Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

La langue française, notre instrument d’expression littéraire1

Texte intégral

  • 1 « “La langue française au Canada”, discours prononcé par M. Louis Dantin, à Sherbrooke, à la réunio (...)
  • 2 Horace (65-8 av. J.-C.), poète latin, auteur d’un Art poétique qui présente la poésie comme un élém (...)
  • 3 Dominique Bouhours (1628-1702), jésuite qui, après Vaugelas, exige le respect du bon usage et rejet (...)

1On m’a prié d’adresser à cette réunion quelques brèves paroles comportant, m’a-t-on dit, quelques conseils sur l’art d’écrire. C’est une tâche qui, à première vue, semble aisée entre toutes. Est-il chose plus facile que donner des conseils ? Il suffit d’énoncer, avec la gravité qu’il faut, quelques principes généraux, reconnus de tous, traînant déjà dans des traités et des manuels sans nombre. S’il s’agit de littérature, on se rappelle assez d’Horace2, de Bouhours3 et de Verniolles pour former un bouquet de loyaux préceptes dont chacun est aussi solide que les commandements de Moïse. Mais ce genre de conseils est stérile autant que facile ; ce n’est pas, j’en suis sûr, celui que vous attendez de moi. Vous voulez que je prenne, parmi des questions définies, des problèmes actuels intéressant la littérature canadienne, quelque point circonscrit qui mérite d’être élucidé, où un bon conseil montrant la voie immédiate à nos écrivains serait pratiquement et spécifiquement utilisable.

2Vous surprendrais-je en vous disant qu’à mon avis aucune question n’est aussi opportune, aussi importante pour nos lettres que celle de notre langue littéraire ? C’est une cause, il est vrai, qu’on pourrait croire toute décidée. Mais depuis quelque temps, des doutes et des équivoques l’obscurcissent et tendraient à en faire un sujet de dispute. C’est ce qui me suggère de la reprendre en ce moment et d’en faire la matière d’un unique conseil. Et ce conseil est celui-ci :

3« Quels que soient les chemins où s’engage notre littérature, qu’elle garde comme son instrument d’expression, qu’elle protège contre toute corruption intime ou étrangère la langue du Canada français, autrement dit la langue française. »

4Les jeunes littérateurs qui appellent vaguement je ne sais quelle évolution, je ne sais quelle transformation de notre langage au profit d’idéals strictement nationaux, sont animés d’excellentes intentions — je le sais, car j’en compte parmi mes meilleurs amis ; — mais je crois qu’ils caressent une dangereuse chimère. Une littérature ne brise pas impunément avec tout son passé. Elle ne recommence pas, à peine adulte, un effort qui lui a déjà tant coûté. Il n’y a pour elle qu’un salut, qu’un gage d’avenir : tracer plus profond et plus large le sillon déjà entr’ouvert ; continuer avec les mêmes armes la lutte jusqu’ici soutenue. Cela manque tout à fait de nouveauté, n’est-ce pas ? Mais la marche d’une littérature n’est pas une suite de sensations : c’est le progrès d’un travail patient et accumulé. Notre race est née, a grandi, liée au langage de la France, défendue et sauvée par lui. Le français qu’elle parlait, c’est ce qui, plus que tout le reste, lui a gardé son individualité, sa permanence distincte parmi les autres races qui l’entouraient et la débordaient. Le jour où ce langage se diluera, acceptera un amalgame quelconque, ce jour verra la fin de notre identité ethnique, et notre survivance tant vantée ne sera plus qu’un souvenir. La langue, la littérature et la race auront péri ensemble.

5Quelle confusion pourtant on arrive à jeter dans un axiome si certain ! Quels curieux prétextes l’on donne à ces projets rénovateurs !

6D’aucuns partent de l’assertion que la France d’outre-mer nous est devenue étrangère, que ses traits, ses tendances ne répondent plus aux nôtres. Et dès lors, concluent-ils, sa tutelle sur nous se trouve de plein droit périmée. Il nous faut désormais un canadianisme indépendant et intégral.

7Mais qui songe à baser notre attitude envers notre langue sur une vassalité quelconque à l’égard de la France lointaine ? On est libre d’avoir pour celle-ci tous les sentiments que l’on veut, libre même d’oublier que son sang persiste en nos veines. Mais ce n’est pas pour elle que cette cause est plaidée. — Il nous faut garder notre langue simplement parce que c’est la nôtre, celle de la France américaine que nous sommes et que définissait si bien le poète que nous regrettons :

  • 4 Nérée Beauchemin, « Ma France », dans Patrie intime, Montréal, Librairie d’Action canadienne-frança (...)

Ma France, c’est mon pays4.

8N’est-ce pas assez que cette langue ait été parlée par nos aïeux et par nos mères ; qu’elle règne encore maîtresse parmi leurs deux millions de fils ? N’est-elle pas à ce titre seul la vraie, l’unique langue canadienne ?

9Cela n’implique envers la France que cette dépendance très restreinte, dépendance de logique, de nécessité intrinsèque, que notre langue, dans son accroissement, suive l’évolution de la souche-mère, garde avec elle assez de liaison, d’échange, pour que l’unité essentielle ne soit pas brisée. Il ne peut y avoir deux langues françaises notablement diverses ; et ce sera toujours Paris, et non Montréal ou Sherbrooke, qui devra dire le dernier mot sur ce qui est français et ce qui ne l’est pas. — Mais cette régence n’impose aucune servitude. Dans notre monde moderne, où toutes les nations sont voisines, il se fera naturellement par le voyage, le commerce et le livre, une pénétration réciproque qui, d’elle seule, maintiendra l’unité linguistique entre la France et nous. — N’est-ce pas de cette façon que notre langue évolue, en fait, depuis cent cinquante ans ? Notre français n’est plus celui de Champlain ou d’Etienne Parent : il a suivi spontanément, et sans aucune pression externe, tous les courants qui, depuis eux, ont entraîné la langue de France. Quand je lis une page historique de l’abbé Groulx ou une strophe d’Alfred DesRochers ou de Robert Choquette, j’y retrouve toutes les formes, toutes les inflexions du français vingtième siècle. Ainsi la langue des nôtres s’enrichit, se transforme, mais en accord à son verbe d’origine ; elle le fait sans effort, inconsciemment presque, et elle n’a pour cela qu’à suivre son instinct.

10D’autres doutent que la langue française, privée ainsi d’évolution distincte, puisse exprimer adéquatement l’âme et la pensée de chez nous. Mais, de grâce, ne nous faisons pas d’inquiétude là-dessus. La langue française, comme toutes les langues modernes, mais mieux encore qu’aucune autre, est un outil universel apte à toutes les besognes, un instrument multiple capable de rendre tous les sons. Elle n’a pas été faite pour les Français tout seuls ; elle est cosmopolite ; elle s’exerce depuis des siècles à accumuler des symboles embrassant toute l’échelle des êtres, toute la vision, toute l’émotion que puisse éprouver l’âme humaine. Ses génies ne sont pas enclos dans le cercle des choses françaises : ils ont exprimé l’univers par la philosophie, la poésie, la découverte, la science. N’ayez donc crainte que nos spectacles ne trouvent pas assez de couleurs dans la palette de Gautier ou de Loti ; que notre âme éprouve des élans que n’eussent pu exprimer Pascal, Rousseau, Hugo ou Léon Bloy ; que notre vie ait des détours qui eussent embarrassé Daudet ou Barrés. Si vous n’avez pas trouvé dans Larousse le mot exact qu’il vous fallait pour peindre un coin de notre sol, une nuance de notre être intime, soyez sûrs que vous n’avez pas assez cherché. Vous avez d’ailleurs la ressource, dans des thèmes qui le comportent, d’appeler au secours notre langue populaire, où certains aspects sociaux se refléteront plus vivement. Mais notez que ces mots normands, picards ou poitevins seront eux-mêmes des mots de France, ne seront devenus canadiens qu’en passant par nos lèvres ; qu’il n’y a pas cent mots de notre dialecte qui soient vraiment de notre cru et esquivent tout à fait notre dette française. Car vous ne comptez pas pour créations originales des emprunts maladroits, grossiers, à la langue britannique, simples aveux d’ignorance ou de paresse, greffes hybrides qui corrompent la sève au lieu de l’enrichir.

11Surtout, ne donnez pas dans cette effarante équivoque qui confondrait d’emblée la langue de nos champs, de nos rues et de nos usines avec celle de nos lettres, qui voudrait que tous nos écrits adoptassent l’idiome natif comme moyen normal d’expression. — Tous les peuples ont une langue populaire et une langue littéraire qu’ils tiennent à distance l’une de l’autre, qu’ils n’entremêlent qu’incidemment pour des besoins d’art. Il y a encore aujourd’hui en France des patois poitevins, normands et picards ; mais les journaux, les livres ne s’écrivent pas dans ces patois. Il y a l’« assent » de Marseille, mais on ne s’en vante pas. Les patois continuent à vivre par la force des traditions, mais on ne les enseigne pas à l’école. Il existe aux États-Unis un « slang » courant, parfois très pittoresque ; mais un livre sérieux ne s’écrit pas en « slang » : il s’écrit en très bon anglais, identique, à des vétilles près, à l’anglais de Londres. Et vous voyez qu’une grande nation, tout aussi étrangère que nous à ses origines premières, croit pouvoir s’exprimer pourtant dans la langue de ses origines, ne cherche pas pour elle d’évolution indépendante, et n’a jamais, à aucun moment, rêvé d’une langue nationale.

12Une langue nationale pour nous ? Il nous faudrait la créer de toutes pièces, d’un noyau primitif de quelques centaines de vocables. Il nous faudrait refaire ce travail de dix siècles qui a élaboré les langues modernes. Et cela quand nous possédons sous la main un instrument de précision et de splendeur que nous savons manier déjà. Cela quand une langue étrangère, complète aussi, nous guette et nous attire, a déjà commencé à nous envahir ! Non, il n’est qu’une alternative : ou bien nous garderons notre langage traditionnel en le préservant de toute tache, en l’enrichissant à ses sources légitimes, — ou bien notre langue future, par la loi de résistance moindre, sera l’anglais, tout simplement. Mais alors aura disparu la plus ferme barrière à l’absorption de notre race ; alors nos trois cents ans de culture nationale auront avorté misérablement. Nous voguerons vers des destins nouveaux, mais où ni vous ni moi, messieurs, ni la mémoire d’aucun de nos écrivains et de nos poètes n’occuperont la moindre place.

13Ce n’est sûrement pas cette déchéance que nous voulons. Alors, mettons donc en question dans nos théories littéraires tout ce qu’il nous plaira, excepté ce premier principe. Aimons ou non la France moderne, mais usons sans scrupule de sa langue, qui est la nôtre, et pour qu’elle puisse nous exprimer, apprenons-la de mieux en mieux. Que ceux à qui il faut le canadianisme intégral le réalisent au moyen du français intégral : leur succès en cela ne dépendra que de leur génie, car, en puissance et en richesse, la langue française suffit à tout.

14Me permettez-vous, en réponse à votre si cordial accueil, de vous offrir ce simple conseil ?

***

Selon Dantin, qui venait de lire les Carquois d’Albert Pelletier, celui-ci préconisait « un patois canadien, précurseur d’une langue nationale » (supra, p. 563). Dans ses lettres à Alfred DesRochers, qui semblait tenté d’épouser les théories de Pelletier, Dantin s’érigera en défenseur de la langue française : « Quant à sa thèse de la langue canadienne, vous êtes bien charitable de ne lui attribuer que ce qu’elle peut avoir de bon sens ; mais Pelletier, lui, soutient en propres termes qu’il nous faut un langage distinct où non seulement les archaïsmes, mais les anglicismes auront droit de cité, et qui finalement pourra se trouver tout à fait différent du parler de France. “Et si notre ‘patois’ devient trop difficile aux académiciens, eh bien, tant mieux : c’est que nous aurons un langage à nous.” Vous voyez que l’idée d’un sabir lui sourit très bien ; qu’il n’est pas du tout effrayé de nous voir nous débattre dans la morasse d’un jargon canayen, que tout le genre humain enterrerait sous son mépris. Et comment pouvez-vous, dans ces conditions, vous porter solidaire des idées de M. Pelletier sur notre langage littéraire ? Vous en exprimez vous-même d’autres toutes différentes, encore que par certains côtés elles semblent pouvoir y conduire. Vous voulez qu’on réprime des excès de purisme, ou de soi-disant purisme ; et je crois moi-même qu’il y en a. Mais comme ce danger de parler trop bien le français est petit en comparaison de celui de ne plus le parler du tout ! Là où vous ouvrez la porte à ce dernier péril, c’est en disant : “Une langue parlée est une langue en évolution : une littérature dont la langue n’évolue pas est une littérature de langue morte. En quel sens doit se faire cette évolution, c’est l’affaire du peuple qui la parle.” Tout cela est très vrai ; mais notre langue, c’est le français, et il n’y a aucune raison pour que nous ne suivions pas, comme nous l’avons fait de tout temps, l’évolution de la langue française. Avons-nous peur que cette évolution ne soit pas assez vaste, assez rapide, pour nos besoins intellectuels ? Cette “âme canadienne” est donc bien immense pour que tout le vocabulaire de Littré et de Larousse ne puisse lui suffire ! Vous avouerez qu’il est légèrement puéril de croire qu’il faille absolument dire des “caneçons” et des “scanthènes” pour exprimer nos “qualités ethniques”. Si je trouve que des mots français expriment absolument la même idée, il est bien évident que ma race (par ailleurs française) pourra s’y peindre tout aussi bien. Mais si mon langage évolue d’un côté et le langage de France de l’autre, ils divergeront de plus en plus, au point d’être bientôt tout à fait étrangers. Voici, fatalement, le sabir, étape la plus proche de la désintégration de notre race elle-même. Il est donc nécessaire (même si c’est embêtant) que nous apprenions le français à mesure que le français change lui-même ; et c’est la seule évolution qui sauvera chez nous la possibilité d’une littérature quelconque. Ceci ne supprime pas du tout le “parler populaire”, ni le parti qu’en pourront tirer le roman, la poésie, selon les convenances de l’art. Tous les peuples ont un parler populaire distinct de leur langue écrite, et dont leurs écrivains se servent pour certaines peintures. Il n’y a pas de danger que le nôtre disparaisse, malgré tous les abbés Blanchard. Mais vouloir faire de notre parler populaire la langue de notre littérature, n’est-ce pas une confusion lamentable ? Ignore-t-on que ce parler se compose de quelques centaines de mots, tous exprimant des choses de la vie commune, sans aucun des termes abstraits dont vit la pensée littéraire ? Quel appoint apportera-t-il jamais à un ouvrage de philosophie, de science, de critique littéraire (à moins que ce ne soit “avoir du fonne”, cette exquise trouvaille) ? Comme je l’ai écrit à Pelletier, essayez de refaire la Maison du berger ou la Légende des siècles en langage canadien ! Posée dans les termes où la posent les Carquois, cette thèse est absurde, et son résultat serait tout simplement de nous faire abandonner la lutte que nous poursuivons depuis près de deux siècles pour la conservation de notre langue, par quoi nous avons toujours entendu la langue française ; — de nous faire accepter bénévolement toutes les corruptions, toutes les infiltrations étrangères, comme de simples étapes dans notre “évolution”... Notre race sera bien avancée quand elle aura pour s’exprimer un instrument hybride où deux races disparates auront brassé leurs contributions au petit bonheur ! Notre langue populaire elle-même doit être protégée contre cette bâtardise ; — qu’elle garde les mots que lui ont légués ses origines françaises ; mais qu’elle ne s’avilisse pas à emprunter toute sa croissance à l’anglais ou à l’américain, comme inconsciemment elle le fait. C’est sur ce terrain que l’abbé Blanchard et autres francisants font une œuvre excellente et urgente. 11s combattent l’anglicisme encore plus que l’archaïsme. Au lieu des mots anglais qui forment chez nous le vocabulaire du commerce et de l’industrie, que nous avons adoptés par pure ignorance de leurs équivalents français, ils cherchent à nous apprendre ces termes français que nous aurions dû savoir tout d’abord ; — et je ne vois pas vraiment quel mal on peut trouver à cette réaction, ni en quoi elle altère le moins du monde le cachet canadien-français de notre langage, le seul qui doive nous être cher. Au contraire elle l’épure et le restaure. Elle le tire d’une direction fausse et le fait évoluer dans son vrai sens ethnique. Ces annonces où de grands magasins offrent leurs marchandises sous leurs noms français authentiques ne surprennent que notre routine, notre répugnance à l’effort — ou à l’ennui de ne pas être laissé tranquilles, d’avoir à apprendre. Mais ce sont ces efforts qui nous sauveront du “patois créole” et qui nous permettront de pouvoir nous vanter, comme nous le faisons à bon droit, déparier un français qu’un Français peut toujours comprendre. Ce n’est qu’à propos de nos archaïsmes, en voulant les éliminer tout à fait de notre langue courante, que ces puristes vont parfois à l’excès et tendraient à une uniformité insipide, que d’ailleurs ils n’ont aucune chance d’établir...

C’est tout un volume que je vous ai écrit ; mais il s’agit du plus grave de nos problèmes intellectuels, et votre article m’a suggéré ces remarques, que vous pardonnerez à mon ordinaire franchise » (lettre du 31 mars 1931).

La publication de la première série de Gloses critiques donnera l’occasion à Pelletier d’exercer sa verve à propos de la « petite querelle du “langage canadien” » : « Elle résulte, dira-t-il, d’une déconcertante méconnaissance des termes mêmes de la discussion. Louis Dantin nous prouve tout le long de ses gloses qu’il entend par langage canadien les seules fautes de français que nous commettons, — ce qui ne l’empêche pas d’écrire des thèses pour prouver l’existence d’une littérature canadienne. Je prétends, sans aucun mérite puisque tout le monde pense ainsi, que les Canadiens parlent français, et que notamment leur vocabulaire est purement et simplement le vocabulaire français, entremêlé d’un peu de canadianismes, d’un peu d’anglicismes, à quoi s’ajoute une fantaisie mal venue de donner une prononciation et un sens inusités à certains mots. Je crois que l’emploi “avec bon sens, avec goût, avec art”, des termes concrets dans nos manuels scolaires et notre littérature nous serait plus utile, à tous points de vue, que la pêche des vocables pâlots et d’un froid métaphysique qu’on nous fait pratiquer dans le style académique » (Égrappages, p. 91).

Notes de fin

1 « “La langue française au Canada”, discours prononcé par M. Louis Dantin, à Sherbrooke, à la réunion des poètes et écrivains canadiens », L’Avenir du Nord, 31 juillet 1931, p. 1 ; Gloses critiques, t. I, p. 169-177.

2 Horace (65-8 av. J.-C.), poète latin, auteur d’un Art poétique qui présente la poésie comme un élément essentiel de la civilisation, un idéal artistique permettant d’atteindre le vrai et le beau. Nicolas Boileau s’en inspira pour composer son Art poétique, dans lequel il résume les grands préceptes de la doctrine classique : d’entrée de jeu, Dantin fait allusion au Chant I (v. 147-182) de ce traité.

3 Dominique Bouhours (1628-1702), jésuite qui, après Vaugelas, exige le respect du bon usage et rejette tout archaïsme et tout néologisme. Outre des ouvrages hagiographiques, il a laissé des études sur la langue : Les Entretiens d’Ariste et d’Eugène (1671), Doutes sur la langue française (1674), Remarques nouvelles sur la langue française (1675).

4 Nérée Beauchemin, « Ma France », dans Patrie intime, Montréal, Librairie d’Action canadienne-française, 1928, p. 142.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540