Version classiqueVersion mobile

La radio à l’ère de la convergence

 | 
Robert Rabinovitch
, 
Sylvain Lafrance
, 
Dominique Wolton
, 
et al.

Première thématique. Les technologies en émergence et leurs incidences sur l'offre radiophonique

Conférence

Dominique Wolton

Texte intégral

1 La problématique à laquelle fait face le Canada depuis des années est naturellement une question que nous allons gérer de plus en plus en Europe, soit la cohabitation culturelle. C’est une question qui se posera d’ailleurs de plus en plus une fois que cette soi-disant mondialisation sera réussie, du point de vue technique et du point de vue économique, mais probablement pas du point de vue politique. Donc, il y a des sociétés qui sont des sociétés laboratoires et je trouve que vous en faites partie. Donc, du coup, je suis toujours plutôt intéressé à venir, et à essayer de comprendre. Et quand il s’agit de la radio et de la télévision, la chose est encore plus évidente. Cela fait 25 ans que je fais des recherches sur les techniques de communication, et cela fait 25 ans qu’on nous promet que tout va changer demain. Moi, je suis plus intéressé à prouver que les choses ne changent pas aussi vite.

2J’ai fait, il y a 25 ans, ma première recherche sur les techniques de communication. C’était sur la convergence de l’informatique, des télécommunications et de l’audiovisuel. C’était une recherche sur l’avenir de la presse écrite. J’ai fait une enquête en France, en Europe, aux États-Unis, au Canada. Cela a donné un livre qui s’appelle L'information de demain, de la presse écrite aux nouveaux médias, livre qui est toujours d’actualité en 2002. J’ai rédigé cet ouvrage avec un journaliste qui était paniqué par le progrès technique, parce qu’il pensait que celui-ci allait tout dévorer. Effectivement, dans les travaux très sérieux de prospective technique de l’époque, j’avais lu les mêmes choses, à savoir que demain, chez soi, à domicile, chacun recevrait la totalité des fils des agences internationales, et ferait lui-même son propre tri, pour n’avoir plus à subir la tyrannie des directeurs de journaux et des journalistes. Or vous et moi, en tant que citoyens, on n’a pas envie de faire le tri parmi les milliers de dépêches, même si, techniquement, on peut tout recevoir à domicile. Dès cette époque – cette enquête date de 1976-1977 – j’avais compris le décalage constant entre les extraordinaires progrès techniques et le fait que les hommes derrière n’ont aucune capacité critique et s’imaginent que, naturellement, il y a des calendriers prospectifs qui vont être impeccables. En fait, tous les travaux de prospective se trompent toujours, et les calendriers impeccables ne se réalisent jamais.

3Cette remarque est importante, car, dans le secteur de la communication, depuis 25 ans, on a toujours l’impression que si on n’est pas au courant des derniers progrès techniques, on n’est pas capable de penser la réalité. En fait, la radio constitue pour moi un enjeu politique formidable. Car le rôle qu’elle joue prouve justement la différence qu’il y a entre le progrès technique et le progrès de la communication. Certes, il y a une convergence technique, aujourd’hui incontestable, de l’informatique et des communications audiovisuelles, dont l’Internet est un exemple parmi d’autres, et il est indubitable que la radio en bénéficiera. Mais la convergence technique ne coïncide pas nécessairement avec la convergence des rôles. Autrement dit, il n’y a aucun rapport entre la convergence technique et la convergence du contenu des activités des médias. Et quand il y a un rapport, c’est que les hommes entre les deux inventent des activités, des métiers, des professions, des compétences. Par conséquent, on n’est plus du tout dans la continuité technique. On est là dans ce qui est le cœur de toute activité de communication et d’activité sociale, c’est-à-dire la capacité de création.

4Je reviens à la radio. Pourquoi s’agit-il d’un média inintéressant ? Parce que c’est une très vieille technique. C’est naturellement la première technique au monde. J’ai du mal à trouver les chiffres, mais en gros, aujourd’hui, il y a entre 300 et 500 millions d’internautes dans le monde, selon les modes de comptage et les mensonges. (J’ai même vu l’autre jour un chiffre : « Il y a un milliard d’internautes ! ») On peut dire n’importe quoi, parce qu’on n’a aucun moyen de comptage sérieux. Disons entre 300 et 500 millions d’internautes. On est 6 milliards. Il y a deux milliards et demi de postes de télévision dans le monde et trois milliards et demi de postes de radio. Cela prouve que non seulement la radio est de loin et pour longtemps le premier facteur de communication, mais aussi que son empreinte historique culturelle est importante. Tout bien considéré, ce qui a marqué le XXe siècle, ce sont deux grandes techniques de communication : la radio et le téléphone. Pour une raison très simple : ce sont deux techniques qui portent directement sur la voix, et dès lors sont au cœur de toute activité de communication, car ce qui tenaille les hommes, c’est le désir de dire quelque chose. La radio, c’est important parce que c’est vieux, parce que c’est la technique de communication la plus nombreuse, parce que ça porte sur la voix, parce que c’est léger, parce que ce n’est pas cher. Et parce que, finalement, elle n’a jamais été détrônée par les autres techniques de communication. D’ailleurs, on a vis-à-vis de la radio le même débat que vis-à-vis du livre dont, vous savez, on nous annonce la fin tous les 15 ans.

5Ma principale critique à l’endroit de l’Internet ne concerne pas la technique. Elle porte sur le fait qu’il n’y a pas de débats sociaux et politiques sur Internet. On est en présence d’une dichotomie stupide qui consiste à croire que si on est pour, on est moderne, et que si on est contre, on est vieux et ancien. Mais, en termes d’analyse sociopolitique, anciens contre modernes, ça n’a jamais rien voulu dire. À mon avis, il faut revenir à des choses essentielles qui s’appellent la compétence, la performance et le professionnalisme, sans oublier l’histoire.

6Je suis hanté par une question qui explique probablement que je fais ce métier depuis 25 ans : c’est la question de l’enjeu de la communication, l’enjeu de faire cohabiter les êtres humains, dont certains se détestent. Plus le progrès technique se développera et la mondialisation technique s’accentuera, plus on va s’apercevoir que le défi de la communication, ce n’est pas de réunir des gens qui se ressemblent, mais c’est d’arriver à faire tenir en paix des peuples, des cultures, des communautés, des collectivités qui n’ont pas de points communs ou même qui se haïssent. L’enjeu de la communication, c’est la démocratie, c’est-à-dire essayer d’organiser la cohabitation entre non seulement des gens qui n’ont pas d’intérêts communs, mais qui ont plutôt envie de se dominer ou de s’entre-tuer. Ce n’est pas la peine que je vous renvoie à l’actualité : vous la connaissez aussi bien que moi.

7Du point de vue de la théorie et de la réflexion, la démarche essentielle se ramène à la question fondamentale suivante : dans quelle mesure cette technique est-elle capable de contribuer à ce que les hommes se tolèrent mieux dans leurs différences, voire dans leurs haines.

8Internet est une technique extraordinaire, car elle permet à ceux qui ont des intérêts communs de nouer des contacts, mais Internet, je le dis franchement, laisse entière l’autre question de la communication, bien mieux traitée par la radio et la télévision, qui est de savoir comment offrir une gamme de programmes permettant, dans le désordre constant de la communication, d’établir un minimum de liens entre des collectivités, des individus, des sociétés différentes, et faire que finalement, au bout d’un moment, il y ait un peu de cohabitation sociale, un peu d’espace public. Une société, ce n’est pas seulement des individus, ce n’est pas seulement des collectivités ou des « communautés », c’est aussi l’hétérogénéité du social. C’est vrai au niveau de l’État-nation, et c’est encore plus vrai au niveau mondial.

9Quand je vois un nombre incalculable de mes collègues se précipiter dans la marmite des nouvelles technologies, nous promettant au bout du compte un nouvel homme, une nouvelle société, je suis inquiet. La fonction critique du monde académique est essentielle. Que des industriels ou des commerçants pensent de cette façon, c’est normal. Que des hommes politiques ou des journalistes le disent, c’est déjà plus douteux. Mais que nous, qui appartenons au monde académique, nous empruntions les trompettes et les discours des industriels, ça, c’est un vrai problème. Il faut reconnaître que, depuis 2 5 ans, le monde académique n’a pas été en mesure d’offrir une réflexion critique au sens étymologique du terme, qui consiste à dire : « Écoutez ! Il y a des techniques. And so what ? » Pour essayer de comprendre le rôle de la radio aujourd’hui et demain, je vais m’efforcer de le confronter aux trois dimensions de la communication que sont la technique, l’économie et la société. Ensuite, je parlerai du statut de la radio et de la télévision, mais surtout de la radio naturellement, dans un univers interactif. Enfin, je reviendrai sur les enjeux.

10La technique tout d’abord. Il faut toujours se rappeler, et ça, c’est très important dans l’histoire de la communication, qu’une nouvelle technique relance l’innovation culturelle. Autrement dit, tous ceux qui sont sur le Net ou vont faire de la radio numérique vont inventer plus ou moins des nouveaux types de communication. Mais il ne faut pas être béat d’admiration sur toute innovation culturelle : il ne faut pas exagérer. Beaucoup de choses seront moyennes et disparaîtront. Mais c’est vrai qu’il faut être attentif à ce qui peut se faire de créatif par rapport aux nouveaux supports, tout en sachant que, de toute façon, s’il y a création, ce n’est pas à cause du nouveau support : c’est à cause de l’intelligence des hommes et des femmes qui ont réussi à métaboliser ce système technique par rapport à une invention culturelle de communication. Certes, il y a de l’innovation, de la convergence, mais pas au point de penser que tout va changer, et que, au bout d’Internet, il y a un nouveau monde. Je suis stupéfait par l’absence de sens historique des gens, même les plus sérieux. Quand on s’aperçoit que ça n’a pas changé, on dit : « C’est parce que la technique n’était pas bonne ! Mais vous allez voir, en l’an 2000 ! » Et comme en l’an 2000, tout ne change pas, on dit : « Mais c’est parce que les techniques ne sont pas encore assez performantes ! » Vous verrez en 2010... Et on retrouve cette satanée perversion de la prospective et des calendriers, et cette fascination que nous avons tous pour la performance technique. Même s’il y avait 6 milliards d’internautes demain, les questions qui m’intéressent resteraient inchangées et seraient toujours aussi fortes, sinon plus. Ce serait : comment la technique s’insère-t-elle dans le jeu économique et social ?

11Le deuxième aspect, c’est l’économie. C’est, si je puis dire, le couple diabolique : technique et économie... On est fasciné par la mondialisation, par la concentration des groupes, avec cette espèce de mythe que plus c’est gros, mieux c’est, alors qu’en fait, vous le savez, dans la théorie de l’évolution, on sait bien que plus c’est gros, plus c’est fragile, et plus ça meurt, et que la diversité culturelle passe évidemment par ce qui est petit. La force actuelle, si je puis dire, du mouvement de l’idéologie en matière d’économie, c’est de confondre la énième restructuration du capitalisme, à laquelle on assiste actuellement, avec les industries de la communication... Au fond, le « génie » des logitechnies, c’est d’entretenir la confusion entre cette énième restructuration et l’émergence d’une nouvelle société. En fait, il n’y a aucun rapport entre la mondialisation technique et l’émergence de la société de l’information et de la communication, puisque toutes les sociétés sont toujours, par définition, information et communication. Donc, ce n’est pas d’aujourd’hui que date la société d’information et de communication. Le génie du discours que nous entendons tous depuis 20 ans, c’est d’avoir réussi à nous faire croire qu’une restructuration économique, c’est également la naissance d’une nouvelle société. À cela, nous les chercheurs, devons répondre : « Écoutez ! Il y a une restructuration capitaliste. Il y a une innovation technique, il y a de nouveaux secteurs qui se créent. On verra bien si c’est franchement créateur de valeurs. » Ce n’est pas parce qu’on restructure, parce qu’on rationalise que c’est en soi créateur de valeurs. On fait semblant de confondre restructuration, rationalisation, concentration et création de valeurs. En tout cas, on n’en est pas sûr que l’information en tant que telle soit créatrice de valeurs. En revanche, ce dont on est sûr, c’est qu’au bout des réseaux, il n’y a pas une nouvelle société.

12Le troisième aspect concerne le social. Ici, les choses sont plus compliquées. Je pense que l’idéologie de la communication, aujourd’hui, a pris la place des trois grandes valeurs qui sont en crise depuis un peu plus d’un demi-siècle, et qui étaient des valeurs servant de structure à l’Occident. Premièrement, les valeurs politiques. À l’heure actuelle, il n’existe plus d’idéologie politique. Certes, les antagonismes violents ont disparu, mais, en même temps, on assiste à un vide inquiétant. Deuxièmement, la religion : celle-ci connaît une crise qui, sans avoir l’impact des années 50-60, est très réelle, le discours religieux étant incapable de produire quelque chose qui fasse sens par rapport à l’histoire de la société. Troisièmement, les valeurs scientifiques. C’est une crise dont on ne parle pas beaucoup, mais qui est, elle aussi, très présente. Or l’Occident s’est constitué depuis un siècle sur ces trois grandes valeurs : on était pour ou contre la religion, on était pour ou contre la science, on était pour ou contre la démocratie ou le socialisme. Mais en tout cas, ça structurait les débats,. Et c’est vrai que ces trois grandes valeurs, ces trois grandes références, sont en crise, et du coup, je pense qu’une des raisons du triomphe de l’idéologie de la communication vient de cette espèce de vide des valeurs et des références.

13Simultanément, dans la société, on est confronté à un autre problème qui n’a rien à voir avec celui que je viens d’évoquer mais qui le complique singulièrement, c’est ce que moi j’appelle « l’individualisme de masse ». Il faut se rappeler que la démocratie de masse est une extraordinaire conquête qui n’a même pas 80 ans. Le XXe siècle a été confronté à la question du nombre et des masses ; on a eu trois réponses : le fascisme, le communisme et la démocratie de masse. Heureusement, c’est la démocratie de masse qui a triomphé. Même si la société de masse n’est pas un idéal ni la démocratie, c’est tout de même un acquis extraordinaire. Donc, on est confronté au fait que, un, nous avons porté cette valeur du nombre, et, deux, nous avons trouvé une tradition politique qui n’est pas si mauvaise que ça. Parallèlement, l’Occident est traversé par une autre dimension, qui est l’individualisme. C’est vrai que le génie de notre société, c’est d’essayer de gérer ces deux dimensions contradictoires : la dimension individuelle et la dimension collective. Cependant, il faut bien dire que depuis une quarantaine d’années, c’est la dimension individuelle qui a le vent en poupe, parce que d’abord, les projets politiques collectifs se sont effondrés et qu’aujourd’hui, défendre le nombre et la masse, ça a un côté plouc, vieux, réactionnaire. Par contre, valoriser la dimension individuelle, ça plaît toujours. Et comme naturellement il peut y avoir autant de marchés qu’il y a d’individus, il se crée une rencontre entre un mouvement profond culturel qu’est l’individualisme et l’économie de marché, laquelle, naturellement, peut transformer chaque individu en autant de marchés. C’est ce que nous observons tous depuis une cinquantaine d’années. Mais moi, ce qui m’intéresse, ce n’est pas la dimension individuelle : c’est la tension entre la dimension individuelle et la dimension collective, en sachant que, si nous ne sommes plus capables de penser la dimension du nombre, notre modèle occidental finira par s’effondrer. Or nous retombons sur l’articulation entre l’individuel et le collectif, qui est la fonction essentielle de la radio et de la télévision. Sans doute, les nouvelles techniques sont-elles tout à fait capables d’offrir une solution, à leur manière, à cette articulation de l’individuel et du collectif, mais, pour l’instant, en tant qu’observateur et analyste, je n’ai pas trouvé dans l’histoire des techniques de communication – la radio, la télévision et la presse écrite – un moyen technique qui permette à la fois de penser le choix individuel et la question du nombre.

14Ceci nous amène à nous interroger sur le statut et l’avenir de la radio dans un monde interactif. À mon avis, la force de la radio, c’est évidemment trois choses : la voix, la voix et la voix. La voix humaine, directe, la chose la plus émouvante. Je pense qu’une des grandes raisons du succès mondial de la radio, c’est la voix. Parce que la voix, c’est la communauté humaine dans sa définition la plus forte, la plus ontologique. Et c’est aussi la musique, qui est probablement le principal facteur de communication au monde. C’est aussi la qualité du son, toujours plus excellente. Puis, c’est le professionnalisme. Je pense que ce sont les quatre choses qui font la force de la radio : la voix, la musique, la qualité du son, le professionnalisme.

15Il y a donc dans la radio et la télévision une interactivité, mais elle n’est pas visible. Tout ce que l’on entend depuis 15 ans, c’est que l’on serait passif devant la radio et la télévision, et actif devant l’ordinateur. Rien n’est plus faux. Mais il faut admettre que les formes d’activités ne sont pas les mêmes. Dans tous les cas, on est actif. Seulement, la force de la radio et de la télévision, c’est que l’interactivité est déplacée dans le temps. On écoute, on observe, on oublie, on rêve, on fait autre chose, et notre interactivité se déplace. Et je pense que cette dimension du temps dans une activité de communication est essentielle par rapport aux systèmes techniques contemporains qui permettent au contraire d’être beaucoup plus interactifs rapidement.

16La force de la radio et de la télévision, c’est aussi une logique de l’offre, ça c’est clair. C’est une programmation. L’idée de programmation, du reste, est une idée fondamentale. Tout comme l’idée de société, d’ailleurs. Il faut donc une organisation. Et par conséquent un minimum de lien social. Or, aujourd’hui, dans le domaine de la radio, on est confronté à deux fragmentations, à deux segmentations : une segmentation de la demande et une segmentation de l’offre. La question qui se pose pour la radio, c’est de savoir jusqu’où celle-ci va obéir à ce mouvement de double fragmentation de l’offre et de la demande. À partir de quand elle va dire : « Mais dans le fond, mon statut de médium de masse, ce n’est pas simplement d’être capable de répondre à la segmentation de l’offre et de la demande... », ce qui à mon avis, est une bonne chose, parce qu’il faut qu’on crée des parts de marché. Mais c’est aussi conserver un lien social. Et le lien social de la radio et de la télévision, je le répète, ce n’est pas seulement le lien entre des individus, ce n’est pas seulement le lien entre des communautés d’intérêt, c’est aussi le lien entre des collectivités qui n’ont pas d’intérêt commun. Autrement dit, une société, ce n’est pas seulement des individus, voire des « communautés », c’est aussi des gens qui n’ont aucun point commun entre eux. Et c’est vrai au niveau national comme ce l’est au niveau international. Seules la radio, la télévision et la presse écrite par leur histoire essaient de penser simultanément ces trois échelles de communication, ces trois niveaux. Autrement dit, il y a trois niveaux et pas deux.

17Dernier point que j’aimerais souligner concernant l’interactivité : je crois qu’il faut sortir de l’urgence du changement technique dans lequel on est enfermé depuis une cinquantaine d’années, qui fait qu’on halète. On a l’impression que, demain matin, tout va changer, que tout sera autrement. De ce fait, on a l’impression que le collectif intéresse beaucoup moins les gens et que les choses vont durer éternellement. C’est s’illusionner. Il faut retrouver les vertus du collectif. De la même façon, il faudra un jour, après avoir tout privatisé, admettre que le concept de service public est un concept plus innovateur qu’on ne le croit. Il y a des modes, des idéologies. Il faut savoir y résister. Il faut savoir dire que la dimension collective n’est pas complètement déplacée, puisque, par définition, c’est la question de la paix et de la guerre. Pendant une soixantaine d’années, on a été attiré par l’intérêt collectif. Depuis une vingtaine ou une trentaine d’années, selon les pays, on est fasciné par l’individualisation de la communication. Nul doute que, dans quelques années, on retrouvera toutes les problématiques du « être-ensemble », toutes les problématiques de la collectivité, et pas seulement celles de la communauté, parce que la communauté, c’est narcissique. On peut très bien organiser les sociétés sous forme de communautés, c’est-à-dire en laissant complètement tomber la question de l’universalité, c’est-à-dire ce qui peut transcender à un moment donné les communautés, et faire que, quelque part, il existe un projet commun. Vous savez, il y a un vieux conflit de philosophie politique entre les Britanniques et les Français, qui concerne justement le lien du rapport à l’universel. De ce point de vue-là, j’appartiens tout à fait à la tradition française et même allemande. En philosophie politique, l’organisation d’une société, ce n’est pas simplement l’organisation des communautés. C’est aussi être capable de penser et de relier les problèmes d’hétérogénéité au-delà de la communauté.

18Dès lors, il faut que la radio et la télévision n’oublient jamais le collectif. J’insiste lourdement là-dessus, parce que, pour l’instant, on ne parle que d’individualisation et d’interactivité, évacuant en même temps le collectif. Il faut sortir de l’idéologie de la communication et réintroduire le politique. La seule manière que les hommes ont de se réapproprier le progrès technique, c’est quand ils inscrivent celui-ci dans une histoire sociale et politique. Sur le nucléaire, sur les OGM, sur la génétique, on assiste à des débats sociaux et politiques ; sur les nouvelles technologies, rien. C’est le bien en soi. Si vous posez une question, c’est que vous êtes vieux, dépassé. Pourtant, on ne peut pas avoir de société démocratique sans débat. Et un débat, c’est une politisation.

19Actuellement, on tient un discours incantatoire sur les nouvelles techniques qui vont changer le monde entier. Pendant ce temps, personne ne regarde ce que font des millions d’hommes et de femmes qui, depuis des années, expérimentent des trucs, montent des coups, bidouillent des choses... Si on veut vraiment qu’il y ait un débat et qu’il y ait une insertion des nouvelles techniques, il faut évaluer ce qui se fait, valoriser ce qui marche bien, et souligner aussi qu’il y a du déchet. Il faut sortir de la religion de la communication. Du point de vue anthropologique, il y a quelque chose d’amusant : pendant des années on s’est battu pour dire qu’il fallait que les hommes ne passent pas trop de temps devant la télévision, ce qui est tout à fait juste, et puis, maintenant, on regarde avec une espèce de gourmandise qui me fascine le fait que les internautes passent de plus en plus d’heures devant leurs ordinateurs ! Il faut que l’individu sorte de son réseau et soit confronté à d’autres expériences de communication que celle qui est médiatisée par des machines ; autrement dit, il faut qu’il se confronte aux rapports sociaux, à la difficulté de la vie en société. Il se fait, à l’heure actuelle, une alliance extrêmement dangereuse entre les libertaires et les libéraux. Les libertaires se battent à juste titre pour une vision individualiste, antihiérarchique, de la communication dans l’utilisation du Net. Mais, ce faisant, ils entrent dans une vision banale de l’économie et deviennent ainsi les meilleurs alliés des libéraux, en disant : « Pas de réglementation ! Laissez faire les individus ! » Peu à peu, tout le politique est évacué.

20En résumé, je crois qu’il y a un travail théorique à élaborer. Il faut produire des connaissances. Dans quelle direction ? Premièrement, il faut procéder à une critique radicale des calendriers de prospective et montrer à quel point les travaux de prospective depuis 30 ans sont vains. Il faut critiquer cette idéologie qui consiste à dichotomiser les anciens et les modernes. Il faut valoriser les expériences de la presse écrite, de la radio et de la télévision, valoriser l’expérience professionnelle et historique. Il faut surtout réintroduire une réflexion historique sur le récepteur. Le récepteur, c’est tout autre chose qu’un internaute ou que quelqu’un qui écoute la radio et la télévision. C’est une catégorie centrale de la démocratie. Et pour le penser, il faut une vraie construction intellectuelle, car derrière le récepteur se profile la figure du citoyen.

21Il faut également réfléchir sur une théorie de la communication. En fait, il n’y a pas une théorie, mais des théories de la communication. Je considère cela comme tout à fait normal, puisque la communication est un enjeu politique majeur. Qu’il y ait donc plusieurs philosophies de la communication est tout à fait acceptable, mais qu’au moins on les distingue. Il y a trois modes de distinction possibles. Vous avez des philosophies ou des théories de la communication qui sont incontestablement centrées sur la transmission et la diffusion. Ce sont les plus nombreuses, les plus éclatantes. En gros, ces théories partent d’une performance technique pour élaborer une doctrine de la communication. En second lieu, il y a les théories de la communication qui s’intéressent au message. Elles correspondent à une très vieille tradition qui est en fait celle de l’herméneutique. Cette théorisation est relativement en crise actuellement ; elle repartira lorsqu’on se sera dit : « Étant donné qu’il y a des messages qui vont partout, regardons la nature des problèmes théoriques posés par ces messages ! » Enfin, il y a une troisième théorie de la communication, qui est liée à l’interaction entre l’émetteur, le message et le récepteur, et qui, elle, est naturellement la plus compliquée mais aussi la plus intéressante à mener et, évidemment, la moins répandue. Comme le récepteur suit, achète et consomme, il n’y a pas de raison apparente pour que l’on se mette à réfléchir sur lui. Or, le récepteur, jusqu’à présent, c’est vous et moi. Donc, en définitive, c’est le sujet de la démocratie.

22Il reste un dernier enjeu, qui n’est pas le moindre pour l’avenir : c’est celui de la confrontation Nord-Sud. On dit aux pays du Sud, d’une façon très démagogique : « Grâce aux réseaux, aux progrès techniques, vous allez rattraper le décalage avec le Nord ! » C’est vraiment malhonnête intellectuellement ! Oui, bien sûr, le Sud aura des réseaux. Mais ce n’est pas ça qui résoudra les problèmes d’inégalités. Quand vous éteignez votre ordinateur en Inde, en Afrique orientale ou en Amérique latine, rien n’a changé : vous êtes toujours confronté aux mêmes problèmes : il n’y a pas d’eau, il n’y a pas d’éducation, il n’y a pas de santé, etc. Et ça, ça ne se changera pas par des réseaux. Alors, que le Sud possède des réseaux, très bien. Mais qu’on n’ait pas la naïveté de penser que six milliards d’internautes permettront de résoudre la question du Sud. La radio, par contre, joue un rôle essentiel, puisque c’est un média qui s’est inscrit dans une histoire, qui a une habitude, qui est capable d’être reçu dans des conditions techniques incroyables. Je pense qu’il faut dire aux pays du Sud que, naturellement, ils ont leur part à prendre dans les nouvelles technologies, mais que, par rapport à l’inscription dans une modernité qui pourrait être de plus en plus difficile, ils ne doivent pas s’imaginer que la plus moderne d’entre elles constituera un raccourci. En histoire, il n’y a jamais de raccourci ou, alors, cela provoque des guerres, des guerres très violentes.

23En conclusion, j’affirme qu’il faut sortir de la communication, de l’idéologie technique et de l’idéologie économique. Plus il y a de technique, plus il y a de business sur les techniques de communication, plus le monde s’équipe, plus nous savons que les questions sont devant nous. La force de l’Occident par rapport à cet enjeu, c’est que nous avons une philosophie de la communication qui relie tout de même assez bien la philosophie de l’individu au concept de la démocratie. C’est une force que nous avons, puisqu’il y a du matériau dans les différentes traditions philosophiques, religieuses et politiques. Mais attention à l’idéologie et à la substantification de la communication ! Rappelons-nous que, de toute façon, la communication est toujours seconde par rapport à un projet politique. Si la société et la politique ne sont pas capables d’organiser un cadre pour la communication, alors c’est le règne des marchands et des techniciens qui s’installe. Je crois qu’après la génération actuelle d’Internet, il y aura un retour au politique, comme il y aura un retour à l’intérêt pour les services publics ou à l’intérêt pour la collectivité.

24Bref, l’enjeu de la communication au bout de l’interactivité et du progrès technique, cela reste tout de même d’essayer d’organiser un lien fragile entre les individus et la société. Ce lien fragile sera de plus en plus difficile, parce que l’individu traitera demain de plus en plus d’information, de cultures de référence ; par conséquent, il faudra progressivement lui faire comprendre, à cet individu de la société occidentale, que la question n’est pas d’accéder à un grand nombre d’informations, mais d’arriver à les trier et à sortir d’une logique technique de la communication pour retomber sur une logique culturelle et politique. De mon point de vue de chercheur et de théoricien, il y a un conflit entre un vision techniciste et économiste de la communication et une vision humaniste et démocratique. Je pense que la dimension humaniste de la communication doit être réhabilitée. L’humanisme, ce n’est pas des millions d’individus sur des millions de terminaux : c’est autre chose. En fait, l’essentiel en matière de communication n’est jamais du côté de la technique : il est toujours du côté des hommes. Et c’est du côté des hommes que les choses sont les plus compliquées.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search