Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

Pour une doctrine par Édouard Montpetit1

Texte intégral

  • 1 « Pour une doctrine par Édouard Montpetit », L’Avenir du Nord, 13 novembre 1931, p. 1 ; Gloses crit (...)
  • 2 Édouard Montpetit, Pour une doctrine, Montréal, Librairie d’Action canadienne-française, 1931, 255 (...)

1On se demande pourquoi ce livre2, consacré à l’économie politique et à ses problèmes, porte un titre évoquant la dignité et la rigidité des dogmes. S’il est un champ livré à la dispute des hommes et au jeu libre des théories, c’est bien celui des institutions qui travaillent au bien-être, à la richesse et au progrès matériels. Leur but ne dépasse pas la zone des intérêts terrestres ; leurs moyens sont d’ordre pratique et ne touchent que par incidence aux régions plus hautes de l’idée pure et de la morale ; c’est par le raisonnement et par l’expérience que leurs lois s’établissent et que leur marche se dirige : — tâches auxquelles, en soi, l’esprit humain suffit, n’y réclamant de guides supérieurs que pour ne pas empiéter sur d’autres domaines. Il est bien vrai, comme dit M. Montpetit, que l’économie « envisage la richesse par rapport à l’homme », qu’elle est comme telle une science humaine ; mais l’homme qui l’intéresse, c’est l’homme dans ses besoins et ses activités physiques ; et si le voisinage de l’âme l’entraîne parfois à des excursions de ce côté, son objet régulier n’en est pas changé pour cela. Vouloir, avec l’auteur, qu’elle soit « en premier lieu une science morale », c’est donc, assurément, une confusion d’idées. On pourrait, sous le même prétexte, en dire autant de l’agriculture et de l’hygiène. Et prétendre imposer à cette discipline toute terrestre la régence directe et normale de puissances d’en haut serait un évident excès. Rien donc n’appelle ici le mot solennel de doctrine. Même si on l’entendait d’une doctrine toute philosophique, il serait encore mal choisi. Il supposerait des principes, des lois immuables, s’imposant avec certitude à l’ordre économique : cet ordre évolue, au contraire, sur le plus mouvant des terrains. Il subit toutes les fluctuations de l’histoire humaine, toutes les secousses des révolutions, toutes les métempsycoses du progrès, toutes les poussées créées par des besoins toujours changeants. On peut, sur ces faits transitoires, baser des aperçus, des directions utiles, mais sans fixité éternelle et sans garantie de lendemain. L’économie politique n’est, en somme, que l’étude d’une phase restreinte de l’évolution sociale, élucidant ses conditions présentes, mais sans lien nécessaire avec le passé ou l’avenir. Elle est donc à peine une science : comment serait-elle une doctrine ?

2Mais constatons qu’heureusement, même sous cette enseigne absolue, l’ouvrage de M. Montpetit n’est pas aussi dogmatique qu’on le croirait. Malgré certaine tendance à invoquer l’autorité là où l’on attendrait la discussion logique, l’auteur n’a pas promulgué ses thèses du haut d’un Sinaï quelconque. Il a, avec sérieux et bonne foi, recherché, défini, les éléments qu’il croit voir à la base du système économique, et il en a déduit des conclusions discrètes, qu’on pourrait même trouver timides.

3Loin d’être un catéchisme, ce livre n’est pas même un traité : c’est un simple exposé de notions, de conseils, ne formant aucun tout compact, ayant surtout pour but d’exciter chez nous l’intérêt de ces graves questions sans prétendre à les épuiser, même à les creuser. Il réunit plusieurs essais qui furent d’abord des conférences distinctes : ce qui explique leur manque de connexion étroite, et laisse, à première vue, flotter dans leur ensemble certaine confusion.

4Dans une première étude s’établissent les données foncières sur lesquelles est construit le monde économique, et l’interprétation que leur ont donnée les écoles. Ce qu’est la production, l’échange, la distribution, la consommation, ces quatre phases du cycle utilitaire ; la part qu’y revendiquent la nature, le capital et le travail, ces trois forces qui le mettent en mouvement ; le jeu de leurs relations nécessaires et de leurs réactions ; l’appoint externe que peut leur apporter l’État ; le contact qu’ils gardent avec les entités morales ; les méthodes qui conviennent à leur étude et à leur expression : — autant d’élémentaires notions que l’auteur définit, éclaire, en y joignant l’histoire des théories créées à leur sujet, depuis les physiocrates du xviiie siècle jusqu’à Charles Périn et Duthoit. Cela forme, en un cadre bref, comme une introduction à la science économique et en pose les jalons les plus essentiels.

5Une dissertation qui suit trace le rôle de l’intelligence et de l’art dans le domaine économique. L’intelligence, sans doute, guide l’impulsion de toute avance humaine ; mais son travail importe autant au développement de la richesse qu’aux autres formes du progrès. C’est la science, c’est l’invention, qui donnent à l’industrie ses procédés, ses merveilleuses machines ; c’est l’étude des méthodes de production et d’écoulement qui assure sa marche prospère. La culture générale elle-même l’influence, l’ennoblit ; l’art vient la compléter en fournissant à l’homme la satisfaction de besoins plus hauts que ceux de la matière. De là, l’importance de l’étude scientifique, technique, littéraire même, pour l’aspirant aux carrières industrielles, et la nécessité pour nos compatriotes d’égaler dans ces disciplines les hommes d’affaires des autres nations.

6Dans une troisième partie, l’auteur aborde ce qu’il nomme « l’action sociale », et qu’il entend, en un sens restreint, des rapports entre le capital et le travail. Toutes les questions brûlantes qui agitent de nos temps les classes sociales sont ici pour le moins touchées. Le droit qu’a le patron au « profit équitable » et celui de l’ouvrier au « juste salaire » ; la réglementation du travail par l’État ; sa protection par l’assurance, les lois hygiéniques, les restrictions au travail de l’enfance ; l’accroissement de son bien-être par la coopération, la participation aux profits, etc., sont l’objet de courts examens et de jugements sommaires, basés surtout sur un manifeste de cinq évêques américains lancé au lendemain de la grande guerre, et qui traçait aux catholiques tout un programme de reconstruction sociale.

7C’est ici, on le voit, que M. Montpetit découvre plus large l’influx de la morale dans l’économie, et qu’il sent le besoin d’étayer la science par la doctrine ; mais ici encore, le mot excède la substance, dépasse un document de cette sorte, sans portée générale et sans cachet officiel, que l’auteur même prend le droit de discuter.

8Une note sur le rôle social des universités, quoique groupée sous le même titre, se relie peu à ce qui précède, et un discours final sur l’École des Sciences Sociales de Montréal en est encore plus éloigné. Décidément il faut voir dans l’ouvrage de M. Montpetit un recueil d’essais autonomes, et renoncer à y chercher d’autre unité que celle du sujet. Même ses trois divisions sont artificielles et en déguisent plusieurs autres. « Causeries variées sur des thèmes économiques » : cela décrirait beaucoup mieux la nature de l’œuvre et mettrait plus à l’aise pour la juger.

9À disséquer en soi chacune de ces études, on les trouve pénétrées d’érudition et de sagesse, ouvertes en une mesure à l’esprit des sociétés neuves et aux exigences du progrès, inspirées d’ambitions légitimes pour notre race et remplies d’excellents conseils. L’idée maîtresse qui y circule, c’est que les Canadiens français, jusqu’ici peuple pastoral, doivent diriger leurs énergies vers l’industrie et le commerce, prendre leur part de cette richesse qui est la condition de l’indépendance et de l’influence. Cette orientation, cette irruption de buts nouveaux, laisseront peut-être au poète de vagues regrets. Dans le Québec électrisé, mécanisé, couvert de banques et d’usines, il aura peine à reconnaître la tranquille patrie des aïeux ; il pourra craindre que dans nos champs livrés à la culture intense les tracteurs Ford n’écrasent les derniers restes des traditions. Mais il faut avant tout survivre : nulle race ne peut, sans dépérir, résister aux courants qui entraînent le monde ; pour rester fort il faut se rajeunir sans cesse. Ce qu’on peut espérer, c’est que les temps nouveaux aient aussi leur beauté et leur poésie.

  • 3 Louis Adolphe Thiers (1797-1877), homme politique et historien français. Il est l’auteur d’une Hist (...)

10Toutes ces idées s’énoncent dans la langue savoureuse et forte que nous connaissons à l’auteur, et qui sait revêtir de charme ces matières techniques et arides. L’ouvrage, en évitant d’être trop didactique, reste à portée du lecteur novice et lui rend sa lecture facile. Il prouve que la science elle-même gagne à soigner son expression, et fait mentir le mot de Thiers3 : « L’économie politique n’est qu’un genre de littérature plus ennuyeux que les autres. » Je ne sais par quelle exception la dernière conférence contient des négligences de style qui la feraient prendre pour un transcrit sténographique n’ayant pas subi de revise. Les phrases suivantes, n’est-ce pas, confinent au rébus : « La marche de l’Empire a suscité chez nous des curiosités mal préparées. » — « Peu de pensée la vivifie, pour la raison que la pensée n’existe pas. » — « Sous les ordres de nos bons journalistes, qu’ils mènent le combat de l’idée et de la forme. » — « Mentionnerai-je les nuances que projette la seule évolution d’un grand pays ? » — « On y prépare le bourrage des crânes assidus qui pavent la nation. » Cette autre est un défi à tous les dictionnaires : « Le nombre ne pallie pas à tout. » M. Montpetit est d’habitude beaucoup plus clair et plus correct.

11La lacune la plus grave qu’on puisse reprocher à ces pages, c’est leur caractère général, incomplet et, disons-le, superficiel. Même en tenant compte de leur but restreint, on y voudrait des vues plus fermes, plus personnelles, une approche plus directe aux réalités présentes, une discussion plus serrée et plus concluante des problèmes. L’auteur plane dans des sphères élevées, mais abstraites, d’où l’on survole de trop loin le monde où nous vivons. Trop souvent, il expose la pensée d’autrui sans assez imposer la sienne. Il redoute, dirait-on, d’aller au fond des théories, de les forcer à livrer leurs principes, et il s’arrête au seuil des conséquences. Il est des régions entières du sujet qu’il contourne à dessein, comme répugnant à les aborder : et ce sont celles pourtant où s’agitent les vraies luttes qu’il faut connaître, et dans lesquelles il faut prendre parti. Conçoit-on, par exemple, que dans un exposé des écoles économiques Karl Marx ne soit même pas nommé ? L’auteur nous entretient longuement du libéralisme classique, de Dupont de Nemours, d’Adam Smith, de Jean-Baptiste Say ; il trace les réactions timides de Sismondi, de Charles Périn ; celles un peu plus hardies des tenants de la « Justice sociale », — mais là s’arrête pour lui l’histoire économique. La figure qui, en fait, la domine par son influence et la répercussion de sa pensée, celle du géant, bienfaisant ou non, dont l’évangile de plus en plus commande aux sociétés modernes, est entièrement absente du tableau ! Non seulement Karl Marx, mais Proudhon, mais Fourier, mais Sydney Webb, mais Mussolini, mais Lénine, n’existent pas pour M. Montpetit. Le socialisme entier, en toutes ses formes et toutes ses branches, est traité comme quantité nulle, à peine nommé dans de petits coins ; son spectre ça et là se dresse sous le nom d’étatisme, mais pour être illico relégué parmi les fantômes. Or une telle omission, dans un ouvrage économique, est vraiment stupéfiante, et projette l’œuvre entière dans l’irréel et le passé. Car l’individualisme sans frein et les maximes du laissez-faire sont aussi morts que le bon roi Tutankhamen : les compromis du nouveau libéralisme prouvent chaque jour leur caducité et sont noyés au flot des revendications extrêmes. Ce sont les fondements mêmes de l’ordre économique ancien qui sont mis en question et qui veulent être défendus. La question vitale de nos temps, ce n’est pas de savoir comment le capitalisme fonctionne, mais s’il a chance de survivre ; et il est clair qu’il est pressé, miné, sapé de toutes parts par le socialisme insidieux ou menaçant. Non seulement de grandes nations, la Russie, l’Italie, la France, l’Angleterre jusqu’hier et aujourd’hui l’Espagne, ont des gouvernants socialistes ; mais dans toutes les nations, même les plus hostiles, le socialisme s’infiltre et s’impose, imprègne la législation, les coutumes, les façonne peu à peu à son image. Cette centralisation toujours plus serrée des pouvoirs ; cette coordination toujours plus vaste des rouages sociaux ; ce contrôle croissant de l’État sur le commerce et l’industrie ; cette réglementation du travail, des salaires, de la santé publique ; ces assurances, ces pensions de vieillesse ; ce paternalisme s’étendant à tout, prenant la forme, en la crise présente, d’aide directe aux chômeurs, etc., etc., : — autant de points du programme socialiste qui bousculent toutes nos traditions, qu’on eût conspués il y a trente ans, et qu’une marée irrésistible pousse quand même dans nos codes. Même ces trusts gigantesques, qui semblent le dernier mot du capitalisme, ne sont qu’un acheminement logique vers le grand trust qui sera l’État... Soviétisme, fascisme, travaillisme, étatisme : autant de noms du même système à différents degrés de son évolution et de sa puissance, mais qui, dans un degré ou l’autre, nous enserre, nous traîne après lui. On a écrit qu’un jour du ive siècle le monde se réveilla arien : on pourrait dire de notre âge qu’il se réveille chaque jour plus socialiste que la veille. Et c’est un facteur de cette importance que M. Montpetit néglige, qu’il juge à peine digne de mention ! Cet énorme oubli, j’en ai peur, imprime à son ouvrage un caractère académique, coupe son contact avec la réalité ; et l’homo œconomicus qu’il crée est presque aussi factice que l’automate abstrait qu’il a reproché aux classiques.

12Dans son étude sur la question ouvrière, l’auteur se rapproche un peu plus de la vie telle qu’on la coudoie. Il consent à s’interposer dans la lutte qui divise le capital et ses outils humains ; il s’efforce à délimiter leurs champs d’action et leurs droits réciproques. Et il faut reconnaître que le programme des cinq pasteurs, sur lequel il s’appuie, marquait une large avance sur la pensée qui jusqu’alors avait guidé les catholiques. Cet appel se déclare non seulement pour le « juste salaire », mais pour une raisonnable restriction des profits ; il admet que l’État, dans certaines limites, protège le bien-être et la santé des travailleurs ; il approuve l’interdiction de l’usine à l’enfance, les cliniques gratuites pour les pauvres, la construction de logements ouvriers ; il loue la fixation légale de salaires-minimums ; il recommande pour les travailleurs quelque forme de part aux profits ; il va même jusqu’à souhaiter qu’ils participent à la surveillance et au contrôle des entreprises. Et M. Montpetit, non sans quelques réserves et avec certain tremblement, adopte ce programme. Il lui soupçonne le défaut de n’avoir « pas assez de doctrine », mais reconnaît quand même sa sagesse, son urgence pratique. On voit qu’il le juge très hardi, et le nec plus ultra du radicalisme orthodoxe : — s’il en est fier, c’est un peu comme on l’est de côtoyer les précipices. Mais pourquoi ne pas signaler que tous les points de ce programme, tous sans exception, sont empruntés aux programmes déjà très anciens des ouvriers eux-mêmes, à des idées que depuis cent ans ils cherchent à inculquer au monde contre la résistance de toutes les forces conservatrices ? Le « juste salaire » : il y a beau temps qu’ils le prêchent, qu’ils le réclament ; la première union ouvrière a été fondée pour le conquérir. Ce n’est pas pour eux une trouvaille de gens bénévoles, une faveur accordée d’en haut et qui exige leur gratitude : c’est l’abc du bon sens et de l’ordre, un droit self-évident qu’ils jugent futile de discuter. La journée de huit heures : il leur a fallu des années de clameur constante, de combat obstiné, d’injonctions et d’amendes subies, de grèves parfois sanglantes, pour gagner ce « juste loisir », que nos généreux moralistes mettent enfin dans leur programme. L’assurance sociale, la part aux bénéfices, l’admission du travail dans les conseils de l’industrie : autant d’axiomes socialistes simplement rognés par le bout. À cette lumière, le plan de nos économistes ne reflète guère que la sagesse d’autrui, n’est qu’une reconnaissance tardive de faits accomplis ou inévitables. On ne voit pas qu’à l’heure où elles s’élaboraient, ils aient aidé aucune de ces réformes, et l’on pourrait prouver qu’ils les ont combattues. On ne voit pas qu’ils prônent d’avance la journée de six heures, que veut maintenant l’ouvrier, que les progrès de la machine, la surproduction, le chômage, indiquent comme une étape prochaine. Ils n’ont jamais, en somme, avancé qu’à regret, et poussés par derrière. Faut-il, de cette avance, leur accorder tout le crédit ?

13D’ailleurs, l’angle moral sous lequel ils voient tout, bien loin d’éclaircir ces questions, les embrouille, les rend insolubles. Quand un socialiste me dit que la devise de son système, c’est « le maximum de bien-être pour le plus grand nombre, atteint par la coopération étroite de tous », ceci au moins est clair, dresse une théorie définie et dont la mise en acte n’offre plus qu’un problème pratique. Mais en posant comme but économique « l’établissement de la justice sociale », on n’a prononcé qu’un mot vague, sans portée précise, sans application ferme, et sous lequel tous les systèmes peuvent se réfugier. La justice sociale suppose la notion absolue de devoirs et de droits qui ne le sont pas, qui varient aux flexions d’une foule de contingences, dont il est impossible de tracer la limite réelle.

14Qu’est-ce que le « profit juste » ? On croit savoir que le profit, c’est ce qui reste à l’industrie, ses dépenses acquittées. Mais voici comment cette notion se rétrécit à l’analyse. D’après l’enseignement de l’École d’affaires de Harvard, suivi par les meilleurs comptables, le profit n’est pas un banal surplus : c’est ce résidu ultime, ce bouquet surfin, épuré, qui reste en la caisse du patron par-dessus l’intérêt des capitaux fournis, par-dessus toutes ses charges fixes, toutes ses dépenses d’affaires, tous ses frais de bureau, de vente et de publicité, tous les salaires de sa main-d’œuvre, le loyer normal des locaux, même s’il les possède, les fonds d’amortissement, de dépréciation, de réserve, et par surcroît un salaire personnel « proportionné à ses services » et naturellement généreux. Tant que le rendement de l’entreprise n’a pas couvert ces exigences, il n’existe pas de profit. Le surplus de tous ces surplus, telle est cette fleur quasi magique. Mais alors le profit, au point de vue moral, n’est-il pas une sorte d’usure ? N’est-ce pas un pur présent qu’aucun effort n’a mérité ? Et si l’on réfléchit que sa source réelle fut le labeur d’autres humains, ne pourrait-on le définir avec la belle candeur d’un ministre anglican dans un ouvrage récemment paru : « Le fruit d’une entreprise conjointe accaparé par l’une des parties » ? Ne serait-il, dès lors, qu’une de ces « choses à faire frémir » que voyait Bossuet à l’origine des grandes fortunes ? En ce cas, la participation aux profits devrait, en bonne éthique, s’appeler leur distribution ; ce n’est pas limiter le profit qui serait juste, mais l’abolir ! Et voilà où mène la morale ! Mais même en supposant que le profit se légitime grâce à quelque casuistique, quelle sagesse nous dira à quel point il cesse d’être « juste » ?

  • 4 Le sociologue George Fitzhugh (1806-1881) est l’auteur d’essais pro-esclavagistes : What Shall Be D (...)

15Qu’est-ce que le « salaire juste » ? Une abstraction tout aussi vague, qui ne définit rien, qui invite toutes les équivoques, que tiraillent en sens contraires la conscience du patron et celle de l’ouvrier. En pratique, c’est celui que le patron, dans sa toute-puissance, impose comme suffisamment juste, ou que le travailleur, par sa lutte obstinée, arrive à faire reconnaître comme juste. La meilleure preuve qu’il ne signifie rien, c’est que tous deux prétendent le vouloir. Le fabricant de Birmingham qui, il y a cent ans, entassait dans des boîtes sans air hommes, femmes et enfants, les y faisait peiner quinze et seize heures par jour pour une pitance de quelques sous, croyait payer un « salaire juste », et, le dimanche, prenait sa place au temple, honoré même de ses victimes, avec la paix du devoir bien rempli. N’a-t-on pas cru pendant vingt siècles qu’il était juste de faire travailler certains hommes toute leur vie sans aucun salaire ? et le servage, et l’esclavage, ne furent-ils pas maintes fois montrés conformes à la raison, à la tradition, à l’Écriture ? J’ai sous les yeux une thèse de George Fitzhugh4, un apôtre du Sud pendant la guerre civile, qui déclare et qui prouve par points : « Les nègres sont esclaves parce que Dieu, la nature, le bien général, et le bien même des nègres, veulent qu’ils soient esclaves. » Encore de nos jours, tel salaire qui passe pour juste en Bulgarie ou au Mexique, serait honni chez nous comme une atrocité morale.

16Une idée de justice qui varie à ce point selon les pays, les époques, la civilisation acquise, n’est évidemment pas une règle très sûre. Mais l’essence même en est brumeuse, et les efforts des moralistes pour la concrétiser n’ont qu’un succès très relatif. Le salaire juste, nous expliquent-ils, c’est celui qui assure à l’ouvrier et à sa famille une existence décente, convenable. Formule de tout repos, qui satisfait l’esprit jusqu’au moment qu’il se demande : « Qu’est-ce qui est décent, convenable ? » Alors il s’aperçoit qu’il n’a pas avancé d’un pas. Car cette « convenance » embrasse-t-elle les seules nécessités urgentes, celles qui maintiennent soudés l’âme et le corps, ou comprend-elle une certaine somme de bien-être et de superflu ? Écartons comme trop répugnante la première hypothèse. « Non, dit M. Montpetit, exister n’est pas vivre : tout n’est pas bien quand l’ouvrier a sué sa tâche et mangé son pain : il doit y avoir place pour le repos et le loisir, un repos physique et moral, un loisir occupé par l’art. » Mais la justice, une fois cette porte ouverte au bien-être ouvrier, où et sur quoi la fermera-t-elle ? Ici commence l’inextricable. Y a-t-il une limite morale à ce bien-être auquel l’ouvrier peut prétendre ? Y a-t-il une loi immuable qui fixe le degré de sa prospérité, de ses jouissances, et lui défende d’aspirer plus haut ? L’auteur demande : « Où serait le mal si l’ouvrier recevait un peu plus que la stricte justice ? » Oui, où serait le mal ? Mais cet « un peu plus » est purement arbitraire, comme d’ailleurs cette « stricte justice ». Par quelle autorité M. Montpetit décrète-t-il cet « un peu plus », fixe-t-il ce dosage à la ration d’une catégorie d’hommes ? On peut, poursuivant son enquête, demander : « Où serait le mal si l’ouvrier recevait beaucoup plus que ses besoins essentiels ? s’il pouvait, comme son employeur, se loger avec luxe, se vêtir avec élégance, savourer d’excellents repas, se passer de douces fantaisies ? » S’il y a à cela des obstacles, ils sont d’ordre purement humain et ne relèvent d’aucun décalogue. Ce ne sont pas des mandats célestes qui maintiennent l’ouvrier dans sa gêne médiocre : ce sont des faits économiques brutaux. Mais il peut, quant à lui, par des voies légitimes, vouloir tirer de l’industrie tout ce qu’elle se laissera prendre, travailler à réduire la part du patron pour grossir la sienne propre, jusqu’à un point qui reste indéfini. Et même si ces deux parts finissaient par atteindre une presque équivalence, cela impliquerait peut-être un déplacement social, mais cela laisserait intactes les lois sereines de la justice. Ce serait, en pratique, l’abolition simultanée de la pauvreté et de la richesse. Comme résultat possible, tout le monde aurait amplement de quoi se nourrir, s’habiller, se distraire, élever sa famille, se reposer dans sa vieillesse, et rien ou presque rien de plus. Et bien malin le moraliste qui prouverait qu’une telle condition contreviendrait au droit naturel ou divin. Ce peut n’être qu’une utopie, mais cette utopie n’est pas immorale. Elle paraît, au contraire, très belle, bien supérieure à notre chaos de millionnaires et de miséreux, et conforme à l’esprit chrétien, qui nous enseigne la modération des désirs et le mépris des biens terrestres.

17Ainsi cette question du salaire n’est dirigée que de très haut par les constellations morales, se débat, en son fond, hors de leur domaine. C’est une question économique, soumise, comme telle, au jeu de la compétition, des appétits en lutte, et où la morale n’intervient que pour courber de monstrueux égoïsmes. Le salaire juste, en somme, c’est tout salaire que l’ouvrier peut conquérir sans mettre en péril l’industrie, que l’industrie peut supporter sans se détruire elle-même. Ce n’est pas en fonction de droits et de devoirs qu’on peut normalement l’établir : c’est par rapport à l’ordre, au bien public, au progrès social, à la richesse acquise, aux possibilités pratiques. Il ne se mesure pas à un niveau quelconque fixé au bien-être ouvrier, et il devrait, sous un règne individualiste, se proportionner aux profits. Les profits, pour une part majeure, sont l’œuvre du travail : il n’est pas juste, mais avant tout il n’est pas sage, il est indigne d’une société bien ordonnée, incompatible avec la paix des classes et la stabilité des institutions, qu’ils aillent grossir en bloc la fortune d’un seul homme ou celle d’actionnaires absents ou étrangers. Et ici se conçoit le rôle nécessaire de l’État. Ce partage délicat, il est par trop naïf d’en laisser toute la tâche aux seuls intéressés, dont les points de vue et les intérêts sont aux pôles contraires. Cela devient nécessairement la lutte pour la pâtée entre chats ennemis. Selon que l’un ou l’autre en aura le pouvoir, le trust prendra tout, comme aux États-Unis, ou l’ouvrier prendra tout, comme en Russie.

  • 5 L’encyclique Casti connubii, du 31 décembre 1930, traitait du « mariage chrétien considéré du point (...)

18Je suis sûr que certains esprits vont trouver à ces lignes un ton « démagogique ». Et pourtant ils se trompent beaucoup s’ils y voient autre chose qu’un essai calme et froid de raisonnement. J’ai voulu seulement prouver qu’en donnant la morale pour base à l’économie politique, on lui infuse sans doute un souffle généreux, mais qu’on la laisse sans guide pratique, qu’on n’élimine aucune question, qu’on ne résout aucun problème. Et j’ai montré incidemment que la morale, dégagée d’idées préconçues et poussée à ses conséquences, pourrait jouer de vilains tours à mainte cause que l’auteur semble avoir à cœur de défendre. D’ailleurs, pour être modéré, on n’est pas forcément aveugle. Notre état social a des vices très graves qu’il est futile d’ignorer, que le démagogue et le philosophe constatent chacun à sa manière. Ce n’est pas moi qui parle de « convoitises effrénées », de « disproportion excessive entre les récompenses du capital et du travail », qui condamne la « concentration entre quelques mains de toute la puissance économique » et le « despotisme » qui en résulte, qui ose proclamer la « nécessité absolue de reconstruire le système économique tout entier » : — c’est notre saint père Pie XI dans sa toute récente encyclique5.

Notes de fin

1 « Pour une doctrine par Édouard Montpetit », L’Avenir du Nord, 13 novembre 1931, p. 1 ; Gloses critiques, t. II, p. 51-70.

2 Édouard Montpetit, Pour une doctrine, Montréal, Librairie d’Action canadienne-française, 1931, 255 p. Après des études en droit et en sciences politiques, à Montréal et à Paris, Édouard Montpetit (1881-1954) devient journaliste, puis professeur d’économie politique à l’Université de Montréal. Il sera professeur à l’École des hautes études commerciales, doyen de la Faculté des sciences sociales, économiques et politiques, puis directeur de l’Enseignement technique de la province de Québec. Ses études, parues pour la plupart dans la Revue trimestrielle canadienne, dont il était le rédacteur en chef, seront réunies en trois volumes, sous le titre La Conquête économique (1938, 1940, 1942).

3 Louis Adolphe Thiers (1797-1877), homme politique et historien français. Il est l’auteur d’une Histoire de la Révolution (1823-1827) et d’une Histoire du Consulat et de l’Empire (1845-1862).

4 Le sociologue George Fitzhugh (1806-1881) est l’auteur d’essais pro-esclavagistes : What Shall Be Done With Free Negroes. Essays Written for the Fredericksburg Recorder (1851), Cannibals All ! Slaves without Masters (1857) et Sociology for the South or The Failure of Free Society (1863).

5 L’encyclique Casti connubii, du 31 décembre 1930, traitait du « mariage chrétien considéré du point de vue de la condition présente » ; elle comprenait un paragraphe intitulé « Les difficultés économiques qu’il faut résoudre », qui mettait l’accent sur la nécessité pour l’Église et l’État d’œuvrer ensemble au « relèvement des familles indigentes ». Voir l’article de Dantin « Propriété privée : plaidoyer pour les idées claires » (Les Idées, septembre 1938, p. 129-141), dans lequel il préconise le passage de la propriété individuelle à la propriété collective.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter