Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éthique de la recherche

 | 
Hubert Doucet

Introduction

Texte intégral

  • 1 Pour la limpidité du style, le mot chercheur sera généralement utilisé pour chercheur et chercheus (...)

1L’éthique de la recherche constitue une entreprise en pleine croissance. En 1998, la publication presque simultanée de l’Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains et du Plan d’action ministériel en éthique de la recherche et en intégrité scientifique a obligé les universités, les hôpitaux et les centres de recherche à revoir leurs politiques à ce propos. Depuis lors, les discussions portent surtout sur leur mise en œuvre. La structuration du comité d’éthique de la recherche et les exigences de son travail continuent de susciter la discussion parmi les publics concernés. La sensibilisation des chercheurs et chercheuses1 à ces normes fait l’objet de nombreux débats et de diverses tentatives.

2La description du mandat et des fonctions du comité d’éthique représente une dimension centrale de ces récents documents. C’est à partir du travail d’évaluation du comité et de suivi des protocoles de recherche que le chercheur est appelé à se situer. Le comité devient ainsi le coeur de l’éthique de la recherche. À l’inverse de cette tendance, le présent travail s’adresse aux chercheuses et chercheurs, principalement aux jeunes qui se retrouvent parfois démunis lorsque vient le temps de soumettre un projet à un comité d’éthique de la recherche. Il ne vise pas à leur donner des trucs pour réussir l’examen devant le comité d’éthique, mais à leur servir d’outil de réflexion et de guide pratique en vue de les aider à préparer des protocoles respectueux de l’être humain. L’oeuvre de recherche caractérise l’aventure humaine. Pour être pleinement à la hauteur des aspirations qui la guident depuis toujours, elle doit s’imposer des exigences particulières dont celle de traiter en participants responsables les sujets humains auxquels elle doit faire appel.

3Depuis quelques années, des efforts ont été entrepris pour favoriser la formation des chercheurs en éthique de la recherche. Des universités développent des cours pour les étudiants qui se spécialisent en recherche. Des organismes offrent aussi des sessions aux chercheurs. L’Université de Montréal offre, par exemple, un cours en ligne d’introduction à l’éthique de la recherche (http://wvw.fes.umontreal.ca/​bioethique). Aux États-Unis, depuis octobre 2000, il est devenu obligatoire pour tout chercheur recevant des fonds des National Institutes of Health (NIH) de suivre une formation reconnue en éthique, si le projet fait appel à des sujets humains (http://www.grants.nih.gov/​grants/​guide/​notice-files/​NOT-OD-oo-o39.htlm).

4Le présent volume s’inscrit dans cette démarche d’éducation. Le chercheur expérimenté ne trouvera donc pas les réponses aux défis quotidiens et complexes qu’il rencontre. Les dilemmes n’y sont pas traités comme tels. Même si ce texte ne se veut qu’une introduction, la voie retenue apparaîtra longue à certains : situer le contexte de l’éthique de la recherche pour en dégager le sens, éclairer les différents éléments que doit contenir le protocole de recherche pour en faire voir la pertinence, présenter les problèmes spécifiques à certains types de recherche de manière à mieux respecter le sujet-participant. En invitant ainsi le chercheur à intégrer le sens et la logique de l’éthique de la recherche, le projet du livre veut favoriser chez le scientifique un meilleur contrôle de cet outil pour qu’il devienne plus apte à imaginer les voies de solution aux problèmes qu’il rencontre dans son travail.

5La première partie présente le contexte de la science biomédicale aujourd’hui. La recherche ne se pratique pas dans l’abstrait mais dans un contexte politique, économique et culturel qui influence la mentalité du chercheur et les projets qu’il entreprend. La premier chapitre décrit le contexte de la recherche biomédicale contemporaine en partant de l’expérience que va vivre le chercheur qui s’engage dans ce domaine. À partir de là, le scientifique est initié au sens de l’éthique. Si le contexte contemporain est particulier, l’aventure de la science, elle, est permanente. D’où le deuxième chapitre qui présente la recherche médicale à travers les âges, les révolutions qui l’ont marquée et la dynamique qui caractérise aujourd’hui la biomédecine. Au terme de ce chapitre, est abordé l’idéal éthique caractéristique de la science médicale au cours de son histoire. Malgré cet idéal, la science biomédicale contemporaine a connu des épisodes sombres. Au cours du XXe siècle, les scandales ont été nombreux et se sont parfois produits là où on ne les attendait pas. L’éthique de la recherche est née et s’est développée dans ce contexte. Le troisième chapitre en présente l’histoire. En remontant aux origines de l’éthique de la recherche, il est possible de mieux saisir les orientations qu’elle a prises.

6La deuxième partie vise à aider le chercheur à élaborer un projet de recherche qui s’insère dans les lignes de force de l’éthique de la recherche. Que le chercheur soumette son projet sur des êtres humains à un organisme subventionnaire ou qu’il ne demande aucune subvention, un comité d’éthique de la recherche doit l’étudier. Telle est la situation dans les universités et les hôpitaux canadiens. Elle diffère cependant d’un pays à l’autre. Ainsi, un gouvernement pourrait obliger les chercheurs à soumettre à l’évaluation d’un comité d’éthique de la recherche toute recherche impliquant des sujets humains, alors qu’un autre pourrait exiger que seules les recherches subventionnées par l’État soient examinées. Si le premier modèle est canadien, le second ressemble à celui des États-Unis, bien que les universités de ce pays exigent que tous les projets de leurs chercheurs soient évalués par un comité d’éthique de la recherche. De plus, lorsque vient le temps de publier les résultats de leur recherche, les chercheurs doivent indiquer si leur projet a reçu l’aval d’un comité d’éthique de la recherche, sinon leur texte sera refusé. La deuxième partie du volume vise à aider le chercheur à élaborer son protocole en conformité avec les règles de l’éthique de la recherche

7Chaque projet de recherche avec des sujets humains doit donc inclure une section éthique. Comment élaborer cette dernière ? Que doit-elle inclure ? Qui l’analysera ? En fonction de quels critères sera-t-elle approuvée ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles la deuxième partie de ce volume cherche à répondre. L’approche retenue demeure générale au sens où elle concerne tout chercheur en sciences de la santé. Quel que soit le type de recherche, l’investigateur qui fait appel à des sujets humains doit répondre aux exigences qui sont ici présentées. Cette deuxième partie comporte trois chapitres. Le chapitre 4 reprend les différentes composantes que devrait contenir un protocole et présente les différents éléments éthiques à respecter. Le chapitre 5 expose les normes et les règles auxquelles doit se conformer le chercheur, particulièrement en contexte canadien et québécois, de même que les documents auxquels il doit se référer. Enfin, le dernier chapitre de cette partie aborde la question des comités d’éthique de la recherche. Ces comités analysant et approuvant les projets de recherche, le scientifique a donc intérêt à comprendre leur fonctionnement et les critères à l’origine de leurs décisions.

8L’éthique de la recherche avec des sujets humains a pris un caractère universel. Les principes auxquels elle se réfère se retrouvent dans tous les documents internationaux s’intéressant à la recherche. Cette tendance se vérifie encore davantage dans le secteur de la santé. Et pourtant, les types de recherche sont différents et les exigences éthiques prennent des formes particulières. La troisième partie aborde des secteurs de la recherche qui ne peuvent se satisfaire des critères généraux d’évaluation. J’en ai retenu quatre qui me paraissent relever de cultures scientifiques différentes. Le chapitre 7 traite de la recherche clinique interventionniste, en particulier des essais médicamenteux. Le chapitre 8 aborde la recherche épidémiologique et les problèmes éthiques particuliers qu’elle pose. Le chapitre 9 examine la recherche en génétique et les défis qu’elle soulève. Enfin, le chapitre 10 discute de la recherche qualitative. L’Énoncé de politique des trois Conseils faisant obligation au chercheur de soumettre tout projet de recherche avec des êtres humains, les comités d’éthique des facultés des sciences de la santé et des hôpitaux doivent examiner des recherches qualitatives. Tant les chercheurs que les comités arrivent parfois mal à se comprendre sur les exigences éthiques requises en pareil cas. Il m’a paru nécessaire de traiter de cette question.

9Si le dernier chapitre vise explicitement à promouvoir le dialogue entre chercheurs et comités d’éthique de la recherche, il ne fait que rendre plus claire l’attitude de base qui m’anime en présentant ce travail. L’éthique dans la recherche ne consiste pas d’abord à appliquer des règles et des normes. Elle constitue fondamentalement une démarche qui appelle les hommes et les femmes impliqués dans la recherche avec des êtres humains à traiter ces derniers en partenaires responsables et participants critiques du développement de l’humanité.

10Je ne pourrais terminer cette introduction sans adresser mes remerciements aux diverses personnes qui m’ont soutenu tout au cours de ce travail. Je veux d’abord souligner l’encouragement et l’aide que m’ont apportés le doyen de la Faculté de médecine, M. Patrick Vinay, et le docteur Jean-Luc Malo, qui était vice-doyen aux études supérieures et à la recherche lorsque l’idée de ce travail a germé. Tout au long du parcours, ils m’ont rappelé l’importance qu’ils accordaient au projet et m’ont fait de nombreuses suggestions pour améliorer le manuscrit. Comment aussi ne pas remercier un certain nombre de chercheurs de la Faculté qui ont accepté de participer à quelques rencontres pour rendre compte de leur expérience dans le domaine de l’éthique de la recherche ? Enfin, je voudrais exprimer ma reconnaissance à différents lecteurs et lectrices qui ont accepté de revoir, à un moment ou l’autre, mon manuscrit. Les conseils de Danielle Laudy, Sonya Audy, Michel Bergeron, Guillaume Charbonneau m’ont été particulièrement précieux.

Notes

1 Pour la limpidité du style, le mot chercheur sera généralement utilisé pour chercheur et chercheuse.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540