Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

« Vieux Doc » (Docteur) Edmond Grignon. Quarante ans sur le bout du banc1

Texte intégral

  • 1 « Quarante ans sur le bout du banc par Vieux Doc », L’Avenir du Nord, 21 octobre 1932, p. 1 ; Le Ca (...)
  • 2 Vieux Doc (pseudonyme d’Edmond Grignon), Quarante ans sur le bout du banc, Montréal, Beauchemin, 19 (...)
  • 3 En guettant les ours (voir supra, p. 544-548).

1Le grand tort de ce livre2, c’est d’en suivre de près un autre3 qui était une sorte de chef-d’œuvre. Les chefs-d’œuvre vont rarement par paires, et il est naturel que ce frère cadet souffre un peu de l’excellence de son aîné. Les premiers mémoires du vieux Doc, où il nous retraçait les hauts points de son existence, dans les abatis du Nord naissant, nous avaient enlevés d’emblée par leur naturel, leur fraîcheur, par la bonhomie et l’entrain qui les pénétraient. Ils nous charmaient par un côté plus grave, par le tableau des luttes et des labeurs des pionniers, où la charrue, la hache, le « guet des ours », le courage et la belle humeur conduisaient de concert l’avance solide de la race. On ne sentait dans ces récits aucun effort, aucune littérature voulue ; les croquis de types et de mœurs s’y gravaient en lignes sans surcharge ; l’humour naissait toute seule des situations et des actes ; le sérieux, la gaieté, y étaient dosés justement ; il s’en dégageait un arôme d’énergie et de confiance. Il est sûr que la nouvelle œuvre a un caractère autre, et par suite des traits différents. Ce sont des souvenirs encore, mais triés cette fois à dessein pour leur qualité amusante, recherchant franchement l’évocation comique et invitant l’éclat de rire plutôt que le sourire discret. Le crayon en est moins subtil et plus largement appuyé. Les personnages et les paroles y sont grossis sans grand scrupule, y versent joyeusement dans la caricature. Ce n’est plus de l’histoire toute pure, pas même de la petite histoire ; c’est la chronique enjolivée, accrue, où l’imagination se joue, où l’auteur se découvre derrière les faits et les ficelles. Le dialogue ici remplace souvent la narration directe, et ces piécettes scéniques empruntent forcément quelque chose aux conventions et aux artifices du théâtre. Comme on voit, les deux œuvres se ressemblent à peine ; l’auteur sans doute les a voulues diverses, et il est presque injuste de les comparer. Mais si on les compare, il faut reconnaître que la dernière venue relève d’un genre inférieur, et par suite n’atteint pas l’importance, le charme discret, l’intérêt multiple de l’autre.

2Là-dessus, des critiques à l’esprit tout d’une pièce, pour qui les gradations et les nuances n’existent pas, et qui jettent sur les livres leurs verdicts comme des pelletées, refusent à celui-ci toute espèce de mérite, le traitent même de très haut, avec ce dédain transcendant qui est pour eux le fin du fin de la critique. Excès, à mon avis, qu’expliqué sans l’excuser cette comparaison qui les hante. Ils voient le Bout du banc à travers En guettant les ours et appliquent aux deux œuvres les mêmes normes et les mêmes mesures. Je gagerais que si celle-là eût été publiée d’abord, ils s’en seraient esclaffés tout naïvement, auraient trouvé ces histoires très drôles, intimement canadiennes, distinctives du pays du Nord, et auraient salué le docteur Grignon comme une découverte.

3Mais la chronologie n’a rien à voir avec l’affaire. Ces « procès » plus ou moins burlesques peuvent être amusants en eux-mêmes, à la façon des Tribunaux comiques, des charges de Capus ou de Courteline, sans qu’on leur en fasse un reproche. C’est un genre : il suffit qu’on y réussisse. On peut s’en dérider comme des Contes de Fréchette, sans se demander s’ils contiennent de l’épopée ou du lyrisme. J’avoue bien humblement qu’ils m’ont produit cet effet-là. Avec ce « crétinisme » auquel seul échappe un petit groupe d’esprits d’élite, tous réunis au même journal, je les ai lus d’un bout à l’autre, non seulement sans y trouver de causes d’indignation, mais avec le plaisir béat que j’éprouve encore, à mon âge, à de bons gros lazzi, à des histoires bouffonnes, à voir jouer Guignol, à voir se déhancher des nègres sur les planches des scènes populaires. Et, qui pis est, je n’en rougis pas. Je crois qu’il y a dans l’art, comme dans le paradis, d’innombrables « demeures », et que c’est une curiosité éclairée, une jouissance légitime, de les explorer toutes. Tout ce qu’on exige de chacune, c’est d’être ce qu’elle promet, ce qu’elle prétend, et rien de plus. Je prends donc ce volume, non plus comme une œuvre sérieuse, mais comme une joyeuse parodie sur un fond secondaire de réalité. Ainsi classé, s’il me distrait, s’il me donne par instants la grimace bienfaisante du rire, c’est assez pour que je l’approuve et lui pardonne ses propres grimaces. Et je n’en fais pas pour cela, notez-le, l’égal du Misanthrope.

4En fait, ces pages, à mon avis, malgré quelque outrance dans la ligne, foisonnent de traits réjouissants, de passages de bon comique, dans un genre désinvolte qu’a cultivé Rabelais, dans une langue verte et crue que n’a pas dédaignée Shakespeare. Ces échanges de malices entre maître Boisseau et maître de Montigny ; — ce coup de poing de Marin Aube, si mortel qu’on dut l’interdire par injonction légale ; — ces plaidoiries de l’ivrogne Chamberlin ; — ce son doux, moelleux, semblable à un roucoulement, qu’émet madame Hurlot au lieu du cri aigu qui eût dû arrêter une tentative de violence : tout cela est exhilarant et de haute ironie. Même le « Plat de ragoût », même les « Ergots de cochon », ce n’est sûrement pas très relevé, très distingué, mais on peut goûter cela comme on goûte Piron. Sommes-nous si puritains, qu’il nous faille faire la moue à toute histoire dénuée de noblesse ? Et les mêmes contempteurs de ces gauloiseries applaudissaient, dans l’autre volume, « La baisette », « Les deux reines », et la confusion d’élixirs qui coûta cher au brave Raphaël !

5D’ailleurs, quelques chapitres ont une note plus sérieuse, reprennent la veine autobiographique, et pourraient faire partie d’En guettant les ours.

6Consolez-vous, vieux Doc, vous n’avez pas commis un crime, ni profané l’arche de nos lettres : vous avez seulement secoué un peu leur solennité. Vous gardez vos dons de conteur : vous n’avez fait que changer de sujets. Vous nous peignez des types plus frustes et plus hauts en couleur, d’un crayon plus chargé mais encore habile. Et vous restez le thérapeute qui dissipe nos humeurs noires et nous guérirait au besoin d’une gourme hypocrite propre à raidir chez nous la gaieté canadienne, l’esprit gaulois et l’esprit tout court.

Notes de fin

1 « Quarante ans sur le bout du banc par Vieux Doc », L’Avenir du Nord, 21 octobre 1932, p. 1 ; Le Canada, 9 décembre 1932, p. 2 ; Gloses critiques, t. II, p. 89-93.

2 Vieux Doc (pseudonyme d’Edmond Grignon), Quarante ans sur le bout du banc, Montréal, Beauchemin, 1932, 241 p.

3 En guettant les ours (voir supra, p. 544-548).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540