Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

« Vieux Doc » (Docteur) Edmond Grignon. En guettant les ours1

Texte intégral

  • 1 « En guettant les ours par Vieux Doc », L’Avenir du Nord, 12 décembre 1930, p. 1 ; Gloses critiques(...)
  • 2 Vieux Doc (pseudonyme d’Edmond Grignon, 1861-1939), En guettant les ours, Montréal, Éditions Édouar (...)

1On nous prêche à raison, et parfois à tort, la littérature du terroir. En voici2, et de la meilleure. Mais c’est presque amoindrir cette œuvre que de parler à son sujet de littérature. En fait, son terroirisme lui est tellement essentiel, surgit si fort des entrailles du sujet, s’exprime en notations si vives et si simples, qu’on songe plutôt à une causerie qu’à un livre ; et toutes ses qualités sont celles d’une très charmante et très pétillante causerie. L’auteur, M. Grignon, nous apporte ici les mémoires, les expériences variées d’un médecin de campagne, au cours d’une vie passée à toutes sortes d’œuvres bienfaisantes, mais en particulier à celle qu’on désigne dans le Nord sous le symbole du guet des ours. Ces bêtes cruelles et pourtant désirées sont celles qui visitent les foyers, faisant gémir et réjouissant les mères, et qu’un bon médecin sait l’art d’éconduire sans méchef. Et, en quarante-trois ans, c’est quatre mille de ces animaux que le Dr Grignon a dû guetter, la nuit, le jour, au milieu des péripéties les plus diverses, les plus pénibles, et parfois les plus amusantes. Mais cela même ne forme qu’une partie de ses aventures ; car il nous raconte les ressauts, les traverses, voire les équipées de sa jeunesse étudiante, les luttes de ses débuts, les années incertaines dépensées à chercher sa voie ; jusqu’au jour où le roi du Nord, qui pour l’heure fut aussi prophète, le grand curé Labelle, lui montra Sainte-Agathe, village à peine naissant, dans la solitude des montagnes, comme le lieu destiné à asseoir sa vie. Il y est resté depuis lors, exerçant une mission qui était presque un ministère, vivant de la vie des humbles qui l’entouraient, partageant leur médiocrité, leur pauvreté même, et trouvant le moyen, pour son compte personnel, de donner au Nord treize enfants. Il y demeure encore, mais ayant conquis désormais le repos des bons travailleurs, et pouvant, avec un sourire, remémorer ses fatigues et ses luttes. Non qu’il ait jamais cessé, même en s’y débattant, de sourire, de rire même de bon cœur : car ce qui charme dans ces pages, c’est leur belle humeur, leur entrain, le sens fin qu’elles dénotent des dessous risibles des choses. L’auteur y apparaît doué d’un optimisme que ne domptent ni l’épreuve ni le labeur, et qui lui fait, dans les occurrences les plus tristes, chercher le coin de comédie. Je suis certain que cette gaieté, communiquée à ses malades, a dû agir souvent comme une thérapeutique mentale et hâter plus d’une guérison. Elle nous explique que les années aient laissé le « vieux doc » encore si luron et si jeune. Pourtant, elle ne cache pas ce que ces souvenirs comportent d’activité, de dévouement, de courage frisant l’héroïsme. La vie du médecin, dans ces commencements du Nord, était loin d’être une fête à la paresse et à la convoitise. Son territoire était immense, et l’on venait, au milieu de la nuit, le « qu’ri » pour des malades habitant à dix et douze milles, dans le « bout d’l’Hirondelle » ou le « fond du Castor ». On l’installait, des jours entiers, dans d’inconfortables masures, à guetter les ours ou la mort. Le salaire était pitoyable, et la « liste des prix » citée dans le volume fait l’effet d’une plaisanterie : visite de jour, vingt-cinq sous ; visite de nuit, cinquante sous ; extraction d’une dent, quinze sous, etc. D’aventure la famille priait tout haut en sa présence « pour que le docteur ne chargeât pas trop cher ». Il fallait tirer de ces maigres sources une existence précaire, que seule pouvait sauver l’économie la plus rigide. C’est donc, sous son air dégagé, une peinture d’énergie et de sacrifices que nous retrace ce livre ; il a des dessous très sérieux ; il nous montre l’acteur principal beaucoup plus grave qu’il ne voudrait paraître, et nous fait admirer la part qu’ont prise, que prennent encore, tous ces médecins-pionniers à la conquête des terres nouvelles.

2Ces récits vont plus loin, et ils forment, dans leur ensemble, un tableau graphique et vivant de l’existence des gens du Nord à cette période primitive. C’est tout un défilé de faits, de traits de mœurs, de personnages typiques, qu’ils nous déroulent avec un pittoresque intense. Rémi Mailhot, le confiseur linguiste ; le vieux Michon, ce pécheur endurci, dont la dépouille, enfouie en terre profane, réapparut comme loup-garou, semant aux chrétiens l’épouvante ; le bonhomme Raphaël, victime d’une confusion d’onguents qui faillit lui coûter la vue ; le père Léon, refusant net de faire présent à saint Joseph de la première nuit de ses noces ; Pierrot Champoux, dont la gaffe traîtresse coupa court à une visite distinguée ; William Aube, clamant dans le silence nocturne son adjuration pathétique à un débiteur trépassé ; chargeant plus tard ses derniers moments de commissions pour l’autre monde ; le père La Victoire et son enchère victorieuse, et ses excuses perfides à maître Belpeau, et son unique défense de la thaumaturge sainte Anne : — autant de types originaux et d’histoires à substantifique moelle qui évoquent ce rustique passé, où court une verve drue qui est bien l’esprit de chez nous. Le curé Labelle lui-même, dépassant ces hommes frustes par tant de côtés, mais pourtant si bien l’un d’entre eux, ne dépare pas cette galerie. Ainsi, par son tracé réel et sa simplicité toute franche, ce récit bon enfant devient une page d’histoire, fait partie des chroniques du Nord, où le courage, la lutte ardue, se sont toujours parés de la vieille gaieté gauloise.

3Traversant ces portraits, de belles histoires de pêche qui échauffent le sang sportif, amusent par leur humour, émerveillent par le poids et la dimension des captures ; — plus excitantes encore, des frasques de jeunesse, des incidents de vol au cadavre comme en perpétraient les carabins d’antan, excusés plus ou moins par les nécessités de la science. Certes, on ne s’ennuie pas à lire M. Grignon ; et n’est-ce pas, après tout, en ce genre comme en beaucoup d’autres, la vraie pierre de touche ?

4De plus tout ceci est bien dit, exprimé en style bref, alerte et haut en couleur. Et j’ai eu tort d’insinuer que ces pages se déroulent en dehors des zones littéraires, car elles foisonnent de traits de plume et de coups de pinceau comme on en admire chez Daudet et chez de Maupassant. Peut-on imaginer tableau plus ramassé et plus pictural que ceci :

5« La veuve Jolicœur était une petite vieille accorte et ragote. Quand elle déambulait sur la rue, la figure rougeaude et souriante, elle se balançait comme l’oie, dont elle avait l’intelligence. »

6Ou bien le croquis de ces poules qu’affolent les cerises à l’eau-de-vie :

7« Toute la basse-cour était ivre, comme la Pologne lorsque boit son roi. Le maître-coq, la face apoplectique, faisait la roue autour des poules, et s’affaissait sur le côté ; celles-ci s’écrasaient, attendant ses caresses, impuissantes ensuite à se relever. Les poulets et poulettes jouissaient de l’existence en roucoulant comme des colombes. Des cochets, au vin mauvais, le cou gonflé par la colère, se crêpaient la crête et s’arrachaient les plumes en poussant des cris gutturaux. »

8Quiconque peut dépeindre ainsi est non seulement un conteur habile, mais un excellent écrivain. Seulement le « Vieux Doc » crayonne si spontanément, avec si peu d’apprêt et de gourme, qu’il a l’air, comme cet autre, de faire de la prose sans le savoir : ce qui n’est qu’un charme de plus.

9Qu’on nous donne plus souvent de ce régionalisme en chair et en os, vivant et véridique, qui retrace nos mœurs populaires sans les charger ni les embellir ; qui en cueille les aspects significatifs sans s’arrêter à ce qui est plat ou pâle ; qui fait se camper et saillir les incidents, les personnages ; qui saisit nos vieux idiomes dans leurs tours piquants, expressifs ; qui crée en un mot l’intérêt et la sympathie par l’impression de la réalité vécue.

Notes de fin

1 « En guettant les ours par Vieux Doc », L’Avenir du Nord, 12 décembre 1930, p. 1 ; Gloses critiques, t. II, p. 83-88.

2 Vieux Doc (pseudonyme d’Edmond Grignon, 1861-1939), En guettant les ours, Montréal, Éditions Édouard Garand, 1930, 238 p.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter