Version classiqueVersion mobile

Les Visages de la police

 | 
Jean-Paul Brodeur

Deuxième partie. Proximité et visibilité

3. La réinvention de la proximité

Texte intégral

UN NOUVEAU VIATIQUE : « LA COMMUNAUTÉ »

1Cette partie de notre ouvrage est consacrée à suivre le déroulement complexe du processus de réforme des polices anglo-saxonnes, qui a commencé à se déployer dès la fin de la Deuxième Guerre mondiale. La réforme des polices est maintenant un mouvement global qui s’est étendu à presque toutes les polices. La réforme a débuté par l’irruption d’un mot sur la scène terminologique — community, en français, « communauté » — qui a rapidement pris la valeur d’un emblème derrière lequel les réformateurs ont commencé par se ranger, quitte à revoir par le suite leur engagement, comme nous le verrons dans les chapitres suivants.

2La consultation des banques de données bibliographiques est toujours révélatrice des tendances qui marquent les recherches universitaires ou institutionnelles. Ces banques de données produisent de l’information bibliographique (titres d’articles ou de livres) à partir de la spécification de mots clés (en anglais). Voici quelques exemples du nombre de textes associés à une expression clé (nous traduisons en français les expressions utilisées) :

  • police/sécurité privée : 48 titres
  • police/tendances futures : 61 titres
  • police/réforme : 95 titres
  • police/communauté : 668 titres

3Comme l’indiquent ces résultats, la police dite « communautaire » (community policing) constituait alors, à tout le moins dans les écrits, une tendance — un programme — que l’on pourrait qualifier d’incontournable pour ce qui est de l’Amérique du Nord et, plus généralement, des pays anglo-saxons (Loree et Murphy, 1987), tendance qui est de plus en plus remise en question de nos jours.

4Nous nous sommes donc résolu à rassembler une partie de nos propos autour de ce thème de la police de communauté pour plusieurs raisons. D’abord, comme nous venons de le dire, à cause de son importance, voire son omniprésence dans les champs de la recherche et de la pratique depuis un certain temps. À la fin des années 1980, le National Institute of Justice du ministère de la Justice des États-Unis et la John F. Kennedy School of Government de l’Université de Harvard ont consacré à ce thème une série de fascicules intitulés Perspectives on Policing (Hartmann, 1988 ; Kelling et Moore, 1988 ; Kelling et Stewart, 1989 ; Kelling, Wasserman et Williams, 1988 ; Moore et Trojanowicz, 1988a ; 1988b ; Moore, Trojanowicz et Kelling, 1988 ; Sparrow, 1988 ; Wasserman et Moore, 1988). L’alliance de l’Institut de recherche du ministère de la Justice et de la plus prestigieuse des universités américaines est un signe des efforts déployés pour provoquer une réforme de la police qui s’orienterait vers l’établissement d’une police de communauté.

5L’importance de ce mouvement ne se limite cependant pas à sa réalité factuelle. Cette tentative de réforme manifeste au niveau de la police l’impasse dans laquelle était parvenu tout le système de la justice pénale. Mais il serait naïf de dire qu’un vent de renouveau souffle sur la justice pénale, puisque le renouvellement prend, dans tous les cas, la forme d’une redécouverte de principes énoncés au Siècle des lumières. Néanmoins, la conscience de l’échec est telle, dans le monde de la justice, qu’elle a engendré un volontarisme de la réforme pour lequel toute rupture semble prometteuse.

6Les réformes accomplies dans d’autres domaines de la justice pénale ont donné, aux États-Unis, des résultats inverses de ceux qui étaient attendus. Par exemple, le développement de lignes directrices en matière de détermination des peines, qui devaient réduire la population carcérale, l’ont fait croître de manière exponentielle jusqu’à plus de 2 000 000 de prisonniers (Blumstein, 1988 ; Garland, 2001b ; Tonry, 1995). Avertis par ces expériences décevantes, nous devons faire preuve de circonspection pour ce qui est du mouvement actuel vers la création d’une police de communauté, dont l’un des aboutissements est à l’heure présente la police de tolérance zéro.

7Dans ce chapitre, nous nous proposons d’abord d’identifier les principaux facteurs qui ont engendré les propositions actuelles de réforme. Nous décrirons ensuite le nouveau paradigme pour la police, proposé par les réformateurs. Nous ferons état, en troisième lieu, des très nombreuses critiques opposées à ce modèle. Dans une quatrième partie, nous allons brièvement rapporter des développements qui sont relativement extérieurs aux projets actuels de réforme. Nous présenterons finalement, en conclusion, nos hypothèses sur la signification des projets actuels de changement.

L’IMPASSE INITIALE

8Alors qu’on est de plus en plus sceptique par rapport aux effets de la recherche dans les sciences sociales, il existe néanmoins un domaine où les résultats de la recherche ont eu un résultat positif. Ce domaine est celui des recherches évaluatives sur les opérations policières. Cette influence s’explique en grande partie par le fait que les recherches ont été faites sous l’égide d’organismes qui jouissaient de liens institutionnels et privilégiés avec les milieux policiers, tels la Police Foundation, la Law Enforcement Assistance Administration (LEAA) et le National Institute of Justice. D’autres recherches, dont les résultats sont très influents, ont été effectuées par des organismes privés, telle la Rand Corporation, qui jouissent d’une audience considérable dans les milieux policiers et gouvernementaux américains. Au Canada, le Collège canadien de police et son journal ont donné un écho considérable aux travaux poursuivis aux États-Unis.

La mesure de l’efficacité des opérations policières

9Une série de rapports de recherche d’une remarquable solidité ont été produits à la suite de recherches empiriques conduites dans plusieurs villes des États-Unis, avec la collaboration des services de police de ces villes. Plusieurs de ces recherches ont porté sur les différentes modalités de la patrouille policière (Chaiken, 1975 ; Kelling et Wycoff, 1977 ; Tien, 1977). Ces recherches ont donné lieu à trois constats d’échecs majeurs, qui ne sont plus véritablement remis en cause.

  • La patrouille motorisée. Le premier de ces constats est relatif à la patrouille policière en voiture. Des recherches menées surtout à Kansas City (Kelling, Pate, Dieckman et Brown, 1974a ; 1974b ; voir aussi Boydstun, 1975 ; Boydstun et Sherry, 1975 ; Boydstun, Sherry et Moelter, 1977 ; enfin, Fienberg, Larntz et Reiss, 1976) ont démontré que la simple présence de véhicules de police n’avait pas d’effet discernable sur les taux de criminalité et, de façon plus générale, sur le maintien de l’ordre, L’expérience consistait à choisir trois quartiers comparables de Kansas City et d’augmenter la patrouille policière en automobile pour l’un, de la supprimer pour l’autre, et de la laisser telle qu’elle était avant l’expérience pour le troisième. Ces changements dans la présence de véhicules peints aux couleurs de la police n’ont pas donné de résultat significatif au plan de l’évolution des taux de criminalité. Ceux-ci sont demeurés sensiblement les mêmes dans les trois quartiers choisis.
  • La rapidité de l’intervention. Un des poncifs de la stratégie policière américaine était que la rapidité d’intervention maximisait les probabilités d’appréhender les coupables. Les recherches menées à Kansas City (Kansas City Police Department, 1977 ; MacEwen, Connors et Cohen, 1986) et dans d’autres villes ont invalidé ce postulat. Les recherches ont montré que les efforts de la police pour intervenir rapidement étaient annulés par le retard que prenaient les victimes à solliciter l’aide de la police.
  • L’enquête policière. Finalement, une série d’études ont considérablement réduit les attentes que l’on pouvait avoir par rapport à l’enquête policière (Chappell, Gordon et Moore, 1982 ; Greenwood, Chaiken, Petersilia, 1977 ; Greenwood et Petersilia, 1976 ; Sanders, 1977). Pour l’essentiel, les études ont démontré qu’il était relativement rare que la police trouve l’identité d’un coupable en suivant le filon d’indices factuels, quelles que soient l’ampleur et le degré de sophistication des moyens techniques utilisés. Dans les cas où personne — victime, témoin, délateur ou informateur — ne pouvait révéler à la police le nom de l’auteur(e) de l’acte criminel, il y avait peu de probabilité que celle-ci découvre l’auteur(e) d’un crime.

10La signification de ces constatations pourrait difficilement être exagérée. Les opérations de la police nord-américaine reposaient toutes entières sur la triple idée que la patrouille en voiture avait des effets dissuasifs marqués, que la rapidité d’une intervention garantissait que les coupables seraient arrêtés et que l’enquête policière produisait toujours un résultat positif, pour peu qu’elle ait été menée avec vigueur. Ces recherches ont ébranlé les piliers mêmes de la police nord-américaine.

Un aveu d’impuissance

11Les travaux auxquels nous venons de nous référer ont été produits à la suite d’une série de bouleversements dans la conjoncture urbaine nord-américaine. Parmi les facteurs qui ont déterminé de grands ébranlements, on peut citer :

  • Les tensions raciales. Les émeutes raciales, qui ont commencé vers la fin des années 1960, n’ont jamais véritablement cessé de se produire. La forme la plus récente de ces affrontements raciaux réside dans la violence exercée contre des personnes qui ont pénétré dans des quartiers qui leur étaient interdits (assassinats de Noirs dans des quartiers blancs). L’utilisation par la police des armes à feu contre les membres de minorités raciales a souvent déclenché de grands désordres (ce problème est particulièrement vif, à l’heure actuelle, dans la société canadienne [Québec, 1988 ; Ontario, 1989 ; Malouf, 1994] et en Angleterre [Lord Scarman, 1981 ; Reiner 1985 ; Smith, 1994]).
  • La création de zones de guerre. Le phénomène de la décadence urbaine n’est pas, aux États-Unis, une création des médias. Il est crucial de comprendre que certains ghettos américains — dans de grandes villes comme Chicago, Atlanta, Détroit, Washington, New York — faisaient quotidiennement l’expérience d’une violence aussi extrême que celle de Beyrouth pendant la guerre civile (Thomas Moore, 1989).
  • L’effondrement du contrôle. Quelles qu’aient été les promesses de l’administration du président Bush (père) de réduire de façon significative le trafic de la drogue, il est possible de parler dans ce cas d’un échec notoire. Les services de police sont encore maintenant les premiers à reconnaître qu’ils parviennent à peine à saisir 10 % de la drogue qui inonde le marché américain. Depuis la prohibition de l’alcool au cours des années 1920, la répression de l’importation et de la consommation de drogue est le seul cas qui ait donné lieu à un aveu public d’impuissance de la part des services policiers.
  • Le recours aux armes. Les facteurs précédemment décrits ont engendré au sein de la société civile une violence dont on commence à peine à mesurer l’ampleur. On pense connaître grâce aux médias la violence (réelle) déployée dans les conflits entre gangs, qui utilisent maintenant un armement de guerre. Les travaux de Gary Kleck (1984 ; 1986a ; 1986b ; 1988) ont toutefois montré à quel point était répandu l’homicide perpétré par des citoyens qui s’estiment en état de légitime défense. La volonté des citoyens de s’armer est également perceptible au Canada où l’on peut maintenant se procurer une mitraillette Uzi dans les commerces qui prétendent vendre des « fusils de chasse ».

12Les remarques précédentes n’ont certes pas pour but de peindre toute l’Amérique du Nord sous les couleurs d’une régression à l’état sauvage, mais plutôt de décrire le contexte de l’abandon d’une métaphore. Depuis les années 1950, la métaphore qui articulait le discours de la police en Amérique était celle de « l’étroite ligne bleue » (the thin blue line). Cette métaphore signifiait que la police était le dernier rempart contre les forces de la violence, du crime et de la barbarie. Cette métaphore est maintenant dépourvue de sens : trop de brèches ont été faites dans ce rempart pour que la police elle-même continue de prétendre arrêter à elle seule le flot des actes qui transgressent la loi. Le fait nouveau est précisément que la police a renoncé à cette prétention. Nous reviendrons sur le sujet dans les pages qui suivent. Il est néanmoins impérieux de reconnaître qu’il n’est plus aucun corps public qui soit en mesure de revendiquer maintenant le monopole sur l’exercice du contrôle social.

Une marche en arrière ?

13La situation dont nous avons esquissé les traits en est indiscutablement une de crise. Celle-ci est également sensible au Royaume-Uni, où plusieurs ouvrages affichent leur pessimisme quant à la capacité des appareils policiers à endiguer les vagues croissantes du désordre (Fielding, 1988 ; Holdoway, 1983 ; Jones, MacLean et Young, 1986 ; Kinsey, Lea et Young, 1986 ; Reiner, 1985 ; 1994). La police n’est toutefois pas la seule composante du système pénal qui soit affectée par une crise. La conjoncture est tout aussi défavorable au niveau des instances qui imposent les sanctions pénales — les tribunaux — et au niveau des instances qui appliquent les peines — le système correctionnel.

14Il n’est pas sans intérêt de s’interroger sur la façon dont les autres composantes du système pénal s’y sont prises pour tenter de résoudre les problèmes très sérieux qu’elles rencontraient. Pour l’essentiel, les composantes judiciaires et correctionnelles ont voulu sortir de la crise qui les affligeait en effectuant un retour en arrière, qui a pris la forme d’une redécouverte des principes de la pénologie classique, énoncés au XVIIIe siècle. Il semble que la réforme de la police s’engage dans la même involution. Comme on le constatera dans la partie suivante de ce chapitre, le nouveau modèle proposé par les réformateurs américains équivaut dans une mesure appréciable à une réaffirmation des principes qui ont prévalu à l’institution de la police métropolitaine de Londres par Sir Robert Peel, en 1829.

15Nous nous interrogerons plus tard sur les chances de succès d’une stratégie nouvelle qui constitue au moins en partie un retour à l’origine. Il importe toutefois de souligner que la nature rétrospective des solutions proposées constitue en elle-même un indice révélateur de la sévérité de la crise. Celle-ci est d’une telle acuité quelle paraît inhiber l’imagination créatrice des réformateurs, dont le premier mouvement est de regarder en arrière.

LA POLICE DE COMMUNAUTÉ : UN NOUVEAU MODÈLE 7

16Il nous faut faire quelques remarques préliminaires avant de décrire le nouveau modèle policier proposé sous l’appellation de « police de communauté ». L’expression « police de communauté » constitue un label qui est appliqué à des versions profondément différentes de cette stratégie d’intervention. Nous devrons nous limiter à ne présenter que l’une de ces versions, en étant conscient qu’elle ne fait pas l’unanimité chez tous les intervenants.

17Il s’agit du modèle de la police de communauté élaboré par le groupe de chercheurs réunis par le National Institute of Justice (NIJ) et l’Université de Harvard. Notons tout de suite que même dans ce dernier cas, des dissensions existent au sein du groupe au sujet de certains aspects du modèle, en particulier sur le rôle des tensions raciales dans sa genèse. Il importe également de souligner que la question du degré d’application de ce modèle demeure encore maintenant très controversée, certains auteurs soutenant que le modèle a surtout servi à fournir aux cadres policiers la rhétorique d’une politique de relations publiques (Greene et Mastrofski [dir.], 1988 ; pour un bilan récent de la question, voir Greene, 2000). Néanmoins, on ne saurait nier que le ministère américain de la Justice a déployé des efforts considérables pour convaincre les corps policiers d’adopter ce modèle ; l’administration du président Clinton a offert des subventions de plusieurs dizaines de millions de dollars aux corps policiers qui se sont résolus à pratiquer une approche communautaire. Il est donc certain que ce modèle a donné naissance à un nombre important d’applications expérimentales par divers corps policiers. La conception que nous avons choisi de présenter a finalement exercé une influence marquée dans la plupart des pays anglo-saxons, notamment au Canada.

18Nous présenterons le modèle en deux étapes. L’un des fascicules préparés par le NIJ (Sparrow, 1988) se prolonge d’un bref appendice qui montre les différences entre le nouveau modèle et l’ancien, en procédant par l’énoncé d’une liste de 14 questions et de leurs réponses. Cet appendice présente des qualités de synthèse et de clarté remarquables et il a été expressément conçu pour des fins de communication. Nous proposerons d’abord une traduction libre de cet appendice. Nous commenterons ensuite les divers aspects du modèle, à la lumière des recherches effectuées sur la police.

Tableau 3. Police traditionnelle et police de communauté : questions et réponses

Questions

Réponses

La police traditionnelle

La police de communauté

1. Que sont les policiers ?

Ils forment une agence gouvernementale s'occupant principalement de l'application de la loi (law enforcement)

Les policiers sont des membres du public et le public fait partie de la police. Les agents de police sort ceux qui sont payés pour consacrer tout leur temps à remplir des devoirs qui sont également ceux de tous leurs concitoyens

2. Quelles sont les relations entre la police et d'autres services publics ?

Leurs priorités sont souvent en conflit

La police est un service parmi plusieurs autres, responsable d'améliorer la qualité de la vie

3. Quel est le rôle de la police ?

Centrer ses efforts sur l'élucidation des crimes

Une approche plus large, centrée sur la résolution des problèmes (problem solving)

4. Quelle est la mesure de l'efficacité de la police ?

L'identification des contrevenants et leur arrestation

L'absence de crime et de désordre

5. Quelles sont les plus hautes priorités ?

Les trimes qui rapportent gros (par exemple les vols de banque) et ceux qui impliquent de la violence

Les problèmes qui troublent le plus la communauté, quels qu'ils soient

6. De quoi s'occupe spécifiquement la police ?

D'incidents

Des problèmes et des préoccupations des citoyens

7. Qu’est-ce qui détermine l'efficacité de la police ?

La rapidité d’intervention

La coopération du public

8. Comment la police considère-t-elle les demandes de service ?

Elle ne s'en occupe que s'il n'y a pas de « °vrai » travail policier à faire

Comme une fonction vitale et une riche opportunité

9. Qu'est-ce que le professionnalisme policier ?

Une réaction rapide et efficace aux crimes graves

Demeurer près de la communauté

10. Quel type de renseignement est le plus important ?

Le renseignement sur les incidents criminels (l'étude de crimes particuliers ou de séries d'incidents criminels)

Le renseignement sur les auteurs de crimes (de l'information sur les activités d’individus criminels ou de groupes criminels)

11. Quelle est la nature essentielle de l'imputabilité policière (police accountability) ?

Hautement centralisée : régie par des règles, des ordonnances et des énoncés de politique responsables devant la loi

Accent mis sur les responsabilités locales par rapport aux besoins de la communauté

12. Quel est le rôle du quartier général ?

Énoncer les règles et les politiques nécessaires

Prôner les valeurs de l'organisation

13. Quel est le rôle du bureau de liaison avec la presse ?

Protéger les policiers impliqués dans les opérations contre les pressions de la presse, de telle sorte qu'ils puissent faire leur travail

Coordonner les efforts pour le maintien d'un canal essentiel de communication avec la communauté

14. Comment la police considère-t-elle les poursuites judiciaires ?

Comme un but important

Comme un moyen parmi plusieurs autres

Police traditionnelle et police de communauté : quelques éclaircissements

19Nous allons maintenant regrouper les thèmes présentés dans ce questionnaire et apporter quelques commentaires. Nous nous référerons aux diverses questions par le numéro que nous leur avons assigné (1 à 14). Nos commentaires auront pour objet principal les réponses apportées sous la colonne « Police de communauté ».

Le nouveau modèle et les principes de Peel

20Les réponses 1, 2, 4 et 7 présentent, en ce qui concerne la police de communauté, de très grandes affinités avec les principes de Peel. Ceux-ci ont été reformulés par Charles Reith dans son ouvrage d’histoire (Reith, 1975, p. 154-167). Les formules utilisées par Malcolm Sparrow sont parfois identiques à celles de Reith. Cette affirmation est particulièrement vraie de la réponse 1 qui doit être interprétée dans le contexte d’une démocratie où la police et la société civile sont volontairement solidaires, et non dans celui d’une société totalitaire où l’identification entre la police et le public n’est bénéfique qu’à la première. Les réponses de l’appendice que nous avons traduit sont, à une exception près, fidèles à l’esprit des principes de Peel. Il convient, à cet égard, de souligner à quel point cette conception de la police est éloignée de celle d’Egon Bittner (1970) et de Carl Klockars (1985), selon laquelle la police se définit par le monopole quelle exerce sur l’utilisation légale de la force. Les réponses énoncées sous la colonne « Police de communauté » peuvent être lues sans même que l’on soupçonne que la police est un corps armé. Il y a toutefois un aspect des principes de Peel qui paraît absent du nouveau modèle : la dimension proprement préventive de l’opération policière. Le terme de prévention n’apparaît nulle part dans le texte que nous avons traduit.

L’accent mis sur la résolution des problèmes

21Ce qui, dans le nouveau modèle, remplace l’idéologie de la prévention est une redéfinition de l’opération policière comme étant une action qui vise à résoudre des problèmes plutôt qu’à appliquer la loi dans le cadre d’incidents qui la transgressent. Cette insistance sur la nécessité de résoudre des problèmes se manifeste dans les réponses apportées aux questions 3, 6 et 10.

22L’expression de problem-solving policing (une police qui s’efforce de résoudre des problèmes) est difficile à définir ; elle paraît banale et elle a néanmoins acquis aux États-Unis un statut technique à la suite de la publication des travaux influents de Herman Goldstein (1977 ; 1979 ; 1987 ; voir aussi Eck et Spellman, 1987 ; Eck, Spellman, Hill, Stephens, Stedman et Murphy, 1987). La meilleure façon de procéder est sans doute de réfléchir sur un exemple.

23Dans une municipalité de banlieue des États-Unis, les policiers devaient répondre quotidiennement à de fausses alarmes. On est parvenu à identifier une maison qui produisait un nombre démesuré de fausses alarmes et on l’a mise sous surveillance. Il s’est révélé que le système d’alarme était déclenché par le livreur de journaux. Dans les banlieues américaines, les garçons qui livrent les journaux se déplacent à bicyclette et lancent les journaux — roulés et maintenus dans un emballage — contre la porte des abonnés. Dans le cas qui nous occupe, le livreur passait alors que les abonnés étaient absents de leur domicile et il déclenchait le système d’alarme en lançant le journal contre la porte. Le problème a été résolu grâce à l’ajustement du système d’alarme, dont le mécanisme de déclenchement était trop sensible.

24En dépit de son caractère trivial, cet exemple mérite d’être approfondi, car il révèle certaines des conditions qui doivent être respectées par la police pour résoudre des problèmes. De façon plus importante, cet exemple nous fournira l’occasion d’expliquer certains aspects de la police de communauté.

25 La cueillette d’informations. La résolution du problème que nous venons de décrire n’aurait pas été possible sans l’exercice d’une capacité d’analyse de la part de la police. Cette conception de la police privilégie d’une façon marquée la cueillette de renseignements.

26 La répétition. Cette remarque banale peut être précisée davantage. Un des caractères particuliers du modèle dont nous tentons de rendre compte est la priorité qui est accordée à la répétition, que celle-ci se manifeste sous les traits de la répétition d’un incident, d’un comportement délinquant ou de la victimation d’une personne. Tout ce qui appartient à la répétition se voit octroyer un statut prioritaire dans ce modèle.

27 Les carrières criminelles. Dans cet esprit, les travaux sur les récidivistes et les « criminels de carrière » reçoivent une attention particulière. L’importance accordée à ces travaux se manifeste dans la réponse 10, selon laquelle le renseignement criminel devrait viser plutôt les infracteurs que les infractions. Ce principe reflète l’influence des travaux de Albert Blumstein et coll. (1986), de Peter Greenwood et Allan Abrahamse (1982) et de Peter Greenwood et Franklin Zimring (1985) sur la nécessité d’identifier et d’appréhender une minorité d’individus qui sont responsables de la commission de la majorité des infractions courantes. Ces gens sont perçus comme des criminels de carrière.

28 Le recours à l’informatique. La résolution des problèmes passe par leur identification précise. L’indice le plus révélateur de l’existence d’un problème est, nous l’avons déjà remarqué, la répétition d’une situation ou du même aspect d’une situation. En réalité, le phénomène de la répétition se voit octroyer dans le nouveau modèle le statut privilégié dont jouissait la visibilité des comportements — le fait qu’ils s’affichaient comme marginaux ou délinquants — dans le cadre d’une police traditionnelle. Dans cette mesure, il existe un instrument destiné à remplir un rôle croissant dans les opérations policières : l’ordinateur qui, précisément, est un moyen puissant pour repérer et décrire les événements qui se répètent et se font série. Par exemple, tous les appels réclamant une intervention policière pourraient être enregistrés par un ordinateur afin de déterminer quels sont les lieux d’où proviennent les appels les plus fréquents et de découvrir pourquoi les habitants de ces lieux font des appels si fréquents.

29Le NIJ incite à cet égard les corps policiers à exploiter davantage les ressources informatiques (Stewart, 1988a ; 1988b).

30 Les solutions non pénales. La solution des problèmes identifiés par la police doit être ajustée à leur nature. On découvrira de cette façon qu’une partie importante des problèmes à résoudre — sinon la majorité d’entre eux — ne réclament pas de solution pénale ou même coercitive. Dans le nouveau modèle, la police est effectivement encouragée à rechercher des solutions alternatives (Goldstein, 1979, p. 250 et suiv.).

31 Les limites de l’intervention policière. Ce dernier trait de la résolution des problèmes soulève une question difficile. Goldstein (1987, p. 18) cite l’exemple d’un policier qui était parvenu à la conclusion qu’un groupe de personnes de son quartier commettait des infractions parce qu’elles étaient au chômage. Il a donc entrepris de leur trouver un emploi et il y est parvenu. Ces gens ont alors cessé d’être délinquants. Tout édifiant qu’il soit, cet exemple fournit une illustration frappante de la nécessité de déterminer les limites de l’intervention proprement policière. Jusqu’où le policier doit-il poursuivre son action ? Dans ses derniers travaux, Goldstein (1987, p. 18 et suiv.) a posé cette question avec une juste insistance. Nous la reprendrons dans la partie suivante de ce chapitre.

Une redéfinition de la gravité des infractions

32Sous leur apparente banalité, les réponses apportées aux questions 5 et 6 dissimulent une profonde remise en cause de l’évaluation de la gravité des infractions. L’évaluation traditionnelle est fortement influencée par la tradition judiciaire, pour laquelle les infractions contre les personnes sont les plus graves — surtout lorsqu’un agresseur s’attaque à une victime avec laquelle il n’a aucun lien et qu’il ne connaît même pas ; quant aux infractions contre la propriété, leur gravité est évaluée en fonction de l’ampleur des dommages causés. Dans un essai stimulant, Mark Moore, Robert Trojanowicz et George Kelling (1988, p. 2-3) ont rappelé que l’évaluation de la gravité d’une infraction ne se réduisait pas à une procédure légale, mais quelle devait faire intervenir des critères sociaux et des critères moraux. Moore, Trojanovicz et Kelling remarquent également que :

  • du point de vue des victimes, les agressions entre des personnes qui se connaissent et sont liées (par exemple, les cas de violence domestique, d’inceste) sont souvent perçues comme plus graves que les voies de faits entre des personnes qui ne se connaissent pas ;
  • des infractions de gravité apparemment moins grande, comme le vandalisme, étaient plus susceptibles d’engendrer un sentiment général d’insécurité que des infractions réputées plus graves, comme le vol qualifié ;
  • l’évaluation de la gravité des crimes devait également prendre en compte leur dimension symbolique. Par exemple, la violence contre les enfants constitue un acte qui s’inscrit contre des valeurs qui font actuellement l’objet d’un consensus militant.

33Il convient de rappeler, en terminant, que ces critères d’évaluation ne sont pas proposés aux tribunaux qui doivent rendre justice, mais plutôt à la police, qui doit résoudre des problèmes collectifs en leur apportant des solutions alternatives.

La fourniture de services

34La réponse à la question 8 marque également une rupture significative avec les pratiques de la police traditionnelle. Non seulement celle-ci ne répond-elle à des demandes de services sans rapport avec le contrôle de la criminalité (par exemple, l’assistance à des personnes qui ne sont plus responsables de leurs actions) que lorsqu’elle n’a rien d’autre à faire, mais le concept de renvoi (en anglais, referral) joue un rôle cardinal dans le mode d’opération de la police traditionnelle.

35Le groupe des répartiteurs de police, qui reçoivent les appels du public et les transmettent aux voitures de patrouille, ont généralement pour instruction d’effectuer une sélection parmi les appels et de renvoyer les citoyens réclamant des services aux agences compétentes (travail social, réseau hospitalier, services des incendies, etc.). Dans le nouveau modèle, cette notion de renvoi perd une partie notable de son importance et la police de communauté a pour mandat de rendre elle-même les services réclamés, dans la mesure où ils s’inscrivent à l’intérieur d’une procédure pour régler des problèmes qui sont estimés être du ressort du maintien de l’ordre. L’identification de ces problèmes est un processus qui demeure largement discrétionnaire.

La culture professionnelle policière

36La réponse à la question qui porte sur le rôle de la hiérarchie policière (la question 12) est formulée dans les termes d’un changement de valeurs. Elle reflète une prise de conscience de la force de résistance au changement que les hommes en tenue génèrent et des limites de l’autoritarisme policier qui s’efforce traditionnellement d’imposer le changement par le haut. Les avocats de la réforme reconnaissent que si les valeurs qui sont partagées actuellement par les membres des appareils policiers ne changent pas substantiellement, la réforme ne se matérialisera que dans les notes de service que s’échangent les administrateurs de police.

Une stratégie médiatique

37Nous passerons rapidement sur la réponse à la question 13, mais non sans noter que les relations avec la presse ne constituent plus un résidu de l’action policière, et qu’elles font plutôt l’objet d’une politique explicite (qui n’est pas elle-même développée dans ce bref appendice). Il faut peut-être se réjouir que la police soit plus loquace avec la presse. On ne saurait toutefois sous-estimer le risque d’une manipulation systématique de l’information, dont Richard Ericson a fait l’objet de ses derniers livres (Ericson et coll., 1987 ; 1989 ; 1991). En agissant de la sorte, la police, il faut le souligner, n’agit pas différemment des autres appareils gouvernementaux. Dès qu’une agence de l’État se donne une politique envers les médias, il semble que celle-ci s’exerce aux dépens de la transparence.

Le retour de la discrétion1

  • 1 Le terme est ici employé dans le sens anglais de pouvoir discrétionnaire. Certains auteurs françai (...)

38De toutes les réponses qui définissent la police de communauté, il n’en existe aucune qui ait plus d’implications que la réponse 14.

39Non seulement rompt-elle avec l’identité première que s’attribue la police — la neutralisation des contrevenants —, mais elle marque un retour à une orientation qui avait été vivement prise à partie par Jerome Skolnick dans un ouvrage célèbre et dont le titre était significatif : Justice Without Trial (1966 ; la justice sans procès). Ce que dénonçait Skolnick n’était pas tant la justice sans procès que la justice sans procédure garante des droits des contrevenants. Il lui semblait en effet que la police jouissait d’une discrétion absolue dans la sélection des infractions qui seraient acheminées vers une étape ultérieure du processus pénal et feraient l’objet d’une incrimination formelle. L’ouvrage de Skolnick a été suivi d’un nombre considérable d’études sur le pouvoir discrétionnaire exercé par les policiers. Ces écrits ont fini par engendrer une réforme, dont le but était de réduire la part d’arbitraire dans la décision de porter des accusations formelles et de citer un contrevenant à comparaître devant les tribunaux. Les efforts pour structurer la décision d’incriminer n’étaient que la partie la plus apparente d’une tentative générale pour réglementer l’exercice de la discrétion policière.

40Or, en réaffirmant, d’une part, que la prise de poursuites légales contre un infracteur ne constitue que l’une des pièces de l’arsenal policier et en encourageant, d’autre part, la police à rechercher des solutions alternatives aux problèmes qu’elle est appelée à résoudre, il semble que les réformateurs procèdent à un nouveau déplacement du point de décision par rapport à la citation d’un contrevenant devant les tribunaux. Ce point de décision serait de nouveau reporté en amont de l’intervention judiciaire et retomberait dans le champ des responsabilités de la police. Cette nouvelle émergence de la discrétion policière n’aura de résultats bénéfiques que si elle ne s’accompagne pas d’une reprise des pratiques arbitraires, critiquées à juste titre par Skolnick et ses émules.

Facteurs d’incertitude

41Les réponses que nous avons traduites comportent toutes, à cause de leur caractère synthétique, un certain degré d’ambiguïté qu’il ne nous est pas apparu nécessaire de relever jusqu’ici. Il est toutefois deux thèmes effleurés dans les réponses qui demeurent trop incertains.

42 Le professionnalisme policier. Il se définit par la capacité de symbiose de la police avec la communauté. On ne peut rien ajouter d’autre à cette formule que les remarques qui s’imposent à l’évidence : elle est vague au point d’être creuse ; de plus, elle autorise une pléthore de stratégies opérationnelles. Toutefois, ce qu’il y a de véritablement étonnant dans cette formule est que des cadres de la police, assistés d’un groupe d’experts, aient même pu la proposer comme étant une définition du professionnalisme policier.

43On imagine difficilement qu’une telle définition soit proposée aux médecins, aux avocats ou aux inspecteurs des finances. Nous pensons que le caractère nettement insatisfaisant de cette définition (de cette indication) révèle une difficulté fondamentale reliée à la notion de professionnalisme policier. La revendication par les policiers du statut de professionnel a coïncidé, à tout le moins en Amérique du Nord, avec l’accroissement du prestige de la fonction et surtout avec l’augmentation considérable des gains salariaux de la police.

44Il n’en reste pas moins qu’il existe une certaine incompatibilité entre le noyau de la notion de professionnalisme — la possession d’une expertise spécifique — et le caractère très diversifié des tâches de la police. C’est pourquoi on a usé de deux expédients pour définir le professionnalisme policier. On a, en premier lieu, tenté de réduire la fonction policière à la plus dramatique de ses composantes : le contrôle de la criminalité. Le bénéfice de cette stratégie est qu’elle autorisait la revendication d’une expertise particulière. Cette réduction était cependant le fruit d’un volontarisme qui contrastait de façon trop manifeste avec la multiplicité des fonctions policières. C’est pourquoi on a eu recours à un autre procédé. Le professionnalisme policier a essentiellement été défini par l’établissement d’un contraste avec des pratiques antérieures de la police, quelle qu’en ait été la nature. C’est ainsi que le premier style d’opération de la police en Amérique du Nord a été décrit comme le maintien de l’ordre, la notion d’ordre étant définie par des requêtes particulières qui émanaient de l’autorité politique. Ce style d’opération était propice au patronage et vulnérable à la corruption. Par contraste, la première réforme de la police qui a été instaurée dans les années 1920 a insisté sur l’indépendance de la police par rapport au pouvoir politique, sur les aspects étroitement légaux du travail policier, ainsi que sur la lutte contre la corruption (Kelling et Moore, 1988, p. 4-5). Ainsi, ce qui ne constituait au départ que les éléments généraux d’un contraste a bientôt servi de base à une définition du professionnalisme policier qui reposait sur les facteurs d’insularité, de légalisme et d’intégrité morale. Cette définition était presque vide de contenu descriptif.

45C’est un peu la même procédure qu’on a suivie pour définir le professionnalisme de la police de communauté. Autant la police légaliste était éloignée du public et retranchée dans ses véhicules automobiles, autant la police de communauté veut-elle se rapprocher des citoyens. Non seulement ce vœu ne constitue pas une définition de la profession, mais il ne comporte en lui-même aucune indication sur les moyens de le réaliser. Cette indigence au niveau de la définition de la profession se reflète dans la pauvreté des innovations au niveau de la pratique.

46Si l’on excepte l’îlotage et les vigiles de quartier, la caractéristique opérationnelle la plus visible de ce nouveau modèle se trouve dans un retour à la patrouille à pied (Cirel, Evans, McGillis et Whitcomb, 1977 ; Kelling, 1981 ; Lindsay et McGillis, 1986 ; Police Foundation, 1986 ; Trojanowicz, 1982 ; Trojanowicz et Harden, 1985 ; Wycoff et coll., 1981 ; 1985a ; 1985b ; 1985c).

47Ces problèmes, nous le rappellerons encore, sont l’indice d’une aporie plus fondamentale, qui tient dans la difficulté d’ajuster la notion-programme de professionnalisme avec la polyvalence du mandat de la police.

48 Le contrôle de la police. Le contraste entre le modèle traditionnel et le modèle communautaire est à cet égard également frappant. La différence fondamentale tient au fait que le modèle traditionnel propose à la fois un objectif — l’imputabilité par rapport à la loi — et des moyens pour l’atteindre — l’application de règles, d’ordonnances et de directives établissant une politique. Le modèle communautaire se contente de définir un objectif au demeurant fort vague — une responsabilité locale par rapport à des besoins collectifs — sans indiquer les moyens de l’atteindre. Or, nous le verrons, ces indications sur la nature des moyens sont nécessaires pour éviter que la police soit plus sensible aux besoins des fractions de la communauté qui disposent de plus de pouvoir ou dont le conservatisme reproduit celui de l’appareil policier.

Une critique du modèle

49Comme nous l’avons vu, la police de communauté n’est pas une invention nouvelle. Non seulement certains de ses principes sont anciens, mais le programme que nous avons commenté a été formulé à la suite de nombreuses expériences sur le terrain. Dans ces derniers cas, le modèle ne peut prétendre régir la pratique ; c’est plutôt cette dernière qui a constitué la base dont il a été en partie extrait. L’enjeu persistant du débat est de déterminer si la police de communauté constituera une stratégie d’ensemble de la police nord-américaine, dépassant ainsi le stade des expériences ponctuelles.

50Le débat continue d’être très animé et s’est même envenimé depuis les tentatives pour redéfinir la police de communauté comme police de tolérance zéro. Il présente certaines analogies avec la discussion orageuse qui a eu lieu sur le succès de la réinsertion sociale, certains critiques prétendant que « rien ne fonctionnait » (Martinson, 1974), alors que pour d’autres la « réhabilitation » des délinquants faisait figure de panacée à tous les problèmes de la justice pénale.

51Il en va un peu de même pour les recherches sur la police de communauté, dont les résultats sont partagés. Nous avons réparti les critiques en trois catégories, à savoir les critiques formelles, les critiques policières et les critiques communautaires. Les critiques que nous qualifions de « policières » n’émanent pas de la police comme telle mais s’appuient sur certains des traits de l’appareil policier pour mettre en doute la possibilité d’implanter en son sein des programmes de police de communauté. De la même façon, les critiques dites « communautaires » ne proviennent pas de leaders de la communauté mais plutôt de chercheurs qui signalent les limites du nouveau modèle d’intervention dans la conjoncture communautaire présente.

Les critiques formelles

52Les critiques de nature formelle procèdent moins à partir des résultats de la recherche empirique qu’à partir d’une analyse théorique de la notion de police de communauté. Nous en distinguons trois.

53 Les déficiences de la terminologie. De façon attendue, il s’est créé une nouvelle terminologie, dont l’usage n’est pas fixé. Moore et Trojanowicz (1988b) font la distinction entre la lutte professionnelle contre le crime (professional crime fighting), la police stratégique (strategic policing), la résolution des problèmes (problem-solving policing) et la police de communauté (community policing). Nous n’insisterons pas sur ces chicanes terminologiques qui sont le pain dur de la recherche. Il convient toutefois d’énoncer un mot d’ordre de prudence. Pour certains auteurs importants (Goldstein, 1987), les termes que nous venons d’énumérer ont d’abord référé à des réalités compatibles (la résolution des conflits est la tactique privilégiée de la police de communauté). Pour d’autres auteurs (Eck et Spellman, 1987), ces termes désignent des oppositions (la résolution des problèmes constitue le dépassement de l’antinomie entre la police traditionnelle et la police de communauté). On verra dans les chapitres suivants que la terminologie a durci les incompatibilités plutôt que de les réduire.

54 Les contradictions initiales de la recherche évaluative. La situation qui a d’abord prévalu est, encore une fois, exemplaire. On dispose de plusieurs ouvrages qui se sont penchés sur les premières expériences faites aux États-Unis (Mastrofski, 1984 ; Schwartz et Clarren, 1977 ; Sherman, Milton et Kelly, 1973) ou au Royaume-Uni (Holdoway, 1983 ; Manning, 1984 ; Short, 1983 ; Weatheritt, 1983) et qui font état de résultats décevants. Par contre, la revue américaine Crime and Delinquency a consacré un numéro à la police de communauté qui comporte des études évaluatives favorables au nouveau modèle (Lee Brown et Wycoff, 1987 ; Williams et Pate, 1987).

55Les recherches les plus approfondies (Sherman, 1986 ; Skogan, 1986 ; Rosenbaum, 1987) ont été critiques à l’égard des méthodes employées pour faire l’évaluation des programmes de police de communauté et ont conclu que « la meilleure réponse que l’on peut apporter à la question de savoir ce qui a du succès parmi nos efforts pour policer divers genres de communautés est que nous ne le savons pas » (Sherman, 1986, p. 379). Dennis Rosenbaum (1987, p. 118) a tiré de la pauvreté méthodologique des recherches évaluatives des conclusions beaucoup plus radicales que celles de Lawrence Sherman : il énonce l’hypothèse que des recherches impartiales pourraient révéler que les programmes de police de communauté ont pour résultat d’accroître le sentiment d’insécurité des citoyens (les directeurs de ces programmes auraient tendance à dramatiser le problème de la criminalité pour recruter plus de citoyens dans le programme, ce qui produit un effet de panique). Nous reprendrons cette épineuse question de l’analyse des résultats de l’évaluation de la police de communauté dans les prochains chapitres, en particulier au chapitre 6. Nous verrons que, pour l’essentiel, les incertitudes initiales continuent de peser sur la recherche la plus actuelle (Greene, 2000).

56 L'exportation des programmes. Après avoir confessé l’ignorance commune, Sherman (1986, p. 379-81) s’est empressé d’ajouter, une remarque à laquelle on pouvait s’attendre : que nous en savions tout de même beaucoup plus que nos prédécesseurs. Or, ce que nous savons a de quoi inquiéter. L’un des résultats les plus constants des études évaluatives est que les programmes qui ont du succès sont ceux qui sont les plus étroitement adaptés aux besoins d’une communauté. Cette constatation, en apparence banale, autorise une conclusion pessimiste : les programmes qui fonctionnent dans une communauté ne sont pas exportables dans une autre communauté, chaque communauté se caractérisant par une configuration unique de problèmes et de besoins. Poussée jusqu’à son point ultime, cette logique signifie que la police de communauté est au mieux un ensemble de tactiques trop hétérogènes pour s’intégrer au sein d’une stratégie unifiée et cohérente, et donc qu’il sera impossible d’en articuler un modèle unitaire et exportable.

Les critiques policières

57Il existe de nombreux obstacles à l’implantation d’une police de communauté, qui tirent leur source des caractéristiques des appareils policiers tels qu’ils sont constitués actuellement. Ces obstacles ont fait l’objet de plusieurs recherches (Sherman, 1986 ; Skolnick et Bayley, 1988a), et on peut les regrouper en quatre catégories.

58 Difficultés organisationnelles. Bien que les difficultés qui ressortissent à la structure des forces policières soient de diverses natures, il en est une qui doit être prioritairement mentionnée : toute organisation qui emploie un personnel considérable doit disposer de critères clairs et reconnus pour évaluer la performance de ses employés.

59Tout déficients qu’ils soient, les critères d’évaluation d’une police traditionnelle peuvent au moins être définis opérationnellement (interventions dans le cadre d’incidents criminels, identification des auteurs de délits, arrestations, etc.). Or, les critères dont on se servira pour évaluer la performance des nouveaux policiers communautaires ne s’imposent pas avec la même clarté. Comment évaluer la performance d’un « solutionneur » de problèmes sociaux ?

60 Les résistances des hommes du rang. Ces résistances auront vraisemblablement des causes différentes. Elles surgiront cependant à partir d’un fond commun. Goldstein (1987) et Skogan (1988) ont montré que le travail de la police de communauté se déportait immanquablement vers le travail social. Cette constatation n’est pas surprenante et elle correspond aux objectifs implicites du nouveau modèle. Il est toutefois moins sûr qu’elle représente les aspirations du personnel policier.

61La culture professionnelle des policiers comporte plusieurs aspects qui sont de nature à susciter des résistances envers le nouveau modèle. Nous n’en indiquerons que deux. Il pourrait s’avérer extrêmement difficile de déconstruire l’identité policière, qui repose en grande partie sur la figure du contrôleur, et de lui substituer une figure hybride, qui allie les traits de l’animateur et du leader social. En second lieu, il faut remarquer que le soupçon constitue le mode de rapport le plus invétéré entre la police et la communauté. L’établissement d’une police de communauté présuppose une difficile injection de transparence dans des relations jusqu’ici articulées par la méfiance.

62Jerome Skolnick et David Bailey (1988a, p. 19) ont mis en doute que les nouvelles recrues et les jeunes policiers aient la maturité nécessaire à la résolution de problèmes humains et sociaux complexes. À quoi l’on peut ajouter ceci : les recrues de la police, comme les autres jeunes, sont profondément influencées dans leurs représentations et dans leurs attentes par la désinformation à laquelle se livrent les médias. Dans les représentations médiatiques — films, séries télévisées, etc. — la figure du policier est plus proche de celle du samouraï que de celle du prêtre-ouvrier. Il est très douteux que les jeunes qui s’engagent dans la police projettent initialement de venir y faire du travail social.

63Toutes ces résistances risquent d’être institutionnalisées par les syndicats policiers, reconnus en Amérique du Nord pour leur militantisme et leur corporatisme étroit. Non seulement est-il prévisible que les syndicats policiers prendront en charge les insatisfactions de leurs membres, mais il faut également souligner que le nouveau modèle peut paraître mettre en péril l’une des conquêtes les plus chères du syndicalisme policier. Nous avons en effet vu que le nouveau modèle introduisait une certaine part d’incertitude dans la définition de la professionnalisation policière. Or, le syndicalisme policier a livré quelques-unes de ses plus dures batailles pour qu’on reconnaisse le statut de professionnel du policier.

64 Les résistances des cadres. On ne prévoit pas en général que la résistance des cadres soit aussi vive que celle des hommes du rang. Au contraire, le risque majeur du modèle est de diviser les corps policiers entre les cadres administratifs, qui s’efforcent d’implanter le modèle, et les policiers opérant sur le terrain, qui rejettent le modèle. Il n’en demeure pas moins qu’il y a quelques foyers de tension entre le nouveau modèle et la hiérarchie policière : le modèle réclame une décentralisation de l’autorité traditionnellement difficile à réaliser dans une organisation à structure paramilitaire. De plus, il semble que le modèle pose des exigences relativement contradictoires en réclamant d’une part une décentralisation de l’autorité et d’autre part une centralisation du renseignement. Ainsi que plusieurs sociologues de la police l’ont remarqué (Ericson, 1981 ; 1982 ; Sherman, 1986, p. 354), il existe très peu d’organisations où l’équation baconienne entre l’information et le pouvoir est aussi complète que dans la police. C’est pourquoi proposer à la fois de décentraliser l’autorité et de centraliser le renseignement équivaut à recommander que l’on décentre le pouvoir pour ensuite le centrer de nouveau.

65 La corruption policière. L’un des présupposés les plus contestables de la police de communauté est que la délinquance est un comportement auquel se livre une minorité identifiable de citoyens. Si ce présupposé n’était pas opérant, la police de communauté équivaudrait au projet d’instaurer une société où prévaut la délation de tous contre tous. Le présupposé selon lequel seule une minorité de contrevenants est responsable de la majorité des infractions est valable à deux conditions. La première est que l’on restreigne le champ des délits aux infractions traditionnelles les plus visibles et que l’on élimine, par exemple, tout le domaine de la criminalité d’affaires. La seconde est que l’on prenne pour cible ce qu’on appelle le criminel de carrière.

66Ces deux conditions peuvent faire l’objet d’une politique pénale explicite, pour laquelle la répression de la récidive dans le champ de la criminalité courante constitue la priorité. La réalité sociale est cependant infiniment plus vaste que les priorités d’un appareil, même si celles-ci sont défendables. Il est en réalité faux de prétendre que les infractions ne sont commises que par une minorité de délinquants — pensons à la criminalité de mœurs — et de croire que la criminalité astucieuse n’existe pas. La conclusion de ce raisonnement est la suivante : en se rapprochant de la communauté, la police ne pourra manquer d’accumuler les preuves qu’un nombre importants de délits ne sont pas commis par des criminels de carrière et que des membres en vue de la communauté pourraient être poursuivis pour des fraudes ou des crimes contre l’environnement. Si la police décidait d’orchestrer une répression générale, celle-ci serait perçue à juste titre comme un détournement immoral de l’idéal d’une police de communauté. La police devra donc fermer les yeux sur une partie de ce qui lui est donné à voir par la communauté et conclure des alliances sectorielles. Au regard de ce que l’on sait déjà des facteurs qui favorisent la corruption policière, la situation que nous venons de décrire est de nature à affaiblir les standards d’intégrité de la police.

Les critiques communautaires

67En sus des présupposés que nous avons déjà mis en lumière, le modèle de la police de communauté repose sur au moins deux postulats. Le premier affirme qu’il existe des ensembles sociogéographiques suffisamment solidaires — qui partagent suffisamment de choses — pour qu’on leur applique l’expression de « communauté » sans abus de terme. Le second postulat est de nature opérationnelle : l’unité géographique où s’incarne une communauté et qui constitue le terrain d’élection de la police de communauté est le quartier (le « voisinage » ; en anglais, neighbourhood). Ces postulats sont certes raisonnables. Ils peuvent néanmoins être contestés à partir de leurs implications ou de leur validité opérationnelle.

68 L’exclusion communautaire. Il serait facétieux de nier l’existence de communautés. Il serait non moins cavalier de penser que tout rassemblement de personnes est animé par une vie communautaire. Les quartiers les plus économiquement défavorisés sont peuplés par des personnes itinérantes (Sherman, 1986, p. 380). Un ghetto est peut-être un endroit dont on ne sort jamais, mais c’est surtout un espace où l’on circule toujours. Cette boulimie de déménagement empêche de façon systématique le développement d’une vie communautaire.

69En second lieu, nous avons déjà vu qu’un taux élevé de criminalité avait pour effet de pulvériser les structures communautaires, en forçant les habitants au retrait dans l’attitude terrifiée du « chacun chez soi ». Cette situation, dans la mesure où elle est correctement décrite, provoque des conséquences :

  • Les quartiers les plus déshérités ne présentent pas les conditions favorables à l’implantation de programmes de police de communauté.
  • Les quartiers les plus criminalisés doivent être d’emblée portés au passif du bilan éventuel de la police de communauté. Schuerman et Kobrin (1986, p. 98) assignent à la police de communauté l’objectif essentiel d’empêcher que les quartiers où la criminalité est dans un état émergent ne basculent du côté des quartiers fortement criminalisés, où la police — communautaire ou autre — est impuissante. Ces quartiers sont considérés comme « perdus ».
  • Dans la mesure où les quartiers les plus défavorisés — et qui sont également affligés des plus hauts taux de criminalité — sont porteurs des problèmes les plus graves pour ce qui est de l’harmonie sociale, on pourrait inférer que la police de communauté renonce d’emblée à opérer là où la crise est la plus aiguë (Skolnick et Bayley, 1988a, p. 35 et suiv. ; Skogan, 1988, p. 69). Si cette stratégie limite l’accroissement des problèmes les plus dramatiques, elle est apparemment impuissante à les résoudre.
  • La police de communauté a été caractérisée comme une police de consensus (Goldstein, 1987). S’il existe des fragments de consensus, ceux-ci sont davantage présents au sein des quartiers dont la population est homogène et appartient traditionnellement aux classes moyennes et aux classes les plus riches. Celles-ci sont donc dans la position d’être les premiers bénéficiaires d’une stratégie de police de communauté (Skolnick et Bayley, 1988a, p. 35 ; Skogan, 1988, p. 69).

70 Un champ d'intervention précaire. Nous terminerons la description de notre champ d’obstacles par la mise en cause d’un dernier aspect que l’on considère évident. Il a semblé aller de soi, jusqu’ici, que le quartier constituait l’unité géographique la plus naturelle pour l’intervention de la police de communauté. Or, les travaux de Ralph Taylor et Stephen Gottfredson (1986, p. 412) proposent plutôt que ce seraient des périmètres plus restreints, constitués par des regroupements d’édifices (en anglais, blocks), qui formeraient en réalité l’espace le plus propice à une intervention policière de type communautaire.

71Nous ne prétendons pas que cette position soit la bonne. Elle libère cependant un ensemble de questions qui doivent être posées. Par exemple : quelle devrait être l’unité géographique d’intervention d’une police de communauté en milieu rural ?

AUTRES DÉVELOPPEMENTS SIGNIFICATIFS

72La liste des obstacles que doit surmonter la police de communauté apparaît impressionnante, d’où l’importance de la question de l’existence d’une stratégie alternative. Nous traiterons brièvement dans cette dernière partie des caractéristiques de cette stratégie. Nous examinerons également quelques autres tendances dont les effets sont importants dans la conjoncture policière actuelle. Les sujets sur lesquels nous nous pencherons successivement seront la police proactive, la privatisation des forces de l’ordre, le contrôle civil de la police, le recrutement des effectifs et la place des médias.

Une stratégie alternative : la police proactive

73C’est dans une certaine mesure par abus de termes que l’on peut parler d’une stratégie alternative. Il n’existe pas une stratégie alternative qui soit suffisamment explicite pour être représentée comme un modèle rival de celui que nous avons décrit. Ce qui existe tient dans un concept de base et dans divers moyens de l’incarner. Le concept de base est celui de « proaction », auquel on se réfère sous des appellations plus imagées comme « action policière agressive » ou « stratégie d’attaque contre le crime » (en anglais, crime attack). Les moyens de réaliser cette stratégie ont en commun de précéder et même d’anticiper la commission de délits, au lieu de simplement y réagir. Parmi ces moyens, on peut en énumérer quatre.

Exemples de police « proactive »
La provocation policière : Ce type d’opération utilise des policiers en tenue civile ou parés d’un déguisement, qui constituent des appâts (en anglais, decoys) pour tendre un piège à des personnes déjà criminalisées ou des délinquants potentiels. Ces opérations peuvent utiliser des ressources limitées et n’impliquer que quelques personnes (quelques policières utilisées pour provoquer un violeur à se livrer à une agression sexuelle et pouvoir ainsi procéder à son arrestation en flagrant délit). Elles peuvent également être très élaborées et coûter des millions de dollars. On peut citer à titre d’exemple l’opération ABSCAM où des agents de la police fédérale (des États-Unis) ont prétendu être des investisseurs arabes qui étaient prêts à verser d’importants pots-de-vin à des hommes politiques dont on soupçonnait l’intégrité.
Des patrouilles clandestines : Des policiers patrouillent des quartiers à taux de criminalité élevés en s'habillant de façon analogue aux habitants du quartier, dans le but d’intercepter des criminels en train de perpétrer une infraction.
Des interrogatoires conduits dans des lieux publics : Des personnes sont interpellées dans la rue ou d’autres lieux publics et soumis à un bref interrogatoire. Elles sont choisies à cause de leur apparence physique, de leur comportement ou tout simplement au hasard.
La saturation d’un quartier par la patrouille : Les quartiers choisis sont des quartiers qui, encore une fois, ont des taux très élevés de criminalité. Les patrouilleurs sont à pied ou dans des véhicules.

74Certaines tactiques d’attaque ressemblent au type d’opérations conduites dans le cadre du modèle de la police de communauté. Ce type d’opérations repose sur une analyse des facteurs qui se répètent dans une conjoncture de désordre. Ces facteurs peuvent être, en premier lieu, les lieux d’où proviennent les appels réclamant une intervention policière. Des études effectuées dans des villes américaines ont montré que près de 40 % des appels faits à la police provenaient d’à peine 10 % des lieux où l’intervention de la police était réclamée (Pierce, Spaar et Briggs, 1984, cités par Sherman, 1986, p. 371). Les tentatives faites pour résoudre ces problèmes de surreprésentation d’un lieu dans la provenance des appels font souvent l’objet d’un programme particulier, appelé le RECAP (Repeat Complaint Address Policing) : la police des adresses d’où proviennent des appels répétés.

75Dans cette police de la répétition, il y a un second programme qui jouit d’une importance considérable : c’est la surveillance et éventuellement la neutralisation des récidivistes endurcis (les criminels de carrière).

76Cette brève énumération n’épuise pas les tactiques utilisées par une police d’attaque. Toutes ces tactiques se rejoignent dans leur caractère notablement agressif, ainsi que dans l’utilisation croissante d’un personnel militaire pour effectuer certaines opérations. La police d’attaque n’a jusqu’ici pas fait l’objet d’évaluations systématiques (Sherman, 1986, p. 367-372).

La privatisation des forces de l’ordre

77William Cunningham et Todd Taylor (1985) nous ont présenté une description très élaborée des tendances qui ont marqué le domaine de la sécurité privée dans un monumental rapport, auquel on se réfère souvent sous l’appellation de The Hallcrest Report. Ces résultats peuvent être très rapidement résumés de la façon suivante : la majorité des prévisions relatives au développement exponentiel de la sécurité privée se sont réalisées. Que ce soit au niveau du personnel employé, des budgets et des services offerts, la sécurité privée égale ou dépasse en importance la sécurité publique.

78Il existe toutefois trois développements qui ont pris, depuis 1985, une ampleur qui justifie leur mention.

  • La percée des forces policières publiques dans le secteur privé. Effectuant un travail d’éclaireur, Albert Reiss (1988) a révélé l’importance d’un phénomène relativement nouveau, à savoir le rôle de la sous-traitance dans le domaine de la sécurité privée, assumée de façon croissante par les forces publiques de la police. Le phénomène du travail au noir par des membres des corps de police qui travaillent à leur compte dans l’industrie de la sécurité n’a rien de bien nouveau. Le cumul des emplois est l’un des problèmes les plus aigus dans le domaine des relations de travail policières. On trouvera au chapitre 9 une discussion explicite de ce phénomène paradoxal de l’autoprivatisation de la police publique.
  • La croissance de l’expertise des agences privées d’enquête. La sécurité privée a longtemps été considérée comme le parent pauvre de la police. Il semble que cette situation soit en train d’évoluer de façon très significative. À partir d’une étude de la situation en Californie, R. Morris (1987) a émis l’hypothèse que les enquêtes dans le champ des crimes perpétrés en utilisant les moyens de la haute technologie deviendraient le monopole d’agences de sécurité privées spécialisées, qui seules posséderont l’expertise nécessaire à la conduite de ces enquêtes.
  • La montée des salaires dans le secteur privé. Le potentiel de croissance étant beaucoup plus considérable dans le domaine de la sécurité privée, qui n’est pas affligé par l’austérité budgétaire sévissant dans le domaine public, il est possible que les bas salaires payés aux employés de ce secteur en viennent à concurrencer ceux des policiers des corps publics. Cette situation risque d’accroître les revendications des syndicats de police, qui se heurtent déjà aux résistances de l’opinion publique et des autorités politiques.

Le contrôle civil de la police

79Les promoteurs de la police de communauté sont étrangement silencieux sur la dégradation considérable des relations entre la police et les communautés ethniques. Au Canada, la plupart des villes importantes — Toronto, Montréal, Vancouver, Winnipeg, Halifax — ont été le théâtre d’affrontements très sérieux entre la police et les minorités ethniques, la police étant fréquemment accusée de racisme. Les événements qui ont précipité ces affrontements ont la plupart du temps trait à l’usage d’armes à feu par la police pour abattre des suspects appartenant à une minorité ethnique ou raciale ; on a également découvert que des accusés appartenant à des minorités avaient été condamnés par les tribunaux sur la foi de résultats d’une enquête qui avait été trafiquée par la police. Ce sont les membres des communautés noire et amérindienne qui ont été les victimes les plus fréquentes de ces fabrications de preuve. Il est inutile de mentionner que des événements similaires se sont produits à un rythme encore plus fréquent aux États-Unis.

80Ces incidents, la plupart du temps tragiques, ont donné lieu à deux types de réponse.

  • La création de comités de plaintes composés de membres civils. Il existe en Amérique du Nord une importante association appelée Y International Association for Civïlian Oversight of Law Enforcement (IACOLE : l’Association internationale pour la promotion de la surveillance civile [des services chargés] de l’application de la loi). La création de cette association, qui regroupe plusieurs centaines de membres, est un témoignage éloquent de la multiplication de ces comités créés par les pouvoirs publics pour recevoir les plaintes du public par rapport à l’action policière et leur donner suite.
  • La promulgation de codes de déontologie policière. La création de comités de plaintes, constitués en totalité ou en partie de membres civils, a coïncidé la plupart du temps avec la mise en vigueur d’un code de déontologie policière. La tâche des comités de plainte est précisément de décider si le comportement d’un policier qui a fait l’objet d’une plainte constitue une violation du code de déontologie.

81L’espace nous manque pour rendre compte de façon détaillée de ce mouvement vers un contrôle civil accru des corps des policiers et nous renvoyons plutôt le lecteur à une autre étude sur la question (Brodeur, 1989). Ce mouvement est doublement important : d’abord par son ampleur, ensuite par ses lacunes. En effet, alors que les corps policiers publics sont soumis à des contrôles croissants, les corps privés opèrent dans un vide juridique qu’on tarde encore à combler, à l’exception de certains pays d’Europe, comme l’Espagne. Le risque de cette situation est que les corps privés reçoivent et exécutent des commandes illégales en provenance des corps policiers publics. Une enquête récente au Québec a montré qu’une agence privée d’investigation se livrait à de l’écoute électronique illégale au profit du service de police d’une municipalité.

Le recrutement des effectifs

82Il existe deux phénomènes qui méritent une attention au chapitre du recrutement.

Le recrutement de policiers parmi les minorités

83Les tensions raciales entre la police et les communautés ethniques ont donné lieu, tant en Amérique du Nord qu’au Royaume-Uni, à l’institution de commissions d’enquête. Ces organismes ont généralement recommandé que l’on accroisse la représentation des minorités ethniques au sein du personnel policier. Ces recommandations ont partiellement été suivies aux États-Unis, dont les problèmes raciaux existent de façon aiguë depuis plusieurs années.

84On doit s’étonner que les organismes qui recommandent l’embauche par les corps policiers de membres des minorités dans le but d’améliorer les relations entre la police et ces minorités n’aient pas pris connaissance des résultats de l’application de ces mesures aux États-Unis. Nicholas Alex (1969 ; 1976) et Stephen Leinen (1984) ont montré que le résultat le plus tangible de ces mesures était de reproduire au sein des corps policiers les conflits culturels et raciaux qui existent dans la société. Cette remarque ne devrait pas nous conduire à cesser d’embaucher des membres des minorités, dont le droit à avoir un emploi stable et bien rémunéré doit être respecté par les corps policiers. Le recrutement de membres des minorités est une exigence de justice sociale et de respect du droit au travail. Si, toutefois, on embauchait des membres des minorités dans le seul dessein d’apaiser les tensions existant entre les minorités et la police, on risquerait de connaître de cruelles déconvenues.

Le recrutement des femmes

85La GRC a engagé un premier contingent de 32 femmes policières en 1974. Il y a maintenant, en 2002,2 045 femmes dans la GRC ; elles forment 14 % de son effectif policier. Le tiers des effectifs du SPVM, qui est un des plus gros corps municipaux du Canada, est composé de femmes. Relativement limité dans les années 1980 — une étude de Norman (1987) évaluait la part des femmes dans les effectifs de la police américaine à 7 % —,1e phénomène de la féminisation des corps policiers est mondial et s’est étendu aux corps policiers de tous les continents. Une recherche sur Internet révèle qu’il y a 783 000 sites qui correspondent aux mots police women (femmes policières).

86On a très peu réfléchi aux conséquences de ce phénomène. Il pose deux questions fondamentales. On doit en premier lieu se demander si la présence croissante des femmes dans les corps policiers va modifier leur style d’intervention et, plus particulièrement, leur recours à la force pour résoudre les conflits dans lesquels ils interviennent. Le second problème est de nature interne. Il existe présentement une disproportion considérable entre la présence des femmes parmi les agents de première ligne de la police et leur représentation dans les postes de commandement. Conscientes de ce fait, les femmes policières se regroupent de plus en plus au sein d’organisations indépendantes des syndicats traditionnels de police. La conjoncture change à l’heure actuelle de façon trop rapide pour qu’on se hasarde à prédire si les corps policiers pourront intégrer leur personnel féminin aux niveaux plus élevés de leur hiérarchie sans crise majeure.

La police et les médias

87Cette question est très vaste et nous ne pouvons concevoir de l’aborder au terme d’un chapitre qui est déjà étendu. C’est pourquoi nous nous contenterons de citer un fait qui a valeur de symbole et qui souligne l’acuité des problèmes.

88La place de la police dans les films et les séries télévisées américaines s’est considérablement accrue dans les 10 dernières années. Il y a quelques années, une série télévisée a connu une popularité spectaculaire aux États-Unis et dans le monde : il s’agit de Miami Vice, dont le titre réfère au nom de l’escouade qui s’occupe de la répression du trafic de drogue et d’une grande partie du crime organisé dans la ville de Miami. Cette série, maintenant abolie, mais dont les épisodes sont régulièrement rediffusés, dépeignait le travail policier un peu comme les films de James Bond nous montrent l’univers de l’espionnage, c’est-à-dire d’une façon très grossièrement frelatée.

89Dans le but d’impressionner le public, le réseau de télévision qui produisait cette série a dévoilé que produire un seul épisode de cette série hebdomadaire coûtait plus de 1,5 million de dollars. Un journaliste américain a enquêté pour trouver quel était le budget annuel de l’escouade des mœurs de la ville de Miami, qui avait servi de modèle initial pour la série Miami Vice. Il a découvert que le budget annuel réel de cette escouade était de 1 161 000 $. En bref, la chaîne de télévision américaine dépensait en une semaine, pour désinformer l’opinion publique américaine par rapport à la lutte contre le trafic de la drogue, plus d’argent que le budget annuel consacré par la ville de Miami à la répression de ce trafic.

90Cet exemple est inquiétant du fait que les pouvoirs publics accordent une importance démesurée à la mythologie populaire, qui tient lieu d’opinion publique, lorsqu’ils déterminent les politiques et les priorités dans le domaine de la répression du crime. On pourrait citer à témoin la pratique de l’administration fédérale américaine de nommer sous chaque président depuis Ronald Reagan un « tsar » de la répression du trafic de la drogue (drug czar). Cette pratique est dénoncée comme un leurre par la majorité des experts, y compris par l’économiste conservateur Milton Friedman, qui milite en faveur de la légalisation des drogues. L’exemple de la série télévisée Miami Vice, devenu maintenant contagieux, montre que les moyens mis en œuvre pour produire des représentations du travail policier sans rapport avec sa réalité sont tellement considérables que les effets de désinformation qu’ils produisent paraissent invincibles. Au regard du caractère systématique de l’entreprise médiatique de mythification du travail de la police, la possibilité de rectifier les croyances et les attentes du public par rapport à la police est devenue infime.

PRINCIPALES CONSTATATIONS

91Le but de ce chapitre était davantage de présenter un état de situation qu’une argumentation en faveur d’un ensemble de conclusions. Il nous a semblé toutefois opportun de présenter, au terme de nos analyses, un ensemble de constatations générales qui peuvent servir de conclusions.

La nature des recherches sur la police

92Ruben Rumbaut et Egon Bittner (1979, p. 283) proposaient d’établir une distinction entre rationalité formelle et rationalité substantielle au niveau des recherches sur la police. La rationalité formelle réfère à l’ordre des moyens dont dispose la police pour réaliser ses objectifs, alors que la rationalité substantielle réfère à l’ordre des fins et à la nature du mandat de la police, dans le contexte d’une société donnée. Ces auteurs parvenaient à la conclusion que beaucoup de recherches sur la police, ainsi que les réformes fragmentaires que ces recherches avaient parfois entraînées, appartenaient à l’ordre de la détermination technique des moyens et s’inscrivaient à l’intérieur d’une rationalisation formelle. Rumbaut et Bittner manifestaient leur scepticisme par rapport à des réformes qui se limitaient à cet aspect de la rationalité et qui ne reposaient pas sur une réflexion sur la nature du mandat de la police. Ils formulaient le souhait que la recherche s’inscrive davantage dans le champ de la rationalité substantielle.

93Il semble que l’on ait donné suite à leur vœu : le portrait que nous avons dressé témoigne d’un souci marqué d’interroger les fins de l’action policière et de dépasser le cadre relativement étroit d’un questionnement technocratique sur le choix des moyens de maximiser l’efficacité des interventions policières.

94Sans être imprévu, ce développement n’était pas assuré. On pouvait en effet craindre que des recherches dont le contenu aurait été exclusivement déterminé par des considérations de « rationalité substantielle » auraient été perçues comme étant trop abstraites et théorisantes pour servir de fondement à des réformes concrètes dans les modes d’opération de la police. Or, il s’est trouvé que ces réflexions sur la nature du mandat de la police ont été couplées à des recherches d’évaluation des politiques policières en matière d’intervention. Ces recherches ayant été effectuées avec la collaboration des services policiers, leur résultat a suscité l’intérêt de ces derniers et rétabli un équilibre entre la théorie et la pratique. Les recherches dont nous avons rendu compte sont donc d’une nature hybride, où rationalité substantielle et évaluation opérationnelle se sont mutuellement fécondées.

L’orientation vers l’extérieur du système pénal

95La police occupe une position stratégique intermédiaire entre les communautés, d’une part, et les autres composantes du système pénal, d’autre part. À cause de sa position médiane, elle est au centre de deux réseaux de relations. Un premier réseau de relations la relie avec une communauté et avec des organismes publics et privés qui opèrent au sein de celle-ci (des organismes de prévention du crime, les travailleurs sociaux, etc.). Un second réseau de relations la relie aux autres composantes du système pénal lui-même, soient les instances judiciaires et correctionnelles.

96Les problèmes que rencontre la police proviennent donc de deux sources. On peut d’abord tenter d’en rechercher l’explication du côté de l’ensemble des rapports entre la police et la communauté. Cette voie, qui paraît naturelle, n’est cependant pas la seule possible. On peut aussi se demander si certaines difficultés fondamentales ne seraient pas engendrées par un mauvais fonctionnement des autres composantes du système pénal. Cette piste est également prometteuse.

97Dans un article publié dans le périodique à grand tirage Newsweek, Meg Greenfield a fait état de recherches selon lesquelles l’engorgement des tribunaux était tel que l’on pouvait parler d’un véritable effondrement du système judiciaire américain (Greenfield, 1989). Au cours de recherches effectuées en 1989 dans la ville canadienne de Victoria (250 000 habitants), nous avons appris que tous les patrouilleurs qui devaient assurer la relève de l’après-midi étaient, sauf un, retenus au palais de justice, où ils devaient témoigner dans des causes qui avaient fait l’objet de multiples ajournements. Cette situation était loin d’être inhabituelle.

98D’une autre façon, il est indéniable que les problèmes extrêmement graves de surpeuplement des prisons ont des retombées sur la perception qu’ont les policiers de l’efficacité de leur action. Les sentences d’incarcération n’étant souvent pas exécutées, les policiers retrouvent dans la communauté des contrevenants qu’ils s’étaient efforcés de faire condamner à l’emprisonnement.

99Nous ne trancherons pas la question de savoir si la police a tort d’être en proie à une certaine démoralisation lorsqu’elle fait les frais de l’encombrement des tribunaux ou lorsqu’elle constate que les peines d’enfermement ne sont pas appliquées, faute d’espace dans les prisons. Il nous importe toutefois de souligner que l’on pourrait découvrir un certain nombre de facteurs qui expliqueraient les difficultés actuelles si l’on cherchait dans la direction des rapports entre la police et les autres composantes du système pénal.

100Or, le modèle de la police de communauté représente de façon exemplaire le choix de rechercher la source des problèmes du contrôle social essentiellement dans la direction des relations entre la police et l’extérieur du système pénal. Les problèmes que nous avons brièvement mentionnés dans le paragraphe précédent ne sont, à toutes fins utiles, pas abordés dans le cadre de ce modèle. L’une des conséquences possibles de cette lacune pourrait être la création d’un déséquilibre profond dans la coordination entre les appareils policiers et les autres agences et organismes avec lesquels ils doivent se concerter. Le branchement solide de la police sur la communauté aurait pour contrepartie la faiblesse de ses liens avec les autres composantes du système pénal. Nous ne savons pas encore si cette asymétrie est de nature à nuire de façon considérable au succès de l’action policière.

Le durcissement de l’alternative stratégique

101Dans le prolongement de notre compte rendu des critiques adressées au modèle de la police de communauté, nous nous sommes demandé s’il existait actuellement un modèle alternatif. Notre réponse est qu’il n’existe pas à proprement parler de modèle concurrent pleinement développé, mais plutôt une voie alternative, caractérisée par une orientation générale et un ensemble de tactiques. Cette voie alternative peut être vue comme un modèle latent, dont la dominante est l’action agressive.

102Le contraste entre le modèle communautaire et le modèle d’attaque est saisissant. Dans le premier cas, la dimension coercitive de l’action policière est atténuée au profit d’un rapprochement avec la communauté, dont le but est de recruter des partenaires pour résoudre des problèmes en recourant aux moyens idoines. Dans le second cas, le recours à la force s’effectue de manière proactive et la distinction entre l’action policière et l’opération militaire s’estompe progressivement.

103La distance qui sépare les deux branches du dilemme policier par rapport au choix d’une stratégie d’intervention pour les prochaines années, nous semble s’être considérablement agrandie depuis les premières distinctions entre divers styles d’opérations établies par Wilson, dans un ouvrage qui est resté classique, Varieties in Police Behavior (1968). Wilson faisait la distinction entre trois styles, selon qu’ils donnaient la priorité au maintien de l’ordre, à la lutte contre la criminalité ou à la volonté de pourvoir divers services à la communauté. La plupart des forces policières pratiquaient à divers degrés ces trois styles, qui n’étaient pas mutuellement incompatibles.

104Il semble que dans la conjoncture actuelle, la police soit confrontée au choix entre un style social et un style militarisé d’intervention. Tout semble nous indiquer que ces deux styles ne sont pas compatibles et que d’être acculé à un tel dilemme stratégique ne représente pas pour la police un développement favorable de la conjoncture au sein de laquelle elle opère.

La police des sentiments collectifs

105On a fait grand cas dans le passé de la différence entre la police des comportements et la police des opinions, cette dernière étant perçue comme une menace pour les institutions démocratiques.

106Il nous semble maintenant clair que les pouvoirs publics attribuent à l’effort de réduire le sentiment d’insécurité qui prévaut dans certaines agglomérations urbaines une priorité égale à celle de s’attaquer aux problèmes de criminalité eux-mêmes. Comme nous l’avons déjà souligné, il est d’abord loin d’être sûr que ces deux entreprises coïncident de façon significative et qu’elles puissent être menées de concert en usant des mêmes moyens. Il nous semble en outre qu’il faudrait se livrer à une réflexion approfondie sur les fins de la police, dès qu’on envisage que la cible de ses opérations puisse déborder de la sphère du comportement extérieur des membres d’une société et résider dans leurs perceptions et leurs opinions.

À la recherche d’une nouvelle métaphore

107Nous avons déjà vu que la métaphore qui présentait l’image la plus répandue de la police américaine — cette mince ligne bleue qui est le rempart social contre le crime — était en train de tomber en désuétude. Les métaphores, croyons-nous, jouent un rôle important dans la constitution d’une identité collective.

108C’est pourquoi l’effondrement progressif du champ de la métaphore policière traditionnelle est préoccupant. Il est d’abord l’indice d’une certaine crise d’identité. De façon plus profonde, cependant, le modèle de la police de communauté est en partie fondé sur la notion de polyvalence des tâches, des modes d’intervention et de la stratégie policière. Un tel type de modèle est peut-être, dans un premier temps, plus susceptible d’accroître la crise d’identité éprouvée par la police nord-américaine que de la résoudre. Il faudrait à l’avenir tenter de rassembler les éléments épars contenus dans le nouveau modèle et examiner dans quelle mesure ils pourraient être fusionnés pour constituer une identité renouvelée. Il serait regrettable qu’on ne trouve rien d’autre, pour remplacer la mince ligne bleue, qu’une incertaine zone grise.

Tableau 4. La réinvention de la proximité — synthèse

Tableau 4. La réinvention de la proximité — synthèse

Notes

1 Le terme est ici employé dans le sens anglais de pouvoir discrétionnaire. Certains auteurs français lui préfèrent le terme de discrétionnarité.

Table des illustrations

Titre Tableau 4. La réinvention de la proximité — synthèse
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search