Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

Lucien Rainier. Avec ma vie1

Texte intégral

  • 1 « Avec ma vie, poèmes par Lucien Rainier », L’Avenir du Nord, 1er avril 1932, p. 1 et 3 ; Poètes de (...)

1Lucien Rainier quitte les pénombres où errent les poètes inédits. Déjà connu par une vague renommée et par son rôle ancien dans l’École Littéraire dont il fut l’un des premiers membres, il réunit les strophes parsemées au fil de ses jours et prend place au soleil à côté de Lozeau, Gill, Nelligan, Beauregard, Desaulniers, Ferland, Charbonneau, Léveillé, et autres camarades déjà installés dans nos lettres. Il ne manque guère plus que Germain Beaulieu à cette fraternelle assemblée, et l’on souhaite qu’il s’y joigne bientôt.

  • 2 Lucien Rainier, Avec ma vie, Montréal, Le Devoir, 1931, 164 p. Lucien Rainier, pseudonyme de l’abbé (...)

2À feuilleter ce beau volume2, on est vite convaincu qu’il ajoute quelque chose à notre richesse esthétique. C’est l’œuvre d’un esprit délicat, sensitif, et d’un expert dans la musique des mots. C’est l’effusion d’une âme élevée et le jeu d’un lyriste habile. On y voit dextrement fondus ces deux constituants de toute poésie vraie : l’intensité, l’élan intime, et la distinction des formules. L’on ne dira jamais assez que ces deux éléments ne peuvent se passer l’un de l’autre : que la poésie n’est pas seulement un langage mais un art, et que c’est proprement ce qui la sépare de la prose.

3Mais un caractère particulier de ce recueil, c’est que l’auteur s’y montre, non pas un poète mais plusieurs. Avec, sans doute, une unité foncière, ces stances exhibent des genres distincts traités par des méthodes diverses. Et chacun d’eux révèle une personnalité, un talent, marque même un degré de valeur et de réussite. En fait, les trois parties qui divisent ces poèmes sont autant de chemins tentés et, si l’on modifie leur ordre, de progrès dans une ascension.

4Dans « Stèles et médaillons », Lucien Rainier est surtout l’aède qu’inspirent les hauts faits, qu’échauffent le dévouement et l’héroïsme, l’élogiste de nos gloires nationales ou chrétiennes, gravant des épigraphes au piédestal de leurs statues.

5Dans le « Chantier au bord du rêve », il est surtout l’artiste poursuivant la Beauté toute pure, épris des brillants de l’idée et du son des syllabes, moins soucieux de majesté que de grâce plastique, prosodiant comme on peint et comme on cisèle.

6Dans les « Saisons mystiques », il est l’homme replié sur son propre cœur, qui en écoute les voix profondes et se baigne aux sources vivantes de sa foi et de sa mélancolie.

  • 3 Poème de guerre écrit au printemps de 1915 par le médecin-major canadien John McCrae, au lendemain (...)

7Or ces trois parties, selon moi, se superposent en étages. La première, malgré son mérite, ne suffirait pas à elle seule à soulever l’œuvre au-dessus du sol, d’un sol ferme et large, il est vrai. Elle manque un peu de cette spontanéité, de cette chaleur directe, des choses jaillies du fond de l’être. Quelque application, quelque hésitation s’y trahissent. Ces apothéoses de Dollard, de Jeanne Mance, de Lafontaine, même ces odes à Nérée Beauchemin, à Fréchette, sentent un peu l’éloge commandé et officiel. Il y perce un soupçon de déclamation, d’artifice. Et Fréchette justement revient à la mémoire : c’est son enthousiasme, son mouvement lyrique, la belle harmonie de ses rimes, mais avec un bagage trop uniforme de lieux communs, et cette solennité verbale qui n’est qu’un semblant d’éloquence. Les thèmes eux-mêmes, d’ailleurs, rendaient ces « devoirs » difficiles. Il faut bien reconnaître que le patriotisme, qui a soufflé souvent des actions de grandeur épique, n’a été de tout temps qu’une source mince de poésie. Je ne vois dans l’histoire littéraire aucun chef-d’œuvre qu’il ait produit. L’Iliade, qu’on m’objecterait, s’enroule autour du drame d’Hélène : les Troyens et les Grecs n’en sont que les acteurs. Les chansons de geste récitent les hauts faits pour eux-mêmes, dressent la légende des héros et non le monument d’une race. Ni Dante, ni Milton, ni Camoëns, ni Goethe, n’ont fait d’épopées nationales. Voltaire, qui s’y est essayé, a enfanté la Henriade. La grande guerre elle-même, avec ses exaltations violentes, n’a touché aucune dynamite de poésie vitale, sauf peut-être l’In Flanders’ Fields3. L’explication philosophique du fait entraînerait trop loin. Il se peut que l’idée patriotique, avec ses restrictions de frontières et de races, gêne l’élan des notions purement humaines, des idéals sans bornes, des sympathies cosmiques dont se nourrit la poésie. Lucien Rainier, en tout cas, peut se consoler de n’avoir pas tiré du patriotisme plus de trésors que tant d’ancêtres.

8Par une suite assez naturelle, la forme ici fléchit avec le souffle, s’embarrasse par instants de lourdeur et de prosaïsme. Je songe, pour m’expliquer, à des vers comme ceux-ci :

C’est pourquoi tu vins mettre au gré de Maisonneuve
Le concours absolu d’un zèle à toute épreuve.

J’évoque Lafontaine un jour parlementaire,
Un jour noir, comme alors il en fut tant et tant.

Despotes enflammés d’une mesquine audace,
N’avaient-ils pas formé le projet inhumain
De réduire à néant la malheureuse race
Qu’un sort victorieux avait mise en leur main ?

  • 4 Extraits de « Devant le monument de Jeanne Mance », op. cit., p. 68 (« Maisonneuve / le concours ») (...)

Leur Mère, ayant reçu les derniers sacrements,
Agonise, d’un mal inexorable atteinte,
Et Monseigneur l’assiste en ses derniers moments4.

9D’autres pièces pourtant, même dans ces « Médaillons », s’élèvent plus haut et jettent une note plus sûre. « Vauquelin » est nerveux, mouvementé, d’une diction alerte. Une suite de « Sonnets religieux » voudrait un jugement à part, et conviendrait plutôt au cycle des « Saisons mystiques ». Et parce que les figures de Lozeau et de Gill ont ému de chers souvenirs, leur rappel a des vibrations authentiques et sincères.

  • 5 Benvenuto Cellini (1500-1571), orfèvre, sculpteur florentin qui créa pour le roi de France plusieur (...)
  • 6 Dans des notes pour un article sur « Les limites du vers libre », Dantin a relevé chez Hugo quelque (...)

10Par le « Chantier au bord du rêve », nous entrons dans un monde de léger caprice, où s’ébattent plus à Taise les dons naturels du poète. Il y règne plus de liberté, d’accent, d’empreinte individuelle. Ce sont des formes aperçues, des sensations frôlées que saisit dans l’instant fugace un crayon vif, évocateur. Ce sont aussi des jeux folâtres où l’idée se réduit, se vaporise, pour faire mieux s’éployer la danse protéenne des mots. La finesse de l’esprit, l’ingéniosité, la grâce, les artifices de la prosodie et de la rime, y mènent une parade costumée. Et l’on aurait bien tort de dédaigner cette fantaisie pour son manque de grandeur massive. Il faut lui demander ce qu’elle a voulu être et ne la juger que par là. S’il ne surgit pas de ces vers le spectre de la Haute Poésie, c’est de l’habile poésie mineure, ce qui vaut beaucoup mieux qu’une poésie majeure manquée. Elle nous arrache à cette notion fausse, que la muse habite forcément les cavernes ou les cimes, a par devoir la voix tonnante et les sourcils froncés. C’est du lyrisme encore que l’agencement de concepts menus en tours vifs, en rythmes experts. « Le moineau » de Catulle reste admirable à côté de l’Énéide, comme peuvent l’être à la fois Saint-Pierre de Rome et une salière de Cellini5. Même l’on sait que la poésie se réfugie parfois dans la musique toute pure : — témoins les tra la la, les mironton de nos refrains, si expressifs dans leur absurdité, ou bien le « Sonnet des voyelles » et autres rimes sans aucun sens, qui en prennent un pourtant par la secrète entente de l’âme avec l’oreille6. Toute définition adéquate de la poésie doit inclure ces facteurs, admettre le sourire comme atome poétique, et faire place au rôle dominant que jouent l’éclat des mots, la cadence des syllabes, en certains genres de poésie.

11Je goûte donc sans remords ces bluettes un peu précieuses sur « Mai, les oiseaux et les fleurs » :

Do, mi bémol, fa, sol dièze,
C’est nous qui sommes les pinsons,
Pour vous chanter, ne vous déplaise,
Les refrains neufs de nos chansons.

  • 7 « Le boniment » (op. cit., p. 96) : « dièze... / [...] pinsons, / pour vous [...] déplaise, / les r (...)

Musique étrangère ou française,
Toute la gamme et tous les tons,
Do, mi bémol, fa, sol dièze,
Nous chantons ce que nous chantons7.

12Ces sonnets, rondeaux et ballades, parés de légère ironie, sont spirituels et supérieurement rimes. Cette légende, « La fuite en Égypte », n’a pas pour deux sous de sérieux, mais scintille comme un conte de fées. « Blanchebiche » surtout exhibe une imagerie opulente et un doigté métrique parfois. La pavane, mi-grave mi-railleuse, de cette moyenâgerie surannée est extrêmement pittoresque. Ce château mythique est complet : il n’y manque ni créneaux ni échauguettes, ni princesses, ni barons, ni pages, ni ménestrels, ni les dévots offices et ni les festins de « haulte graisse ». Tout cela se déroule avec un vif entrain rehaussé de cérémonie ; — et derrière la parodie presque inconsciente on devine le songe presque ému où flotte l’image du passé :

Et le Veilleur, qu’argente un bleu
et féodal rayon de lune,
sans crainte ni vergogne aucune
dort sur la tour, du mieux qu’il peut ;

  • 8 « Blanche-Biche » (ibid., p. 124) : « crainte, ni vergogne aucune, / [...] peut ; / / [...] mon Rêv (...)

protecteur de mon rêve riche
qui galope depuis tantôt
sur la licorne du château
dans la forêt de Blanchebiche8 !...

13« La moisson d’orge », « Le bal mystique », « L’heure imprécise », dépassent la joliesse et atteignent la beauté sévère ; mais cette beauté demeure plastique et objective, faite surtout d’images et de sons. Le « Chantier » reste « au bord du rêve » et n’en recueille que des bulles et des reflets.

14« Les saisons mystiques », par contre, y plongent jusqu’au fond, à la recherche d’entités vitales. Elles ouvrent un temple intérieur où l’âme isolée se recueille devant ses problèmes, gémit ses douleurs sourdes et consulte ses guides divins. Ici plus d’artifice, plus d’apparat voulu : c’est dépouillée, essentielle, que la pensée s’exhale, et la poésie en jaillit comme un effluve et comme une flamme. L’émotion projette, frémissants, ses souvenirs et ses regrets, son espoir, sa crainte, sa prière. Comme toute enquête profonde, celle-ci se résout en tristesse ; — et c’est sans doute la nostalgie d’une vie plus haute, la tristitia christiana dont parlent les Pères ; mais c’est aussi, me semble-t-il, une tristesse bien humaine, fille d’aspirations refoulées et d’illusions détruites ; celle d’un cœur qui a souffert et vu souffrir. Tristesse devenue familière, invoquée, presque aimée :

  • 9 Extrait de « Saisons mystiques » (ibid., p. 14).

Étends sur moi ton règne implacable, ô tristesse !
tristesse dure et douce à qui s’est résigné9.

15La pensée de la mort l’entoure et la pénètre : la mort des choses que l’Hiver tue ; la mort que le Printemps pare de mousses pieuses :

  • 10 « Le chagrin du printemps » (ibid., p. 104) : « neuves... »

Tant de sombres maisons gardent closes leurs portes,
où, l’an dernier, le front joyeux, les bras tendus,
l’accueillaient des amis, depuis lors descendus
dans l’horreur invisible et sous les feuilles mortes.
Et, rempli de leur deuil, l’ineffable Printemps,
qui connaît le secret d’amoindrir nos épreuves,
s’esquive et va fleurir, sous ses pas odorants,
les parterres bénits où sont les tombes neuves10.

16La mort des amis chers, des poètes, des vierges ; la mort que le poète lui-même a vue de si près et qui lui a laissé l’attrait de son mystère :

  • 11 « Saisons mystiques » (ibid., p. 26) : « la Mort tenait ».

Ah ! le lit d’hôpital, dans la demi-lumière ;
les drogues qu’un halo de terreur entourait ;
la voix basse, les pas furtifs de l’infirmière
lorsque pour moi la mon tenait son baiser prêt !
Maintenant, c’est la vie et, dans mes yeux, la flamme !
Ma bouche s’apparente aux fruits mûrs qu’elle mord ;
La faim entre les dents, je ris clair à la Mort.
Le lien s’affermit de mon corps à mon âme.
Je me répète, ô Mort, les mots que tu m’as dits,
ô fiancée !... afin que le jour où, très tendre,
tu reviendras, d’un geste amoureux, me surprendre,
ma lèvre garde encor ton goût de paradis11.

17Cette mélancolie, c’est encore la détresse de l’âme en face de ses défaites, la conscience qu’elle a de retomber toujours de ses élans hautains, d’être toujours guettée par des forces hostiles :

  • 12 Ibid., p. 14 : « âme et ».

Les mauvais souvenirs de ma vie, en cohue,
dévalent dans mon âme, et mon âme devient
un sombre champ de guerre où leur foule se rue...
De ma paix dévastée il ne subsiste rien12.

18C’est ce qui rend sa prière si humble et si ardente :

  • 13 Ibid., p. 17 : « repentir ; / [...] ».

Seigneur, vous voyez clair en mon obscurité
et votre œil est trop grand pour que je dissimule
le fond boueux et noir de mon iniquité...
Donnez-moi donc un cœur selon votre formule !...
Un cœur humble, orgueilleux de son seul repentir,
Un cœur pauvre, opulent de sa seule indigence13.

19Quelquefois seulement le nuage se dissipe ; et alors coule dans l’âme sereine la clarté des astres divins :

Maintenant le bonheur d’être un enfant qui prie
me comble, jour à jour, de la gaieté de mai :
comme la route en fleurs mon âme est refleurie
et de l’odeur des bois je me sens parfumé.

  • 14 Ibid., p. 20 : « Maintenant, le [...] la gaîté de ».

Car mon printemps c’est Vous, et c’est Vous ma rosée !
Vers Vous tout mon amour, comme une floraison,
s’élève !... Et telle une eau limpide et reposée,
coule en nappes de paix ma tranquille oraison14.

20C’est donc toute une vie intérieure dont ce chant révèle les secousses et les vagues changeantes. Et sa totale sincérité l’enlève bien au-dessus du passe-temps littéraire, en fait un cri humain et ingénu, beau du rayonnement des choses simples. C’est du lyrisme empli de ce que la foi a de plus profond, de ce que l’âme a de plus secret. Les formules y font corps avec l’idée intense, n’en sont que la voix et l’éclair, ce qui est la meilleure beauté. On chercherait en vain dans la poésie canadienne un parallèle à ce cantique, dont certaines strophes de Nérée Beauchemin se rapprochent seulement. C’est par lui avant tout que Lucien Rainier se singularise et que s’affirme son poème. On relira avec plaisir les caprices du rimeur élégant et expert ; il aura ramené notre instinct poétique vers un art affiné, discret, dont nous sommes trop portés à négliger la tradition. Mais pour qui voudra le classer par son caractère distinctif, par l’ego dominant qui lui assigne une place à part, par la fleur vivant de son œuvre, il sera le lévite qui psalmodie son âme tourmentée, qui met en stances plaintives l’inquiétude chrétienne, le poète croyant et humain des « Saisons mystiques ».

Notes de fin

1 « Avec ma vie, poèmes par Lucien Rainier », L’Avenir du Nord, 1er avril 1932, p. 1 et 3 ; Poètes de l’Amérique française, t. II, p. 73-85.

2 Lucien Rainier, Avec ma vie, Montréal, Le Devoir, 1931, 164 p. Lucien Rainier, pseudonyme de l’abbé Joseph-Marie Mélançon (1877-1956), fut membre fondateur de l’École littéraire de Montréal.

3 Poème de guerre écrit au printemps de 1915 par le médecin-major canadien John McCrae, au lendemain de la bataille d’Ypres, et qui parut dans le journal londonien Punch, le 8 décembre 1915.

4 Extraits de « Devant le monument de Jeanne Mance », op. cit., p. 68 (« Maisonneuve / le concours »), de « À Louis Hyppolite La Fontaine », ibid., p. 77 et 78 (« J’évoque La Fontaine en [...] parlementaire, / un jour [...] tant ! / / [...] audace, / n’avaient-ils [...] inhumain / de réduire [...] race / qu’un sort [...] main ?... ») et de « Elles mouraient ainsi », ibid., p. 59 (« sacrements, / agonise [...] atteinte... / [...] ses graves moments. »).

5 Benvenuto Cellini (1500-1571), orfèvre, sculpteur florentin qui créa pour le roi de France plusieurs pièces d’orfèvrerie, dont une salière d’émail et d’argent (1543), aujourd’hui conservée au Musée de Vienne, représentant les deux divinités de la Terre et de la Mer.

6 Dans des notes pour un article sur « Les limites du vers libre », Dantin a relevé chez Hugo quelques jeux linguistiques « folâtres », « réguliers de rythme » bien qu’« à peu près incompréhensibles » ; « Mirlabobi, Surlabobo / Mirliton, miton, mitaine / Surlababi, mirlababo / Mirliton, miton, mitaine », que lui-même a essayé d’imiter dans sa Chanson javanaise : « Misère ! / Enolutam, cenotulam / Comme c’est court, ces rêves d’Islam ».

7 « Le boniment » (op. cit., p. 96) : « dièze... / [...] pinsons, / pour vous [...] déplaise, / les refrains [...] / / <Le deuxième et le troisième vers de cette strophe sont intervertis.> tous ! / [...] dièze, / nous chantons ce que nous chantons ! »

8 « Blanche-Biche » (ibid., p. 124) : « crainte, ni vergogne aucune, / [...] peut ; / / [...] mon Rêve riche / qui galope, depuis tantôt, / [...] château, / [...] Blanche-Biche !... »

9 Extrait de « Saisons mystiques » (ibid., p. 14).

10 « Le chagrin du printemps » (ibid., p. 104) : « neuves... »

11 « Saisons mystiques » (ibid., p. 26) : « la Mort tenait ».

12 Ibid., p. 14 : « âme et ».

13 Ibid., p. 17 : « repentir ; / [...] ».

14 Ibid., p. 20 : « Maintenant, le [...] la gaîté de ».

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter