Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le modèle ludique

 | 
Francine Ferland

Annexe 3. L’entrevue initiale avec les parents (EIP) portant sur le comportement ludique de leur enfant

Protocole d’évaluation et procédure d’administration

Texte intégral

Entrevue initiale avec les parents (eip) portant sur le comportement ludique de leur enfant (Ferland, version 2)

1NOM DE L’ENFANT :

âge de l’enfant

année

mois

jour

date(s) de l’évaluation

date de naissance

âge de l’enfant

1. À quoi votre enfant est-il particulièrement attentif ?

2. a) Comment votre enfant s’exprime-t-il ?

b) En général, comment vous faites-vous comprendre de votre enfant ?

3. Les éléments suivants suscitent-ils l’intérêt de votre enfant ?

4. Matériel de jeu

1 : oui

2 : non

3 : n.d (non disponible)

5. Caractéristiques de son jeu

1 : oui

2 : non

n.s.p. : ne sait pas

6. Synthèse des intérêts de l’enfant

quelle est son activité préférée ?

quelle est l’activité qu’il aime le moins ?

quelles sont ses positions préférées pour jouer ?

7. Partenaires de jeu habituels et préférés

8. Attitude de jeu

0 : pas du tout

1 : occasionnellement

2 : tout à fait

Procédure d’administration

Objet de l’entrevue avec les parents

2L’entrevue initiale avec les parents a pour but de connaître le comportement ludique de leur enfant à la maison ; on recherche ce qui intéresse l’enfant, sa façon de communiquer, ce qu’il aime, ce qu’il n’aime pas, le matériel de jeu connu et utilisé, certaines caractéristiques de son jeu, ses partenaires de jeu et son attitude ludique. Grâce à ces renseignements, recueillis préalablement à l’évaluation de l’enfant, l’ergothérapeute aura une connaissance personnalisée de l’enfant avant de le rencontrer, ce qui favorisera une approche individualisée. De plus, il pourra ainsi mieux comprendre certaines réactions de l’enfant à l’évaluation et saura si le comportement observé est le même que celui qu’on constate à la maison. Enfin, les réponse à certaines questions apportent des informations complémentaires qu’il nous serait difficile d’obtenir à l’évaluation ; par exemple, les réactions à la nourriture et aux éléments, les codes de communication particuliers.

Présentation de l’entrevue

3Il conviendrait que les deux parents soient présents à l’entrevue. Cependant, l’entrevue peut être menée avec un seul des deux parents, ou même avec une autre personne connaissant très bien l’enfant au quotidien. En donnant rendez-vous à ces personnes, on doit expliquer clairement l’objet de la rencontre. Il importe de préciser les points suivants :

  1. On désire savoir ce qui intéresse l’enfant, comment il réagit chez lui, comment il joue, avec qui, ce qu’il aime, ce qu’il n’aime pas.

  2. Ces informations nous permettront de mieux connaître et comprendre l’enfant et d’individualiser notre approche.

  3. C’est donc à leur expertise parentale qu’on fait appel.

4L’entrevue repose sur des questions déjà formulées. Pour les questions 3 et 8, des cartons précisant les possibilités de réponses sont présentés aux parents pour qu’ils aient sous les yeux le choix offert. L’ergothérapeute remplit le questionnaire à partir des réponses des parents et indique les précisions apportées par ceux-ci. L’attitude de l’ergothérapeute est chaleureuse et compréhensive. Par exemple, si l’enfant a une déficience physique grave, avant même de poser les questions relatives aux sentiments, l’ergothérapeute précisera aux parents qu’il est possible que pour certains des sentiments énumérés il soit difficile de répondre : étant donné les difficultés de l’enfant, il n’est pas toujours facile de bien comprendre ce que celui-ci veut exprimer. L’ergothérapeute évitera tout commentaire comportant un élément moralisateur : on veut connaître l’enfant et on considère les parents comme des alliés importants. À nous d’établir une véritable collaboration avec eux.

5Toutes les questions concernent l’enfant et non pas l’action des parents. De plus, dans la séquence des questions, on a tenté de moduler les difficultés qu’elles peuvent représenter pour les parents. Ainsi, ce n’est que vers la fin qu’on s’informe en question ouverte sur les activités que l’enfant aime le plus et qu’il aime le moins, ainsi que sur les caractéristiques de son attitude de jeu. Venant après les autres questions, celles-ci seront plus faciles.

Informations générales

• Frère/sœur

6Combien de frères et sœurs l’enfant a-t-il et quel âge ont-ils ?

• Fréquentation d’une garderie

7Si l’enfant est gardé à l’extérieur, précisez s’il s’agit de garde en milieu familial ou de garderie de quartier, à quelle fréquence (deux ou cinq jours par semaine), depuis combien de temps.

• Origine ethnique

8De quel pays les parents sont-ils originaires ?

• Répondant

9Si le répondant n’est ni le père ni la mère, précisez le lien de cette personne avec l’enfant (grand-mère, gardienne)

• Durée de l’entrevue

10La durée de l’entrevue peut varier selon l’âge et selon la condition physique de l’enfant. En général, elle exige de 30 à 45 minutes.

1. À quoi votre enfant est-il particulièrement attentif ?

11(Cochez tous les éléments qui suscitent un intérêt marqué chez l’enfant et précisez-les.)

12On lit la question en indiquant que l’on souhaite savoir ce qui intéresse le plus l’enfant et en donnant quelques exemples figurant dans la liste. Puis, on reprend chaque élément en cochant les éléments pertinents. Pour chacun de ceux-ci, on tente d’apporter des précisions (p. ex. : type de livre, d’histoire, chanson particulière ou personnage précis). Si le répondant retient tous les premiers éléments, on précise à nouveau que l’on veut savoir ce qui intéresse l’enfant de façon particulière.

13Considérant les deux derniers éléments de cette question, on recherche d’abord toute activité ou geste que l’enfant répète à plaisir comme un jeu (p. ex. : vider une armoire, ouvrir une porte). Puis, avec le dernier élément, on tente de vérifier si l’enfant manifeste un intérêt particulier pour autre chose : ce peut être, à titre d’exemple, une fascination pour la lumière, pour le téléviseur ou l’ordinateur.

2. a. Comment votre enfant s’exprime-t-il ?

14On demande aux parents de nous décrire comment l’enfant communique tel besoin ou sentiment. On choisit la note qui correspond à leur description.

o : aucune expression

1 : expression du visage

2 : gestes

3 : sons/cris

4 : mots/phrases

n.s.p. : ne sait pas

15La cote o signifie que l’enfant n’a jamais exprimé ce sentiment, alors que certaines occasions auraient été susceptibles de le susciter. Par ailleurs, la cote « n.s.p. » n’est attribuée que dans le cas où le répondant a l’impression que l’enfant a déjà exprimé le sentiment en question, mais ne saurait dire comment.

16En général, l’enfant exprime-t-il ses besoins et sentiments par l’expression de son visage (yeux, sourire, grimaces), par des gestes (repousse les objets, tend les bras, pointe le doigt), par des cris, des sons (pleure, rit) ou verbalement (mots/phrases) ? La notation se veut cumulative ; ainsi, l’enfant qui s’exprime par des grimaces, des mouvements des bras et des cris sera coté 3 ; celui qui ne s’exprime que par l’expression du visage et par des gestes recevra la cote 2. À partir de la description des parents, on vérifie si on a bien compris en suggérant la cote qui caractérise le mieux la description.

Besoins

• Physiologiques

17Quand il a faim, soif, sommeil, envie d’uriner.

• D’attention

18Quand il veut qu’on le regarde, qu’on s’occupe de lui.

• De sécurité

19Quand il est craintif, anxieux.

Intérêts

20Comment fait-il savoir ce qui l’intéresse, ce qu’il aime, ce qu’il veut faire ?

Sentiments

• Plaisir

21Quand il a du plaisir, qu’il aime ce qu’il fait.

• Déplaisir

22Quand il n’aime pas quelque chose, qu’il n’apprécie pas une situation.

• Tristesse

23Quand il a du chagrin, qu’il s’ennuie.

• Colère

24Quand il est irrité, faché.

• Peur

25Comment exprime-t-il sa peur, par exemple face à des bruits étranges, des personnes ou des situations inconnues ?

2. b. En général, comment vous faites-vous comprendre de votre enfant ?

26On veut connaître ici le principal mode de communication du parent avec l’enfant. Est-ce surtout par l’expression du visage, par des démonstrations et des gestes, par des mots ou par des explications verbales ? Comme pour l’enfant, cette cote est cumulative. Par exemple, si le répondant utilise des gestes et des mots, on notera 3.

• Codes de communication particuliers (précisez)

27Il peut arriver que, dans la famille, certains codes de communication particuliers aient cours, un certain geste ou son ayant telle signification particulière. On s’en informe et on note.

3. Les éléments suivants suscitent-ils l’intérêt de votre enfant ?

Intérêt
0 : aucun intérêt (l’enfant semble indifférent)
1 : intérêt moyen (l’enfant exprime un intérêt plus ou moins marqué)
2 :
intérêt marqué (l’enfant manifeste un intérêt évident et
soutenu)
n.a. : non applicable (si l’enfant n’a jamais expérimenté un des éléments mentionnés)

28On présente aux répondants un carton sur lequel sont inscrits les trois premières réponses. On utilisera la réponse « non applicable » seulement si le répondant, après réflexion, constate que l’enfant n’a jamais eu l’occasion d’expérimenter l’élément en question.

29N.B. La différence entre la note 1 et 2 réside dans l’intensité de l’intérêt. En général, quand un élément suscite un intérêt marqué chez l’enfant, le répondant n’hésitera pas puisque cet élément constitue en quelque sorte une caractéristique particulière de l’enfant.

30Commentaires : on note toute précision apportée par les parents (p. ex. : tel aliment précis, tel bruit particulier).

31Dans le cas où l’enfant réagit négativement à un des éléments, on note 0 et on explique la réaction dans l’espace réservé aux commentaires.

La nourriture

• Manger

32Est-il attiré par la nourriture ?

• Manger des aliments

33- salés

34Croustilles, arachides, plats salés

35- sucrés

36Gâteau, miel, biscuit, chocolat

37- en purée

38Purée de pommes de terre, de légumes, compotes de fruits

39- en morceaux

40Morceaux de fruits, de légumes, de viande, de fromage

41- froids

42Crème glacée, yogourt glacé

43- chauds

44Soupes, boissons chaudes

• Goûter à un nouvel aliment

45Manifeste-t-il un intérêt pour la nouveauté en matière de nourriture ?

Les textures

• Douces

46Flanelle, laine douce, fourrure

• Rugueuses

47Barbe, vêtement ou laine rugueuse

Les éléments tels que

• La neige

48Recevoir de la neige sur le visage, toucher la neige

• Le sable

49S’asseoir dans le sable, le toucher

• L’eau

50Jouer dans l’eau, prendre un bain, une douche, aller à la piscine

• L’herbe

51Toucher et sentir l’herbe sous lui, se déplacer pieds nus dans l’herbe

Les odeurs

52Fleurs, produits de nettoyage, odeurs de cuisine, savon, parfums

Être touché/caressé

53Au moment du bain, de l’habillage ? Aime-t-il qu’on le caresse ?

Être remué ou se mouvoir dans l’espace

54Aime-t-il qu’on le berce, le balance, aime-t-il se balancer, glisser ?

Les bruits

55Aspirateur, sonnette de la porte, téléphone, avion

4. Matériel de jeu

56On veut savoir ici quel est le matériel de jeu connu de l’enfant et utilisé par lui : indirectement, on apprend de quel matériel l’enfant dispose dans son milieu de vie. On pose la question et on donne des exemples pour faciliter la tâche des parents.

57Pour chacun des éléments, on précisera ce qu’est le matériel et si ce matériel n’est accessible qu’à l’extérieur de la maison (garderie, amis). Advenant qu’un certain type de matériel ne soit pas à la disposition de l’enfant, on notera alors « n.d. » (non disponible).

Votre enfant joue-t-il avec du matériel ?

• De textures différentes

58Bois, matière plastique, caoutchouc mousse, carton

• L’incitant à écouter

59Radio, mobile musical, hochet, musique

• L’incitant à regarder

60Livre, téléviseur

• L’incitant à imiter des situations courantes

61Téléphone, plat de cuisine

• L’incitant à imaginer

62Poupée, déguisement, personnages, pâte à modeler

• L’incitant à se déplacer

63Tricycle, marchette

• L’incitant à interagir avec les autres

64Ballon ou tout autre jeu nécessitant un partenaire

5. Caractéristiques du jeu de l’enfant

65On recherche ici certaines caractéristiques du jeu de l’enfant, c’est-à-dire ses intérêts et ses capacités ludiques. Les éléments recherchés concernent la répétition, l’utilisation du matériel de jeu, la créativité, la réaction à la nouveauté, les déplacements et le jeu à l’extérieur.

• Votre enfant aime-t-il répéter le même jeu pour mieux le maîtriser ?

66La répétition permet à l’enfant d’enrichir son expérience et d’améliorer ses capacités. On doit vérifier qu’il ne s’agit pas de répétition obsessive ou de persévération : si tel était le cas, la réponse devient « non » et on précise pourquoi.

• Votre enfant aime-t-il avoir du nouveau matériel de jeu ?

67On veut connaître sa réaction à la nouveauté en regard du matériel de jeu : spontanément, manifeste-t-il de l’intérêt pour un nouveau jouet ou est-il hésitant ?

• Votre enfant aime-t-il se retrouver dans de nouveaux lieux ?

68On recherche ici sa réaction à la nouveauté en regard des lieux.

• Votre enfant aime-t-il aller à l’extérieur ?

69En plus d’en savoir davantage sur l’intérêt de l’enfant pour les activités extérieures, on aura aussi une idée de son expérience et de sa connaissance du monde extérieur (parc, cour) grâce aux précisions données par les parents.

• Votre enfant peut-il utiliser le matériel de jeu de la façon conventionnelle ?

70Peut-il l’utiliser pour sa fonction première (p. ex. : mélanger avec une cuiller, faire rouler un camion) ?

• Votre enfant peut-il imaginer de nouvelles façons d’utiliser le matériel de jeu ?

71Peut-il imaginer des usages différents aux objets ? Peut-il « faire semblant » (p. ex. : un bâton devient un micro ou une baguette magique, un plat renversé devient un tambour) ?

• Votre enfant peut-il se déplacer par ses propres moyens ?

72Peut-il se déplacer sans aide (humaine ou technique) sur de courtes distances ? L’enfant peut être en fauteuil roulant, mais on veut savoir s’il peut ramper ou se déplacer sur le postérieur sur de courtes distances.

6. Synthèse des intérêts de l’enfant

Quelle est son activité préférée ?

73L’activité la plus appréciée de l’enfant peut être une activité de jeu ou tout autre type d’activité. Ce peut être aussi une activité passive : regarder la télévision, regarder sa mère vaquer à ses activités.

Quelles est l’activité qu’il aime le moins ?

74L’activité la moins aimée de l’enfant peut aussi être une activité de jeu ou tout autre type d’activité. Ce pourrait être, par exemple, prendre son bain.

Quelles sont ses positions préférées pour jouer ?

75L’enfant préfère-t-il jouer couché sur le côté, à plat ventre, assis à la table, sur les genoux de sa mère ? On note les deux positions préférées.

7. Partenaires de jeu habituels et préférés et activités particulières associées à ces partenaires

76Pour cette question, on tentera de cerner les deux partenaires les plus souvent présents pour chacune des deux catégories et de vérifier si une activité spécifique est associée à ces partenaires (p. ex. : mère/histoire, père/balade en auto, ami plus âgé/jeu au parc).

Avec qui joue-t-il habituellement ?

77S’il joue avec d’autres enfants, sont-ils plus âgés ou plus jeunes que lui ? S’agit-il d’enfants qui ont aussi une déficience physique ?

Avec qui aime-t-il le mieux jouer ?

78Si ses partenaires préférés sont d’autres enfants, s’agit-il d’enfants plus âgés ou plus jeunes que lui ? S’agit-il d’enfants qui ont aussi une déficience physique ?

8. Attitude de jeu

79Il s’agit dans la première partie de la question 8 de caractériser l’attitude ludique de l’enfant. On posera chacune des sous-questions en ajoutant la caractéristique opposée pour aider le répondant à répondre (p. ex. : curieux/indifférent).

80On présente aux parents un carton sur lequel figurent les réponses possibles : pas du tout/occasionnellement/tout à fait.

Diriez-vous que votre enfant ?

• Est curieux

81De façon générale, votre enfant est-il plutôt curieux ou plutôt indifférent ?

• Prend des initiatives

82De façon générale, votre enfant prend-il des initiatives ou est-il plutôt à la remorque des autres ?

• A le sens de l’humour

83De façon générale, votre enfant saisit-il le côté drôle d’une situation, aimet-il rire, fait-il lui-même des blagues ?

• A du plaisir

84De façon générale, votre enfant semble-t-il avoir plutôt du plaisir ou, au contraire, semble-t-il plutôt subir les événements sans en retirer de plaisir particulier ?

• A le goût du défi

85De façon générale, votre enfant semble-t-il aimer tenter de nouvelles expériences, prendre des risques, relever des défis ?

• Est spontané

86De façon générale, votre enfant est-il spontané ou plutôt réservé ?

Ces comportements sont-ils encouragés dans votre famille ?

87La deuxième partie de la question 8 concerne l’attitude familiale à l’égard des caractéristiques précédentes. Dans la famille, encourage-t-on la curiosité, l’esprit d’initiative, le sens de l’humour, l’expression du plaisir, l’esprit de dépassement et la spontanéité de l’enfant ? On reprend alors chacune des caractéristiques et on demande aux parents de préciser si c’est pas du tout, occasionnellement ou tout à fait.

Horaire type

88Il s’agit ici de reproduire l’horaire type de l’enfant pendant une semaine. En général, que fait-il le matin, l’après-midi et en soirée ; les activités sontelles les mêmes durant la semaine et en fin de semaine ?

89Avez-vous des précisions ou commentaires à ajouter concernant les activités de jeu de votre enfant, ses intérêts, sa façon de réagir ?

90Par exemple, la présence de la grand-mère dans la vie quotidienne de l’enfant, une expérience particulière qu’aurait appréciée l’enfant (camp de vacances, voyage).

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540