Version classiqueVersion mobile

La psychocriminologie

 | 
Dianne Casoni
, 
Louis Brunet

Préface

Claude Balier

Texte intégral

1C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai accepté de rédiger la préface de ce livre qui traite d’un sujet difficile, le crime et la violence, depuis toujours au cœur du phénomène humain. Voici l’occasion d’ouvrir un nouveau dialogue entre la France et le Québec. Or, en tant que psychanalyste, comme Dianne Casoni et Louis Brunet, c’est la personne humaine qui m’intéresse, au-delà des classifications, des nosographies, des écoles.

2Nous sommes donc sur un même terrain d’entente, ce qui nous permet d’avoir des échanges de points de vue enrichissants selon notre histoire personnelle et notre environnement. Et le sujet traité le mérite bien, surtout lorsqu’on pense au partage difficile entre criminologie, psychologie et psychiatrie, et, chez cette dernière, l’importance de la façon d’aborder une même pathologie où, ce qui s’appelle la « psychopathie » s’appelle ailleurs « sociopathie » pour définir les comportements violents.

3Ici, les auteurs rejoignent tout à fait ce que Marcel Colin, qui fut président de l’Association de criminologie française, a défendu avec force : une criminologie clinique, reposant notamment sur des concepts psychanalytiques.

4Dans cet ouvrage, le délinquant est clairement défini : « celui qui adopte de façon régulière et stable un comportement social qui contrevient aux lois criminelles des pays où un système de police et de justice, indépendant des forces politiques, détermine ce qui constitue ou non un acte criminel ». Il s’agit donc du classique « délinquant d’habitude », appelé ainsi sur nos deux continents. Cela n’empêche pas les auteurs d’en faire une analyse psychodynamique.

5Pour ma part, en tant que chef d’un service médico-psychologique régional situé dans une maison d’arrêt, j’ai été confronté aussi bien au « délinquant d’habitude » qu’au criminel dit « d’occasion », en fait confronté à une situation que son organisation psychodynamique, influencée par des traumatismes précoces, ne lui a pas permis de traiter autrement que par une mise en acte. Ces mêmes traumatismes qui, chez un autre, peuvent conduire à la répétition de l’acte. On voit poindre là tout le bouleversement de la conception freudienne apporté par Au-delà du principe de plaisir. Cela justifie le choix des auteurs de se situer dans un espace « trans-nosographique ».

6Quel que soit le diagnostic psychopathologique établi, ou quel que soit le type de délinquance, j’ai été amené à faire prévaloir la différenciation entre le « passage à l’acte » et le « recours à l’acte » ; le premier indiquant que quelque chose de préalable s’est joué dans l’ordre des fantasmes, fussent-ils inconscients, suivis d’une bascule dans l’acte, tandis que le deuxième est une sauvegarde d’urgence évitant la désorganisation complète du sujet.

7Les auteurs parlent bien d’un « recours à l’agir », mais c’est dans un sens plus général, sans faire une différence nette entre le recours à l’agir tenant lieu de langage, et le recours ultime pour échapper à une destruction imminente. Cela tient à la différence de population à laquelle chacun a eu affaire. Personnellement, j’ai donné comme exemple du recours à l’acte, le viol répétitif de certains sujets à l’encontre de femmes adultes, pour se sauver, par la domination extrême, de la menace de survenue de l’imago maternelle archaïque terrorisante. Cela ne veut pas dire que tous les viols sont à considérer de cette façon.

8On se situe bien sur une ligne économique, la quantité, au delà des considérations topiques et des dynamiques conflictuelles. Comme si le sujet évoluait sur une ligne de crête allant de l’inexistence, vécue comme une menace, à la toute-puissance pour s’en préserver. Et je suis bien d’accord avec les auteurs pour donner toute sa place au Moi idéal issu des toutes premières relations avec l’imago maternelle, au détriment d’un Idéal du Moi résultant d’une évolution où l’imago paternelle, en particulier, s’intègre bien, ce qui est rarement le cas chez nos sujets.

9Le sujet : voilà bien la clé du problème qui nous occupe. Car nous sommes bien d’accord, en tant que psychanalystes, pour faire de la rencontre avec l’autre, dans son sens fort, l’acte fondamental capable de créer une relation transférentielle, donc mobilisante. Je pense alors qu’il faut aller plus loin que l’établissement d’une identité entre Moi et sujet. À un certain moment d’ailleurs, les auteurs parlent d’empathie avec le sujet, ce qui va beaucoup plus loin que la neutralité traditionnelle, jusqu’à un « partage d’affect », même si, bien sûr, l’analyse du contre-transfert exige de maintenir la nécessaire distance permettant justement au « patient » (ou au « client » ?) d’advenir comme sujet.

10Car sujets, ils ne sont pas, précisément. Face à la menace d’être dévorés par l’imago maternelle archaïque, illustrée d’ailleurs par de nombreux cauchemars et phobies d’ordre primaire, leur tour de force, selon moi, était de disparaître en tant que sujets dans les processus (répétition, violence, fétichisme...) qui se jouent ainsi en dehors d’eux. D’où, le clivage à propos de l’acte qui leur est reproché, leur façon de dire : « C’était moi et pourtant c’était pas moi », « C’est un autre qui était dans ma tête ».

11Ici, peut-être faut-il examiner l’environnement culturel respectif des deux continents. L’Amérique a l’habitude de considérer les choses de façon claire et objective. Peut-être n’est-ce pas un hasard si l'Ego Psychology de Hartman, Kris et Lowenstein, qui a d’ailleurs eu en France un certain retentissement, est née en Amérique. D’où, un long chapitre dans ce livre sur les processus d’identification, qu’il faut bien poser pour traiter de la configuration antisociale de la personnalité du délinquant d’habitude. Mais comment se situer en tant que thérapeute lorsque précisément existe une « incapacité de base à l’identification » ? Ce qui est le cas de la psychopathie, ou d’un type de délinquant dit « psychotique » selon N. Mailloux, cité par les auteurs.

12C’est alors qu’il faut retrouver le sujet « se constituant » au niveau des affects les plus élémentaires. Difficile travail, pourtant incontournable, qui ne peut être réalisé à mon sens qu’en équipe, assurant plusieurs modes d’approche. D’autant que ce qui manque en premier lieu au niveau du processus c’est un contenant rétablissant les limites dedans-dehors. L’avant-dernier exemple clinique, l’histoire de Victor, est, à ce titre, exemplaire. Il montre qu’il est possible de faire quelque chose, malgré un long parcours de délinquance, de ces cas dont on dit communément qu’ils sont irrécupérables. Le prix à payer est la dépression, dont les auteurs nous ont bien dit que la violence était là pour s’en défendre, et au sein de ce mouvement dépressif, la rencontre, cherchée inconsciemment à travers la répétition des actes, avec une personne restaurant une imago parentale défaillante. Alors, le sujet peut advenir.

Auteur

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search