Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée d'université

Troisième partie. L'émergence des universités 1853-1919

17. L’université et la formation d'une élite économique

1917

Édouard Montpetit

Résumé

Lorsque l’École des Hautes Études Commerciales inaugure ses cours en octobre 1910, Édouard Montpetit (1881-1951) fait partie du noyau initial des professeurs, après un séjour d’études de trois ans en France, financé par l’École, qui lui a permis d’ajouter une formation en sciences économiques à sa formation originale en droit. Il est aussi présent à la création de l’Université de Montréal. De plus, dès 1917, Montpetit imagine la création d’une École des sciences sociales, politiques et économiques, projet qu’il mènera à terme à l’Université de Montréal. Montpetit appartient à une génération d’intellectuels et d’universitaires où se retrouvent Marie-Victorin et Lionel Groulx, avec cette différence qu’il n’est pas un homme d’Église. Ayant beaucoup voyagé, entretenant un important réseau de relations professionnelles, politiques et amicales, conférencier très sollicité, essayiste abondant, Montpetit s’emploie à moderniser l’université — dont il est le premier secrétaire général de 1920 à 1950 — et à l’adapter au monde nouveau qui est issu, à l’échelle planétaire, de la Première Guerre mondiale et, à l’échelle québécoise, de l’industrialisation, du développement des communications et de l’urbanisation (le recensement de 1921 constate que la population du Québec est désormais majoritairement urbaine). En 1917, dans une conférence, Montpetit incite ses concitoyens à entreprendre une conquête de l’autonomie économique : « La conquête économique doit être pour nous la réalité de demain. » Pour y parvenir, une voie obligée s’impose : « C’est l’instruction qui nous assurera cette conquête. » L’université doit donc viser la formation d’une élite économique de dirigeants d’affaires et d’entreprises, qui ont besoin à la fois de culture générale et de solides connaissances spécialisées en comptabilité, en finance, en organisation d’entreprises, etc. Ces propos font écho à ceux tenus une décennie plus tôt par le principal de McGill, William Peterson (voir le texte 15). Montpetit se fait donc le défenseur d’une vision modernisée, fonctionnelle de l’université au service du développement, notamment économique, de la nation, et il diffusera cette vision dans d’innombrables textes et conférences.

Note de l’éditeur

Source : Édouard Montpetit, « L’enseignement professionnel et la constitution d’une élite », Revue trimestrielle canadienne, février 1917, p. 314-321.

Texte intégral

[…]

1Tout cela nous indique clairement le devoir de l’heure. Ne cherchons pas — de crainte de trop nous en convaincre — si nous appartenons à une race supérieure : prouvons-le. Un peuple qui marque le pas est déjà atteint dans sa force ; mais une minorité qui s’enlise dans la satisfaction de soi-même, qui vit uniquement des gloires du passé sans rien y rien ajouter et qui en fait ainsi une pesée plutôt qu’un stimulant, qui renonce à lutter par un incessant progrès mis au service de ses légitimes aspirations, est déjà menacée par la mort. Car le nombre est loin d’être tout. Il a cela d’excellent, lorsqu’il est moindre, qu’il incite à l’union des forces. À cause de cela, des petits peuples ont été merveilleux de résistance. Le moment est venu, le moment est passé, d’acquérir, dans tous les domaines, et sans forcer notre talent, la puissance intellectuelle, la culture qui est comme le privilège des races latines, pour que nous soyons en mesure d’exercer sur les destinées de la nation dont nous sommes une part appréciable, une influence justifiée par nos qualités, féconde, et doublement victorieuse.

2C’est le sens profond, l’enseignement continu de notre histoire, inspiratrice d’énergie. À chaque génération son rôle et sa peine. [...] Aujourd’hui, les temps sont changés. Un élément nouveau, la richesse, est apparu. Au double devoir que nous a légué le passé, s’ajoute celui d’être de notre époque en manifestant, sur un terrain nouveau, nos activités renouvelées et instruites. Pour beaucoup, on ne saurait trop le répéter, la question nationale est une question économique. Non pas, comme on voudrait parfois nous le faire dire, que la fortune soit le bien suprême. Elle n’est qu’un moyen, mais combien fort. Nous ne pouvons pas négliger d’y recourir. La conquête économique doit être pour nous la réalité de demain. Elle sera son élément d’égalité, sinon de supériorité. Elle nous donnera, à nous, plus qu’à d’autres ; car, possédant l’aisance, nous serons naturellement enclins à cultiver la pensée, à rechercher l’expression, à répandre l’art.

3C’est l’instruction qui nous assurera cette conquête. Pour le moment, il nous semble que tout notre effort doive tendre à créer ce faisceau de compétences : une élite, à qui nous confierons de répandre, par l’exemple et par la parole, les idées sur lesquelles nous nous serons accordés, les idées nécessaires, qui prendront ainsi la valeur de vérités banales, ferments de l’action du plus grand nombre.

  • 1 Émile Faguet (1847-1916), critique littéraire français.
  • 2 Henry Le Chatelier (1850-1936), introducteur du taylorisme en France.

4L’expérience a formé chez nous d’habiles praticiens ; mais nous avons trop peu de spécialistes et trop peu de cultivés. Serait-ce que nous avons attaché trop d’importance à la pratique, sans apprécier suffisamment le concours de la théorie enseignée ? Oui, sans doute. Nous avons emprunté cela de l’Anglais et de l’Américain, qui, d’ailleurs en sont revenus. « Les Anglais, écrivait naguère Émile Faguet1, sont routiniers parce qu’ils sont orgueilleux et ne croient jamais qu’ils puissent être dépassés et l’avoir été. » Il se peut. Mais la routine a été vaincue, en Angleterre, par la concurrence venue de l’extérieur, et les vieilles portes des universités séculaires se sont ouvertes devant la science commerciale. Pour ce qui est des États-Unis, il est indéniable, nous venons de le dire, qu’ils doivent leur extraordinaire réussite à quelque chose de plus qu’à l’esbroufe, et, notamment, à la solidité d’un enseignement technique bien organisé. Enfin, un ingénieur français2 écrivait hier, dans le Génie civil, cette phrase tranchante : « Désormais, c’est une utopie que de vouloir distinguer science et industrie, théorie et pratique. Il faut mener les deux de front. » Voilà qui nous renseigne sur la valeur de la science, fût-ce au point de vue industriel, et qui doit nous porter vers elle puisqu’elle est, aux yeux de tous, un instrument indispensable. C’est un premier point.

  • 3 Georges Pelletier (1882-1947), journaliste au Devoir.
  • 4 Marcelin Berthelot (1827-1907), chimiste et homme politique français.

5N’y a-t-il pas, en second lieu, une autre raison qui, nous dirigeant ailleurs, nous a éloignés de la recherche scientifique : la politique ? Il faut des hommes politiques ; sur cela, aucun doute. C’est à la politique que nous devons nos succès passés ; c’est vers la politique que se rendront demain ceux qui s’y sentiront attirés et qui, instruits des grandes questions actuelles, serviront notre race en lui faisant honneur. Nous sommes pleinement d’accord. Ce que nous craignons, pourtant, c’est que la politique ne soit chez nous une trop forte mangeuse d’hommes. Pour tout jeune homme qui a prononcé avec une certaine allure quelques discours, nous rêvons aussitôt d’un avenir politique. Je voudrais qu’on nous laissât tout de même quelques électeurs. C’est clairsemer des rangs déjà bien clairs ; c’est accaparer trop de forces, toutes les forces. Nous formons des hommes politiques, quand nous devrions laisser à quelques-uns de nos jeunes gens le temps voulu de se préparer à devenir autre chose. Comptons-nous : trop peu répondront à l’appel du côté des spécialistes. Nous n’avons pas de philosophes, à moins que nous n’en soyons tous ; que nous ne soyons, comme le disait un jour Georges Pelletier3, un peuple d’humoristes ; nous avons peu d’écrivains, insuffisamment de professeurs. Restent les artistes, qui se connaissent tous. On nous répond : cela viendra plus tard. Évidemment, évidemment. N’empêche qu’une sainte indignation nous saisit naguère lorsque Sarah Bernhardt eût déclaré que nous n’avions pas de poètes ! Et qu’avons-nous fait pour qu’il nous en naisse ? Les frais d’une campagne politique peupleraient Paris de Canadiens. Regardons la France, pays constitué. L’éclat de ses penseurs, de ses littérateurs, de ses poètes, de ses artistes rayonne sur le monde. Chacun occupe une place ; chacun est une valeur. Tous ne sont pas des hommes politiques. Qui donc, d’ailleurs, s’attarde à penser que Berthelot4 fut sénateur ? La tribune a-t-elle grandi Victor Hugo ? Barrés, photographié auprès de la reine des Halles, ajoute-t-il quelque chose au délicieux auteur de Colette Baudocbe ? Il faut, si nous voulons créer des compétences, les laisser se former, se cristalliser en quelque sorte. Et, ce qui vaut mieux, la politique finira par y trouver son profit : ces compétences, elle les consultera et elle leur demandera de lui donner des hommes prêts au devoir, sûrs d’eux-mêmes, disposés à la lutte, déjà vainqueurs.

6Et nous revenons ainsi, par un chemin détourné, à la science, à l’enseignement, à l’école. C’est le creuset où se forment les spécialistes. Nous avons garde d’oublier ceux qui, le labeur fini, se remettent à l’étude. Excellente chose. Il ne suffit pas d’exercer un métier ; il faut avoir, en sus, des idées générales. L’école franchie, l’expérience commence que complète, que doit compléter, la culture individuelle. Il est vrai. Mais l’école demeure le centre où l’on s’attarde à apprendre, où se prépare l’avenir.

7Bornons-nous aux écoles professionnelles. Elles sont déjà nombreuses : écoles techniques, écoles ménagères, instituts agricoles, école Polytechnique, école des Hautes Études commerciales. Elles existent : le malheur, c’est qu’on ne les fréquente pas assez ; c’est qu’on ne paraît pas avoir compris l’importance primordiale de la fonction qu’elles remplissent. C’est de là, pourtant, que sortiront les compétences ; que seront formés ceux qui désirent connaître un métier, posséder une profession et qui, par surcroît, veulent être en mesure, le cas échéant, de servir leur pays et d’aider à la conquête économique comme d’assurer notre marche vers la supériorité.

8Nous connaissons mieux l’École des Hautes Études commerciales : qu’on nous permette de nous y arrêter quelque peu.

  • 5 Gabriel Hanotaux (1853-1944), historien et homme politique français.

9[...] N’est pas commerçant qui veut. Outre des qualités innées, il faut y apporter des connaissances multiples. [...] Il faut à l’homme d’affaires et au négociant de l’initiative, de l’esprit de suite, de la ténacité, du coup d’œil ; mais, aussi et encore, de l’instruction. Il doit connaître la comptabilité, l’organisation des entreprises modernes, le mécanisme de l’échange, le rouage des banques, la valeur des marchandises, la géographie commerciale, les moyens de transport. Eh ! oui. Comme le dit M. Gabriel Hanotaux5, dans sa langue savoureuse et bonne bourgeoise, « il ne s’agit pas de rester là, le derrière sur la chaise, la plume sur l’oreille, abrité par le grillage fer ou le guichet administratif ». La routine ne suffit plus.

10Voilà pourquoi nous ne devons plus céder au sot et perfide préjugé, « enraciné comme un axiome », qui nous tient encore à l’égard des carrières commerciales, et qui, si longtemps, a traîné dans la littérature. Que notre jeunesse se dirige vers l’industrie et le commerce, sans croire déroger en quoi que ce soit. Être homme d’affaires, négociant, industriel, c’est agir ; c’est assumer une tâche périlleuse, difficile et singulièrement absorbante. C’est, puisqu’il faut toujours en venir là, servir sa race à sa place, suivant ses propres moyens, avec compétence.

11Ne l’oublions pas : l’enseignement supérieur commercial donne au commerçant la culture générale. C’est le point essentiel. C’est toute la thèse. [...] Le commerçant qui connaîtra sa profession aura, de plus, des clartés sur l’ensemble de la vie économique. Telles écoles de commerce ont été fondées pour préparer les négociants à jouer un rôle dans la vie publique. L’école conduit ainsi au seuil du parlement. L’homme cultivé devient une double valeur. Comme nous avons formé des médecins, des ingénieurs, des avocats, des notaires, nous formerons des industriels, des commerçants, des financiers, des ouvriers d’art et de métier. Nous constituerons ainsi une élite du travail qui sera, aussi bien, une élite de la pensée ; et nous lui confierons notre avenir.

12Voilà le but.

[...]

13Enfin, pour compléter l’enseignement professionnel, pour y ajouter encore et pour grouper plus sûrement l’élite qu’il nous faut, nous devrions, chaque année, envoyer en Europe nos sujets les mieux doués. Si l’Université ne peut pas le faire, que l’État et les Commissions scolaires y pourvoient. Nous avons déjà commencé par nos artistes : c’est un excellent précédent. La dépense nécessitée sera minime et le résultat considérable. Déléguons à l’étranger nos étudiants sortis de l’Université, des écoles professionnelles et techniques. Pélerins de la science, qu’ils aillent apprendre et accumuler. Au retour, ils seront des unités précieuses. [...]

14Les nations, comme les individus, sont susceptibles de se perfectionner. Avant tout, elles doivent donner un but à leurs efforts, nourrir leurs forces, les organiser, les décupler, et en diriger le faisceau vers les réalisations immédiates.

15Activité ne signifie pas tapage, vaines paroles ni déclamations, mais application constante des facultés créatrices ordonnées méthodiquement vers un objet déterminé. L’individu n’est fort que par le groupe qui l’utilise et le complète. Il serait exagéré de lui demander de tout savoir, de tout prévoir. Il suffit que, instruit de son rôle, exécutant l’acte qui lui est confié, il assure l’œuvre que poursuit la collectivité.

16Donc, instruire d’abord, organiser et grouper ensuite, distribuer les tâches, exiger que chacune soit remplie scientifiquement : voilà la discipline des forces d’une nation, où nous n’entendons pas faire sombrer la liberté d’action, l’initiative, la spontanéité, la débrouillardise. Mieux préparé, le Canadien français comprendra tout le bon qu’il peut tirer d’une discipline ainsi conçue, adaptée aux exigences de son génie propre, qu’il assouplira à ses mouvements, à laquelle il joindra l’élégance, laissant de côté le pas de parade pour le joyeux pas de course où se rythme l’agilité d’un corps libre et sain.

17[...] S’imagine-t on encore qu’une œuvre quelconque puisse naître et se développer sans le secours d’un esprit qui l’anime et la dirige ? Et que dire des destinées de tout un peuple ? Croit-on qu’elles se réaliseront par le seul effet d’un harmonieux hasard ? Partout il faut, pour triompher, une ligne de conduite tracée d’avance et des individus qui sachent où ils vont et qui donnent plein rendement. C’est ce que nous obtiendrons par l’enseignement professionnel placé à la base d’une réforme économique. Ces individus seront maîtres d’abord dans leur domaine propre, dans le rayon immédiat de leurs constants efforts. Ils accompliront, en connaissance de cause, la tâche que nous leur aurons demandée. Puis ils prêteront leur concours averti à la conduite des affaires publiques, faisant pénétrer dans l’administration de notre fortune nationale les principes qu’ils auront préconisés toute leur vie, qu’ils auront fait passer dans leurs œuvres.

18L’avenir est à ce prix. Pour persévérer, pour survivre ; pour prouver que nous sommes ceux que nous croyons être et manifester notre personnalité ; pour garder notre langue, véhicule de notre histoire, expression immatérielle et totale de tout un peuple, qui constitue pour l’homme, où qu’il soit, un droit naturel et sacré ; pour que vive en nous notre raison d’être et pour qu’elle éclate aux yeux de tous et s’impose comme une réalité nécessaire, intangible pour qu’aux arguments de parole et aux arguments de plume nous ajoutions l’argument plus fort, vivant, incisif comme l’action, irréfutable comme la vie, évident comme le mouvement, l’argument-homme ; pour que nous soyons, dans une civilisation qui en partie n’est pas la nôtre, des égaux que l’on respecte, et chez qui l’on est forcé de reconnaître des qualités de race et l’intelligence victorieuse ; — préparons-nous, dans le culte de la supériorité.

Notes

1 Émile Faguet (1847-1916), critique littéraire français.

2 Henry Le Chatelier (1850-1936), introducteur du taylorisme en France.

3 Georges Pelletier (1882-1947), journaliste au Devoir.

4 Marcelin Berthelot (1827-1907), chimiste et homme politique français.

5 Gabriel Hanotaux (1853-1944), historien et homme politique français.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr