Version classiqueVersion mobile

La radio à l’ère de la convergence

 | 
Robert Rabinovitch
, 
Sylvain Lafrance
, 
Dominique Wolton
, 
et al.

Première thématique. Les technologies en émergence et leurs incidences sur l'offre radiophonique

Portrait de l’industrie radiophonique canadienne

Françoise Bertrand

Texte intégral

1Étant donné que le paysage de la réglementation en matière de radio est assez vaste, j’ai pensé me faire accompagner du directeur de la radiodiffusion au Conseil, M. Jean-Pierre Blais, qui vous adressera la parole. Ce que nous pouvons faire ensemble, mon collaborateur et moi, c’est vous présenter les différents jalons que nous avons posés pour faire en sorte que le citoyen, le consommateur et les différents éléments de la radiodiffusion au Canada, soient bien placés pour pouvoir prendre la vague du numérique. Je vais donc vous emmener dans un long voyage qui a commencé en 1995 avec le rapport que nous avons soumis, à la demande du gouvernement, sur le phénomène de la convergence et qui a suivi par la suite un long processus de révision de l’ensemble des politiques réglementaires. Donc nous n’utiliserons pas de grandes envolées, de grandes théories. Nous serons très pratiques, très factuels. Nous allons vous décrire la situation de la radio telle que nous la voyons présentement à travers des chiffres, et aussi avec le cœur et les idées de l’an 2000.

Jean-Pierre Blais

2 Directeur de la Radiodiffusion, Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes

3Avec l’arrivée de Mme Bertrand en 96 au Conseil de la radiodiffusion, on a amorcé un processus de réflexion stratégique et de vision d’ensemble. Je vais procéder à un bref survol des quelques décisions qui ont été amorcées dans ce cadre-là. Je ne parlerai ici que de la radio, mais il y a eu aussi une reconsidération des politiques et des renouvellements de licence qui touchaient la câblodistribution, la distribution et la télévision. Pour ce qui est de la radio, les grandes interventions politiques ont porté en premier Heu sur la radio commerciale, les radios campus et communautaires. Mais nous n’avons pas oublié, bien sûr, la question du renouvellement des licences radio de Radio-Canada et de la cbc.

4La politique concernant les radios campus et communautaires a été formulée en janvier 2000. Nous y avons souligné l’importance de ces médias dans le système canadien de radiodiffusion. Les gens qui opèrent ces stations-là sont, en règle générale, des organismes sans but lucratif ; leur programmation est une programmation distincte et complémentaire de celle qu’on peut retrouver à la radio commerciale et publique. Toutefois, nous exigeons quand même de ces radios une contribution importante au niveau de la promotion des talents locaux et de la musique canadienne. En revanche, nous avons assoupli nos exigences concernant l’approche philosophique de ces radios. Aujourd’hui, on compte 43 stations campus et une cinquantaine de radios communautaires. Au niveau francophone, il y a beaucoup plus de radios communautaires que de radios campus. En fait, les radios campus sont des radios communautaires, sauf que la communauté qu’elles desservent sont les collèges et les universités.

5Par rapport aux émissions à caractère ethnique, notre nouvelle politique repose largement sur les succès de la politique de 1985. Par contre, là aussi, nous avons décidé de simplifier le contexte réglementaire et de mettre l’accent sur la diversité, afin de fournir davantage de services aux groupes multiculturels, ethnoculturels, particulièrement du côté de la diversité linguistique, pour des langues autres que le français et l’anglais.

Françoise Bertrand

6On ne peut parler d’aucune radiodiffusion au Canada si on ne parle pas de Radio-Canada et de la CBC. Je pense qu’il est nécessaire de redire l’importance du rôle du service public dans le nouvel environnement, et tout particulièrement de mettre en évidence le rôle de la radio. Les décisions du Conseil de la radiodiffusion, dans le cas du renouvellement de la licence de Radio-Canada en matière de radio, ont eu comme but de réaffirmer l’importance centrale de ce service pour l’ensemble des Canadiens, sur l’ensemble du territoire, de reconnaître le fait que c’est un médium unique, et de souligner à nouveau l’importance de l’aspect non commercial, qui permet plus d’espace pour aller rejoindre les auditeurs avec d’autres types de programmation. Notre décision fut de demander à Radio-Canada de ne pas procéder à d’autres coupures du côté de la radio, mais plutôt de réallouer de nouvelles ressources pour permettre que la radio de Radio-Canada puisse vraiment remplir l’ensemble des promesses et des mandats qui lui ont été confiés et qui semblent véritablement rencontrer les besoins de l’ensemble des Canadiens que nous avons rencontrés tout au cours de nos consultations et des audiences.

7Du reste, il faut faire remarquer combien Radio-Canada et le service public ne se contentent pas de cette espèce d’éloge et d’estime qu’ils peuvent rencontrer à travers le Canada. Il y a vraiment un souci d’aller plus loin, d’aller chercher de nouveaux auditoires et d’explorer de nouvelles technologies. À cet égard, les gens de Radio-Canada ont été extrêmement innovateurs dans le monde du numérique, qui est un milieu qu’on ne peut ignorer. Il est certain qu’ils ont choisi d’aller à la rencontre des Canadiens dans ce domaine.

Jean-Pierre Blais

8Une des éléments clés pour notre plan de travail de 1997 à 2000 fut de revoir notre approche par rapport aux nouveaux médias. Il s’agit d’une initiative remarquable à deux niveaux : premièrement, par le processus suivi ; deuxièmement, par les décisions que nous avons prises en bout de ligne. Remarquable au niveau du processus, parce que, bien que le Conseil soit souvent impliqué dans des consultations, ici, on est allé beaucoup plus loin que ce qui se fait d’habitude. On a eu une audience publique. Nous avons même demandé au Centre McLuhan de gérer pour nous sur l’Internet un groupe de discussions qui a alimenté nos délibérations. Au bout du compte, le Conseil en est venu à la conclusion que l’Internet complétait la radiodiffusion traditionnelle et était un nouveau moyen de distribution du contenu canadien, et donc qu’il était d’une importance capitale pour le système de radio-diffusion au Canada. Le Conseil a également tiré la conclusion qu’il fallait augmenter les revenus des médias traditionnels.

9Par ailleurs, il restait des enjeux à définir... Par exemple, qu’est-ce qui tombe dans le champ de compétence du Conseil du point de vue législatif ? Le Conseil, sur le plan juridique, a constaté qu’il y avait du contenu alphanumérique qui relevait par définition du Parlement canadien. Mais deuxièmement, il en est venu à la conclusion qu’il y avait du matériel hautement personnalisable qui, par un jeu de définition législative, ne tombait pas dans le champ de compétence du Conseil en matière de radiodiffusion. Que faire ? Le Conseil a plusieurs pouvoirs, celui, entre autres, d’octroyer des licences ou de les renouveler, mettant au besoin des conditions à l’octroi de ces licences. De plus, dans notre boîte à outils réglementaire, nous avons un autre pouvoir : celui de créer des exemptions. En fait, le mécanisme d’exemption est une forme de réglementation. Elle est différente, mais c’est de la réglementation. Le Conseil en est venu à la conclusion que pour atteindre les objectifs de la loi sur la radiodiffusion, il était souhaitable, à l’occasion, d’utiliser le pouvoir d’exemption.

Françoise Bertrand

10Au niveau des contenus, nous avons tenté, en amont du phénomène, de clarifier nos positions. Ce n’est pas parce que nous nous sommes prononcés pour une exemption dans le cas de ce qui est assimilable à la radiodiffusion que nous avons abandonné toute forme de réglementation vis-à-vis de l’Internet. Ainsi, nous avons obligé les grandes compagnies de téléphone et de câblodistribution à offrir leurs infrastructures aux fournisseurs d’Internet. Donc, il est faux de dire que le Conseil n’a pas réglementé du tout l’Internet. Il a examiné les choses et, compte tenu de l’état de l’Internet au moment où celui-ci a été étudié, il lui est apparu que, du côté du contenu, tout convergeait vers une exemption.

11En ce qui concerne les contenus, qui dit exemption du côté de la réglementation conventionnelle ne veut pas dire absence de loi. Au contraire, le gouvernement canadien a créé une loi sur la vie privée, qui implique que toutes les lois existantes prévalent, que ce soit la loi sur les droits d’auteur ou la loi sur le code criminel. Donc, tous les problèmes concernant la vie privée ont été pris en compte et connaissent des paramètres assez importants.

12Je voudrais maintenant parler d’une politique que nous avons mise en place à partir de 1998. Depuis plusieurs années, nous recevions de nombreuses informations nous signalant que la situation financière de la radio commerciale battait de l’aile et qu’il fallait reconsidérer le cadre dans lequel nous avions établi nos règles et les conditions de licence. Nous avons donc mené un vaste exercice pour réviser la politique de la radio commerciale, car, au cours des dernières années, on avait relâché certains principes qui avaient prévalu, comme par exemple réglementer les genres. On avait déjà créé une certaine déréglementation, si on peut l’appeler ainsi. Mais il n’en demeurait pas moins que la situation financière de la radio commerciale était à risques. L’enjeu qui se présentait à nous était le suivant : est-ce que le Conseil est en mesure d’assurer une plus grande consolidation de l’industrie de la radio ? Peut-on permettre des propriétés multiples dans les marchés ? Évidemment, si on jette un coup d’œil du côté des États-Unis, qui, pour nous, sont non seulement un référent qu’on voit souvent, mais sont aussi notre voisin, ça rend les pressions plus grandes et les arguments plus incisifs. Par conséquent, nous avons examiné la question avec soin, par le biais d’une longue audience et d’une longue analyse, et nous en sommes arrivés à une décision où nous avons, pensons-nous, atteint un équilibre intéressant entre les objectifs culturels et une meilleure économie.

13Nous avons tout d’abord permis un assouplissement des règles de propriété, ce qui a favorisé une plus grande consolidation du marché et une meilleure répartition des stations à l’intérieur de celui-ci. Mais, en même temps, nous avons augmenté le contenu canadien en passant d’une moyenne de quotas de 30 % à 35 %. Nous avons souligné ainsi l’importance de la coopération entre l’industrie de la radio et l’industrie de la musique, de telle sorte que les nouveaux talents puissent émerger, qu’on puisse les encourager et les soutenir tout au long de leur carrière. Nous avons ensuite exigé que, dans toute transaction, il y ait 6 % des bénéfices qui soient réservés au système, la répartition se faisant de la façon suivante : 3 % à un fonds Radio Star, qui est un fonds s’occupant de la coopération entre l’industrie de la musique et l’industrie de la radio ; 2 % à Factor, du côté anglophone, et à Musique Action, du côté francophone, pour faire en sorte qu’il y ait vraiment un soutien à l’industrie du disque et aux artistes eux-mêmes ; 1 % au développement des talents canadiens, c’est-à-dire aux nouvelles voix, aux talents en émergence qui n’ont pas encore trouvé tout à fait leur maison d’enregistrement.

14En l’an 2000, qu’en est-il de ces politiques ? Les intentions, il faut le reconnaître, étaient pures et très en lien avec les objectifs de la loi de la radiodiffusion. Avons-nous réussi à créer l’espèce d’engouement que nous souhaitions, tout en maintenant la santé financière des entreprises ? On peut répondre que oui : en l’an 2000, la radio se porte bien au Canada. Elle a réaffirmé son caractère unique ; elle a réaffirmé sa proximité avec les citoyens canadiens. Nous avons présentement quatre réseaux publics, 500 stations de radio privée, 400 en langue anglaise et 100 en langue française. Nous avons 53 stations de radio numérique dans plusieurs marchés, surtout les plus grands bien sûr, comme Toronto, Montréal et Vancouver. Nous avons deux services numériques audio payants, distribués à l’échelle nationale. Nous avons 117 stations de radio Internet canadiennes qui rencontrent 4000 stations que nous recevons de radio Internet, depuis diverses sources à travers le monde. Comme on peut le voir, la santé de la radio est tout à fait vivante. La politique sur la radio commerciale a occasionné plusieurs transactions ; ça a été assez mouvementé, car nous avons eu 43 transactions relatives à la radio, concernant 166 stations. Les activités ont eu lieu surtout du côté anglophone, aussi bien du côté AM que du côté FM.

Jean-Pierre Blais

15Avec toutes ces transactions-là, on est dans une situation de presque un demi-milliard de dollars en valeur de vente des stations existantes. La valeur, globalement, est d’à peu près 85 millions du côté francophone et de 400 millions du côté anglophone. Toutes les stations, évidemment, ne se vendent pas au même prix. Par exemple, on pourrait penser qu’une station commerciale am dans le marché de Montréal a une valeur de 5 à 6 millions, tandis qu’une fm a une valeur de 30 à 35 millions. En fait, il n’y a pas de règle. Cela dépend du marché et de la capacité de l’acheteur à vouloir payer. On parle d’à peu près huit à dix fois les revenus comme indice. Ces activités de presque un demi-milliard de dollars ont eu comme résultat 26 millions de bénéfices pour le système de radiodiffusion au Canada. 48 % vont être alloués à l’initiative Radio Star ou Star Maker du côté anglophone, Musique Action ou Factor représentant à peu près 32 %, et les autres bénéfices, qui vont aux talents canadiens, représentant à peu près 20 % des bénéfices.

Françoise Bertrand

16Il est important de dire que ces bénéfices sont payés par les propriétaires des stations privées. Cette politique donc a permis une plus grande consolidation de l’industrie canadienne. Ce faisant, nous avons également créé des espaces nouveaux, ce qui nous a amenés à accorder de nouvelles licences. Ainsi, au cours des deux dernières années, nous avons accordé 17 nouvelles licences. Les critères qui nous ont guidés dans cette attribution des licences ont été tout d’abord le contenu canadien, et, bien sûr, les projets de développement des talents canadiens qui en sont le corollaire ; ensuite, la question économique, car il est important que nous soyons assurés que les nouveaux venus ont la capacité financière de mener à bien leurs projets ; et finalement, l’équilibre concurrentiel, afin de nous assurer qu’il y a une diversité qui est créée dans les marchés.

17Parmi ces 17 licences, nous avons accordé dans les faits trois licences aux groupes dits « consolidés », alors que 14 sont allées à des groupes ou à des propriétaires existants, qui n’étaient pas nécessairement des nouveaux venus, mais ne figuraient pas sur le marché actuel.

Jean-Pierre Blais

18Sur le plan proprement économique, si on regarde, en date de 1996, les pourcentages des recettes publicitaires par médias, on peut remarquer que la télévision représente à peu près 35 %, la radio environ 14 %, les quotidiens environ 25 %, les hebdomadaires et les magazines, chacun environ 11 %, les panneaux réclames 4 %. Si, maintenant, on compare avec 1999, on constate que la répartition est demeurée relativement stable, Internet représentant à peu près 1 %. En revanche, il y a eu croissance de l’ensemble des recettes publicitaires.

Françoise Bertrand

19En ce qui concerne l’audience proprement dite, on observe que, depuis 1996-1997, la fidélité des auditeurs et des consommateurs canadiens est vraiment au rendez-vous de la radio. Sans doute Internet occupe-t-il un certain espace, mais pas au détriment de l’écoute de la radio. Il n’a toujours pas pénétré cette enclave secrète qu’est la voiture. Ainsi donc, il y a une fidélité, une vitalité de la radio qui est démontrée par les heures d’écoute.

20Cela se reflète au chapitre des recettes. On voit, en effet, une nette croissance de celles-ci, qui peut s’expliquer par une meilleure gestion de la part des radios commerciales, mais aussi par le nombre d’heures syntonisées et par une meilleure synergie résultant de certaines consolidations. On a permis des économies d’échelle qui ont assuré de meilleurs chiffres de vente. On voit d’ailleurs que, au chapitre des dépenses, les radios ont vraiment été capables de profiter de ces économies d’échelle. Actuellement, elles connaissent un bon équilibre au chapitre des dépenses, ce qui veut dire que la consolidation, au plan commercial, a fonctionné.

Jean-Pierre Blais

21Si on va un peu plus loin et qu’on fait la division entre les radios am et fm et la radio anglaise et française, on peut remarquer des tendances intéressantes. La radio am demeure une radio qui, sur le plan commercial, comporte des défis ; par contre, on constate qu’il y a un financement croisé entre les am et les fm, qui découle du phénomène de la consolidation où, selon notre politique, les joueurs peuvent avoir plus qu’une antenne dans un marché, au-delà de ce qu’on avait permis historiquement. Par ailleurs, si on regarde en détail d’où proviennent les recettes, on observe qu’elles sont encore largement tirées de la publicité locale.

22De tous ces chiffres, on peut tirer quelques conclusions. Premièrement, la radio demeure un médium de proximité. L’intérêt local le démontre au niveau des recettes. Bien que les stations am soient moins profitables, elles bénéficient de la consolidation que nous voyons en ce moment ; du reste, il faut ajouter qu’il n’y a pas abandon de la radio am, car celle-ci présente à long terme un avantage de positionnement lors du passage à la diffusion numérique.

Françoise Bertrand

23À travers le parcours que nous venons d’effectuer, on peut voir que la radio, bien qu’ayant de nombreux défis, est en santé au Canada ; à cet effet, l’équilibre entre le secteur public et le secteur privé est crucial. Donc, chacun est important et unique, mais unique dans sa synergie, dans sa complémentarité ; le Conseil, par la loi de la radiodiffusion, ainsi que par l’ensemble de ses décisions, a réaffirmé vraiment son engagement à faire en sorte que les deux composantes de notre système soient en santé.

24Avant de terminer, j’aimerais évoquer les perspectives pour les trois prochaines années. Le premier élément qu’il nous faudra prendre en considération est l’univers numérique, qui est un nouveau paradigme. Il est là, on ne peut pas l’ignorer. Cela dit, il ne faut pas tout abandonner, car, à court terme, on ignore ce qui va se passer. Le second élément est la nouvelle concurrence : avec l’avènement de l’univers numérique, nous allons rencontrer de nouvelles concurrences. La restructuration de l’industrie, on le sait, est importante. Elle se poursuit : consolidation, intégration verticale, intégration horizontale. La radio fait partie de cet univers. Nous avons contribué au nouvel environnement par les nouveaux cadres de réglementation que nous avons mis en place au cours des dernières années. Un autre élément est la mondialisation. Au Canada, la mondialisation a toujours représenté une réalité palpable, dans la mesure où nous avons toujours été très près de l’Europe et très voisins des États-Unis. Aujourd’hui, c’est un phénomène vraiment à l’échelle du globe. Par ailleurs, les Canadiens deviennent des consommateurs de plus en plus exigeants, de plus en plus éduqués, que nous avons toujours la responsabilité de mieux éduquer. Ce que ça veut dire sur le plan stratégique, pour nous, au cours des trois prochaines années, c’est d’abord l’obligation que nous avons, en vertu de la loi sur la radiodiffusion et aussi de la loi sur les télécommunications, de concilier les objectifs socioculturels et économiques, et de garder le tout en équilibre, car, sans cet équilibre, nous desservons complètement le citoyen canadien. En outre, nous avons une responsabilité au chapitre de la défense de la souveraineté culturelle. C’est quelque chose que nous connaissons bien, mais qui, évidemment, en raison des nouvelles technologies et des nouveaux appétits de capitaux, prend une autre forme. Nous avons donc devant nous de nouveaux défis. Notre première tâche sera d’abord de favoriser une concurrence durable, ensuite de nous assurer que les nouvelles voix d’aujourd’hui puissent perdurer et qu’il y ait pérennité, tout en garantissant, au chapitre de la consolidation, que cela ne prenne pas l’aspect d’une concentration indue à l’encontre de l’intérêt public. Enfin, nous avons la responsabilité de promouvoir la présence canadienne dans l’univers numérique, et faire en sorte qu’il y ait une transition harmonieuse entre les deux mondes, en prenant en considération toute la question des droits qui est cruciale.

25Finalement, pour le Conseil, cela veut dire aussi une réaffirmation des objectifs, des lois dont nous avons la responsabilité. Cela veut dire l’importance et l’obsession de servir l’intérêt public. Nous avons donc la vocation des quatre « C » : servir les consommateurs, le citoyen, avec un contenu canadien percutant et de qualité ; nous assurer qu’il y a une concurrence durable, et qu’il y a une convergence pour tous, et non seulement pour ceux qui pourraient être ce qu’on appelle en anglais les early adopters.

Auteur

Présidente du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search