Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

Une lettre de Louis Dantin1

Texte intégral

  • 1 « Une lettre de Louis Dantin », L’Avenir du Nord, 12 mai 1933, p. 1. Le texte de Dantin était précé (...)
  • 2 Raoul Dandurand, né en 1801, fut nommé au Sénat en 1898 ; il en devint le président en 1905. On lui (...)
  • 3 Issu d’une assemblée publique organisée par des étudiants, le 19 décembre 1932, pour protester cont (...)
  • 4 Mme Sinaï Lamarre, née Cécile Prévost. Son article portait sur Trois lettres manquent !, roman poli (...)
  • 5 Allusion à l’article de Claude-Henri Grignon intitulé « Trois lettres manquent », dans Le Canada (4 (...)

1Laissez-moi vous remercier de nous avoir offert, dans le dernier numéro de L’Avenir, deux splendides articles. L’un, la lettre du sénateur Dandurand2 aux Jeune-Canada3 expose et dénonce admirablement l’étroitesse du geste de ces fanatiques en herbe, au sujet des événements d’Allemagne, et pose la « question juive » sur le seul terrain où des hommes conscients de la fraternité humaine, et des chrétiens, puissent la placer. L’autre, la critique de Maryse4 sur le roman de Pierre Benjamin, est si intelligente, si fine, si bien dite qu’elle classe sans plus son auteur comme un juge de lettres avisé et subtil. Combien cette prose nous soulage des coups de massue sans choix et sans grâce que d’autres prennent pour de la critique5.

2Ses remarques sur la « bienveillance » prêtent sans doute à quelque équivoque. La bienveillance, comme elle le dit, n’est jamais un argument littéraire, ne doit pas s’invoquer pour excuser le faux, le nul, ne saurait tenir lieu de conscience et de goût ; elle a toutefois un rôle utile en disposant l’esprit à un examen sans passion, en lui faisant chercher les mérites d’une œuvre aussi bien que ses fautes, en écartant du blâme l’outrance, la grossièreté et l’insulte. Elle n’est alors qu’un élément de la justice et des égards qu’on doit à ses semblables. Elle introduit la sympathie dans l’analyse des œuvres et la politesse dans leur appréciation ; or sans la sympathie on ne pénètre rien à fond ; et sans la politesse, ma foi, on est mal élevé, que ce soit dans un salon ou dans une page. Maryse, j’en suis sûr, est bien de cet avis.

3Par ailleurs, sa théorie impressionniste a beaucoup de vrai ; elle reconnaît la diversité des genres, des modes, des mérites littéraires, et le droit du lecteur à ses goûts personnels, sous des lois esthétiques très larges. Elle condamne le dogmatisme qui voudrait tout réduire à des théories raides, et ce dédain absurde pour « l’œuvre moyenne », pour tout ce qui ne porte pas l’empreinte certifiée du génie. (Dieu sait pourtant que ces gens difficiles eux-mêmes ne produisent pas que des chefs-d’œuvre !) La littérature est le pain intellectuel de tous ; il est bon, il est nécessaire qu’elle s’adapte à la gradation des esprits.

4Comme il y a des livres pour les enfants, il en faut pour les adultes gradués de l’école primaire, pour les ouvriers, les commis, les ménagères et les vieilles filles. Ces livres exigeront du sens, de la tenue, une diction correcte, une vérité au moins élémentaire, mais pourront se passer de nouveauté brûlante et du style de Léon Bloy. La critique a pour but d’établir l’échelle des valeurs, de séparer l’excellent, le supérieur, du commun, du vulgaire, et par là de hausser le goût public. Elle ne doit se pâmer que devant les grandes œuvres ; mais elle n’a pas à s’indigner en présence du simple talent, qui occupe, après tout, toutes les avenues littéraires, ailleurs aussi bien que chez nous. Quand elle pratique la négation en bloc, le « tombage » continu, le découragement par système d’efforts sincères et méritoires, alors elle fait œuvre nuisible : elle se voue au rôle d’éteignoir, au lieu de rendre un service quelconque à la cause des lettres. Que Maryse continue à faire de la critique, en ne laissant jamais la bienveillance fausser son jugement, envahir ses verdicts, mais en mettant la bienveillance dans sa franchise même : elle aura trouvé le secret de guider et d’aider en même temps.

Notes de fin

1 « Une lettre de Louis Dantin », L’Avenir du Nord, 12 mai 1933, p. 1. Le texte de Dantin était précédé d’une note de la direction : « Notre directeur a reçu, ces jours-ci, de notre distingué collaborateur, M. Louis Dantin, une lettre personnelle que nous prenons sur nous de rendre publique. Son auteur, croyons-nous, ne nous en tiendra pas compte. Ce qui nous pousse à telle indiscrétion, le texte que nous reproduisons le révélera. Nous voulons cependant préciser notre but. Les éloges destinés à Maryse flattent autant le journal que sa collaboratrice. Nous l’admettons sans fausse humilité. Nous ajouterons cependant qu’ils n’eussent pas suffi, à eux seuls, à justifier la publication d’un document privé. Notre détermination naît de motifs autrement sérieux. L’opinion qu’émet Louis Dantin au sujet de la lettre du sénateur Dandurand aux Jeune-Canada vaut, croyons-nous, d’être propagée. Nous la faisons nôtre. Les considérations d’ordre général dont s’accompagne son appréciation d’un article de Maryse méritent également, à notre sens, d’être répandues. Nous voulons y contribuer. P. A. » (L’Avenir du Nord, 12 mai 1933, p. 1).

2 Raoul Dandurand, né en 1801, fut nommé au Sénat en 1898 ; il en devint le président en 1905. On lui doit la fondation, en 1907, de l’Union inter-parlementaire pour la paix.

3 Issu d’une assemblée publique organisée par des étudiants, le 19 décembre 1932, pour protester contre certaines nominations récentes d’anglophones et contre le refus de la monnaie bilingue par le gouvernement fédéral, le mouvement Jeune-Canada, où militaient, entre autres, André Laurendeau, Gérard Filion, Roger Duhamel et Dostaler O’Leary, s’élevait contre l’exploitation des richesses naturelles de la province par des trusts étrangers. « Les Jeune-Canada découvrent une à une toutes les mailles du filet tendu sur le pays canadien-français, qu’ils commencent d’appeler, non plus la province de Québec, mais la Laurentie. Les Anglo-Canadiens tiennent solidement la finance, le commerce et l’industrie. Les Juifs élargissent leur place. [...] Le maire Rinfret, le sénateur Dandurand et d’autres personnages officiels assistent à la manifestation organisée par les organisations israélites à l’Aréna Mont-Royal pour protester contre l’antisémitisme hitlérien. À leur tour, les Jeune-Canada tiennent une assemblée au Gesù, pour protester contre cette démarche de chefs officiels qui n’ont point bougé lors de la persécution ontarienne » (Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec, t. XXXIII, Montréal, Fides, 1961, p. 163-164).

4 Mme Sinaï Lamarre, née Cécile Prévost. Son article portait sur Trois lettres manquent !, roman policier de Pierre Benjamin (pseudonyme de Joseph-Pierre-Alphonse Bourdon, né en 1912), journaliste à L’Illustration.

5 Allusion à l’article de Claude-Henri Grignon intitulé « Trois lettres manquent », dans Le Canada (4 mai 1933, p. 2), qui s’en prenait à l’article de Maryse et au roman de Pierre Benjamin.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter