Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

Histoire de la littérature canadienne par Mgr Camille Roy1

Texte intégral

  • 1 « Histoire de la littérature canadienne de Mgr Camille Roy », L’Avenir du Nord, 28 août 1931, p. 1- (...)
  • 2 Camille Roy (1870-1943) fut titulaire de la chaire de littérature française (1895-1927) puis recteu (...)
  • 3 Allusion à Albert Pelletier qui, dans Égrappages (p. 93-102), avait ridiculisé le style de Camille (...)

1Mgr Roy2 est assurément l’un des hommes de notre époque qui ont consacré à nos lettres l’intérêt le plus franc, l’étude la plus suivie, le zèle le plus actif, et qui leur ont fourni l’appoint personnel le plus large. À travers les tâches élevées qui ont rempli sa vie, la littérature est restée pour lui un instinct et une vocation. Comme professeur, il en a inculqué l’attrait à des myriades de jeunes gens, dont plusieurs se sont distingués parmi nos écrivains et nos poètes. Il s’en est fait l’historien en des ouvrages sérieux, d’une érudition sûre, fruit des plus difficiles recherches. Il en est depuis des années l’excitateur et le critique : aucune manifestation de l’esprit chez nous ne lui échappe ou ne le laisse indifférent ; il est au premier rang, encourageant tous les efforts, appréciant les résultats sans dogmatisme ni étroitesse, avec une indulgence parfois excessive, mais où percent pourtant le discernement et le goût. Il est lui-même un écrivain, un orateur de grand talent, dont la voix s’élève dans nos fêtes nationales ou académiques avec un bel envol ; dont la plume sait tracer des thèses, des portraits, des souvenirs en une langue souple et brillante. Il semblerait qu’à ces mérites nul ne dût ménager l’éloge : ils sont, en fait, bien reconnus et honorés de mainte manière. Je m’étonne pourtant que nos jeunes, ou une portion d’entre eux, professent à l’égard de ce bon ouvrier je ne sais quelle hostilité ou quelle méfiance. C’est une mode en certains quartiers de « tomber » Mgr Roy. Il est la tête de Turc d’un clan d’esprits sincères, mais outrés3, qui le jugent d’après une légende, ne voient en lui que l’exposant d’une pensée moyenne inégalée à leurs audaces, oubliant ses réels services et la paternelle bienveillance qu’il leur a toujours témoignée. Si sa critique à leur égard a été trop douce, ce n’est pas à eux, semble-t-il, à le lui reprocher ! Et faut-il méconnaître une vie entière vouée à l’apostolat de notre culture et de notre expression raciales ? Je propose, pour ma part, qu’envers Mgr Roy, auteur, historien, critique, éducateur et ami de nos lettres, jeunes et vieux s’unissent en une juste et très haute estime.

  • 4 Dans une lettre à Alfred DesRochers, du 2 mai 1930, Dantin écrit : « Je trouve l’ouvrage entier ext (...)

2Ces réflexions me viennent à propos de l’Histoire de la littérature canadienne, dont une nouvelle édition a paru récemment4. C’est un ouvrage d’une indiscutable valeur et où les plus hargneux trouveraient à peine à redire. On se demande, après avoir lu ses chapitres, comment on l’eût pu faire plus solide, plus complet, plus méthodique, et mieux adapté à son dessein. Ce n’est pas, comme on pourrait le croire, un exposé large et logique de notre histoire intellectuelle, poursuivant ses évolutions dans leurs causes, leurs tournants d’idées, procédant par tableaux connexes, ayant l’ampleur et la continuité d’un discours. C’est un manuel, un précis, où se trouve resserré en des notes claires et brèves tout ce qu’il importe de savoir sur notre passé littéraire et nos achèvements présents. Chacun de nos auteurs, depuis les lointaines origines, y a sa place à part, s’y pose en une esquisse de sa vie et de sa carrière, s’y trouve apprécié dans sa valeur et dans son influence. C’est près de trois cents écrivains qui défilent ainsi, chacun portant le rôle de ses œuvres même les plus obscures : et calculez la somme de labeur qu’a coûté leur seul assemblage ! Faut-il reprocher à l’auteur d’avoir trop élargi l’hospitalité, d’avoir accueilli dans son livre des talents par trop médiocres ? Il se pose lui-même cette question et s’excuse de la trancher ; mais ses lecteurs répondent pour lui. Ce qu’ils veulent dans une œuvre de cette nature, c’est une statistique de nos lettres telles qu’elles ont été : c’est la somme des efforts et non des réussites. Nous ne pouvons faire que notre écriture jusqu’ici ait dépassé de beaucoup le niveau moyen : ce n’est pas une raison pour en ignorer les exemples ou les restreindre à une simple élite. Leur nombre même est une leçon, une suggestion de sève. Il en naît un ensemble qu’on ne peut dédaigner et où la postérité, mieux que nous, fera les coupures légitimes.

3Dans cette masse de matière et de documents, l’auteur met un ordre parfait, des divisions précises qui se classent d’elles-mêmes dans l’esprit. Il distingue en notre progrès trois seules grandes périodes : celle de l’âge primitif jusqu’en 1860 ; celle d’une expansion plus adulte jusqu’à la fin du dernier siècle ; et l’ère contemporaine avec ses courants nouveaux. Ce plan, très simple, est pleinement justifiable et embrasse le sujet dans son étendue acceptée. On y souhaiterait pourtant un enclos pour la préhistoire. Des notions sur notre lointain passé, sur les chroniques et les mémoires de la Nouvelle-France, l’eussent complété heureusement. La plupart de ces œuvres furent écrites, après tout, par des Canadiens d’adoption, les seuls Canadiens presque existant alors ; elles nous appartiennent au même titre que les exploits de Maisonneuve. Elles constituent, à tout le moins, nos sources littéraires, sources abondantes et précieuses que nous n’explorons pas assez, dont la science nous importe extrêmement. Connaît-on vraiment l’histoire littéraire canadienne si l’on ignore Lescarbot, Champlain, les Jésuites et les Ursulines ? Je rêve d’un tableau de notre littérature qui commencerait à Jacques Cartier et se déroulerait d’un seul fil jusqu’à Alice Lemieux.

4Dans ces blocs généraux les sujets se partagent en groupes basés sur les genres littéraires. Pour chacune des époques se traitent successivement la poésie, l’histoire, la philosophie, la science, le roman, la critique, le journalisme, l’éloquence religieuse et civile. Partition qui peut nuire à l’unité de l’œuvre, qui lui défend l’ordre historique sévère et la force à certaines répétitions ; mais qui d’ailleurs fournit un bilan plus compact de notre avoir, et permet de jauger en coups d’œil faciles son actif et ses déficits. C’est la méthode qui convenait à un manuel conçu d’abord pour nos collèges, cherchant à aider la mémoire, visant au resserrement et à la clarté. Souvent ces branches elles-mêmes se subdivisent, isolant des tendances diverses. Ainsi notre poésie moderne comprend, en autant de sections, l’École Littéraire, l’école du terroir, les poètes-artistes, les poètes philosophes, et les femmes poètes. On est tenté de chicaner le carré des poètes-artistes (tout vrai poète étant artiste), mais cela dans le livre s’explique raisonnablement.

5C’est l’élément biographique et critique de l’œuvre qui, naturellement, donne sa vraie mesure. Et c’est ici que se révèle une somme énorme de recherches, d’informations puisées aux sources, éclairant les hommes, les écrits, à la lumière des faits, reliant la littérature à la société et à l’histoire. Recueillir sur ces personnages, presque oubliés souvent, tant de dates et de détails, établir pour chacun une bibliographie complète, c’était un long et lourd travail où peu d’aides ouvraient la route. Les apprécier justement était plus difficile encore. Mgr Roy a réussi l’une et l’autre tâche. Cette mollesse critique qu’on lui reproche tant est ici très peu évidente. Ses jugements sont modérés, mais ils ne sont pas faibles. Il ne pouvait certes adopter une attitude de négation qui eût démenti l’objet même de son livre ; mais il fait la part équitable des mérites et des faiblesses, sans se livrer jamais à un lyrisme intempestif. Ni Gérin-Lajoie ni Chapman ni Adolphe Routier ne lui paraissent des génies ; il croit que le physique de sir Wilfrid Laurier et de Chapleau a pu aider à leur renommée d’éloquence. — II est très peu d’auteurs qu’il laisse indemnes de réserves, encore moins qu’il exalte immodérément. Faut-il le blâmer trop d’avoir accordé à son frère, Mgr Paul-Eugène Roy, un espace disproportionné peut-être à son rôle littéraire ? Il en est par contre, à mon sens, qu’il ne place pas assez haut : tel Alphonse Beauregard, auquel il ne consacre que quelques lignes indifférentes. Et il en est un au moins dont il omet toute mention sans qu’on s’explique cet ostracisme : le poète délicat et souvent habile Eudore Évanturel.

6De notre littérature en général il se contente de dire qu’elle existe et mérite qu’on la reconnaisse. Il trouve à ses imperfections des causes graves qu’il signale sans réticence. Bref, les jugements de ce livre procèdent d’une équité solide ornée de discrétion et de finesse. L’élève ou le lecteur qui y étudiera l’histoire de la littérature canadienne en aura une idée raisonnée, éclectique, exacte et nullement surfaite. Il y puisera, avec une juste estime de notre œuvre intellectuelle, un sens aiguisé de ses insuffisances et de ses défauts. Et la fable de ce critique acceptant tout, admirant tout, s’en trouve entièrement détruite.

7Dans une dissertation finale, Mgr Roy, traitant de notre avenir littéraire, revient sur un conseil qu’il a déjà donné ailleurs et suggère la « nationalisation » de notre littérature. Ici je ne puis le suivre qu’à demi. « Nationalisation » est un mot très long et très vague qui peut dire trop ou ne dire presque rien. S’il signifie uniquement qu’il nous faille poursuivre en nos œuvres la pensée personnelle, la création originale, y mettre nos visions, nos expériences vivantes au lieu de reflets étrangers, l’avis est excellent, mais le terme est bien mal choisi et tout à fait impropre. C’est un conseil d’art pur et simple, qui regarde chaque artiste individuel et qui convient aux écrivains de tous les temps et de tous les pays. S’il fallait l’exprimer d’un mot, c’est « caractérisation » qu’on eût pu dire, ce qui eût eu une syllabe de moins. Il nous demande d’écrire de ce que nous connaissons, de ce que nous sentons, et de déverser dans nos livres notre âme propre et non celle d’autrui. Mais avec l’idée nationale il n’a qu’une relation lointaine. Être national, ce n’est qu’un des moyens, et pas infaillible d’ailleurs, d’être original ; les écrivains les plus puissants, les plus fortement isolés, sont souvent très peu « régionaux ».

  • 5 L’abbé Charles-Honoré Laverdière (1826-1873), historien et professeur au Séminaire de Québec, fut u (...)

8Mais ce conseil tend-il à nous faire briser nos attaches avec les siècles littéraires dont nous sommes issus et avec la pensée qui les prolonge ? Veut-il nous éloigner de la France littéraire au point de n’y plus chercher de leçons, de modèles, de nous livrer entièrement à notre génie propre, à nos traditions séparées, à notre art autonome ? Alors l’avis est plus que discutable. Nous sommes bien loin d’être assez forts pour nous permettre une telle scission, pour nous priver de l’influence d’une culture mentale plus active, plus experte et plus riche que la nôtre. Va-t-il falloir que nous cessions de lire Pascal, Racine, Hugo, Balzac, le dernier cours de la Sorbonne, le dernier roman de Paris, pour éviter de refléter la pensée française ? Devrons-nous n’avoir sous les yeux, aux routes de notre art, que Bibaud, Fréchette, Laverdière5 ? Nous assimiler la substance, la langue, les habiles procédés des livres de France, ce n’est pas de l’imitation si nous soufrions à tout cela notre propre haleine, y imprimons notre griffe distincte : ce n’est que le moyen d’être nous-mêmes avec puissance. Les écrivains français, en plein cœur de leur formation commune, ne s’imitent pas les uns les autres, ou, s’ils le font, ont le même tort qu’auraient les Canadiens. Renoncer au courant de nos origines et aux sèves qu’il nous offre encore ne serait pas libérer notre littérature, mais l’appauvrir et l’étioler.

9L’exhortation vise-t-elle plutôt la matière de notre art ? Voudrait-elle qu’il fut national en se restreignant davantage aux choses et aux scènes de notre sol, aux sujets, aux tableaux intéressant l’âme canadienne ? En ce cas elle est superflue, et elle est dangereuse. Superflue, parce que déjà les trois quarts de nos écrivains l’ont suivie et la suivent chaque jour ; — dangereuse, parce qu’en exigeant encore plus on finirait par tant rétrécir l’horizon de notre pensée qu’on lui interdirait tout ce qui est général, universel, largement humain, qu’on ferait de notre art le simple miroir d’une province. Exprimer les choses de chez nous est assez naturel et attire de soi nos esprits ; mais notre littérature, sur ce point, est « nationalisée », je crois, autant qu’elle doit l’être, sinon plus. N’oublions pas que notre tête a été bâtie, comme les autres, pour contenir la science, la philosophie, la pensée abstraite, pour éprouver des rêves lointains et des curiosités illimitées. Rappelons-nous qu’une littérature, avant d’être l’expression d’une race, est l’expression de l’âme humaine : — et n’allons pas encasaner nos instincts, nos talents, dans des geôles arbitraires. Il n’y a qu’un « complexe d’infériorité » gratuit qui nous ferait nous juger incapables d’aborder dans nos œuvres tout ce que peuvent traiter des Français, des Américains, des Allemands, des Russes. C’est entretenir ce complexe que pousser trop loin la maxime : « Avant tout soyons canadiens » ; et c’est nous condamner à des envols par trop timides. L’art n’a pas de patrie, la pensée n’en a guère ; une littérature doit avoir toute une section régionale, mais il lui faut la liberté de s’épandre plus loin, de se heurter, si elle le veut, aux colonnes d’Hercule ou à l’étoile Sirius.

  • 6 William Henry Drummond (1854-1907), auteur de poèmes qui traduisent en anglais l’idiome de l’habita (...)

10Mais ce qui serait pis, c’est si l’on suggérait que notre langage, nationalisé à son tour, dût avoir désormais sa marche indépendante, accepter d’être différent, en quoi que ce soit d’essentiel, du langage de France. Ce rêve équivaudrait à bouleverser toute notre culture, à délaisser la lutte séculaire que nous soutenons pour le parler de nos aïeux, à démolir de nos propres mains le mur qui nous défend contre notre absorption ethnique. Un langage différent de celui de France ne serait plus le français, évidemment : nous n’aurions qu’ajouté au Babel des langues un patois de plus. Ce nouveau dialecte se formerait sans doute du noyau déjà existant de nos idiomes, en l’enrichissant à son gré de ce qu’inspireraient la pensée, la vie canadiennes. L’anglicisme, à ce compte, y aurait tout autant de droits que l’invention native, serait même forcément la source majeure de cette invention. On peut prévoir qu’en cinquante ans le « Canadian French » aurait cessé d’être une légende et que l’Habitant de Drummond6 serait devenu un de nos classiques. Il est oiseux de se récrier sur ces conséquences absurdes si l’on en pose le principe. Pour peu que nous relâchions notre surveillance de la langue que nous écrivons, notre souci de sa pureté, notre résistance à l’infiltration étrangère, nous sommes sur le chemin de cet « idéal ». Il nous menace de toutes parts, nous a déjà partiellement gagnés : il s’étale au plein jour dans nos conversations, notre journalisme, notre commerce, notre industrie ; mais avec quel gain pour nos lettres, grand Dieu ! Au moins ne le fortifions pas de notre tolérance et n’en faisons pas un conseil.

11Mgr Roy, je le sais bien, répudiera toutes ces acceptions de son mot en ce qu’elles ont d’extrême : il les a même rejetées d’avance ; je ne prétends aucunement les lui attribuer. J’ai voulu seulement noter que le mot même est équivoque, et qu’en dehors d’un sens très juste, mais banal et imprécis, il en a plusieurs autres prêtant à de fausses inférences. Je crois comme lui que notre littérature doit être nationale, mais nationale par le dedans, par la force de ses créations, par le caractère de sa pensée et la qualité de son souffle (à la manière, par exemple, de ce qu’on nomme le « génie latin »), non par un localisme exclusif d’inspiration, de sujets ou de langage. Sommes-nous vraiment bien éloignés de vouloir la même chose ?

Notes de fin

1 « Histoire de la littérature canadienne de Mgr Camille Roy », L’Avenir du Nord, 28 août 1931, p. 1-2 ; Gloses critiques, p. 39-50.

2 Camille Roy (1870-1943) fut titulaire de la chaire de littérature française (1895-1927) puis recteur (1924-1927) de l’Université Laval. Fondateur des revues L’Enseignement secondaire au Canada (1915) et Le Canada français (1918) ; auteur de nombreux ouvrages sur la littérature, notamment Essais sur la littérature canadienne (1907), Nos origines littéraires (1909) et, surtout, Tableau de l’histoire de la littérature canadienne-française (1918, 1920, 1923, 1925), qui deviendra Manuel d’histoire de la littérature canadienne-française (1928), puis Histoire de la littérature canadienne (1930), et qui connaîtra de nombreuses rééditions. À ceux qui lui avaient souvent reproché son indulgence envers les auteurs et leurs œuvres, il invoquait la nécessité pour une littérature encore jeune de voir ses efforts stimulés et ses initiatives encouragées. Et il n’hésitait pas à faire appel à « un bon juge en la matière », à savoir l’abbé Lionel Groulx, pour chanter ses propres louanges : « Nous savons que sa plume si souple, d’un doigté si merveilleux, et qui a l’air d’ondoyer sous le geste de la main, peut, si elle le veut, et s’il le faut, se redresser très ferme et toute droite, et écrire les choses les plus cinglantes dans la langue la plus drue. »

3 Allusion à Albert Pelletier qui, dans Égrappages (p. 93-102), avait ridiculisé le style de Camille Roy, le qualifiant de « petit nègre » et l’accusant « d’étirer sa guimauve » jusqu’à la nausée.

4 Dans une lettre à Alfred DesRochers, du 2 mai 1930, Dantin écrit : « Je trouve l’ouvrage entier extrêmement bien fait, et ne partage pas du tout les opinions qui refusent à Mgr Roy le tact et le discernement d’un réel critique. Il est possible qu’il ait divagué dans d’autres ouvrages ; mais celui-ci est juste, modéré, pondéré, nullement excessif dans la plupart de ses admirations, et conçu dans un esprit large, avec une tolérance et une compréhension qui font honneur à une âme ecclésiastique. À part la part exorbitante qu’il y fait à son frère l’archevêque, par une piété fraternelle trop naïve, il y a dans ce manuel une mine d’informations justes et de jugements équitables sur l’armée tout entière de nos auteurs. »

5 L’abbé Charles-Honoré Laverdière (1826-1873), historien et professeur au Séminaire de Québec, fut un pionnier de l’érudition historique. Coauteur, avec l’abbé Casgrain, d’éditions des Œuvres de Champlain, des Relations et du journal des Jésuites ; on lui doit également un Manuel d’histoire du Canada (1873).

6 William Henry Drummond (1854-1907), auteur de poèmes qui traduisent en anglais l’idiome de l’habitant canadien-français. Son premier recueil, The Habitant (1897), connut un grand succès.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540