Version classiqueVersion mobile

La radio à l’ère de la convergence

 | 
Robert Rabinovitch
, 
Sylvain Lafrance
, 
Dominique Wolton
, 
et al.

Allocution d’ouverture

Sylvain Lafrance

Texte intégral

1Je suis né à Maniwaki, à environ 120 kilomètres au nord d’Ottawa. Vous me direz que ça ne présente pas un grand intérêt, si ce n’est qu’à Maniwaki – en fait, dans la ville voisine – il y avait une radio nommée ckml Mont-Laurier. C’était la seule radio qu’il y avait d’ailleurs. C’était une radio privée, affiliée à Radio-Canada. Et les premiers souvenirs que j’ai de la radio, c’est de cette radio, ckml, où il se passait pour moi des choses absolument merveilleuses. D’abord, j’étais sûr que Lester B. Pearson, René Lévesque, Maurice Duplessis, le général De Gaulle, Raymond Lévesque, Jacques Brel, Gilles Vigneault, étaient tous à ckml Mont-Laurier ! Dans ma tête d’enfant, j’imaginais que tous ces grands personnages étaient dans un même lieu, une espèce de grand studio qui avait l’air d’être vraiment une belle place. Et je rêvais que, un jour, mon père nous emmènerait à Mont-Laurier pour aller voir ckml et cette radio merveilleuse, un lieu fabuleux qui, dans ma tête d’enfant – et dans ma tête aujourd’hui – est demeuré très important.

2Au fond, quand j’y repense, je me dis que j’avais bien raison. La radio, c’est un lieu. Un lieu virtuel bien avant l’heure. Et quand on réussit, en radio, à créer un lieu comme celui-là, quand on réussit à créer dans la tête d’un auditeur, d’un enfant, d’un adulte, l’idée qu’il existe une grande place publique où on chante, où il y a des émotions, où on discute, où on débat, quand on réussit à créer ça, on vient de créer la radio. On vient de créer quelque chose de merveilleux.

3Pour moi, c’est très important parce que ça fait partie des valeurs fondamentales de ce média, des valeurs qui font que la radio est ce qu’elle est. Comme l’a dit Dominique Wolton, c’est l’« un des médias les plus remarquables du XXe siècle ». Ses émotions, son imaginaire, sa capacité de débats... c’est sans doute ce qui fait de la radio un des médias les plus merveilleux du XXe siècle, sinon le plus merveilleux.

4Quand je pense au monde des nouvelles technologies, quand je pense à l’univers dans lequel on vit maintenant, je crois que l’on doit se poser des questions : « Qu’arrivera-t-il de la radio ? Comment va-t-on faire pour conserver ses valeurs fondamentales dans ce nouvel univers ? » Ce n’est pas simple, parce que plusieurs phénomènes évoluent en parallèle et soulèvent des questions importantes sur l’avenir du média et sur l’avenir des médias de façon générale.

5Le premier phénomène est purement technologique. Effectivement, la montée de l’Internet – pour ne nommer que celle-là – est un phénomène qui nous préoccupe et qui offre d’immenses possibilités à la radio, ne serait-ce que par sa capacité à offrir une programmation à valeur ajoutée.

6Deuxième phénomène important, qui est peut-être son corollaire, c’est la modification des habitudes d’écoute des usagers. L’ensemble des nouveaux médias, la multiplication des fréquences, l’arrivée de l’Internet ou d’autres moyens de communication créent des modifications importantes dans les habitudes d’écoute. Ce sera encore plus vrai – si on se fie aux récents sondages-, lorsque le haut débit sera vraiment disponible et majoritairement utilisé pour la diffusion Internet au Canada. On prévoit l’arrivée du haut débit en 2002, et on prévoit que la majorité des gens qui auront l’Internet au Canada le recevront sur haut débit. À ce moment, je crois qu’on réalisera qu’il se passe de grands changements dans les habitudes d’écoute et dans les habitudes de consommation médiatique des usagers.

7Troisième phénomène qui, à mon avis et aussi de l’avis de plusieurs, est très important, c’est le phénomène des grandes concentrations. Depuis janvier 2000, au Canada – en fait, ça vient un peu des États-Unis, avec Time Warner-, on assiste à un phénomène sans précédent de concentration médiatique. C’est un phénomène qui, à la limite, me dérange plus que l’arrivée de l’Internet en ce qui a trait à l’avenir de la radio et particulièrement du service public. Si j’avais à résumer mon opinion – et je le ferai peut-être plus loin –, je dirais que l’Internet offre à la radio des occasions merveilleuses. Cependant, le phénomène de la concentration annonce des menaces importantes pour le service public – en tout cas, dans le contexte canadien. On devra sûrement en reparler.

8Donc, tout ceci se passe sur un fond de mondialisation que plusieurs qualifient d’incontournable. C’est absolument fabuleux le nombre de choses qui sont dites incontournables dans la société médiatique d’aujourd’hui : impossible de réglementer l’Internet, impossible d’empêcher la mondialisation, impossible d’arrêter la technologie... Il y a beaucoup de choses impossibles aujourd’hui, semble-t-il ! D’ailleurs, pour mettre tout ça dans le contexte, je vais vous lire un extrait – c’est quelque chose qui ne s’invente pas – qui vient du rapport de la « Commission royale d’enquête sur l’avancement des arts, des lettres et des sciences au Canada » de 1951. Ils ont rencontré 1500 personnes, ont voyagé dans les dix provinces, reçu 400 rapports, fait de grandes recherches... Je vous lis seulement un extrait, très intéressant, du mémoire de la Canadian Daily Newspaper Association, entièrement consacré à l’examen des conséquences que représentera pour la presse l’emploi généralisé du nouvel appareil de diffusion du fac-similé [le fax] qui est, semble-t-il, à la veille de devenir le rival puissant et populaire des journaux actuels. Ce texte est particulièrement révélateur de l’état d’esprit qui régnait alors (je vous rappelle qu’on est en 1951 !) :

Nous ne pouvons prétendre qu'à une connaissance très limitée de ce nouveau moyen de diffusion. Pour résumer, pour autant que nous puissions la comprendre, cette méthode consisterait à livrer à domicile un journal imprimé, avec la même facilité et en usant essentiellement des mêmes moyens qu'une émission de radio ou de télévision. Il n'y aurait besoin ni de presse imprimée, ni de service de distribution, et tout poste émetteur de radio pourrait participer à cette forme nouvelle de journalisme pour une somme qui ne représenterait qu’une partie minime de celle qui serait nécessaire à la fondation d'un journal de forme traditionnelle. La Canadian Daily Newspaper Association affirme que cette invention attirera des éléments nouveaux vers le journalisme et que le lecteur de facsimilés, assis près de son poste, sera capable de tourner n'importe quel bouton correspondant à divers journaux, de même qu'aujourd’hui il choisit telle ou telle émission radiophonique.

9C’est fabuleux comment on voyait l’arrivée du télécopieur au Canada en 1951 ! Deux paragraphes plus loin, on s’interroge sur la capacité de l’État à réglementer la distribution des journaux et l’information au Canada à l’ère du fac-similé...

10En réalité le télécopieur n’est jamais devenu ce qu’on prévoyait qu’il serait à cette époque. Il reste qu’à l’apparition d’un nouveau média, il y a toujours des questions qui se posent, toujours les mêmes. Loin de moi l’idée de nier que l’Internet constitue une forme de révolution. Mais il faut savoir une révolution de quoi. C’est important. Il faut comprendre quel sera l’espace de la radio et quel sera l’espace du service public dans cet univers. Comment la radio peut-elle profiter de ces occasions sans perdre sa force et ses qualités fondamentales ? Comment préserver un espace public dans le futur univers numérique ? Comment continuer d’occuper un espace dominant dans l’imaginaire et le quotidien de nos contemporains ? Cela fait partie des grandes questions à débattre.

Auteur

Vice-président de la Radio française, de Radio-Canada International et responsable des Nouveaux Médias de Radio-Canada

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search