Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

Pour la Société des Nations1

Texte intégral

  • 1 « Pour la Société des Nations », L’Avenir du Nord, 9 décembre 1932 ; Gloses critiques, t. II, p. 15 (...)

1Délaissons un instant la littérature pour traiter d’un sujet qui intéresse la vie, le progrès humain, d’une façon plus directe et plus intense.

  • 2 La Société des Nations fut créée en 1919 par les signataires du traité de Versailles, à l’instigati (...)
  • 3 Le 6 décembre 1932, Dantin écrit à Jean Bruchési : « Je viens d’envoyer à l’Avenir du Nord une défe (...)

2Si la Société des Nations2 n’avait, pour l’encourager dans son œuvre, que les approbations de certains de nos journalistes, elle serait vraiment fort à plaindre. On lit chaque jour à son sujet, à propos de tout et de rien, quelque allusion railleuse, quelque attaque détournée, quand ce n’est pas une diatribe violente. Il faut avouer que ses adversaires parlent plus fort que ses amis, ce qui n’implique pas qu’ils voient plus clair. Mais si ceux-ci se taisent tout à fait, on finira par croire qu’ils ont cessé d’être ou qu’ils renoncent à sa défense. Les remarques suivantes voudraient empêcher cette erreur3. Il y a, en fait, des millions d’esprits qui chérissent les grands principes sur lesquels cette œuvre repose et jugent son action bienfaisante. Je me rallie franchement à eux. J’admets qu’on signale ses défauts, ses achèvements incomplets, que tout le monde peut voir ; mais l’hostilité par système, les reproches excessifs, injustes, jetés à son encontre, heurtent nos meilleures aspirations. Je voudrais expliquer comment.

3On dirait, à lire ces critiques, que leurs auteurs répugnent d’avance à tout ce qui contrecarre la liberté des peuples de se massacrer les uns les autres. Cela leur semble un droit primordial, que seuls des utopistes inconscients peuvent songer à éliminer de la terre. Ce droit se base, à leur avis, sur la « nature humaine », qui, étant ce qu’elle est, nous porte nécessairement à nous entre-dévorer et à nous détruire. Si nous avons des poings et des ongles, c’est pour les employer à quelque chose, n’est-ce pas ? Et si nous sommes nés égoïstes, avides du bien d’autrui, prêts à opprimer les plus faibles, c’est donc que ces instincts doivent s’exercer à l’occasion. Et si l’esprit a inventé des canons, des tanks, des grenades, des gaz empoisonnés, peut-on faire que ces fruits du génie humain restent à s’atrophier, inutiles ? Il y aura toujours des guerres, pourquoi encore ? Parce qu’il y en a toujours eu. Cela semble de soi une démonstration sans réplique. Vouloir qu’il n’y en ait plus est donc ridicule ; mais tenter sérieusement de les enrayer, mettre en commun des idées, des efforts, pour mater les rages carnassières de l’espèce, cela devient insupportable et doit être promptement aboli.

4Or, grattez bien ces négations, ces attaques obliques ou directes ; vous y découvrirez, sous la critique d’une institution, deux prémisses plus fondamentales qui relèvent d’une philosophie : un fatalisme qui désespère du progrès moral et veut qu’on cesse de le poursuivre, — et la conviction que la guerre, en somme, a du bon et mérite qu’on la conserve. Comment expliquer autrement ces continuelles ironies à l’égard des « rêveurs », des « idéalistes » qui croient que l’homme un jour abjurera sa barbarie et en viendra à régler ses disputes par d’autres voies que par le sang ? Et comment, dans des cas concrets, expliquer ces défenses d’agressions brutales, d’expansion aux dépens d’autrui, de conquêtes habillées d’excuses hypocrites, comme le monde en a vu de tout récents exemples ?

5Évidemment ces sceptiques s’en tiennent à la déprimante maxime : Quod fuit, id est quod futurum est, et flirtent même avec cette autre : Qui a la force a le droit. Ce n’est pas seulement la nature humaine qui est immuable, à leur sens, ce sont ses vices, ses tares, ses appétits voraces et cruels. Ils ne songent pas que cette doctrine nous voue à l’inertie la plus dégradante, coupe à la société tout espoir d’ascension morale. Ils oublient les progrès déjà accomplis au cours de longs siècles dans l’âme collective : l’évolution qui l’a conduite, de la mentalité de l’homme quaternaire, aux notions d’ordre, de justice, d’aménité au moins relative, qui inspirent ses mœurs présentes et peuvent indéfiniment s’affermir ; dont la plus récente forme est précisément l’ostracisme dont elle veut frapper la violence entre les peuples. Ils devraient, pour être logiques, condamner également le christianisme, cette utopie de perfection encore plus haute, plus difficile, — idéalisme s’il en fut jamais, qui est aussi un pacifisme.

6Quant à l’utilité, aux « bienfaits » de la guerre, comment oser les soutenir au lendemain du cataclysme qui a failli engloutir le monde et qui l’étouffé encore de son poids ? de cette boucherie de millions d’humains rués les uns sur les autres sans savoir pourquoi, s’égorgeant à l’aveugle sans même se haïr ? de ces ruines sociales qui, après vingt ans, nous poursuivent encore, remplissant nos rues de leurs victimes ? Jamais la guerre ne s’est montrée sous un aspect plus répugnant, dans un rôle plus uniquement destructeur. Beau temps, en vérité, pour s’en faire les apôtres et pour chercher querelle aux mouvements qui la combattent !

7La Société des Nations, avec tous ses tâtonnements, toutes ses impérities, est le plus important de ces mouvements, et c’est même le seul qui compte. Elle donne un corps et des organes à l’un des souffles les plus généreux que connaisse l’histoire. Et d’ailleurs elle repose sur un élémentaire bon sens, sur la nécessité de prévenir des catastrophes dont chacune serait pire que la précédente et auxquelles nulle civilisation ne pourrait survivre. Son but n’a rien d’une utopie dès lors que les nations elles-mêmes s’unissent pour le vouloir et s’organisent pour y marcher. Un pacte abolissant la guerre n’a rien de plus absurde que le pacte déjà conclu par lequel les bagarres privées sont interdites aux citoyens ou, quand elles se déclarent, sont promptement arrêtées par les gendarmes. C’est le même pacte sur une plus vaste échelle : et de même que le gendarme empêche au moins quatre-vingt-dix pour cent des coups de poing probables et coupe court au reste, il est très concevable qu’un plus grand « gardien de la paix » puisse l’imposer aux peuples par sa présence autorisée, par la force morale qu’il exerce, au besoin par des coercitions effectives. Il suffit pour cela que les intéressés s’éveillent au signe de la raison, au respect mutuel des droits, au sens de la fraternité commune, et se liguent pour leur maintien. Et cela, n’en déplaise aux pessimistes, c’est aussi la « nature humaine ». L’autre nature pourra en souffrir, mais pas plus que celle des bandits qu’on empêche de voler et d’assassiner. Qui empêche un esprit sérieux de partager un idéalisme aussi raisonnable et aussi pratique ?

8Que la Société des Nations n’ait pas atteint d’emblée toutes ces nobles fins ; qu’elle n’ait pas, au bout de vingt ans, rendu définitive la paix universelle que le monde attend depuis deux fois vingt siècles, il faut être naïf pour s’en étonner. Un mouvement de cette nouveauté, de cette ampleur, si au-dessus des traditions et des routines, doit heurter à l’abord des inerties, des défiances qui ne cèdent qu’au temps et à la constance dans l’effort. Il est fatal que les anciens égoïsmes soient lents à périr et s’effarent devant des renoncements imprévus. Les vieux nationalismes regimbent à la solidarité commune. Mais le fait même que la Société dure démontre que ses membres gardent son but intact et persistent à le poursuivre. On lui reproche de tant discourir. « Où mènent, dit-on, toutes ces palabres ? » Mais discourir, c’est penser d’abord, c’est discuter des faits, c’est échanger des points de vue. Songez à tous les mots qu’il faut pour calmer deux individus : il en faut davantage pour réconcilier deux peuples. Et puis tant qu’on discourt, notez-le bien, on ne se bat pas. La Société, par ses discours, a déjà apaisé de graves conflits : entre l’Italie et la Grèce, entre la Pologne et la Lithuanie, entre la Finlande et la Suède, entre l’Allemagne et la Pologne, entre la Grande-Bretagne et la Turquie, tout récemment entre la Hongrie et la Yougo-Slavie. Elle vient de résoudre d’une façon paisible l’épineuse question de la Sarre. Elle s’est montrée parfois hésitante, timide ; mais elle n’a pas sanctionné l’injustice ; et ses précautions s’expliquaient par la limite encore incertaine de ses pouvoirs, par l’espoir d’un succès meilleur par moyens persuasifs. Après tout, ce n’est pas le rôle d’un médiateur d’aller tonnant, cassant les vitres. Les forces morales, grâce à Dieu, ont encore un poids en ce monde, et restreignent l’injustice bien plus qu’il n’y paraît.

9D’ailleurs pourquoi blâmer une institution pour les défections isolées de ses membres ? Que deux ou trois nations, ou plutôt leurs guides autocrates, se trouvent gênés dans des desseins inavouables par ces nouvelles contraintes et ne cherchent qu’un prétexte à leur échapper, cela condamne-t-il le principe qui leur barre le chemin ?

10Voici le Japon quittant la Société pour n’avoir pu lui arracher la sanction d’une attaque injustifiable. Voici Hitler qui s’en sépare pour mieux préparer la « revanche » qu’on lui défend. Voici Mussolini, le nouveau César, toujours prêt, au moins en bravades, à la conquête universelle, qui refuse d’arbitrer un minime incident de frontière. Défaites partielles, si l’on veut, pour l’idée pacifique ; — mais défaites portant avec elles leur condamnation juridique et la protestation de la conscience commune. Pour que la Société faillît à sa tâche, il faudrait qu’elle les approuvât, qu’elle s’y montrât indifférente. Mais la meilleure preuve qu’elle résiste aux violateurs de ses lois, c’est que ceux-ci n’ont à la fin d’autre ressource que de lui fausser compagnie.

11On l’accuse d’être aux mains de cinq ou six grandes nations qui la dominent. Mais ces nations, grâce à elle, discutent leurs problèmes, examinent leurs causes de conflits, et, malgré leurs intérêts parfois divergents, ne cessent de rechercher des formules d’accord stable qui s’étendront au monde entier. Elles ont conclu des traités de non-agression ; elles en projettent d’autres, et ne crions pas avant le temps à leur faillite. Elles ont fait faire un pas à ce désarmement moral qui suppose l’oubli des injures passées et qui ramènera la bienveillance et la confiance entre les ennemis d’hier. Est-ce que tout cela mérite le mépris ? Quelle manie est-ce là de refuser à ce bel élan le temps de s’affirmer ; de le juger a priori inapte et inutile ; d’exhorter même notre pays à s’en séparer ? Quel sens plausible à cette antipathie pour le rapprochement des peuples, et pour les palabres, même trop longues, entreprises dans ce but ?

12Tout cela s’est fait jusqu’ici, non seulement sans aucun mal, mais avec quelque résultat pour la paix et pour la justice. Encore une fois ? est-ce à la paix même qu’on en veut ? On s’en défend, mais suggère-t-on, pour créer la paix, d’autres outils, d’autres méthodes ? S’imagine-t-on que les vieilles diplomaties, responsables de toutes les guerres, vont suffire maintenant à les exterminer ? Répudier l’effort présent, c’est équivalemment renoncer à tout autre et se résigner à jamais à traîner dans les vieilles ornières. Alors est-ce le progrès qu’on déclare impossible ? Il est heureux que l’univers ne partage ni ce désespoir ni ces persistances combatives.

13Cinquante-quatre nations, grandes, moyennes, petites, s’acharnent encore à penser qu’il y a autre chose que la rapacité, le meurtre, dans la nature humaine, et autre chose dans le progrès que de dures machines. Ce serait même une illusion qu’il vaudrait mieux la leur laisser. Mais il faut avoir plus de foi. Il faut croire que l’esprit humain, qui s’asservit toute la nature, peut trouver le secret de régir la sienne propre, atteindre au moins à ce raffinement que tous les animaux connaissent : ne pas manger sa propre espèce. Ne nous figurons pas que les groupements d’hommes soient nécessairement pires que les individus, que vous et moi, que tous les gens paisibles qui n’ont jamais tué personne, qui s’adressent à des juges dans leurs disputes, et qui forment, grâce à Dieu, les neuf dixièmes du genre humain.

Notes de fin

1 « Pour la Société des Nations », L’Avenir du Nord, 9 décembre 1932 ; Gloses critiques, t. II, p. 151-160.

2 La Société des Nations fut créée en 1919 par les signataires du traité de Versailles, à l’instigation du président Wilson des États-Unis. Son but était le maintien de la paix et de la sécurité et le développement de la coopération entre les nations. Elle sera remplacée en 1946 par l’Organisation des Nations Unies.

3 Le 6 décembre 1932, Dantin écrit à Jean Bruchési : « Je viens d’envoyer à l’Avenir du Nord une défense de la Société des Nations que m’arrachaient positivement les sarcasmes constants d’Asselin et qui a soulagé ma conscience (mais ici je crains de me heurter un peu à vos propres idées !). »

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540