Version classiqueVersion mobile

La radio à l’ère de la convergence

 | 
Robert Rabinovitch
, 
Sylvain Lafrance
, 
Dominique Wolton
, 
et al.

Deuxième thématique. Réflexions sur les fonctions sociales des contenus radiophoniques dans un univers médiatique éclaté

Conférence

Derrick de Kerckhove

Texte intégral

1Comme Dominique Wolton, je me pose un certain nombre de questions sur les nouveaux médias et particulièrement à propos de l’Internet. Comme lui, je crois qu’il convient « d’offrir un lien social même à des gens qui n’ont pas d’intérêts ». Pour moi, l’expression « des gens qui n’ont pas d’intérêt » signifie trois choses : premièrement, les laissés-pour-compte ; deuxièmement, ceux qui n’ont pas d’intérêts spécifiques, et qui par conséquent doivent être réveillés ; troisièmement, ceux qui n’ont aucune ressource financière pour financer un marché spécifique dirigé vers eux.

2La deuxième idée qui m’a intéressé dans ce qu’a dit M. Wolton, c’est qu’on devra retrouver les vertus du collectif. Je pense que Dominique Wolton a raison sur ce point. Effectivement, pour l’instant, on est dans une phase de décentralisation radicale, mais on va se tourner à nouveau vers le collectif quand on aura passé notre crise d’angoisse à l’égard des effets du communisme. À ce propos, j’ai trouvé intéressante la distinction entre « collectivité » et « communauté », notions qu’il faudra repenser, approfondir.

3La troisième idée évoquée par M. Wolton concerne l’alliance des libertaires et des libéraux, qui pourrait être dangereuse. Je ne pense pas qu’elle soit vraiment dangereuse, mais cela me rappelle quand même que John Perry Barlow, fondateur du Electronic Frontier Foundation, a lui, très rapidement, compris ce danger-là, qu’effectivement il fallait naviguer entre la régulation et la dérégulation. Il a d’ailleurs failli perdre sa réputation mondiale pour avoir flotté entre les deux. Je me souviens très bien lui avoir parlé de cette question, à lui qui était vraiment un des représentants du « libertarisme » américain.

4Quatrième point qui m’a intéressé : ne pas faire de l’Internet un alibi pour ne plus se préoccuper des problèmes du Sud. J’ai toujours pensé, moi aussi, que l’Internet pouvait aider l’Afrique. Cependant, cela ne veut pas dire qu’il faut se débarrasser de notre responsabilité vis-à-vis des pays du Sud, en disant : « Bah ! L’Internet va résoudre leurs problèmes ! » Par ailleurs, je suis tout à fait d’accord pour dire que la convergence technique n’entraîne pas la convergence des rôles. Cela veut dire qu’au fond, la spécificité et l’identité de la radio va continuer à être perceptible pour des quantités de raisons. Il n’y a aucune raison de croire que la radio risque d’être bouffée par les autres médias.

5Il y a deux semaines, nous avons reçu au McLuhan Program, une dame philippine, Yvonne Chua, qui a gagné le prix McLuhan for Investigative Journalism. Yvonne Chua est membre du groupe du Philippine Center for Investigative Journalism. Elle a gagné ce prix qui est attribué tous les ans et est financé en partie par les Affaires extérieures du Canada, ainsi que par différents groupes internationaux, pour trouver un moyen de protéger les médias philippins, notamment contre l’extraordinaire pression que le pouvoir politique fait peser sur eux. Le sujet de cette année, c’était la corruption de la vente des livres scolaires et la collusion entre les éditeurs et certains politiciens qui étaient chargés de la distribution des fonds. Le bilan de cette collusion : 61 % des fonds sont destinés à des pots-de-vin, ce qui veut dire qu’il ne reste que 39 % pour la distribution des livres scolaires.

6Mais ça, c’est connu, c’est banal. Par contre, ce qui est intéressant pour nous, c’est le refus des grands médias de publier la chose, de reprendre la plupart des articles de ce centre du journalisme d’enquête. Qu’ont fait Mme Chua et les autres participants de ce groupe du Center for Investigative Journalism ? Ils ont mis la nouvelle sur les ondes, via Internet. Cela voulait dire instantanément 500 000 hits par semaine pour ce site-là et pour les sites affiliés. Pourquoi 500 000 hits ? Parce qu’il n’y a qu’un million de personnes aux Philippines qui possèdent l’Internet. Ce sont donc tous les Philippins qui sont dans le reste du monde qui ont suivi ces choses-là avec beaucoup d’intérêt.

7En fait, dans ce petit exemple, nous discernons très clairement le rôle politique et social de la radio et son impact extraordinaire par le moyen des nouvelles technologies. Nous constatons la transformation du ou des publics, l’apparition de nouveaux publics qui sont, par exemple, de l’autre bout du monde qui entretiennent malgré tout une correspondance réelle avec leur pays d’origine. Le philosophe japonais qui a inventé le mot « glocalisation » a bien compris qu’il y avait une collusion, parfois de bon aloi, entre le local et le global : le local devient global et le global fait pression sur le local.

8Deuxième exemple philippin : ce que l’on appelle The Mosquito Press, « La Presse des moustiques », qui permet dans les îles des Philippines – il y en 7000-, grâce au téléphone portable, de communiquer les nouvelles locales et de redistribuer les nouvelles nationales d’intérêt local qui auparavant ne pouvaient être distribuées. La Mosquito Press n’a pas seulement répondu à un problème technique, à un défi technique, elle a aussi répondu à un défi politique et social, qui était de reconstituer des alliances entre les différentes îles au sujet de certains thèmes et au sujet de la diffusion de certaines nouvelles.

9Troisième exemple très intéressant, et tout à fait inattendu pour nous, Canadiens, c’est ce qu’on appelle les Tag News. Les Tag News, c’est le système de diffusion par cellulaire de nouvelles radiophoniques écrites. Qu’est-ce que je veux dire par là ? Au lieu de limiter le cellulaire à la diffusion de la voix, on le fait servir à l’écrit. En effet, le cellulaire, comme n’importe quel appareil de ce genre, permet aussi d’écrire sur écran quelques petits messages. Et ces petits messages très rapides peuvent être diffusés non seulement à la personne à qui vous avez à faire, mais encore à un large public. Donc, on peut toucher plusieurs personnes d’un seul coup avec cet appel. Or, les Tag News, c’est une manière de contourner complètement les grands médias qui, eux, sont tout à fait au service du pouvoir.

10Voilà trois exemples très évocateurs. Il y en a encore d’autres. Bush Radio, par exemple, en Afrique du Sud, sert de critique du pouvoir d’une façon très positive.

11En regardant le titre de cette session, où je vois un univers médiatique éclaté, je suis en train de me poser la question suivante : est-ce que nous avons vraiment, dans cette redistribution complète, extraordinaire, dans cette décentralisation de la production et de la diffusion des nouvelles, un univers médiatique éclaté ? Ou bien s’agit-il de toute autre chose ? Ce que je voudrais faire, c’est situer la radio dans son contexte réel.

12Il ne s’agit pas, bien que ce soit tout à fait à l’ordre du jour, d’une révolution du numérique, mais il s’agit bien plutôt de la révolution de l’électricité. Prenons un petit peu de recul et commençons notre histoire avec le télégraphe et nous serons dans le droit chemin. Il me semble que ce n’est pas suffisant de voir dans le numérique une nouvelle révolution. Le numérique n’est qu’une extension de l’électronique. La E-Revolution, avec un « E » pour électronique. Il est important de comprendre ça.

13Pourquoi ? Parce que ça, c’est la véritable opposition entre la grande révolution Gutenberg et la révolution actuelle. Je ne viens pas du McLuhan Program pour rien ! Je vous parle bien sûr de l’impact des médias sur le message, le média étant le message. Il faut voir de quel message il s’agit, voir de quel type de média nous parlons, de quelle forme de configuration sociale nous sommes en train de discuter. Nous sommes donc en présence d’une révolution électronique qui a commencé avec le télégraphe et qui se signale par l’exacte inversion de la révolution de Gutenberg. Il ne s’agit pas du tout d’éclatement. Il ne s’agit pas du tout d’explosion. Il s’agit au contraire d’une implosion extraordinaire qui permet de comprendre la vraie situation de ce qu’on appelle aujourd’hui la globalisation. Il y a donc une espèce de reconfiguration qui est exactement l’inverse de celle de Gutenberg et tout aussi dangereuse, tout aussi meurtrière. La révolution Marconi s’oppose à celle de Gutenberg, mais elle est aussi violente, et ce qui m’intéresse, c’est que Marconi était un fasciste en réalité. Il est assez curieux de constater que l’inventeur ou le diffuseur de la radio fut un fasciste, et que son invention a permis l’avènement du fascisme.

14Le temps d’apprentissage de Gutenberg dura 200 ans. Deux cents ans de guerre brutale, de fragmentation réelle, d’explosion réelle des savoirs, des identités, des pays, des religions, une espèce de prodigieuse destruction finalement d’un ordre ancien qui fonctionnait de plus en plus mal. C’est pour ça qu’il y a eu la Réforme.

15Mais ça a pris 200 ans, 200 ans dans lesquels il y a eu autant de morts que pendant les quatre années de la Seconde Guerre mondiale qui est également, elle-même, un produit de la radio, comme la Réforme a été un produit de l’imprimerie. Parce qu’il faut bien se dire que la spécificité de la radio, c’est la voix. C’est la voix de de Gaulle, de Churchill, de Roosevelt. Mais c’est aussi la voix des dictateur. C’est la voix de Hitler, de Mussolini. La radio comporte donc un énorme danger lorsqu’elle est laissée à elle-même. Pourquoi ? Parce que le dictateur n’a pas de comptes à rendre, alors que l’homme public en a. Le dictateur, dans son studio, peut faire ce qu’il veut. Il n’a pas de comptes à rendre directement. La radio lui fournit une amplification extraordinaire de sa personne, sans qu’il ait à répondre de son propre rôle.

16Bien sûr, il y a aussi des aspects positifs. Il y a aussi des fonctions sociales assez positives avec la radio, notamment l’expansion de l’espace mental. Aujourd’hui, cette expansion est absolument extraordinaire. La radio a d’ailleurs été la première à créer un marché de masse. C’est beaucoup plus la radio et la télévision que la presse écrite, qui ont créé une masse. Lire un journal, même si vous le lisez au même moment que votre voisin, c’est reprendre dans ce journal une reconstruction de l’image complètement différente. Autrement dit, le journal n’est pas un médium de masse. Par contre, la radio et la télévision le sont en donnant la même information au même instant.

17Donc, que fait la radio ? Elle nous donne une pensée collective en temps réel. Ça, c’est la radio avant l’Internet. Qu’est-ce que les réseaux apportent, qu’est-ce qu’ils changent à la radio ? Pour faire un peu de recherche avant cette conférence, j’ai interrogé Alex Frame de Radio-Canada, qui est un penseur assez énergique sur les questions de la radio et qui s’occupe effectivement de radio à Toronto. Il m’a posé cette question qui me paraît très pertinente, à laquelle je n’ai d’ailleurs pas vraiment pu répondre : « Si la radio était née sur Internet, de quoi aurait-elle l’air aujourd’hui ? » C’est une très bonne question. Si au lieu d’être née comme un médium de masse s’adressant à tout le monde en même temps, la radio était née sur l’Internet et avait été au départ un médium particularisé, personnalisé, comme cela semble être le cas aujourd’hui, la question se poserait effectivement. Le profil de la radio serait complètement différent. Est-ce que Hider aurait réussi son coup ? S’il y avait eu Internet à l’époque de Hider, aurions-nous eu la Seconde Guerre mondiale ? Très bonne question à se poser à mon avis et à laquelle on ne peut pas répondre trop rapidement.

18Ce que je veux dire par là, c’est que l’Internet propose une décentralisation radicale de la production et de la diffusion. C’est une chose qui nous pendait au nez depuis pas mal de temps, l’idée que chacun de nous puisse être diffuseur. C’était déjà en train d’arriver il y a dix ans, et maintenant, avec nos 500 radios au Canada et les 1 100 en France, avec le nombre incroyable de radios en Italie, et dans le monde entier. En fait, on ne calcule là que les radios qui se signalent comme radios, mais il y a beaucoup de choses qui ne s’appellent pas radios et qui sont quand même des radios sur Internet. On assiste donc à une décentralisation incroyable.

19Un deuxième point que je voudrais signaler, c’est que l’écran de votre ordinateur n’a rien à voir avec cette décentralisation, pas plus d’ailleurs qu’avec de la convergence. Ce n’est pas là que ça se passe. Ça n’a rien à voir avec la multiplication des possibilités de la radio. C’est tout à fait secondaire. Ce qui se passe, c’est que l’Internet est le système par excellence de distribution de la radio. Pourquoi ? Parce que ça ne coûte rien ou pratiquement rien. Ça coûte l’effort de le faire, ça coûte l’effort de rassembler les sons. Et puis, il y a plein de techniques maintenant qui s’orientent vers ce genre de choses. L’écran, il est fait pour la télé, il est fait pour le vidéo. Il n’est pas fait pour cet environnement à 360° qu’est la radio. Dans un monde où la réalité virtuelle nous entoure complètement, il est absolument normal de rester dans un monde à 360°. C’est ce que la radio nous donne. L’Internet n’a rien à voir avec cela. La nature, si vous voulez, de la distribution sur Internet est comme celle de notre système nerveux : c’est l’hypertinence, non pas l’impertinence, mais l’hypertinence, c’est-à-dire une correspondance très étroite, tout à fait intimiste, entre la diffusion et la réception. L’hypertinence de l’Internet est le modèle que suivent un certain nombre de radios – enfin, le plus grand nombre de radios, je dirais.

20Une dernière chose dont il faut parler, c’est le cyber-espace, un espace déterritorialisé. Après l’espace physique que nous partageons et l’espace mental qui est le nôtre, on doit parler d’un troisième espace très différent des deux autres et parfaitement cohérent. C’est ce troisième espace qu’il faut comprendre et peut-être même protéger. Nous sommes invités à un prodigieux changement d’échelle, que chacun d’entre nous voudra vivre d’ailleurs, sur un mode vraiment personnel, parce que nous sommes tous des êtres globaux, du moment même que nous avons accès au monde entier, soit par notre téléphone portable, soit par Internet. Il y a en nous une dimension globale qui s’ajoute à notre psychologie personnelle. La radio pourrait avoir un rôle extraordinairement important dans cet espace public global qui est vérifié tous les jours par les événements, les uns tristes, les autres joyeux.

21Nous avons un nouvel espace dans lequel se jouent des émotions et une dimension globale. Cet espace public nous donne la mesure de cette reconfiguration des événements sur une nouvelle échelle. Chose étonnante, on assiste à la fois à un éclatement, à une atomisation des contenus et à une reconfiguration qui englobe l’ensemble. C’est de la même manière que la République a été l’atomisation de la conscience collective en une conscience privée, sous la gouverne d’un espace neutre, d’un espace qui était protégé par l’État, par des lois, par un système. Nous avons besoin de cela aujourd’hui.

22Nous devons nous donner des moyens de reconfigurer cette nouvelle République, ce nouvel espace global, et la radio est finalement l’instrument le plus indiqué pour y parvenir. Pourquoi ? Parce que c’est l’instrument qui a la plus grande pénétration mondiale, même plus grande que le cellulaire, qui lui-même a une pénétration plus grande encore qu’internet. Internet fait grosse impression parce que c’est l’instrument le plus complexe, mais il y a plus de téléphones portables que de gens sur Internet. Et il y a encore plus de radios que de téléphones portables. D’ailleurs, les deux vont être de plus en plus intégrés. La radio ne coûte pas cher : on peut même avoir aujourd’hui des radios qui fonctionnent sans électricité. Donc, même dans les pays où il n’y a pas de courant, on peut avoir accès à la radio. Elle est aussi le plus accessible à tous les niveaux. Elle est accessible au niveau financier, au niveau technique, au niveau cognitif. Il ne faut pas apprendre à écouter la radio, alors qu’il faut absolument apprendre à se servir de l’Internet. Donc, manifestement, on va toucher beaucoup plus de monde et beaucoup plus rapidement avec la radio qu’avec les autres médias.

23L’idée, donc, ce sera de soutenir cette nouvelle République à plusieurs niveaux : au niveau plurinational, au niveau multilingue, au niveau multiculturel, et, en ce sens-là, l’expérience du Canada est absolument exemplaire. Au Canada, nous avons une vocation multiculturelle, une vocation multilingue, et nous avons une vocation d’une très large surface géographique. Par conséquent, nous avons peut-être des choses à explorer dans notre propre expérience radiophonique. Mais je dis bien : pas la radio commerciale. Celle-là, il faut lui laisser faire ce qu’elle veut. Là-dessus, je suis assez d’accord d’une certaine manière avec Dominique Wolton, lorsqu’il dit : « Bien l’Internet, laissez faire ! Il se débrouille très bien tout seul ! » Le vrai problème de la radio n’est pas le problème de la radio commerciale : c’est le problème de la radio publique. Et ce problème est absolument irritant quand on pense à la manière dont la radio publique dans les pays en général est condamnée. La radio publique est fondamentale. Elle est fondamentale au niveau national, mais elle l’est aussi au niveau local et régional, comme au niveau international. Je trouve cela très important.

24Est-ce que la radio publique est là pour sauver l’État-nation ? N’oublions pas que l’État-nation est né de l’écriture, il est né de l’apparition de la langue locale de façon à ce que les gens puissent se prendre pour des Français, des Italiens, des Espagnols, etc. L’État-nation est né en fait de cette extériorisation du langage qui permettait aux gens de prendre conscience d’eux-mêmes sous un mode identitaire. Mais aujourd’hui, nous avons d’autres méthodes d’extériorisation. Ce n’est plus uniquement d’une manière fixe que le langage s’extériorise, mais, maintenant, il s’extériorise sur les écrans. Nous avons donc de nouvelles priorités. Alors, s’agit-il pour la radio publique de défendre l’État-nation ou de protéger contre les excès de la radio privée ? Puisqu’il y a beaucoup de radios privées, la nature de la radio est d’être contestataire d’une certaine manière. À l’époque de l’invention de l’alphabet, il y avait Platon pour nous dire que la doxa, c’est-à-dire l’opinion publique, est une des choses dont il fallait se méfier et qu’il fallait remplacer par les faits. Aujourd’hui, au contraire, on s’aperçoit qu’il y a des faits partout ; mais, en même temps, on a besoin d’une opinion publique qui ait une certaine valeur, une certaine dimension. On a besoin de confiance dans les gens qui nous parlent. Du reste, on peut se demander si la radio publique ne peut pas jouer ce rôle à ce niveau. Alex Frame disait aussi : « La source est la clé, pas le mouvement. » Cette idée-là m’apparaît assez séduisante.

25Quelques propositions pour conclure. Un exemple de radio qui a fait un truc merveilleux, mais n’a pas encore complètement abouti. En Allemagne, la radio ard a proposé à son public, aux différentes personnes qui écoutaient ses programmes, d’apporter avec eux des documents de l’histoire, de leur histoire, de ce qui se passait autour d’eux, et de les numériser pour les mettre à la disposition du public, lesquels deviendraient la mémoire collective des différentes localités allemandes à plusieurs types d’échelles. Je trouve ça extrêmement intéressant. Ils n’ont pas été jusqu’au bout de leur innovation, mais, me semble-t-il, il s’agit là d’une véritable vocation pour la radio : créer une mémoire, la mémoire d’Ottawa, la mémoire de Montréal, la mémoire du Canada, une mémoire dans laquelle les gens parleraient au lieu d’avoir un historien qui le ferait à leur place. Un deuxième exemple : celui du docteur Ayers au Texas, qui s’intéresse à la controverse existant, dans les États du Sud des États-Unis, à propos de la guerre civile. Beaucoup de gens de ces États ne sont pas du tout d’accord avec les Yankees du Nord, et il y a une tension entre les deux. Ayers a mis en route un site assez extraordinaire, dans lequel tous les documents qu’on a pu rassembler sont présentés, selon un ordre interchangeable, au visiteur, à l’internaute. Il a mis sur son site tous les documents concernant les traités, les ruptures de traités, les photographies d’esclaves, tout un ensemble de choses qui ont été numérisées et sont mises à la disposition du public. Ce n’est pas spécifiquement de la radio, mais c’est certainement un genre de service innovateur.

26Deuxième modèle intéressant : celui de abc, propriété actuellement de Disney, abc propose ce qu’on appelle un « prep service ». Le prep service, c’est un ensemble de contenus rassemblés de manière différente selon six formats de texte et d’audio, qui peuvent être repris par les diffuseurs cherchant à faire leurs propres émissions. Ils ont maintenant 3000 stations affiliées à ce système ; ils proposent un ensemble de nouvelles, un petit peu comme le service Reuter ou l’Agence France Presse, qui sont mises à la disposition des différentes stations, afin de les rediffuser dans leur contexte et avec leur propre idéologie. Ce modèle m’intéresse, parce que c’est un modèle orienté vers la production décentralisée. Un autre modèle, déjà ancien mais qui est intéressant, est celui de la radio à la demande, le Time Cast, dans lequel on peut choisir les sujets qui nous intéressent, les stations que l’on préfère. Troisième modèle, celui de Voice of America, qui a une vocation globale, celle de suivre le lever du soleil de pays en pays. Voilà donc des modèles qui sont autant de possibilités.

27En conclusion, que dire ? Je pense en premier lieu qu’on devrait enseigner la radio, l’interview, la construction d’un programme et la critique des médias dans les écoles. Il est quand même incroyable qu’on enseigne à fond l’écriture et qu’on n’enseigne pas dans les écoles la pratique des médias qui sont absolument essentiels à notre identité et à notre avenir. Comme l’a dit Serge Halimi dans son livre Les nouveaux chiens de garde, « il faut informer sur l’information ». Il est clair qu’il faut donner un sens critique à nos étudiants dans ces différents domaines. Et il est vraiment important de commencer au plus tôt.

28Deuxième chose : défendre et financer la radio publique à tous les niveaux. Je ne parle pas d’une défense uniquement nationaliste. Je pense simplement que la radio, la télévision, les médias publics nécessitent une gestion quasi militaire en vue de créer une cohésion sociale qui risque de disparaître complètement avec l’atomisation.

29Troisième suggestion : comprendre la globalisation, mais pas comme un phénomène économique. C’est quand même extraordinaire de n’en rester que là. Je suis allé au Forum économique de Davos deux ou trois fois pour toujours entendre les mêmes histoires. C’est absolument sans intérêt. Ce qui est vraiment intéressant dans la globalisation, c’est la nouvelle étape psychologique de l’homme. C’est ça qu’il faut comprendre. La globalisation, c’est véritablement un élargissement prodigieux, qui n’est pas seulement le mien, le vôtre, ou celui des gens qui sont au pouvoir ou qui ont des moyens de communication. C’est celui des gens d’Afrique du Sud, des Philippins, des Afghans. Il y a maintenant dans notre relation avec le monde entier une globalisation qui est un phénomène psychologique multinational et multiculturel. Donc, il faut comprendre et développer une programmation en conséquence. Développer RFI, défendre Radio France, défendre Radio-Canada International au lieu de les laisser pour compte, le CBC World Service, Voice of America, etc.

Auteur

Directeur du programme « Culture et Technologies », Centre McLuhan, Université de Toronto.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search