Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

Préface. Georges Boucher, Je me souviens1

Texte intégral

  • 1 « Préface », dans Georges Boucher, Je me souviens, Montréal, Arbour et Dupont, 1933, 114 p.
  • 2 Georges Alphonse Marcel Boucher (1865-1956) pratiquait la médecine à Brockton (Massachusetts), non (...)

1Ces vers ne sont pas d’un poète professionnel : ils sont d’un médecin2 qu’ils ont délassé et distrait au cours d’une longue et active carrière. Il les a composés sur les routes où le menaient ses bienfaisantes missions, durant des heures d’attente au chevet des malades ou dans les brefs loisirs de soirées tardives.

2Ils l’ont aidé à fuir, par des évasions dans le rêve, les lourdes routines de la vie et le spectacle déprimant des douleurs humaines. C’est dire qu’il y a mis surtout sa fantaisie, son émotion, son cœur, sans trop rechercher pour eux-mêmes les raffinements de la forme et l’artifice magique des mots.

3Né dans l’âge du romantisme, il a gardé le culte de ses dieux, et Victor Hugo, Lamartine, sont demeurés pour lui les indestructibles modèles. C’est sur leurs élans exaltés qu’il a moulé son enthousiasme ; c’est à la musique de leurs strophes qu’il a demandé la coupe métrique et les sonorités de sa prosodie.

4Les nouvelles écoles ont passé sans ébranler sa foi première : il y a vu, non sans excuse, des modes transitoires et changeantes dont le cycle épuisé ramènerait un jour les formules des anciens génies ; mais, celles-ci fussent-elles périmées, il lui a plu de s’y attarder pour leur beauté intrinsèque et solide.

5C’est une fidélité vaillante et qu’on peut respecter même sans en adopter toute la théorie. Ce qui est sûr, c’est que, traditionnels ou non, ces essais nous révèlent de vraies qualités poétiques, qualités de fond, de substance, qui les rendent méritoires et intéressants.

6Ils ont le souffle, l’envolée, la haute exaltation adaptés à leurs thèmes épiques ; et, dans les pièces plus familières, une observation fine, une sensibilité délicate, et la mélancolie résignée, courageuse, qui est celle du vrai sage.

7Et il faut admirer l’homme enchaîné à de dures besognes qui a su se garder cette retraite enclose où il se souvient, où il évoque les ombres chères, qu’il peuple des gloires du passé.

8M. Boucher, par ce volume, ajoute un digne effort à la tâche ingrate du penseur dans des milieux que la matière opprime ; — il rend service à la langue française dans sa lutte pour survivre chez les Canadiens d’Amérique ; — et il offre à la Poésie un hymne improvisé peut-être, mais soulevé d’accents chaleureux et sincères.

Notes de fin

1 « Préface », dans Georges Boucher, Je me souviens, Montréal, Arbour et Dupont, 1933, 114 p.

2 Georges Alphonse Marcel Boucher (1865-1956) pratiquait la médecine à Brockton (Massachusetts), non loin de Boston. Sa sœur, Marcelle Boucher, en religion Marie de l’Incarnation, était religieuse ursuline à Québec.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540