Version classiqueVersion mobile

La radio à l’ère de la convergence

 | 
Robert Rabinovitch
, 
Sylvain Lafrance
, 
Dominique Wolton
, 
et al.

Deuxième thématique. Réflexions sur les fonctions sociales des contenus radiophoniques dans un univers médiatique éclaté

Période de questions

Andrea Martinez

Texte intégral

1 O n nous présente souvent l’Internet comme étant un outil puissant, qui remet en cause les schémas de transmission verticale des pouvoirs et des savoirs. Je réalise pourtant, après avoir écouté les différents intervenants, que les pouvoirs et les savoirs sont encore réservés à un noyau dur non seulement de pays industrialisés mais encore d’entreprises dirigées par des hommes de classe moyenne, de race blanche. La diversité n’est pas toujours très représentée dans ces forums où l’on questionne justement la fonction sociale de la radio. J’inviterai aujourd’hui la salle à réfléchir sur le rôle de la radio publique, de la radio conçue comme un lieu nous invitant à prendre la parole, à agir en tant que citoyens et citoyennes.

Derrick de Kerckhove

2J’ai été très surpris d’entendre dire par Yvonne Chua qu’il n’y avait pas plus de 1 960 000 Philippins qui sont branchés sur Internet. Ça me paraît beaucoup. Pourquoi ? Parce que les choses vont quand même plus lentement, bien qu’elles évoluent rapidement. Jean-Claude Guédon et moi sommes allés tous les deux à Bamako en février pour une conférence sur « L’Internet : passerelle pour l’Afrique ». On attendait 300 personnes ; il en est venu 1600. Tous des gens qui venaient de l’Afrique de l’Ouest avoisinante. On s’aperçoit que la croissance d’Internet est beaucoup moins marginale qu’on l’avait cru. On avait prévu, en 1996, qu’il y aurait à peu près 100 millions d’internautes en l’an 2000. En fait, en janvier 2000, il y en avait 250 millions et nous en sommes maintenant à approcher les 300 millions. On parle du premier milliard en 2005, ce qui représentera pratiquement 20 % de la population mondiale. Ce n’est plus du tout marginal. C’est beaucoup moins marginal que ne l’a été, pendant très longtemps, le rôle de l’imprimerie ou de l’alphabet en Grèce, ou bien de l’imprimerie en Europe occidentale. Donc, cette question-là, à mon avis, doit être un peu révisée. On s’aperçoit aussi que le taux de croissance dans les pays du Sud est plus rapide maintenant que dans les pays du Nord. Sur ce plan-là, je crois qu’il y a une accélération et une éducation extrêmement rapide.

Andrea Martinez

3 Oui, sauf qu’il y a la question de l’accès, de la production des contenus. Il ne suffit pas simplement d’accéder à l’Internet en tant que citoyen du Sud. Je peux très bien accéder à des contenus qui ont été produits et qui demeurent encore finalement dans le noyau dur du centre Nord. La question est : comment faire en sorte que l’Internet ou les nouvelles technologies ne soient pas simplement des jouets, des outils de consommation, des gadgets ?

Derrick de Kerckhove

4Pour revenir à l’Afrique, il faut dire que les Africains, en raison du système très contrôlé de leurs médias, n’avaient souvent sur leur propre situation politique et sociale que des renseignements très fragmentaires et très difficiles d’accès. Depuis l’Internet, beaucoup de gens ont accès maintenant à une information qui est peut-être fabriquée dans les pays étrangers, mais qui concerne ce qui se passe effectivement dans leur propre pays. Les Africains n’avaient pas accès à ces banques de données. Maintenant, ils y ont accès. Donc, il y a chaque fois des reconfigurations d’échanges d’informations, de redistribution, qui font que des situations extrêmement négatives au départ peuvent progressivement s’améliorer. Je ne dis pas que c’est le paradis, ce n’est pas ça. Mais il ne faut pas non plus croire que l’Internet n’apporte pas de solutions, du moins provisoires, dans certaines situations.

Dominique Wolton

5Je voudrais revenir sur ce que vient de dire Derrick De Kerckhove, qui correspond à un argument de fond que l’on entend souvent. On a déjà dit de la radio qu’elle permettait de faire de la subversion contre les dictatures. Aujourd’hui on dit ça d’Internet. À mon avis, ce qu’il faut dire par rapport à cette question centrale, c’est que ce n’est pas le système technique qui permet ça, mais le militantisme. Prenons un exemple : Amnistie Internationale. Ce n’est pas Internet qui a fait Amnistie Internationale, mais Amnistie Internationale qui se sert d’Internet, comme elle s’est servie d’un tas d’autres systèmes de communication avant qu’internet n’arrive. Il faut se rappeler qu’un certain nombre de guerres civiles en Afrique se sont faites avec des systèmes de communication très classiques comme la radio, avant même qu’internet n’existe.

6Autrement dit, un système technique, quel qu’il soit, ne garantit absolument pas d’être un outil de liberté. Il peut aussi bien être un outil de dictature. Ainsi, quand on a vu les paraboles de satellites commencer à se développer durant les années 70, on s’est dit : « Ah ! Ça y est ! Les satellites vont servir à subvertir toutes les dictatures ! » Jusqu’à ce qu’on s’aperçoive que des mouvements terroristes, qui ne sont pas plus idiots que les autres, se sont évidemment servis des satellites. De la même façon, demain, des mouvements terroristes se serviront évidemment d’Internet pour subvertir. Quand on dit, par exemple, aux Philippines ou dans n’importe quelle dictature d’Afrique : « Heureusement qu’il y a un système parallèle d’information », on se berce d’illusions. Faisons l’hypothèse inverse : vous avez un régime démocratique qui est installé en Asie, en Afrique, en Amérique latine, voire même en Europe, et puis, vous avez une subversion qui s’organise en utilisant le nouveau réseau. Est-ce qu’on dira alors que c’est formidable ? Autrement dit, la question qui est posée, ce n’est pas le réseau, quel qu’il soit, ancien ou moderne : c’est la nature de la lutte politique qui est menée. Si les hommes sont vertueux, ils se serviront d’Internet pour la vertu ; s’ils sont des salauds, ils se serviront d’Internet pour faire des saloperies. Donc, en tant que tel, le réseau ne garantit rien. Et si on veut qu’internet reste du côté de la longue histoire des outils pour la communication et la liberté de la communication, alors, là, il va falloir introduire de la régulation ou de la réglementation, c’est-à-dire s’assurer que n’importe quelle cyber-criminalité ou n’importe quel système de terrorisme ne pourra pas se servir demain d’Internet, comme aujourd’hui n’importe quel mouvement humanitaire ou mouvement d’émancipation dans une dictature peut s’en servir.

7Il ne faut pas tomber dans la naïveté. Le fait que le Sud soit intéressé par le Net ne garantit rien. On est chaque fois ramené à la question principale : quel système technique pour quel projet politique ? Or un système technique en tant que tel, qu’il s’agisse de la radio, de la télévision, de la presse écrite ou d’Internet, n’est pas constitutif d’un projet politique. Pour l’instant, la technique est en avance sur le projet politique, et de là on présuppose que, puisqu’il est extraordinaire comme système technique, il sera naturellement porteur d’émancipation. Mais il n’y a rien de garanti. Je donne un exemple. Il y a eu une spéculation internationale gigantesque qui a failli faire tomber deux pays en 20 ans, la Thaïlande et le Mexique, dans des tractations qui ont évidemment été accélérées par l’Internet. Mais comme ça n’a pas touché les équilibres fondamentaux mondiaux, on n’y a pas fait très attention. Le jour où vous aurez vraiment des bugs et des cracks financiers qui déstabiliseront l’Organisation mondiale du commerce, alors, là, on on sera contraint d’envisager une réglementation. Sinon, ce sera la loi de la jungle. Un système technique sans politique n’est pas un système qui va du côté de l’émancipation.

Derrick de Kerckhove

8Je suis d’accord dans l’ensemble, mais je crois qu’il faut quand même voir aussi l’interaction entre les deux. Je crois que Seattle n’aurait pas existé s’il n’y avait pas eu l’Internet.

Dominique Wolton

9Seattle est l’aboutissement de 20 ans d’émancipation lente, militante, qui ont fait que, progressivement, une pensée critique sur la mondialisation économique s’est faite. Ça s’est cristallisé sur Seattle, mais ça aurait pu l’être sur Davos. D’ailleurs, il est très intéressant de voir qu’à Davos, ils avaient enfin peur, ces gros qui étaient dans leurs châteaux. Parce que Davos, en général, c’est la bonne conscience. Cette année à Davos – pour ceux qui ont vu les images à la télé –, il y avait des flics tous les deux participants, parce que, pour la première fois, ces gens-là avaient peur ! Dire que Seattle a eu lieu à cause d’Internet, c’est invraisemblable ! Que Internet ait aidé, comme la radio aurait aidé il y a 2 5 ans ou la télévision il y a 15 ans, ou la poste il y a 60 ans, ou le téléphone il y a 80 ans, oui ! Mais dire que Seattle n’a eu lieu que parce qu’internet était là, c’est vraiment du technicisme ! Il ne faut tout de même pas croire que les militants antimondialistes feront la bêtise de ne pas se servir du Net ! Ils ne sont pas plus cons que les autres !

Derrick de Kerckhove

10Mais je n’ai pas dit ça !

Dominique Wolton

11Si le Net n’est pas réglementé, il y aura des systèmes de cyber-criminalité qui feront qu’on n’aura pas cette espèce de liberté qu’il y a actuellement sur le Net. Eh bien, à ce moment-là, dans un des paradoxes de l’histoire, on va retrouver ce vieux média de la radio, qui sera effectivement un système de tam-tam probablement moins contrôlé. On peut donc s’attendre un jour à ce qu’il y ait le paradoxe que la radio, ce vieil outil, apparemment dépassé par des formes techniques de communication plus récentes, rejoue un rôle social de subversion. La radio est probablement l’une des techniques de communication les plus utiles, parce qu’elle est légère, pas chère, et qu’elle est « dangereuse » du fait qu’elle est difficilement contrôlable.

Marie-Hélène Poirier

12 Animatrice, Service de l’information, Radio-Canada

13 M. de Kerckhove, vous avez dit quelque chose qui m’a beaucoup plu tantôt, à savoir que quand on écoute la radio, on est dans un environnement à 360°. Pourriez-vous préciser ?

Derrick de Kerckhove

14Je crois vraiment que la dimension qui va protéger la radio contre tous les autres médias, c’est cette possibilité de ne pas être obligé d’être assis devant quelque chose, de regarder quelque chose, et de l’avoir à sa disposition, soit en voiture, soit en se promenant sur un baladeur, ou bien dans un bureau. C’est ça que je veux dire. C’est extraordinairement important, cette spécificité-là. Elle crée ses moments d’utilisation. C’est beaucoup plus facile pour moi d’être branché sur la radio que de regarder la télé. Je n’ai pas le temps de regarder la télé. Mais j’ai tout à fait le temps d’entendre la radio parce que je peux faire autre chose.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search