Version classiqueVersion mobile

La face cachée de l'organisation

 | 
Luc Brunet
, 
André Savoie

Avant-propos

Texte intégral

1Ce livre est le résultat de près de 10 années de recherche portant sur le développement naturel de groupes en milieu de travail. Ces études n’auraient pu voir le jour sans les subventions du gouvernement du Québec (fcar) et du gouvernement du Canada (crsh), ainsi que l’apport important des étudiants composant nos groupes de recherche. Nous tenons à les remercier chaleureusement. Les études pionnières de Sylvie Jourdain, de Roger Laroche et d’Andrée Spénard, trois chercheurs qui ont formé la première édition de l’équipe de recherche sur les groupes informels (ergi 93), ont établi des données provisoires sur ceux-ci en ce qui concerne leur taille (cinq membres), leur durée de vie (cinq ans), leur composition (autant intra qu’interdépartemental, autant de même niveau hiérarchique que de niveaux différents). Au plan comportemental, les membres d’un groupe informel semblaient avoir tendance à se fréquenter hors travail et à s’offrir un soutien mutuel en regard du travail ou d’autres problèmes.

2Les travaux du deuxième groupe de recherche (ergi 95) auquel se sont joints Geneviève Lortie, Éveline Marcil-Denault, Sylvain Labrie, François Courcy, Catherine Guertin, Isabelle Tremblay, Charles Perreault et notre collègue de l’Université de Neuchâtel en Suisse, Michel Rousson, ont mis en lumière l’existence de deux facteurs distincts de l’expérience groupale des membres, c’est-à-dire l’amitié et l’appui au travail. Ainsi, il appert que les membres trouvent dans leur groupe non seulement une compagnie agréable au travail au sein de laquelle ils peuvent exprimer leurs aspirations, leurs émotions et leurs frustrations sans crainte, mais aussi une source fiable d’information, de ressources et de contacts, de même que la disponibilité d’appuis et de soutien sûr. Dispositif naturel de soutien des membres, le groupe informel permettrait à ses membres de combler leurs besoins socioaffectifs laissés en rade par l’organisation formelle, tout comme de mieux connaître les exigences de leur milieu de travail et de mieux y répondre.

3Notre troisième équipe de recherche (ergi 98), à laquelle se sont joints Charles Baron (que nous tenons à remercier chaleureusement pour son aide dans la synthèse des résultats qui a servi de canevas pour la rédaction de ce livre), Vincent Rousseau, Caroline Aubé, Catherine Amiot et Jean-Sébastien Boudrias, a poursuivi la recherche en s’appuyant cette fois sur plus d’une centaine de groupes informels : jusqu’à deux travailleurs sur trois seraient membres d’un groupe informel et ces derniers sont un peu plus souvent des cliques verticales (multihiérarchiques) qu’horizontales. Les cliques horizontales ne sont d’aucune manière des groupes de résistance au changement, comme le laissait entendre la documentation. Hors de tout doute, les membres des groupes informels aiment se rencontrer en dehors des heures de travail ; l’amitié est le maître mot pour qualifier leurs relations, même si leurs rapports incluent aussi d’importants échanges instrumentaux.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search