Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

La Nation canadienne-française par Albert Lévesque1

Texte intégral

  • 1 « La Nation canadienne-française par Albert Lévesque », L’Avenir du Nord, 13 juillet 1934, p. 1 ; G (...)
  • 2 Albert Lévesque, La Nation canadienne-française : son existence, ses droits, ses devoirs, Montréal, (...)

1M. Albert Lévesque, en écrivant cette thèse patriotique2, a fait une œuvre de haute et claire logique, servant de base à un exposé magistral des devoirs qui s’imposent à la race canadienne-française. Reprenant à leur source même les principes qui démontrent notre existence comme nation distincte, il établit que nos origines ancestrales, notre langue, nos souvenirs, les traits intimes de notre caractère et les marques de notre passé, nous séparent nettement des autres nationalités qui se partagent notre immense pays. En ce fait évident de notre autonomie ethnique, il voit ajuste titre un droit primordial à vivre, celui que possède tout être, unique ou collectif, à rester ce qu’il est, à se développer selon les lois de sa nature. Il passe de là à l’examen de nos droits positifs, ceux que nous garantissent les traités, les lois établies, la constitution même sous laquelle nous vivons : et il n’a nulle peine à prouver que ces documents reconnaissent le Canada français comme partie intégrante d’une fédération politique, mais n’exigent à aucun degré sa fusion dans un tout compact. L’existence séparée d’une province toute française, gardant le droit de se gouverner, et exerçant en maint domaine une autorité propre, indépendante du pouvoir central, consacre à elle seule la notion de son entité positive et lui assure le plein jeu d’une évolution librement choisie. Notre langue française elle-même est proclamée officielle dans l’État canadien : et rien mieux que ce privilège ne démontre le but de notre pacte fédératif : Joindre en une association étroite deux races autrefois ennemies, par l’égalité reconnue entre elles, par le respect de leurs différences natives et l’essor sans entrave de leurs tendances légitimes.

2Ceci posé, y a-t-il une raison au monde pour que les Canadiens français abandonnent de plein gré ce qui les a faits jusqu’ici un groupe national distinct ; pour que, par l’accident de leur naissance américaine et de leur société avec d’autres races, ils oublient le sang de leurs mères et de leurs aïeux, leurs droits de premiers occupants de cette terre qu’ils habitent, la langue qu’ils ont si longtemps défendue, que leurs enfants balbutient au berceau et récitent à l’école, qui leur a servi de tout temps à exprimer leur âme ? Y a-t-il dans l’intelligence, la moralité, le niveau humain, le progrès social, la civilisation réelle d’un Français du Québec quoi que ce soit d’inférieur aux autres éléments qui l’entourent, pour qu’il souhaite de s’y fondre et de disparaître ? Croit-il qu’il gagnerait en valeur vraie, en dignité, à n’être qu’une des roues de l’engrenage anglo-saxon, un des boulons d’un gratte-ciel sur le modèle yankee, une fourmi comme une autre dans la cohue hétéroclite qui a envahi nos rives même, et où se perd de plus en plus toute notion d’unité, de solidarité et de commune sympathie ? Sa langue française peut n’être pas parfaite, mais le bel avantage de l’échanger pour un jargon de New York ou de Chicago ! Peut-il se mépriser au point de ne pas voir que son histoire, sa survivance, sa vitalité forte, ses traditions gardées, bref son type tel qu’il est, attirent l’admiration du monde ? Et de lui-même il renierait tout ! il se vouerait à l’anéantissement sans l’excuse même de pressions immédiates, de persécutions violentes, simplement par paresse à fournir l’effort nécessaire à qui veut durer ! On conçoit à peine l’état d’âme qui chercherait un tel suicide. Aussi j’avoue qu’à première vue la démonstration de M. Lévesque m’avait paru presque trop complète. Je me demandais si cet assaut d’arguments serrés, ordonnés, scolastiques, répondait à un vrai besoin ; s’il y avait chez nous des théoriciens du lâchage qu’il fut si urgent de réfuter. Mes compatriotes, me disais-je, qui pèchent en ce point ne le font que par nonchalance : ils ont besoin d’être exhortés, non d’être convertis. Je me trompais évidemment, car au moins quelques-uns des nôtres font du défaitisme une doctrine, et voudraient nous voir, comme ils disent, cesser d’être Canadiens français pour devenir « Canadiens tout court ». Or jamais formule ambiguë, et en apparence anodine, n’a recelé plus d’équivoque, de sophisme et de danger. Si l’on nous demandait, au-delà de notre patrie prochaine, de porter intérêt à notre organisme plus large, de nous considérer comme en faisant partie et de coopérer à son progrès, à sa grandeur, il n’y aurait rien là que de légitime. Si l’on nous réclamait, en des cas d’importance vitale, des sacrifices pour le bien collectif, passe encore. Et que fait donc la province de Québec en déléguant ses députés aux conseils fédéraux, en portant sa très large part des charges publiques, en sachant au besoin envoyer ses fils à la mort pour la défense commune ?

3Voudrait-on, au surplus, y mettre du sentiment, nous échauffer d’un second patriotisme, qu’il faudrait le permettre à qui cela plairait : bien qu’à vrai dire je me voie mal délirant sur le lac Huron et les Montagnes Rocheuses, aimant d’amour les fermiers d’Alberta, les orangistes d’Ontario, les travaillistes, les Doukhobors : — n’est-ce pas assez que tous ces gens, qui ont si peu en commun avec nous, s’arrangent chez eux et qu’ils nous laissent tranquilles ? Et notre pays est si vaste qu’en chérir une partie, celle où nous vivons, c’est déjà assez pour remplir un cœur.

4Mais « Canadiens tout court », cela veut dire bien davantage. En opposant cette épithète à celle de « Canadiens-français », ce qu’on évoque, ce sont des Canadiens avec le français amputé. On veut nous voir jeter par-dessus bord ce que la nature et l’histoire ont mis de caractéristique en nous pour nous fondre en la masse gélatineuse de vingt races mijotant ensemble : on nous défend tout idéal qui tranche sur leur idéal incertain ; on subordonne nos intérêts à ceux qu’ils veulent se donner ; on invite l’amalgame de nos familles aux leurs, consacrant un futur hybride ; on nous prépare au naufrage de notre langue, qui n’est qu’un obstacle à la fusion. Et dans cette amnésie où s’oblitère notre identité doit sombrer forcément l’attachement au sol et la fierté des souvenirs ; nous ne sommes plus qu’une troupe sans nom dans l’armée vague des « Canadiens » recrutés des quatre coins du globe et marchant où, vers quoi qui nous force à les suivre ? Et sont-ils eux, du moins, des « Canadiens tout court », quand on les trouve en toute circonstance âprement soucieux de leurs intérêts circonscrits, et quand, à notre égard, ils ne perdent pas une occasion d’exhiber leur hostilité et leur malveillance ?

5Qu’on ne dise pas que c’est là fausser le sens de l’étiquette nouvelle, qu’elle n’implique pas des suites si graves. Si elle ne veut pas dire, ou n’entraîne pas d’elle-même, exactement cela, alors elle ne signifie absolument rien ; on ne peut concevoir en quoi elle ait la moindre raison d’être. Si l’on peut rester à la fois bon Canadien et Canadien-français, pourquoi rien « écourter », et pourquoi ne pas être simplement l’un et l’autre ?

6M. Lévesque s’oppose à toute humilité, à tout effacement bénévole, qui nous détruirait comme nation. Il veut que notre race française et canadienne garde sa sève propre et sa cohésion ; qu’ayant des droits certains, elle les maintienne et les défende. C’est à quoi se résument les « devoirs » qu’il nous trace, et dont aucun ne dépasse la justice et le sens commun. Seul ce mot de devoir semble superflu : notre raison, notre instinct de vivre, et la conscience d’une valeur égale à celle d’autrui, devraient suffire à nous guider. Rester ce que nous sommes, n’ayant aucun motif de nous muer en quoi que ce soit ; insister pour qu’on nous respecte en respectant les autres ; offrir à tout empiétement de solides, d’obstinés barrages ; accepter les luttes nécessaires sans avoir provoqué personne ; quoi de plus rationnel et de moins excessif, de moins logiquement discutable ?

  • 3 Voir Alfred DesRochers, « La nation canadienne-française. Son existence, ses droits, ses devoirs », (...)
  • 4 La deuxième édition (1930) d’À l’ombre de l’Orford et Paragraphes (1931) ont paru à la Librairie d’ (...)

7Que ce soit notre ami Alfred DesRochers3 qui se soit fait le porte-voix de l’attitude contraire, cela m’a surpris quelque peu sans m’indigner très fort. Car M. DesRochers, qui est un excellent poète, a l’attrait presque irrésistible de jouer avec les idées. On dirait qu’il les prend pour des espèces de quilles destinées avant tout à l’amusement des humains. Il s’empresse partout où se trouve un paradoxe à soutenir. Le paradoxe, pour lui, c’est comme un exercice lyrique, une métaphore entre les autres. On le voit bien aux arguments dont il appuie sa nouvelle boutade, et qui sont tous plus fantaisistes qu’aucune strophe qu’il ait rimée. Dire qu’il niait jadis, à mon encontre, qu’en un de ses romans M. Harry Bernard eût poussé trop loin sa peinture de l’opposition des races ! Il voudrait maintenant que ces races n’en fissent qu’une ! Tout cela c’est histoire d’alimenter la causerie. Seulement songe-t-il assez que ces voltiges parfois peuvent exercer des influences fâcheuses ? Il y a tant de gens qui prennent tout au sérieux ! Malgré tout il ne nous prêche pas le nivellement des provinces, qui nous ferait d’emblée les fils d’un « Canada tout court » ; s’il veut célébrer une montagne c’est l’Orford qu’il choisit ; il s’enivre du vent du nord qui vient des Laurentides et exalte les vertus mâles de ses aïeux les DesRochers ; il écrit des livres en français, et M. Lévesque les édite4. Par là ils servent tous les deux la permanence de notre race, qu’ils souhaitent au fond l’un comme l’autre. Seulement, l’un des deux est conséquent avec lui-même.

***

Le 19 juillet 1934, Dantin écrivait à DesRochers : « Je vous ai adressé mon article de L’Avenir, et vous avez pu y voir expliquée et développée ma pensée sur la thèse d’Albert Lévesque, à laquelle je ne reproche qu’une chose, son caractère trop scolastique, mais dont j’approuve toutes les idées et toutes les conclusions. Il paraît maintenant que ni lui ni moi ne vous avons compris ; mais mon article prévoyait même cette réplique. Ne trouvez-vous pas un peu étrange qu’avec une intelligence moyenne et la meilleure volonté du monde on ne réussisse à comprendre ni le sens exact de votre formule ni les arguments dont vous l’appuyez ? Je relis maintenant votre lettre, et, Dieu me pardonne, tout est encore obscur. Vous voulez être Canadien tout court, mais d’expression “simili-française”. Et d’abord, pourquoi simili-française ? Est-ce le français, oui ou non, que vous écrivez et que vous voulez voir enseigné chez nous ? Alors, pourquoi pas “d’expression française” ? Et en cela vous manquez déjà, notez-le, à être Canadien tout court, car la langue de la grande majorité des Canadiens, c’est l’anglais, et le seul fait que vous parlez la langue française suffit déjà à vous séparer, à vous classer comme “Canadien-français”. Mais si la langue doit être le seul vestige que nous conservions de notre origine, de notre race, de notre histoire, de notre mentalité française : alors pourquoi garder la langue ? C’est tout simplement un anachronisme et un embarras. Jetons-la par-dessus bord avec le reste, et alors nous serons splendidement “Canadiens tout court”. Si au contraire la langue n’est qu’un [illisible], que le signe [illisible] d’un sang, d’une race, d’un caractère spirituel qui s’est fixé au cours de longs siècles et qui nous a été transmis, alors avec la langue, gardons ce que la langue exprime, et ne cherchons pas à nous transformer en Anglo-Saxons, comme si nous devions y gagner quelque chose, comme si nous devions jamais porter avec grâce cet affublement étranger. Votre exemple delà Belgique ne pouvait être plus mal choisi, car aucun pays ne marque une démarcation plus nette entre les deux races qui l’habitent. Vous avez sûrement suivi la lutte acharnée des Flamands pour accaparer l’enseignement du pays et faire prédominer leur langue, lutte qui, pendant la guerre, a failli les tourner vers l’Allemagne. En Belgique, où j’ai vécu quatre ans, Flamands et Wallons se haïssent : ils occupent chacun leur coin de pays qu’ils disputent sauvagement à l’autre : — je n’en demande certes pas autant pour le Canada. Il en est de même en Suisse, où il y a la Suisse “romande”, la Suisse italienne et la Suisse allemande ; et, grâce à l’autonomie des Cantons, chacun de ces groupes forme pratiquement une nation à part, liée aux autres par un système fédératif qui ressemble beaucoup au nôtre ; — et personne là-bas ne sent le besoin d’être un “Suisse tout court”. Ce que vous semblez oublier, c’est que notre pays n’est pas un pays homogène : que la division en provinces est un fait essentiel de notre régime, et légitime des fins, des méthodes, des intérêts, un esprit particulier et différent de celui des autres provinces, sans que l’unité du pays en soit compromise. Il n’y a pas de Canada tout court ; il y a des provinces distinctes et en bonne partie autonomes formant le Canada : alors pourquoi y aurait-il des “Canadiens tout court” ? [illisible] que puisse avoir cette formule c’est que nous, Canadiens-français, qui sommes la province de Québec, préférions émigrer d’esprit et de cœur dans l’Ontario, la Saskatchewan ou la Colombie-Britannique, au lieu de rester chez nous et d’être de chez nous, comme ces autres provinces le font si bien. “Votre façon de réagir, dites-vous, ce n’est pas d’exhumer des documents, mais d’imposer le français par des faits.” Mais ces documents ne s’exhument que pour conduire aux faits ! Ils sont la base logique et juridique des faits passés de notre survivance et de ceux de notre progrès futur. Lévesque ne fait qu’une chose : nous pousser vers des actes de réveil intellectuel, de résistance nationale, qui sont des faits, n’est-ce pas ? Et vous, que nous conseillez-vous ? D’amputer jusqu’à notre nom, et d’[enrayer] tout effort pour maintenir notre existence distincte : — belle façon, en vérité, de réagir ! Vous revenez tout le temps sur le peu d’énergie que les nôtres ont manifestée pour leur défense : si nous avons perdu du terrain, c’est notre faute, etc. Et on croit que, naturellement, vous allez nous dire : halte-là ! c’est assez descendu. Mais non, la conclusion, c’est qu’il faut descendre jusqu’au bout : quelle logique !... Cinquante millions de fautes nationales commises ne rendent que plus impératifs les arguments, les exhortations de Lévesque, qui croit encore possible que nous sortions de notre pétrin. Vous, tout ce que vous voulez, c’est fermer le couvercle !... Mais vous allez, dites-vous, définir clairement ce que vous entendez par « Canadiens tout court ». Nous serons Canadiens et les autres seront Canadians. Mais si je veux parler d’eux dans ma langue française, comment les appellerai-je ? Et si eux veulent désigner les habitants du Québec, d’origine et de langue française, comment les appelleront-ils ? Les mots sont faits pour désigner les choses, et la façon la plus simple, la plus claire de décrire un Canadien qui est français de race et de langage, sera toujours de dire que c’est un Canadien-français. Pourquoi embrouiller tout cela, et ajouter à une confusion linguistique l’équivoque bien plus grave qui porte sur le fond même des choses ?

Et avec ça, vous voudriez qu’il y eût des boycottes sur les produits présentés en anglais, et même sur ceux annoncés en français qui viennent de fabricants d’Ontario. Vous voulez boycotter même la monnaie à l’effigie anglaise. Et ce serait là, selon vous, être “Canadien tout court” ? Voyons, pouvez-vous nous blâmer, cher ami, de ne pas vous comprendre ?... Et comment allez-vous arriver à rendre tout ça clair ?

J’admets pourtant une nuance dans cette question qui pourrait peut-être tout concilier. Au lieu de parler d’une nation canadienne-française, si l’on parlait d’une province canadienne-française ayant en pratique le caractère et les droits d’une nation, cette phraséologie vous irait-elle mieux ? Mais cela nous laisserait citoyens de notre province avant de l’être du Canada : — et alors, cette nouvelle formule ?...

Vous savez, sans que je vous le dise, que j’écris tout ceci dans l’esprit le plus amical... »

Il semble que DesRochers n’ait apprécié ni cette lettre ni le passage le concernant dans l’article de Dantin, car sa correspondance, jusque-là régulière, se fera plutôt rare. Dantin ne devait recevoir de ses nouvelles que vers la fin de novembre et, lui aussi, devant le silence inhabituel de son ami, s’était mis à craindre que son rôle dans la polémique avec Lévesque ne l’ait « mécontenté » : « Mais je vois bien que vous avez pris tout cela dans le même esprit amical que j’y mettais moi-même, et cette largeur de votre part ajoute un nouveau point à mon estime pour vous », lui écrit-il le 24 novembre 1934. DesRochers ne donna aucun signe de vie pendant deux ans. C’est une carte de Noël de Dantin, le 23 décembre 1938, qui relancera leur correspondance pendant l’année 1939, puis ce sera le silence définitif.

Notes de fin

1 « La Nation canadienne-française par Albert Lévesque », L’Avenir du Nord, 13 juillet 1934, p. 1 ; Gloses critiques, t. II, p. 135-142.

2 Albert Lévesque, La Nation canadienne-française : son existence, ses droits, ses devoirs, Montréal, Éditions Albert Lévesque, 1934, 161 p. Albert Lévesque (1900-1979) fonde, en 1924, la Librairie d’Action canadienne-française, où il cumulera jusqu’en février 1937 la double tâche de libraire et d’éditeur. Il publiera notamment Gloses critiques (1931 et 1935) et Poètes de l’Amérique française (1934), La Vie en rêve (1930), Le Coffret de Crusoé (1932), Contes de Noël (1936) et L’Invitée (1936) de Louis Dantin.

3 Voir Alfred DesRochers, « La nation canadienne-française. Son existence, ses droits, ses devoirs », La Tribune, 16 juin 1934, p. 4, et la réponse d’Albert Lévesque : « La nation canadienne-française, MM. Lévesque et DesRochers ne s’entendent pas encore », La Tribune, 23 juin 1934, p. 4. Claude-Henri Grignon, quant à lui, jugeait l’ouvrage de Lévesque « ridicule, mal composé et mal écrit : pâté indigeste de tous les restes tombés de la table d’un Montpetit, d’un Garneau, d’un Canadien passé et à venir ». Il accusait Dantin de « s’aplatir » devant l’auteur et de « vanter » son livre par simple intérêt, parce que Lévesque était son éditeur (« Notes pour un article », ANQ, fonds Claude-Henri Grignon, archives inédites).

4 La deuxième édition (1930) d’À l’ombre de l’Orford et Paragraphes (1931) ont paru à la Librairie d’Action canadienne-française.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540