Version classiqueVersion mobile

La radio à l’ère de la convergence

 | 
Robert Rabinovitch
, 
Sylvain Lafrance
, 
Dominique Wolton
, 
et al.

L’Internet... et avant ?

Michel Filion

Texte intégral

1Outil d’accompagnement quotidien de premier ordre, la radio mérite notre attention. Il est donc tout à l’honneur de Radio-Canada d’avoir organisé le colloque « Réflexions sur la radio à l’ère de la convergence » qui avait pour but d’esquisser le futur. Dans l’univers technologique qui est celui du nouveau siècle, quels sont les projets pour la radio ?

2La prospective est un art délicat : « Il ne faut jamais faire de projets, surtout en ce qui concerne l’avenir », disait l’inimitable Alphonse Allais (cité dans Michel Saint-Germain, L’avenir n’est plus ce qu’il était : une brève histoire du futur, Québec/Amérique, 1993). En dépit de l’incertitude d’un tel exercice, il est néanmoins légitime de s’interroger. Non pas que l’histoire se répète inlassablement, mais plutôt parce que les sociétés portent en elles un patrimoine politique, économique, social et culturel irréfutable, même en période de changement accéléré. En fait, l’histoire nous apprend qu’il faut souvent se méfier des discours dominants et que le déterminisme technologique a souvent été un paravent aux intérêts politiques et marchands. Ce qui ne signifie pas que la convergence soit une bonne ou une mauvaise chose en soi, mais que l’on doive porter sur elle un regard critique. Il ne s’agit pas de la première percée technologique, ni sans doute de la dernière, qui donne lieu à l’éventail complet des prévisions depuis les plus sombres jusqu’aux plus délirantes. Aussi est-il important de se souvenir des conditions dans lesquelles s’est développée la doyenne des médias de masse électroniques. L’Internet... et avant ? devons-nous nous demander en faisant un clin d’œil à l’ouvrage de Dominique Wolton (L’internet et après, Flammarion, 1999). À quoi la radio a-t-elle servi ? La réponse à cette question nous permettra peut-être de comprendre à quoi elle servira à l’avenir en dépit de la profonde mutation des supports techniques qui s’annonce.

3Dans un pays marqué depuis longtemps par les tensions entre les communautés francophone et anglophone, par la lutte de pouvoir que se livrent les paliers gouvernementaux, et, enfin, par l’influence qu’exerce notre puissant voisin du sud, le contrôle des médias de masse électroniques devint rapidement un enjeu. Le début du XXe siècle constitua au Canada une période de transition dans le cadre d’une industrialisation amorcée tardivement dont la mise en place des conditions internes (ressources, énergie, main-d’œuvre) et externes (capital, technologie, marché) échappait aux Canadiens, ce qui suscita la crainte de l’impérialisme américain sur le plan économique, mais aussi culturel. En réaction, l’État canadien commença à élargir ses champs d’activité et mit de l’avant un projet centralisateur : la création d’une identité canadienne au moyen du contrôle des fréquences et en définitive des contenus. Le foisonnement des stations privées au cours des années 20 amena le gouvernement fédéral à développer son intervention ; mais celui-ci restait tiraillé entre le modèle britannique fondé sur la propriété publique et le modèle américain de propriété privée. Cette opposition suscita la création de la Commission royale d’enquête sur la radiodiffusion (Commission Aird), première d’une longue série d’enquêtes publiques qui gravitèrent toutes autour du même thème de l’affirmation canadienne. Déposé en 1929, le rapport Aird prit d’emblée pour exemple le modèle britannique, car les recommandations qu’il contenait correspondaient à l’émergence d’un projet national (entendons fédéral) et le développement d’un discours directement appuyé sur la menace exogène : « The State or the United States », dira à cet égard Graham Spry, à qui on peut attribuer la paternité de la radiodiffusion publique au Canada.

4En 1932, le Parlement canadien adopta la Loi sur la radiodiffusion qui confiait à une société d’État, la Commission canadienne de la radiodiffusion, le double mandat d’établir un service national de propriété publique (gouvernementale à vrai dire) et de contrôler l’ensemble du système de radiodiffusion, les diffuseurs commerciaux (stations privées) étant provisoirement tolérés. Radio-Canada prit la relève lorsque la Loi fut refondue en 1936, s’efforçant notamment d’éveiller la conscience nationale en offrant aux Canadiens des émissions « de qualité » par opposition aux produits culturels américains relayés par les stations privées et jugés trop populaires. Au-delà de son enjeu politique, l’évolution de la radio fut aussi suscitée par les revendications d’une élite contre l’émergence radiophonique d’une culture de masse à l’américaine. Ce discours ne fut d’ailleurs pas unique ni spécifique à la radio, puisque, par la suite, il accompagna l’apparition de chacun des médias modernes y compris le cinéma.

5Malgré les espoirs placés en lui, le secteur public subit l’épreuve de la conjoncture marquée d’abord par la Grande Dépression et ensuite par la Seconde Guerre mondiale : les conditions économiques défavorables freinèrent son développement tandis que la hausse des salaires et le plein emploi pendant le conflit préparaient les Canadiens aux nouvelles habitudes de consommation qui allaient s’affirmer à la fin des hostilités. Le niveau de vie connut alors une amélioration considérable, illustrée notamment par l’engouement pour des produits tels que l’automobile, la radio, la musique, le cinéma et enfin la télévision, produits dont la plupart provenaient des États-Unis.

6La Loi sur la radiodiffusion prévoyait la nationalisation éventuelle de toutes les stations privées, donc le monopole de l’État. Mais, confronté au défi d’établir un service national dans les deux langues officielles, et sur deux modes de diffusion à partir des années 1950 (radio et télévision), le Canada ne put se priver de l’entreprise privée, des productions étrangères et de la réclame publicitaire. À l’aube de la refonte de la Loi en 1958, les stations commerciales jouissaient d’un poids économique supérieur au secteur public malgré les contraintes que leur imposait celle-ci, l’interdiction de se constituer en réseaux privés étant amèrement ressentie.

7La Loi canadienne sur la radiodiffusion de 1958 marque un point tournant en autorisant la constitution de réseaux privés de radio et de télévision. Auparavant menacées de nationalisation, considérées ensuite comme complémentaires, les stations privées deviennent ouvertement des concurrentes de la Société Radio-Canada qui est reconduite dans ses activités de diffuseur mais perd son rôle d’organisme régulateur. Bien qu’on parle encore de « système unique », cette expression devient de plus en plus galvaudée, sinon pour signifier que le système (constitué d’un secteur public et d’un secteur privé) est en principe contrôlé par un organisme paragouvernemental, le Bureau des gouverneurs de la radiodiffusion, en vue d’assurer l’existence d’un régime national qui soit fondamentalement canadien par son contenu et sa nature tel que le prescrit la loi.

8Au tournant des années 60, le Canada devient de plus en plus dépendant de l’économie américaine au moment même où l’État québécois remplace les institutions traditionnelles et revendique ouvertement son émancipation politique. Pour contrer cette double menace, le gouvernement fédéral choisit de s’investir dans le secteur culturel, pourtant un domaine de compétence provinciale. La Loi sur la radiodiffusion de 1968 crée le Conseil de la radio-télévision canadienne (qui deviendra le Conseil de radiodiffusion et des télécommunications canadiennes en 1975) en lui attribuant un rôle de surveillance et un pouvoir de réglementation considérables, notamment en matière de contenu canadien : le système doit être la propriété des Canadiens tandis que Radio-Canada doit contribuer au développement de l’unité nationale en reflétant la réalité canadienne. En outre, l’article 2 de la loi de 1968 précise « que la programmation de chaque radiodiffuseur (public et privé) devra être de haute qualité et utiliser principalement des ressources canadiennes créatrices ». Adoptée en 1991, après maintes tergiversations, la Loi sur la radiodiffusion actuellement en vigueur conserve la même structure et les mêmes objectifs que la précédente. Elle reconnaît toutefois que « les radiodiffusions de langue française et anglaise, malgré certains points communs, diffèrent quant à leurs conditions d’exploitation et, éventuellement, quant à leurs besoins », ce qui vient confirmer des pratiques culturelles différentes dans l’ensemble canadien. Ainsi, l’identité canadienne unique demeure une vue de l’esprit et les médias de masse un instrument de pouvoir que se disputent publiquement les idéologues et les commerçants.

9Il se dégage de cette histoire que la radio au Canada est fortement contrôlée par le gouvernement central qui vise un double but : assurer la viabilité financière du système et l’amener à favoriser un sentiment d’appartenance identitaire au Canada. Économie et politique naviguent donc de conserve. Mais en dépit de cette mainmise, les recherches démontrent que d’autres forces sont en jeu depuis l’« âge d’or » de la radio, alors que le son et la voix suffisaient à créer la magie, à peupler les ondes de lieux et de personnages dont chacun des auditeurs gardait un souvenir aussi profond que personnel.

10Bien qu’on s’interroge publiquement sur les risques de l’impérialisme américain depuis la Commission Aird, l’histoire de la radiodiffusion canadienne demeure incomplète dans sa dimension sociale et culturelle. Accorder une importance capitale aux décideurs, en l’occurrence le gouvernement fédéral et les propriétaires des stations privées, suppose que les médias fonctionnent à sens unique et que la masse des auditeurs n’est pas et n’a jamais été active dans ce processus. Or les publics canadiens et leurs cultures respectives pourraient avoir été tout aussi importants dans le développement, ou l’échec, d’une programmation d’origine canadienne. La radio de Radio-Canada, mais aussi la radio privée, ont toutes deux produit au Canada français, au Québec, les émissions les plus prisées, en particulier les radioromans, qui ont joui de la très grande faveur populaire durant de nombreuses années. Ce phénomène d’ailleurs se produisit en dépit de la commercialisation de Radio-Canada (qui n’a volontairement renoncé à la réclame publicitaire radiophonique qu’en 1975). On aurait pu craindre que la commandite, venue massivement de firmes américaines, n’injecte dans le tissu culturel canadien des produits étrangers sous forme de programmes. Mais nous avons démontré dans nos recherches que la publicité a ancré la radio de Radio-Canada dans le Québec francophone en encourageant la production locale d’émissions de divertissement populaire qui font maintenant partie de l’appareil identitaire. Plus tard, la télévision s’est inscrite, elle aussi, dans ce rapport privilégié entre la population et ses médias.

11Le paysage radiophonique tel qu’on le connaît aujourd’hui se dessine au cours des années 1950 avec l’arrivée de la télévision dont le développement fulgurant oblige la radio à de profonds ajustements. La plage de grande écoute radiophonique se situe désormais le matin ; la pléiade d’acteurs, de chanteurs et de musiciens d’orchestre qu’on pouvait entendre en direct cède la place à la musique enregistrée ; l’information est réduite à de courts bulletins et les émissions d’opinion publique à celles des tribunes téléphoniques ; la création littéraire s’exprime dorénavant dans les téléromans –, enfin, la prolifération des stations fragmente l’écoute que la miniaturisation des récepteurs individualise comme jamais auparavant. On parle désormais de l’industrie radiophonique, sans toutefois pouvoir mettre toutes les radios à la même enseigne : au Canada, pour les raisons que l’on sait, on trouve un système mixte de radiodiffusion publique et privée.

12La radio de Radio-Canada est libre des contraintes publicitaires et peut, de ce fait, diffuser un contenu plus original (de meilleure qualité pourrait-on dire) qui n’a pas à dépendre de vastes auditoires, une condition nécessaire pour générer des revenus commerciaux. On attend donc des stations publiques cm contenu plus culturel afin de faire contrepoids aux contenus commerciaux des stations privées. Dans ces conditions d’industrialisation de la radio, le CRTC doit aménager un cadre réglementaire qui préserve et encourage la culture sans s’opposer à la poursuite du profit. L’intervention gouvernementale vise premièrement à donner aux Canadiens la mainmise sur leur radio. La logique veut en effet qu’une radio contrôlée depuis l’extérieur fasse peu de cas des besoins culturels spécifiques du Canada, mais il faut peut-être voir dans cette mesure une protection pour le secteur privé dont les intérêts seront toujours protégés selon l’argument voulant que la viabilité du système canadien passe d’abord par sa santé financière. La question de la propriété canadienne est résolue juridiquement depuis la loi de 1958 et surtout celle de 1968 qui prévoyait même le dessaisissement des entreprises étrangères. Celle de la concentration de la propriété reste toutefois d’actualité. Mais on sait que la radio commerciale s’embarrasse de moins en moins de cette mission puisqu’elle est devenue un passe-temps composé d’information uniformisée, de musique enregistrée et de « lignes ouvertes » qui ne donnent qu’un accès illusoire à l’espace publique.

13La radio québécoise francophone (comme son homologue canadienne-anglaise à un moindre degré) a trouvé sa force dans son enracinement historique au milieu qui la nourrissait. On a démontré le rôle capital qu’elle a joué avant l’arrivée de la télévision dans le processus d’identification collective. Depuis, ce rôle semble s’être déprécié à mesure que la radio s’est commercialisée. Peut-être faut-il voir dans la radio d’aujourd’hui une autre forme de spécificité malgré la superficialité parfois trop évidente de ses propos. Pour le savoir, il faudra que les chercheurs se penchent autant sur son contenu et ses rapports avec son environnement social que sur son économie politique. Car la radio fut soumise à des agendas politique et économique dont les effets auprès des usagers n’ont pas nécessairement été ceux qui étaient escomptés. De nouvelles technologies viendront-elles changer la donne en modifiant substantiellement le contenu et sa réception auprès des auditeurs ? Les forces économiques et politiques sont les plus évidentes et s’expriment par les canaux qui dominent l’espace public. Mais elles ne sont pas les seules, même dans un système fondé sur la logique de l’offre. Qu’en sera-t-il lorsque la convergence placera la demande au premier plan ? Quels rapports les usagers entretiendront-ils avec la radio via l’Internet ?

14Il faut bien admettre que l’Internet semble promis à un bel avenir. La « grande toile » se développe à un rythme tout aussi soutenu que l’est le discours marchand à son endroit : hors de l’Internet, point de salut, car l’information – devenue formidablement accessible – est souvent confondue avec la connaissance. Le discours gouvernemental entretient d’ailleurs cette confusion puisque le taux de pénétration de l’Internet dans les foyers et les écoles est désormais un indice de progrès. On nous prédit même la disparition de l’imprimé (e-Book), comme on jurait avec conviction il y a à peine deux décennies l’instauration du paperless office (bureau sans papier). Ainsi, la question demeure : quelle place occupera la radio sur l’Internet ? Pour le savoir, il faut, bien entendu, percer les intentions de ses promoteurs, mais il faudra aussi sonder les usagers qui sont les grands absents du débat public en ce qui a trait à la convergence, comme ce fut le cas pendant toute l’histoire de la radio. Quels sont leurs comportements et quels seront-ils ? En radiodiffusion, les cotes d’écoute, instruments très imparfaits, servent d’abord à des fins commerciales. La fréquentation de l’Internet n’est guère plus évocatrice quant à l’appréciation de son contenu (ces données servent d’ailleurs les mêmes fins que les cotes d’écoute), mais on ne se surprend pas à constater que les sites de divertissement tiennent déjà le haut du pavé. Cette propension au ludique influencera-t-elle la radio sur l’Internet ? Si tel est le cas, on peut imaginer que la tendance vers la commercialisation de la radio hertzienne va se poursuivre sur le « net » et que la volonté d’aménager des sites à caractère éducatif comme le fait Radio-Canada resteront l’exception. Marshall McLuhan écrivait : « Les grands empires commerciaux, dans leur désir de rendre les médias universellement accessibles, adoptent invariablement le “divertissement” comme stratégie de neutralité. [...] La stratégie de l’amusement commercialisé assure automatiquement à un médium un maximum de vitesse et d’influence sur la vie psychique et sur la vie sociale » (Pour comprendre les médias,hmh, 1972).

15Dans son histoire, la radio a rendu d’immenses services et elle continue à le faire. Il reste à voir quelle forme elle prendra et lequel des éléments elle privilégiera parmi ceux qu’on lui assignait à l’origine : éduquer, informer et divertir. Au Canada, toujours en marge du géant américain, comme au Québec doublement menacé par l’américanisation et l’anglicisation, il est à souhaiter que la radio demeure un outil de développement et d’identification collective. Il fut un temps où des pans entiers de la population écoutaient simultanément, et parfois collectivement, les mêmes émissions, ce qui créait une communauté d’auditeurs et de citoyens. C’est encore le cas à certains égards, bien que l’écoute se soit fragmentée. Le nouvel environnement technologique pourrait entraîner un changement plus profond encore.

16Ce changement, nul ne saurait le contester. Il fut longtemps un geste machinal de quitter la radio domestique du matin pour celle de l’automobile avant de la mettre en marche au bureau afin d’écouter la station qui offrait notre dosage d’information et de divertissement préféré via les ondes hertziennes, tandis que l’ordinateur n’était qu’une version sophistiquée de la dactylo. Devenu un centre de travail et de communication ouvert sur le monde, celui-ci est aujourd’hui capable d’offrir un menu sonore inépuisable. Dans ces nouvelles conditions, qu’adviendra-t-il de l’offre radiophonique ? La question est préoccupante et nul n’est capable d’y répondre avec certitude. Mais avant de tenter de se projeter dans l’avenir, il faudrait peut-être admettre qu’il n’y pas de génération spontanée dans l’histoire et que le passé et le présent sont des référents incontournables. Il nous permettent de mieux comprendre l’évolution de l’offre radiophonique, mais aussi celle, non moins importante, de la demande. Dans l’histoire de la radiodiffusion canadienne, les usagers et leurs cultures respectives ont joué un rôle considérable quant au contenu de la radio et celle-ci a bien servi l’identité collective. La radio publique généraliste veillait à offrir un contenu de qualité et l’organisme de réglementation veillait, sinon aux représentations canadiennes, à tout le moins aux intérêts canadiens : en dépit de certains avatars, on ne saurait nier le rôle de soutien à la collectivité qu’ont joué les quotas de contenu canadien, en particulier au Canada français. Qu’en sera-t-il dans le nouvel environnement technologique étranger à la logique de l’offre et à l’abri de l’intervention gouvernementale ? Il s’agit d’une question centrale pour toutes les cultures minoritaires, y compris celles du Canada.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search