Version classiqueVersion mobile

La radio à l’ère de la convergence

 | 
Robert Rabinovitch
, 
Sylvain Lafrance
, 
Dominique Wolton
, 
et al.

Première thématique. Les technologies en émergence et leurs incidences sur l'offre radiophonique

Table ronde

Sylvain Lafrance

Texte intégral

1J’ai mentionné plus tôt qu’il y a trois phénomènes qui me semblent converger actuellement et qui ont un impact majeur sur la façon dont on doit concevoir la radio. Le premier est le phénomène technologique, dont Internet est une manifestation. Le deuxième élément important, qui est le corollaire du premier, est le changement dans les habitudes médiatiques des usagers qui sera vraiment important au moment de l’arrivée du haut débit sur l’Internet. Le troisième élément, c’est celui de la concentration, qui est un phénomène au moins aussi important que les deux premiers.

2Pour moi, les nouvelles technologies représentent une chance fabuleuse pour la radio. En tout cas, dans un horizon de cinq à dix ans, il y aura plusieurs choses qui seront rendues possibles. Du reste, la radio se porte très bien. Au Canada, c’est quand même un média qui a toujours un taux de pénétration d’environ 98 %, et ça ne risque pas de changer avec ce qu’on voit actuellement. La plupart des Canadiens sont très fidèles à leurs stations de radio. C’est un média qui n’a pas subi les assauts ni l’éclatement des chaînes de télévision spécialisées, et n’a pas été affecté par l’arrivée d’Internet. En fait, il y a une menace qui se profile à l’horizon lorsqu’on parle de la radio des services publics : elle est due beaucoup plus à la question de la concentration qu’à la question de la technologie. Mais je vais y revenir dans un instant.

3Mon exposé sera divisé en trois parties. Dans un premier temps, j’aborderai la question de l’environnement technologique et de la modification des habitudes de consommation médiatique. Deuxièmement, je soulignerai le rôle du service public dans cet environnement, autant face à la technologie que face à la concentration. Troisièmement, je mettrai en évidence les initiatives de Radio-Canada dans ce domaine, en insistant sur le rôle de la radio.

4Tout d’abord, donc, l’environnement technologique. La convergence technologique, l’émergence des nouveaux médias, et, jusqu’à un certain point, la divergence qu’elle entraîne, créent une forme de révolution. Une révolution de quoi ? On n’en est pas trop certain : peut-être une révolution des pratiques médiatiques. Ce n’est pas tout à fait impossible, parce qu’internet change quand même des choses et crée des besoins pour une certaine partie de la population. Internet, parce que c’est la bête qu’on voit le plus souvent dans tout cet univers des nouvelles technologies, laquelle me semble avoir trois fonctions.

5Première fonction : celle de la connexion inter-individuelle. Le courriel, le chat, qui sont des fonctions de téléphonie avancée, c’est intéressant. On peut s’en servir pour diffuser des choses, mais essentiellement, ce sont des fonctions inter-individuelles. Deuxième fonction qui est déjà plus importante : c’est la fonction de distribution. Distribution à la fois audio et vidéo, distribution aussi des produits par le commerce électronique. Avec le haut débit, ces activités-là vont vraiment prendre de l’ampleur, ce qui créera de la concurrence à la radio. Cela suscitera d’abord de la concurrence aux radios existantes sur le Web, mais cela va créer aussi des nouvelles radios, les web-radios. De plus, cela nous amène toutes les radios internationales, avec la conséquence qu’actuellement on peut capter sur le Web plus de 5000 radios. On est donc en présence de nouveaux joueurs, d’une forme nouvelle de concurrence. La librairie Chapter, par exemple, a lancé 23 chaînes de musique continue qui sont essentiellement des vitrines pour vendre des disques. Mais c’est quand même de la très bonne musique continue, et c’est une activité qui, jusqu’à maintenant, était une activité radiophonique. On a donc affaire à des joueurs qui sont un peu différents dans l’environnement où l’on est.

6Est-ce que cela va complètement bouleverser les habitudes d’écoute ? Je ne le sais pas, parce qu’internet n’est pas encore tout à fait un outil facile pour écouter la radio. En ce qui me concerne, je crois que, pour un certain nombre de raisons, la radio va continuer. La radio traditionnelle, analogique même, va continuer pendant un bon bout de temps à être présente. Mais si cela amène 10 ou 15 % d’écoute à des radios autres que les radios traditionnelles, cela va constituer un changement majeur dans la façon dont se répartissent actuellement les auditoires. L’accès aux radios internationales, notamment, est un truc intéressant, car, au Canada aujourd’hui, il y a beaucoup de Canadiens francophones d’origine ethnique qui pourront écouter les radios de leur pays assez facilement. La mondialisation a créé un intérêt pour l’information internationale qui est très grand. Donc, il y aura un intérêt pour les stations internationales. De là à dire que toutes les madames Robitaille de Gatineau écouteront demain Radio-Shangai, ce n’est naturellement pas le cas ! Mais il reste que 5, 10, 15 % d’un auditoire radio, c’est déjà un phénomène dont il faut tenir compte.

7Donc l’Internet rend beaucoup d’informations disponibles, mais n’en crée pas énormément. Je pense que la vraie révolution, en tout cas celle qui touchera la radio, va survenir quand le haut débit sera devenu le principal moyen de voyager sur Internet. Récemment, des sondages ont été publiés aux États-Unis (lors de la dernière rencontre des radiodiffuseurs) qui indiquent que les habitudes de consommation médiatique dans les familles où l’on est branché sur le haut débit, sont fondamentalement différentes de ce qu’elles sont ailleurs. On nous a dit là-bas que l’écoute médiatique se répartissait comme suit : un tiers télé, un tiers radio, un tiers Internet. Mais cela veut dire quoi une « écoute médiatique » sur Internet ? Si ça veut dire du chat pendant trois heures, ce n’est pas trop inquiétant pour les médias de masse.

8Pour certains analystes, l’arrivée du haut débit au Canada pourrait entraîner trois choses. Tout d’abord, des services multimédias avancés – donc, en audio et en vidéo. Actuellement, ce n’est pas tellement le cas sur les branchements conventionnels. Ensuite, la fin de la gratuité des services en ligne : on va commencer à voir poindre le modèle économique d’Internet, car, jusqu’ici, l’Internet ne s’est pas encore heurté à la question du modèle économique. Une troisième chose pourrait se produire avec l’arrivée du haut débit, à savoir une nouvelle vague d’acquisitions et de concentrations. Ça aussi, c’est assez inquiétant et ça pourrait effectivement être pire. Donc, le haut débit va probablement marquer la véritable naissance d’Internet dans sa concurrence avec les médias traditionnels. Ajoutons à cela les technologies sans fil, et on a un portrait assez complet de ce qui pourrait se dessiner pendant les dix prochaines années.

9Cela dit, je ne crois pas que la télévision et la radio traditionnelles soient si menacées. En cela, je suis d’accord avec M. Wolton. Je pense plutôt que ces nouvelles technologies représentent des chances extraordinaires pour la radio. Ceci m’amène à parler des impacts de ces technologies sur le produit radio. J’en vois quatre qui m’ont semblé particulièrement intéressants.

10D’abord, cela va entraîner une évolution du produit pour répondre davantage aux attentes. Prenons comme exemple la Chaîne culturelle. Si les amateurs vont sur ce site, c’est pour en trouver plus : ils s’attendent à ce que la Chaîne culturelle leur en donne plus sur leurs musiciens favoris, leurs compositeurs favoris, leurs auteurs favoris et même... leurs intellectuels favoris ! Donc, ils vont s’attendre à ce que cette offre d’une valeur ajoutée soit proposée par les stations de radio. Il va falloir répondre à ça et créer une modification importante du produit radiophonique, pas du produit clé de la radio, mais de ses produits à valeur ajoutée.

11Deuxième chose : qu’elle soit diffusée en numérique ou pas, la radio sera multi-plateforme, autrement dit on pourra capter sa radio sur du AM, sur du FM, peut-être sur du numérique, sur Internet, sur des téléphones sans fil, sur le satellite, sur le câble. Et, pour chacune de ces plateformes, il y aura peut-être une valeur ajoutée différente. Par exemple, dans la téléphonie sans fil, on va vouloir faire des technologies qu’on dit push, c’est-à-dire qu’on va vouloir vous informer quand il se produit quelque chose même si votre truc n’est pas ouvert, alors que, sur d’autres, on va vouloir plutôt vous donner un maximum d’informations. Mais on peut penser que chaque plateforme va commander une valeur ajoutée un peu différente. Encore là, ça ne change pas fondamentalement ce qu’est la radio, mais ça nous donne une occasion intéressante d’ajouter une valeur ajoutée.

12Troisième chose : le fameux audio libre-service. On peut l’appeler de toutes sortes de façons, mais essentiellement, ce sont des formes de radio sur demande ou des formes d’asynchronie dans l’écoute. C’est un phénomène qui est intéressant. Encore là, il ne remplacera pas 80 % de l’écoute radiophonique, parce que ce n’est pas vrai que tout le monde veut pouvoir écouter des émissions au choix. La radio est un médium simple : essayons qu’elle le reste. Mais cela offre quand même une possibilité intéressante de réécouter notamment des émissions spécialisées. Ça me semble être un concept intéressant : là encore il y a une valeur ajoutée intéressante au produit radiophonique.

13Ainsi que je l’ai mentionné plus tôt, l’un des impacts à prévoir est l’arrivée de nouveaux concurrents. Je mentionnais Chapters, je pourrais vous parler de FM Canada, qui est une chaîne dont le travail actuellement est de constituer des produits locaux de diffusion de musique spécialisée dans six ou sept villes canadiennes. Donc, il arrive des nouveaux concurrents qui ne font pas traditionnellement partie de notre industrie, de notre média, de notre famille, mais qui aujourd’hui commencent à fabriquer des produits qui ressemblent dangereusement aux nôtres.

14Ainsi donc, il y aura fondamentalement une modification du produit dans la capacité de valeur ajoutée. Je ne suis pas tout à fait certain qu’il y aura une modification fondamentale du produit dans ce qu’il est depuis toujours, c’est-à-dire un outil qui fait appel à l’imaginaire, aux émotions, un lieu comme je le mentionnais plus tôt, où il y a des débats, des émotions, de l’imaginaire, où l’on découvre des choses.

15Ceci m’amène à parler du service public de radiodiffusion et de son rôle. Le modèle canadien est assez intéressant, parce que tout le fonctionnement du modèle est basé depuis la création de la radio sur la coexistence du privé et du public. Et cette coexistence-là a toujours permis une grande diversité de choix et une grande variété d’opinions. Cela me semble quelque chose d’important qu’il faut conserver. Le système canadien de radiodiffusion a été construit, il y a de nombreuses années, sur le modèle de la BBC. Il faut se rappeler que, à l’origine, les ondes américaines risquaient d’envahir totalement le Canada. Vous me direz que ça n’a pas changé, mais il reste que c’est un système qui a été bâti sur une logique protectionniste. D’ailleurs, on a eu bien raison de le faire. Cette logique protectionniste est encore tout à fait vraie dans un univers numérique, plus vraie que jamais. La diversité culturelle est un thème qui revient vachement à la mode. Pour ma part, je suis convaincu que la meilleure façon d’assurer une bonne diversité culturelle, c’est la coexistence du public et du privé.

16Mais le système public est mis à rude épreuve depuis quelques années, pour bien des raisons. D’abord, ses ressources financières se sont réduites depuis 1984. La Société Radio-Canada fait face à d’importantes réductions. Ça limite beaucoup sa marge de manœuvre et ça l’oblige à faire des choix dans un contexte financier qui n’est pas simple. Cela se produit, deuxièmement, à un moment où on aurait besoin de gros investissements pour les transformations que commandent les nouveaux médias ou le nouvel environnement. Les concurrents auxquels on fait face ont souvent de grosses capitalisations. Le service public n’en a pas et fait face à des difficultés financières. C’est un facteur aggravant. Troisième chose qui met à rude épreuve le service public, c’est la concentration et, jusqu’à un certain point, la soif de contenu des entreprises privées. Un des phénomènes dominants actuellement de la concentration, c’est que les gens qui aujourd’hui se lancent en radiodiffusion, ou dans les journaux, ne sont pas des individus qui appartiennent aux médias. Ces gens-là, un jour, ont besoin de contenus. Ils viennent nous voir parce que nous sommes une bonne fabrique de contenus. Ils veulent un partenariat qui, forcément, est commercial.

17Or cela pose un problème aux services publics, car les partenaires commerciaux sont là pour faire du fric. Et, nous, nous sommes là théoriquement pour informer le citoyen. Donc, au départ, ça favorise une tendance à la commercialisation du service public qui peut être dangereuse. Même chose avec la commercialisation des contenus. Si on veut vendre des contenus, on veut vendre des contenus qui marchent. Si on veut vendre des contenus qui marchent, on fait des contenus dominants. Dès lors, on arrête de faire des contenus un peu spéciaux, de faire le développement de la relève, de faire ce qui n’est pas une idéologie dominante ou ce qui n’est pas un produit commercial de masse. Et, là, ça devient dangereux. On risque une privatisation de l’imaginaire collectif. Donc, le service public est en danger non seulement parce que ses ressources sont réduites, que cela limite sa capacité de changement, mais aussi parce qu’il y a d’énormes pressions sur lui pour qu’il quitte ce qui a été traditionnellement son rôle dans le domaine des médias et qu’il devienne autre chose.

18À mon avis, les vrais défis, pour nous, c’est d’abord de créer un véritable espace public dans les nouveaux médias et dans les médias de façon générale. Un véritable espace public, accessible, universel, où sont débattues les grandes questions de société, où l’on discute des valeurs fondamentales. Cet espace public-là doit exister autant dans les nouveaux médias qu’ailleurs. Il doit exister dans un univers numérique. Nous devons, nous, favoriser au maximum la médiation journalistique, la recherche de sens, la compréhension de la portée des grands événements. Alors, tout ça, aujourd’hui, c’est une idée effectivement qui n’est pas très moderne, qui semble très étrange au moment où on dit : « Oui, mais on a besoin de contenu, nous ! » Bref, il faut faire dominer l’idéal démocratique qui est celui du service public et il faut réussir à le faire dans l’espace numérique. Cela me semble extrêmement important.

19Troisième partie : que faisons-nous, nous, Radio-Canada, à l’heure actuelle, pour sauvegarder cet espace public, pour assurer une présence active, une présence intéressante dans un univers numérique ? Tout d’abord, il nous faut conserver une approche à la fois enthousiaste et critique. Elle est enthousiaste, notre approche, puisque nous sommes présents dans les nouveaux médias de façon extrêmement importante depuis 1995. Nous avons été parmi les premières radios à diffuser en continu. Et nos sites sont parmi les plus fréquentés au Canada. Ce ne sont pas des portails : ce sont des sites d’information. On pourrait appeler ça des portails verticaux, en information principalement. Nos sites sont extrêmement importants. On doit être innovateurs plutôt qu’imitateurs, c’est important pour nous, pour participer à la construction d’un nouvel univers médiatique.

20Le projet radiophonique que nous avons, pour parler un peu de radio, c’est d’abord un projet programme. Ce n’est pas un projet technologique : c’est un projet programme. Et le projet radiophonique que nous avons pour les deux prochaines années porte sur trois grands axes. Premier axe : l’ouverture sur le monde. Dans le contexte particulièrement de la francophonie d’ici, l’ouverture sur le monde nous a semblé un défi extrêmement important. Il faut absolument répondre aux grandes questions que nos auditoires se posent sur la planète. Je vous dirai que les médias canadiens sont généralement plutôt fermés aux questions internationales. Il nous est donc apparu que, autant en information que dans le domaine culturel ou dans le domaine musical, il nous faut une plus grande ouverture sur le monde. On va tenter de faire ce qu’il faut pour y parvenir.

21Deuxième grand champ d’action : l’action régionale. Depuis deux ans, nous avons amorcé ce mouvement avec l’ouverture de nouvelles stations régionales, malgré les difficultés financières. Nous avons ouvert des stations à Rouyn, à Sherbrooke, bientôt à Trois-Rivières, au Nouveau-Brunswick également. Donc, on poursuit le développement régional. Nous avons effectivement l’intention d’étendre la Chaîne culturelle à l’ensemble du pays. On sait que la Chaîne culturelle a un rayonnement assez limité actuellement, tout particulièrement au Québec. On a l’intention de poursuivre ce développement.

22Finalement, troisième grand axe : le développement du talent canadien. Ça, c’est un axe important pour nous. Durant les années 60-80, principalement de 1970 à 1980, le développement du talent canadien à la radio s’est fait surtout par une politique de quotas, laquelle a été assez efficace. Cette politique a permis la création d’un star-system important dans le domaine de la musique. Sauf que, dans un univers numérique, on n’est pas tout à fait certain que la politique des quotas sera suffisante. Il va falloir faire la promotion de nos artistes et ça, c’est quelque chose d’extrêmement important. Nous lancerons bientôt un site qui s’appelle bandeapart.fm. dédié à la promotion des artistes francophones d’ici et qui vise principalement les auditoires jeunesse. Mais il ne s’agit pas d’un problème simple, parce que, quand on fait un focus group pour savoir ce que les auditeurs jeunesse du Canada veulent, on constate qu’ils demandent des produits américains. Alors, on est un peu à contre-courant. On va leur fabriquer un site d’œuvres francophones d’ici, et on pense que ça va très bien marcher. Par ailleurs, la question des droits est un énorme défi. Les ressources financières nécessaires présentent un énorme défi. De plus, la transformation de l’organisation de Radio-Canada ne sera pas facile, car on n’est pas particulièrement une jeune organisation. Le maintien de nos valeurs fondamentales sera lui aussi un défi. Mais je puis vous assurer que nous avons l’intention de conserver les valeurs fondamentales de la radio, en prenant en considération notre rôle de service public. D’ailleurs, il y a, me semble-t-il, urgence à réfléchir sur ce que sont les valeurs fondamentales à la fois du média radio et du service public.

Jean-marie Cavada

23 Président-directeur général de Radio France

24Je partage, et depuis fort longtemps, le point de vue radicalement politique que vous a exposé Dominique Wolton. Au demeurant, je pense que, fondamentalement, les nouveaux supports, dans lesquels il nous faut investir, ne changeront rien radicalement à la responsabilité morale, artistique et sociale qui est la base de notre métier. Nous ne sommes pas des transporteurs de caissons. Nous sommes des gens qui mettons du contenu dans ce que nous transportons – d’ailleurs, d’autres les transportent maintenant à notre place. Le reste ne m’intéresse pas beaucoup.

25D’ailleurs, je ne crois pas du tout que l’arrivée de cet outil qu’on appelle « les nouvelles technologies » – on va dire le Net en gros et tout ce qui tourne autour – entraîne le rejet de ce qui a fait la vocation des fournisseurs de programmes qui, par nature, doivent avoir une vue éditoriale de la société. Je parle non pas de militantisme mais d’organisation de la société, de besoins de la société, de provocation de la société. À ce propos, je veux redire très fort que c’est sur ce point-là que la déficience est énorme et non pas sur la convergence des outils.

26Une autre chose que je voudrais dire, c’est que cette technologie n’est pas innocente. Elle est aussi importante que la Route de la soie, que les grandes migrations agroalimentaires que nous avons connues sur les trois grands continents. Elle exerce une influence considérable non seulement sur les comportements – c’est déjà parti-, mais aussi sur l’uniformisation ou la dispersion des choses qui seront mises à la disposition de ceux qui « consomment », c’est-à-dire de ceux que nous touchons. C’est certainement dans l’histoire de l’humanité – bien qu’il ne s’agisse que de ferraille – l’un des moments où la ferraille est allée si loin qu’elle a fait perdre la boussole et le cerveau à ceux qui la pilotaient. Car, aujourd’hui, expliquez-moi ce que transporte cette affaire qui n’existait déjà auparavant ! Pour moi, c’est comme une sorte de boîtier, d’emballage, sur lequel on n’a toujours pas de réponse et dont il va falloir apprécier l’importance pour en faire une bonne consommation. On ne peut pas être en état de révérence devant cette vache sacrée. Mais, d’autre part, il faut faire très attention, car c’est un de ces moments où je peux dire que le comportement de l’homme va changer, comme ce fut le cas pour l’électricité il y a 150 ans. C’est donc vraiment très important.

27Par conséquent, devant la somme d’inconnues qui se posent aujourd’hui, je crois qu’il est très prudent de revenir à la réflexion sur ce qu’est notre rôle. Il me semble que jamais un moyen n’aura touché de façon aussi intime et aussi permanente les individus. Par conséquent, c’est une énorme révolution d’outil qui peut avoir comme conséquence une révolution de comportements.

28En face de cela, qu’est-ce que je sais ? Ce que l’on voit, c’est de la stratégie, des regroupements, des grandes concentrations, des capacités d’investissement extraordinaires, des sommes qui sont englouties depuis maintenant une vingtaine d’années dans ce business, sommes comparables aux budgets de guerre du siècle dernier. De guerre, c’est-à-dire de soulèvement militaire, de solde, d’organisation, de travaux de base... Donc, ce n’est pas un outil nouveau qu’on nous met sur la table. Mais la société étant faite de femmes et d’hommes, de gens de différents continents, qui traversent l’histoire, va-t-on se plier à l’outil ou va-t-on le domestiquer ? Si nous nous plions à l’outil, cela veut dire que nous ne servirons plus à grand-chose. D’ailleurs, à mon point de vue, la partie n’est pas très bien engagée à l’heure actuelle. Ce que je veux dire, c’est que, depuis maintenant une vingtaine d’années, l’investissement dans la recherche des idées, des découvertes, des programmes, des éléments de culture, n’est pas très important. C’est même la partie pauvre, et même une partie extraordinairement pauvre, à tel point qu’il faut pointer du doigt le politique, non pas pour le condamner, mais pour le secouer.

29L’autre chose qui me semble radicalement à l’opposé de ce qu’on pourrait appeler les « choix stratégiques », c’est-à-dire la photographie des convergences, la photographie des concentrations, la photographie des alliances – enfin, tout ce qu’on voit et qui peuple aujourd’hui les pages économiques des grandes publications –, c’est le politique. Je ne conçois pas que cette question n’atteigne pas le plus haut niveau du gouvernement de la Cité, car, si ça ne se fait pas, c’est la Cité qui s’organisera autour des nouvelles voies fluviales, et non pas les nouvelles lois fluviales qui serviront la Cité. De ce point de vue-là, je me sens très proche des interpellations que Dominique Wolton, avec sa liberté de pensée, a proposées, et que d’ailleurs se posait également Sylvain Lafrance. C’est la même famille d’interrogations. Nous sommes maintenant quelques-uns à travers le monde à avoir quelque peu prise sur cette question. Maintenant, il nous faut nous organiser. Cette question-là n’est pas si éloignée de la question de l’équilibre de l’offre, tant du côté privé que du côté public. Mais qu’est-ce qui ressortit à l’offre publique ? Qu’est-ce que c’est aujourd’hui que l’offre publique en matière de programmes, de contenus, c’est-à-dire d’offres qui, en gros, d’une manière ou d’une autre, intéressent le plaisir, le loisir, l’intellect, les citoyens, c’est-à-dire ceux qui ont choisi la Cité ? Tout cela qui est en opposition avec les valeurs marchandes et l’offre commerciale. Mon sentiment est qu’il y a un déficit très grave, du fait qu’aujourd’hui il n’y a plus de pensée politique sur ce sujet. Pourquoi n’y a-t-il plus de pensée politique ? Parce que l’État a commis de tels méfaits dans sa façon de gérer, dans sa position sacrale de législateur qui ne s’applique pas à lui-même ses lois, et dans sa position encore plus exécrable d’employeur qui ne sait pas résoudre les problèmes de modernisation des entreprises, qu’il a perdu le fond de sa mission, qui était en définitive de consacrer de l’investissement à développer des contenus pour servir un marché équilibré.

30La question est si politique, me semble-t-il, que si elle ne fait pas l’objet de débats réellement étudiés, bien tranchés, la partie est perdue. Nous irons vers une offre uniformisée d’un marché privé. Le vrai problème est de savoir si, oui ou non, nous avons aujourd’hui une interpellation politique suffisamment forte pour rétablir, restaurer, dans des formes modernes, le service à la collectivité, que ce soit à travers des médias généralistes ou des médias singuliers...

31Si nous ne faisons pas ça, la partie est perdue. Nous aurons de grands systèmes de distribution. Ce qu’on a vu dans l’agro-alimentaire, où la chaîne est complète maintenant, nous sommes en train d’y assister dans ce qu’on appelle la « communication » qui, comme son nom l’indique, n’a rien à voir avec le service des oreilles, du cœur ou du cerveau. La communication est devenue un mode de transport industriel. La partie sera perdue et nous serons dans une grande situation d’uniformité. Alors, nous risquons d’y être durablement. Et puis, comme l’histoire est une affaire pleine d’espérance et que les balanciers existent, probablement que la segmentation ou le retour de la nécessité collective reviendra et le chemin sera parcouru. Simplement, ma vie sera finie, la vôtre aussi, et je voudrais bien ne pas assister à la mort de l’intérêt général à travers l’audace et le talent particuliers. C’est ce que je voulais vous dire à travers mes quelque 30 années d’expérience dans la radio et la télévision, privées et publiques.

Auteur

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search