Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le modèle ludique

 | 
Francine Ferland

Avant-propos

Texte intégral

1Le modèle ludique, qui a paru pour la première fois en 1994, en est aujourd’hui à sa troisième édition. Merci aux ergothérapeutes, aux professeurs et aux étudiants en ergothérapie de l’avoir aussi bien accueilli !

2La décision de procéder à une révision du modèle plutôt qu’à une simple réimpression de l’ouvrage s’est imposée pour différentes raisons, entre autres le dynamisme des recherches dont il a fait l’objet et le foisonnement de nouveaux écrits consacrés au rôle du jeu en ergothérapie.

  • 1 Ferland, F. (2001). Au-delà de la déficience physique ou intellectuelle, un enfant à découvrir. Mo (...)
  • 2 Ferland, F. (2002). Et si on jouait ? Le jeu chez l’enfant de la naissance à six ans. Montréal : É (...)

3En effet, depuis l’édition de 1998, plusieurs études ont porté tant sur les instruments d’évaluation, sur la validation du cadre conceptuel que sur l’efficacité du modèle ludique. Par ailleurs, deux nouveaux ouvrages s’inspirant de cette philosophie ont été publiés. Le premier1 s’adresse aux parents d’enfants qui présentent une déficience physique ou intellectuelle ; il a pour objet de les aider à découvrir leur enfant au-delà de ses limitations et à expérimenter du plaisir au quotidien avec lui. Le deuxième2 est destiné à tous les parents d’enfants d’âge préscolaire et il vise à leur faire voir la richesse extraordinaire du jeu dans la vie de leur enfant. Ces deux ouvrages viendront enrichir, d’une part, le chapitre concernant le travail avec les parents (chapitre 6) et, d’autre part, celui qui porte sur le jeu de l’enfant (chapitre 1).

4Aux sessions de formation consacrées au modèle ludique et offertes au Québec et en Europe, les questions et commentaires des participants ont permis de préciser certains passages ; par exemple, dans cette édition, on traite des réactions au modèle ludique venant des parents et des autres professionnels.

5Enfin, les publications portant sur le rôle du jeu en ergothérapie ont été nombreuses au cours des dernières années ; il fallait mettre à jour la bibliographie.

6Après toutes ces années, le modèle ludique m’apparaît toujours comme une façon d’aborder l’enfant qui, bien qu’elle ne prétende pas être universelle ni la meilleure, permet de respecter l’enfant pour ce qu’il est, un enfant, et de répondre à son besoin d’agir de la façon la plus appropriée qui soit, c’est-à-dire par le jeu.

7Quand un ouvrage est publié, chacun en tire ce qui lui convient. Certains appliqueront le modèle ludique intégralement, d’autres en retiendront surtout la philosophie et d’autres encore, les instruments d’évaluation. Ce modèle est maintenant vôtre ; à vous d’en déterminer l’utilisation dans votre pratique.

Remerciements

8Au cours des neuf dernières années, nombreuses furent les personnes qui stimulèrent ma réflexion et qui permirent au modèle ludique de conserver son dynamisme des premières heures.

9J’offre donc mes remerciements les plus chaleureux :

  • aux ergothérapeutes qui ont témoigné suffisamment d’intérêt pour le modèle ludique pour entreprendre des études supérieures sous ma direction : Linda Simard, Mylène Dufour, Véronique Masse, Julie Messier, Paulette Guitard et Marie-Noëlle Simard ;
  • aux ergothérapeutes qui ont suivi des sessions de formation consacrées au modèle ludique — que ce soit au Québec, en France, en Suisse, en Belgique ou en Argentine — et dont les questions et commentaires ont enrichi la présente édition ;
  • aux ergothérapeutes qui, dès le début, m’ont témoigné leur confiance et m’ont accordé leur appui et encouragement : Johanne Delisle, Adèle Morazain-Ledoux, Nathalie Valois, Micheline Saint-Jean.

10Enfin, la présente édition n’aurait pas vu le jour sans la patience et le soutien inconditionnel de mon époux.

Notes

1 Ferland, F. (2001). Au-delà de la déficience physique ou intellectuelle, un enfant à découvrir. Montréal : Éditions de l’Hôpital Sainte-Justine, 224 p.

2 Ferland, F. (2002). Et si on jouait ? Le jeu chez l’enfant de la naissance à six ans. Montréal : Éditions de l’Hôpital Sainte-Justine, 174 p.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540