Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éthique de la recherche

 | 
Hubert Doucet

Préface

Patrick Vinay

Texte intégral

1Il en est de la recherche comme d’autres aventures humaines : elle s’inscrit dans une quête de vérité. Celle-ci s’échappe progressivement du travail du chercheur et s’organise sous l’apparence de lois générales, d’organisations fondamentales, de myriades d’interactions qui résonnent d’observations obtenues dans d’autres systèmes et qui se rejoignent dans un continuum intelligible, progressif et attirant. La recherche dévoile une vérité objective, aux larges horizons, et dont la complexité est enfouie dans les arcanes du réel le plus quotidien. Lever le voile sur chaque petit morceau de nature révèle tout un paysage organique et changeant, prolongeant ses racines dans la totalité du monde en reliant les morceaux éclatés de l’Univers. C’est ainsi qu’en biologie le moindre mécanisme parle de chimie, de physique, d’évolution et de processus remontant insensiblement à la grande frontière du Big Bang.

2Ce qui frappe ici, ce n’est pas le hasard, mais l’ordre, la logique, une incroyable cohérence qui se croisent en faisceaux, qui se mêlent et qui remontent le temps comme ils le descendent. C’est une organisation à étages, ou en pelures d’oignons, presque prévisible d’un étage à l’autre, où les barrières disciplinaires se confondent. Ce paysage ne contient pas de notes discordantes sinon en apparence. Ce qui frappe, c’est une congruence sans faille qui luit d’une lumière inaltérable et partant insaisissable.

3C’est cet ordre enfoui que l’esprit humain découvre, dégage et affine comme le sculpteur libère le lion enfermé dans un bloc de pierre. On peut dire aussi qu’il l’invente, qu’il le devine ou qu’il le crée, car il le traduit sous forme de vérités transitoires, de vérités parcellaires, qui ne réussissent jamais à intégrer parfaitement l’ensemble du réel.

4Or l’Ordre exige l’ordre, la Vérité exige la vérité et la recherche demande donc une quête exempte de simplifications faciles, de raccourcis imprécis, de projections frauduleuses. C’est la condition pour que des observations apparemment divergentes se fondent un jour en une seule et plus vaste cohérence. Il existe en effet une réciprocité nécessaire entre ces lois, détachées comme des négatifs partiels ou comme des empreintes de bas-reliefs, et l’image sans bords qui les ont suscitées. Point d’image fidèle sans un scrupuleux rendu des détails, transmis au risque même de ne décoder que partiellement les messages et même de le brouiller dans le bruit des désordres résiduels.

5C’est probablement ce patient travail de la connaissance qui est le trait le plus distinctif, le plus fondamental, de l’activité propre à l’Homme. Celui-ci conquiert sans cesse le mystère de la Nature. Nous vivons depuis des millénaires ce labeur accéléré, et cette accélération repose sur la véracité (vérité) croissante de nos observations, sur des instruments plus précis ou moins invasifs, sur la mise en mémoire d’une information croissante, sur un labeur animé d’un souci constant du respect de l’altérité du monde et du travail des autres. L’aventure humaine de la connaissance est donc essentiellement collective et ses multiples coauteurs y contribuent dans le désordre apparent de la fourmilière ou de la ruche. En émerge progressivement la compréhension d’une vérité croissante qui finit par expliquer les contradictions, par réconcilier les hypothèses opposées qui se réorganisent sans cesse de façon créatrice. La joie de la science naît de ces réconciliations opérées sous le couvert de théories plus englobantes qui transforment en cas particuliers les évidences tenues pour plus générales auparavant. L’aventure scientifique montre ici son côté éminemment social c’est-à-dire son inscription dans un effort communautaire, complémentaire, interdépendant. L’autre, le lecteur, le chercheur parallèle, le penseur de science, le citoyen du monde, a droit à un comportement qui le respecte intégralement pour l’aider dans sa démarche.

6La rigueur dans la démarche de quantification et d’analyse doit donc être aussi pure que celle de l’objet étudié pour mener à la vérité immédiate ou lointaine. Le chemin parcouru doit être décrit avec détail si on veut que les côtés obscurs du travail effectué s’éclairent un jour à la lumière du progrès des connaissances, au soleil du travail des autres. La plus grande attention est requise ici. La moindre tricherie de la main, de l’esprit ou du jugement apparaîtra un jour dans la lumière crue. Et les maladresses, inconscientes ou volontaires, retardent les moments de plus grande compréhension et rendent donc moins fécond le travail des autres. Une option de tolérance zéro pour le maquillage sous toutes ses formes est donc une condition sine qua non de l’aventure scientifique et une valeur éthique cardinale en recherche.

7Mais les hommes sont des hommes. Et la science est aussi autre chose qu’une quête de vérité : c’est une clef du pouvoir, une source d’argent, un piédestal, un levier économique ou politique... Ses retombées et ses bénéfices secondaires sont nombreux, soulevant la tentation de tourner les coins ronds, d’altérer imperceptiblement le réel pour en retirer des avantages immédiats. C’est ainsi que les problèmes éthiques occupent une dimension centrale de la démarche scientifique, éthique de la quête de la vérité, souci des observations fines et des calculs sans erreurs, mais aussi éthique des relations entre scientifiques pour présenter, décrire et situer leur travail, pour le positionner correctement dans la mosaïque du travail des autres, pour mettre en relation au mieux tous les éléments du savoir préalable.

8Il découle de cette nécessité absolue d’authenticité que des règles de plus en plus complexes qui viennent aujourd’hui baliser la démarche du chercheur tant au versant de son activité d’observation de la nature qu’au versant de la communication avec les autres, sujets ou collègues. Des règles primaires portent sur l’exactitude des méthodes et l’à-propos des procédés ; des règles secondaires portent sur l’exactitude des contextes et des citations, enfin des règles tertiaires qui balisent l’utilisation des animaux, des hommes, de l’environnement et des ressources financières et matérielles au cours du processus même de recherche.

9Une formation de plus en plus poussée à ces principes et à ces règles devient importante pour s’assurer que leur intégration par les chercheurs est suffisante et que leur mise en application est bien perçue comme une valeur sociale incontournable. Un livre sur l’éthique de la recherche qui vient enrichir chercheurs, arbitres, évaluateurs, administrateurs, et tous les intéressés à cette aventure de la pensée humaine, est donc le bienvenu. Puisse-t-il véhiculer, au-delà du disciplinaire, la grandeur qui s’échappe du processus de l’humanité en quête de savoir et amplifier ainsi l’appel silencieux qui surgit des espaces infinis de l’Univers.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540