Version classiqueVersion mobile

La radio à l’ère de la convergence

 | 
Robert Rabinovitch
, 
Sylvain Lafrance
, 
Dominique Wolton
, 
et al.

Première thématique. Les technologies en émergence et leurs incidences sur l'offre radiophonique

Débat

Michel Filion

Texte intégral

1En guise d’introduction à la discussion qui va suivre, permettez-moi de citer un extrait de L’Internet et après, le dernier livre de Dominique Wolton :

Le paradoxe de la communication est donc le suivant. Si l’histoire de la communication est évidemment très longue, aussi longue que celle de l’homme, celle des techniques du même nom est en revanche extrêmement récente. Et à peine les hommes sont-ils habitués à des systèmes de communication qui bouleversent déjà considérablement leur perception du monde, leur manière de vivre et de travailler, qu’ils doivent se préparer à l’étape suivante où tout ira encore plus vite. Pourquoi y a-t-il alors si peu de discussions et de controverses sur les techniques de communication ?

2M. Wolton répond :

Tout simplement parce que l’idée centrale est qu’il s’agit là d’un progrès. L’idéal, pour ne pas dire l’idéologie du progrès, tient lieu de réflexion, évitant que ne soit posée la question simple : toutes ces techniques de communication, pour quoi faire ?

Dominique Wolton

3Quand j’ai dit qu’il fallait faire attention à l’alliance des libertaires et des libéraux, j’ai voulu dire que les libertaires se battent pour qu’il y ait un usage politique des nouvelles techniques et que, finalement, ils deviennent les instruments des libéraux qui organisent un nouveau marché. En réalité, j’avais un exemple en tête que j’ai oublié de citer. J’ai fait en 1977 ou 1978, donc il y a 22 ans, un voyage au Québec pour venir voir Vidéotron qui était, vous le savez, la télévision communautaire de Montréal, militante, qui permettait de dénaturer, de subvenir l’épouvantable télévision de masse. La télévision communautaire du Québec avait été importée en Europe et on faisait partout des télévisions par câble, communautaires, qui devaient subvenir les rapports sociaux. Il s’agissait de militants et donc de libertaires, qui voulaient prouver que, par la nouvelle technique du câble, on allait subvenir cette aliénante et oppressante télévision de masse qui, naturellement, abrutissait tout le monde. Vous vous souvenez, je suppose... J’ai vu cet été que Vidéotron a été rachetée. Ce n’est pas grave, c’est la loi de la communication et de l’économie. Mais que de chemin parcouru entre les militants qui pensaient que par le câble on allait subvertir l’oppression de la télévision de masse et la réalité économique qui, vingt après, fait que c’est racheté ! Pour moi, c’est un symbole. Les gens de Vidéotron étaient de bonne foi. Là n’est pas la question. Ils pensaient franchement qu’une nouvelle technique de câble allait subvertir la loi de la communication. Et, 22 ans après, il n’y a pas subversion. Cela veut dire qu’il ne suffit pas qu’il y ait un support technique nouveau pour changer radicalement l’économie d’un système de communication. Cela signifie que, contrairement à ce qu’on pouvait penser à l’époque, la radio de masse ou la télévision de masse n’étaient pas forcément l’adversaire qu’il fallait abattre. La télévision par câble est tombée elle-même dans la fausse rivalité des anciennes techniques, puis d’autres nouvelles techniques sont arrivées. Je trouve que c’est important, parce que Vidéotron a joué dans l’imaginaire des militants européens un rôle très important, parce qu’on pensait de bonne foi que, puisque les Canadiens et les Québécois notamment étaient en avance sur les Européens, sur l’usage de la télévision par câble, alors on pouvait trouver là, comment dirais-je, une ressource pour subvertir les médias de masse. C’est un bon exemple. Je ne critique pas. Je dis simplement que cela a été une illusion technique, une utopie politique au travers de la télévision communautaire ou de la télévision par câble. On se demandait alors : à quoi sert la communication ? Et, 20 ans après, on se retrouve avec la même question. Ce n’est plus la télévision par câble aujourd’hui, mais on dit que c’est Internet. Et c’est chaque fois la même chose. Une technique en tant que telle ne suffit pas à faire une pensée politique. Si on veut une pensée politique, il faut que ce soit une pensée qui relie l’individu au collectif et pas simplement l’individu au communautaire, parce que le communautaire a été vraiment vécu pendant 2 2 ans comme étant l’alternative à la télévision de masse. Et, 25 ans après, on a la preuve évidemment que le communautaire n’est pas l’alternative à une pensée démocratique.

Sylvain Lafrance

4La question que je veux poser est : pourquoi toutes ces techniques de communication ? Il ne me semble pas qu’on ait fondamentalement réfléchi sur le message qu’on veut véhiculer. À partir du moment où on dispose d’un moyen, par exemple d’un site Web international, que fait-on ? Quel est le message qu’on veut véhiculer à la planète par opposition à celui qu’on voulait véhiculer ? C’est une réflexion sur laquelle on ne se penche pas. On ne réfléchit pas au message, comme si, effectivement, les tuyaux et les avantages commerciaux avaient complètement remplacé l’intérêt. Ma question est : « Pourquoi toutes ces techniques-là, pourquoi tout cet emballement pour ces techniques ? »

Jean-Marie Cavada

5Il est intéressant que quelqu’un mette un peu les pieds dans le plat, comme cela a déjà été fait à deux ou trois reprises lors de cette rencontre. Car on voit bien que les industries de la communication, pour reprendre la formulation classique, sont dans une phase sans réel débat. Le système est d’une telle massivité, mobilise de telles forces économiques, technologiques, de transferts de compétences et de connaissances, c’est un tel mouvement économique de fond qu’aujourd’hui, c’est une vache sacrée. En fait, le débat qui est évoqué ici n’existe pas. Mais, moi, je réclame qu’il existe. Je fais partie de ceux qui ont besoin que ce débat existe. Pourquoi ? Tout d’abord, d’un point de vue très mercantile, pour trouver mes propres clients, mes propres consommateurs, mes auditeurs, pour trouver mes acheteurs de services.

6Mais il y a une deuxième chose. C’est que je ne crois pas du tout à l’unicité de ce débat, à l’offre unique, de la même manière que je ne crois pas au triomphe de l’organisation publique ou au triomphe de l’organisation privée, tout ça n’ayant aucun sens puisque ça répond à des besoins très différents. L’organisation de l’offre publique, elle répond à quoi ? Elle a une seule mission : mettre de l’avant les choses qui ne sont pas offertes par l’offre commerciale. C’est là que se limite le rôle des opérateurs publics. Mais, en même temps, il faut susciter le débat. Je ne connais pas d’industrie, de grands mouvements économiques et technologiques, dans l’histoire des sociétés, qui n’aient pas fait l’objet d’un débat pendant et en tout cas après leur apparition. Il vaut peut-être mieux l’avoir avant et pendant, que pendant et après ou pas du tout. Je crois que ce sujet appartient à tout le monde et pas seulement aux gens de l’industrie, qu’elle soit publique ou privée. Il appartient à tout le monde, et tout d’abord aux utilisateurs.

Réjean Lafrance

7Recherchiste, Relations internationales, Radio-Canada

8On a dit qu’une des choses qui est véhiculée par rapport à l’Internet, c’est que tout un chacun peut maintenant s’improviser radiodiffuseur dans son salon. J’aimerais savoir quelle part vous accordez, dans le prochain paysage radiophonique, à cette contribution des gens.

Sylvain Lafrance

9On mène actuellement une expérience avec Jacques Languirand, que beaucoup d’entre vous connaissent sans doute, qui consiste à diffuser son émission à la fois à la radio et sur le Web. C’est, au fond, une forme d’interactivité assez poussée. On crée ainsi une communauté d’auditeurs qui, en direct, peut réagir aux propos de M. Languirand et lui dire : « Bon bien, c’est vrai ceci ! Ce n’est pas vrai cela ! etc. » Il y a vraiment donc, pour la première fois chez nous, une influence directe du produit Internet sur le produit radiophonique. On pouvait le faire auparavant par téléphone, mais ça allait beaucoup moins loin. Pour le reste, nos sites favorisent beaucoup l’interactivité, que ce soient nos sites d’éducation ou nos sites jeunesse. Notre site jeunesse est un site de forte interconnectivité ou interactivité. Quand on parle de valeur ajoutée, il s’agit peut-être de l’élément de valeur ajoutée le plus important qu’on peut avoir sur le produit radiophonique.

Dominique Wolton

10Il y a plusieurs choses à dire à ce propos. Les stéréotypes ont la vie dure... En matière de théorie de la connaissance, on n’est pas plus interactif aujourd’hui avec le Net qu’on ne l’était avec un journal ou la radio ou la télévision. Les modes d’interactivité sont différents. Par définition, lire un texte, ça demande une immense interactivité, et écouter la radio et la télévision aussi. Confondre l’interactivité initiée par le clavier avec une activité initiée par les yeux ou par l’oreille, ça ne va pas. L’inconvénient du Net, c’est que c’est... rapide ! Or l’individu a besoin de temps, d’oubli, de silence et de distance. Par conséquent, s’imaginer qu’une interactivité rapide est plus efficace qu’une interactivité lente, fait partie aussi des mythes de la modernité. Heureusement qu’on ne répond pas tout de suite et tout le temps aux messages que l’on reçoit ! Et de ce point de vue-là, l’interactivité du récepteur, de vous et moi, qui lit quelque chose, qui écoute et qui regarde, et qui dira plus tard ce qu’il en pense autrement ailleurs, est souvent une forme de culture par rapport à une interactivité rapide qui est basée sur les émotions ou sur le temps.

11Il faut se méfier d’une communication directe où chacun devient professionnel de radio ou de télévision. Le plus important, c’est de rappeler que les activités de communication doivent être « médiées » par l’existence de professionnels. Cela paraît conservateur de valoriser le professionnel par rapport à l’expression directe, mais je pense que c’est fondamental pour éviter la démagogie.

12De la même façon que vous et moi, on ne peut pas instantanément, sous prétexte qu’on peut accéder par des réseaux à des bases et à des banques de données, faire nous-mêmes notre propre éducation. On a besoin de professeurs, d’instituteurs, de maîtres – appelons ça comme on veut. De même, dans la communication, on a besoin d’intermédiaires qui sont des professionnels. Des professionnels, c’est-à-dire des hommes et des femmes qui ont pour métier, capacité, de faire ce travail de filtre d’organisation de la communication. Et je trouve que la pire des démagogies, c’est de s’imaginer que, parce qu’on a un système technique interactif, on peut se passer de la présence des intermédiaires que sont les professeurs, les instituteurs, les journalistes et les hommes politiques... Il n’y a de la communication qu’à condition qu’il y ait des filtres intermédiaires. Même si les intermédiaires font des erreurs. Croire que des professionnels sont des freins à la communication, cela fait partie de l’idéologie de la communication.

Guy Banville

13Vice-président au Développement, Groupe Télémédia

14Je suis plutôt d’accord avec ça. C’est particulièrement vrai dans les faits, sur le terrain... Prenez les jeux, par exemple. Cela énerve beaucoup de monde, alors qu’en réalité, il n’y a pas plus de 10 ou 12 % de la population, ou de l’auditoire, qui participent à ces divertissements. D’ailleurs, la majorité des gens y sont assez passifs. Or on entretient le mythe que les jeux, c’est l’interactivité, comme s’il s’agissait d’une formule magique. Il y en a qui sont en train de devenir fous avec ça. Ils veulent nous mettre des bornes interactives à peu près à tous les coins de rues, dans les cabines téléphoniques... À les en croire, ce sera toujours comme ça. Tu veux faire un appel téléphonique ? Tu ne fais pas le numéro, tu appuies sur le bouton parce qu’on t’a dit : « Ça, c’est interactif ! » Alors, je vais plutôt dans votre sens. De toute façon, la radio ce n’est pas seulement le divertissement, c’est aussi l’information, c’est-à-dire quelque chose qui est par-delà l’interactivité.

Philippe Breton

15Chercheur au CNRS de l’Université Marc Bloch, Strasbourg

16Une des questions qui se pose, c’est la nécessité du débat sur les nouvelles technologies. Je crois que c’est vraiment la question fondamentale. Mais, pour l’aborder, il faut se poser la question de ce qui gêne ce débat, l’empêche. On ne manque pas d’arguments ni de producteurs d’arguments. Il y a au moins deux milieux dans lesquels il y a des arguments portant sur ce débat. Le milieu scientifique, qui est en train de développer une réflexion sur l’éthique des nouvelles technologies, et le milieu des professionnels qui s’interroge lui aussi.

17Dans le milieu des chercheurs sur la communication, il y a aussi d’importantes ressources consacrées à ce débat. Si Dominique Wolton avait été dans un débat strictement universitaire, il aurait cité les nombreux universitaires et chercheurs qui travaillent sur ce sujet et qui nourrissent la réflexion sur ce thème. Là où je crois que le débat manque le plus, c’est dans le champ du politique. Si le politique ne contribue pas à animer ce débat sur les nouvelles technologies, nous tournerons en rond chacun dans nos milieux respectifs. C’est là, je crois, qu’il y a un véritable déficit. Et je crois que, pour réfléchir sur l’Internet, il faut sortir d’Internet et poser la question du débat politique sur les finalités de la société. On parle beaucoup de la jeunesse. Chacun d’entre nous a pu être frappé par le fait que la jeunesse s’investit beaucoup dans les nouvelles technologies, lesquelles cristallisent en quelque sorte son désir de changement. Cette captation du désir de changement est, je crois, un élément tout à fait essentiel. On assiste à une sorte de recomposition du débat politique. Chose paradoxale, ce sont les forces politiques présentes habituellement du côté du changement – on les a appelées « forces progressistes », « forces de gauche », peu importe – qui sont les plus fascinées par ces nouvelles technologies, et cela parce qu’elles sont en panne de futur. Les nouvelles technologies leur donnent une espèce de futur artificiel. Donc, je crois que c’est à nous aussi de les secouer et de leur dire : « Réfléchissons à un véritable futur ! »

Jean-Marie Cavada

18Pour répondre à M. Breton, je ne crois pas plus au progressisme qu’au conservatisme dans ce domaine. Qu’est-ce qu’on attend du politique aujourd’hui, des hommes et des femmes politiques face aux technologies, face à l’immersion de l’économie dans ce système ? On attend qu’ils encadrent les débordements et suscitent des compensations pour que toujours soit préservé l’essentiel. Pour moi, l’essentiel, ce sont deux choses assez simples : c’est la diversité des offres et la diversité de l’accession pour les plus démunis. Le reste, c’est vraiment de la soupe provisoire. Or vous remarquerez que rien de tout cela n’existe et que personne n’ose s’aventurer dans ce domaine. C’est pourquoi ce que M. Breton dit me semble très intéressant, et devra être réfléchi, théorisé. C’est un débat beaucoup plus important que les formes spécifiques et apparentes de l’organisation du commerce mondial. Mais ce débat-là n’a pas démarré et, malheureusement, il est à craindre que ce qu’on pourrait appeler l’organisation publique ne veuille pas s’y aventurer facilement parce qu’elle sera suspectée de dirigisme ou de censure. Pourtant, cela concerne l’essentiel, à savoir la forme d’organisation du débat et de l’accès aux connaissances et au divertissement dans la Cité.

19Concernant l’absence de débat, je dirai que la collusion entre les intérêts économiques et l’État depuis cinq ans dans le domaine des nouvelles technologies est incroyable. L’État, plutôt que de gérer la Cité, plutôt que de s’interroger sur l’impact social de tout cet attirail et sur la façon dont les citoyens vont communiquer entre eux, s’est empressé de construire rapidement des parcs industriels, de donner des subventions aux entreprises naissantes qui pouvaient procurer un avantage commercial dans le domaine des nouvelles technologies. Le débat aurait pu venir des diffuseurs, mais ceux-ci, pour la plupart, sont des gens d’affaire qui ont des intérêts dans ces différents secteurs. Je pense que l’absence de débat s’explique un peu par l’excès d’intérêt de beaucoup de groupes sociaux.

Dominique Wolton

20Je suis assez d’accord sur le mot « collusion » pour expliquer pourquoi le politique ne joue pas son rôle. Il y a une collusion entre un discours politique qui cherche une utopie et le thème fantastique de la nouvelle économie. Il y a un continuum qui consiste à croire qu’au bout des ordinateurs, il y a une nouvelle économie, donc une nouvelle croissance. Donc on relance la donne économique et la donne sociale. Le politique est rentré dans ce discours et l’a acheté depuis une quinzaine d’années. Je ne suis pas particulièrement marxiste dans mes interprétations, mais il faut bien avouer que la collusion entre un certain nombre de groupes industriels et des acteurs politiques, notamment en Amérique du Nord, a fait des petits en Europe. Quand on voit la position de la Commission européenne, on a de quoi s’interroger. La compulsion de la Commission européenne et les postures qu’elle prend à propos de la construction de la société de l’information a quelque chose d’étonnant.

21Vous savez que les Européens se réunissent deux fois par an dans des sommets. À Lisbonne, en mai dernier, les chefs d’État et de gouvernement ont repris officiellement pour la première fois le vocable de la « société de l’information et de la communication », en considérant que c’était ça l’objectif de l’Europe. Quand vous prenez une décision politique comme ça, ce sont des milliards d’écus qui dégringolent dans l’ensemble des activités européennes, dès lors que vous rajoutez à chaque fois « information et communication ». Et comme l’Europe c’est des lobbies, ce qui est normal dans toute société démocratique, vous allez avoir pendant au moins cinq ou sept ans un nombre incalculable de projets qui seront financés uniquement parce que, quelque part, chaque fois, on a ajouté le vocable « société d’information et de la communication ». Vous avez là toute la mesure des hommes politiques qui, n’ayant pas d’utopie politique, reprennent le vocabulaire des sociétés de l’information et de la communication, tout en pensant faussement que c’en est une.

22Deuxième chose : pourquoi n’y a-t-il pas de débats ? C’est qu’en Europe, ce sont les forces de gauche qui ont repris ce vocabulaire, la France étant, de ce point de vue-là, la pire des sociétés. Ce sont les forces dites « de gauche », dites « socialistes démocrates » ou « socialistes », peu importe le vocabulaire, qui considèrent qu’il faut faire une société de l’information qui produira un changement de société. Autrement dit, on joue complètement à fond inversé. Si la droite disait ça, on dirait : « C’est incroyable ! La droite adhère à l’idéologie technique et aux intérêts économiques ! » Mais comme c’est la gauche qui reprend ce vocabulaire, il faut absolument qu’il en soit ainsi. Et tout le monde considère que le débat a eu lieu ! Or le débat n’a pas eu lieu. Il y a eu simplement subversion. Une génération qui n’a pas de discours politique a acheté le discours de la société de l’information et de la communication, et le présente comme un projet politique. Moi, je dis, de ce point de vue-là, qu’il y a un enjeu industriel qui s’appelle la « société de l’information et de la communication », où nous, les Européens, devons être capables de tenir tête aux Américains et d’offrir une autre vision des choses. Mais un enjeu industriel, ce n’est pas un enjeu de société ! C’est tout le problème de passer d’un enjeu industriel à une pensée politique !

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search