de la fin du rude hiver ! Les soirs
Sont devenus plus longs, plus calmes ; et les heures,
En entourant les toits connus de nos demeures,
Font tomber des parfums de leurs lourds encensoirs.
La source a retrouvé ses chansons printanières ;
De partout, dans les champs, c’est le réveil des voix.
L’ombre des feuillaisons enveloppe les bois ;
Un suc vital profite aux jeunes pépinières,
Et l’oiseau, revenant de loin, refait son nid.
Dans les guérêts, dans les buissons, dans les allées,
Dans les fleurs des jardins, dans l’herbe des vallées,
C’est un hymne qui passe à travers l’infini !
Résurrection ! Joyeuse extase de revivre !
Rayons trois fois heureux qui réchauffent les champs !
Rythmes des frais matins, lumières des couchants !
Sèves, neuves couleurs dont l’univers s’enivre !
Triompher de la mort et provoquer le temps !
Reprendre le chemin dont les hivers voraces
Avaient derrière nous comblé les longues traces !
Retrouver, qui semblaient perdus, les beaux instants
Qui rehaussent le rêve et divinisent l’être !
Monter vers les monts bleus et vers l’horizon clair !
Sentir battre son sang et frissonner sa chair !
Marcher vers l’avenir renouvelé : Renaître !
(La Flamme ardente)

PENSÉE, ENDORMEZ-VOUS !
Pensée, endormez-vous, ne vous réveillez pas.
Tout repose et plus rien ne s’entend sur la route :
Un rustique bouquet se fane entre vos bras ;
Votre souffle est léger, et, muet, je l’écoute.

À quoi rêvez-vous donc en ce soir souverain ?
Une pâle lueur vous baigne de son charme.
Peut-être évoquez-vous le dard d’un vieux chagrin :
Sur l’une de ces fleurs on dirait une larme.

L’heure se sublimise en sa tranquillité ;
Le silence devient comme un très pur symbole.
Je reste devant vous, ô ma divinité,
Attentif, immobile et sans une parole.

Quelques rayons de lune éclairent vos cheveux ;
Votre bouche, tantôt qui paraissait fermée,
Semble à présent vouloir exhaler des aveux.
Me parlez-vous, me parlez-vous, ô bien-aimée ?

Mais non : vous n’êtes plus qu’une ombre dans le soir ;
Le mystère vous a chastement enlacée.
Vous vous taisez ; je viens auprès de vous m’asseoir...
Dormez, reposez-vous de vivre, ô ma Pensée !

20On peut s’attendre, après ces lignes, à voir l’auteur traiter de son École en philosophe et en poète au moins autant qu’en simple narrateur. Ces études, à côté de leur part d’histoire et de critique, sont des analyses d’âme et des essais de théories. D’aucuns pourraient vouloir une méthode plus physique, mais alors l’analyste ne serait plus Jean Charbonneau.

21Il faut d’avance accepter le genre : les réflexions abstraites, les thèses psychologiques, suivant et commentant les faits. Les biographies sont à la mode : pourquoi pas les mémoires quintessenciés ?

Notes de fin

1 « Préface », dans Jean Charbonneau, L’École littéraire de Montréal, ses origines, ses animateurs, ses influences, Montréal, Éditions Albert Lévesque, 1935, p. 7-13.

2 Voir supra, p. 383-398, et ENSO, p. 103-105.

3 L’Âge de sang, Paris, Alphonse Lemerre, 1921, 246 p. (voir supra, p. 233-243) ; Les Prédestinés, Montréal, Beauchemin, 1923, 223 p. ; L’Ombre dans le miroir, Montréal, Beauchemin, 1928, 240 p. ; La Flamme ardente, Montréal, Beauchemin, 1928, 240 p.

4 Sur la borne pensive. L’Écrin de Pandore ne paraîtra qu’en 1952 : à Paris, chez Alphonse Lemerre.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter