Version classiqueVersion mobile

Le savoir des livres

 | 
Benoît Melançon

Trames et caractères de la culture de l’imprimé au Québec et au Canada aux XVIIe et XIXe siècles

Yvan Lamonde

Texte intégral

1Publiée à la fois en français (par les Presses de l’Université de Montréal) et en anglais (par University of Toronto Press), l’Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, qui comptera à terme trois volumes, est sans doute un livre savant-il met à contribution plus de 175 spécialistes –, mais c’est un livre savant qui porte sur l’imprimé dans la vie quotidienne des Canadiens et des Québécois. Savant dans ses exigences, il doit être accessible dans sa présentation. Mon propos est ici de dégager les grandes trames et les caractères principaux de la culture de l’imprimé que cette entreprise collective a permis de mettre au jour jusqu’à maintenant.

2On évalue à quelque 3497 titres le nombre d’imprimés dans la Province de Québec et au Bas-Canada entre 1764, date du premier imprimé, et 1840. De ce total de titres, 32,5 % sont publiés à Québec comparativement à 15,4 % à Montréal. Si la production montréalaise constitue 21 % du total avant 1821, elle grimpe à 41 % après 1820, alors que celle de Québec chute de 77 % à 50 % (Alston et Bowslaugh, 2004). Pour cette période, l’inventaire systématique des imprimés demeure concevable, et les travaux bibliographiques de Marie Tremaine, de Milada Vlach et Yolande Buono, de John Hare et Jean-Pierre Wallot, et de Patricia Lockhart Fleming et Sandra Alston en sont la preuve.

3De 1840 à 1918, le nombre de monographies publiées au Québec ou publiées hors Québec mais relatives au Québec serait de l’ordre de 12 564 titres, à l’exclusion des périodiques, des publications gouvernementales et de l’imprimé musical, si l’on prend comme indicateur historique de grandeur la collection rétrospective de la Bibliothèque nationale du Québec (Lamonde et Montreuil, 2005).

4Ces traces imprimées balisent la culture des personnes alphabétisées qui ont exprimé par l’écrit ou par la parole transcrite un point de vue sur leur époque. Faire l’histoire de la culture de l’imprimé au Québec et au Canada, c’est, du coup, cadastrer la culture des élites civiles et religieuses. Cette culture de l’imprimé ne sature pas tout le domaine de l’expression culturelle, qui peut aussi passer par l’oralité ou la gestuelle, sans laisser de traces. La trace imprimée étant celle qui s’est le mieux conservée et demeurant celle de citoyens qui joignaient souvent le savoir à l’avoir et au pouvoir, à quelque degré que ce soit, en faire l’histoire équivaut à couvrir un pan fondamental de la culture québécoise et canadienne.

Le modèle continental et politique de la culture de l’imprimé

5Le modèle de culture de l’imprimé qui se développe au XVIIIe siècle et au tout début du XIXe dans les provinces maritimes, au Bas et au Haut-Canada est un modèle américain-au sens continental du terme-et non pas européen : l’imprimeur y est l’initiateur de la dynamique de l’imprimé, alors qu’en Europe, en France en particulier, c’est le commerce de la librairie qui module la culture de l’imprimé. La culture canadienne et québécoise de l’imprimé commence dans la boutique d’un imprimeur par la publication de titres gouvernementaux, d’une « gazette », d’imprimés politiques et constitutionnels, puis religieux. Ce modèle migre vers l’Ouest, au fur et à mesure que la frontière occidentale progresse en direction du Pacifique. Dans ce qui deviendra le Manitoba (1870), la Colombie-Britannique (1871), l’Alberta et la Saskatchewan (1905), toutes deux nées des Territoires du Nord-Ouest, le schéma se reproduit : l’arrivée d’une presse se justifie par la publication d’un journal qui définit souvent un nouvel habitant-après le Novascotian et Le Canadien, le Manitoban et le Nor’Wester –, puis par la publication d’ordonnances de l’autorité politique locale ou de brochures promouvant un statut constitutionnel pour le territoire nouvellement habité et colonisé, les avis divergents s’exprimant dès les premiers moments. La presse, l’administration publique et le constitutionnalisme logent au cœur même de ce modèle.

Sous la direction de P. L Fleming, G. Gallichan et Y. Lamonde, Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, Montréal, 2004

Règlement de la Confrérie de l’adoration perpétuelle du S. Sacrement et de la bonne mort. Erigée dans l’Église Paroissiale de Ville-Marie, en l’Isle de Montréal, en Canada, Montréal, 1776

Jean-Joseph Languet,
Catéchisme du diocèse de Sens, Québec, 1765

6Il est facile de comprendre comment et pourquoi la culture de l’imprimé est traversée de part en part par le politique et la politique partisane si l’on s’attache un moment à la racine commune des mots public, publication, publicité. L’émergence d’un espace public et d’une opinion publique est liée à la communication, que celle-ci fût orale au temps du forum grec ou romain ou qu’elle soit imprimée et identifiée aux « public papers » ou « papiers publics », autre appellation de l’époque pour les gazettes et les journaux. Dans le Nouveau Monde canadien du XVIIIe siècle – il n’y a pas d’imprimerie en Nouvelle-France, sous le régime colonial français –, une véritable vie publique commence avec la monarchie constitutionnelle et l’imprimerie, et avec la presse en particulier. On notera d’ailleurs qu’en français et en anglais la technologie (une presse) et l’un de ses produits (la presse) sont décrits par le même terme. Si la presse est déjà vibrante à Montréal au temps de la Gazette du commerce et littéraire (1778-1779), le véritable débat public au Bas-Canada suit l’établissement, en 1791, de la branche démocratique du système monarchique constitutionnel, la Chambre d’assemblée, et s’amorce avec la publication du Quebec Mercury (1805), voix des « anciens » sujets de Sa Majesté, auquel les « nouveaux » sujets opposeront leur voix dans Le Canadien (1806).

7Déjà, à la première élection de 1792, l’imprimé joue un rôle clé : cette année-là, près de la moitié des travaux de ville (cartes professionnelles, formulaires, registres aux pages blanches) du principal imprimeur de Québec, Samuel Neilson, concerne l’élection et les candidats. Ce sont pour l’essentiel des annonces publiées dans les journaux et reprises sous forme de feuillets qu’on peut coller et afficher çà et là dans la ville, puis des chansons, des satires, des discours, voire « 150 étiquettes pour chapeaux et cocardes » (Hare, 2004 ; Fleming, 2004a).

8La presse, qu’on qualifiera bientôt de quatrième pouvoir dans la société, est rapidement confrontée au pouvoir politique colonial avec la loi du Timbre aux États-Unis, qui fait disparaître The Quebec Gazette /La Gazette de Québec le 31 octobre 1765 et incite la Halifax Gazette à lisérer de noir la bordure de ses numéros, en signe de deuil. Nombreux sont les journalistes qui paient de leur personne l’impression d’un journal : Fleury Mesplet et Valentin Jautard passent cinq ans (1779-1783) en prison sans aucune forme de procès ; propriétaires et rédacteurs du Canadien sont écroués en 1810 par le gouverneur Craig ; Jocelyn Waller du Canadian Spectator, Daniel Tracey du Vindicator, Ludger Duvernay de La Minerve connaissent aussi les cachots et en sortent triomphalement ; le modéré Étienne Parent du Canadien quitte sa prison atteint d’une surdité qui infléchira le reste de sa vie (Gallichan, 2004). Il faudrait encore compter le vandalisme du Doric Club à l’égard de l’atelier du Vindicator, le saccage de l’imprimerie torontoise de William Lyon Mackenzie ou l’oreille coupée d’Henry David Winton du Public Ledger and Newfoundland General Advertiser (Brouillette, 2004). Il aura fallu que des hommes se tiennent debout, tel Joseph Howe qui, après avoir dénoncé dans le Novascotian les abus des administrations municipales et provinciales, dut répondre avec succès d’accusations de libelle (Parker, 2004a).

The NorWester, Winnipeg, 100, 1, 1970

Le Canadien, Québec, 1, 1, 22 novembre 1806

Joseph-Charles Franchère,
M. le juge Michel Mathieu, s.d., huile sur toile, 134,8 x 102 cm. Collection d’œuvres d’art de l’Université de Montréal

Louis-Paul Perron, Mgr Olivier Maurault, 1946, huile sur aggloméré, 76,2 X 60,5 cm. Don de Claude Bruchési, 1976. Collection d’œuvres d’art de l’Université de Montréal

9La presse naît partisane et le demeurera même après que la technologie aura modifié la donne du financement des journaux (Gallichan, 2006) ; la « grande guerre des mots » des politiciens et des clercs au XIXe siècle répète, à sa façon, la nature civile et politique de la presse. On observera que, dans l’Ouest canadien, l’ordre, la loi et l’imprimé arrivent avant les colons, comme en témoigne l’usage fait par la North-West Mounted Police d’une variété d’imprimés (Lamonde, 2005a). Cela n’empêcha pas Louis Riel de saisir les presses de journaux et d’utiliser celles-ci en 1870, alors qu’en 1885 les journaux opposés à ses initiatives, le chemin de fer et le télégraphe joueront contre lui (MacLaren, 2005).

10À chacun de ses commencements ou de ses recommencements, l’imprimé au Canada crée une vie publique, une vie civique.

La représentation sociale du livre et de l’imprimé

11Le livre est encore lié à la politique dans son rapport à ceux qui ont du pouvoir, de l’avoir et du savoir, autant de conditions nécessaires à son achat, à sa lecture et à son instrumentalisation. De ce point de vue, il est intéressant de voir comment un autre moyen d’expression, la peinture, met socialement le livre en scène. Si le traitement du paysage se prête peu à la représentation du livre, le portrait à l’huile lui fait une place royale (Lamonde, 2002). Tout au long du XVIIIe et du XIXe siècle, le recours au livre a la même importance que celui à d’autres attributs (signes professionnels, vêtement bourgeois, bijoux, coiffure) parmi les moyens pris par les portraitistes pour réfléchir la position sociale de leurs sujets. Le livre et la bibliothèque en fond de scène sont des attributs masculins ; le livre ouvert et la lecture caractérisent plus souvent la représentation des bourgeoises. La représentation des hommes avec livre changera peu, sinon pour faire place à des écrivains plutôt qu’aux seuls avocats, hommes politiques et clercs. Le portrait de femmes avec livre ouvert ou lu sera plus perméable au temps et à la culture ambiante (Fleming, 2004b ; Lamonde, 2005b). C’est le portrait féminin qui, vers 1890, renvoie l’image du plaisir de lire et, du coup, l’idée que la lecture du roman et de la fiction a obtenu le statut qui lui était refusé depuis le XVIIIe siècle. La grâce, la légèreté et les couleurs des portraits d’un John Lyman suggèrent une entrée dans la modernité, tout comme les nus féminins avec livre ou magazine.

12Les peintres, tel Ozias Leduc, qui ont beaucoup pratiqué la nature morte ont fait place au livre et à l’imprimé illustré à côté d’autres objets communs dans l’atelier de l’artiste. Le livre dans la nature morte a survécu au passage de celle-ci dans la peinture non figurative, comme l’attestent des huiles de Pellan ou de Borduas (Gerson et Lamonde, 2006). L’imprimé fait aussi partie du paysage urbain dans les aquarelles d’un James Pattison Cockburn qui, tout en représentant telle place du marché, donne à voir les affiches imprimées d’intérêt public ou commercial placardées aux murs des édifices.

13Si la photographie d’individus reprend les poses d’hommes et de femmes avec livres devenues des stéréotypes, elle ouvre toutefois sur autre chose, en particulier sur la représentation de la lecture à l’extérieur, dans la nature. Le dessin, pour sa part, a souvent tendance à représenter la lecture du journal plutôt que celle du livre.

La culture de l’imprimé : de la culture coloniale à une culture nationale

14L’imprimé s’installe dans un milieu colonial quand il arrive à Halifax en 1752, à Québec en 1764 et à Montréal en 1776. Son histoire est un exceptionnel révélateur du triangle politicoculturel Canada-Europe-États-Unis qui marque la culture québécoise et canadienne.

15En effet, les premiers imprimeurs viennent des colonies britanniques au sud : les Green de Boston s’installent à Halifax, Brown et Gilmore de Philadelphie à Québec, Mesplet à Montréal. Au fil des décennies, les imprimeurs doivent importer presses et caractères et ils dépendent des avancées technologiques de part et d’autre de l’Atlantique, tout comme les libraires commandent à Londres, Glasgow, New York ou Boston les ouvrages de fiction, par exemple, dont parlent les gazettes lorsqu’elles n’en publient carrément pas des extraits. Le triangle éditorial ou culturel de l’imprimé de langue anglaise fonctionne au gré des ans et des saisons, mais sa régularité contraste avec la circulation de l’imprimé de langue française, sérieusement infléchie par la conquête de la Nouvelle-France par l’Angleterre en 1760. Le livre français continue d’arriver dans la « Province of Quebec » puis au Bas-Canada par un canal comme celui, par exemple, des Sulpiciens de Londres et de Baltimore, mais il faudra attendre la levée du blocus économique napoléonien pour voir s’installer en 1815 la librairie de langue française à Montréal (Lamonde, 1988).

16Si à lui seul le phénomène de l’importation est déjà un signe de l’existence et de la durabilité du triangle colonial, la nécessité de légiférer en milieu colonial à propos de ce qui circule de la Grande-Bretagne au Canada, puis de la Grande-Bretagne vers les États-Unis, puis de là vers le Canada, est éloquente sur le statut colonial, politique et culturel, des Maritimes, du Haut et du Bas-Canada. C’est, pour l’essentiel, l’histoire et la signification du droit d’auteur (copyright) au Canada depuis 1832 et des lois sur l’importation (Parker, 2004b et 2005b), instituées dans la colonie pour protéger d’abord et avant tout les droits des auteurs britanniques sur les titres britanniques importés et sur de possibles éditions canadiennes, mais pour protéger aussi les titres britanniques republiés aux États-Unis et exportés en Amérique du Nord britannique sous forme de livres singulièrement moins coûteux à l’achat parce que non grevés de droits aux auteurs et déjà amortis dans un marché démographiquement payant. En ce sens, un libraire d’Halifax, de Montréal ou de Toronto est toujours financièrement tenté de s’approvisionner en romans anglais ou écossais auprès de collègues de Boston, de New York ou de Rochester, eux qui sont à portée de main.

17Un même scénario préside à l’approvisionnement des libraires et des éditeurs de journaux francophones du Québec. Des journaux comme Le Canadien, La Minerve ou L’Avenir font leur miel des feuilletons que la presse française publie depuis 1830, quand ce ne sont pas des « éditeurs » qui reproduisent ici, sans autorisation, des romans à l’eau de rose, ou des directeurs de théâtre qui pigent dans le répertoire français la pièce à succès qui fera le leur, attribuable d’abord au fait d’avoir trouvé gratuitement un auteur (Lamonde, 2005c).

18Du côté des auteurs, il faut bien reconnaître qu’au début, et pendant longtemps, les plus talentueux ont cherché à Londres ou à New York, dans le triangle colonial, la reconnaissance que les « métropoles » avec leur marché économique et symbolique peuvent seules conférer (Parker, 2004b et 2005a).

19L’importation culturelle ne se limite pas à des presses, à des caractères ou à des romans ; elle inclut tout autant celle de modèles culturels que les colonies adoptent et adaptent. Ce fut le cas des associations d’artisans (Mechanics’ Institutes) et de leurs bibliothèques importées d’Écosse et d’Angleterre et imitées à Montréal, Halifax, Québec et York (Smith, 2004 ; Lamonde, McNally et Rotundo, 2005). Ce fut le cas des bibliothèques scolaires « publiques » ou « communes » conçues par Horace Mann, responsable de l’éducation au Massachusetts, et avec lesquelles les deux surintendants de l’instruction publique au Haut et au Bas-Canada, Egerton Ryerson et Jean-Baptiste Meilleur, furent tôt familiers.

Gazette littéraire pour la ville et district de Montréal, Montréal, 1779

The Commercial, Winnipeg, 15 juillet 1892

20La sortie du colonialisme culturel est le plus souvent un long processus, même si elle se fait par la voie révolutionnaire, ce qui ne fut pas le cas au Canada. Il faut ici distinguer les moments de cette « décolonisation » : le moment symbolique et le moment économique et institutionnel, l’époque de la promotion d’une culture nationale et celle de sa mise en place. La décennie 1830 et les dernières années du régime constitutionnel de l’Union (1840-1867) ont vu quantité de textes promouvant la création d’une « littérature nationale » tant francophone au Bas-Canada qu’anglophone dans les Maritimes et le Haut-Canada. Mais ce n’est que dans la décennie 1880 qu’une culture de l’imprimé à caractère canadien connaît son décollage irréversible et que le recours à l’importation devient moins impérieux et fréquent. La première traversée ferroviaire du Canada en 1886 marque les débuts d’un marché vraiment national, d’un système postal a mari usque ad mare et d’une épopée des communications imprimées et télégraphiques qui fera de la communication, grâce aux écrits d’Harold Innis et de Marshall McLuhan, l’un des « produits privilégiés » de l’identité canadienne.

21C’est l’innovation technologique dans les domaines de la composition, de l’impression et du pliage qui, durant la décennie 1880, donne à la culture de l’imprimé et à la presse en particulier le mouvement qui met en branle l’engin capable de créer un nouveau convoi culturel. La technologie qui rend possible la presse à grand tirage a besoin d’un marché et d’un système de distribution et de consommation de masse où la publicité génère les véritables profits après que la vente de l’espace rédactionnel eût rendu possible la baisse du coût de vente de chaque numéro à quelques sous. Cette consommation de masse de l’imprimé mise par ailleurs sur une alphabétisation majoritaire – elle le devient au Québec durant la décennie 1870 à la suite des politiques scolaires de Chauveau –, sur une accessibilité publique à l’imprimé dans des bibliothèques « gratuites » dont l’Ontario lance l’idée en 1882 et sur l’accès commercial au livre dans un réseau national de librairies. Les métiers du livre font leur part dans ce décollage irréversible en s’organisant en associations corporatives-Canadian Book-sellers’ Association (1876), Canadian Publishers’ Association (1882)-pourvues d’une presse spécialisée : PrintersMiscellany (1876), Books and Notions (1884), Canadian Booksellers (1888), pendant que les auteurs et les éditeurs veillent à la création en 1888 de la Canadian Copyright Association. Avec la fondation de la Société royale du Canada (1882), cette « canadianisation » de la culture de l’imprimé trouve ses lettres de créance, vers 1885, dans l’usage courant du terme canadiana et dans la politique d’achat de tels livres canadiens de la Toronto Public Library. Le Canada dispose alors de suffisamment de symboles consignés dans le Canadian Almanac (1848), dans le Canadian Guide (1849), dans les cartouches de journaux ou sur la première page illustrée de partitions de musique – le castor, la feuille d’érable, la gendarmerie à cheval, les chutes du Niagara –, pour qu’il soit possible de parler de culture nationale, même si l’impérialisme britannique connaît alors son apogée.

Savoir lire et écrire

22L’alphabétisation est une condition sine qua non de la culture de l’imprimé ; son étude s’impose donc dans la mesure où la capacité de lire et d’écrire détermine l’état d’avancement de cette culture dans une société donnée et où elle conduit à l’analyse du terme même de ce processus, la lecture.

23Les limites des sources de renseignements compliquent singulièrement l’analyse de l’alphabétisation ; l’irrégularité des données des recensements décennaux canadiens depuis 1851 rend difficile toute affirmation sur les taux d’alphabétisation de la population au XIXe siècle. On a dû avoir recours, au Québec, à une autre source, les registres de mariage, pour analyser la signature des époux et déduire de cette capacité de signer une capacité de lire (Verrerte, 2004 ; Verrette et Lamonde, 2005). On a établi que l’alphabétisation y devient un phénomène majoritaire (52,6 %) durant la décennie 1870 et généralisé durant la dernière décennie du XIXe siècle (74,4 %), mais qu’il ne devient universel qu’au début du XXe. Ce n’est qu’après 1860 que le taux d’alphabétisation des femmes dépasse celui des hommes, l’écart maximal étant de 12 % en faveur des femmes entre 1880 et 1890.

24L’alphabétisation comparée des anglophones et des francophones au Québec permet de faire ressortir les dimensions coloniales et sociales de ce phénomène culturel fondamental. L’explication des taux supérieurs d’alphabétisation de la population anglophone tient à de multiples facteurs. Le plus lourd est l’appartenance religieuse : le protestantisme valorise l’examen personnel, la lecture de la Bible dans la connaissance et la pratique religieuses, tandis que le catholicisme romain filtre l’approche des écrits bibliques et évangéliques par un examen autoritaire des textes qui a, de surcroît, une incidence sur sa conception même de l’école. Vient ensuite la langue comme facteur : on est d’autant plus alphabétisé qu’on est protestant et qu’on est anglophone, et qu’on habite en milieu urbain. Le choix d’habiter dans une agglomération importante, dans une ville, est socio-économique ; il résulte, au Québec, aux XVIIIe et XIXe siècles, d’un phénomène migratoire où les sujets britanniques, après la conquête de la colonie sur la France, viennent occuper les postes administratifs et économiques à Québec puis à Montréal. L’occupation professionnelle, autre facteur explicatif, est ainsi liée au lieu d’habitat, et par voie de conséquence au niveau de revenus. Ces protestants anglophones établis en milieu urbain, exerçant des professions et des métiers rémunérateurs, ont des familles de taille moins importante que chez les catholiques francophones paysans habitant majoritairement la campagne. Et les enfants de ces familles urbaines ont plus de chances de trouver une école que ceux de la campagne où l’éloignement, l’isolement et la contribution des enfants au travail agricole limitent l’accès scolaire, lui-même conditionné par les positions de l’Église catholique face à celles de l’État en ce domaine.

La culture de l’imprimé, la culture urbaine et une culture publique

25L’imprimé n’est pas qu’un moyen d’expression culturelle ; la culture de l’imprimé, on l’a vu, est un révélateur de dimensions civiques, sociales et coloniales au Canada et au Québec. Elle l’est aussi de l’urbanisation. Non seulement parce que le nombre et la démographie éclairent le développement de la culture de l’imprimé, mais tout autant parce que l’imprimé révèle la dimension culturelle de la ville, parce qu’il jette sur la culture urbaine un éclairage unique et spécifique.

26Les travaux publiés et en cours sur l’histoire du livre et de l’imprimé au Canada permettent dorénavant de poser des questions plus précises sur les corrélations possibles entre un aspect de cette culture de l’imprimé et le développement des agglomérations, et vice versa. Poussant plus loin le programme de recherche proposé dans un article récent, « La culture urbaine au Canada et les formes de la culture de l’imprimé aux XVIIIe et XIXe siècles » (Lamonde, 2004c), il s’agirait de partir d’une donnée construite grâce au répertoire de Meikle de 1858 concernant les villes du Québec, autres que Montréal et Québec, où paraît un journal, pour constater que la population de ces agglomérations varie alors de 7 000 (Trois-Rivières) à 400 habitants (Granby), la moyenne des villes avec journaux (Aylmer, Drummondville, Granby, Sherbrooke, Sorel, Saint-Hyacinthe, Standstead et Trois-Rivières) se situant à 2 825 habitants. J’ai donc établi un tableau des villes canadiennes qui ont atteint le seuil des 5 000 habitants en 1921 et c’est sur ce tableau qu’on pourrait maintenant s’appuyer pour déterminer les facteurs prioritaires qui lient l’imprimé et l’urbanisation. Il faudrait établir une première corrélation entre l’agglomération et la publication d’un journal, celui-ci constituant le point de départ du modèle de l’implantation de l’imprimerie dans un lieu. Tout comme pour l’analyse des variables qui jouent prioritairement sur l’alphabétisation, il faudrait repérer les autres facteurs déterminants dans le développement urbain de l’imprimé. Y a-t-il présence de lecteurs ou présence d’annonceurs (même en nombre limité) ? Le journal fait-il penser aux uns et aux autres qu’ils ont des intérêts complémentaires ? Faut-il d’abord prendre en compte l’activité commerciale d’un lieu ou d’autres fonctions publiques : en plus des commerces, la ville comprend-elle une instance de cour de circuit, un bureau d’enregistrement, un palais de justice ? Y trouve-t-on des paroisses, un évêché, des écoles, un collège ? Un bureau de poste ? Une association littéraire ou un institut d’artisans ? Dans quels délais une bibliothèque et une librairie (Lamonde et Rotundo, 2004 ; Golick, 2005) suivent-elles la parution d’un journal ?

Richard Burn,
Le juge à paix, et officier de paroisse. Montréal, 1789

27

François Joseph Cugnet,
Traité de la police, Québec

28On peut construire une grille de la sorte avec les données dont on dispose sur les journaux, sur les bureaux de poste, sur les instituts d’artisans (le Report de S. May sur l’Ontario) ou sur les associations littéraires au Québec, sur les bibliothèques Carnegie, et il est relativement facile de savoir si et quand un lieu a vu s’instituer une paroisse, une école, un collège, un évêché.

Ordinances of the Province of Quebec/
Ordonnances de la Province de Quebec
, Québec, 1790

29Le tableau des villes canadiennes de 5 000 habitants et plus en 1921 suggérera plus d’une piste au chercheur sur la culture de l’imprimé et sur la culture urbaine. Dans un programme de recherche, je délaisserais les grandes villes : Montréal, Québec, Halifax, Toronto, Saint-Jean. Je privilégierais quelques villes, pour des raisons variées : Hamilton, de façon à capitaliser sur les travaux publiés de J. Harvey Graff et de Michael B. Katz sur l’alphabétisation et la scolarisation dans cette ville ; Ottawa, pour observer les effets du choix du lieu comme capitale politique du nouveau pays, tout comme Victoria qui, elle, demeure capitale en perdant au profit de Vancouver la vocation économique ; Winnipeg, ville bilingue, pionnière dans les Prairies des villes qui se dotent d’une imprimerie et de journaux bilingues. Pour le Québec, il faudrait choisir des villes moyennes : entre Québec et Montréal (Trois-Rivières), dans le large pourtour de Montréal (Saint-Hyacinthe et Sorel), en région (Chicoutimi).

30La culture de l’imprimé n’est évidemment pas la seule forme d’expression des citadins. La culture populaire, exprimée par le façonnement d’objets ou par des expressions collectives comme la grève ou la manifestation, passe de la campagne à la ville, du milieu agricole au milieu industriel et commercial. Mais la ville et son activité économique, qui requièrent plus impérativement l’alphabétisation, font constamment appel à l’imprimé et, dans cette culture urbaine de l’imprimé, la bibliothèque constitue un riche exemple de l’émergence d’une culture publique au Canada, d’une culture commune voulue d’Est en Ouest par la population (Lamonde, 2004b).

31L’histoire des bibliothèques au Canada est celle d’une institution dont les organisateurs et les usagers forment une spirale sociale qui va s’ouvrant progressivement à un public de plus en plus large. Prenant d’abord la forme d’une bibliothèque par souscription dont les souscripteurs appartiennent à la grande bourgeoisie commerçante et administrative, la bibliothèque s’élargit ensuite à des milieux professionnels qui se dotent d’une bibliothèque : avocats, notaires, médecins, commerçants ont des besoins divers d’imprimés, et ces élites prennent même l’initiative de doter les artisans (mechanics) d’associations pourvues d’une bibliothèque. L’association volontaire, d’abord mise sur pied par des amateurs d’histoire, de littérature ou de science, regroupe bientôt en un lieu les gens de professions et de métiers divers, au moment où, au temps de l’Union et dans le Haut-Canada principalement, on greffe des bibliothèques « publique s » ou « communes » à des écoles. C’est précisément cette spirale, constituée de divers citoyens ayant alors simultanément accès à une variété de types de bibliothèques, qui va mener en 1882 à une première législation, en Ontario, en faveur de bibliothèques « gratuites », financées par l’argent du public au moyen d’une taxation et ouvertes en principe à tout public au-delà de l’appartenance sexuelle, linguistique ou religieuse. Cette bibliothèque « gratuite » deviendra « publique » par la loi ontarienne de 1895, au moment où le combat victorieux en faveur de la lecture de romans permet de donner une signification nouvelle à la bibliothèque publique, ouverte à tous et toutes pour lire tous les genres de littérature.

L’auteur, le livre et le périodique savants

32L’apparition du livre savant dépend d’un certain nombre de facteurs dont le premier est la présence d’un auteur. La chose ne va pas de soi, la publication scientifique demeurant comme le titre littéraire, à ses débuts, anonyme. L’anonymat est renforcé par l’habitude de publier des périodiques en recourant fortement, pendant un moment, à la compilation (MacDonald et Connor, 2005).

33La croissance des effectifs, comme en médecine par exemple, entraîne la professionnalisation du milieu et des moyens de communication dont il se dote. À la motivation de l’avancement du savoir ou des profits à tirer d’un ouvrage pratique s’ajoute bientôt la volonté de reconnaissance d’une découverte ou d’une invention-le Canadian Patent Office Record date de 1873. La signature s’impose alors et quelques noms émergent, comme ceux de John William Dawson et de William Osler.

34Le développement technologique et économique et les inventions créent l’organe ; les périodiques sectoriels, qui rendent possible le suivi de l’innovation, s’imposent, tels la Canadian Mining Review (Montréal, 1882), le Canadian Electrical News and Steam Engineering Journal (Toronto, 1891) ou le Canadian Engineer (Toronto, 1893).

35Dans les humanités et les nouvelles sciences sociales, la canadianisation des savants et des savoirs prend aussi appui sur l’état d’avancement culturel de la colonie et du Dominion (Hulse, Lamonde, O’Leary, 2005). Philosophes, historiens, ethnologues, sociologues sont souvent nés et formés à l’étranger et ils y publient leurs premiers travaux, que ce soit à Glasgow, à Oxford ou à Paris. Ils sortent souvent des rangs de l’histoire locale ou régionale, de la fonction publique, de l’amateurisme éclairé. La fondation de facultés ou de départements dans les premières universités, à Halifax, Québec, Montréal, Kingston et Toronto, donnent le véritable coup d’envoi aux enseignements soutenus et à la publication de livres et de périodiques universitaires et savants. En histoire, par exemple, le suivi bibliographique de la Review of Historical Publications Relating to Canada (1897) finira par donner naissance à la Canadian Historical Review (1920). Les disciplines nouvelles émergent souvent des savoirs existants : la philosophie se distancie de la religion même et des carrières religieuses. Au Canada français, la sociologie sort de l’enseignement de la philosophie, l’ethnologie et l’anthropologie, à travers les figures d’Edmond-Zotique Massicotte ou de Marius Barbeau, d’un intérêt pour la tradition orale et la chanson qui remonte aux Soirées canadiennes (1861-1865) et aux Anciens Canadiens (1863) de Philippe Aubert de Gaspé.

36Dans ces domaines du savoir, l’université joue un rôle décisif, même si l’on met du temps à instaurer des enseignements de haut niveau comme celui des historiens Jean-Baptiste Ferland, Honoré Laverdière, Thomas Chapais et Lionel Groulx. Il en est de même pour la fonction publique et les institutions muséologiques qui accueillent des archéologues et des anthropologues.

37Dans les humanités et dans les nouvelles sciences sociales, la formation se déroule longtemps à l’étranger et les publications s’y font. Pensons à Léon Gérin, à l’abbé Stanislas-Alfred Lortie, disciples de Le Play, à Édouard Montpetit, avant qu’ils ne viennent ouvrir des départements universitaires, lancer ou relancer des revues, et offrir des manuscrits à des éditeurs professionnels en passe de s’implanter, ou à des imprimeries de communautés religieuses.

La « fin » du circuit de l’imprimé : la lecture

38Aujourd’hui, le lecteur d’un roman ou d’une étude imagine-t-il lire sur la lecture ? N’est-ce pas ce vers quoi il sera mené un jour ou l’autre pour comprendre l’acte même qu’il pose si souvent sans l’inclure dans une histoire tout aussi naturelle que celle du genre ou de l’auteur qu’il lit ? Il se demandera avec raison comment il pourrait bien faire l’histoire de la lecture, l’acte paraissant si évanescent le livre une fois fermé.

Ceorges-Barthélemi Faribault,
Catalogue d’ouvrages sur l’histoire de l’Amérique et en particulier sur celle du Canada [...], Québec, 1837

39Son intuition est juste, car les sources pour étudier la lecture sont déterminantes à propos de ce qui peut être dit d’elle. Le catalogue d’une bibliothèque personnelle, le registre d’emprunt d’une bibliothèque d’association, la citation d’un auteur par un écrivain ou un épistolier, le commentaire sur un auteur ou sur un titre dans un journal personnel ou dans une autobiographie apprennent des choses différentes à l’historien sur le degré de réalité de la lecture concrète. Si la recherche québécoise sur la lecture a pu faire des percées, c’est bien parce qu’elle dispose d’un inventaire assez systématique de sources variées et complémentaires : catalogues de bibliothèques personnelles et de collectivités, identification de (rares) registres d’emprunts, bibliographies de la littérature personnelle (journaux, autobiographies, Mémoires, souvenirs), inventaire de correspondances, études sur la citation.

40Des études sur la correspondance et les journaux personnels laissés par la famille Papineau ou par Joséphine Marchand-Dandurand (Montreuil, 2005) donnent un bon aperçu des possibilités de compréhension du phénomène de la lecture, non seulement des moments (selon le temps et la lumière disponibles), des lieux (chambre ou cabinet, hôtel, bateau, diligence) ou des sources d’approvisionnement de la lecture (cabinets de lecture, bibliothèques, bureaux de journaux, librairie, encans, quais de Paris), mais surtout de la signification qu’elle prend pour les membres de la famille Papineau. Une partie importante de la correspondance de cette famille se fait durant l’exil de Louis-Joseph, le père, et d’Amédée, le fils aîné, aux États-Unis et en France, après la Rébellion de 1837 et au moment de celle de 1838. Les lectures d’exil font apparaître chez Amédée deux dimensions fondamentales. Une première qui le concerne personnellement et qui fait voir le démocrate républicain chez celui qui parle de sa « trinité démocratique » d’auteurs : Thomas Paine, Alexis de Tocqueville et Félicité de Lamennais. Une seconde qui révèle non seulement la naissance, après Jacques Viger et Georges-Barthélemi Faribault, du collectionneur – il entend trouver et conserver tout ce qui s’est publié à propos des rébellions -, mais surtout l’émergence, au moment où Michel Bibaud publie sa « bureaucrate » Histoire du Canada (1837) et où François-Xavier Garneau commence à publier sur l’histoire, d’un besoin d’écrire cette histoire décisive qui vient de se vivre (Lamonde, 2004a).

41Amédée demande à son père d’entreprendre cette narration. Papineau a déjà encouragé Faribault à rassembler à la Chambre d’assemblée une collection d’americana dont celui-ci publiera le Catalogue en 1837 ; il collectionne lui-même, à la mesure de ses moyens, les ouvrages sur le Canada qu’il trouve à Paris, où il s’affaire aussi à copier et à faire copier des documents devant éventuellement servir à écrire cette histoire du Bas-Canada (Lamonde et Hardel, 2004). Ces centaines de lettres font aussi voir au fil des ans comment les auteurs lus sont mis à contribution, comment les lectures sont instrumentalisées, servant tantôt à décrire une ville (Bourgival) à travers une œuvre d’Eugène Sue ou à évoquer des senteurs en les opposant aux Odeurs de Rome de Louis Veuillot.

Joseph Bouchette, Description topographique de la province du Bas Canada [...], Londres, 1815, frontispice

42Enfin, c’est par sa correspondance avec Amédée que le lecteur et l’historien découvrent comment la lecture de Sénèque et d’ouvrages sur le stoïcisme fut centrale dans la vie de Papineau confronté sa vie durant à l’adversité. Si, après Antoine Plamondon, qui avait fait un portrait de Papineau en 1836 où l’on donnait à voir sur le dos des livres représentés ses auteurs préférés-Cicéron, Démosthène, Fox, Jefferson et l’économie politique – , on avait ouvert à un peintre la correspondance de Papineau à la mort de celui-ci en 1871, il est vraisemblable que ce peintre y aurait peint les noms de Sénèque, Voltaire, Lamennais et un titre ou deux de journaux.

Faire le point

43L’originalité de l’Histoire du livre et de l’imprimé au Canada tient d’abord au fait qu’elle est biculturelle et bilingue, et qu’elle a mis à contribution des approches dont la complémentarité est souvent sous-exploitée. La systématicité dans le repérage des imprimés, la rigueur dans leur description et la familiarité avec les aspects technologiques et physiques de l’imprimé de la bibliographie matérielle pratiquée au Canada anglais, conjuguées à l’analyse quantitative et sociale de l’histoire culturelle et intellectuelle privilégiée au Québec, ont constitué les approches fondamentales de ce projet de recherche. S’y ajoute une place faite à l’histoire littéraire qui marque bien comment la tradition de recherche québécoise et canadienne dans ce domaine a tenté, depuis quelques décennies, de coller à l’exigence historique d’analyse du circuit culturel complet de la production, de la diffusion, de la consommation et de la réception de l’imprimé et de la littérature.

44Parce qu’elle a exploré tout un pan de l’histoire intellectuelle et culturelle du Québec et du Canada, l’histoire du livre et de l’imprimé a révélé des facettes inédites des héritages culturels européen et états-unien, de l’autonomisation progressive d’une culture canadienne à partir de la décennie 1880, de l’élaboration d’un modèle canadien de développement de l’imprimé d’Est en Ouest, d’une corrélation profonde entre la vie civique et l’imprimé, lieu où s’est tenu le combat pour la liberté de la presse. Cette relation entre le développement d’une culture publique et la culture de l’imprimé est encore perceptible dans l’éclairage qu’apporte l’histoire de l’imprimé à la compréhension de l’émergence d’une culture urbaine et du processus d’industrialisation de la culture.

Robert Jones,
Remarques sur la maladie contagieuse de la Baie Saint Paul [...], Montréal, 1787

Journal de médecine de Québec / The Quebec Medical Journal, 1, 1, 1826

45Dans au moins quatre domaines, la contribution canadienne à l’histoire internationale du livre et de l’imprimé pourra être explicitée en raison de la systématicité des sources utilisées et des méthodes mises au point : les variables à l’œuvre dans l’étude de l’alphabétisation à partir de la signature au mariage et des recensements, la représentation iconographique de l’imprimé, l’étude des pratiques de lecture et la signification culturelle du développement des communications, que Harold Innis, Marshall McLuhan et Dallas Smythe ont explorée.

46Avec ses quelque 175 collaborateurs, le projet sur l’histoire du livre et de l’imprimé au Canada n’a pas épuisé le sujet. Dans bien des domaines, il a permis de repérer des trous noirs de connaissance et des pistes de recherche. Nul doute que des monographies sur la culture de l’imprimé dans des villes moyennes et en milieu rural s’imposent, tout comme l’analyse quantitative et qualitative du dépôt légal (copyright) depuis 1840. La presse corporative des métiers de l’imprimé pourrait faire l’objet de multiples mémoires et thèses tant l’information qui s’y trouve est fondamentale pour la compréhension du milieu. Des percées intéressantes dans le domaine de l’histoire des bibliothèques pourraient résulter d’histoires de bibliothèques de location (circulating libraries) faites à l’aide de leurs catalogues, d’histoires de salles de nouvelles (news rooms) comme le Toronto Atheneaum and Commercial News-Room dont le septième rapport annuel date de 1852, d’histoires de la constitution de collections par un recours aux registres d’acquisitions, d’analyses du passage du catalogue imprimé au catalogue sur fiche ou du développement de la professionnalisation du métier de bibliothécaire depuis l’époque des bibliothécaires des Chambres d’assemblée ou des surintendants de bibliothèques d’associations. Un bon inventaire des catalogues de librairies permet maintenant d’entreprendre des études historiques de quelques-uns de ces commerces ; on pense à Rowsell de Toronto, par exemple. Enfin, le développement de la photographie durant la seconde moitié du XIXe siècle requiert, comme dans le cas de la peinture, une étude systématique de la représentation du livre, de l’imprimé et de la lecture. Beaucoup reste à faire.

Michael Underwood,
Traite sur les maladies des enfans, Québec, 1801

J. F. Lehmann,
Remarks on Insanity and the Management of Insane Persons, Montréal, 1840

Table des illustrations

Légende Sous la direction de P. L Fleming, G. Gallichan et Y. Lamonde, Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, Montréal, 2004
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Règlement de la Confrérie de l’adoration perpétuelle du S. Sacrement et de la bonne mort. Erigée dans l’Église Paroissiale de Ville-Marie, en l’Isle de Montréal, en Canada, Montréal, 1776
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Jean-Joseph Languet,Catéchisme du diocèse de Sens, Québec, 1765
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende The NorWester, Winnipeg, 100, 1, 1970
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Le Canadien, Québec, 1, 1, 22 novembre 1806
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Joseph-Charles Franchère,M. le juge Michel Mathieu, s.d., huile sur toile, 134,8 x 102 cm. Collection d’œuvres d’art de l’Université de Montréal
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Louis-Paul Perron, Mgr Olivier Maurault, 1946, huile sur aggloméré, 76,2 X 60,5 cm. Don de Claude Bruchési, 1976. Collection d’œuvres d’art de l’Université de Montréal
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Gazette littéraire pour la ville et district de Montréal, Montréal, 1779
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende The Commercial, Winnipeg, 15 juillet 1892
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Richard Burn,Le juge à paix, et officier de paroisse. Montréal, 1789
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende François Joseph Cugnet,Traité de la police, Québec
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Ordinances of the Province of Quebec/Ordonnances de la Province de Quebec, Québec, 1790
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Ceorges-Barthélemi Faribault,Catalogue d’ouvrages sur l’histoire de l’Amérique et en particulier sur celle du Canada [...], Québec, 1837
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Joseph Bouchette, Description topographique de la province du Bas Canada [...], Londres, 1815, frontispice
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Robert Jones,Remarques sur la maladie contagieuse de la Baie Saint Paul [...], Montréal, 1787
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Journal de médecine de Québec / The Quebec Medical Journal, 1, 1, 1826
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Michael Underwood,Traite sur les maladies des enfans, Québec, 1801
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende J. F. Lehmann,Remarks on Insanity and the Management of Insane Persons, Montréal, 1840
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/1344/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search