Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

Aux marches de l’Europe par Jean Bruchési1

Texte intégral

  • 1 « Aux Marches de l’Europe de Jean Bruchési », L’Avenir du Nord, 21 avril 1933, p. 1 ; La Revue mode (...)

Jean Bruchési (1901-1979), journaliste, historien et critique littéraire, fut professeur d’histoire et de sciences politiques à l’Université de Montréal (1927-1937), avant de devenir sous-secrétaire de la province de Québec, puis ambassadeur en Espagne et en Amérique latine.

Dantin a correspondu avec Bruchési de 1930 à 1944. Us discutaient surtout de problèmes sociaux, économiques et politiques, sur lesquels ils s’opposaient immanquablement. En 1932, Dantin refusera de collaborer au Canada : à cause de « l’esprit de ce journal, depuis qu’il est inspiré par M. Jean Bruchési », explique-t-il, « je l’ai dit ces jours-ci à M. Bruchési lui-même, écrit-il à Olivar Asselin, en réponse à son invitation, d’ailleurs fort gracieuse, de collaborer [...]. Et dire que le journal est l’organe du parti libéral de la province] » (lettre du 12 avril 1932, citée dans Louis Dantin, p. 120).

À DesRochers, il confie que, s’il écrit désormais dans L’Avenir du Nord, c’est, d’une part, « parce que Jules Édouard Prévost, [son] excellent ami, n’est plus au Canada et dirige l’organe de Saint-Jérôme » ; et, d’autre part, parce que « le voisinage de Jean Bruchési (au point de vue des idées seulement) [lui] fait naturellement horreur » (lettre du 13 février 1930).

Même si Dantin ne ménageait jamais son « opinion des opinions » de son « frère ennemi », celui-ci s’arrêtait volontiers chez Dantin. « Nous avons réussi à passer ensemble deux heures très paisibles. Je lui ai fait visiter les musées de l’Université Harvard », écrit Dantin à Germain Beaulieu, le 4 mai 1930. « C’est un plaisir de s’empoigner avec des esprits comme ceux-là, qui restent sur le champ des idées, et n’ont pas constamment la main sur leurs matraques pour vous assommer par l’insulte s’ils ne peuvent vous réduire par la logique », expliquait-il.

Le 6 décembre 1932, Dantin écrit à Bruchési pour lui dire qu’il a lu dans Le Canada cette « soi-disant critique » d’Aux Marches de l’Europe et qu’elle l’« avait frappé par sa platitude autant que par son injustice. Elle vous reproche, explique-t-il, précisément ce qu’elle devrait louer dans votre œuvre, le souci de vous documenter, d’apporter des faits et des chiffres à l’appui de vos impressions de voyage. C’est vous blâmer, en somme, d’avoir fait un livre sérieux et qui laisse dans l’esprit autre chose que de futiles images. Mais on sent en tout cela tellement départi pris et de malveillance préconçue que cela ne peut, je crois, vous faire grand tort chez les lecteurs ; et il me semble que le dédain est tout ce que vous devez à ce genre d’attaques. C’est pourquoi je ne réponds jamais, pour ma part, à des critiques comme X. [Pelletier], dont la mauvaise foi m’a été prouvée et pour qui l’argument littéraire n’est qu’un prétexte à satisfaire des rancunes (cité dans Louis Dantin, p. 219).

À Bruchési, Dantin signale que « la grande lacune » de son livre, « c’est qu’il ne reflète le plus souvent qu’une face des questions ». « Vos enquêtes, lui dit-il, se sont restreintes aux personnages officiels avec qui vous vous êtes trouvé en contact et concluent naturellement en faveur de leur point de vue. Vous avez interviewé des premiers ministres, des grands seigneurs, même des rois et des reines ; vous n’avez pas frayé avec le peuple, entendu le son de sa cloche, communié avec ses misères, exposé les ferments qui le soulèvent. Et pourtant ce sont là des faits autrement importants que le cérémonial d’une réception à la cour d’Alexandre ou la visite d’une exposition. Les négliger, c’est se condamner à ne voir que la surface des choses, c’est s’exposer à ne les regarder que du côté de l’“autorité”, bienfaisante ou nuisible, usurpée ou non, et à faire consister l’“ordre” d’un pays dans son maintien forcé sous le joug, quel qu’il soit. C’est cette espèce d’ordre, vous vous souvenez, qui “régnait à Varsovie”, et que les Pilsudski et autres autocrates du jour font régner par les mêmes méthodes à Varsovie et ailleurs. Vos critiques d’Europe, sans doute, ont ignoré ces tendances de votre livre pour la raison probable qu’ils les partageaient ; mais je me croirais obligé, le cas échéant, de les discuter. Et je ne pourrais m’empêcher de m’ébahir de cette seconde vue qui vous fait reconnaître dans les foules les “faces de bolchévistes” ! Quand je songe à ces devoirs désagréables, je me demande si ma bonne amitié pour vous ne se témoigne pas mieux par ces pointes confidentielles que par des escarmouches publiques. Et c’est une des raisons pour lesquelles j’hésite, malgré tout, à trop m’épancher sur vos Marches. En louer le travail sérieux, les statistiques honnêtes, les données historiques étendues, l’écriture bien française, l’intérêt soutenu, serait-ce assez pour adoucir les divergences de fond ? » (lettre du 30 janvier 1933, citée dans Louis Dantin, p. 220-221).

Le 18 avril 1933, Dantin écrit à Bruchési pour lui apprendre qu’il a finalement écrit un article sur son livre : « Ce qui m’y a décidé surtout, ce sont les attaques bêtes dont je vois que vous êtes l’objet de la pan d’un certain clan, dont le parti pris et l’injustice sautent aux yeux. Cela ne veut pas dire que tout soit rosé pour vous dans ma critique, et vous savez d’avance quelles chicanes elle vous cherchera et le peu de ménagements qu’elle y mettra sur certains points. Mais il y règne, je crois, un esprit d’équité qui fait ressortir toutes les qualités de l’ouvrage et répartit plus d’éloges que de reproches, comme il convenait. »

Cela n’empêchera pas Dantin, dans une lettre à Alfred DesRochers, de qualifier de « rétrogrades » les opinions de Bruchési et de condamner « ses préjugés contre la société moderne et sa haine du Monde tel qu’il est » (25 mai 1933). Au même correspondant, il se dit quelque peu inquiet de la réaction de Bruchési à la lecture de son article : « Je ne sais quelle mine il a pu faire à certaines ironies que je lui sers. Il avait bien promis d’avance de ne pas se froisser, mais je m’étonne un peu qu’il ne m’ait rien écrit depuis : il a pu trouver le ton trop fort. Je n’y puis rien : ses réactions aux choses sont aux antipodes des miennes, et il fallait que je le dise » (28 avril 1933).

***

  • 2 Jean Bruchési, Aux Marches de l’Europe, Montréal, Albert Lévesque, 1932, 322 p.

1Il faudrait plaindre le Canadien instruit qui accueillerait ce volume2, au seul énoncé de son titre, par cette fin de non-recevoir : « Que nous importent les Marches de l’Europe » ? Il se démontrerait nanti d’une curiosité bien étroite, et d’une idée bien humble des champs où l’esprit canadien peut aspirer à se mouvoir. S’il est une bonne raison qui nous interdise toute étude dépassant nos spectacles ou nos intérêts immédiats, on ne l’a pas encore fournie ; et ce serait une modestie outrée et dégradante de nous croire incapables de visions plus larges. Une des causes, en fait, du peu de portée de nos lettres, c’est qu’elles ont cultivé des jardins trop enclos, sans assez d’air libre et d’espace. Il faut étendre ses enquêtes, ses vues, ses sympathies, tout en gardant au sol natal sa place réservée. Il faut s’intéresser aux Marches de l’Europe, comme à tout ce qui est intéressant en soi, comme à tout coin de terre où notre humanité végète. Et d’ailleurs ces lointains pays nous sont-ils étrangers, quand ils ont pu hier déchaîner sur nous leurs tourmentes et nous entraîner dans leurs luttes ?

2M. Jean Bruchési avait, pour cette exploration, encore d’autres motifs. L’étude de la politique, de l’histoire, est pour lui un devoir d’état : et nul terrain plus que celui-ci n’a été de tout temps fécond en crises historiques, riche d’influences directes sur l’évolution de l’Europe. Même au lendemain des catastrophes qui l’ont ébranlé jusqu’au fond, il y bouillonne une multitude de ferments vifs et dangereux. Pologne, Autriche, Hongrie, Bulgarie, Serbie, Roumanie : ces Balkans de naguère, reconstitués en groupes ethniques par la paix de Versailles, n’ont pas encore trouvé l’équilibre, l’accord stable que leur promettait l’ordre nouveau ; ce qui condamne, non pas les principes de cet ordre, mais ses formules incomplètes, surtout ses applications faussées, arbitraires, pour le bénéfice des vainqueurs. L’agitation qui règne encore là-bas, les rivalités raciales, les jalousies et les intrigues, offrent à un esprit attentif maint sujet de recherche et de réflexion. Pays, d’ailleurs, d’un charme unique pour le voyageur, le poète : où chaque tournant de route ressuscite un lointain passé, où l’Orient et l’Occident se touchent, juxtaposant les traits, les mœurs, les monuments de Rome et de Byzance. L’auteur les a parcourus en touriste, mais aussi en observateur et en critique sagace. Son ouvrage reflète à la fois les impressions d’une captivante tournée et l’esquisse de graves problèmes qu’il a vus surgir à chaque pas. Pour tout embrasser de plus haut, il s’était retracé d’avance la filière historique des races, leurs migrations, leurs croisements au cours des siècles ; il avait recherché dans leurs conflits, dans l’origine de leurs cultures, les causes qui s’allièrent pour façonner leur âme distincte. C’est sur ce fond solide qu’il établit ses données et ses conclusions. Mais il n’a pas non plus négligé le présent. Il regarde, interroge tout au long de sa route ; il visite les hameaux comme les villes populeuses ; il cause avec des paysans, des bourgeois, des popes, des ministres d’État, même avec des rois et des reines ; il dîne avec des maires socialistes. Bref, son enquête est étendue et variée ; et elle s’entoure de documents précisant les progrès de la richesse, de l’industrie, de l’instruction publique, dans les régions qu’il parcourt.

3Ce livre, comme on voit, entend être instructif. Ce n’est pas un de ces carnets légers où se notent en courant l’éclair du paysage, l’incident imprévu, le trait de mœurs piquant ou bizarre. Qui chercherait ici la vie frivole des capitales et la gaieté des boîtes de nuit se serait simplement trompé d’adresse. L’auteur voit comme un autre le sol, les scènes et les coutumes, et il les peint en touches souvent vivaces ; mais on le sent préoccupé d’objets plus difficiles. C’est à travers la vie nationale avec ses complexités, ses périls, qu’il nous guide surtout ; ce sont les faits sociaux et politiques qu’il interprète. Et peut-on justement lui reprocher d’être sérieux ? Un philosophe vaut bien un photographe de cinéma ; et une leçon d’histoire, même sobre en fantasmagorie, a son intérêt par elle-même.

4Dans cette Europe de l’Est, la grande cause de malaise que M. Bruchési voit partout, menaçant l’ordre et la paix sociale, c’est un nationalisme aigu, irrité de sa part dans les nouveaux partages, refusant d’accepter les faits accomplis, exhalant ses griefs à tout prétexte, sans qu’on puisse toujours dire si c’est à tort ou à raison. Il semble que le « principe des nationalités », tel qu’appliqué à Trianon, n’ait fait que déplacer les questions brûlantes. En brisant les anciennes fédérations au profit de minorités ethniques, il a créé d’autres minorités tout aussi exigeantes et aussi hargneuses, et les majorités nouvelles, hier persécutées, se font aisément persécutrices. Les « corridors », les enclaves de villes, de provinces, qu’on croyait dictés par la justice même, sont devenus autant de champs d’inimitié, parfois d’hostilité ouverte. Ce nationalisme explosif, M. Bruchési l’a vu en Pologne, où pas moins de cinq groupes (« cinq Alsaces », a-t-on dit) revendiquent leur autonomie. Il l’a constaté dans l’Autriche démembrée, dans la Hongrie mécontente de ses frontières ; en Roumanie, aux prises avec ses sujets transylvains et bulgares ; en Bulgarie, réclamant toujours la Thrace, la Macédoine ; en Yougoslavie, où Slovènes et Croates protestent contre la tyrannie serbe. Il faut admirer la clarté avec laquelle l’auteur expose ce chasse-croisé de querelles, résume les faits, les arguments, sans prétendre juger à fond de litiges si enchevêtrés. Il conclut seulement : « L’équilibre moral, économique et politique de l’Europe orientale n’est pas encore chose faite », et de cette assertion son livre est la preuve raisonnée.

  • 3 Dantin donne dans La Revue moderne une version abrégée de cet article, dont la suite se lit : « J’a (...)

5À côté de cette grave étude, la description des lieux et des mœurs pittoresques, celle des reliques de l’art, des monuments où dorment les guerriers et les grands évêques, occupe sa juste place. La visite de collèges, d’expositions, d’usines, de ports de mer, jette des jours sur le présent. Et le voyage lui-même, avec ses visions fuyantes et ses éternels douaniers, a la note des choses vécues. M. Bruchési ne pose pas au brillant styliste : son lyrisme est restreint ; il ménage le trait et l’enluminure ; mais il dit tout ce qu’il veut dire, et sa phrase quelquefois touffue demeure orthodoxe et logique. À lire ses descriptions, ses thèses, on n’est pas soulevé, extasié, bouleversé, ce qui serait bien inutile ; on ne retrouve pas le crayon magique de Loti ou la pointe fine des frères Tharaud, voyageurs avant tout artistes ; mais on s’instruit solidement et avec plaisir3.

6On pourrait sans doute, çà et là, contester certains jugements et discuter certaines tendances. M. Bruchési est conservateur par principe, par instinct, et il en a le droit ; mais il pousse trop loin, selon moi, son attachement au passé, son dédain pour la société moderne, sa méfiance de ses institutions et de son esprit. Cela le rend presque étranger au monde où nous vivons, et l’empêche d’apporter à ses recherches ce détachement objectif d’où naît l’impartialité et cette sympathie qui complète l’intelligence. De là, des préventions contre la liberté, la démocratie, l’égalité des droits, les revendications sociales, les efforts pour la paix universelle ; surtout contre ce qui, de près ou de loin, ressemble à une révolution. Il en est encore, après cent quarante ans, à protester contre la Révolution française ! Et ceci résume bien le défaut de son attitude. Car enfin, en dehors de toute théorie, voici un de ces faits posés, définitifs, qui ont donné au monde une direction nouvelle et sur lesquels le monde ne reviendra jamais. Ces faits, il faut les accepter comme on accepte l’histoire humaine, comme on accepte les périodes géologiques. Il est aussi oiseux de regretter la Révolution française que de pleurer la chute de l’empire des Mèdes. Mais M. Bruchési, lui, ne se résigne pas ; il trouve même pour gémir des occasions assez curieuses. Ainsi il a vu en Pologne des exemples du style rococo, ce genre d’architecture tourmenté et chargé mis en mode par la Renaissance. Et il aperçoit un rapport entre ce rococo et la Terreur ! « Presque toutes les églises de la capitale, dit-il, se ressemblent par le mauvais goût, comme si elles avaient été faites à l’image de ce siècle qui appelait la Révolution française. » C’est tiré d’assez loin, n’est-ce pas ? On le sent resté royaliste, fidèle aux fleurs de lis (comme Léon Daudet, comme Maurras !). Il s’extasie, après Louis XIV, sur ce « grand, noble et délicieux métier de roi », sans songer que Louis XIV même, despote égoïste et sans cœur, grâce à son luxe, à son orgueil, à ses ambitions effrénées, laissa la France humiliée, ruinée, en proie à une détresse sans nom. Et voilà une des causes de la Révolution française autrement opérante que les églises de Varsovie ! Il parle de Ponyatowski, « le triste amant de la grande Catherine » : — et remarquez-vous le contraste entre ces deux vocables appliqués aux complices d’un même délit ? Mais Catherine est reine : ses péchés sont peut-être d’une essence à part. Je sais bien que « la grande Catherine » est une épithète consacrée : mais de grâce réservons le nom de grand à ceux qui firent quelque chose de grand pour l’humanité et refusons-le à une femme souillée de tous les crimes, qui compte parmi ses « gloires » l’assassinat de son mari et l’écartèlement de la Pologne.

  • 4 « Que de remarques à faire, par exemple, sur vos jugements à propos de la Pologne, écrit Dantin à B (...)
  • 5 « Non, je ne puis admettre que vous apportiez à vos études un esprit dégagé, objectif, écrit Dantin (...)
  • 6 Dantin déforme encore une fois l’orthographe d’un nom propre : il ne s’agit pas d’Einstein, mais d’ (...)

7Mais, à défaut de roi (et les rois se font rares), l’auteur penche vers les dictateurs, les autocrates à poigne qui s’emparent du pouvoir, invités ou non, et procèdent à « rétablir l’ordre » par toutes les violences qu’il leur plaît. Et sans doute il assure qu’il en juge en chaque cas d’après la situation concrète, mais n’est-il pas étrange qu’en fait, chaque fois qu’il croise une dictature, elle lui paraisse justifiée et nécessaire ? Que ce soit à Belgrade, à Varsovie, à Budapest, à Rome, les conditions d’une « bonne dictature » sont à ses yeux toujours remplies4. Je me trompe, une seule lui répugne, celle de la Russie ; mais comme c’est seulement la dictature du commun peuple, c’est encore une façon de rester anti-démocrate. On ne sait pas ce qu’il dira d’Hitler, mais pour être logique, il devrait lui dresser un dais à côté de Mussolini. Car Hitler n’est-il pas en train de sauver l’Allemagne des communistes et des Juifs ? Or M. Bruchési n’aime guère les Juifs et il abhorre les communistes. Le « bolchévisme » est pour lui une obsession, un cauchemar ; il voit sa trace partout ; il voit Moscou dirigeant de loin tous les prolétaires mécontents, toute l’armée des chômeurs sans pain, quiconque attaque les forteresses de l’ordre ou du désordre établi. Et, ce qui est un comble, il reconnaît à leur seule figure les suppôts de Lénine. Il a rencontré dans un train « des juifs américains à têtes de bolchévistes5 ». Concevez-vous cette griffe de Satan imprimée aux gens pour leurs opinions sociales ? N’a-t-il donc jamais vu les binettes paternes, les faces de bourgeois bénévoles, de Maxime Gorki et d’Einstein6 ? En tout cas, M. Bruchési prêche la guerre sainte au soviétisme : il veut que tous les peuples l’extirpent de leur sol, lui opposent un « front unique ». L’Allemagne commence bien : elle met hors-la-loi d’un seul coup cinq millions de communistes, les bat, les interne dans des camps, leur impose les travaux forcés. Vive Hitler !

8Ces lignes peuvent exagérer les opinions de M. Bruchési, mais éclairent, je crois, ses tendances. En politique, en sociologie, il n’est pas tout à fait exempt de biais, de préjugés. Il n’a pas voyagé à la manière de Taine, ne cherchant qu’à tout voir, attentif aux seuls faits, indifférent aux conséquences ; il l’a fait dans l’espoir de vérifier des thèses : et l’on trouve toujours le moyen de vérifier ce qu’on croit.

9Il faut dire que ces préventions n’entachent pas l’ensemble de son livre. Elles se font jour à l’occasion, dans des paragraphes dispersés, qui laissent intacte la masse des observations justes et des jugements équitables. Aux Marches de l’Europe demeure une œuvre étudiée, sérieuse, qui nous fait pénétrer l’âme et l’histoire d’un monde lointain, très différent du nôtre, qui explique les récentes menaces venues de ces Balkans, centenaires foyers de discorde, et d’où peut-être jailliront les prochains conflits.

Notes de fin

1 « Aux Marches de l’Europe de Jean Bruchési », L’Avenir du Nord, 21 avril 1933, p. 1 ; La Revue moderne, vol. 14, n° 8, 15 juin 1933, p. 5 ; Gloses critiques, t. II, p. 95-104.

2 Jean Bruchési, Aux Marches de l’Europe, Montréal, Albert Lévesque, 1932, 322 p.

3 Dantin donne dans La Revue moderne une version abrégée de cet article, dont la suite se lit : « J’ai fait ailleurs quelques réserves sur des points isolés, sur certaines tendances de ce livre. J’ai reproché à M. Bruchési son attitude hostile envers l’esprit et les institutions modernes, ses regrets attardés pour un passé à jamais détruit, ses préférences pour les formes autocratiques, ses préventions contre des expériences sociales qui réclameraient tout au moins une neutralité attentive. Inutile de reprendre cette discussion de théories. Elle n’atteint pas d’ailleurs l’ensemble de cette œuvre. Des biais, des préjugés, se faisant jour ici et là, laissent intacte la grande masse des observations justes et des jugements équitables. Aux Marches de l’Europe demeure une œuvre étudiée, sérieuse qui nous fait pénétrer l’âme et l’histoire d’un monde lointain, qui explique les récentes menaces venues de ces Balkans, centenaires foyers de discorde, et d’où peut-être jailliront les prochains conflits. »

4 « Que de remarques à faire, par exemple, sur vos jugements à propos de la Pologne, écrit Dantin à Bruchési. Vous nous y montrez Pilsudski comme l’idole d’un peuple, son portrait vénéré partout, etc. Avec cela, vous admettez, dans votre livre même, que ce dictateur lutte sans cesse à couteaux tirés avec la diète, composée des élus du peuple polonais ; et, depuis votre livre, les journaux sont remplis des protestations des juifs de Pologne contre une tyrannie odieuse, tyrannie dont plusieurs autres nations se sont émues, et des plaintes des éléments russes du pays, tout aussi maltraités et oppressés. La conclusion logique, c’est qu’il n’y a pas d’homme plus haï (ni probablement plus haïssable) en Pologne que le “grand maréchal”, et qu’il se maintient au pouvoir par la seule force des baïonnettes » (cité dans Louis Dantin, p. 220).

5 « Non, je ne puis admettre que vous apportiez à vos études un esprit dégagé, objectif, écrit Dantin à Bruchési ; on sent dans beaucoup de vos jugements la tendance préconçue, l’antipathie antécédente. Vous n’êtes même pas arrivé à regarder les Juifs comme “du monde” tout à fait ; vous persistez, inconsciemment peut-être, à leur faire une place à part dans la création ; vous voyez dans leur physionomie toutes sortes de choses infiniment curieuses, comme vous distinguez les bolchévistes à leur seul visage » (lettre du 4 février 1933).

6 Dantin déforme encore une fois l’orthographe d’un nom propre : il ne s’agit pas d’Einstein, mais d’Eisenstein (1898-1948), l’un des grands réalisateurs soviétiques de cinéma. Après avoir servi dans l’armée rouge durant la révolution (1916-1918), Eisenstein réalisa des films de propagande sur l’histoire de la révolution d’Octobre (1927). Plus tard, il filma des épopées patriotiques dont Ivan le Terrible (1944) reste la plus connue.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540