Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éthique de la recherche

 | 
Hubert Doucet

1. Être chercheur en sciences biomédicales aujourd’hui

Résumé

Depuis trente ans, l'éthique occupe une place de plus en plus reconnue en recherches biomédicales. Le jeune chercheur se questionne parfois sur le pourquoi d’une telle présence qu’il va même jusqu'à considérer comme une intrusion. Le chapitre met en relief le contexte contemporain de la recherche qui soulève des enjeux de fond pour le chercheur lui-même : comment faire pour bien faire dans le contexte actuel ?
PARTIE 1 : L'IDÉAL DU JEUNE CHERCHEUR
Le jeune chercheur s’inscrit dans la longue histoire de l’exploration de l’univers. Si le chemin est long et exigeant, il est aussi rempli de belles expériences humaines et intellectuelles.
PARTIE 2 : L’IDÉAL CONFRONTÉ À LA RÉALITÉ
La pratique scientifique actuelle s’inscrit dans un contexte économique et politique qui transforme les attentes envers la science et les exigences posées aux chercheurs. La recherche fondamentale n’est pas valorisée et la liberté du chercheur s'amenuise.
PARTIE 3 : COMMENT FAIRE POUR BIEN FAIRE
Être éthique, c'est chercher à réaliser une vie accomplie avec et pour autrui dans des institutions justes. Les conséquences de cette approche éthique peuvent ainsi se résumer :
- l’éthique est une affaire personnelle avant d’être des normes à suivre ;
- l’idéal doit s’inscrire dans un contexte concret, fait de forces et de faiblesses.
Être chercheur aujourd’hui, c’est s'engager dans une grande aventure humaine.

Texte intégral

1L’exode des jeunes cerveaux attirés à l’étranger par de meilleures conditions de travail retient beaucoup l’attention depuis quelques années. Pour contrer ce phénomène, universités et gouvernements mettent en place différents programmes. Ainsi, par exemple, la Faculté de médecine de l’Université de Montréal annonçait en mai 1999 un programme de soutien aux chercheurs qui entament leur carrière. Le programme a été lancé à grand renfort de publicité en raison de l’importance qu’on lui accordait. La Fondation canadienne pour l’innovation, organisme du gouvernement fédéral, a récemment mis sur pied un programme connu sous le nom de Fonds de relance ; des jeunes chercheurs se voient offrir des budgets d’installation dans le but d’empêcher leur fuite vers les États-Unis. La création des chaires de recherche du XXIe siècle se fixe le même objectif. Ces actions attestent de la concurrence à laquelle sont soumises les nations et les institutions de recherche pour être reconnues et, en conséquence, obtenir des subventions de recherche qui leur permettront d’occuper un rang enviable et attirer ainsi des étudiants de haute qualité.

2En quoi cette tendance concerne-t-elle l’éthique de la recherche ? Elle témoigne de la situation actuelle du jeune chercheur, des espoirs que les établissements de haut savoir mettent en lui, des pressions qui lui seront faites quant à la productivité attendue, des risques qui le guettent en tentant d’établir sa carrière. Inutile de dire que de telles pressions peuvent inciter à des comportements arrivistes qui vont à l’encontre de la vision classique de l’idéal scientifique. Le contexte économique, social et culturel dans lequel se pratique la recherche aujourd’hui joue donc un rôle déterminant dans les enjeux éthiques qui se posent aux chercheurs et à la société.

3Au risque de caricaturer, la situation du jeune chercheur peut être comparée à celle de l’athlète olympique. Alors que depuis les dernières décennies, des responsables sportifs de nombreux pays ont poussé les athlètes à utiliser des drogues interdites et dangereuses et qu’un nombre croissant de scandales éclabousse l’idéal olympique, la qualité des réactions de beaucoup de jeunes athlètes après leurs performances aux Jeux est remarquable. Les efforts qu’ils ont déployés depuis des années étaient animés d’un profond idéal. Bien sûr, ils voulaient gagner et accéder au podium. Mais en même temps, même s’ils n’ont pas réussi aussi bien que les sacrifices consentis leur en auraient donné le droit, ils sont fiers d’être arrivés là où ils sont parvenus et d’avoir vécu cette extraordinaire expérience. La qualité humaine qu’ils manifestent est impressionnante. En dépit du climat politique et économique qui ternit l’institution olympique et entache la réputation des responsables, leur idéal n’a pas été entamé. Ces athlètes donnent le meilleur d’eux-mêmes et témoignent de la valeur des aspirations qui les animent.

4Pour tenter de faire voir en quoi le respect de l’idéal que poursuit le chercheur appelle aujourd’hui l’éthique, je décrirai, dans un premier temps, quelques éléments qui caractérisent son engagement à l’égard de la science. Ensuite, je ferai voir les défis et les difficultés qui se sont imposés aux scientifiques et qui, ces années-ci, les placent devant des choix particulièrement difficiles. Ce contexte étant cerné, il sera plus facile de dégager la place de l’éthique.

L’idéal du jeune chercheur

5La première partie du chapitre sera consacrée à présenter quelques éléments qui définissent le jeune qui s’engage dans la recherche. Sa situation me semble analogue à celle de l’athlète précédemment décrit. Pour un jeune attiré par la science, celle-ci représente une extraordinaire aventure ; elle en fait un explorateur de l’univers (Hamelin, 1982, 77-82). Malgré toutes les difficultés qu’il rencontrera sur son chemin, le jeune rêve de franchir les frontières de l’ignorance et de gagner des rivages inconnus. Son aspiration souscrit au choix de nombreux autres chercheurs qui sont venus avant lui : son action s’inscrit ainsi dans une longue histoire qui remonte au moins au troisième millénaire avant notre ère (Gingras, 1998, 17). En cherchant à comprendre l’énigme de l’univers, il rejoint aussi la quête permanente du philosophe, de l’artiste et même du mystique qui, chacun à sa façon, s’efforce de percer les secrets d’un monde qui le dépasse et qu’il rêve de faire sien. Engagé dans la même aventure, le jeune le fait cependant à sa propre manière.

6Le chemin à parcourir pour parvenir à pénétrer cet univers est long et exigeant. Même le passionné de science apprend très tôt que son choix de carrière l’engage dans une rude épreuve. Il doit se consacrer à un long et difficile apprentissage. En particulier, il doit se familiariser avec des méthodologies de plus en plus rigoureuses, des techniques de plus en plus pointues qui l’obligent à la patience et ne se laissent pas tromper. En même temps qu’il lui faut acquérir des connaissances du plus haut niveau, le chercheur doit apprendre à travailler en équipe et à se familiariser avec les conditions qu’imposent les pratiques scientifiques actuelles. Ainsi naissent d’autres exigences, d’autres difficultés ; en échange, il connaît de belles satisfactions. Concurrence et « compagnonnage » deviennent son pain quotidien. Cette formation est particulièrement riche de sens grâce aux maîtres rencontrés. Autant à l’école secondaire qu’à l’université, le scientifique en formation aura l’occasion de côtoyer des personnes qui deviendront pour lui des modèles, l’ouvrant à la pratique scientifique, lui indiquant les défis, lui en faisant goûter les plaisirs et lui en montrant les exigences. Ces maîtres d’aujourd’hui s’inscrivent dans une longue tradition. L’histoire de la science moderne est remplie de figures de héros qui ont consacré leur vie à l’épanouissement de la pensée humaine et à l’augmentation du savoir collectif. Elle représente l’idéal du progrès humain.

7Si l’idéal qui anime le jeune chercheur en science, principalement en sciences biomédicales, est tel, pourquoi alors imposer une procédure comme celle de l’éthique de la recherche ? Ces règles ajoutent-elles quelque chose ? La question se pose d’autant plus que la formation du chercheur assure déjà « la mise en place d’un contrôle interne implicite » (Larivée, 1993, 22). La remarque suivante que j’ai parfois entendue de la part de jeunes chercheurs, dont la qualité de l’engagement scientifique et humain ne fait aucun doute, témoigne de cette incompréhension : « Pourquoi nous imposer tant de bureaucratie quand nos recherches ne peuvent que favoriser le progrès ? »

8Les exigences que les diverses autorités imposent aux chercheurs représentent-elles un relent des critiques qui ont toujours été adressées à la science moderne, particulièrement à la médecine ? Dès le VIe siècle avant notre ère, les premiers philosophes grecs étudiant la nature, ses phénomènes et leurs causes, furent l’objet de semblables critiques (Gingras, 1998, 49). On ne transgresse pas les frontières établies sans inquiéter la tranquillité intellectuelle que procurent les idées reçues. Les critiques adressées aux anatomistes de la Renaissance et plus tard aux expérimentateurs « qui vont découper le corps humain mort, puis vivant, à des fins de connaissance » (Marange, 1998, 27) en témoignent amplement. La rapide référence à ces quatre siècles de recherche scientifique montre que celle-ci, en franchissant les frontières de l’inconnu, si elle a permis d’extraordinaires progrès, a mis à mal les croyances et les valeurs les plus fondamentales. Le cas le plus célèbre de l’histoire demeure celui de Galilée, condamné par les autorités religieuses de son temps pour avoir pratiqué une science qui dérangeait les certitudes établies. En ce qui concerne la médecine, Valérie Marange résume bien le changement : « Le corps intouchable et promis à la résurrection devient corps-machine ouvert à l’investigation » (Marange, 1998, 27).

9Les inquiétudes suscitées par l’avancée des sciences biomédicales n’ont pas cessé. Depuis trente ans, dès qu’une découverte biomédicale ouvre de nouveaux horizons, certains groupes exigent des autorités politiques un moratoire. Qu’il s’agisse des transplantations cardiaques au milieu des années 1970, portant sur la légitimité de transférer à un autre individu un organe aussi symbolique et caractéristique de l’histoire personnelle. Des procréations médicalement assistées durant les années 1980, accusées de transformer le corps de la femme en objet de reproduction. De la génétique et du clonage durant les années 1990, en raison de la perte de dignité humaine que ces techniques impliquent. Tous ces débats, poursuivis depuis des siècles, témoignent des profondes remises en question intellectuelles qu’imposent les progrès de la connaissance scientifique. Est-ce en raison de la révolution dans la manière de penser que l’éthique s’avère aujourd’hui nécessaire ? En répondant oui à la question, n’y a-t-il pas là un risque de faire de l’éthique de la recherche une procédure qui limite la liberté intellectuelle (Proellochs et Schulthess, 2000) ?

L’idéal du jeune chercheur confronté à la réalité

10Au contraire, si l’éthique s’impose en science, c’est plutôt pour protéger et favoriser la liberté de la recherche. Comment expliquer ce paradoxe ? C’est ce que je tenterai maintenant de faire en présentant quelques défis et difficultés qui s’offrent au chercheur contemporain. Plus le scientifique s’engage dans la recherche, plus il découvre les dures exigences du métier qu’il a choisi. Notre société n’en est pas à une contradiction près. Ainsi, par exemple, après de longues études à l’étranger, un jeune chercheur devra à nouveau s’expatrier pour trouver un emploi qui corresponde à ses capacités. Le contingentement des postes universitaires constitue une source d’inquiétudes. Le Canada est l’un des pays industrialisés qui investit le moins dans la recherche. Et pourtant, le discours officiel ne cesse de lui répéter que son coin de terre manque cruellement de jeunes chercheurs, que l’époque est celle de l’économie du savoir et que l’avenir appartient aux jeunes qui se lancent dans des carrières scientifiques.

11Il est vrai que la situation des chercheurs n’a jamais été facile. Le travail d’invention appartient aux métiers de l’imagination et de la création. Ceux-ci peuvent se comparer à celui du funambule sur une corde raide, toujours instable. Si les défis étaient absents, pourrait-il y avoir création ? Certains pays l’ont compris : aux États-Unis, les NIH accordent les budgets de recherche en incluant le salaire du chercheur pour trois à cinq ans seulement, alors qu’en France l’INSERM assure le salaire de façon permanente et fait du chercheur un fonctionnaire de l’État. Et pourtant, même sans permanence, tous les chercheurs rêvent de travailler aux États-Unis ! D’autres éléments du contexte expliquent ce choix.

12En quoi alors la situation actuelle est-elle plus préoccupante pour le chercheur d’aujourd’hui que pour celui des années 1960, par exemple ? Dès sa formation universitaire, des professeurs, des représentants de l’industrie et l’actualité lui montreront que la science constitue une activité qui exige d’être conçue comme une entreprise qui génère des profits. Des scientifiques ressemblent aux vedettes sportives, d’autres se transforment en hommes ou femmes d’affaires, accumulant les brevets dont les produits dérivés peuvent constituer d’importantes sources de financement. Le contexte économique et financier de la pratique scientifique actuelle a des conséquences majeures sur la vie du jeune chercheur. Les exigences d’allégeances multiples l’interrogent rapidement. Il y a d’abord l’Université. Celle-ci impose des normes qui, au nom de la qualité du travail universitaire, des pressions gouvernementales, de l’opinion publique, de la compétition entre institutions, se font de plus en plus lourdes. Pendant un certain temps, la reconnaissance du chercheur par son université passait par le fameux Publish or perish. Actuellement, l’université exige davantage. L’image publique de ses chercheurs est fortement valorisée. Il y va de sa reconnaissance sur le plan national et international. Si certains universitaires deviennent rapidement de bons communicateurs dans les médias, au point parfois de susciter de faux espoirs chez les malades ou le public, d’autres voient là une forme de prostitution pour la rigueur de la recherche.

13Ces exigences proviennent, en partie du moins, du fait que l’Université est, en réalité, mise à rude épreuve par les importants changements que lui imposent, depuis dix ans, les organismes subventionnaires et les gouvernements. Les conséquences pour les chercheurs sont considérables. Les sources traditionnelles de financement fluctuent et sont remplacées par d’autres ; les organismes publics ayant, durant les années 1990, considérablement diminué leurs subventions aux universités et aux chercheurs tout en exigeant une productivité accrue, il a fallu se tourner vers d’autres sources. Dans le contexte idéologique de l’économie néolibérale, ce changement est d’ailleurs largement valorisé par les autorités politiques. Pour assurer leur survie, de nombreux chercheurs dépendent maintenant d’intérêts privés qui désirent que leurs investissements portent fruit.

14En même temps qu’elles emboîtent le pas au nouveau courant, les universités tentent aussi de protéger ce qui a fait jusqu’ici leur richesse, c’est-à-dire la liberté de pensée. Certaines d’entre elles exigent au moment de la signature d’un contrat avec une compagnie pharmaceutique, par exemple, que les résultats de la recherche soient rendus publics, au moins quelques mois après que les résultats aient été obtenus. Ces ententes ne règlent pas tout, tant les enjeux économiques sont puissants. L’affaire Olivieri en constitue un bel exemple.

L’AFFAIRE OLIVIERI
Le Sick Children’s de Toronto a vécu, à la fin des années 1990, un cas qui témoigne des risques que pose le partenariat entre le public et le privé.
La docteure Olivieri décida de rendre publics les résultats d’une recherche qu’elle dirigeait et qui était subventionnée par Apotex Inc., une entreprise pharmaceutique canadienne. Au vu des données accumulées et après en avoir informé les bailleurs de fonds, elle arrêta la recherche, tenant à protéger les sujets de recherche et les utilisateurs potentiels du deferiprone.
Pour la compagnie pharmaceutique, l’annonce publique allait à l’encontre du contrat liant les chercheurs, l’hôpital et l’entreprise. L’hôpital et l’Université de Toronto prirent parti pour Apotex.
Suite à de nombreuses pressions, une commission d’enquête fut créée pour réévaluer la situation. On reconnut le bon jugement professionnel de Mme Olivieri. De plus, on démontra que l’Université de Toronto était sans doute en conflit d’intérêts dans cette affaire : elle était en négociations avec la compagnie pour l’obtention d’une importante subvention.
(« L’affaire Olivieri »)

15La création de fondations et de chaires constitue un moyen qui peut assurer une protection contre l’intrusion directe des donateurs dans les travaux des groupes de recherche ainsi subventionnés. On peut croire que ceux-ci ne fausseront pas les données pour plaire à leurs bienfaiteurs. La difficulté n’est pas sur ce plan ; elle provient, entre autres, du fait que les recherches doivent s’inscrire dans le type de recherche qui intéresse les donateurs. La coopération industrie-université, malgré l’érection de nombreux garde-fous, favorise certaines orientations au détriment d’autres. Peut-être même certaines recherches ne seront-elles pas entreprises en raison de la provenance des fonds. Ne peut-on pas alors parler d’une sorte d’autocensure ? Ainsi, le bel idéal de la liberté scientifique est de plus en plus encadré par la liberté d’entreprise. Dans le contexte de cette nouvelle économie qui se met en place depuis les années 1980, tant le financement privé que les priorités gouvernementales déterminent l’orientation des types de recherche à entreprendre (Kimbrell, 1993 ; Krimsky, 1991, 54). À nouveau, le chercheur doit entrer dans un cadre qui limite sa liberté de manœuvre. La recherche fondamentale n’est plus valorisée, puisqu’elle s’avère non rentable dans l’immédiat, tant sur le plan économique que sur le plan politique. Ce qu’il est convenu d’appeler R & D (recherche et développement) est privilégié en raison de son impact sur l’économie et aussi, de la part des gouvernements, de la reconnaissance du pays. La priorité accordée actuellement à l’innovation va dans le même sens. Les choix qui déterminent les axes de développement sont des choix chargés de valeurs politico-économiques (Johnson, 2000, 48).

16N’y aurait-il pas, à ce propos, un rapprochement intéressant à établir avec le passé ? En effet, l’invention de l’écriture par les habitants du Croissant fertile, 3500 ans avant J.-C., viendrait semble-t-il des techniques comptables « reliées à l’économie et aux besoins nés de l’administration des biens et de leur répartition par l’administration centrale » (Gingras, 1998, 19). D’où le reproche adressé « aux Mésopotamiens et aux Égyptiens de ne pas être arrivés à une démarche véritablement scientifique parce qu’ils étaient trop préoccupés par des considérations pratiques » (Gingras, 1998, 29). On croirait entendre certaines critiques contemporaines sur la science devenue technique.

17Certains milieux invitent même le chercheur universitaire à créer sa propre entreprise. De fait, particulièrement dans le champ de la génétique, ils sont nombreux à avoir quitté l’université, ou à y demeurer partiellement liés, pour créer des compagnies inscrites en bourse. La priorité est accordée à la recherche appliquée qui a comme objectif le développement économique. Ces tendances posent des questions particulièrement difficiles tant pour le jeune chercheur que pour la société dans son ensemble. Pendant des années, l’université a soutenu les chercheurs et leur a offert un milieu propice à leur travail. De leur côté, les chercheurs se sont dévoués à former des jeunes et à remplir une mission universitaire. À qui profite vraiment la fin d’une telle alliance ? Le contexte nouveau n’affaiblit-il pas la science en tant que moteur de progrès humain ?

18Quel lien ces remarques sur certaines orientations contemporaines de l’organisation de la science ont-elles avec l’éthique de la recherche ? Si elles paraissent, en effet, nous éloigner des comités d’éthique de la recherche et de la question du consentement éclairé, elles nous placent cependant au cœur même du contexte de la science contemporaine et des défis qui en résultent. Les autorités gouvernementales et universitaires auront beau imposer les normes les plus strictes pour éviter les conflits d’intérêts et protéger les sujets de recherche contre les dérapages auxquels les conditions actuelles de la recherche peuvent parfois entraîner les chercheurs, cela ne changera rien aux pressions énormes auxquelles ces derniers sont soumis et qui les placent en situations difficiles. Dès 1982, deux membres de la National Commission for the Protection of Human Subjects of Biomedical and Behavioral Research mis sur pied par le gouvernement américain résumaient ainsi les défis posés aux chercheurs contemporains :

Quoique la bonté et la confiance ne doivent pas cesser d’être estimées comme des vertus personnelles, on ne saurait oublier que la science est devenue une institution considérable et complexe, disposant de ressources qui exercent une puissante influence sur l’activité des chercheurs. La recherche scientifique n’est plus un sacrifice solitaire et non reconnu, comme au temps d’Ignace Semmelweis ou de Ronald Ross. (Jonsen et Brady, 1982, 227)

19L’affaire Gallo est là pour le rappeler.

IGNACE SEMMELWEIS
Ignace Semmelweis était, au milieu du XIXe siècle, assistant à la clinique d’obstétrique de Vienne où étaient formés les étudiants en médecine. Dans une autre clinique étaient formées les élèves sages-femmes. Dans la première, en cinq ans, 1989 femmes étaient mortes des fièvres puerpérales (9,92 % de risque de décès maternel) ; dans la seconde, seulement 691 (2,38 %). Il tente diverses explications et transforme certaines manières d’accoucher dont celle de placer les femmes en position latérale, comme à la seconde clinique. Ces interventions n’ont aucun effet sur la mortalité. Suite à la mort de son professeur de pathologie qui s’est coupé au doigt en pratiquant une autopsie, il réalise que les femmes de la première clinique meurent de la même maladie. Il a alors son explication : les médecins et les étudiants de la première clinique passaient en salle d’autopsie avant d’examiner les patientes en salle d’accouchement, ce que ne faisaient pas les sages-femmes. Semmelweis instaure le lavage obligatoire des mains à l’eau de Javel et la mortalité tombe en dessous de l’autre clinique. Son raisonnement épidémiologique impeccable exigeait à l’époque beaucoup d’esprit critique, ce que n’apprécia pas la Faculté médicale de Vienne. Semmelweis dut poursuivre sa carrière dans une petite ville d’Autriche.
Pernerger et Abelin, 1996, 59-60

L’AFFAIRE GALLO
Le docteur Robert Gallo, chercheur réputé aux NIH des États-Unis, soutenait qu’il avait isolé le virus du sida (HTLV3) en 1984, à partir d’échantillons sanguins obtenus de patients sidéens américains. Cette annonce avait été faite en grande pompe par la Secrétaire du Department of Health and Human Services (HHS), Margaret Heckler. Une telle découverte donnait une avance considérable aux Américains dans la course aux tests de dépistage et aux immenses royautés qui allaient s’en suivre.
Le docteur Luc Montagnier de l’Institut Pasteur de Paris soutenait, quant à lui, que le virus HTLV3 que Robert Gallo affirmait avoir découvert à partir de souches américaines était génétiquement identique au LAV (virus lympho-adénopathique) qu’il avait lui-même isolé en 1983 et dont il avait fait parvenir un exemplaire à Robert Gallo à condition qu’il ne soit pas utilisé à des fins commerciales.
Durant quelques années, Robert Gallo a nié s’être servi du LAV pour développer son HTLV3. En juillet 1994, le docteur Harold Vlmus qui dirige les NIH a reconnu, au nom du Gouvernement des États-Unis, que les dénégations de son collègue étaient fausses. Il a même admis que le HHS savait, depuis au moins trois ans, la fausseté des affirmations de Gallo.
Http://archive.chicago.tribune.com

Comment faire pour bien faire

20Dans ce contexte, toute personne, scientifique ou non, instruite ou non, redemande, pour reprendre le titre d’un volume d’Éric Fuchs, Comment faire pour bien faire (Fuchs, 1995). Si la question s’adresse à tous et manifeste ainsi la dimension commune de l’éthique, elle est, en même temps, particulière à chacun, selon sa situation. Pour Paul Ricœur, l’éthique c’est : « la visée de la vie bonne avec et pour autrui dans des institutions justes » (Ricœur, 1991, 202). Selon cette affirmation, l’éthique appartient d’abord à l’ordre de l’idéal, rejoignant ainsi la dynamique à l’origine de l’engagement du chercheur. Cette visée est celle de la vie bonne. Qu’est-ce qu’une vie bonne du point de vue de l’éthique ? Est-ce celle du pouvoir ou de l’avoir ? Il s’agit en fait d’une vie où l’individu se sent respecté comme une personne. J’agis de façon éthique à l’égard de l’autre lorsque celui-ci peut dire : « Je suis reconnu comme moi-même et non comme un objet ».

21Le rapport à l’autre ne se résume pas à une affaire privée, une relation entre proches. Il concerne aussi les liens sociaux, autant ceux qui existent entre les différents groupes de citoyens d’une même communauté que ceux qui sont tissés entre les habitants des multiples communautés qui forment l’univers. La qualité de la vie ensemble constitue une préoccupation centrale de l’éthique. La reconnaissance de l’égalité des personnes et le souci de la solidarité entre les membres de la communauté humaine sont des gestes qui favorisent au plus haut point la vie bonne. Pour que celle-ci prenne forme dans la société, il importe cependant que les institutions qui nous gouvernent soient justes. D’où les principes, normes et procédures qui sont développés pour rendre possible, en pratique, la réalisation de ce but.

La visée éthique et l’idéal du chercheur

22Les conséquences de cette approche sont de trois ordres. Pour être éthique, le chercheur ne peut se contenter d’obéir aux normes que les autorités lui imposent et de se conformer aux demandes du comité d’éthique de la recherche de son institution. Au contraire, il s’agit pour lui de revenir à son idéal premier et de se demander en quoi celui-ci rejoint la visée éthique. Ce premier point affirme que l’éthique est, d’une part, une affaire fondamentalement personnelle et, d’autre part, une tâche critique. En effet, le chercheur qui se veut éthique doit régulièrement se demander en quoi l’exploration de l’univers qu’il poursuit est bien faite sur le plan scientifique et en quoi elle favorise ou affaiblit la qualité du rapport social (Johnson, 2000, 62 ; Campagna, 2000, 87). Comment les finalités de recherche qu’il poursuit, les orientations qui le guident et les moyens qu’il utilise s’insèrent-ils dans la vie de la société ? Le questionnement s’impose d’autant plus que la science se pratique sous un mode de plus en plus ambigu : elle est un savoir qui se partage de moins en moins en raison des profits à générer et des brevets à protéger tout en exigeant la mise en place d’équipes considérables.

L’éthique et le contexte technoscientifique

23L’idéal éthique, à moins de se vider de toute pertinence, doit s’inscrire dans le contexte particulier du développement technoscientifique contemporain. Ce deuxième point veut démontrer que faire fi du contexte réduirait l’éthique à n’être qu’une utopie. Deux éléments méritent d’être soulignés ici. D’une part, sans une visée idéale, l’éthique perd son âme. Elle ressemble à une façade, comme le sont parfois certains discours de politiciens qui, malgré de beaux mots, ne sont pas crédibles. L’éthique personnelle n’est vraie que si elle est animée d’une conviction profonde sur la vie, le travail, le rapport à l’autre, etc. Le mot de Rabelais mérite d’être à nouveau repris : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». D’autre part, le contexte de la pratique scientifique contemporaine oblige le chercheur à inscrire son idéal dans les méandres du réel. Les décisions humaines ne sont jamais prises dans l’idéal, elles sont négociées dans les limites qu’impose la vie. Un scientifique éthique est celui qui, reconnaissant les conditions actuelles de la recherche, fera en sorte que les choix qu’il retient respectent l’idéal moral qui l’anime. C’est ainsi que, conscient des limites de ses décisions, il agira de façon responsable, au sens de Max Weber. Dans une longue conférence qu’il prononça une année après la fin de la Première Guerre mondiale et qui porte sur la tâche de F « homme d’État » dans les situations troublées et critiques, le sociologue allemand rendit célèbre la distinction entre éthique de conviction et éthique de responsabilité (Weber, 1959, 179-222). La délibération que le chercheur aura poursuivie, avec lui-même ou avec d’autres, l’amènera à prendre une bonne décision mais qui n’est peut-être pas celle dont il aurait rêvée dans un monde idéal.

24Le troisième ordre de conséquences touche non plus seulement au contexte de la pratique de la science en contexte contemporain, mais à la nature même de la science biomédicale. Cette dernière a ses exigences propres, différentes de celles des sciences naturelles par exemple, en raison du contexte particulier dans lequel elle se développe. Le deuxième chapitre abordera cette question.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

« L’affaire Olivieri exige une enquête indépendante », dans <http://www.caut.ca/francais/ACPPUframe.html>.

Campagna, Norbert, « Une communauté libérale peut-elle imposer des limites à la recherche scientifique ? », dans Perry Proellochs et Daniel Schultess (dir.), Y a-t-il des limites éthiques à la recherche scientifique ?, Genève, Cahiers médicosociaux, Médecine et Hygiène, 2000, 75-88.

Fuchs, Éric, Comment faire pour bien faire, Genève, Labor et Fides, 1995.

Gingras, Yves, Peter Keating et Camille Limoges, DU scribe au savant, Montréal, Boréal, 1998.

Hamelin, Claude, « Les explorateurs de l’univers », dans Médecine et expérimentation, Québec, Cahiers de bioéthique 4, Les Presses de l’Université Laval, 1982.

Http://archive.chicago.tribune.com

Johnson, Deborah G., « Redéfinir la question du savoir proscrit en science », dans Perry Proellochs et Daniel Schultess (dir.), Y a-t-il des limites éthiques à la recherche scientifique ?, Genève, Cahiers médico-sociaux, Médecine et Hygiène, 2000, 47-63.

Jonsen, Albert R. et Joseph V. Brady, « L’éthique en recherche : l’expérience des ÉtatsUnis », dans Médecine et Expérimentation, Québec, Les cahiers de bioéthique 4, Les Presses de l’Université Laval, 1982.

Kimbrell, Andrew, The Human Body Shop: The Engineering and Marketing of Life, San Francisco, Harper San Francisco, 1993.

Krimsky, Sheldon, Biotechnics and Society, New York, Praeger, 1991.

Larivée, Serge, La science au-dessus de tout soupçon, Montréal, Méridien, 1993.

Marange, Valérie, La bioéthique, Paris, Le Monde-Éditions, 1998.

Perneger, Thomas et Theodor Abelin, « Épidémiologie et statistique sanitaire », dans Felix Gutzwiller et Olivier Jeanneret (dir.), Médecine sociale et préventive Santé publique, Berne, Éditions Hans Huber, 1996, 55-100.

Proellochs, Perry et Daniel Schultess (dir.), Y a-t-il des limites éthiques à la recherche scientifique ?, Genève, Cahiers médico-sociaux, Médecine et Hygiène, 2000.

Ricceur, Paul, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1991.

Weber, Max, Le savant et le politique, préface de Raymond Aron, Paris, 10/18, 1959.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540