Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éthique de la recherche

 | 
Hubert Doucet

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de ces pages, l’éthique de la recherche apparaît comme une entreprise à la fois simple et complexe. Lorsque le chercheur considère le sujet de recherche auquel il fait appel comme un collaborateur de premier plan, les éléments de base de cette éthique s’inscrivent naturellement dans sa démarche de chercheur. La complexité découle plutôt du contexte de la pratique scientifique actuelle : sources multiples de financement, équipes multicentriques, contexte légal, recherches controversées ou risquées, organisation de plus en plus bureaucratisée. La complexité croissante de l’éthique de la recherche découle de la situation même de la recherche. Le chercheur est-il alors en mesure de contrôler par lui-même tous les paramètres de cette complexité croissante ?

2Il est bien sûr essentiel que le chercheur se familiarise avec les principes de base de l’éthique de la recherche et avec leurs applications, avec les divers éléments que doit contenir un protocole de recherche et, enfin, avec les principaux problèmes éthiques propres à sa spécialité. C’est ce que ce livre a tenté de faire. Il faut cependant reconnaître que ce n’est qu’avec les années que le scientifique en viendra à mieux contrôler les données de cette forme d’éthique. Pour y parvenir, le chercheur doit adopter un certain nombre de comportements dont je voudrais, en terminant, donner quelques exemples.

  • Le chercheur ne doit pas se gêner pour faire appel à des collègues plus expérimentés qui ont l’habitude de présenter des projets à des comités d’éthique de la recherche.
  • L’étudiant à la maîtrise ou au doctorat doit demander à son directeur de l’aider à préparer sa demande. Beaucoup de frustrations, tant pour un chercheur débutant que pour les membres d’un CER, proviennent de projets mal rédigés. Un protocole bien fait évite presque toujours les difficultés.
  • Avant de soumettre sa demande au CER, le chercheur débutant aura avantage à consulter le président ou un membre du comité auquel il entend présenter son protocole. Il connaîtra ainsi les préoccupations et les attentes du comité, ce qui évitera les incompréhensions mutuelles et les fastidieuses négociations.
  • Face à un certain nombre de difficultés particulières, le chercheur est invité à faire appel à un spécialiste en éthique de la recherche de son université. Il peut ainsi se faire éclairer sur le problème éthique qui le préoccupe.
  • Les universités commencent à mettre sur pied des cours d’introduction à l’éthique de la recherche. Ceux-ci permettent au chercheur de se familiariser avec les données de base en éthique de la recherche et de préparer plus facilement ses protocoles de recherche.

3Ainsi, le chercheur deviendra de plus en plus à l’aise avec le contenu de l’éthique de la recherche. Son projet scientifique prendra une plus-value et rejoindra son idéal de chercheur en sciences de la santé, tout en améliorant la vie des êtres humains.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540