Version classiqueVersion mobile

La radio à l’ère de la convergence

 | 
Robert Rabinovitch
, 
Sylvain Lafrance
, 
Dominique Wolton
, 
et al.

Pour une intégrité écologique de la radio publique

Pierre C. Bélanger

Texte intégral

1Si l’on en juge par les quelque 200 participants qui ont assisté au colloque, il ne fait aucun doute que la lente mais constante métamorphose qu’opèrent les développements technologiques sur le mode de fonctionnement de la radio, en préoccupe plusieurs. Comme si nous nous sentions tous responsables du devenir de ce dernier média de masse dont l’accès est demeuré, pour l’essentiel, gratuit. À titre de comparaison, la fulgurante progression de la câblodistribution au sein des foyers canadiens ces trente dernières années, fait en sorte qu’aujourd’hui plus de 80 % des foyers au pays acceptent de débourser chaque mois une trentaine de dollars pour regarder ce qui était à l’origine un média de masse sans frais directs. L’explosion de la variété de l’offre a inéluctablement entraîné des modèles de distribution et de consommation adaptés à la popularité des marchés spécialisés. Les grands auditoires traditionnels de jadis se retrouvent dorénavant fragmentés en niches ou communautés d’intérêts, selon les termes utilisés par les socio-communicologues.

2Ce phénomène de morcellement et d’atomisation des auditoires n’est pas sans entraîner de profonds bouleversements sur la psyché même de l’usager. D’une part, sur ses attentes, mais, plus signifiant encore, sur ses modes d’utilisation des médias et des appareils d’information et de communication. Selon les observations des tendances dominantes du jour, on conviendra de reconnaître l’érosion des médias dits passifs au profit des comportements médiatiques nettement plus engagés, plus sélectifs, plus dynamiques. Plutôt que de parler d’interactivité – qui m’apparaît être un terme profondément galvaudé et inapproprié pour désigner la nature des rapports entre les usagers et les médias qu’ils utilisent – je préfère parler d’hyper-sélectivité. Cette dernière notion permet de mieux rendre compte des limites quant au nombre des parcours possibles que nous offrent la grande majorité des médias auxquels nous avons aujourd’hui accès.

3Il est ironique de noter qu’il y a quelques années à peine, dans un grand nombre de sociétés modernes, l’un des problèmes les plus marquants concernait l’accès à l’information. On la disait tantôt protégée par les pouvoirs publics, tantôt camouflée par les intérêts privés. Qu’avons-nous aujourd’hui ? Son antithèse. Un magma d’informations à partir duquel nous sommes laissés à nous-mêmes pour distinguer le véridique de la supercherie ; pour réussir à faire un tri cohérent parmi la multitude des points de vue ; pour extirper le sens fondamental et ainsi développer un esprit citoyen qui soit en harmonie avec les intérêts de la collectivité. Défi complexe auquel la radio publique a le mandat de contribuer en fournissant des éléments de solution.

l’environnement multimédia

4Il serait inopportun de parler de radio, et de radio publique plus spécifiquement, sans prendre en considération les profondes mutations qui s’opèrent dans le paysage médiatique. La radio est un média organique qui évolue au rythme de son environnement et qui tend à maintenir avec celui-ci une relation symbiotique. L’ébriété technologique à laquelle nous assistons ces dernières années a donné lieu à certains néologismes qui témoignent de la force avec laquelle le concept d’« environnements médiatiques personnalisés » est en train de prendre racine au sein du discours populaire. C’est ainsi qu’au sujet des nouvelles technologies d’information et de communication (ntic), on fera référence à leur potentiel de démassification, de décentralisation, de dénationalisation, de déspacialisation, de désagrégation, de désintermédiation, etc. Autant de références à des dimensions largement individualisantes qui contribuent très peu à l’édification d’une société axée sur le bien commun.

5Dans un tel contexte, la fonction de mentorat de la radio publique devient davantage influente en ce qu’elle offre aux citoyens des séries de points de repères. Elle agit à titre d’intermédiaire entre le citoyen et l’ensemble des activités qui se déroulent autour de lui. En ce sens, nous faisons écho à l’appel du professeur Wolton qui, dans son ouvrage Internet et après, insiste sur l’importance de « réintroduire des intermédiaires pour vérifier la fourniture et l’utilisation de l’information, car les capacités techniques sont telles que des millions d’informations peuvent être fournies et demandées sans aucun contrôle ». À Radio-Canada, cette conception est omniprésente dans le traitement que nous faisons de l’actualité. La radio publique se perçoit davantage comme un phare, un endroit vers lequel se dirigent les auditeurs pour gérer le trafic d’informations, pour pouvoir situer en contexte les éléments de l’actualité, pour en comprendre la signification, la portée et les incidences. Il y a là un accomplissement de fonction qui excède largement la simple diffusion d’informations. Ultimement, la contribution de la radio publique devra se mesurer en termes d’efficacité à générer chez ses auditeurs des savoirs et des connaissances qui permettent une participation éclairée aux activités d’une société moderne.

6Revenons quelques instants sur la représentation de la radio comme média organique. Il est clair que, dans le tourbillon actuel, qu’alimentent sans cesse les innovations technologiques, la radio offre une matière qui est grandement favorisée par la nature des réseaux numériques de communication. Contenus légers, peu coûteux à produire, « napsterisation » des musiques, multiplication des jukebox musicaux, émergence des radios-à-la-carte, autant de manifestations récentes qui témoignent de l’apparition d’une radio significativement distincte de la radio hertzienne traditionnelle. Cette différence tient au fait que le flux naturel dont sont composées les émissions, leur trame narrative déclinée en mode continu, est soudainement transformé en stocks, en particules décomposables et donc reconstructibles à partir des préférences individuelles non plus des auditeurs mais bien des usagers. Cette granulation des contenus, caractéristique emblématique de la grammaire Internet, projette la radio dans un mode d’utilisation qui est foncièrement anachronique par rapport à la tradition de récit, de bavardage, d’intimité et de camaraderie dans laquelle elle a prospéré. Sorte d’antithèse mécanique et dénaturée à la radio de « paroles » à laquelle nous a habitués le service public. Il en découle une triade comportementale caractérisée, pour l’essentiel, par des habitudes de consommation où l’usager est, désormais, en mesure de tirer profit des technologies pour se confectionner des palettes d’écoute qui sont à la fois mobiles, personnalisées et asynchrones.

7Cette évolution technique à laquelle Internet convie subrepticement la radio traditionnelle participera-t-elle à la parcellarisation de l’écoute, cette activité en opposition directe avec ce que Sylvain Lafrance considère comme la force même de ce média, à savoir l’agora communautaire, ce grand lieu de rassemblement où sont discutées les grandes questions de l’heure ? Je crois que poser le débat en ces termes, c’est nier les nouvelles possibilités qui s’ouvrent à la radio. Moderniser ne veut pas dire dénaturer. Ce n’est pas parce que la programmation radio, ou une partie de celle-ci, se retrouve aujourd’hui sur Internet ou sur d’autres plateformes numériques, que disparaît du coup tout ce qui constituait hier l’essence de la radio dans sa forme traditionnelle. Mis à part l’élémentaire diffusion en continu des chaînes radio traditionnelles, Internet constitue une occasion exceptionnelle d’explorer de nouveaux formats, de nouvelles façons de créer, d’interconnecter les auditeurs entre eux, avec l’animateur ou des éléments de contenus d’une émission. De redonner vie aux documents d’archives. De ressusciter la mémoire d’un peuple en lui faisant entendre les tonalités des époques de sa récente histoire. Tout cela ne se fait pas au détriment de la radio mais bien en complément de celle-ci. Plutôt que de s’y substituer, les nouvelles technologies proposent des dimensions complémentaires à la radio. McLuhan ne disait-il pas que le contenu d’un nouveau média est souvent celui du média qui le précédait ?

8Il ne fait pas de doute que la radio ne peut se permettre le luxe de faire la sourde oreille aux avancées technologiques. Même si la puissance de l’intimité que parvient à entretenir la radio avec ses habitués n’est pas en cause, il n’en demeure pas moins que la prolifération des ntic est susceptible non seulement de faciliter mais également d’accroître le nombre de requêtes pour des contenus « à la carte ». En ce sens, il apparaît prudent d’éviter de simplement transposer sur Internet la version « copiée/collée » des contenus diffusés. Internet doit être conçu comme une activité complémentaire où l’usager découvre du matériel qui, loin de se substituer à l’écoute de la radio, met en valeur la richesse de la matière mise en ondes par l’apport d’éléments afférents qui en favorisent l’approfondissement.

9Quiconque a l’habitude de naviguer sur Internet aura tôt fait de constater à quel point une même information est répétée sur un nombre parfois excessif de sites. Une situation où règne, littéralement, une abondance des redondances. Tandis que les nouveaux outils de communication et d’information nous ouvrent la voie à tout ce qui est numérisé et numérisable, trop peu s’attardent à remplir une fonction de vérification de ces informations, une fonction qui serait soumise à une rigoureuse éthique journalistique, indépendante des impératifs du marché et qui se ferait l’écho de la diversité et du pluralisme des différentes composantes de la société. Sur ce plan, et surtout dans un contexte d’explosion des sources d’information, le radiodiffuseur public a un rôle crucial. Il se doit de trouver les meilleurs moyens à sa disposition pour transformer en connaissance l’information. L’adjonction d’Internet à la mission fondamentale de la radio publique possède un puissant potentiel dont nous commençons à peine à comprendre la portée.

L’espace public

10Comme l’indique Lofti Maherzi dans Le pouvoir de la culture, il incombe au service public « d’offrir des repères essentiels en apportant plus de clarté et de sens dans les informations, plus d’analyse et de pédagogie dans les grandes mutations du siècle et plus de normes et d’éthique dans la production journalistique ». Un tel plaidoyer convie la radio publique à maintenir son rôle d’infomédiaire, à faire ressortir le spectre des activités politiques, économiques, sociales, artistiques, sportives, qui définissent une société à chaque pulsation de son évolution. Alors que le discours techniciste actuel est fortement empreint d’une incessante fascination à l’endroit du « last mile », ce dernier tronçon qui relie les super-réseaux de distribution aux foyers et/ou aux appareils nomades, l’obsession du radiodiffuseur public devrait être axée sur le « dernier millimètre », cet imperceptible écart qui le sépare de l’imaginaire et de l’âme des citoyens. Et si le renforcement de la conscience politique et de la solidarité sociale doit au passage emprunter les sentiers des nouvelles technologies, qu’à cela ne tienne, la pertinence de la radiodiffusion n’en sera alors qu’accrue.

11Au moment où s’érigent de puissants consortiums plurimédiatiques dans l’ensemble des pays industrialisés, il importe de se questionner sur les motivations qui président à la formation de ces hypermarchés de l’information. Comme avec les magasins à grande surface, ces nouveaux empires de l’information se proposent de devenir l’intermédiaire unique de l’usager. Ainsi à partir d’une même entité intégrée mais mise en marché sous une kyrielle de marques de commerce, on trouvera aussi bien des contenus d’information que de divertissement, des passerelles pour effectuer des achats et des transactions, bref un état permanent d’interconnectivité où la marchandisation des pratiques d’information et de loisirs devient l’un des objectifs prioritaires. Dans un contexte de forte concurrence, la quête et le renouvellement constants des contenus deviennent ainsi des impératifs sur lesquels reposent non seulement la crédibilité des entreprises aux yeux des consommateurs, mais, plus encore, leur chance de réussite. Devant ces incessants mouvements de concentration, du déploiement planétaire de la culture de la conquête des marchés, les milliards de dollars consacrés à étoffer les portfolios ainsi que la puissance des promotions croisées qui en découlent, comment la radio publique peut-elle espérer conserver une logique d’action qui privilégie le mieux-être collectif ? Plus encore, comment cette même logique s’opérationnalise-telle dans l’univers des nouveaux médias à un moment où plus de 5000 Web-radios propulsent le concept de concurrence à des niveaux inimaginables il y a à peine quelques années ?

12Comme l’industrie de la radio n’est pas une science exacte, on ne trouvera malheureusement pas de réponse universelle à ce type d’interrogations. En revanche, devant la diversité des options qui s’offrent aux gestionnaires de la radio publique, et tout particulièrement à ses manifestations sur les nouvelles plateformes numériques, tel Internet, la mission fondamentale de la radio publique aura tôt fait de rétrécir le champ des possibles. Nous en appellerons ici à la notion de « bien commun » chère à Ricardo Petrella ou encore à son corollaire immédiat, celle de l’« intérêt commun ». En dépit du fait que l’expression servicepublic soulève aujourd’hui davantage la polémique qu’elle ne fait consensus, il n’en demeure pas moins que ses principes fondateurs sont très peu contestés. Pour la plupart des observateurs de ce milieu, le service public est d’abord et avant tout mû par des intérêts affranchis des considérations économiques. Il est par ailleurs mandaté pour promouvoir aussi bien les identités régionales qu’une conscience nationale, cultivant les grands principes démocratiques, les valeurs morales dominantes, les arts, la culture, etc. À la radio publique canadienne, la constitution d’un imposant réseau de stations régionales permet d’accomplir ce que peu d’entreprises de communication osent risquer : mettre en place quelque vingt stations régionales de radio, implantées dans chacune des principales communautés francophones du pays, et orchestrer leur interaction. Il ne s’agit pas simplement d’ériger ici et là des stations ré-émettrices pour se hisser au rang des systèmes nationaux. Il faut trouver le juste dosage qui permettra une fluidité maximale entre de multiples axes de communication dont a) le centre aux régions, b) les régions au centre, c) les régions à elles-mêmes, d) les régions entre elles et, finalement, e) tout cet ensemble vers les autres partenaires de la francophonie internationale. De plus, il faut s’assurer que chacune des composantes de ce système partage une idéologie commune : favoriser une ouverture pluraliste aux préoccupations et sensibilités les plus diverses de la nation, sans partialité ou démagogie, dans un esprit d’éducation du citoyen.

13L’imposante fabrique de contenus que constitue la radio publique canadienne combinée à sa réputation, à sa crédibilité et à son image de marque font en sorte que sa récente incursion sur Internet et sur d’autres supports numériques accentue la convoitise de plusieurs intérêts privés qui y voient en même temps un partenaire d’affaires de premier plan. Imaginez un peu : deux réseaux de radio, deux réseaux de télévision, une participation dans des réseaux spécialisés de télévision, une forte présence sur Internet marquée de plus de 125 000 pages de contenus, une soixantaine d’années d’archives radio, des salles de nouvelles dans une vingtaine de régions du pays, sans compter les bureaux à l’étranger, une culture et une rigueur journalistiques de réputation internationale, on trouvera rarement pareil trésor. Précisément. D’où l’importance de faire preuve de la plus grande parcimonie avant de s’aventurer dans des associations avec le privé.

14Le dilemme que vit la radio publique quant à la forme que doit prendre sa présence sur Internet et les autres supports numériques émergents n’est pas un cas isolé. D’éloquents parallèles avec le système des parcs nationaux du Canada permettent d’apprécier à quel point ces deux institutions appartiennent à la même espèce. Conscient des divergences d’opinion quant au(x) modèle(s) à privilégier dans la gestion du patrimoine écologique du pays, le ministère du Patrimoine canadien a mis sur pied, à la fin 1998, une Commission d’étude sur l’intégrité écologique des parcs nationaux. Le dépôt du rapport en février 2000 constitue non seulement un brillant plaidoyer en faveur de la protection de ces territoires menacés mais surtout offre un argumentaire d’une rare pertinence dans le débat actuel entourant la radiodiffusion publique.

15Il serait toutefois maladroit, pour ne pas dire malhonnête, de considérer le système de radiodiffusion publique canadien comme un bloc monolithique. D’abord, la radio publique est souvent considérée comme le joyau du système canadien. Entièrement dégagée de publicités, elle offre une programmation nettement distincte de ce que l’on entend sur les chaînes privées. De son côté, la télévision semble être coincée dans une sorte de double contrainte identitaire. D’un côté, on lui demande, avec des allocations substantiellement réduites ces dix dernières années, de demeurer une télévision généraliste en vive concurrence avec les grands réseaux privés et la multitude des chaînes spécialisées. De l’autre, on s’attend à ce qu’elle s’inscrive dans la tradition des télévisions publiques avec tout le bagage éducatif et citoyen que cela comporte. Puis, il y a les nouveaux médias où tout reste à faire, comme un nouveau territoire à coloniser. Puisque nous retrouvons dans ce nouvel espace numérique les codes génétiques aussi bien de la radio que de la télévision, il apparaît doublement important de voir à y implanter un modus operandi qui optimise l’esprit du service public.

16À l’ère des fusions et de la concentration de la presse, il est plus essentiel que jamais de conserver un territoire médiatique qui soit de la filiation publique. En revanche, il est tout à fait légitime que les entreprises médiatiques privées choisissent de commercialiser leurs propriétés, que les contenus offerts sur leurs ondes ou sur leurs sites Web servent de canevas à des activités profitables.

17Toutefois, dans le respect de la démocratie et de l’intérêt public, il est tout aussi impératif de préserver l’intégrité de certains domaines que l’on associe au bien commun et de tout mettre en œuvre pour qu’ils résistent à l’infiltration des industriels. Si la sauvegarde des parcs nationaux réussit à mobiliser l’intérêt public pour l’appuyer dans ses revendications, la radio publique devrait s’en inspirer. La tenue d’événements tels que le colloque d’aujourd’hui est un pas en ce sens et devrait servir de tremplin annuel à une série d’activités vouées à sensibiliser le grand public aux mérites de la radiodiffusion publique.

18Il n’est pas question ici de basculer dans une orthodoxie aseptisée à l’égard de la radiodiffusion publique et de systématiquement balayer du revers de la main toute proposition d’affaires venant d’un partenaire du privé. On risquerait ainsi de rater des occasions d’accroître l’accessibilité de certains éléments de programmation au plus grand nombre d’usagers. La question revient à savoir jusqu’où on peut aller sans remettre en cause l’intégrité écologique propre au service public. À mon avis, des partenariats qui favorisent le rayonnement de la « matière » radio publique sont à prendre en considération, puisqu’ils proposent d’agrandir la zone d’influence des contenus qui, autrement, seraient confinés aux seules propriétés radiophoniques, télévisuelles ou nouveaux médias de Radio-Canada. Il en va tout autrement pour les propositions qui s’appuient sur une mise en commun des ressources, sur une intégration des compétences ou encore sur une production conjointe. Cette réticence tient au fait qu’il y a risque de confondre des objectifs qui à la base sont éminemment différents et reposent sur des représentations de l’auditoire difficilement conciliables, à savoir le « consommateur » du côté des partenaires privés et le « citoyen » du côté du service public. Un produit chez l’un, un service chez l’autre. Une incompatibilité génétique dans la mission de départ. Une union qui se verrait aujourd’hui justifiée par l’effet combiné du phénomène des fusions propres au déploiement de la nouvelle économie ainsi que de celui des contre-offensives engagées pour parer aux stratégies expansionnistes de la concurrence. Deux phénomènes qui, bien qu’économiquement recevables, n’ont que très peu à voir avec la vocation première du service de radiodiffusion publique.

19Dans un tel contexte, il importe d’évaluer minutieusement ce que la radio publique et ses vitrines nouveaux médias ont à gagner des nombreuses sollicitations dont ils sont l’objet de la part des intérêts privés. Des partenariats de visibilité ou encore d’appui à de grandes manifestations culturelles ne discréditent en rien les valeurs fondamentales sur lesquelles repose la radiodiffusion publique. Bien au contraire. Le problème se pose différemment lorsque la participation de l’image de marque de la radio publique contribue à cautionner et donc à faire profiter financièrement le partenaire privé et, par effet de cascade, ses actionnaires. Il y a là, à mon avis, un pas que la radio publique avec ses applications nouveaux médias devrait se garder de franchir.

20Dernier bastion de l’espace public, la radio devra s’activer non pas à négocier sa présence au sein du paysage médiatique canadien mais bien à la protéger. Car en définitive, la survie de la radio publique au sein du nouvel éco-système multimédia est peut-être plus fragile qu’on ne le croit. L’intégrité écologique du paysage radiophonique, voilà un legs des plus nobles à laisser aux prochaines générations d’auditeurs.

Auteur

Conseiller au développement des Nouveaux Médias à Radio-Canada et professeur agrégé au Département de communications de l’Université d’Ottawa

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search