Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

Préface. Simone Routier, Ceux qui seront aimés1

Texte intégral

  • 1 Simone Routier, Ceux qui seront aimés, Paris, Éditions Pierre Roger, 1931, 31 p. Préface de Louis D (...)

1Il fut un temps où la poésie canadienne, à défaut de traits géniaux ou rares, se marquait par son caractère de simplicité, de santé et de robustesse. Son univers, c’était la terre natale, dans le décor de sa grande nature ou la mémoire de ses héros. L’âme qu’elle reflétait, c’était l’âme ordonnée, paisible, qu’avaient à peine frôlée les fièvres et les doutes. Qu’elle touchât la flûte pastorale ou sonnât les gestes passées, ses gammes restaient diatoniques, ses envolées se tempéraient de sagesse et de retenue. Plus tard, avec les jeunes écoles, nous entendîmes des notes plus agitées et plus intenses, et nos chœurs subirent l’influence de coryphées malades, opprimés de névroses. Mais ces plaintes même restaient naïves, s’épanchaient sans beaucoup d’analyse consciente et d’introspection réfléchie. Sous nos yeux, de nouveaux venus revêtent d’un art plus mûr les poussées intimes, sans y mettre guère plus d’acuité psychologique. Il était dû à nos jeunes filles, fraîches émoulues de leurs couvents, d’apporter à cette poésie tout un monde d’inflexions nouvelles : celles des modes vaporeux, des sentiments fluides, des attraits indécis, des frissons légers et fugaces, de tout ce qui est délicat, nuancé, subtil dans la texture de l’âme. Ce n’est plus la beauté sensible qui les attire d’abord : elles se penchent sur leur cœur, qui, lui aussi, a ses spectacles ; elles en notent les mirages et les reflets mouvants. La nature n’a pour elles qu’un appel symbolique. Là où leurs devanciers admiraient la splendeur des choses, elles voient surtout leurs attirances et leurs frémissements. Ainsi elles versent dans leurs strophes toute la mobilité, toute la complexité, mystère et charme de l’âme féminine. Mais c’est sans fadeur ni mièvrerie. Elles ont plié leurs voiles de pensionnaires. Il y a dans leurs confidences de la sincérité, de la fraîcheur, à côté d’une expérience précoce. Ces jeunes têtes ont déjà perdu des illusions et connu la souffrance de vivre. Leur art y puise un raffinement, une vérité adulte. C’est une route bien à part qu’elles ont ouverte en nos domaines lyriques ; et c’est une place distincte qu’occupé parmi elles Mlle Simone Routier. Car elle a, comme elles toutes, la sensibilité vibrante ; mais chez elle plus que chez les autres, l’influence de l’esprit régit l’inspiration, et son vers est de tous le plus réfléchi et le plus sérieux. Ses attraits, ses caprices s’enveloppent de pensée subtile, recherchent l’image ingénieuse et ne dédaignent pas un brin de préciosité. Elle n’exhale pas ses émotions autant qu’elle les traduit : elle fait miroiter même ses larmes en de jolis jeux de lumière. Elle aspire à l’amour, mais tout en s’y livrant, elle le surveille et l’analyse, y mêle une curiosité qui l’empêche de flamber en passion troublante. Artiste en plus d’un genre, elle transpose à ses figurines mentales les touches du ciseau dont elle façonne ses marbres : ce n’est pas par de larges martellements, c’est à coups répétés, soigneux, qu’elle les dégage. Bref, c’est une jeune personne très sage, mais très au jour, pétrie de deux modernités, l’américaine et la française, qui vous dévoile ce qui se passe dans le cœur avide et changeant : des songes, des mélancolies, des invocations, des regrets, dont elle se laisse piquer, mais rien qu’à l’épiderme ; des leurres dont elle se berce sans en être entièrement dupe ; des attachements caressés, mais qui n’ont pas la foi de se croire éternels. De là résulte un art dédaigneux de prétexte, libre d’hypocrisie, et par là même humain et vrai. Sa forme est déliée, discrète, indifférente aux airs grandiloquents comme aux sévérités plastiques, mais avec certaine grâce maniérée, surannée exprès, qui fait songer à des billets de belles marquises écrits sur les pelouses du Tendre. À défaut de larges embrasements, elle a des étincelles se jouant dans des prismes et des miroirs. Et ce scintillement est coloré et vif, éclaire le cœur humain et révèle une philosophie.

2Si longtemps éblouie des visions sensibles, notre poésie, par un long détour, a atteint les pénombres, les fantômes de rame. Elle porte la loupe et la sonde dans les atomes les plus menus de l’être intérieur. Ce sont deux stages du cycle où se meut constamment l’esprit en quête de symboles. De Fréchette à Simone Routier, il y a la distance des antipodes.

Notes de fin

1 Simone Routier, Ceux qui seront aimés, Paris, Éditions Pierre Roger, 1931, 31 p. Préface de Louis Dantin (p. 5-6).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter