Version classiqueVersion mobile

La psychocriminologie

 | 
Dianne Casoni
, 
Louis Brunet

Avant-propos

Texte intégral

1Que se passe-t-il dans l’esprit d’un homme qui agresse sa conjointe, qui en tue un autre ou qui s’adonne au vol comme mode habituel de vie ? Qu’est-ce qui motive ou pousse cet homme à agir d’une façon qui, non seulement contrevient aux lois, mais qui est aussi considérée comme inacceptable et immorale par la majorité de ses congénères ?

2De la fascination qu’exercent sur nous les personnages de films, qui sont dépeints comme des psychopathes cupides et immoraux, à la révulsion que nous ressentons quand nous sommes mis en présence de victimes réelles d’actes criminels, ces questions surgissent en chacun. Il n’existe certes pas d’explication unique et encore moins de réponses simples à ces questions ; néanmoins, la recherche de voies de compréhension et d’explication est la seule qui soit scientifiquement pertinente. Nous proposons donc, dans ce livre sur la psychocriminologie psychanalytique, d’examiner des hypothèses explicatives qui permettront au lecteur, au fil de sa lecture, de mieux saisir et de mieux comprendre ce qui, au plan psychique, sous-tend la délinquance.

3Depuis le livre d’Hesnard (1963), il ne s’est publié aucun ouvrage en français portant spécifiquement sur la psychocriminologie psychanalytique. Pourtant, nombre de travaux psychanalytiques ont permis, depuis les quarante dernières années, de faire avancer la compréhension du fonctionnement psychique des individus qui commettent des crimes ou s’engagent dans un mode de vie délinquant. Pensons notamment, en Amérique du Nord, aux travaux de Kernberg sur les pathologies du narcissisme ou, en Europe, à ceux de Balier sur le rôle joué par le facteur quantitatif dans la survenue de comportements violents et de comportements sexuels violents. Il devenait donc impératif non seulement de faire le point sur ces nouvelles contributions théoriques et de les situer historiquement dans l’évolution de l’apport psychanalytique à la psychocriminologie, mais également d’en proposer des illustrations cliniques pertinentes.

Ce que contient ce livre

4Ce livre est divisé en deux parties. La première compte cinq chapitres et regroupe l’essentiel des contributions théoriques psychanalytiques explicatives du fonctionnement psychique du délinquant alors que la seconde partie, qui compte deux chapitres, propose des applications cliniques des concepts psychanalytiques abordés en première partie du livre.

5Le premier chapitre présente le cadre conceptuel de notre ouvrage. Il situe les contributions psychanalytiques à la psychocriminologie par rapport aux divers courants de la psychologie et de la psychologie clinique. Il pose d’emblée la spécificité de l’apport psychanalytique, notamment dans sa vision de l’homme, du conflit humain et de la continuité conceptuelle entre normalité et pathologie. Également, ce chapitre décrit certains concepts fondamentaux qui seront utiles pour comprendre les apports des divers auteurs recensés, plusieurs notions propres à la psychanalyse dont les concepts de Moi, Ça, Surmoi, Idéal du Moi, Moi idéal. Enfin, il présente une description des points de vue structural, dynamique et économique. Ces dernières sous-sections permettront au lecteur moins familier avec la psychanalyse de posséder les outils conceptuels nécessaires pour une saisie optimale des chapitres suivants.

6Pour des raisons d’espace, nous avons malheureusement dû omettre nombre de travaux intéressants dans les deux chapitres suivants. Ainsi, seuls les auteurs dont le travail théorique a laissé une marque significative sur la compréhension de l’agir et de l’organisation psychique du délinquant y sont présentés. Les travaux retenus permettront au lecteur de découvrir des auteurs importants dont les contributions à la compréhension de la psychodynamique du délinquant sont incontournables. À ce sujet, il est intéressant de noter qu’à l’époque des premiers auteurs recensés, seule la psychanalyse offrait une conceptualisation psychologique de la délinquance, ce qui a permis le développement des premiers programmes de traitement centrés sur des aspects proprement psychologiques plutôt que sur l’endoctrinement religieux, moral, ou encore axé sur la punition du contrevenant.

7Alors que le deuxième chapitre est consacré aux travaux d’auteurs européens, le troisième chapitre traite des contributions des auteurs psychanalytiques nord-américains. Ces deux chapitres présentent les auteurs recensés en ordre chronologique de leurs contributions et des sous-sections permettent au lecteur de repérer rapidement les thèmes abordés et d’isoler les auteurs qui traitent de thématiques semblables.

8Le quatrième chapitre propose de faire le point sur le processus d’identification qui, comme nombre d’auteurs l’ont observé, constitue un élément important dans le devenir délinquant de beaucoup de jeunes qui poursuivront une carrière criminelle.

9Le cinquième chapitre, intitulé « La psychodynamique délinquante », constitue une synthèse de notre propre position sur la psychodynamique et la psychogenèse délinquantes.

10La seconde partie du livre propose deux chapitres qui portent sur l’application de la théorie psychanalytique à des problématiques criminologiques, soit un chapitre sur les relations passionnelles et la violence conjugale (chapitre 6) ainsi qu’un chapitre final constitué de portraits cliniques de personnes qui ont commis divers délits (chapitre 7). Il faut souligner que le chapitre 6 sur les relations passionnelles et la violence conjugale a été écrit avec la collaboration de Kathryn Campbell qui doit être considérée comme coauteure de ce chapitre.

11Afin de faciliter la lecture et d’offrir la possibilité au lecteur d’en savoir plus sur certains thèmes et concepts, des encadrés ponctuent le texte de certains chapitres.

La délinquance : un phénomène social

12Tout livre se consacrant à la délinquance doit tenir compte du fait que cette problématique se définit avant tout par rapport aux normes sociales en vigueur dans une société et une culture données. Pour nous qui sommes respectivement professeur de criminologie et professeur de psychologie, et dont la formation universitaire et clinique provient d’abord de la psychologie puis de la psychanalyse, l’importance des aspects sociaux dans la définition et la compréhension du phénomène de la délinquance a toujours retenu notre attention. Outre l’observation répétée, dans notre pratique clinique, de la présence déterminante de facteurs culturels et sociaux dans le recours à l’agir délictueux comme tel, les apports sociologiques qui permettent de saisir le rôle joué par la construction sociale dans la définition et l’identification de qui est délinquant nous apparaissent de première importance.

13À cet égard, nous avons appris à nous méfier du biais épistémologique qui consisterait à concevoir toutes les difficultés sociales des gens, et en particulier de ceux que l’on dit délinquants, uniquement sous l’angle de problèmes d’adaptation psychologique ou de psychopathologie. En ce sens, tout au cours de cet ouvrage, notre pensée doit être comprise comme s’inscrivant dans un cadre qui pose comme postulat que la délinquance constitue, en même temps et de façon indissociable, un phénomène de société dont la définition même implique une part normative d’ordre culturel, politique, économique et social.

14D’ailleurs, les mots délinquance et délinquant renvoient davantage à un construit sociojuridique qu’à une quelconque conceptualisation psychologique ou psychanalytique. D’autant plus que, selon une épistémologie psychanalytique, un individu n’est pas réductible aux actes qu’il commet. Cependant, puisque ce livre traite de délinquance, il ne peut se soustraire à la nature sociojuridique de ce construit. En ce sens, le délinquant dont il est question dans cet ouvrage est celui qui adopte de façon régulière et stable un comportement social qui contrevient aux lois criminelles des pays où un système de police et de justice, indépendant des forces politiques, détermine ce qui constitue ou non un acte criminel. Bien qu’une telle définition contienne sa part d’arbitraire — ne serait-ce que parce que les démocraties ne sont pas exemptes d’abus —, elle a l’avantage d’identifier le plus clairement possible ceux dont il est question dans cet ouvrage.

15Essentiellement donc, ce livre traite de ceux que Noël Mailloux désigne comme des délinquants habituels, c’est-à-dire ceux dont le mode de vie est axé de façon prédominante sur la perpétration de délits. Cette définition du terme présente aussi l’avantage d’exclure les personnes dont les délits sont définis surtout par rapport à un pouvoir politique dominant. De même, cette définition du délinquant permet de poser un regard critique sur les crimes commis dans des situations sociales et culturelles exceptionnelles. De plus, et c’est important de le souligner dans un livre axé sur la psychocriminologie, cette définition de la délinquance exclut l’équation qui ferait correspondre la délinquance à une entité diagnostique.

16Ainsi, bien que nous ayons respecté les termes et les catégorisations diagnostiques des auteurs recensés, lorsqu’il est question de notre propre position concernant la psychodynamique du délinquant, la référence au terme délinquant n’est pas à comprendre comme un diagnostic. En distinguant la personne de ses actes et en cherchant à l’affranchir d’une catégorisation stricte, nous désirons notamment centrer la réflexion sur la compréhension de ce qui, sur le plan de l’organisation psychodynamique particulière, peut favoriser ou soutenir un mode de fonctionnement délinquant.

Une position trans-nosographique

17Encore aujourd’hui, la psychanalyse fournit à la criminologie la théorie explicative la plus complète qui soit du fonctionnement psychique du délinquant. En permettant de concevoir un individu qui soit davantage que la somme de ses actes, la psychocriminologie inspirée par la psychanalyse se veut donc une psychologie de l’individu qui pose des actes criminels plutôt qu’une simple psychologie du comportement criminel.

18Cependant, il serait présomptueux de penser s’affranchir complètement de toute référence catégorielle dès lors qu’un groupe de personnes sont étudiées en fonction de leurs caractéristiques communes. En effet, il ne s’agit pas de nier que nombre de délinquants puissent présenter une organisation de la personnalité qui soit caractéristique d’une structure de personnalité particulière. Néanmoins, nous prenons le parti d’étudier de façon indépendante d’une catégorisation diagnostique les composantes psychodynamiques de la personnalité qui permettent de comprendre le fonctionnement psychique des individus délinquants. En ce sens, ce livre adopte une position qui peut être dite trans-nosographique.

Remerciements

19Nous aimerions témoigner notre gratitude envers les nombreuses personnes qui nous ont aidés et soutenus. D’abord, nous tenons à souligner le travail consciencieux et efficace accompli par notre assistante de recherche Marie-Andrée Pelland, doctorante à l’École de criminologie, dont l’enthousiasme et l’efficacité nous ont été précieux tout au long de la rédaction de ce livre. Parmi tous les professeurs qui ont contribué à notre développement et à notre formation, nous tenons à remercier plus particulièrement feu Noël Mailloux. Nous avons eu le privilège d’assister aux dernières années d’enseignement de ce pionnier de la criminologie au Canada et une partie de notre intérêt pour cette problématique lui est due. Nous tenons aussi à témoigner notre gratitude envers André Lussier qui, depuis l’enseignement dispensé tout au long de notre parcours universitaire jusqu’à notre formation en psychanalyse, a exercé sur nous la plus enrichissante des influences. Il a également su nous encourager et nous aider en des moments clés.

20Nous tenons aussi à remercier les collègues de l’École de criminologie de l’Université de Montréal ainsi que ceux de la Société canadienne de psychanalyse qui, par leur vivacité et leur rigueur intellectuelle ainsi que par leur passion pour l’humain, nous ont stimulés dans nos réflexions et accompagnés dans notre formation clinique. Enfin, grand merci à toutes ces personnes que nous avons connues comme praticiens et dont le courage dans la découverte de leurs démons intérieurs nous a permis de comprendre un peu mieux la psyché humaine. Sans eux, nous n’aurions pas pu écrire ce livre.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search