Version classiqueVersion mobile

La radio à l’ère de la convergence

 | 
Robert Rabinovitch
, 
Sylvain Lafrance
, 
Dominique Wolton
, 
et al.

Première thématique. Les technologies en émergence et leurs incidences sur l'offre radiophonique

Période de questions

Michel Filion

Texte intégral

1 J e serais tenté d’ouvrir la période des questions en en posant une moi-même à l’adresse de M. Wolton. Au Canada, la question des identités, de l’identité nationale, est particulièrement importante. Diriez-vous, M. Wolton, que l’Internet, dans un sens, s’oppose aux identités et qu’il faut absolument préserver les médias de masse pour garder ce sens de l’identité qu’on peut dire « nationale » ?

Dominique Wolton

2Les deux sont complémentaires. En réalité, si je suis favorable aux médias de masse, c’est parce que, même s’ils ne font pas bien leur travail, il y a dans leur programmation, ou tout simplement dans leur architecture, une représentation de l’hétérogénéité sociale. Quand, il y a 20 ans, sont apparus les médias thématiques, j’ai dit : « Écoutez, ce n’est pas un progrès théorique, les médias thématiques ! » On segmente la population en fonction de ses goûts, c’est très bien. Ça fait partie du mouvement d’individualisation. Il y a des marchés maintenant qui peuvent se développer, parce qu’il y a des techniques qui individualisent. C’est très bien, mais ce n’est pas un progrès en soi de la communication. C’est bien d’obtenir ce que vous voulez quand vous cherchez quelque chose, c’est beaucoup mieux de vous intéresser à quelque chose qui ne vous intéresse pas. Or, naturellement, la capacité d’accès à quelque chose qui ne vous intéresse pas est beaucoup plus forte par rapport à une logique de l’offre que par rapport à une logique de la demande. Autrement dit, plus vous êtes du côté de la demande, plus vous êtes du côté de la satisfaction, et moins vous êtes du côté de l’univers social. Plus vous êtes du côté de l’offre, plus vous êtes du côté de la critique, car, finalement, on ne vous offre jamais ce que vous souhaitez. C’est pour ça que la programmation est un concept absolument central. C’est un concept qui définit la politique, où on s’adresse à tout le monde et pas seulement aux individus en fonction de leurs goûts individuels ou communautaires.

3Donc, oui, les médias de masse jouent un rôle absolument fondamental face à la question de l’hétérogénéité sociale, car une société, cela consiste à faire tenir ensemble des gens qui se détestent. Je le dis assez violemment chaque fois, parce que, actuellement, on a une espèce de confiture communautariste ou individualiste, grâce à laquelle on s’imagine que tout le monde va s’aimer. Écoutez, si « aimez-vous les uns, les autres » ça marchait, ça se saurait depuis longtemps. Baisez-vous et tuez-vous les uns les autres, ça, ça marche très bien ! Et depuis très longtemps. Donc, si on veut passer un peu de la haine à la coopération, ça demande beaucoup d’efforts politiques et pas de la technique.

Alain Saulnier

4 Directeur de l’Information radio, Radio-Canada

5 On parle de la radio à l’ère de la convergence. Comment et jusqu’où les médias que sont la radio, la télévision et Internet en tant que tels, doivent-ils s’influencer ? Et jusqu’où doivent-ils aller pour ne pas perdre leur identité respective, leurs caractéristiques propres ?

Dominique Wolton

6Il faut laisser faire, si je puis dire. Dans l’histoire des techniques de communication, il y a une innovation culturelle à partir d’un nouveau support. Seulement, on observe que, dans l’espace public, actuellement, il n’est question que de cette innovation culturelle, et on ne parle plus du tout de la tradition journalistique de la radio ou de la télévision. On a l’impression que toute l’innovation est du côté de l’expérimentation des nouveaux médias, et que ceux qui sont porteurs de la tradition de la presse écrite, de la radio et de la télévision, font bien leur boulot, sans plus. Je dis qu’il faut sortir de cette vision non seulement pessimiste, mais défensive. Il faut sortir de cette espèce de complexe qui consiste à croire qu’il n’y a que devant un écran qu’on pense ou qu’on crée.

7J’ai dit récemment : « Plus il y aura de salles multimédias, plus il faudra fermer la salle multimédias, et réintroduire le théâtre à l’école ! » C’est-à-dire réintroduire le spectacle vivant dans les collèges, les lycées ou les universités. C’est quoi le spectacle vivant ? C’est apprendre par cœur un texte, ce qui n’est pas évident ; être capable de créer de l’émotion sans aucun simulacre ; être capable de créer l’adhésion. Et ça fait appel à d’autres compétences chez l’être humain que la capacité cognitive sur le clavier. Les gens de radio et de télévision aujourd’hui doivent avoir de l’humour et de l’ironie face au discours des internautes. Il n’y a pas assez d’humour. On est face à un concept dominant qui n’est même plus un concept émancipateur, qui est un pur état de fait. Ce n’est plus une valeur, être moderne : c’est un fait et ça ne veut rien dire. Mais c’est encore imbibé de l’idée que si c’est moderne, c’est mieux. Le nombre de cons qui sont modernes, c’est invraisemblable ! Autrement dit, il n’y a pas conflit entre modernité et tradition. Aujourd’hui, la modernité est suffisamment triomphante pour qu’elle soit capable de retrouver un lien avec les différentes formes de tradition. Et il n’y a aucun conservatisme à valoriser la tradition culturelle, sociale, religieuse. C’est un fondement de l’expérience humaine.

Pierre C. Bélanger

8 Conseiller aux Nouveaux Médias, Radio-Canada

9 J’ai retenu un certain nombre de choses dans votre présentation, notamment qu’il n’y a pas une théorie des communications, mais bien plusieurs. J’aimerais maintenant entendre votre réponse aux apôtres de la technologie, à ceux qui tiennent des discours messianiques. Ou encore à ceux qui sont en faveur d’une radio à la carte. J’aimerais beaucoup vous entendre là-dessus.

Dominique Wolton

10Cela renvoie tout à fait à ce que j’ai rapidement évoqué tout à l’heure : la force de l’individualisme. Nous sommes une civilisation qui, à juste titre, valorise la liberté et la créativité individuelles : « Fais ce que tu veux quand tu veux ! » Mais cet individualisme est devenu une idéologie, et cela pour deux raisons. La première, c’est qu’il y a un effondrement des projets politiques, dont j’ai parlé tout à l’heure ; la seconde, c’est qu’il y a une économie de plus en plus individualisante qui tient un discours lui aussi individualiste. Alors, le mouvement d’émancipation de l’individu bascule progressivement vers une idéologie, c’est-à-dire une réification dans laquelle on dit : « Tu es un mec formidable, ne t’emmerde pas avec ce qui ne te plaît pas ! » On est en plein narcissisme. À l’heure actuelle, on est dans une logique individuelle : les discours qui rappellent l’importance du collectif, donc de l’hétérogène, sont extrêmement faibles.

11Le capitalisme, d’ailleurs, est pris dans une étonnante contradiction : il est à la fois capitalisme et porteur de la démocratie occidentale. Or la démocratie occidentale est sensible au thème de la communauté internationale, pas seulement de la communauté « communauté ». Du coup, il va y avoir un conflit de valeurs. Si le capitalisme développe beaucoup trop la logique individuelle, c’est complètement contradictoire avec le thème de la communauté internationale. Or je vous rappelle qu’à la sortie de la guerre, on a quand même fait des choses remarquables. On a dit : « Il y a une communauté internationale, et elle doit être organisée par l’onu et l’ensemble des organisations internationales. » On a supposé que les hommes seraient capables de conserver un minimum de coopération et d’intérêt, malgré la totalité de leur diversité. À l’opposé, il y a une mondialisation économique qui dit : « Il n’y a plus que des sujets ! Je veux six milliards de consommateurs derrière moi et d’individus ! » En même temps, vous avez le modèle de l’onu qui dit : « Attendez ! La communauté internationale, c’est plus de 180 États ! C’est plus de 50 religions ! C’est 2500 langues ! C’est très compliqué ! » Il y a donc un conflit de valeurs entre deux visions de la globalité : une vision qui ne reconnaît que les individus et une vision qui reconnaît au contraire le poids des collectivités, des hétérogénéités. Pour ma part, j’affirme que la deuxième partie est la condition de la paix de la première. Mais, pour l’instant, on s’imagine que tout va se résoudre sur une logique de la consommation et de l’interactivité individuelle. On laisse complètement de côté l’autre question qui est beaucoup plus angoissante, à savoir : « Comment faire tenir des collectivités ensemble ? »

12Quand il s’agit du Canada, c’est déjà le bazar. Mais alors imaginez quand il s’agit de l’Europe. Tout le discours qui est tenu, c’est : « Ne t’emmerde pas à lire un journal ou à écouter un programme de radio ! Pique ce que tu veux quand tu veux ! On fait tous ça. Ce n’est pas un problème. » Le problème, c’est qu’il n’y a pas un autre discours qui dise : « Attention ! En tant que citoyen, tu n’es pas uniquement défini par ton choix individuel ! Tu es aussi défini par ta participation à des valeurs et des activités collectives ! » Ce qui manque, à l’heure actuelle, c’est un discours collectif. Ce qui me gêne, c’est que le discours des acteurs de la radio et de la télévision, et même de la presse écrite, soit si faible depuis 20 ans. Les journalistes sont eux-mêmes les premiers à dire : « C’est vrai, on est vieux, on est dépassés, mais il faut qu’on s’adapte ! » Ma réponse, c’est non ! La convergence technique n’est pas une convergence des rôles. Ce n’est pas parce que vous avez techniquement une convergence des supports que vous avez une convergence des activités, au contraire. Plus les activités seront présentes sur les mêmes supports, plus on s’apercevra qu’elles ont des philosophies sociales et culturelles différentes.

13À mes yeux, le problème ce n’est pas Internet ou les nouvelles technologies. Le problème, c’est l’hétérogénéité, c’est la cohabitation. C’est dire que l’échelle individuelle est naturellement l’échelle qui convient à notre aspiration culturelle, à notre niveau de communication, à notre niveau économique, mais c’est dire aussi que l’individu est défini par d’autres dimensions. Et c’est cela le rôle de la radio et de la télévision. C’est dire : « OK ! Vous avez une radio thématique. Très bien ! Une télévision thématique interactive. Très bien ! Mais au bout d’un mois, il faut quand même vous coltiner aux informations générales qui concernent le monde, à des choses qui ne vous intéressent pas. » Et, dans cette perspective, le hasard joue un grand rôle. L’être humain n’est pas un être rationnel dans son rapport au monde. Heureusement, d’ailleurs ! Par conséquent, tout ce qui est onirique, tout ce qui est hasard, joue un rôle essentiel dans l’accès à l’information et à la communication. Du reste, les programmes au monde les plus regardés, c’est la météo. Pourquoi ? Parce que, quelque part, on veut savoir le temps qu’il fait autour de nous, on veut rejoindre la réalité.

14Fondamentalement, c’est l’anthropologie qui est importante dans la communication. Or l’anthropologie, la plupart du temps - il faut bien le reconnaître-, n’est pas tellement tournée vers la coopération vis-à-vis d’autrui, mais plutôt vers la haine. La communication, elle, retrouve toutes les questions de la politique démographique. S’imaginer qu’on peut faire l’économie de cette question politique parce qu’on a des moyens techniques interactifs et rapides, et en laissant tomber complètement de côté la question du coût et de l’économie de tout ça, c’est se tromper lourdement. Je viens d’évoquer la question des coûts. Il faut bien se rendre à l’évidence que cela ne restera pas gratuit éternellement. Il faudra bien un jour que quelqu’un paie. Or on fait semblant de croire aujourd’hui que personne ne paie rien là-dessus. Qui va payer ? Vous, moi, la pub ? Je ne sais pas...

Question

15 Vous avez présenté une vue du monde qui n’est pas nécessairement la mienne. Mais je suis plutôt d’accord avec vous sur le fait qu’il existe certaines collectivités qui sont divisées parce qu’elles se détestent, et qu’on peut structurer une offre, soit radiophonique, soit télévisuelle, qui permette en fait à ces collectivités de se connaître un peu mieux. Ma question est la suivante : le jour où la radio, ou une communication de masse bien structurée, bien offerte, aura fait son travail, c’est-à-dire aura permis à toutes ces collectivités qui se détestent de devenir une grande communauté, qu’arrivera-t-il à la radio, à la télévision de masse ? Vont-elles disparaître ?

Dominique Wolton

16Je ne pense pas. Ce n’est pas la communication qui peut à elle toute seule assurer la paix sociale. Il y a quand même à côté la politique. Si les peuples se battent, vous n’y pouvez rien. Mais du point de vue d’une théorie de la communication, ce qui m’intéresse, moi, c’est pourquoi il n’y a aucune réaction face au dumping idéologique subi depuis une dizaine d’années, où on se fait dire que les médias de masse, c’est fini, c’est vieux, c’est dépassé, et que tout va être individuel et interactif. Je ne comprends pas que les professionnels ne disent pas : « Écoutez ! Ça suffit ! C’est plus difficile de faire une grille généraliste que de faire une grille thématique ! » Il faut le dire ! C’est quand même plus facile de s’adresser aux gens qui pensent comme vous que d’accrocher des gens qui se foutent complètement de ce que vous pensez.

17Donc, le média généraliste, c’est une fonction universelle. Faire un journal, une radio, une télévision, c’est une fonction universelle. C’est d’ailleurs une fonction politique et c’est comme ça que les pères fondateurs de la radio et de la télévision l’ont pensée. Ce qui extraordinaire, c’est qu’on oublie que ces pères fondateurs, ce n’était pas que des ingénieurs ni des techniciens, c’étaient des gens qui avaient un message politique. Qui étaient intéressés et angoissés par l’arrivée de la société de masse, laquelle est survenue, je vous le rappelle, dans le contexte historique de l’Allemagne nazie, qui a fait de la radio une utilisation particulière. Après ça, on s’est dit : « Mais bon Dieu ! Comment est-ce qu’on peut se servir de cette technique par rapport à ce projet politique qui est l’intégration ou la paix civile ? » Pour moi, ce qui m’intéresse intellectuellement, c’est la contradiction, majeure, entre, d’une part, la mondialisation économique qui consiste à supprimer toutes les barrières, la mondialisation des techniques, qui consiste à mettre en ligne six milliards d’individus, et, d’autre part, le fait que nous sommes face à un projet normatif, qui est le projet de l’Occident, à savoir construire une communauté internationale.

18Il y a, en effet, à l’heure actuelle, un idéal normatif qui consiste à organiser la tension entre la liberté individuelle et le respect de l’hétérogénéité sociale et collective. Si, par exemple, nous n’avions plus la Charte de l’onu et le principe de la communauté internationale, ce serait la jungle. Ou bien c’est la jungle, ou bien c’est la Charte de l’onu. La Charte de l’onu, c’est tout autre chose que six milliards d’internautes. Six milliards d’internautes, cela ne fait pas du tout la paix civile. Parce que cela laisse de côté l’articulation entre l’individu et la communauté. En philosophie de l’histoire, la question centrale, c’est la collectivité, c’est l’hétérogénéité sociale et culturelle.

19Sur ce plan, je trouve que le rôle de la presse écrite, de la radio et de la télévision est essentiel, hier et demain. Ce n’est ni vieux ni dépassé. Plus, en effet, le monde sera petit, plus la question des médias de masse sera centrale. Car, entre-temps, on s’est aperçu que le récepteur, qu’on croyait abruti et manipulé non seulement n’est pas manipulé ni passif, mais est drôlement intelligent. Il est devenu de plus en plus critique.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search