Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

Le mouvement littéraire dans les Cantons de l’Est

Texte intégral

L’article de Dantin, dans un numéro-souvenir à l’occasion du vingtième anniversaire de publication de La Tribune, est précédé d’un avant-propos d’Alfred DesRochers, signé « La Tribune » : « Nous n’avons pas à faire l’éloge de M. Louis Dantin. Tous ceux qui s’occupent des lettres canadiennes connaissent ses pénétrantes critiques sur les écrivains du Québec. Ces études d’abord publiées dans divers journaux et périodiques ont été réunies en volumes : “Poètes de l’Amérique Française”, paru il y a quelques années, et “Prosateurs de l’Amérique Française”, à paraître prochainement. En plus d’être un subtil analyste, M. Dantin est un écrivain créateur d’envergure, et chacun attend impatiemment sa “Vie en Rêve” que doit lancer prochainement la Librairie d’Action Canadienne Française, de Montréal. M. Louis Dantin apporte à l’étude des écrivains du Canada Français une sympathique compréhension qu’éclairé une profonde connaissance des modes littéraires. Et bien qu’il vive à l’étranger, il est plus au courant — on s’en rendra compte à la lecture du mouvement littéraire dans les cantons de l’est — de tout ce qui se passe dans le monde intellectuel du Québec que la plupart de nos compatriotes. Aussi, c’est avec un légitime orgueil que nous nous honorons de le compter parmi les collaborateurs de notre journal. »

Dantin écrit à DesRochers, le 5 janvier 1931 : « Je tombe juste sur la note que vous avez préfacée à la brochure du Mouvement Littéraire, et où vous signalez le fait que, vivant hors du Canada, j’en sais long sur les plus menus filons de la littérature nationale. Elle est bien bonne, celle-là !... Vous auriez pu ajouter que des armées de délégués dans tous les recoins littéraires me tiennent journellement au courant de ce qui se passe !.,. Heureusement que les deux plus intéressés ici savent à quoi s’en tenir. Je n’ai pas été, dans la circonstance, doctus cum libro, mais doctus cum saxo !... C’est bien gentil à vous, en tout cas, quoique légèrement ironique, de parer ainsi ma réputation de fleurs imméritées. »

***

  • 1 Fondée en Provence en 1854 par sept poètes, dont Frédéric Mistral, cette école littéraire se propos (...)

1C’est un signe de vitalité pour nos lettres qu’elles se décentralisent, et qu’elles commencent à avoir des « provinces ». Il fut un temps où l’auteur canadien, trop isolé pour se réclamer d’un groupe, trop attaché à des notations générales pour révéler [5] ses traits locaux, semblait n’appartenir qu’à la grande patrie. Il semble maintenant que l’effort littéraire se développe en des champs multiples, qu’il ait des centres circonscrits d’activité et d’efflorescence. Ce mouvement nous annonce-t-il des écoles, tout au moins des tendances distinctes, marquées à des caractères [10] régionaux ? Nous donnera-t-il cette diversité que réalisent en France, en dehors de Paris, le provincialisme ou le félibrige1 ? Il est trop tôt pour le savoir. C’est le fait, pour l’instant, de quelques esprits vigoureux qui attirent autour d’eux des compagnons ou des disciples, ou de quelques amis des lettres canadiennes qui se [15] font une mission, dans leur sphère d’influence, de les exciter et de les aider.

2L’histoire de la Tribune, dans ces vingt années qu’elle achève, n’est, en fait, autre chose que l’évolution d’un de ces groupes, que la formation poursuivie avec une énergie sagace, d’un foyer [20] intellectuel, d’un centre d’art et de pensée dans les Cantons de l’Est. Elle marque une part de la conquête, ou de la reconquête, qu’ont accomplie pendant ce temps, dans cette splendide région, la nationalité et la langue françaises ; mais elle lui imprime un cachet d’idéal élevé et d’achèvement remarquable. À ce point de vue, la Tribune est plus qu’un journal : c’est un point d’attraction [25] et de cohésion pour les talents les plus divers, lesquels, bien au-delà des buts restreints du journalisme, poursuivent l’expression de l’idée, l’art littéraire sous toutes ses formes, même la plus difficile de toutes, celle qui réclame le plus de « vocation » et d’absorption : la poésie. Comment la gazette politique, la [30] machine moderne à nouvelles, a ainsi débordé son cadre, fait de Sherbrooke un nid d’écrivains, de poètes, n’est pas aussi mystérieux qu’il semble. Il se trouve qu’à sa tête préside un de ces hommes qui ont fait de leur vie un acte de service continu à la cause nationale ; — qui savent que notre race vivra dans la [35] mesure où elle s’exprimera elle-même ; — qui ne comptent pas les sacrifices pour encourager autour d’eux les travaux et les travailleurs de l’esprit : — un de ces « patrons » des bonnes lettres comme en voyaient les siècles passés, auprès desquels le talent novice, l’ambition entravée par les soucis matériels, le mérite [40] écrasé par l’indifférence ambiante, étaient sûrs de trouver un solide appui. M. Florian Fortin, sa personnalité, ses actes, expliquent pour une bonne part le bouillonnement cérébral du pays sherbrookois ; on doit au moins le chuchoter, puisqu’il ne veut pas qu’on le dise ! [45]

3Il fallait sans doute à cette œuvre des éléments premiers. Par bonheur, la plaine de l’Orford en contenait en abondance, et ils ont jailli des filons à un simple appel. Comme résultat, la Tribune elle-même est un des journaux les mieux rédigés de notre province, les mieux informés sur les questions présentes, les plus [50] sainement imprégnés d’un libéralisme de bon aloi. Louis-Philippe Robidoux, son rédacteur-en-chef, sait mettre en ses articles de l’érudition, du raisonnement, de la verve. L’histoire, la statistique, les problèmes politiques et sociaux, lui sont [55] également familiers ; il démontre à les exposer une compréhension large et un jugement affermi. Sa prose est la vraie prose, solide et forte, du journaliste. Et voyez de suite un des traits de cette famille de la Tribune : M. Robidoux est poète ; il a publié un recueil de strophes, Toute la gamme, que je regrette fort de n’avoir [60] pu lire.

4M. Aurèle Goyer, chef d’information au journal, a pour mission la chasse à la nouvelle ; mais cette tâche ne mesure pas sa culture étendue et la variété de ses aptitudes. C’est un modeste qui n’écrit guère pour le public ; mais sa conversation, à défaut [65] de sa plume, révèle l’homme de lettres affiné. Il évolue dans les idées aussi aisément que dans les faits ; il emploie d’instinct le mot juste, le mot-image ; et quelle richesse de souvenirs il a toujours prête à s’épancher ! S’il les écrit jamais, que de psychologie et de vie il saura y mettre !

5[70] M. Myriel Gendreau, qui l’assiste, applique une curiosité chercheuse à une variété d’études et d’intérêts. Dans une conversation récente que j’eus, par fortune, avec lui, et qui toucha incidemment à la Russie soviétique, j’ai été stupéfait (comme d’une chose si rare) de voir qu’il ne puisait pas ses données [75] uniquement dans des contes vagues, dans des plaintes rageuses d’émigrés ou des conférences de grands-ducs : qu’il les prenait dans des rapports officiels, dans des revues économiques et auprès d’observateurs libres n’ayant aucune cause à prêcher. C’était le langage d’un esprit sobre, attentif aux faits et aux causes, [80] non d’un cerveau monté, aux idées faites d’avance et débagoulant dans le vide. Et M. Gendreau est poète aussi ! Il a à son actif un volume de rimes, La Belle au bois chantant, marquées de riches qualités, et qui nous font espérer une suite.

  • 2 Tout au cours de la rédaction de ce recueil, Dantin avait prodigué ses commentaires à l’auteur. Le (...)

6Le trait s’accentuera si vous désirez, par hasard, porter à la [85] Tribune une réclame pour quelque savon ou quelque invention domestique. Vous aurez à traiter avec un grand jeune homme, genre chef-de-publicité, malgré des mèches un peu rebelles, qui discutera votre annonce, en dessinera un tracé, en fixera les termes, et vous chargera, Dieu me pardonne, aussi cher que possible. Et ce type d’homme d’affaires ne sera autre qu’Alfred [90] DesRochers, l’esprit le plus bouillant, le plus imaginaire, le plus aventureux, le plus loin des réalités terrestres ; le rêveur fantaisiste, l’artiste sûr d’À l’ombre de l’Orford2 et de l’Offrande aux vierges folles ; — ayant déjà, à vingt-neuf ans, conquis sa place parmi l’élite de nos poètes ! Il vous avait caché, au verso de sa [95] feuille de chiffres, des vers qu’il y griffonne entre deux contrats ; de beaux vers chaleureux, sonores, d’une inspiration rare et d’un terroirisme nouveau : une ode claquante au vent du nord, ou le cri d’un porc égorgé qu’il aura su rendre tragique.

7Supposons que c’est une naissance, un bal, que vous voulez [100] « mettre dans le papier ». Vous serez accueilli par une toute menue demoiselle, plus qu’à demi enfouie dans les flancs d’un vaste bureau. L’air n’est pas commun, ma foi : la tête blonde et mutine cerclée d’un ébouriffement voulu ; avec un sourire gai qui pourrait être triste, un de ces fins sourires où il y a de tout. Elle [105] fait le « reportage social ». Elle prendra vos notes et vos dates, la liste des danseurs et les prénoms de la marraine. Avez-vous remarqué sa mine un peu distraite ? Tout le temps qu’elle vous écoutait, elle cherchait une rime à « caprice ». Et si vous fouilliez ses tiroirs, ce seraient des monceaux de chansons, disant tous les [110] modes de son âme, que vous y trouveriez pêle-mêle : des élégies avec des billets doux, des appels avec des regrets, des plaintes avec des triomphes : les vieux manuscrits de Roulades, de Comme l’oiseau, de Tout n’est pas dit, et les brouillons d’un prochain livre, Les Masques déchirés. Car c’est la très subtile et très pénétrante [115] poétesse, Jovette-Alice Bernier.

8S’étonne-t-on après cela qu’il règne à la Tribune une atmosphère d’idées, et que la marche d’une telle feuille soit déjà un mouvement littéraire ?

9[120] Et il y a d’autres journaux dans les Cantons de l’Est ; tous y poursuivent l’éducation de notre peuple, apportent leur appoint à la culture française, se montrent soucieux d’écriture correcte et de bonne tenue : — La Revue de Granby, que dirige Édouard Hains, jadis de la Tribune, un robuste conteur qui n’a encore livré [125] au public que quelques bribes de ses cartons ; la Parole, de Drummondville, dont la chroniqueuse attitrée, Mlle Françoise Gaudet, vient de réunir en un volume, Derrière la scène, des « billets du jour » aussi frais d’impression et d’observation que de style ; la Voix des Bois Francs, de Victoriaville, que rédige Camille [130] Duguay, avec la collaboration de Madame Duguay, auteur d’un recueil de chroniques ; l’Étoile de l’Est, de Coaticook, fondée en 1927 par Alfred DesRochers ; l’Écho de Frontenac, publié à Lac Mégantic. Saint-Hyacinthe, sans doute, dépasse la limite des Cantons, mais leur touche de très près ; et comment oublier [135] qu’Harry Bernard, éditeur du Courrier et écrivain d’un beau talent, a situé dans leur campagne l’action de plusieurs de ses romans, notamment La Ferme-des-pins, qui paraîtra bientôt ?

10Ainsi le journalisme, par lui-même facteur important dans l’éveil littéraire de l’Est, est devenu comme un noyau d’où [140] rayonnent de multiples activités.

11Le mouvement, toutefois, n’est pas restreint à cette influence. Il eut des précurseurs avant que la région possédât un journal, et de belles aptitudes se sont développées toutes seules. Il y a cinquante années qu’Adolphe Poisson, le premier barde des [145] Bois-Francs, publiait ses Chants canadiens, suivis depuis par Sous les pins, et par Les Heures perdues. Le chansonnier Rémi Tremblay, dont on n’apprécie plus assez les rimes alertes et piquantes, était né à Saint-Barnabé en 1847, et avait vécu quelque temps à Sherbrooke. Le plus penseur de nos poètes, Alphonse [150] Beauregard, était originaire de La Patrie. Et ces lieux sont restés, dirait-on, favorisés des muses. Arthabaska, qui nous avait donné Poisson, fut plus tard le berceau d’Alphonse Désilets, dont les Heures poétiques furent préfacées par le vieux barde ; qui depuis a rimé Mon Pays, mes amours, Dans la brise du terroir, et qui est président de la Société des Poètes. Et c’est à La Patrie qu’est née [155] et que réside Mlle Éva Senécal, l’auteur extrêmement vibrante d’Un peu d’angoisse, un peu de fièvre, et de La Course dans l’aurore ; poète toute d’élan et de flamme, dont l’inspiration forme avec celle de son « paroissien » Beauregard l’équateur et le pôle de la poésie. [160]

12Enfin à côté de ces noms connus, il convient de mentionner plusieurs jeunes qui ont en eux de riches promesses : Mlle Jeanne Grisé, de St-Césaire de Rouville, dont certaines strophes sont d’un sentiment exquis ; sa concitoyenne, Mlle Cécile Chabot, qui a remporté la médaille d’or au concours de la Société des Poètes [165] C.-F. en 1929 ; M. Denis Tremblay, de Sherbrooke, qui, à ses crayons de dessinateur, ajoute assez souvent une plume de poète philosophique ; Mlle Berthe Guertin, maintenant de Juliette, mais native des Cantons de l’Est, dont les vers joignent à un lyrisme chaleureux une touche tout à fait personnelle. [170]

  • 3 Jules Tremblay (1879-1927). Voir supra, p. 251-253.

13Le digne fils de Rémi Tremblay3, poète lui-même de haut envol, mais de plus excellent conteur, a senti la hantise de l’ancien « pays », et ses Trouées dans les novales, croquis de scènes et de mœurs sherbrookoises, sont une des œuvres les plus vivantes et les plus joyeuses que compte notre folklore terrien. [175]

  • 4 Voir supra, p. 442.

14Jules Tremblay nous amène aux représentants de la prose dans le groupe que nous décrivons. On trouve chez eux des romanciers, des dramatistes et des critiques. M. J.-H. Lemay, magistrat à Sherbrooke où il a vécu toute sa vie, est l’auteur distingué de deux pièces de théâtre, dont l’une au moins, [180] L’Espionne, fut jouée avec succès sur diverses scènes de la province. M. Arthur Bouchard, secrétaire-trésorier de la ville de Coaticook, a écrit les Chasseurs de noix, qu’ailleurs j’ai qualifié « l’un des meilleurs romans de chez nous qu’aient produits ces dernières années4 ». M. l’abbé Arsène Goyette, curé de Rock Forest, est de [185] même romancier, et on lui doit des œuvres nombreuses, pénétrées, comme c’est naturel, de leçons mystiques et morales : Sur le chemin de Damas, Sur le chemin de Rome, L’Unique Solution, L’Ineffaçable Souillure, La Robe nuptiale, etc. M. l’abbé Arthur [190] Sideleau, licencié es lettres de la Sorbonne et professeur de littérature française au Séminaire St-Charles, est l’auteur d’une plaquette sur La Poésie et travaille à cette heure à un ouvrage de critique littéraire traitant du « mouvement des jeunes ». Et c’est encore de la critique, sous la forme assez neuve d’« interviews avec [195] les ouvrages », que prépare Alfred DesRochers, dont la poésie, pas plus que la réclame, n’épuise l’ubiquité mentale.

15La littérature d’imagination vit ici à côté de la « littérature sérieuse ». Sans compter de nombreux et vigoureux orateurs sacrés et profanes, comment ne pas nommer la Société historique [200] des Cantons de l’Est, dont le président est un modeste et un érudit, le Dr john Hayes, de Richmond ? M. Hayes ajustement publié une intéressante série de souvenirs historiques dans la Tribune, l’hiver dernier. Les archives de la Société contiennent une documentation qu’il est impossible de trouver ailleurs sur la [205] région de l’Est, documentation qui s’enrichit d’année en année. L’un des membres, l’abbé Albert Gravel, y a déjà largement puisé pour écrire les monographies de diverses paroisses de l’Est : Sainte-Praxède de Brompton, Saint-Edmond de Coaticook, et de nombreuses études dans les journaux et revues du pays.

16[210] Il faudrait mentionner l’économie politique, dont l’un des premiers exposants au Canada, le principal peut-être, M. Léon Gérin, est de la région par l’attachement et l’esprit, si ses fonctions de traducteur en chef aux Communes le retiennent la plupart du temps loin de sa ferme de Coaticook. M. Léon Gérin est le fils de [215] Gérin-Lajoie, l’auteur de Jean Rivard, et fait partie de la Société Royale depuis nombre d’années.

17Et, en passant, la scène de ce roman rustique, si elle n’est pas nommément désignée, se reconnaît distinctement en la campagne de Drummondville, faisant ainsi de l’œuvre un épisode du défrichement des Bois-Francs. [220]

18Il faudrait de même signaler M. Léonidas Bachand, de Sherbrooke, secrétaire de l’Union Musicale, dont le dévouement à la musique fait un peu oublier qu’il est un délicat écrivain et un apôtre inlassable de la culture française dans l’Est. Grâce à ses démarches, Sherbrooke aura cet hiver un cercle d’Alliance [225] Française.

19Cette liste est sans doute incomplète, mais suffit à former, telle quelle, un registre imposant, et ne laisse aucun doute sur la floraison littéraire qu’alimenté le sol des Cantons. Elle prouve que, chez nos compatriotes de l’Est, l’esprit marche avec la [230] matière ; qu’aucun progrès ne leur suffit qui n’entraîne pas le développement intellectuel, qui n’a pas sa part d’idéal.

20Quand on songe qu’une minime partie de ce territoire fut d’abord habitée par la race canadienne-française ; qu’il y a cinquante ans Sherbrooke et sa contrée étaient pour les trois [235] quarts aux mains de nos compatriotes anglais ; qu’il y fut question pour les nôtres de conserver leur langue avant de songer à l’écrire, ce résultat a de quoi surprendre et surtout donner foi en l’avenir.

21On est fier de le constater à l’heure où la Tribune, par son [240] vingtième anniversaire, lui donne comme un couronnement, et rappelle l’incessant travail qu’elle s’est imposé pour l’établir.

Notes de fin

1 Fondée en Provence en 1854 par sept poètes, dont Frédéric Mistral, cette école littéraire se proposait de redonner à la langue d’oc et aux dialectes occitans la popularité qu’ils connurent au Moyen Âge.

2 Tout au cours de la rédaction de ce recueil, Dantin avait prodigué ses commentaires à l’auteur. Le 3 février 1929, après en avoir lu certaines pièces, il écrit à DesRochers : « Si votre prochain volume nous donne beaucoup de ce lyrisme, vous aurez grimpé très haut dans notre pâmasse. Vous y serez tout à côté de Nérée Beauchemin, quelle que soit la divergence d’inspiration ou de métier qui vous sépare ; car le charme de Beauchemin vient aussi de ce qu’il met des idées sous des symboles. Seulement ses idées sont traditionnelles et timides : vous voulez les vôtres hardies et “brutales”. » Le 15 août, il lui dit son impatience de lire ce « volume de vers champêtres conçus dans cet esprit réaliste qui en fera sûrement une nouveauté [...]. Je persiste à croire que les formes parnassiennes se prêtent peu en elles-mêmes à ces peintures frustes et simples (en fait je ne vois pas qu’aucun parnassien les ait tentées) mais ce n’est pas une raison pour que vous ne réussissiez pas à nous donner en vers raffinés la sensation de choses brutales et en rythmes savants. »

3 Jules Tremblay (1879-1927). Voir supra, p. 251-253.

4 Voir supra, p. 442.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540