Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée d'université

Quatrième partie. La recherche de la modernité 1919-1945

21. Préserver l'intégrité de l'université

31 mai 1932

Marie-Victorin

Résumé

La Grande Dépression qui a éclaté à la fin d’octobre 1929 frappe très durement les universités, dont l’Université de Montréal. Ainsi, en février 1932, l’université réduit de 10 % les salaires de l’ensemble de ses employés et, quelques jours plus tard, elle suspend purement et simplement le versement de ces salaires. Le 6 avril 1932, le gouvernement crée une commission pour étudier les problèmes financiers de l’établissement. De nombreuses autres institutions sont menacées de naufrage financier. Il se trouve quelqu’un qui, face aux difficultés de l’université, propose une forme de « rationalisation » des dépenses consistant à fermer certaines unités d’enseignement, telles la faculté de philosophie, celle des lettres, l’École des sciences sociales ou encore l’Institut botanique, enfant de Marie-Victorin. Celui-ci prend la plume et, dans un texte publié par Le Devoir du 31 mai 1932 sous le titre « Dans le maelström universitaire. Réflexions d’un “objet” de luxe », il dénonce virulemment cette suggestion, cette « idée très courte de porter la main sur la Faculté de philosophie et la Faculté des lettres ». À travers ce texte polémique, Marie-Victorin dénonce l’incapacité de « saisir la vraie notion de l’Université moderne, et de l’université tout court ». Abolir les facultés de philosophie et de lettres, ce serait faire de l’université « une banale usine et rien de plus ». Marie-Victorin plaide donc non seulement pour le maintien de l’intégrité de l’université, mais pour la vision d’une université intégrale.

Note de l’éditeur

Source : Marie-Victorin, « Dans le maelström universitaire », Le Devoir, 31 mai 1932 ; repris dans Science, culture et nation, op. cit., p. 100-103.

Texte intégral

[...]

1Il a été officieusement proposé, ces jours-ci — c’est encore tout chaud — de réaliser quelques économies partielles en supprimant ou en suspendant ce que j’en ai élégamment désigné, pour les besoins de la cause, sous le nom de « facultés de luxe », d’« écoles de luxe » et de « départements de luxe ». En l’espèce, ces organismes de luxe, ces inoffensifs toutous à ruban rose de la Maison universitaire étaient la Faculté de philosophie, une partie au moins de la Faculté des lettres, l’Institut botanique de la Faculté des sciences, l’École des sciences sociales et quelques autres services aussi peu importants.

2Il ne m’appartient pas de dire ici si l’Institut botanique mérite ou non d’exister, si son œuvre est nécessaire, s’il a rempli suffisamment son rôle, s’il a fait son humble part pour le service de la science désintéressée et pour le service de la communauté canadienne-française. À ceux déjà nombreux qui en ont bénéficié, et au monde de l’éducation qu’il a voulu honnêtement servir, il appartiendra de le soutenir dans la crise présente ou de laisser tomber avec tout ce qui s’y rattache. Mais il me semble que j’ai le droit — étant de l’extérieur — de protester contre cette idée, cette idée très courte, de porter la main sur la Faculté de philosophie et la Faculté des lettres.

3Ceux qui s’occupent de sciences, et à qui leurs disciplines particulières donnent un tour d’esprit défini sont parfois légèrement agacés de certaines douces manies des philosophes purs ; de l’extérieur, ces différences de tempérament peuvent apparaître comme de véritables divergences. Il n’en est rien en réalité. Science et philosophie se portent un mutuel appui et ne peuvent longtemps s’écarter l’une de l’autre sans s’affaiblir mutuellement. Si nous avions besoin d’en être convaincus, nous n’aurions qu’à relire la constitution récente où Sa Sainteté Pie XI trace le programme des facultés catholiques de philosophie. À l’Université de Montréal nous sommes tout au début de notre organisation scientifique. Cette organisation sera faite et sera surtout faite par un groupe déjà nombreux de jeunes gens qui ont reçu leur formation à l’étranger. On peut bien leur dire amicalement qu’ils sont encore, en thèse générale, légèrement intoxiqués du vin nouveau d’une jeune science — jeune pour eux du moins. Cette intoxication, cette ébriété de l’esprit, est tout aussi naturelle, et pas plus alarmante que cette autre intoxication causée directement par les chaudes harmonies de jeunesse, par le vin nouveau de la vie. Qui n’a pas eu vingt ans ?

4Tout ceci pour dire que jamais il n’aura été plus important pour nous d’avoir à l’Université de Montréal un milieu philosophique sérieux et sympathique où les jeunes gens adonnés à la science pourront constamment, et sans renier leurs méthodes et leurs idéaux particuliers, accéder à la plénitude en associant à la science, qui après tout n’est qu’une manière de penser, une autre manière de penser très élevée et très féconde.

  • 1 L’Université de Montréal était alors établie rue Saint-Denis.

5Il y aurait encore plus à dire sur la mutilation de la Faculté des lettres. On sait quel effort l’Université McGill fait pour la culture des lettres françaises. En supprimer ou en diminuer l’enseignement du côté est de la rue Saint-Laurent1 serait non seulement une erreur mais une véritable indécence.

6On s’étonne que de pareilles énormités puissent germer dans le cerveau de certains chefs de file universitaires. Sont-ils donc tellement incapables de saisir la vraie notion de l’université moderne et de l’université tout court ? Cette proposition ne vise à rien moins qu’à ruiner, en une minute, un immense et méritoire effort de dix années, à ramener l’Université de Montréal aux cadres étroits et rudimentaires d’autrefois, à lui restituer son cachet exclusif et platement utilitaire de fabrique de professionnels, de noviciat pour professions fermées et lucratives. Le bon peuple, à qui, au bout du compte, il faut toujours présenter la note, le bon peuple à qui ces professionnels ne donnent pas leurs services gratuitement, sera certainement enchanté qu’on lui demande de se saigner à blanc pour payer les frais de cette industrie ! Car, réduite aux lignes simples que je viens d’indiquer, l’université devient une banale usine, et rien de plus.

7Ceci n’implique d’ailleurs — on l’a déjà entendu — aucune idée péjorative à l’endroit des Facultés de droit et de médecine. Ces deux Facultés sont parties intégrantes très importantes et indispensables de toute l’université, mais elles ne participent à son âme véritable qu’en autant qu’elles ajoutent à leurs préoccupations utilitaires le souci de la science désintéressée d’une part, et le souci de la haute culture juridique de l’autre.

8L’université, qui a gardé quelque chose de ses origines médiévales, de ses origines d’Église, l’université est un grand temple. Et ce temple a une âme : c’est le culte qui s’y déroule, en l’espèce, culte de la vérité, de la beauté, du service désintéressé. Chassez cette âme : le temple devient une boutique, et l’autel devient un étal !

9Dans notre détresse, quelques-uns de nos sauveurs ont donc trouvé quelque chose pour apaiser les dieux : couper courageusement tout ce qui sent le « luxe » universitaire : philosophie, lettres, science pure. Ainsi allégée, par cette castration volontaire, l’Université de Montréal pourra se présenter le front haut devant l’opinion et réclamer le secours du public et du gouvernement. Ce serait charmant, si ce n’était bête à faire pleurer ! Chez certains peuples sauvages, on aplatit la tête des nouveau-nés pour leur donner à tous l’angle et le caractère facial de la tribu. L’Université de Montréal, dûment châtrée suivant la méthode indiquée plus haut, serait un excellent instrument d’abêtissement national.

10Tous ceux qui, chez nous, se préoccupent des choses de l’esprit apprendront donc avec stupéfaction que nous faisions du « luxe » dans le domaine de l’esprit ! Dans cette ville d’un million d’habitants, cinquante élèves viennent chercher la culture philosophique auprès de maîtres maigrement payés, qui ajoutent cet enseignement à un dur labeur quotidien. Du luxe ! Un petit groupe de professeurs de l’enseignement secondaire et de l’enseignement primaire supérieur viennent communier au trésor des littératures anciennes et modernes et se préparer ainsi aux primordiales besognes de l’éducation. Du luxe ! D’autres professeurs viennent demander à la seule université française d’une immense région la clef qui leur ouvrira le domaine des sciences de la nature et leur permettra d’y introduire la jeunesse confiée à leurs soins. Du luxe ! Philosophie ! Lettres ! Sciences ! Du luxe ! Du luxe ! Du luxe ! Et comme par hasard, il se trouve que les facultés et les écoles de luxe que l’on veut, en sacrifice propitiatoire, courageusement supprimer, sont précisément celles qui contiennent du personnel religieux et ecclésiastique, extrêmement peu payé. Étrange coïncidence, en vérité, et qui fait rêver.

11Pourquoi, si l’on veut jeter du lest, ne puise-t-on pas d’abord dans les gros sacs ? Pourquoi ne profite-t-on pas de l’occasion pour faire un rajustement général rendu nécessaire après dix années de mise en marche graduelle, rajustement qui permettrait à la pluie du ciel de tomber plus équitablement. Il devrait y avoir un certain rapport, qui n’existe pas, entre les émoluments d’une part et de l’autre les heures de travail et la compétence professionnelle. Il crève les yeux des moins avertis que certains traitements sont exorbitants et hors de toute proportion avec la valeur réelle, telle qu’évaluée suivant des standards universitaires respectés partout ailleurs dans le monde. Ainsi, tel factotum d’une grande faculté — incidemment l’un des deux ou trois inventeurs de la brillante théorie du « luxe » — reçoit à lui seul un traitement équivalant à trois fois le coût total de la Faculté de philosophie. Après cela, il ne resterait plus qu’à tirer l’échelle !

12Philosophie, sciences, lettres. Du luxe ! D’autres, beaucoup mieux que moi, pourront dire jusqu’à quel point nous avons besoin d’un enseignement supérieur en ces matières. Ceux-là auraient tort de se désintéresser. Il y a péril en la demeure et il faudra bientôt se hâter de fonder le parti de l’intelligence !

Notes

1 L’Université de Montréal était alors établie rue Saint-Denis.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr