Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée d'université

Cinquième partie. L'exigence de réformes 1945-1959

32. Les universités et la société

1952

Jean-Charles Falardeau

Résumé

Le centenaire de l’Université Laval donne lieu, au cours des années 1952 et 1953, à de multiples célébrations et à des colloques ou conférences sur la nature et le rôle de l’institution universitaire. Ainsi, le « Carrefour 52 » du Centre catholique des intellectuels canadiens organise, en 1952, un symposium sur le thème de la « mission des universités » auquel participe le sociologue Jean-Charles Falardeau (1914-1989). Membre de la première cohorte étudiante de l’École des sciences sociales fondée en 1936 à Laval par le père Georges-Henri Lévesque, Falardeau entreprend des études supérieures à l’université de Chicago en 1939 où il a pour maître Everett C. Hughes (auteur de French Canada in Transition et du Programme de recherches sociales pour le Québec). Falardeau revient à Québec en 1943 au moment où l’École devient faculté et il y entreprend une fructueuse carrière de professeur et de chercheur. Codirecteur de la revue Recherches sociographiques, directeur de la publication en 1953 des Essais sur le Québec contemporain, il s’affirme comme l’un des maîtres de la sociologie québécoise, explore divers aspects de la réalité sociale canadienne-française et québécoise et s’impose notamment par des travaux pionniers en sociologie de la littérature. Participant au Carrefour 52 sur le thème des universités en regard de la société, Falardeau s’efforce de discerner les traits que doit présenter l’université au milieu du XXe siècle. Il connaît l’évolution des universités américaines vers la multiplication des facultés et écoles (« multiversity ») et aussi, sous l’effet de leur taille, vers la bureaucratisation ; il sait les pressions qu’exercent les ordres professionnels sur les programmes des facultés correspondantes ; il est aussi familier avec les pratiques universitaires nouvelles qui prennent forme dans les facultés non professionnelles comme celle à laquelle il appartient. Pour Falardeau, « la fonction essentielle d’une université est d’ordre intellectuel » ; pour chaque pays, l’université est le lieu où « s’exprime, se purifie constamment sa civilisation » ; et « l’université moderne doit [...] redevenir un lieu de synthèse ».
À cette vision essentiellement humaniste de l’université, Falardeau greffe d’autres éléments. Ainsi, il ne récuse pas la présence agissante de la foi catholique dans l’université contemporaine et il appelle l’universitaire à participer aux efforts de changement en cours dans la société, à se mettre en état de disponibilité au bénéfice de ses concitoyens, « tout en maintenant jalousement [...] les normes élevées et les exigences de son labeur ». Décrit comme un « intellectuel à la rencontre de deux mondes1 », Jean-Charles Falardeau exprime donc, comme d’autres intellectuels de sa génération, une vision hybride de l’université.

Note de l’éditeur

Source : Jean-Charles Falardeau, « Les universités et la société », in Carrefour 52 : mission de l’université, Montréal, Centre catholique des intellectuels canadiens, 1952, p. 45-47, 47-48, 48-49, 49-53, 54-56.

Texte intégral

[...]

1En proliférant ainsi pour répondre à des besoins nouveaux, nos universités ont acquis, elles ont même parfois emprunté directement certains traits qui caractérisent la structure et les activités des universités nord-américaines contemporaines. L’université moderne [...] est devenue, à la différence de l’institution intégrée et unifiante des temps anciens, une constellation de facultés, d’écoles, d’instituts ou de départements non seulement administrativement distincts les uns des autres mais dont chacun se pense et se comporte comme un tout suffisant par soi, voire, comme une « entreprise » poursuivant une fin propre sans rapport avec l’objectif des unités voisines. L’université s’est transformée en une institution « bureaucratique », en ce sens que très peu parmi ceux qui participent à son existence sont en mesure de saisir la totalité des activités qui s’y exercent ni souvent d’établir quelque lien entre celles-ci. Une autre tendance typique des départements ou des facultés universitaires américains est de se muer en écoles « professionnelles », c’est-à-dire en établissements où s’enseignent les techniques ou les connaissances spécialisées nécessaires à la pratique d’une profession donnée, — arpentage, métallurgie, génie forestier, pharmacologie, service social, comptabilité, actuariat, art dentaire, etc. sans oublier le droit et la médecine. Une école universitaire de caractère professionnel est dans l’université tout en n’étant pas complètement de l’université. En effet, si la profession exige le diplôme universitaire comme condition d’entrée dans la confrérie des « collègues-experts », elle tente par ailleurs de proposer sinon d’imposer à l’université ce qu’elle considère comme la préparation adéquate pour ses candidats. Nos universités deviennent ainsi écartelées, douloureusement étonnées de ce que leur progrès signifie la menace de leur dissolution.

Ce qu’est une université

2Les universités d’un pays sont les lieux suprêmes où s’exprime, où se purifie constamment sa civilisation. En notre pays en particulier, c’est d’abord par les universités que chacun des deux grands groupes ethniques composant la nation devrait révéler à l’autre la richesse de la civilisation dont il est porteur et les modalités de sa pensée. La fonction essentielle d’une université est d’ordre intellectuel. Malgré l’évolution contemporaine qui a compartimenté l’université en une multiplicité d’écoles et de départements, chacun tendu vers les recherches et l’analyse, vers la préparation de techniciens et de spécialistes, l’université moderne doit, de tout son effort, redevenir un lieu de synthèse. Qu’est-ce à dire ? car nous savons qu’il est devenu depuis longtemps impossible pour l’esprit humain individuel d’embrasser la totalité du savoir accumulé par les sciences de plus en plus raffinées, de plus en plus encyclopédiques.

3L’homme moderne est de plus en plus dans la situation de l’Apprenti Sorcier, incapable de dominer les instruments et les techniques mêmes sorties de ses mains, conçues par ses prouesses intellectuelles. Justement, ce qu’il convient maintenant de réapprendre aux étudiants, tout en les entraînant à devenir d’excellents spécialistes dans un domaine donné, est qu’ils ne savent pas tout et qu’ils doivent pour autant, se méfier de l’illusion que leur donnent leurs connaissances particulières, que ce soit en physique nucléaire ou en sociologie, en physiologie ou en histoire.

4N’est-ce pas rappeler que l’enseignement universitaire doit réformer le jugement tout autant que développer l’agilité intellectuelle ? Si les universités doivent être des lieux d’invention et de recherche, elles n’en doivent pas moins demeurer, ou redevenir, par dessus tout, des lieux ou se parfait la « culture » au sens plein du terme. [...] Si les universités parviennent à communiquer à ceux qui les fréquentent et à ceux qui viennent en contact avec elles le sentiment « qu’il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre — et aussi dans l’homme — qu’il n’en est rêvé par les philosophies », elles seront sur le chemin de la sagesse. Pour autant, elles seront des lieux d’attraction, non seulement pour les spécialistes des sciences exactes, les cliniciens et les juristes, mais aussi pour les artistes, les penseurs, tous les esprits préoccupés du drame humain qui trouveront chez elles une formulation judicieuse des problèmes de l’homme du vingtième siècle. Qui trouveront aussi en elles des lieux de vraie liberté car, de toutes les institutions, l’université est l’une des plus autonomes qui soit. En elle et par elle souffle l’esprit. Non seulement l’esprit humain dans toute sa générosité, mais l’esprit rectifié par le sens du bien. C’est donc ajouter que l’université, de par sa fonction intellectuelle même à une responsabilité morale.

Ce qu’est une université catholique

5L’esprit qui souffle dans une université catholique, au surplus, est un esprit informé, vivifié par la grâce. [...]

6Ce caractère catholique d’une université se reflète dans son organisation même, dans la hiérarchie qu’elle établit entre les sciences, dans la primauté qu’elle accorde aux sciences sacrées, et surtout peut-être dans l’inspiration qui anime ses professeurs. Par ses facultés de théologie, de philosophie, de droit canon, elle est un lien où sont proclamés l’enseignement et la doctrine de l’Église. La culture que dispensent ses autres facultés est la culture chrétienne et les enrichissements intellectuels qu’elles proposent doivent ouvrir sur une métaphysique et, ultimement, conduire à Dieu. L’université catholique est, à sa façon, témoin de la Foi et si les synthèses de connaissances qu’y élaborent ses savants sont humainement sans cesse remises en cause, elle doit ramener les esprits vers Celui en qui est la source de la seule synthèse véritable, celle de la charité et de la grâce. [...]

7Les modalités selon lesquelles les spécialistes des divers domaines du savoir partagent cette responsabilité catholique varient évidemment d’une science à l’autre, je veux dire que la relation directe entre les disciplines scientifiques et l’enseignement doctrinal et moral de l’Église varie d’un domaine à l’autre : elle est plus grande pour l’historien que pour le botaniste, pour l’économiste, le psychologue et le sociologue que pour le mathématicien. Mais l’essentiel est que le mathématicien, le botaniste comme le physicien ou le physiologiste d’une université catholique pensent en chrétien et que leur esprit débouche sur le surnaturel. Ce qui est impossible à l’intérieur de l’enseignement académique même doit être compensé par des contacts directs, humains, tonifiants, entre professeurs et étudiants : que les étudiants aient conscience qu’il existe entre eux et les professeurs une fraternité d’un ordre suprême qui les rapproche dans la perspective d’une « vocation » identique. Tout compte fait, ce qui doit caractériser une université catholique, c’est le règne de la charité.

Nos universités et la société canadienne-française

8Les responsabilités doctrinales et spirituelles auxquelles nous venons de faire allusion constituent l’ensemble le plus important d’obligations de l’université envers notre société. Néanmoins, si ces obligations sont d’un ordre de primauté absolue, elles sont loin d’épuiser le champ des services que notre société doit recevoir de ses institutions universitaires sur le plan temporel. Répétons, à ce point, que le plus grand « service », au sens le plus profond du terme, auquel notre société doit s’attendre de la part de nos universités est de les voir s’acquitter aussi parfaitement que possible de leur fonction intellectuelle : dans les recherches, dans l’invention, dans l’enseignement. Le public est peut-être quelquefois porté à être impatient envers les universités. [...] Il ne faut pas oublier que le labeur intellectuel est, de soi, obscur, patient et persévérant. Si l’on veut que l’universitaire fasse bénéficier la communauté du résultat de ses recherches originales, qu’on lui laisse le temps et le loisir de mener à bien, tel qu’il l’entend et sans se précipiter, le cours de ses observations ou le cheminement de sa pensée. L’université doit être un exemple vivant de la plus haute forme de travail, le travail de l’esprit, dans ce que celui-ci a de plus exigeant et souvent de plus ingrat. Il faut que s’améliore sans cesse la qualité de ses enseignements et que soient rendues sans cesse plus rigoureuses les conditions de réussite de ses étudiants. Par là l’université justifiera éminemment l’attente fondamentale que l’on fonde sur elle.

9À cette condition aussi nos universités s’acquitteront d’une obligation plus directe qu’elles ont de maintenir, de repenser, sinon de rajeunir les symboles et les valeurs de la civilisation canadienne-française. À cette tâche doivent collaborer plus particulièrement les historiens et les juristes, les pédagogues et les psychologues, mais aussi, au point de départ, les économistes, les sociologues, tous les spécialistes des sciences humaines et politiques. À la vérité, notre patrimoine de civilisation ne sera vivant que si nous sommes en mesure d’en informer des structures sociales en voie de transformation et des institutions nouvelles. Or, nous ne pourrons comprendre ces transformations, par exemple, les avatars contemporains de nos paroisses urbaines ou l’éclatement de nos classes sociales, que si nous avons auparavant, objectivement et minutieusement, dégagé et analysé les facteurs de cette évolution. L’université ne peut, ne doit pas agir directement sur les structures sociales mais, par les recherches qu’elle poursuit et les conclusions qu’elle atteint, elle peut éminemment aider sinon orienter dans une direction féconde l’action de ceux qui sont mêlés à la vie politique, aux mouvements sociaux éducatifs, voire au ministère sacré.

10Nous touchons ici de nouveau l’un des aspects les plus cruciaux de notre vie universitaire actuelle. Nous avons évoqué la multiplication dans nos universités de facultés, d’écoles, d’instituts de toutes sortes. Nos universités ne sont plus comme jadis destinées seulement à assurer le remplacement d’une élite mais offrent à une proportion sans cesse plus considérable de la jeunesse la préparation professionnelle vers toutes les carrières importantes ou intéressantes. Par ailleurs, durant ce temps s’est multipliée une espèce nouvelle dans notre flore, à moins que ce ne soit dans notre faune intellectuelle : celle du professeur de carrière, qui s’est ajoutée à l’espèce traditionnelle du spécialiste qui ne consacrait à l’université que les heures de son enseignement ou de quelques recherches. À compter de cette époque toute récente, s’est constitué dans nos universités un climat proprement universitaire. Or, je définirais l’universitaire de profession en disant qu’il a été en général un homme trop sollicité, un homme un peu traqué même. Traqué d’abord par ses propres soucis financiers. Étant donné l’insuffisance de son revenu, malgré les efforts généreux des universités, il était trop souvent réduit à accepter sinon à quémander lui-même en dehors de l’université l’aide économique dont il avait besoin : sous forme de travail commandité par les gouvernements ou par des entreprises publiques, de tâches souvent mesquines, le plus souvent étrangères à sa spécialisation. Le professeur est ainsi devenu un homme aliéné non seulement de ses moyens de production mais de sa production elle-même. Bien plus, au fur et à mesure que les spécialistes universitaires se sont révélés, il était inévitable qu’ils fussent recherchés, comme conseillers, comme aviseurs techniques, comme chercheurs. Le développement effervescent de nos Facultés de sciences physiques a fait de nos hommes de sciences des collaborateurs, souvent des proies convoitées de la grande industrie, alors que, de leur côté, l’économiste, le psychologue, le linguiste même étaient soumis au chant de sirène de l’administration publique, aux offres de contrats de recherche, à toute la gamme des distractions professionnelles.

11Cette situation pose à l’universitaire un délicat dilemme. D’une part, il ne doit jamais cesser d’être libre dans sa recherche, il doit lui-même choisir ses problèmes et décider des méthodes à utiliser et des techniques à appliquer. D’autre part, il doit à la communauté d’accorder son concours à quiconque a besoin de son aide et de ne refuser aucune occasion de diffuser sa science et ses principes. En d’autres termes, le danger est que, dans la mesure où il veut rendre service, l’universitaire risque de s’éloigner de sa tâche primordiale. L’une des façons dont il peut résoudre ce dilemme est de se tenir généreusement en état de disponibilité envers ceux qui requièrent son assistance ou son conseil, tout en maintenant jalousement et faisant comprendre à ceux qui s’adressent à lui les normes élevées et les exigences de son labeur. Ce faisant, il accomplira par surcroît une œuvre éducative en habituant ses compatriotes à résister aux formules hâtives ou aux programmes trop superficiellement élaborés.

12Nous avons noté de quelle façon les facultés universitaires, devenues pour la plupart des écoles professionnelles, s’associent de plus en plus intimement aux professions organisées. Si l’école ou la faculté universitaire « professionnalisée » doit se défendre contre le danger d’une domination à laquelle, insensiblement, tentera de la soumettre la profession, elle ne peut, par ailleurs, refuser à celle-ci l’inspiration ni la collaboration technique qu’elle lui demande. L’école universitaire professionnelle assure à la profession et aux institutions dans lesquelles celle-ci s’exerce, un réservoir constant d’experts, de conseillers sinon de directeurs. Une faculté de médecine, par exemple, fait partie d’un réseau comprenant le Collège des médecins, les associations médicales, les hôpitaux, les dispensaires, les écoles d’infirmières, les fédérations hospitalières, les laboratoires publics, etc. Un institut de psychologie est associé aux écoles et aux centres d’orientation aux centres de réhabilitation et aux cours juvéniles, aux cliniques de psychothérapie et aux centres médico-sociaux, aux commissions scolaires et aux collèges classiques, etc. On peut répéter une énumération analogue pour chacune, ou peu s’en faut, des facultés universitaires. Un inventaire complet des institutions ou des secteurs spécialisés de la vie sociale touchés par l’action universitaire nous ferait récapituler le panorama de l’ensemble de la société. À ce devoir de présence, l’université moderne, devenue une sorte de Prométhée, ne peut se dérober, à condition cependant, comme nous le proposions il y a un instant, que les universitaires demeurent fidèles à l’idéal de désintéressement sans lequel on ne les distinguerait bientôt plus des bureaucrates.

13Comment enfin ne pas faire état des nombreuses initiatives bienfaisantes que nos universités, depuis quelques années, ont instituées à l’intention immédiate du grand public et grâce auxquelles on peut dire qu’elles deviennent, dans un sens de plus en plus profond, des « maisons du peuple » ; centres de culture populaire, conférences publiques, cours par correspondance et cours du soir, instituts familiaux, sessions intensives et congrès de relations industrielles. Le rapport Massey, dans l’un de ses chapitres-clefs, nous rappelle avec pertinence quelles formes variées, ingénieuses, souvent imprévues, a pris le rôle inspirateur et directeur des universités canadiennes auprès des groupements particuliers, des sociétés bénévoles, de la collectivité dans son ensemble. [...] C’est peut-être là l’une des formes du rayonnement des universités. Elles manifestent ainsi qu’elles ne sont pas seulement au sommet distant mais au cœur même de notre société. Qu’il s’agisse du syndicalisme ou du patronat industriel, de la classe agricole ou des jeunes fonctionnaires, des familles bourgeoises ou des militants coopératistes, il n’est guère de groupe social de notre milieu qui n’ait demandé ou qui n’attende impatiemment des universitaires une aide dont souvent il appartient à ceux-ci de déterminer la modalité. Cette aide ne signifie pas tant enseignement formel que coopération compréhensive, illumination discrète, encouragement lucide. On attend de l’universitaire qui est au-dessus des conflits mais qui par ailleurs saisit objectivement les problèmes dans leurs perspectives générales, qu’il soit homme de bon conseil. On le veut impartial et serein mais on le veut aussi intéressé aux entreprises dont c’est l’objectif d’apporter aux hommes plus de lumière, plus de justice, un plus grand bien-être. N’est-ce pas indiquer qu’il appartient à l’université de travailler à former, directement et indirectement, de meilleurs citoyens ? De bons citoyens, c’est-à-dire des hommes bien informés, de jugement sain et d’un patriotisme généreux. C’est donc à nos universités qu’incombe, en dernière analyse, le difficile devoir de clarifier en quoi consiste le bien commun de la société canadienne-française, et réciproquement, en quoi doit consister l’attitude des citoyens vis-à-vis ce bien commun. Ici, nous retrouvons la confluence de deux responsabilités de l’université car c’est elle qui doit rappeler au Canadien de langue française que le catholicisme qui domine sa vie doit aussi dominer et inspirer son patriotisme. Pour autant, elle lui rappellera qu’à l’attachement spontané et primordial qui le soude à ses compatriotes de même langue et de même foi, s’ajoute un devoir de participation à la totalité de la vie canadienne, de compréhension envers les autres groupes composant la nation, de franche coopération. L’université, dans son enseignement et ses attitudes officielles, est l’ennemie des préjugés ethniques, des sectarismes, de toutes les formes mesquines de supériorité et de suffisance.

Nos universités et la nation canadienne

[...]

  • 2 Voir texte 28.

14Ce sens de la présence doit d’ailleurs s’étendre à la totalité de la communauté internationale. De plus en plus, nos universités et ceux qui les composent, deviennent conscients du fait que notre province est située à un carrefour culturel entre l’Amérique du Nord anglo-saxonne et l’Europe occidentale de génie latin, particulièrement la France. Cette situation nous impose un rôle original de synthèse et d’interprétation de la « Civilisation atlantique ». Mais pour opérer une telle synthèse, il faut comprendre, et pour comprendre, il faut connaître sympathiquement l’histoire intellectuelle, religieuse et politique de ces nations atlantiques, les protestantes comme les catholiques, les anglophones comme les latines. Nos professeurs ont été élèves et ils ont maintenant des collègues dans toutes les universités importantes du monde. Il est temps que, de nos universités, sorte un plus grand nombre d’œuvres de pensée hardie, d’expression vigoureuse, de portée universelle. [...] Eh quoi, la Foi même sur laquelle sont assises les prémisses de notre philosophie n’autorise-t-elle pas toutes les intrépidités, les plus grandes générosités ? Qu’attendons-nous pour mener à bonne fin, par exemple, comme le proposait encore il y a quelques années le vice-recteur de Laval, Mgr A.-M. Parent2 une étude comparée des civilisations américaines, dont les conclusions seraient autant de pôles permettant d’orienter notre propre croissance ? Qui, dans nos facultés de lettres, de droit, de philosophie, nous donnera le traité novateur de pédagogie, l’interprétation dynamique du Canada d’aujourd’hui, une psychologie de l’art canadien-français ?

15Une condition capitale de ce renouveau sera de nous souvenir constamment qu’une des pierres d’angle de la tradition intellectuelle française dont nous nous réclamons est une grande foi dans l’esprit humain et dans son inaliénable liberté ; et aussi, qu’une des grandes leçons évangéliques est qu’il nous sera demandé compte de ce que nous avons fait de nos talents.

Notes

1 Marcel Fournier, L’entrée dans la modernité. Science, culture et société au Québec, Montréal, Éditions Saint-Martin, 1986, p. 175.

2 Voir texte 28.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr